Sei sulla pagina 1di 770

_ ‘L.

34- so-wv-u

_< ‘ ,.,_.o’... o,‘ en ‘s

w. - .‘vum-v 'v-‘h' 5' v

,.—> 1- 95-‘- .5. ‘un .s .1‘

a, Au a. n...

9.»; v ‘s

‘ ,’ n'a-r .1 ou a

_ _,..«o-_—-o‘qu_-+Mn

pom- vmwnsv-mà‘hhu

n..- l._”.—.r.< '-

un...“

mt'r‘"“‘:"'

0.... n.

A". 1114.,‘

‘0 t > . .

r, n‘- l“

w <1

--'-'""' .wm han‘

.-

_aqt -

‘ .rLa‘Tl ‘

.‘Ifi' æ’ o

n .æ-uu‘”

.‘ ‘nu-v1-“
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-03 08:36 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
Generated on 2013-08-03 08:36 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
J‘
-.,.
c.‘ ‘

A ‘4
, -. _

. c‘l"

1v'a., .
4o. ..,‘_..
- l.‘ .04 _
(a; ‘, v A A

"‘ ‘-‘ Vin.‘ r


u> L. ‘V. . A

,. «s, 01x33};
Generated on 2013-08-03 08:36 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

A‘ “5143"! ‘hf-n).- 75a‘ .


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-03 08:36 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
.kn'tr . n‘rcÿflfi
Generated on 2013-08-03 08:37 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-03 08:37 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-03 08:37 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-03 08:37 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-03 08:38 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-03 08:43 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-03 08:44 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-03 08:44 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-03 08:44 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-03 08:44 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
RY

7 072
Generated on 2013-08-03 08:44 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

ïmuuŒHÆWMWÆWWÆMMumumm
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-03 08:45 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
319
7 072
Generated on 2013-08-03 08:45 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

(mmmIÆÆWŒÆEÆHŒMÆWnmümnmm
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-03 08:52 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
In compliance with current

copyright law, Cornell University

Library produced this

replacement volume on paper

that meets the ANSI Standard

239.48-1992 to replace the

irreparably deteriorated original.

2003
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-03 08:53 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
1
1
V
1’

_r
,, ,

“ Xfix

.a-ÿr .
è‘ïlfêlîÿà
QmHœ-L
' k/É‘ v“ ' “
_.———__|.

Îpummur - “fi
.Dwü nxlmàmt-jnurim

CORNELL UNWERSITY.
Generated on 2013-08-03 08:55 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

PRES l DENT WHIT‘E LIBRARY.


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
DES

______—

2° SÉRIE
BIBLIOTHÈQUE
Generated on 2013-08-03 08:55 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

ÉCOLES FRANÇAISES D’ATIIÈNES ET DE ROME


Generated on 2013-08-03 08:55 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
LE

TOME SECOND
LI’BER PONTIFICALIS
Generated on 2013-08-03 08:55 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
\_

——_
Generated on 2013-08-03 08:55 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

IMPRIMERIE GÉNÉRALE DE CIIATILLON-SUR-SEINE. -- menu‘ ET PEPIN.


PAR
Generated on 2013-08-03 08:55 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-03 08:56 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
IOH- BAPT-DE ROSSI
Generated on 2013-08-03 08:56 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

NATALE S‘EPTVAGESIMVM

INTEGRA AETATE CELEBRANTI


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-03 08:56 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
5 1er

LES MANUSCRI‘I‘S.

qui a eté dépouillé pour les

ehors des abré- vies antérieures, depuis Silvère Jusqu’a lladrien 1. Ce

0ms succincts VOICI les exemplaires dont sont toujours les mêmes rubriques : eæ coa’zce l'llflle

la critique du texte peut disposer. szano (Holste n'en a

1° Le Farneszanus (E5 perdu) ‘

. Bien que tous ceux

ent qu'il se termine

cependant qu'il allait

de Serge 11 (844-847).

e ce manuscrit dis

' , il est sur

' ’il contenait la vie

mat le début de la vie

, mais il d’Hadrien, plusieurs cahiers avaient eté enlevés mais

. a! etudié avec attention la colla le texte reprenait dans la vie de Sage il peu s'aire

“011 du Famcszanm en onciale, disposée pal Holsle ter, malheureusement avant l

gens les marges d’un exemplaire

a
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-03 08:56 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
Il

LE LIBER PONTIFICALIS AU IX” SIÈCLE.

graphique, surtout quand il ne s’agitnidela Biblenid’un

texte liturgique’. Celui-ci, d'ailleurs, comme on en

peut juger par les facsimilés de Bianchini, présen-

tait un luxe spécial de format, d'écriture et même

d'ornementation. Il est clair qu’un pareillivren’a pu être

exécuté que pour unpersonnage de rang très élevé.

2° Le manuscrit de la cathédrale de Tours, Parisi-

nus 551G '-’ (D).

Dans cet exemplaire, exécuté avant le milieu de l'an-

née 871. la série des biographies pontificales se pro-

longe jusqu'à celle de Léon IV, qui s’y trouve incom-

plète,car elle s’arrète, de première main (p. 122,1. 17),

au milieu de renseignements atl‘érents à l'année 850

environ. Il y manque aussi la notice du pape Valentin.

L’age de ce manuscrit, exécuté peu après le moment

où furent écrites les pages qui le terminent, lui donne

une très haute valeur pour l’établissement du texte. Il

va de soi que je l'ai préféré, en général, aux autres

exemplaires.

3n Le fragment du Vatican (V) reconstitué par moi3

en rapprochant des feuillets épars dans divers manus-

crits. Cet exemplaire contient la plus grande partie de

la vie de Léon III et même les premières lignes de la

suivante, celle d’Etienne IV.

4° Le Parisz'nus M40 (C), du commencement du

xi‘ siècle‘, qui vajusqu‘a Iladrien Il inclusivement, mais

avec une grande lacune dans laquelle a disparu la fin

de la vie de Léon IV et celle de Benoît 111 tout entière.

5° Le manuscrit de la Cava, Vaticanus 3764’ (E), de


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

la fin du xi" siècle, celui de tous les manuscrits de l'an-

cien Liber pontificalzîs- qui va le plus loin. Il est com-

pletjusqu’à la notice d'liadrien Il, inachevée ici comme

elle l’est partout; après lladrien Il on y trouve un frag-

ment de la notice d'Etienne V, son quatrième succes-

seur.
Generated on 2013-08-03 08:56 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

6" Parisinus 5143 (E2), xl\'° siècle.

7° Lam'enlianux LXVI, 35 (E5), XV" siècleï.

Gesdeux manuscrits ont a peu près la même étendue

que le précédent; mais leur valeur critique est bien

moindre. Le Laurenlianus, en particulier, est criblé de

fautes et de lacunes; il présente aussi, a chaque ins-

tant, des remaniements arbitraires. Je n'ai donc tenu

. compte de ces deux exemplaires que pour les parties du

texte où, les quatre premiers manuscrits faisant défaut,

je me trouvais réduit au, l’aiz‘mnus 3765., c‘est-à-dire

pour la fin de la notice de Léon lV, la vie de Benoît III

et celled’Etienne V.

J’ai négligé aussi les manuscrits de la recension

d'Adhémar 3, qui vont jusqu’à Léon IV. Cette recen-

sion ayant subi beaucoup de retouches, elle ne pouvait

être que d’unetrès faible utilité, surtout à. côté de l'excel-

lent manuscrit D, presque contemporain de la rédaction

du texte. Du reste, j'ai pu constater que, aux rares en-

droits qui font difficulté, il n'y avait aucun secours à

chercher dans ces manuscrits.

511

LA RÉDACTION.

2. -— La vie de Léon III, qui fait suite à celle d‘lla-

drien l, est la pluslongue de l’ancien Liber pontificalz‘s.

Comme celle d'IIadrien, elle est presque entièrement

formée d’extraits des registres où l’on inscrivaitles dé-

penses des papes en faveur des églises. On y trouve cepen-

dant un assez long chapitre surla révolte des Romains

en 799, la fuite, le rétablissement du pape et le couron-

nement de Charlemagne en 800. Quelques lignes sont

aussi consacrées à mentionner l'introduction à Rome

des rogations gallicanes. Sur le reste des événements

qui marquèrent ce pontificat, comme le second voyage


LE LIBER PONTIF

i'CALis AU IX° SIECI E m

pas du Filz'oçue (809-810), la conspiration de laristo- Cependant celle de Serge Il contient des détails inté-

cratie romaine en 815 et la répression sanglante qui la ressants sur le voyage de Louis H et de Dragon et sur

suivit, on chercherait en vain le moindre mot l allusion l'enquête à laquelle on soumit alors l'élection du pape

la plus légère. Dans les emprunts aux livres de compte Cet événement n'était pas de nature à plaire au clergé

qui tiennent encore ici la place de l'histoire, l'ordre de Rome, on la raconté, dans un esprit favorable au

chionolooique paraît avoir été observé. On distingue pape, cela va de soi, mais enfin on l’a raconté. Ceci

même, avec un peu d attention les relevés atl‘érents a prouve que, dans bien des cas ‘

chaque année. ' '

ex li ue

pape suivant, Etienne lV (816-817) tout aussi bien par leui insouciance, leur paressîdt'lesl

on voit appaialtre certaines négligences le poids des prit, que par des rcticences préméditées

pièces d'orfèvrerie est annoncé, mais les chiffres man- 3. — ll demeure bien entendu que leur plume est ‘Les

quent, la date obituaire n’est pas marquée Désormai trempée dans l'encre olficielle et qu'il y a toujours lieu d‘îîânîi-ânâe

et Jusqu'à Léon lV les biographes semblent attacher de se défier de leurs foimules d éloges, de plus en plus “8° H‘

peu d intéi'éta cette donnee, si importante pour la chro- pompeuses et compliquées. Voici un fait qui, à ce point

nologie. Le biographe de Pascal amalgame d une façon de vue, mérite d être signalé d’une façon toute particu-

bizarre et inexacte la durée de la vacance avec la date liere La vie de Seige Il nous est parvenue en deux

de la mort du pape; les biographes suivants négligeront

Erat eniin origine iiisignis,

lide pui'us, pi'acdicatione libe-

rior, Deo humilie, liomini'hus

clarus,

alaci-ior, ecclesiarum guber-

nator, plehium ulto

Portrait olficiet . Autre portrait.

Cum enini esset idem pon-

tifex inibecillis menibris 0b

humorem podagricum , in-.

cessu pednm et pene manuum


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

officio carcbat; attamen ani-

mosus, ore incoinptus et con-

vultu alacris, mente

r, poupe-

rum l'autor, viduarum tegmen vitiis deditns, actu ct sermo-

La bioorapliie de Valentin (827) est interrompue Α Ï’IMSOÀΑIO” oindiîî'àüïn F‘îus'"SMÏËËÏÉJÏÏ'ÎLZZDÏ'Z


Generated on 2013-08-03 09:05 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

- al‘ l 01' IS ers rum - 8 I605 . '

aussi’ mêls pour une autre “3130m On peut ‘Y prendre gatîr, Longîegatorum tîn- istius pontifitîis tempore et

sur le fait un des procédés de composition des liisto- serval“, inanium secuiari. {mm-s du,‘ m est par me"-

uograplies pontificaux. Aussitôt le pape élu et installé, umque rerum contempler, nium, liaei'esis nefandissima

Ils commençaient et rédiger sa notice, s'étendant Ion. , solis sapientiae divi'tiis avidus Simoniaca, et in lantum vi-

guouient sur sa naissance, son éducation, son élévation ' 0‘ amüto‘" 8"” “1 Publiœ vel'undàren"

es vertus et qualités

: Erat qaippe l

ans la notice

toute particulière; .

gue et glorieuse histoire. J‘

dejours après son instal '

crite. ll n'en est re

tur episcopia, et qui plus da-

ret ille susciperet episcopav

tum. Et ad tanlam aviditatem

deducti sunt ut duo milia

mancusos venundaretur epis-

copiuni, et ce amplius, si pos-

sint dantis invenire copiani.

Et nullum on us ecclesiasticum

al) illis sinc pretio dabatur.


IV LE LlBER PONTIFICALIS AU 1X“ SIÈCLE.

que par un seul manuscrit, le très ancien Farnesianus,

copié, comme je l'ai fait entendre ci-dessus, peu après

la mort du pape Serge. Ce manuscrit diffère de tous les

autres, non seulement pour le passage en question, mais

aussi pour les parties de la vie de Serge Il qui ne con-

cernent pas l'histoire proprement dite. Il est plus com-

plat que les autres. C'est ainsi qu'on y trouve une

restauration de l’aqueduc appelé forma Iovz'a, une

inondation du Tibre, des dons faits à l'église suburbaine

Sainte-Marie in Arrano, a l’oratoire Saint-Etienne dans

l'Orp/zanotropkium, à l'oratoire Saint-Césaire au La-

tran, et diverses autres choses qui manquent absolument

dans les autres manuscrits. Sur un point seulement,

sur les restaurations et dons faits à la basilique Saint-

Martin, on trouve dans la seconde rédaction des détails

qui manquent au Famesz'anus. Il est clair du reste que

la seconde rédaction a été fortement retouchée pour ce

qui concerne cette église. Le premier rédacteur, abu-

sant de la permission que prennent souvent les bio-

graphes pontificaux de se copier les uns les autres,

avait cru bon de raconter la réédification de Saint-

Martin en reproduisant mot à mot le récit de la recons-

truction de Sainte-Praxède, dans la notice de Pascal. ,

Ce procédé expéditif, soit parce qu'il comportait des

inexactitudes, soit parce qu'il négligeait certains détails 5

utiles à faire valoir, déplut apparemment au second

rédacteur. ll remania donc en plus d'un point, non

seulement le passage copié dans la vie de Pascal, mais ‘

v tout ce qui a trait à la basilique Saint-Martin. ‘

Je crois qu'en comparant les deux textes, que j'ai publiés en regard l’un de l'autre (p. 91 et suiv.), on ne .
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

pourra guère se refuser a admettre l’ordre de succession

des rédactions tel que je l’indiqueici. Pour l‘intervertir,

il faudrait accepter l'idée, peu naturelle, que, la recons-

truction de SaintMartin ayant d'abord été racontée

d’une manière exacte et dans un texte original, quel-

qu'un ait imaginé d'abandonner ce texte pour lui subs-


Generated on 2013-08-03 09:05 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

tituer une copie, nécessairement fautive, d'un récit

analogue.

Il y a donc eu deux rédactions, dont la plus ancienne

nous est parvenue par le Farnesz‘anus, la moins an-

cienne par les autres manuscrits. Mais ces deux rédac-

tions sont exactement du même style officiel : l'éloge

pompeux de Serge Il y retentit a chaque phrase.

Quant au long fragment où la critique est substituée

à l’éloge, il nous vient aussi du Farnesianus, mais il

est clair qu’il est, sinon d’une autre plume, au moins

d’un autre esprit. Dans la terrible catastrophe de 846,

l'invasion sarrasine, le pillage de Saint-Pierre par les

musulmans, le narrateur voit un châtiment. divin, attiré

sur la ville éternelle par les iniquités du pape et de son

frère. Que de telles choses aient pu être écrites par les

mêmes personnes qui, un peu plus haut, n'avaient pas

assez de termes flatteurs pour louer le même pontife,

c'est ce dont on ne saurait douter. Les plus plats en

présence du pape vivant sont souvent les plus acharnés

contre le pape mort. Je crois donc devoir laisser place

a l'hypothèse d'un rédacteur identique. En tout cas,

c'est un biographe qui est sorti du style convenu.

Le manuscrit Farnèse n’est. pas le seul document du

texte qui nous occupe. On en trouve un résumé dans

la vie de Serge ll qui fait partie de la collection de bio-

graphies pontificales imprimées sous le nom de Liut-

prand '. Ces biographies sont en grande partie extraites

d'un Liber ponti/z'ca/is prolongé jusqu’à la vie d’lla-

drien Il inclusivement, c’est-a-dire jusqu'à un point

où, suivant toute apparence, le Farnesianus n’atteignait

pas. D’ailleurs la patrie de cette compilation doit être

cherchée dans l’Allemagne du nord ou du centre; elle

a été très probablement rédigée a l’abbaye‘pd'llersfeld,


V

ar l empereur Louis lI. l conflit entre le clergé romain et les envoyés de Louis ll,

Plusieurs de ces [arts ne sont connus que par le Lzôer ' la victoire fi

pontifica/zîs. En revanche, celui-ci omet quelques éve-

nale du pape légitime; '

acquitté de cette

gligence à

ilité (le définir avec

met dans l’impossib

précision les li cat de Benoît lll.

mites du pontifi

e ce fait, constaté pour "

lettre pontificale; le

3 est enregistré en termes copiés sur le

ciel de cette assemblée; dans les descrip-

' émonies, on reproduit le texte

citées par le pape; pour la fonda-

orto on se réfère expressément a

Benoit H1. L

tranche pas beaucoup

ment celles su: lesquelles jusqu 101 ou sest montré

. sa grammaire est déplorable ,- d une extrême sobriété les 1viandes affaires ecclésias-

mais il vise au style et recherche en particulier les effets tiques, les relations avec l ‘ "

d'inversion il avait a raconter des événements mtéres

sauts

s.

Le Liber pontl/icahs devient, sous cette plume, un

vrai livre d’histone Sans doute le rédacteur n est pas

et‘ Quahnus et me dmhsslme vigeat et mm perpemamer un homme d'opposition mais ce n'est pas non plus

“un mereatul Pl‘aenua possidora (p. 125) - b]« t 1 seule ensée de

2. P. “7.119, en p_ 131,, note 34_ un panégyriste timore, trem an a a ' . p _


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

à “tu” miel“ que le style de nos biographies soit tout toucher aux questions délicates. Il est d ailleurs bien

.01?" de la même me“ ‘me celui des mcnphons 9“ Dm" ‘me sûr de ce qu’il avance et il renvoie volontiers à ses

e‘emglmvî“ 511!’ s édifices romains du 1x= siècle. Voy. par

I 9, ' - .

mais. 9 msmmms “tees P 34, uot

, aux lettres, aux pièces de


Generated on 2013-08-03 09:10 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

tout genre qui se conservent dans la bibliothèque et


H LE LIBER PONTIFICALIS AU 1X” SIÈCLE.

les archives du saint-siège, notamment dans le regeste

de Nicolas 1 ‘.

Ce rédacteur si différent des précédents n’a-t-il fait.

que continuer a sa façon une notice déjà commencée

dans un autre style? Ou bien, cette notice étant déjà

rédigée, l'a-t-il complétée en y intercalant ses récits?

C'est à ce dernier procédé que l'on songera plus volon-

tiers si l'on tient compte de la façon dont il introduit

l'histoire de Waldrade et de Lothaire lI 2. Immédiate-

ment avant cet épisode on voit annoncés des dons faits

a saint Pierre «par l'empereur Louis Il : Ipso etcm’m

praæslantz‘xsimo pmesulc culmen apostalicum gabar-

nanle, Hludowicus Augzzslus lzacc sancto Pelro apos-

zolo contuh‘t dona, videlicet... L'énumération de ces

dons fait défaut, et l'on trouve à sa place l'histoire de

Lothaire Il et de ses femmes. Du reste les donations

de Nicolas 1 que l'on retrouve çà et la entre les parties

narratives sont bien peu nombreuses, eu égard a la

longueur de son pontificat. Du moment où l'on a pris

la peine de les ‘relever, on a dû en enregistrer beau-

coup plus qu‘il n'y en a ici. Dans ce qui en reste on

retrouve çà et la les inversions excessives du commen-

cement de la notice : « superna tactus fortiori firmiori-

que fabrica inspirations reedificari... iussit » (p. 164,

l. 10); « in aecclesia s. Dei genitricis pari modo

aetemae pro relributimz'is premiis egit » (p. 166, l. 30).

Tout s'expliquerait par l’hypothèse suivante. La vie de

Nicolas 1. commencée évidemment par l'auteur de celle

de Benoît lll, a d'abord été rédigée comme les précé-

denteszelle ne contenait que des énumérations de dons ‘


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

sacrés, des descriptions d'inondation et autres choses ‘

de ce genre;ensuite il est survenu un rédacteur qui 1

s'intéressait plus aux affaires générales du saint-siège Ï

qu'au mouvement du vestiaire pontifical, un rédacteur I

qui connaissait pour les avoir vus et maniés les princi-

paux documents de la correspondance et de l'adminis-


Generated on 2013-08-03 09:06 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

tration du pape Nicolas ; ce rédacteur s'est installé sans

façon dans le travail déjà fait; il a coupé ou gratté les

pages du manuscrit et substitué son histoire aux mono-

tones énumérations déjà préparées.

S'il y avait lieu de prononcer ici un nom, c'est sûre-

Influence

d'Annstase le

ment à Anastase le bibliothécaire qu'il faudrait songer bibliothécaire

sur la

tout d'abord. Personne n'a été plus que lui mélé au rédaction des

gouvernement ecclésiastique sous le pape Nicolas. On

retrouve en particulier sa main dans les affaires de

Photius, de Waldrade, de Rothade. Son influence, dans

le monde des secrétaires et des conseillers pontificaux,

était tout a fait de premier ordre. C'est lui qui rédigeait

les pièces importantes de la correspondance pontificale.

Sortis de sa plume, ces documents l'intéressaient au plus

haut point; il l'avoue lui-même, ou plutôt il s'en vante ’.

Familier de Nicolas, il n'était guère moins dévoué à

l'empereur Louis ll qu'au pape lui-même. C'est bien

dans de telles dispositions que devait être celui qui a

raconté ici le conflit suscité par le divorce de Lothaire Il.

Toutes les formules de blâme sont épuisées contre les

prélats qui soutiennent le roi de Lorraine, Theutgaud,

Gunther, Hagano, Jean de Ravenne ; mais on glisse sur

la culpabilité de Lothaire lui-même; et, quant a l'em-

pereur Louis 11, qui prit fait et cause pour son frère,

marcha avec toute une armée sur Rome et mit la cam-

pagne à feu et à sang, son nom n'est pas même pro-

noncéçses entreprises sacrilèges ne sont mentionnées

qu'en termes très généraux, à travers des allusions en

style biblique 2. Une telle réticence est sans doute fort

peu d'accord avec la sincérité de l'histoire ; mais elle


.LE LIBER PONTIFICALIS AU 1X” SIÈCLE.

importance aux circonstances de l'élection, dans laquelle '

il y eut en efl'et beaucoup d'intrigues ; on décrit avec'

soin les manifestations plus ou moins spontanées par’

lesquelles on obligea le nouveau pape a afficher, plus

que sa dignité ne le comportait, son désir de suivre en

tout les errements de son prédécesseur; puis vient la

seconde phase de l'affaire de Photius et le huitième

concile œcuménique. Sur ce dernier point, il n’y a.

aucun doute que nous n'ayons le récit d'un témoin'

oculaire, présent a Constantinople au moment du con-

cile. Anastase y assista, il est vrai, mais seulement a

la fin. Ce n'est pas de lui que peuvent provenir les

longs détails sur le voyage des légats, l'accueil qu'ils

reçurent a la cour impériale et les débuts du concile. Il

est clair que nous avons ici les impressions des légats

eux-mêmes en de l'un d'entre eux. De plus, Anastase

est nommé dans le récit en termes qui ne supposent

guère qu'il soit lui-même le narrateur. Enfin, il nous a

laissé, sur les dernières négociations, auxquelles il fut.

mêlé, et les événements qui suivirent, jusqu'à son

retour à Rome, un récit qui concorde en somme avec le

nôtre, mais dans lequel il se met beaucoup plus en

scène ’.

Ce n'est donc pas lui qui a tenu ici la plume. Mais

c'est quelqu'un des siens, quelqu'un qui pensait comme

lui et lui voulait du bien. En efl‘et. outre que les mani-

festations nicola‘ites. dans la première partie (le la notice,

sont traitées avec une complaisance tout à fait d'accord

avec ce que l'on sait de l'attitude d’Anastase en cette

alfaire‘-’, on constate dans la biographie d'lladrien il


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

une omission bien remarquable, qui concerne la per-

‘sonne même du bibliothécaire Anastase. Le frère de ce ‘

subtil personnage, un certain Eleuthère, avait enlevé, a

l'instigation de son père Arsène, évêque d'Orta, la pro-

pre fille du pape lladrien ll, lequel avait été marié dans

sa jeunesse. Cette entreprise criminelle ayant été


Generated on 2013-08-03 09:09 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

dénoncée par le pape à l'empereur Louis ll, Eleuthère,

pour ne pas se laisser arracher sa compagne, la massa-

cra, et avec elle sa mère Stéphanie, atteignant ainsi le

pontife dans ses plus chères affections en même temps

que dans son autorité de souverain. Louis ll intervint,

Eleuthère fut exécuté. Mais son frère Anastase avait

été impliqué dans l'afl‘aire : de graves témoignages

Vll

établirent qu'il avait participé par ses conseils au double

assassinat. Le pape lui fit un procès solennel, qui fut

jugé le '12 octobre 868, dans l’église Sainte-Praxède.

Anastase fut de nouveau déposé du sacerdoce et on

lui interdit le séjour de Rome. On juge aisément

du retentissement que ces faits durent avoira Rome.

Hincmar, qui n'était pas, et pour cause, l'ami d'Anas-

tase, n'a pas omis d'en parler dans ses Annales‘; il a

même pris soin de citer et de reproduire les pièces offi-

cielles : le Liber ponli/z'calix ne dit pas le moindre mot

de cette histoire. il est vrai que, dès l'année 869.

Anastase paraît s'être réconcilié avec le pape lladrien ll ,

mais les faits restaient acquis a l'histoire,- si on les a

omis dans la biographie d‘lladrien il, c'est par une pré-

térition voulue. On aura tenu a ne pas niécontenter un

homme puissant et peu scrupuleux.

Ainsi, a un degré ou a un autre, l'influence d'Anas-

tase s'est fait sentirsurla rédaction des vies de Nicolas 1

et d’lladrien [1.

ici on se demandera comment Anastase a pu laisser

passer dans la vie de Benoît lll l'épisode de sa compé-

tition.‘ épisode si compromettant pour sa mémoire. A

celaje répondrai d'abord que, comme il n'était pas au

pouvoir sous Benoît 111, le biographe de celui-ci a eu


Vlll LE LIBER PONTIFICALIS AU IX° SIÈCLE.

manuscrits du Liber pontificalz‘s. soit dans les auteurs

qui ont eu affaire à l'histoire des papes de ce temps-là.

Nos manuscrits les plus complets se terminent par un

fragment d'une vie d'Etienne V (885-891), où le récit

ne paraît pas dépasser la première année du pontificat.

Il est clair toutefois que la limite des manuscrits ou

plutôt du manuscrit, car alors il n'y en a plus qu'un,

n'est pas identique à celle de la rédaction : la dernière

phrase est, en effet, inachevée. Ce dernier des biogra-

phes du me siècle revient au style ordinaire; l'histoire,

sauf le récit de l'élection, est remplacée par les dona-

tions pieuses et les restaurations d'églises; on y a joint

quelques sermons prononcés par le pape.

Après ce fragment, les biographies pontificales dispa-

raissent, ou plutôt se réduisent à un catalogue des plus

maigres. Ce silence ne s'explique que trop par les cir-

constances difficiles que l'église romaine eut à traverser

vers la fin du 1x“ siècle et au commencement du suivant.


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-03 09:10 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
CHAPITRE N‘EUVIÈME

L'HISTOBlOGBAPHIE PONTIFICALE DU X6 AU XII" SIÈGLIE.

51.

Interruption

du L. .

Flodoard et

as èpitaphes

Jontitlcales.

CATALOGUES DU Xe ET DU x1”

1. — On vient de voir que la rédaction du Liber pon-

tificalis, interrompue à la troisième année d'Hadrien Il

(870), reprise un instant au commencementdu pontificat

d‘Etienne V, s'arrête, au moins dans les manuscrits con-

nusjusqu’ici, al’année 886. Les auteurs postérieurs, no-

tamment ceux du x° siècle, ne paraissent pas avoir eu

connaissance d'une continuation au delà de ce terme.

2. — Flodoard, dans son poème de C/zrz'stz' trz'ump/zz‘s

apudllaliam, s'est beaucoup servi du Liberpontiflcalz‘s.

C'est a lui qu'il emprunte, sauf quelques suppléments,

tirés pour la plupart des vies de saints, tout ce qu'il dit

des papes,qui tous,de saintPierre a Léon Vlt (936-939)

ont place dans sa longue galerie hagiographiqne. Il est

aisé de voir que son exemplaire s'arrêtait a Nicolas I.

S1 ceux qui vont au dela et contiennent les fragments

‘sur Hadrien II et Etienne V eussent été fort répandus,

il est a croire qu'il en cm profité, car il se trouva, a cet

égard, dans des conditions particulièrement favorables.

originaux du Va-

SIÈCLE.‘

tican les épitaphes des papes successeurs de Nicolas I,

ou tout au moins il se procura un recueil de ces in-


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

scriptions. Nul doute qu'il n'ait recherche aussi les

exemplaires les plus complets du Liberponti/z‘calis.

Ici je dois insister sur l'usage qu'il fait des épitaphes

pontificales. J’ai parcouru son poème d'un bout a l'au-

tre, en comparant ce qu'il dit de chaque pape avec les

épitaphes de ceux-ci, dont un grand nombre sont con-


Generated on 2013-08-03 09:35 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

nues. 01', jusqu'à Nicolas Iinclusivement, il n'y a pas la

moindre trace d'emprunts a cette catégorie de docu-

ments. A partir d'Hadrien ll, au contrairehtoutes les

épitaphes connues ont sûrement été sous les yeux de

Flodoard au moment où il composait ses vers. Ainsi

l'usage des épitaplies succède chez lui très exactement

à l'usage du Liber pontzficalis; tant qu'il dispose de

celui-ci il néglige les épitaphes. Il ne pouvait mieux

témoigner des limites de son manuscrit et des manu-

scrits connus de lui.

Outre les épitaphes, Flodoard disposait aussi de la

correspondance échangée entre les papes et les arche-

véques de Reims. C'est à cette double source d'infor-

mation qu'il puise tout ce qu'il dit d’lladrien il et de

ses successeurs jusqu'à Léon Vll.


CATALOGUES DU X‘ ET DU XI° SIÈCLE.

Il m'a semblé utile de reproduire ici le texte‘ de

Flodoard, en éliminant d'abord ce qui provient des ar-

chives de Reims et, en second lieu, ce qui ne repré-

sente qu'nne simple paraphrase d’épitaphes autrement

connues. La série de mes extraits commencera a For-

mose : les épitaphes d’Hadrien Il, Jean Vlll, Marin,

Etienne V, se sont conservées soit sur les marbres eux-

mêmes, soit dans des recueils indépendants de Flodoard";

quant a lladrien 111, son tombeau se trouvant à Nonan-

tola et non à Rome, Flodoard n’en a pas vu l'epitaphe.

FosMosn.

Pr’aesul hic egregius Formosus laudihus 3 allis

evehitur, caslus, parcus sibi, largus egenis,

Bulgaricae genti fidei qui semina sparsit, -

delubra destruxit, populum caeleslibus armis

instruxit, iolerans discrimina plurima, promptus,

exemplum tribuens ut sint adversa ferenda

et henc viventi metuenda incommoda nulla.

Bommcn VI.

Hinc subit ad modicum vates Bonifacius almus.

Ter quinos hic in arce dies explevit honoris.

Culmina mox mntans superat fsstigia celsa,

inque brevi spatio quaesita cacumina scandens

inter apostolici proceres ascribitur albi 4...

ROMAIN.

Post hunc luce hrevi Romani regmina surgunt.

Quattuor haud plenos tractans is culmine menses

aethcre suscîpitur, merilos sortitus honores.

TsÉoDORs lI.

Quo rapto breviore subit fastigia sorte


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

dilectus clero Theodorus, pacis nmicus,

bissenos Romane dies qui iura gubcrnans,

sobrius et castus, patrie. houitate refertus,

vixit pauperibus ditfusus amator et altor.

Hic populum docuit conectere vincula pacis;

nique saccrdoles concordi uhi iunxit honore,


Generated on 2013-08-03 09:11 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

dum propriis revocat disiectos 1 sedibus, ipse

complacitus rapitur decreta sede locandus 3...

LÉON V.

Post quem celsa subit Leo iura notamine quinlus;

emigrat ante suum quam luna bis impleat orbem.

Cnmsroraa.

Christophorus mox sortitus moderamina sedis

dimidio ulteriusque pnrum dispensat in anno 3...

Lmoo.

Landol dein summum Pelri subit ordinc sedem ;

mensihns hanc coluit sex ut denisque diehus

emerilus palrum sequitur quoque fata priorum.

JEAN X.

surgit abhinc decimus scandens Sacra iura lolmnnes.

Rexerat ille Ravennaiem moderamine plebem.

Inde pelitus ad lmnc, Romanam percolit arcem;

bis seplem qua praenituit paulo amplius annis.

Pontilici hic nostro Iegat segments Seuli‘o 5,

muniticisqne sacram decorans ornatibus aulam

pacc nitet, dum Patriciu deceptus iniqua 5

carcere conicitur claustrisqne artatur opacis.

Spirilus at sevis retineri non valet antris,

emicat immo aethra decrcta sedilia scandens.

LaoN Vl.

Pro quo celsa Petri soxtus Leo regmina sumens

mensibus haec sepiem serval. quinisquc diehus,

praedoccssorumque petit consoriia vatum.

E'rlnNNa Vll.

Septimus hinc Stephanus binos prael‘ulgct in annos,

aucto mense super, bisseno ac sole iugato,


CATALOGUES DU X6 ET DU XI‘

undecimus Pelri 1100 qui nomine sede levatur.

Vi vacuus, splendore carens, modo sacra minislrans,

fratre a Patricio iurisl moderamine rapto, ‘

qui malrem incestam rerum fastigia moecho

tradere conantem decimum sub claustra lohannem

quae dederat, claustri vigili et cnstode suhegit.

Artoldus noster sub quo Sacra pallia sumit;

papaque obit nomen 3 gemiuum ferre nactus in annum.

L'eau vu.

Septim us exurgit Leo, nec tamen ista volutans,

nec curans apices-'i mundi nec celsa requircns,

sola Dei quae sunt alacri sub pecture volvens

culminaque evitans, oblata subire renutans.

Baptus at erigitur dignusque nitore probatur

regminis eximii, Petrique in sede locatur.

Sed minime assuetam linquit decoramine curam,

deditus assiduis precibus'i, speculamine celsus,

afl‘atu laetus, sapiens atque ore serenus.

Qui me visentem aetherei pia limina. Petri

iocunde excipiens anime quaesita benigno

admisit favitque pie 5 studuitque modeste.

Famine6 grata serens epulis recreavit utrisque

corporis atque animae; benedixitet oscula libans

ac geminaus dono cumnlatum muneris almi

pergere laetantem amplexu dimisit honore.

Quem Pater omnipotens alacrem cultuque venuslum

attollat servetque diu, digne excolat actu,

et cum praesulibus sanctis consortia quorum

promeruit sedis, praestct super aethera sedem

cum quibus acternum maneat praeclarus in evum.


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

En reproduisant ces textes je n’entends pas aftirmer

que tout y soit emprunté aux épitaphes. Ce qui est. dit ‘

de Léon Vll n’en provient sûrement pas, non plus, très

probablement, que ce qui concerne Jean XI. Pour cer- ‘

tains papes, Romain,

Léon Vl, Etienne Vll,


Generated on 2013-08-03 09:35 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

nologiques, qui ont pu être relevées tout aussi bien sur

un catalogue manuscrit que sur des marbres funéraires.

Mais pour Formose, peut-être pour Boniface V1, pour

Theodore Il et Jean X, il y a, derrière les vers de Flo-

doard, de véritables inscriptions. Nul doute d’ailleurs

que les épitaphes d’Etienne VI, Jean IX, Benoit 1V,

Léon V, Ghristophe, Lando,

il n’y a que des indications chro- ;

Pour terminer ce que j'ai à dire de Flodoard, je vais

dresser ici le catalogue des papes tel qu’il se déduit de

1 son texte, avec ses indications chronologiques.

Hadrianus Il.

lohannes Vlll.

Marinus.

Hadrianus lll.

Stephauus V.

Formosus.

Bonit'atius [V1]

Stephanus Vl.

Romanns

Theodorus [Il]

lohannes Vllll.

Benedictus lllI.

Leo V

Christophorus

Sergius [lll]

Anastasius Ill.

sed. d. XV.

sed. m. [Il] a baud plenos -

sed. d. X[X] 1.

sed. m. Il baud plenos.

sed. 111. VI « ulteriusque parum ».

sed. ami. Vll « amplius ».


CATALOGUES DU X‘ ET DU XI” SIÈCLE.

XII

cette référence ne vise le Liber pontiflcalis, qui porte (

en effet dans plusieurs manuscrits le titre d'Episcopale

ou de Liber episcopalis. Mais jusqu'à quel point Be-

nott était-il fondé à renvoyer ses lecteurs au livre des

papes pour l'histoire de Jean :XII ? C'est ce qui reste à.

déterminer.

Il ne subsiste aucune trace d'un Liber pontificalis

prolongé jusqu'à Jean Xll. Dans beaucoup de catalo-

gues pontificaux du xe siècle,Jean XII est, il est vrai,

pourvu d'une petite notice relative, non point à l'en-

semble de son pontificat, mais aux événements tragiv

ques par lesquels il se termina. Ce serait donc a ce

morceau que Benoît renverrait. S'il en était ainsi, il

faudrait reconnaître qu'il n'avait pas lu le texte en

question, et on se l’expliquerait d'autant mieux que ce

texte, où figure l'avènement de Jean Xlll (oct. 965),

devait être a peine rédigé au moment où il écrivait lui-

même. Je dis qu'il ne l'avait pas lu, car les renseigne-

ments que l'on y trouve sur Jean Xll sont beaucoup

moins étendus que ceux que Benoît a lui-même con»

signés dans sa chronique. En particulier il n'y a pas le

moindre détail sur la mort du pape. Nous avons donc

ici une référence en l'air, faite par quelqu'un qui a en-

tendu parler du Liber episcopalis de Rome, qui en a

peut-être en sous les yeux un exemplaire, mais où ne

figurait pas la petite notice que nous connaissons.

Du reste cette notice fait partie du catalogue plus ou

moins annoté par lequel s'est continuée tant bien que

mal la rédaction du Liber pontificalis. Si Benoît l'avait


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

eue entre les mains, il l'aurait trouvée au bout d'un

catalogue des papes du xe siècle. Or il est aisé de prou-

ver qu'un tel catalogue lui a fait défaut. S'il en avait

eu un, il n'aurait pas commis les erreurs énormes de

faire succéder Lando (913) à Serge Ill (+911), For-

mose (-1- 896) à Lando, Jean X (914 - 928) à Formose, de


Generated on 2013-08-03 09:36 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

négliger entre Jean X et Jean XI (931) les deux papes

Léon VI et Etienne VII. Il est clair que pour ces temps,

éloignés de 40 à 50 ans de celui où il écrivait, il

n'avaita sa disposition qu'une tradition orale très im-

parfaite ’.

1. M. Watterich, t. I, p. 37, a cru voir dans le passage sur

Serge IIIun emprunt au catalogue pontifical. La. comparaison

des deux textes prouve le contraire. Le catalogue dit en deux

endroits, et notamment à l'article de Serge 111, que la basilique

de Latran s'écroule sous Etieune VI, tandis que Benoit rapporte

cette catastrophe au pontificat de Serge IIIÏL'analogie des ter-

mes dens lesquels les deux auteurs décrivent les restaurations

Dans les parties anciennes de son récit, Benoit dé-

pend qp‘elquefois du Liber pontifiealis, mais presque

toujours par l'intermédiaire de Bède. En un seul en«

droit, celui ou il introduit le pape Hadrien I par les

mots Adrianus, natione Romanus. de regione Via Lata,

la dépendance paraît être directe. Admettons donc qu'il

avait un liber ponlifiealis à sa portée et que cet exem-

plaire allait jusqu'a la vie d'IIadrien l. Aussi bien il a

dû trouver quelque part le titre exact de Zibcllus epis-

eopalis. Mais je ne crois pas qu'on puisse s'autoriser

de cela pour conclure, je ne dirai pas a une prolonga-

tion régulière du Liber pontificalisjusqu'a l'année 961;,

mais même à l'existence, au monastère de Saint-

André, d'un exemplaire du catalogue du x° siècle.

/L— Liutprand non plus. n'a pas eu ce catalogue sous

les yeux. Ceci résulte,je crois,avec une entière certitude

des erreurs de chronologie dont il émaille les récits de

son Antapodosz's sur les papes de la première moitié du

x8 siècle. Pour lui Serge III est le compétiteur malheu-

roux de Formose; il lui succède après un court ponti-


CATALOGUES DU X” ET DU X1“

SIÈCLE.

de Léon III, en mettant en italique tout ce qui est

d’une écriture postérieure a la première :

[.00 ann. XX m. X d. xlll.

Stel‘anus ‘ m. Vll.

PasClialis ann. Vll d. XVl.

Eugeuius ann. lll in. Vll d. XXll.

Valentinus m. I d. X.

Gregorius ann. XVl.

Scrgius ann. llt. Sub i'sto Sergio dcpraodaverunt Sara-

ccm’ ecclesi'am sancti Petri'.

Lco ann. Vlll in. l[[ d. Vll. Iste Leo fecit

castellum Sancti' Petri et ronovabi't ecclesz‘am

sancte Maria et ecclesz'am sanctorum Quattuor

coronatorum.

Benedictus ann. [I m. Vl d. XI.

Nicolaus ann. Vllll m. Vl d. Xlll.

Adrianus ann. V.

loliannos ann. X.

ltlarinus ann. I m. V.

Adrianus Tcanensz‘s ann. I m. Il" d. l. lste Adrianus ceca-

vit Georgium de Abentinuni et Mariam supev

ristanam nudam per totam Romani fusticavit.

Stetanus ann. W (1. Vlll.

Formosus ann. llll m. Vl d. Il.

Bonifatius d. XV.

Stcfanus ann. l m. H.

Romanus m. lll.

Tlieodorus m. I d. XV.

lohannes ann. ll (1. X.


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

Benedictus ann. H1 et m. X.

Leo 1 m. Il.

Cliristophorus m. Vl.

Sergius ann. VII m. (I’).

Anastasius ann. 11 m. (7).

Lando ann. 1(7) m. (17).


Generated on 2013-08-03 09:36 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

lohannes archiepiscopus Itabennati's eclesi‘e , inuitatus a

primatibus Romane urbi's,coiitra instituta cano-

uum agens, Romane eclesi'e invasor foetus, pre-

fuit in en annos sedecim ,' quibus eæpletis, ab

illis occulto Dei iudicio, tamon iusto, visas de-

positus est.

Leo papa sedit menses X.

Stephanus papa scdit. . .

Les petites notes ajoutées ça et là à ce catalogue,

qu'elles soient de première main ou d'une main posté-

rieure, ont été évidemment rédigées par des contempo-

rains.

G._ En tout cela cependant, on ne voit pas se révéler

Xlll

nettement l'intention de donner au Liber pontificaux"

une continuation, même très réduite. Pour trouver

trace de ce dessein. il faut aborder l'étude d'une autre

catégorie de catalogues dont aucun manuscrit, il est

vrai, ne remonte sûrement au x“ siècle, mais dont la ré-

daction remonte indubitablementa‘i une date beaucoup

plus ancienne que l’an mil. Dans ces catalogues en

trouve, outre la succession des papes et la durée de

leur administration, la nationalité de chaque pontife et

le nom de son père: N, natione... en; paire... salit‘

annos... menses..-. dz'es... Ce type de rédaction, qui

rappelle le début des anciennes notices, se maintient

couramment pendant tout le x“ siècle. Ça et la quel-

ques notes historiques, généralement fortcourtes, coni-

plètent le catalogue. Au commencement elles sont très

rares. La mention de la destruction de la basilique Cons-

tantinienne sous Etienne Vl, de sa reconstruction sous

Serge il], c'est a peu près tout 1ce que l'on trouvejus-

qu'a Jean Xll. Ces notes sont analogues a celles que


xrr CATALOGUES DU X" ET DU XI‘ SIÈCLE.

Catalogue du

Laurentianus.

les données que leur comparaison fournit sur l'histoire

de la rédaction.

7. —— Laurenliamts LXV, 34'}.

Ce manuscrit, grand in.f° a deux colonnes, ne repré-

sente que la seconde partie du volume primitif. On lit

en effet, a la fin, la note suivante : z‘stud volumen divi-

sum est in duas parles et lt'galum et rcparatum, etszmt

in alfa parte lzystorie 105617112‘ et Egesippi. Constat li-

gatura etc. Il provient du Mont-Cassin; depuis le xire

siècle il se trouve à Florence, où il fit partie de la bi-

bliothèque de Saint-Marc avant d'entrer dans celle des

Médicis.

On y trouve, après le catalogue pontifical, la chroni-

que de Prosper, le bréviaire d'Eutrope, l'histoire ro-

maine de Paul Diacre, Orose, Jordanes (Romane), les

Ges/a regum Francorum, la vie de Charlemagne par

Eginhard, l'abrégé dela vie d'Apollonius de Tyr, l'his-

toire des Lombards de Paul Diacre. L'écriture est du

x1° siècle 4. .

Outre les livres de Joseph et « d'llégésippe » la pre-

mière partie du volume primitif devait contenir le

commencement d'un catalogue des papes, peut-être un

Liber pontificalz's plus ou moins abrégé. Ceci résulte de

ce que le‘ texte, que je vais donner ici, commence au

haut de la première page, sans aucun titre, et qu'il est

pourvu de numéros comme il suit :

L‘Xll. Romanes, presbiter tunc sancti Petri ad vincula, sed.

men. llll.
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

CXIII, Theodorus sedit dies XX.

CXllII. lohannes sedit annis Il.

CXV. Benedictus sedit aunis lll men. V.

CXVI. Leo, presbiter forensis ecclesiuc, sedit dies LVII.

CXVII. Christophorus, presbiter cardiualis tituli Damasi, sedit

men. [fil et eiectus est et mouachus factus est.


Generated on 2013-08-03 09:36 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

CXVIII. Sergius, natus Romae, ex patre Benedicto, sed. an. VII

men. III dies XVI.

CXVIIll. Anastasius sedit annis II. men.

CXX. Lando sedit men. V ; et cessavit episcopatus eius

die XXXVI.

CXXI. lohannes sedit annis Xllll men. Il d. Ill.

[L]eo 7- sedit meusibus VlI.

CXXII. Stephanus sedit ann. ll men. I d. Xll.

1. (if. Archiv, t. V. 13. 668; t. VII, p. 340; t. XII, p. 721 ; Neues

Archiv, t. I, p. 546; et le catalogue de la Laurentieune par Ban-

dini, t. II, p. ‘152.

2. La majuscule a été oubliée. c'est pour cela que le n° d'ordre

:1 été omis. Ce passage a été lu de travers par M. Watterich (t. I.

p. xrv-xv).

(‘.XXHI. lohannes sedit annls VII.

CXXIIII. Leo sedit annis Ill mon. VI d. X.

CXXV. Stephanus sedit ann. III et mon. III et XV d.

CXXVI. Marinus sedit ann. III men. VI d. Xllll.

CXXVII. Agapitus sedit ann. III et men. VII et d. X.

CXXVIII. lohannes de regione Via Lata etc. cf. p.246-Î4T... ca-

nonice est pontifcx consecratus.

M. Watterich attribue une très grande autorité à ce

catalogue. Cependant il suffit de le comparer avec celui

que j'ai publié dans le texte pour constater qu'il n'en

est qu'un abrégé assez réduit ‘. Les notes sur Etienne VI

et Serge llI font ici complètement défaut. La nationa-

lité du pape et le nom de son père ne sont indiqués

que pour Serge 111. En revanche on marque pour R0-

main et Christophe le titre cardinalice précédemment

occupé, et l'on ajoute aux chiffres de Lande la durée de

la vacance après lui. Le début de la notice deJean XII

présente une teneur qui se rencontre aussi dans la plu-

part des catalogues; celle que j'ai imprimée d'après


CATALOGUES DU X“ ET DU XI” SIÈCLE. xv

Catalogue

le Sigeric.

encore plus tragiques que ceux des années précéden-

tes. L'auteur avait distribué son récitsuivant l'ordre des

faits, sans se préoccuper de répartir son texte en notices

distinctes pour chacun des papes Jean Xll, Léon Vlll,

Benoit V et Jean Xlll. Plus tard, lorsque le catalogue

fut continué et que l'on se préoccupa d'y agencer le ‘

petit récit de 963, le passage final sur l'avènement de :

Jean Xlll parut interrompre l'ordonnance des notices;

on le supprima, sans prendre la peine de le transporter -

un peu plus loin, en tête de la notice de Jean XIII lui- '

même. -

Le Lrzzu'cntz'mms, où le catalogue ne se prolonge pas

au dela de ce morceau,

forme primitive; mais on le rencontre aussi ailleurs,

notamment dans le manuscrit de la Pomposa (liste/Mis),

où le catalogue estprolongé bien au dela de l'année 965.

8.- L’archevêque de Cantorbéry Sigeric fit, en 990, le

voyage de Rome. Il nous en a laissé un curieux itinéraire,

conservé dans un manuscrit angle-saxon des environs

del’an mil (British Museum, 00111022., Tz'berz'zts V,pars I),

à la suite de divers catalogues dont un des papes, pro-

longé, noms seulement, jusqu'à Hadrien lll. Immédia-

i tée a noter les titres cardinalices.

nous le présente ainsi sous sa 5 erreur qu'il emploie le mot tz‘lulus a propos de l'église

Item lohannes lituli sancti Vitali sedit annos [lII m. unum ct

dimidium.

La série s'arrête à. Jean XV, qui siégeadix ans et demi,

tandis qu’on ne lui attribue ici que quatre ans et six


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

semaines. Nous avons donc att'aire a un catalogue

dressé sous Jean XV lui-même, alors qu'il siégeait de-

puis un peu plus de quatre ans, c’est-a-dire vers le mois

d'octobre 989.

La spécialité de ce catalogue, c'est l'attention appor-

C'est sans doute par


Generated on 2013-08-03 09:36 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

Sainte-Marie in üûmùllcaï cette église était une diaco-

nie et non un titre presbytéral. Pour Saint-Théodore,

la terminologie est exacte. Nous avons ici, autant que

je crois, le plus ancien exemple du rattachement des

cardinaux diacres aux églises de diaconie.

Il faut noter aussi que notre catalogue omet Benoît V;

au temps où il fut rédigé, les idées reçues ne permet-

taient pas de considérer ce personnage comme un

pape légitime.

tement avant le récit du voyage se trouve, I’0 23', le 9_ _'Parmi les livres de date certaine où l'on ren- lcataloârueâ

catalogue suivant, qui va de Jean X a Jean XV (914- contre des traces du catalogue du x’ siècle, aucun n est a ‘1222p: I“

d'Othon II .

989)‘ :

In nomiue domini uostri Iesu Christî.

lohannes Rabennati sedit annos Xllll m. [Il dies YII.

Item Leo tituli sanctae Susannae sed. m. Vlll dies X.

Item Stephanus titulisanctae Anaslasiae sedit annos llI dies X.

Item lohannes tituli sanctae Mariae trans 'l‘yberi seditannos VII

dies XII.

ltem Lco tituli sanctr Sixti sedit annos IIIl dies V.

Item Stephanus tituli sancti Silvestri ets. Martiniseditannos III

et menscs Il dies llll.

Item Marinus tituli sancti Ciriaci sedit annos [il] m. I dies V.

Item sanctissimus Agapitus sedit annos VIlll m. Vlll d. XI.

Item lohannes tituli sanctae Marine qui vocatur in Domiuico

seditannos Vllll m. ld. V.

Item Leo sedit annos unum et dimidium et dies Xl.

Item [ohannes sanctissimus sedit annos VlI d. Xll.

Item Benedictus diaconiae sancti Tbeodori sedit annos I et dimi-

dium, dies XII.

Item Bonifalius sedit dies sexaginta et expulsus est l‘oras.

Item Benedictus sedit annos VII et dimidium, dies Xllll.

Item Petrus Papiae sedit annos l m. Vllll dies Vtl.


XV]

CATALOGUES DU Xe ET DU XI“ SIÈCLE.

Catalogue du

temps de

Silvestre 11.

La méme rédaction se discerne, tout aussi nette-

ment que chez Ilermann, dans un catalogue provenant

de l'abbaye de Zwettl, en Autriche, et publié dans le

T/zesaurus anecdotorum de Pez 1. Mais ici le texte pri-

mitif est chargé d'additions de tout genre empruntées

à divers historiens et aux documents officiels, lettres

des papes, canons de conciles, etc.

Ce qui permet de reconnaître et de distinguer cette

rédaction d'entre les autres, c'est que, d'accord pour

le commencement, de Jean VIH à Jean XV, avec l'en-

semble des textes et spécialement avec celui du Vali-

canus 3762 3 elle s'en sépare nettement a partir de

Grégoire V. Il résulte de la que l'exemplaire commun

à cette rédaction allemande et aux textes italiens ne

se prolongeait pas au delà de Jean XV (-l- 996).

10. — Un catalogue à peu près réduit aux indica-

tions chronologiques, mais intéressant par sa date,

figure en tête du Liber pontificah‘s dans le Parisinus'

5140‘. La série va de saint Pierre a Silvestre ll ; les

chiffres, pour la partie commune, ne sont pas toujours

d'accord avec ceux du Liber pontificalis. Je le reproduis

ici depuis Léon Ill seulement:

XCVIll. ltco ann. XX m. V (1. XVl.

XtlVllIl. Stephanus meus. VII.

C. Pasclmlis ann. Vll m. V d. Xlll.

Cl. Eugenius ann. llll.


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

Cll. "alenlinus m. I.

Clll. Gregorius ann. "I.

CXII. Stephanus sed. ann.Vl.

CXIII. Formosus,episcopus Portucnsis,sed. ann. V m. Vl.

CXllll. Bonifacius sed. dies XV.

CXV.Stephanus,episcopus (Jampaniaefied. ann.l mens.lll.


Generated on 2013-08-03 09:36 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

CXVI. Romanus sed. mens. llll; qui postea monachus

factus est.

CXVll. Theodorus sed. d. XX.

(‘.XVIll. lohannes sed. ann. ll.

CXVIIII. Benediclus sedit ann. l mens. V.

CXX. Leo, presbiter forensis, sedit dies sexaginta septem.

CXXI. Cristoforus sed. mens. llII.

CXXll. Sergius sed. ann. Vll mens. 1" d. W.

CXXIII. Anastasins sed. ann. lI.

CXXI'III. Lande sedit mens. Vl d. XXXVl.

CXXV. lohannes sed. ann. Xllll mens. Il. d. I".

CXXVI. Leo sedit mens. Vlll.

CXXVll. Stcphanus sed. ann. ll. m. I d. Xll.

CXXVIll. lohannes scdit annos Illl.

CXXVlllI. Leo scdit ann. lll mens. VI d. X.

CXXX. Slephauus sedit ann. llll m. [Il d. XV.

CXXXI. Marinus sedit ann. Ill m. Vl d. Xlll.

CXXXlI. Agapilus sedit ann. X m. Vll d. X.

CXXXlll. lohannes. filius Alherici, sed. ann. Vllll et m. Ill.

CXXXIIII. Leo sed. ann. I.

CXXXV. Benedictus sed. d. X.

CXXXVI. lohannes sed. ann. VI mens. X.

CXXXVII. Benedictus sed. ann.] m. Vl.

CXXXVIII. Benedictus sed. ann. XX et m. Vlll.

CXXX‘VIlll. lohannes sed. dimid, ann.

CXL. Bonifacius invasor sed. ann. I.

CXLI. lohannes, civis Romanus, sed. ann. I.

CXLlI. Gregorius Franciona sed. ann. Ill.

CXLlll. Silvesler qui et Gerberthus vocabatur.

CXLllll.

CXLV.

CXLVl.

CXLVlI.
CATALOGUES DU X“

ET DU XI° SIÈCLE.

Catalogues

taliens de la

fin . ‘

11 X!" eiecle.

'° Ëii". ""

il. — Ainsi, à partir de Grégoire V environ, la rédac-

tion de notre catalogue se diversifieJ’ai parlé suffisam-

ment du texte qui, vers le milieu du x19 siècle, trouva

le chemin de l'Allemagne méridionale. Vers la fin de ce

siècle, depuis le temps d'Alexandre Il et de Grégoire Vll

jusqu'au pontificat de Pascal Il, en rencontre en divers

points de l'ltalie une rédaction d'un type différent, mais

seulement a partir de Grégoire V. C'est celle qui est en-

trée dans le Liber pontifical/‘s de Pierre-Guillaume, et

dont j'ai reproduit le texte en caractères courants. Dans

cette rédaction, les petites notes historiques disparaissent

depuis la fin du x9 siècle ; on revient au catalogue pur

et simple: le nom du pape, sa patrie, assez souvent. le

nom de son père, la durée du pontificat. Cette ordon- ‘

nance ne se modifie que pour Benoît IX et Clément Il,

a propos desquels on a bien été obligé de noter les vi-

cissitudes par lesquelles passa le pontificat intermittent

du premier de ces deux papes.

Voici, autant que j'ai pu les réunir, les documents

qui contiennent ce texte ou qui en dérivent. Leur pro-

venance témoigne d'une certaine vogue dans les grands

monastères italiens.

l" Le catalogue du manuscrit

3764 l. — Ce catalogue commence a Lande et s'étend


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

jusqu’a Grégoire Vll inclusivement; les années, mois et

jours de ce pape étant marqués de première main,

l'exemplaire est nécessairement postérieur au 25

mai I085. ' '

2° Le catalogue du manuscrit de la Pomposa, Esten.

de la Cava, Valicanus
Generated on 2013-08-03 09:36 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

. Sis Vl F' 53. — Le catalogue fait suite au Liber pontifi-

calz's; il va jusqu'à la 9°

prit fin le 29 juin I082.

année de Grégoire VIl, laquelle

3° Le catalogue de Monte Amiata, Amiatinus 3, a la .

bibliothèque Laurentienne de Florence. Ce manuscrit ,

contient diverses œuvres de Bède et de Raban. Aux

l69 et 240 figure un catalogue de papes qui, pour la

première partie, depuis saint Pierre jusqu'à Agapit Il

a 955).

Benedictus V/I Ex comitibus T usculanis an. X m. V11] (1. XX V1111. ‘

[charmes XI V Papiensis au. I.

Pelrus loltmmes X V et X V1 an. 1.

Grqqoriua V Saxo. Germanus, sed. an. 1”.

Silvesler, qui et Gerberhu, Floriacensis monachus.

1. T. I, p. cxev. Publié intégralement

t' I. D- 5. et par Vignoli, t. I, cal. 11.

2. I, p. cxcrx. Fragments dans Muratori, Sein, t. 111 bis.

ulBER Porvrrrrcxus, t. il.

M7

ne contient, de première main, que les noms. 1

Depuis Jean Xll nous rencontrons notre catalogue,

plus ou moins abrégé;

dre H H‘ 1073) dont en

jours.

4° Le catalogue dela Casanate 1, Casanalensz‘s B, v, 17.

—Je n'ai pu découvrir la provenance de ce manuscrit.

marque les années, mois et.

II ; les chiffres de celui-ci

n'étant pas marqués, la rédaction doit être placée entre

1099 et M18. '

5° Au temps (1105-1119) où Grégoire de Catino com-

pilait la chronique de Farl‘a,on possédait dans cette cé-‘


XVIll

CATALOGUES DU X” ET DU XI“ SIÈCLE.

Papes

imaginaires.

Donne 11.

_ 12. ——Déjà, dans quelques-uns de ces catalogues,

on voit‘ apparaître deux fautes qui, se propageant peu à

peu, ont eu pour effet d'introduire dans le catalogue

pontifical deux papes imaginaires, un Domnus (var.

Bonus, Bonus) et un Jean.Ces fautes se rencontrent

dans les catalogues de la Pomposa, de la Cava, de

MonteAmiata’, de Saint-Vincent et de la Casanate. On

ne les rencontre pas dans ceux de Farfa, de Subiaco, non

plus que dans le Liber pontifica/is de Pierre-Guillaume".

J'ai déjà expliqué 3 l'origine de la première. Elle sup-

pose que, dans une rédactionautérieure à toutes celles

que nous avons, la notice de Benoît Vl (-f- 971;) était

immédiatement suivie de la mention non de l'intrus

Boniface VIl, mais du successeur légitime, Benoît Vll.

Celui-ci ayant été précédemment évêque de Sutri, on

l'avait désigné seulement par son titre épiscopal, Dom-

nus de Sulri, sans marquer de chiffre. Plus tard, lorsque

le catalogue fut continué et quel’on crut devoir yinsérer

le nom de Boniface Vll, ces mots Domnus de Sutri au-

raient dû être supprimés, car ils désignaient le pape

BenoîtVll, placé désormais un rang plus loin, à la suite

de Bonil‘ace Vll. Ils subsistèrentpourtant dans quelques

exemplaires. A la longue ou y joignit les chill'res an.

I. m. VI, répétés de la ligne précédente, celle de Be-

noît VI. Les mots de Sutri, d'abord transformés en de

Suri, puis en de Sur, finirent pas disparaître; il ne


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

resta que Domnus, que l’on considère comme le nom

d'un pape. Peu à peu il se modîfia luimême en Bonus

ou en Bonus ; c'est sous cette forme, Donus 11, qu'il

figure dans presque tous les catalogues imprimés.

L'autre faute n'est qu'un dédoublement de Jean XlV.

Sa notice dans le Liber pontificalz‘s contient deux


Generated on 2013-08-03 09:36 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

chiffres qui ont rapport à lui; le premier, m. V11],

représente la durée de son épiscopat; le second, m.

[Il], la durée de son emprisonnement au château Saint-

Ange. Dans les catalogues que j'ai énumérés ci-des-

sus, ces deux chiffres sont donnés tous les deux comme

des durées de pontificat et attribués à deux papes dif-

férents, quoique homonymes. Comme Jean XlV eut pour

successeur légitime un autre pape Jean, en obtint ainsi

une série de trois Jean entre BenoîtVll et Grégoire V.

De cette façon Jean XV devint Jean XVI et ainsi de suite.

On ne sait quand se produisit cette erreur. Il est sûr

qu'elle n'eut aucune influence sur la numérotation des

papes Jean XV, XVI, XVIl, XVlll, XlX: leurs inscrip-

tions et leurs chartes en font foi. Ces papes appartiennent

tous au dernier'tiers du x” siècle et au premier tiers du

XI”. Mais au xm°siècle le dédoublement de Jean XlV était

chose reçue et consignée dans toutes les chroniques du

temps. Un pape Jean ayant été élu en 1276, au lieu de

prendre le n° XX, il prit le n‘J XXl. Après lui sont

venus deux autres papes du même nom, Jean XXll et

Jean XXIII, qui ne pouvaient manquer de prendre des

numéros à la suite.

13. — Parmi les catalogues qui dépendent de textes

ainsi corrompus, mais qui remontent pourtant à une

date antérieure au xu° siècle, je citerai d'abord celui

qui est entré dans la composition de l'un de ces cata-

logues de papes et d‘empereurs, en colonnes parallèles,

si communs au xu° siècle et depuis. C'est, je crois, le

plus ancien que l'on ait signalé. Peu différent des pré-

cédents jusqu'à la hauteur de Grégoire V, il s'en sé-

pare alors et contient, pour la fin du Xe siècle et pour le

siècle suivant, des renseignements intéressants. Bien

qu'il nous soit parvenu dans une rédaction prolongée


CATALOGUES DU X’ ET DU XI° SIÈCLE.

Romanus, presbiter titulo sancti Petri ad Viucula, ann. 111

d. XXII.

Theodorus, d. XX. '

Iohannes, ann Il d. XV.

Benedictus, ann. III m. II (I. XV_

Leo, presbiter forensis, d. LX.

Christotorus, cardinalis titulo Damasi, m. VII.

Sergius, natione Romenus, ex patre Benedicto, ann. VII

m. [Il d. XVI.

Anastasius ann. II m. Il.

Lande m. VI d. XXXVI.

Iohannes ann. Xlll 11]. II (1. III.

Leo ann. I" d. XV.

Stel‘anus ann. Il m. I.

Iohannes ann. IIII m. X.

Leo ann. I“ m. "I d. X 1.

Marinus ann. [il D1. VI d. XI".

Agapitus ann.

Agapitus ann. X m. VI 'd. X.

XIX

Benedictus, Viliternense episcopus, natione Romanus, in re-

gione ad Sanctum Mariain de Presepe, m. VIIII d. XX.

Gregorius ann. Xll m. I d. V.

Victor [[1].] Illld. VlI.

Urbanus ann. XI 111. llll. Et cessavit d. XVI. '

M. — Un autre type de catalogue, très fréquem- 3° Troisième

ment reproduit dans les manuscrits, est caractérisé, type'

outre l’intrusion des deux papes Domnus et Jean, par

une série de notes qui commencent a Jean XVI et

vontjusqu’ala fin du x|° siècle,


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

A ce type appartiennentles catalogues contenus dans

les manuscrits suivants :

Parisinus :2886 (C011). M63), de la fin du X!“ siècle.

Il provient de Moissac, comme le montre la note sui-

vante, écrite en haut du premier feuillet: Isto liber

fui! prions de Ilapz'stagno monde/ci monasteriï Moy-


Generated on 2013-08-03 09:37 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

sz'acensz's’. Le catalogue, transcrit sur un blanc, au D‘ 67',

par une mainjcontemporaine de celle qui a exécuté l'en-

semble du manuscrit, va jusqu'à Alexandre Il inclusi-

vement (I073) ; quelques mots ont été écrits d'abord,

puis grattes, a la suite de ce pape.

Parisz'nus 5512 (Colb. 3518), de la fin du me siècle.

Le catalogue est a la fin ; il va de première main

jusqu'à Victor III (1087).

Vatz'canus 6292, de la fin du xiesiècle. Ici le catalogue,

arrêté pour les chitI'res a Victor Ill, contient encore,

de première main, le nom d'Urbain Il.

Parz‘sùzus 2478 (C016. 4195). C'est un saintAnselme

du xu" siècle. Le catalogue y est prolongé, de pre-

mière main, jusqu'à Gélase II (1119).

Parz‘sz‘nus 3876 (C016. 4048). C'est une collection

canonique. Le catalogue yva. de première main, jus-

qu'à Innocent II. I

Tous‘ ces textes, à peu près de même, teneur, ont A

été publiés. Les quatre Parz‘sz'ni sont respectivement r , 1

identiques aux catalogues placés par Pagi en tête de sa ! ]

Crùz'ca lzz‘storz'co-c/zrono/agica3, sous les n°*_ 2, 3, 4- ‘

et 5; celui du Vatz'canus figure dans l'introduction du

Liber pontificalïs de Vignoli, sous la rubrique Catalo-

gus 111‘. Ils n'ofl‘rent aucun intérêt pour la partie au-

ceps Rom. Successit ind. Xllll; ann. VlIlI m. llll.

Benedictus, nat. in regione Marcello, m. Il.

Leo ann. lm. IIII.

Iohannes Narniensis ann. VII m. XI d. V.

Benedictus, natione ltomanus, ann. I m. Vl.

Domnus ann. lm. VI de Suri.

Bonifatius m. I d. XII.

Benedictus, natione Romanus, ann. VII m. VI.

Iobannes m. VlII.
X!

CATALOGUES DU X"e ET DU XÏ” SIÈCLE.

cienne. Je ne reproduis ici ‘ que la fin, depuis Be-

nottVl.

Benedictus sed. en. l m. Vl.

Domni de Suri sed. an. l un. V1.

Bonifatius sed. m. I d. Xll.

Benedictus sed. an. Vllll.

lohannes sed. m. Vlll.

lohannes sed. m. Il“.

_ [ohannes sed. an. X m. VI. (1. X.

Gregorius sed. au. I m. V.

lohannes sed. m. X. qui turpiter vitam suam finivit.

Silvester sed. an. llll m. i d. Vllll.

lohannes, qui vocatur Sicco, sed. m. V d. XXV.

lohannes, qui vocatur Fanassus, sed. an. l.

Sergius, qui vocatur 0s porci, sed. an. lll. Suis quidem

temporibus fuit pessima rames. Vendebatur enim modius tri-

tici C denariis, modius furfuris denariis XXX.

Benedictus. frater Alberici maioris,sed. au. .\'l m. X5 11. XXl.

lobannes, l‘ruter eius, sed. an. VllIl m. Vllll.

Benedictus, qui vocatur Tbeophilactus, sed. au XI".

Silvester, Sahinensis episcopus, sed. d. LVI.

Gregorius, qui vocatur Iobannes Gratianus, sed.an.Il m. Vl.

Clemens, qui vocatur Suigerius, sed. m. Vllll d. Vil.

Damasus, qui vocatur Poppo, sed. d. XXlll.

Leo sanctissimus, qui vocatur Bruno, sed. au. V m. [I d. VII.

Victor, qui vocatur Gebeardus, sed. an. Il m. [Il d. XIII.

Stephanus, qui vocatur Fredericus,'sed. m. "il d. XXVllll 3.

Benedictus, Belliternensis episcopus, sed. m. Vllll d. XX.

Nicolaus, qui vocatur Girardus, sed. an. Il 111. V d. XXV.


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

Alexander, qui vocatur Anselmus, sed. an. Xi m. VI.

V Gregorius sanctissimus, qui vocaturlldebrandus, sed. an. Xll

in. I, et cessavit episcopatns biennium.

Victor, qui et Desiderius, Cassinensis cenobii abbas, sed. m.

lili (1. "il, et cessavit episcopatus 111. V (1. XXVll.

A partir d’Urbain II les continuations divergent et


Generated on 2013-08-03 09:37 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

perdent toute valeur.

C'est un catalogue de cette forme qui est entré dans

q la compilation du Liber Flaridus ;mais depuis Urbain [I i

il s'élargit en notices. J’ai reproduit intégralement cette

dernière partie, t. I, p. ctxxxvr. C'est encore à ce type

que se rattache, mais avec quelques modifications ve-

nues d'ailleurs, le catalogue du Vaticanus 1340‘, dont

Vignoli a donné le texte entier, sous la rubrique Cala-

logus IV, et dont les particularités principales ont été

relevées dans la présente édition 3. '

l5. —— Je n'entreprendrai pas de classer ni même

d'énumérer les innombrables catalogues pontificaux

qui se rencontrent dans les manuscrits, depuis la fin

du me siècle et qui ne contiennent que des noms et des

chiffres’. il en est peu, sans doute, qui ne se rattachent

à l'une ou a l'autre des traditions que je viens de signa-

ler. Les rechercher, les publier, les comparer serait une

besogne ingrate a tous les points de vue; on se donne-

rait beaucoup de peine pour n’atteindre en réalité au-

cun résultat. Les catalogues précédemment étudiés

sut‘fisent pour constater les traditions du x0 et du xi“

siècle sur la chronologie pontificale de cette période.

Au delà on n'en est plus réduit aux catalogues, ni pour

l’histoire, ni pour la chronologie.

l. En fait de variantes je ne note que celles qui sont assez ap-

puyées pour mettre en doute la leçon primitive.

2. Var. m. M.

3. Var. (1. vnn.

1. Cf. t. I. p. nov.

2. Au point de vue des chiffres, il y a une certaine divergence

entre ce catalogue et le groupe qui précède. mais seulement de-

puis Grégoire V. Dans cette dissidence, le Vatir'anus I340 est suivi


ANNALES ROMAINES. x XI

g 11.

LES ANNALES ROMAINES.

‘histoire des le‘. — La renaissance grégorienne, àla fin du x1°sie« son temps. Le premier livre va jusqu'à. Constantin, le

Ë; 019, se fit sentirdansl'historiographie pontificale comme second jusqu'à Charlemagne; avec les deux suivants

“8°” vu‘ en beaucoup d'autres choses. indépendamment des on atteint le x1” siècle. Dans le cinquième on arrive à

biographies spéciales de Léon 1X et de Grégoire Vll, l'empereur llenri III et à son intervention au concile

nous rencontrons vers la fin du :(1e siècle et surtout au de Sutri (1046) dans les affaires de l'église romaine. On

siècle suivant, divers ouvrages consacrés soit al'histoire voit alors apparaître les papes allemands, Clément il,

des papes contemporains, soit a l'histoire de tous les Damase 11, Léon IX, Victor ll, puis, au livre suivant.

papes depuis saint Pierre. Rédigés en des temps où Étienne IX, Nicolas ll, Alexandre Il; les trois derniers

les esprits étaient divisés par les controverses les plus livres (vu-1x) sont consacrés a Grégoire Vll.

ardentes, ces livres se ressentent du milieu d’où ils Tout cela ressemble fort peu, dans la forme, à l'an-

sortent. ‘ cien Liber pontz‘fiwfis. Bonizo écrit pour son propre

Les deux canonistes les plus en vue dansi’entourage compte, sans aucun souci de continuerla vieille chroni-

de Grégoire Vll, Deusdedit et Anselme de Lucques, que pontificale ,-il ne procède pas, comme elle, par noti-

i'ont souvent place dans leurs compilations a des textes ces distinctes. Dans un autre de ses ouvrages, le Décret,

historiques, en particulier à des extraits du Liber pon- encore inédit, mais dont certains fragments ont été

liflcalis. Deusdedit cite toujours celui-ci sous la rubri- publiés 1, il en résume, très rapidement, toute la sé-

que sa: Romano Ponti/îcalz', en: Pontiflcali. Anselme a rie, jusqu'à Etienne V et Formose. A partir de la il

au soin d'annexer un catalogue pontifical à sa collection, donne encore une sorte d'esquisse de l'histoire ponti-

_' pour y servir en quelque sorte d'échelle chronologique. ficale où abondent, jusqu'a Benoît 1X, les confusions

Cependant ils n'ont rien fait, ni l’un ni l'autre, pour les plus étranges 2. S'il avait en sous la main un cata-

i'histoire pontificale proprement dite. logue, même fort laconique, comme celui d'Anselme

Btèqliprq de il n'en est pas de même de.Bonizo ou Bonitho, évé< de Lucques, il n'eût pas accumulé autant d'erreurs.

' que de Sutri, l'un des défenseurs les plus zélés de la Quant a son Liber ad .-lmicum, il ne dépend de l'an-

réforme grégorienne. Son Liber ad amicum ’. écrit cien Liber pmtzifimäs qu'en un endroit, au commen-

très Peu de temps après la mort de Grégoire Vll. pro- cernent du livre lit, pour un passage relatif a la chute

bablement avant qu'il ne lui eût été donné un succes- du royaume lombard et a la visite de Charlemagne a

seul‘, contientd'assezlongs récits surl'histoire de LéonIX Rome en 774 3; mais il y a tout lieu de penser qu'il aura ‘

etdes papes suivants jusqu'à. Grégoire Vil ; la vie de pris ce résumé dans quelque recueil d'extraits. Deus-
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

celui-ci est traitée avec de grands développements. Le dedit a aussi ce morceau (IV, “4, P- 427)-

but de l'auteur est de répondre par l’histoire. à. deux ' I '

questions qui lui ont été proposées: Comment Dieu 17._ Dans palme camp aussi, dans celui des adver-

peut-il soufl‘rir la défaite des bons et le triomphe des saires de la réforme etdes tenants de l'antipape Guibel‘f, ‘

méchants? Est-il permis de se servir des armes ma- on faisait œuvre de plume. Au nombre des livres 31m.

térielles pour défendre la foi ? Sa réponse est un ex- grégoriens il faut compta-1a vie de Grégoire V1] par le
Generated on 2013-08-03 09:37 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

posé historique desluttes de l'Eglise et plus particu-

lièrement de la papauté, depuis Jésus-Christ jusqu’à

1. Mai, Nova P1’. bibliotheca, t. VII, 3' partie.

2. "oy. ce morceau ci-dessous, p. 353; ci‘. p. :u.

l. Les meilleures éditions sont celles de JatIo', Monumenta Gre- 3 c’est le morceau Temporibm “le”. Adriani _ regm‘m eh“

floriana (Hi/1L, t. II) et de Dümmler, M. 6., Libeui de me imperm I

lorum et ponlificum, p. 569. subiugamL


XXII

.ANNALES BOMAINES.

Le Vaticanus

1984.

Description.

cardinal Beno 1, libelle diffamatoire, où non seulement

Grégoire VII, mais plusieurs de ses prédécesseurs et

son successeur Urbain Il sont poursuivis avec le der-

nier acharnement. C'est dans ce monde schismati-

que, quoique en une région plus tempérée, que

naquirent les récits déposés dans les parties les plus ‘

anciennes de ce que l'on est convenu d’appeler les

Annales Romaines. '

Le manuscrit Valicanus 19812, in fol. du xn" siècle,

est un recueil de divers ouvrages historiques, complété

à diverses reprises par l'addition de cahiers et d'écri-

tures nouvelles. On trouve d'abord un cahier de six feuil-

lets, ajouté après coup, contenant le texte d’Eutrope.

Au 1'. 7 commence le manuscrit primitif; il renferme le

Curiosum urbis Iiomae (f. 7-9), deux fragments histo-

riques, Octavianus Augustas regnavit, etc. (f. 9) et

Darius reæ Persarnm, etc., f. 10; un récit de la prise de

Troie(Scilium Troic) (f. l0-27); I'Historia miscella (f.

27-122); enfin, a partir du f. 123, l'Histoire des Lom-

bards de Paul Diacre, ou plutôt une série d'extraits de

cet ouvrage. Les derniers mots appartiennent an der-

nier chapitre, VI, 58 ; ils se trouvent en haut du f. 191.

Entre ce 1'. et celui qui le précédait dans la disposition

primitive du manuscrit, c'est-à-dire le f. 166, on a in-

calé trois cahiers, f. 167-190, contenant I'Hz'storia Ty-

rii Apollonii 3. -
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

Le f. 191 commence un cahier ordinaire de huit feuil-

lets (f. 191-198). Ce cahier se trouvant libre, ony trans-

crivit d'abord les pièces suivantes, qui dépassent les

limites du cahier, et donnèrent ainsi lieu d'ajouter deux

autres feuillets, 199 et 200 :

a) le faux privilège par lequel Léon VIII est censé


Generated on 2013-08-03 09:37 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

avoir concédé les investitures à. l'empereur Othon l

(Jafl‘é, 3701) ; — b) le décret de Nicolas II sur les élec-

tions pontificales (concile romain du 13 avril 1059) ; -—

c) le privilège de Pascal Il relatif aux régates, délivré au

roi Henri V, à Saint-Pierre, le 1 février 1111, avant la

captivité du pape (Jafl‘é, 6289); -— d) le privilège sur les

investitures délivré au même souverain, le 12 avril'1111

1. Goldast, A pologia Henrici IV.

2. Sur ce manuscrit. v. Pertz, Archiv, t. V, p. 80; Bethmann

ibid., t. XI, p. 811; E. Stevensou, Arcliivio Romano di st.patria:

p. 385.

3. La coupure entre f. 167 et t‘. 191 est dans le chapitre VI, 55...

quae ad Perlicas l regem levaverunt. Rectifier d'après cela la des-

é‘rlption de G. Waitz (M. G. Scr. Lang., p. 30), où il est dit que

le texte s'arrête à Pertx'cac. .

(Jatl‘é, 6290); —- e) le concile de Latran, mars 1112,

dernière session; —f) un récit‘ de l'arrestation et de la

captivité du pape Pascal 1] (mars-avril 1111), du à la

plume d'un clerc de l'entourage du pape;-— g) fragments

historiques sur Pascal 11, Gélase Il et Calixte Il 2;— h)

extraits de la collection canonique du cardinal Deusde-

dit ; ces extraits commencent par les trois privilèges de

Louis le Pieux (817), d'OthonI (962) et de Henri Il

(1022); ils vontjusqu'au r“ du f. 200.

Deux autres feuillets, les deux derniers, 201, 202,

terminent le manuscrit. On y trouve des notes histori-

ques, assez mal combinées avec un fragment de catalo-

gue pontifical. le tout allant de l'année 1041 à la mort

de l’antipape Cadalus (1071-72) 3.

Dans les espaces blancs qui restaient entre ces pièces

en transcrivit: 1° des extraits du Liber pomi/icalis re-

latifs aux papes Zacharie, Etienne Il, Etienne III, Léon

llI : ces extraits concernent les rapports de l'église ro-


ANNALES ROMAINES.

‘ragnients

tstoriqnee.

de nubibus cecz'a’z'sset. — Aux ff. 9 et 8, on a utilisé

des blancs pour transcrire le privilège de Calixte II et

le PrcceplimzHez'm‘icz'1'mp., c'est-à-dire les deux pièces

dont l'ensemble forme ce qu'on appelle le concordat de

Worms ‘. '

l8. — Il résulte de cette description que les person-

nes à qui ce manuscrit appartint pendant le xue siècle

portaient un assez vifintérét aux faits et controverses du

temps, notamment aux conflits des partis sous Pascal Il,

Gélase Il et Calixte II. On a puisé aux chroniques, aux

registres pontificaux, aux collections de pièces mises en

circulation par les défenseurs du pape et par les tenants

desrevendications impériales, eton l'a fait avec un tel

éclectisme qu'il serait difficile de déterminer la cause

que l'on a entendu servir. Peut-être tenait-on surtout a

se renseigner. De toute cette farrugo j'ai extrait, sui-

vant en cela l'exemple de Pertz, les parties qui ont un

caractère narratif, et je les ai rangées dans l'ordre

chronologique, sans tenir compte de l'esprit qui a di-

rigé le narrateur. Les fragments cotés ci-dessous 1, III,

IV, sont évidemmentde quelqu'un qui s'intéressait mé-

diocrement aux grandes vues de la papauté rét'ormatrice

et ne prenait guère parti entre elle et l'empire d'Alle-

magne. Au contraire, le fragment n‘J Il est l'œuvre d'un

clerc de la suite de Pascal il, de l'un de ceux qui furent

arrêtés avec lui et qui partagèrent sa captivité de deux

mois derrière les lignes de l'armée impériale.

Mon édition, fondée sur une nouvelle collation d'un


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

manuscrit qui s'efface de jour en jour, n'ajoute que

bien peua ce que l'on sait depuis longtemps sur ce texte

curieux par l'édition très soignée que Pertz en a donnée

dans les Monimzenta Germam'ae. '

Dans sa première partie, qui va de Benoit IX a Alexan-

dre Il, le narrateur dépend évidemment de documents


Generated on 2013-08-03 09:37 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

antérieurs. li a en sous les yeux le catalogue pontifical,

pour la partie qui regarde Benoit 1X, Silvestre lll et

Grégoire Vl. Il a connu aussi une pièce apocryphe, fa-

briquée parle parti guibertiste entre 1080 et 'lt)872.Dans

La série des notes romaines, mais non curialistes, ne

reprend qu'au pontificat de Pascal“. Il est possible qu'il

y ait eu alors un changement de main; la continuation

ne va que jusqu'à l'année H21.

Ces Annales romaines (let lll) appartiennent a une

période un peu antérieure a celle où écrivait Pan-

dolfe, dont le recueil m'occupera tout a l'heure. Avec

elles nous sommes en plein dans la querelle des inves-

titures, au temps des antipapes oppose's parles empe-

reurs a Grégoire VII et a ses successeurs jusqu’a

Calixte ll. Pas lamoindre trace du schisme entre Inno-

cent II et Anaclet. Les vies de papes du cardinal Boson,

dont je parlerai plus loin, sontpostérieuresa Pandolfe ;

elles nous reportent au temps de Frédéric Barberousse

et de ses conflits avec les papes Adrien IV et Alexan-

dre lll ; leur série se termine par les vies de ces deux

pontifes ; plus précisément, elle s'arrête àl‘qannée 1178.

C'est un peu au dela de ce terme que nous nous re-

trouvons, avec le court fragment n” [V ajouté vers la

fin du xiie siècle a notre manuscrit Vati'caiius 1984. Ce

fragment commence au pontificat d’Urbain lll (U85-

1187) ; mais il y est question du pape Lucius lll (H81-

ll85), successeur d’Alexandre lll et prédécesseur d'Ur-

bain. Le récit s'étend au pontificat de Grégoire Vlll

t ‘187) et va jusqu'à l'avènement de son successeur Cle-

ment lll (ll87-l'l9l);mais il ne dépasse pas ce terme.

Au moment où la transcription s'est arrêtée, faute de

place, le narrateur, revenant en arrière, était en train

de parler de la guerre des Romains contre Tusculum,


xxlr LE LIBEB PONTIFICALIS DE PIERRE-GUILLAUME.

Le manuscrit

de

Saint-Gilles

exécuté dans

le diocese de

Reims.

s in. I 1

LE LIBER PONTIFICALISZDE PIERRE-GUILLAUME.

l9. —- Peu après le temps du pape Calixte Il, que ne

dépassent pas nos Annales Romaines, dans leur partie

principale, nous rencontrons un recueil bien autrement

important, qui n'est rien moins qu'une nouvelle édition

du Liber pontificalis, continuée jusqu'à lionorius II

(1- 1130) inclusivement. Le plus ancien manuscrit,

longtemps unique, et souche incontestable de tous les

autres, est le

Vatz'canus 3762, xu‘ siècle.

Parchemin, in-i“ oblong, 235 m‘ sur M5, 182 feuillets, dont

les tîl premiers forment le manuscrit primitibles autres n'ayant

été ajoutés que beaucoup plus tard, au xv' siècle. Ce manus-

critaété exécuté en ll’i‘l , comme il résulte de la note suivante,

qui se lit dans les marges supérieures des pages 91’, 92, 93‘,

94, 94’, 95 : Petrus Guillrrmus bibliotecharius apud Aceium dum ibi

moraretur anno dÎu'ce incarnatianis millésime C“ XLII° 1.

Le copiste de ce manuscrit est connu, de même que

la bibliothèque dont il était titulaire. C'est évidemment

le même personnage que Pierre, surnommé Guillaume,

bibliothécaire de l'abbaye de Saint-Gilles, auquel on doit

un recueil de miracles composé à la gloire du patron

de ce monastère, et pourvu d'une dédicace qui commence


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

ainsi: Reverentissimo patri domno Hugoni abbati m0.

nasteriï sancti Egidii quod in valle Flaviana situm est,

[rater Pctrus cognomcnta Guillermus, ez'usdcm 100i bi-

bliot/recarius, debitum in omnibus ut filz'us famulatum.

Cet écrit fut rédigé entre les années 1121 et i124 '-

La localité d'Aceium a été identifiée par M. W. Gie-


Generated on 2013-08-03 09:49 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

sebrecht3 avecl’ancien siège épiscopal d'Acci, en Corse,

par M. Watterich avecl'abbaye cistercienne d'Acey, fon-

dée en H38 dans le diocèse de Besançon. J'avais d'abord

accepté l'identification de M. Watterich ’; mais je crois

, maintenant qu'elle doit être écartée. En effet, diverses

bulles 3 pancartes de l'abbaye de Saint-Gilles mention-

nent, parmi les appartenances de ce monastère, une

ecclcsia s. Egia'ii de Aceio, où il est difficile de ne pas

reconnaître I'Àceium de notre bibliothécaire. Or cette

église est déjà mentionnée dans une bulle de Calixte II,

du 28juin 1119, c'est-à—dire d'un temps où il n'y avait

encorea Àcey en Franche-Comté ni abbaye ni établisse-

mentreligieux d'aucune sorte. Du reste le monastère d'A-

cey n'a jamais été sous le patronage de saint Gilles. Il

faut donc chercher ailleurs. L'église Saint-Gilles de Aceio

est considérée par M. l'abbé Goifl‘on 3, mais avec quel-

ques doutes, comme une dépendance de l'abbaye de

Saint-Eusèbe, au diocèse d'Apt‘. Rien ne le preuve, a

ma connaissance, si ce n'est que l'ecclesia s. Egidii

de Aceio fait suite, dans les pancartes, a l'abbatia s.

Eusebii de Provintia ; mais il est clair que la liste n'a

pas été disposée suivant l'ordre géographique.

Or il existe dans le diocèse de Reims, à trois kilomè-

tres environ au sud de Fismes. une paroisse de Saint-

Gilles, près de laquelle se voient les ruines d'un

prieuré. Cet établissement religieux porte dans les an-

ciennes chartes et autres documents du diocèse le titre

de prieuré S. Egia’ii de Aceio 5 ;c'était une maison

cistercienne. Je crois qu'il n'y a pas à chercher ailleurs

i. Étude, p. 93.

1. On trouve en tête de ce ms. deux feuillets de garde (xv' s.)

contenant des statuts de la ville de Gênes; d'après une note de

:Zacagni, sur le premier de ces deux feuillets, il y en aurait eu


o
‘lui ‘Ç 7'
La"? ,. _ ‘
Generated on 2013-08-03 09:50 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-03 09:50 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
LE LIBER PONTIFICALIS DE PIERRE-GUILLAUME.

tescription.

et que c'est bien la l'ccclesia s. Egidiz' in Accio des

chartes de Saint-Gilles. Du reste, Pierre-Guillaume lui-

mème, dans son livre sur les miracles de saint Gilles ‘,

parle d'un miracle arrivé en 1088 dans une église fon-

dée au diocèse de Reims par quelques-uns de ses con-

frères. Dès lors l'Accium où fut exécuté notre manus-

crit doit être placé, non en Corse, ni en Provence, ni

en Franche-Comté, mais dans le diocèse de Reims. Cette

circonstance explique une particularité de la notice

d’Urbain Il. On y trouve, au commencement, sur la pa-

trie de ce pape, des indications d'une précision inaccou-

tumée, qui étonnerait de la part d'un biographe romain

et même d'un réviseur languedocien ou comtois: Urba-

nus, nalione Gal/us, ex oppido Castellionis, guod est

supra Marnam fluvium in arc/tiepiscopatu Rcmensi.

Mais du moment où le texte a passé par les mains d'une

personne qui résidait a cinq ou six lieues de Chatillon-

sur-Marne, il n'y a plus rien d'extraordinaire.

Pour quelle raison Pierre-Guillaume se trouvait-il tran-

sitoirement (dam ibz' morarctur) a Saint-Gilles in Aceio,

en “42, c'est ce qu'il est superflu de rechercher. La

teneur de la note marginale, Petrus Gui/lermus etc.,

semble indiquer qu'elle fut écrite après le retour du 5

bibliothécaire à l'abbaye, ou tout au moins en prévision

d'un prochain retour. On peut donc considérer le ma-

nuscrit comme ayant été exécuté pour la bibliothèque

de Saint-Gilles. _

ll contientle Liber ponti/icalis prolongé jusqu'à H0-

norius II (-1- ll30) inclusivement. En tête, les deux


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

lettres de saint Jérôme et du pape Damase, puis le titre:

4. M. G. Sain, t. XII, p. 317. Il faut noter toutefois que Pierre-

Guillaume donne un autre nom qu'Aceium à la localité ou fut

fondé ce prieuré: il l'appelle Ascona : « Gnm domnns Reinoldus. ve-

locum illum in que fratres nostri venerandas reliquiasinanus dex-

trae b. Egidii... coltocare et monasterium aedificare decreve-


Generated on 2013-08-03 09:50 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

rant... M. de Kerval, Vie et culte de S. Gilles, 2 éd., Le Mans.

1875, p. 34. et M. l'abbé Rembry, dans son livre intitulé Saint Gil-

Egidii in Aceio des chartes de Saint-Gilles et de Reims ne soit!"t une

seule et même localité.

pus sca'erunt. Suivent les notices.

Depuis saint Pierre jusqu'à Etienne Il, elles sont re-

produites in-extenso. Le texte appartientau type mixte,

représenté par les manuscrits E et G ; ainsi, la vie

d'Etienne Il est donnée suivant la recension lombarde‘.

Ça et la il y a des. interpolations spéciales. Voici les

plus notables: ANACLET.... non marial. [Duos etiam

dccretales cpislolas omni sapienlia pianos conscripsit.

Hic sub Domiciano principe martirii gloriam copitis

obtrzmcatione susce_pit.] — CALLISTE... traits Tibcrim

[guae sanctae Mariae appellatur.] — MARCELLIN.... Et

postpaucos dies [synode facto in, provincia Campanie,

‘ in cioitate quae vocatur Sesanna, sua arc pent'luit co-

ram cLxxx epzîscopis cum cz'ncre in capite sac et cz'lt'cio

vestitus, pemtenciam agents et diccns se pcccasse. Tune

iratus Dioclecz'anus tenait eum, compcllens ad sacrifi-

cium. Illc autem clamabat, dicens : c Pem'teo cum

lacrimis de pria/‘e ignorancia, quia graoiler delinqui. :

Et cepz't blasp/tcmore Dz'oclecianum et idola démonia-

rum manu facto. Tzmc] ab godent Diocletz'ano, etc. —

SJLVESTRE.... a lepra. [Hic Constantinus imperator,

quarte dia sui baptismalis privilegium ecclesiae Ro-

manae ponti/z‘ci contulit ut in loto orbe Romano sa-

cerdotes ita Izunc capot Izabeant sicut omnes iua'ices

regem. In eo privilcgio ira inter cetera legitur: Utile

iua'z'camus una cum omnibussatrapzs nostriset unioerso

senatu.... Suit la fin de la donation psendoconstanti-

nienneg. —XYSTElIl... sanctae Sabinae [in m'be Rama,

‘ in monte Aoentino, z'zczt‘a monaslerizun sancli Boni/‘a-


XXVI

LE LIBER PONTIFICALIS DE PIERRE-GUILLAUME.

des Lombards de Paul Diacre, v, 30 ; dans celles qui

concernentAnacIet et Silvestre, l’interpolateurse montre

tributaire de la collection pseudo-isidorienne. C'est du

faux concile de Sinuesse que l’on a tiré ce qui est ajou-

té a la notice de Marcellin. Les notes sur la basilique de

Sainte-Marie in Trastevere et sur le monastère des 55.

Boniface et Alexis trahissent une main romaine; il en est

de même dela variante templum Bomuli pour temp/um

Romae que l'on rencontre dans les notices de Félix IV,

d‘llonorius et de Paul’.

Au dela d’Etienne Il, depuis Paul jusqu'à Iladrien Il,

les notices sont fortement abrégées; ou plutôt on y a

pratiqué des coupures arbitraires], en se préoccupant non

de résumer le texte, mais de le diminuer. De Jean VIII

a Urbain Il, nous trouvons le catalogue décrit cihdessus,

rédigé à Rome et continué par diverses mains jusqu'à

la fin du :11e siècle. Il présente cependant, dansla notice

de Jean VIII et dans celles de Léon IX, Etienne IX,

Benoît X, Alexandre Il, Grégoire VII, Victor 111, Un

bain II, des compléments ajoutés après coup. La série

se termine par les quatre vies de Pascal Il, Gélase Il,

Calixte Il et llonorius II, qui sont de main contempo-

raine et d'un auteur qu'il sera possible de déterminer.

La dernière page du manuscrit primitif, I“ 171’,

restée presque entière en blanc, a servi plus tard a

transcrire une lettre pontificale, actuellement presque

effacée ; encore, après la première ligne de cette lettre,

en a-t-on gratté quelques-unes pour noter l'incendie

du Latran en 1361. Voici ce qui reste de ces écritures :


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

Sed quid inpertiri possem honiinibus tam perfectis certc si.....

addice.....

Dans le corps du manuscrit, il faut signaler d'abord

deux notes marginales en face des notices d'IIadrien III

et de Jean XI; je les ai publiées ci-dessous, p. 225 et

243. Elles proviennent de la chronique de Martinus


Generated on 2013-08-03 09:51 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

Polonus. Une autre adjonction de même provenance se

rencontre au bus du f" ‘124’. Le texte de cette page ap-

partient à la vie de Léon lV ; il y est question de la

dédicace de la cité léonine. La note marginale a rap-

port à la papesse Jeanne (v. la planche ci-jointe) :

Post hunc Leonem Iohannes Anglicus, natione Morgantinns,

sedit annis duohus, mense uno, diebus quatuor, et mortuus est

Rome, et cessavit episcopalus mens. I. Hic,'ut asseritur, fe-

mina fuit, et in puellari etate a quodam sno amasio in habitu

virili Atlienis ducta, sic in diversis scientiis profccit ut nullus

sihi par inveuiretur; adeo ut post Borne tririum legens ma-

guos magistros discipulos et auditores haberet. Et cum in

Urbe vite et scicntia magne opinionis esset, in papam concor-

diter eligitur. Sed in papatu per suum familiarem imprégna-

tur. Verum tempus partus ignoraus, cum de Sancto l‘etro in

Lateranum tenderet, angustiata inter Coliseum et sancti Cle-

mentis ecclesiam peperit, et post mortua ibidem, ut dicitur,

sepulta fuit. lit quia domnus papa eandem viam semper obli-

quat, creditur a plurihus quod ob detestationem facti hocfaciat.

Nec ponitur in cathalogo pontilicum propter muliebris sexus

quantum ad hoc def‘ormitutem.

L'écriture de cette note n'est pas antérieure au xiva

siècle; on peut en dire autant pour les deux autres.

"ers la fin du XIV" siècle ou le commencement du

siècle suivanthnotre manuscrit, probablement dépourvu

de reliure, avait sa dernière page fort usée, comme on

a pu le Voir par ce que j'ai dit des écritures ajoutées

après coup en cet endroit ; les quelques lignes du texte

primitif qui commencent cette page ont elles-mêmes ‘3 des

lacunes, dues a la même usure. C'est alors qu'on lui adjoi-

gnit un cahier de l2 feuillets sur lesquels on transcrivit

une sorte de continuation du Liber pontificalz's, emprun-

tée a un manuscrit de Martinus Polonus. Cette partie du


LE LIBER PONTIFICALIS DE PIERRE‘GUILLAÜME.

autres notices, depuis Innocent II. Il

eu peur de manquer de place, ce qui est en effet arrivé,

en- dépit du changement d'écriture.

Tel est maintenant ce manuscrit. Comme c'est l'an-

cétre commun de tous les exemplaires du Liber 11mm‘-

fica/is' dont il nous reste a parler, sa configuration et

son histoire méritaient une attention spéciale. J'ai dit

que c'est l'ancêtre commun des autres manuscrits. Je

dois ajouter aussitôt qu'il ne fut connu et copié que

très tard. Aucun des chroniqueurs du m“ siècle et des

deux siècles suivants ne paraît en avoir fait usage, pas

même les historiographes des papes d’Avignon, comme

Ptolémée de Lucques, Bernard Gui,

leurs continuateurs. ‘Il faut descendre jusqu’au temps

du grand schisme, près de 24-0 ans après Pierre-GuiL

laume, pour le voir sortir

la souche d'une nombreuse postérité d'exemplaires.

jongloaée 20. — Barberinus XII, 27, xv° siècle.

’ Bohier.

Parchemin in f0, 45 cm.de hauteur. Il porte, dans une ini-

tiale, l'écusson cardinalice des Barbe, ce qui prouve qu'il fut

exécuté soit pour Paul Il, cardinal de lit-0 à 446i, soit pour

son neveu Marc Barbe, cardinal de lai-n57 a M90. La date la

plus ancienne est de beaucoup la plus probable.

Les sept premiers feuillets sont occupés par une ta-

ble alphabétique des matières, intitulée : Tabula par

alp/zabelum ordinata ad rejm'iendum facil‘l'us’ mate-

rias magis notabiles codicis subsequenlis. Sur le v° du

f“ 8, titre de première main : Cronica Damasi [713 au’ le-

ranimum. Plus bas, d'une main postérieure, Et donc


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

Am‘om‘i Fellri'i vin‘ inlegerrimi ac iw-ispiezatisq. con- 4

au manuscrit précédent, première main, il est ici en-

cadré de scolies. Ces scolies sont précédées de la dé-

dicace suivante, dont l'initiale commence la page et

contient le portrait du roi de France Charles V.

semble qu'on ait ' lus.


Generated on 2013-08-03 09:51 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

Amalric'Auger et ‘

de son obscurité et devenir ‘

audiebnt ipse attentim, etiamsi tune esset prol‘ccturus in pre-

, lium. Tu‘ .... .. quoquc sunt huius libri signacula ex metalli ma-

martirum,‘ tamque bo-

noruin quam minus ulilium, usque ad secundum papam

lnnocentium patebit ad tcxtum. Alterius vero signaculi,

argenti resonancio fabricati, paudet solucio dotatores ipsius

Ecclcsie qui fuere,‘eam construeudo ex Iapidibus, post do-

tando illam immobilibus ac ipsam prctiosis ornaudo iocalibus.

Sequenti quoque signaculo, I‘crri duricin iucudalo, rescrato,

exterius Clfll'eltll. qui fucrint Romane ecclesie det’cnsores, tant

in eius dirimenrlis scismatibus quam in ipsius dirigendis pre-

sulibus, quam in eiusdom iuribus etiam del‘endeudis cum bra-

chio. Fixi quoque marginibus presenlis catalogi glosellas ali-

quas, ut legcntem aliquendo a cursu teneant nimio utque ipse

advertat scripta in en attentius. Nam viatorem quandoque re-

levat oculos suos extra callem dirigera, et ah ce divertere op-

tatum citius prestat portum interdum. Que inquam addita,

mequc ac nlea dicta singula correctioui catbolice uius nostre

Ecclcsie humiliter subicio et inclitissime tue etiam maiestatis.

Acta ianl olim in Romana ecclesia in isto memoror. Nunc au-

tem quid sit, quis non novit in ipsa ? Quid enim deceret fieri

iusti norunt,‘ sed quid erit, Iict, retinet tantum Omnipotens.

Itaque mihi dicenti : « Euge, euge 2», ipse porro adiciam:

« Heu me, Domino, cum iucolatus meus prolougatus est I »

Au dessus du texte lui-même une miniature qui oc-

‘ cupe toute la largeur des deux colonnes représente saint

Jérôme nimbé d'or, vêtu de noir, portant le chapeau de

cardinal, un lion a ses pieds,- autour de lui un groupe

de moines, vêtus aussi de noir; il tient a la main une

lettre qu'il présente au pape Damase. Celui-ci, séparé

de saint Jérôme par la mer, est assis, tiare en tête, en-


XXVIII

LE LIBER PONTIFICALIS DE PIERRE-GUILLAUME.

gnan (Am'anus) au diocèse de Saint-Pons de Tomières,

fut nommé évêque d'Orvieto par le pape Urbain V, le

14 novembre 1364. Le 7 octobre 1370, le même Ur-

bain V le transféra au siège de Vaison. Il revint à 0r-

vieto sous Gregoire XI, en 1376 ; dans une de ses no-

tes a la vie d‘Agathon, il parle d'un événement dont il

avait eu connaissance à Rome, tempore Gregorii X];

en 1378 il embrassa le parti de Clément VII et fut,

pour cette raison, déposé de l'épiscopat par Urbain Vl ’.

Il revint alors en France, où, cette lettre le prouve, il

exerça les fonctions d'ambassadeur (orator) de Charles V

près la cour pontificale d'Avignon. Ce prince étant

mort le 16 septembre 1380, et la dédicace étant certai-

nement postérieure au commencement du schisme, la

date du travail de Pierre Bohier se trouve renfermée

dans d'étroites limites.

Après la vie d'lionorius il on lit:

Ezplicit cronica Damasi pape

de cal/tala. r0. pontificum.

2l. — Lucensis 552, ave siècle.

Sous la. même reliure,deux manuscrits de papier; le second,

f. 28l-é08, est un Boccace, De casibus oirorum illuslrium. —-

Le premier manuscrit, f. l-‘l80,écrit seulement jusqu'au f. ‘273,

est un Liber pontificalîs.

Nous avons ici une copie du manuscrit précédent,

avec la table alphabétique, l’eæplicil et les gloses. Cel-

les-ci toutefois ne sont pas disposées en encadrement

autour du texte, mais intercalées entre les notices. En

tête on a ajouté une liste alphabétique des papes, au bas


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

de laquelle se trouve la note suivante, de la main 3 de

Felino Sandei, secrétaire d’Alexandre VI et évêque de

Lucques (1499-1503) : Preneste, XXH iulii M93, primo

anno Alez. V1. Après l‘erplicit (f. 273’), reproduit du

Barberinus, on lit: Finit hystorz'a Romanorum panti-

ficum Damasi papae usque ad ez'us lempora, ab inde


Generated on 2013-08-03 09:51 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

huc usque Pandulphi hosliarii Laleranensis ccclesz‘ae,

ut in Gelasio 11, c. 169, eæemplata olim a libre a’.

Marci episcopi Prenestini cardinalis S. Marci, babenle

teætum cum istis glossis in margine ad instar Clemen-

tinarzmz, oenerabili velustale lranscriplum. Erat pah'i

illi ocre sancto liber ipse peculiaris, et normal/as pos-

tillas eius manu in fine positas ln'c transcripsi. Laus

Deo.

Il s'agit ici de Barbo neveu, qui fut en effet évêque

de Préneste, de M78 a 1491.

Parisinus 5142, xiv-xve siècle.

l’arcbemin,grand in in, 38m1‘ sur 26,334 feuillets. -— Anciens

n": Reg. 3622, -’i et Colb. 129. il a fait partie de la bibliothè-

que pontificale d'Avignon au temps de Benoit Xlll, dont il

porte les armes (f. 232) et pour lequel il fut exécuté par un

calligraphe connu, Antoine Sanche 1. La signature de celui-ci

figure au bas du {0 2l?’ :

Anthonius Ispanus vocatur qui scripsit, benedicutur. Amen.

Ce manuscrit contient trois séries de vies des papes:

i” (f05 L85’) la série du Liber Ccnsuum; le manuscrit

ayant perdu quelques feuillets au commencement, les

premiers mots sont : volait Ilomam virlcre..., ci-des-

sous, p. 351w, 1. 38. Au dela du texte imprimé dans le

présent volume, on trouve encore des extraits du con-

cile de Latran de N79 et la vie de Grégoire 1X, tou-

jours d'après le Liber Censzmm. — 2° (9“ 86-219’), le

Liber ponti/icalis, disposé comme dans le manuscrit

précédent, c’est-à-dire avec une table portant en tête le

titre Tabula per alp/zabetum etc. Les gloses de Bohier

et sa dédicace à Charles V n'ont pas été transcrites.

Il est clair toutefois que l'on a eu d'abord intention de

le faire, car on a laissé en marge tout l'espace néces-


LE LIBER PONTIFICALIS DE PIERREGUILLAUME.

les trois chroniques de Martin, de Ptolémée de Luc-

ques et. de Bernard Gui, les dates d’avénement des pa-

pes avec le synchronisme des empereurs ; elle s'arrête

à l'avènement de Jean XXll. Après toutcela commence.

1'” 232,18. Chronique de Martin, pourvue d'une continua-

tion empruntée a Bernard Gui et prolongée jusqu'en

1328 ’. Il y a deux vies de Nicolas lII ,- la première

termine la chronique martinienne, distribuée, suivant

l'usage, ou deux colonnes, papes a gauche, empe-

reurs a droite ‘-' ;la seconde commence (f. 310) la partie

du texte qui ne relève plus de Martin. Ici on trouve

quelques notices d'empereurs intercalées entre celles

des papes : après Nicolas IV: Adulfus cames de Nas-

coll. fait eleclus in regem — nec coronam imperii ;

après Bonii'ace VIIl :Alberlus prediclus dur Ans/rie —

filio fratris sui amw Domini M000 VH1; après Clé-

ment V: Henricus cames Lucclburyensz‘s -— Petri et

Pauli, anno Domini MCCCXII.

Valicanus L437, xv“ siècle.

Parchemin grand in-fo, ‘207 feuillets, écriture du commen-

cement du xv“ siècle. Après les deux premiers recueils, qui

sont de la même main, les autres parties de ce manuscrit sont

d'écritures ditl'érentes : elles ont été successivement ajoutées.

Contenu : 1° Constitutions de Frédéric Il avec gloses de

Marinus de Caramanica (f. 1-50),- —2° Constitutions de

Charles d'Anjou (f. 51-66); — 3° Constitution del’em-

pereur llenri Vll, datée de Pise, 2 avril 1313 (f. 6774;)

- 4° A pparatus Pauli super Clementinis (1'. 75-134) ,'

— 5° Fragment du Liber Ccnsmmz (f. 135493) com-

mençûnt par la série des vies des papes du cardinal


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

Boson (f. 136-179); —- 6" Fin du Liber pontiflcalis,

de Paul a Honorius ll.

Leydensis V ulcanii 33, fin du Xïle siècle.

Papier, petit in-fo, mutilé a la fin: il en reste lil feuillets.

Le Liber pontificalis ne va ici quejusqu'a Etienne II,

dans la notice duquel il s'interrompt aux mots... eoa’em


Generated on 2013-08-03 09:51 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

papa decreverat par 3 — A la suite de chaque notice,

gloses de Bohier.

1. Ce texte est semblable à celui que l'on trouve dans Eccard,

Corpus hisL, t. I, p. 1462-1494, et dans les manuscrits Parisimls

5625, lftmnoverani 764, 766. Cf. Glasschrüder, dans l'llislorischea

Jahrbuch, t. XI, p. 250, Munich, 1890.

2. Le texte s'arrête, du côté des empereurs, aux mots in CiciIia

(sic) venions est dc/funclus (f. 309).

3. T. 1, p. us. 1. t5.

XXIX

22. —— Les cinq manuscrits que je viens de décrire

dérivent tous d'une même copie de l'exemplaire de Saint-

Gilles. copie enrichie de gloses par Pierre Bohier, en

‘1379-80, a l'intention du roi de France Charles V. Le

manuscritde Saint-Gilles se trouvait donc alors à la cour

pontificale d'Avignon. Depuis quand s'y trouvait-il ? .le

l'ignore, et cela importe assez peu 1. En tout cas il y

fut assez mal soigné, car c'est après que l'on eut exé-

cuté la copie de Pierre Bohier que l'écriture de sa der«

nière page s'ell‘aça au point que plusieurs mots devin-

vinrent tout a fait illisibles. postérieurement a l'année

1380 '-' on lui adjoignit, comme je l'ai dit plus haut, un

cahier où la série des biographies papales se poursuit

jusqu'à Martin lV. Dans cet état il fut l'objet de plu-

sieurs transcriptions, dont une au moins est très impor-

tante pour l'histoire subséquente du Liber pontifi-

salis.

Valicamrs 2039.

Papier, in-éo, [28 feuillets, écriture du xv“ siècle.

Copie du Vaû‘camus 3762 avec tous ses appendices.

l"allicellanus C 79.

Parchemin, iu-b-o, 31"“ sur [4, ‘157 feuillets, écriture du xv°

siècle.
XXX

LE LIBEB PONTIFICALIS DE PIERRE-GUILLAUME.

suite prolongée par diverses mains jusqu’a Léon X.

Vient enfin unetable alphabétique des papes avec ren-

voi à la pagination (f. 256-257).

Bianchini a donné dans ses deux derniers volumes

une collation de ce manuscrit pour la partie qui va de

saint Grégoire le Grand à Paul.

Copies du Vallicellanus C '79.

Van'canus 4985.

Papier,in-l°. écriture du xvi° siècle.

La copie du Vallz'ccllanus C 79 est suivie. f. 216

et suivants, d’un certain nombre d’extraits du manuscrit

Vaticanus 3761i, destinés à combler les lacunes de la

recension de Pierre-Guillaume dans les vies du v1n° et

du me siècle. La provenance de ces suppléments est

marquée par la rubrique : E3: vctusto corlicc mo-

nasreriz' Cavensis in que erant vitae Ronzanorum pon-

tificum.

l’alz'canus 5623.

Papier, in-f", de M8 feuillets, 32cm sur ‘14-, écriture de la fin

du XVl‘ siècle. Sur le feuilletde garde ou litzdi Caslello;ancien

Valliccl/anus C 25.

Papier, in-t‘°, 20! feuillets, écriture du xvn siècle.

Contenu : 10 Une copie du Val]. C79, depuis Sabinien

jusqu'à Jean XXll ; — 2° Une série1 de vies des papes, de

Grégoire XI a Pie 1]; —— 3°Vies des papes de Léon lXa

Grégoire lX, d'après le Liber Censuum, recension du

cardinal d'Aragon. Ces trois parties forment en réalité

trois manuscrits dill‘érenls, réunis sousla même reliure.

Parisinus ‘11889 .
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

Papier, in-f", xvn“ siècle, recueil de copies d'anciens manus-

crits. La seule partie qui doive être considérée ici occupe les

l‘. 1356. Elle provient de Saint Germain des Prés,

Copie du Val]. C 79, mais seulement pour la partie

qui va de Jean VIH à Jean XXll.

Les manuscrits que je viens de décrire dérivent de


Generated on 2013-08-03 09:51 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

l'exemplaire de Saint-Gilles tel qu’il est maintenant;

les deux premiers en sont des copies directes, les autres

dérivent du Vallz‘cellanus C 79, auquel se rattache aussi

la dernière recension, celle du temps d‘Eugène lV, dont

il sera question plus loin.

no ; Q0. 2' _ '- ' ' r Les retouche:

‘3. J interromps 101 l étude de la descendance du de Pierm

. . . . . . manuscrit de S ' t-G'll ' ' - '. Guillaume.

Le Liber pontifical” commence 161 par la vie de am 1 es et Je revlens à son texte p”

Sabinien, dont le nom est écrit, par erreur, Fabz'anus.

Cette copie‘ est très mauvaise : il y manque beaucoup

de papes, Deusdedit, Honorius, Théodore, Martin, Eu-

gène, Vitalien, Donus, Agatbon, Léon Il, Grégoire Il,

Grégoire lIl, Zacbarie. Serge Il y porte le nom de Gré-

goire ll. Après Benoît III ou a ajouté la note sur la

papesse : Post Leonem I111 Ioannes anglicus etc. Ni-

colas lll fait suite à llonorius ll : on a ainsi omis Inno-

cent ll et ses successeurs jusqu'à Jean XXIinclusivement.

La vie de Martin IV est complète; vient ensuite une

continuation, depuis Honorius IV jusqu’a Jean XXII,

qui concorde avec le l’allicellanus C 79. Alors, de Be-

noît Xll a Martin V, le texte suit une recension toute

spéciale ‘ ; on y a seulement ajouté (f. 139’- 148) la fin

de la vie de MartinV: Privalo domno Iohanne etc.,

ci-dessous, p. ‘513, d'après la recension du temps d’Eu-

gène IV.

Comme on le voit, ce manuscrit ne dépend que par-

tiellement du Vallz'cellanus C 79.

mitif, tel qu'il sortit en 1142, des mains du bibliothé-

caire Pierre-Guillaume.

Avant tout, il importe de déterminer quelle a été la

part de Pierre-Guillaume dans la rédaction sortie de ses

mains.
LE LIBER PONTIFICALIS DE PIERRE-GUILLAUME. xxxi

des retouches fort claires, que l'on est en droit d'attri-

buer, avec plus ou moins de sécurité, au moine de

Saint-Gilles.

Voyons d'abord la notice de Jean Vlll. Ici il est de

toute évidence que ce qui vient après la courte notice

du catalogue a été ajouté par quelqu'un qui s'intéres-

sait particulièrement à Saint-Gilles et. qui se trouvait a

même de dépouillerà loisir les chartes de cette abbaye‘.

En dehors de ce qui a rapport au voyage de Jean Vlll

en France et, plus spécialement, à son intervention

dans les affaires temporelles de Saint-Gilles, il n'y a ici

qu'une notice littéraire sur le célèbre bibliothécaire

Anastase, notice dont un lettré quelconque du xiie siè-

cle avait les éléments sous la main.

Longtemps après Jean Vlll, un autre pape, Gélase Il,

entra en France par Saint-Gilles. Pierre-Guillaume s'y

trouvait alors. On doit s'attendre à ce que sa recension

présente quelque trace de l'impression que ce séjour i

n'avait pu manquer de lui faire. En effet, a partir du

moment où le pape a touché le sol français, sa biogra-

phie abonde en menus détails qui trahissent évidem-

ment, non seulement un témoin oculaire, comme au-

rait pu l'être un des clercs romains dela suite du pape,

mais un homme du pays, s'intéressant a des choses

qui n'ont d'importance que dans un assez court rayon

autour du clocher. Il s'étend sur l'accueil fait au pape ‘

parles moines de Saint-Gilles, énumère les équipages

que lui envoya l'abbé de Cluny, domnus Pantins, et

ceux qui furent misa sa disposition par l'abbé de Saint-

Gilles lui-même, a veiierabili abéale llugzme. On pro-


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

fila du séjour du pape pour lui faire consacrer quel-

ques petites églises du voisinage : ces cérémonies, de .

nulle importance historique, sont mentionnées avec

soin ‘3. La retouche est ici d'autantplus manifeste que le

reste de la notice, nous le savons, est l'œuvre d'un au-

tour qui n'avait pas suivi le pape en France et qui se


Generated on 2013-08-03 09:51 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

trouvait alors a Bénévent 3.

La préoccupation de Saint-Gilles et de son voisinage

se rencontre encore dans la vie de Calixte Il‘. Enfin, la

dernière vie, celle d'Honorius Il, a été si visiblement

mutilée, et cela sous une inspiration si manifestement t

conforme a celle que l'on peut supposer avoir agi sur

Pierre-Guillaume, au moment où il écrivait, qu'il y a

tout lieu de reconnaître encore ici l'œuvre, non de sa

plume, mais de ses ciseaux ‘.

En jetant, en effet, les yeux sur cette notice, ou est

tout d'abord frappé de son exiguité. Le pontificat d'Ho-

norius a duré six. ans; il comprend des événements

importants. comme la mort de l'empereur Henri V,

l'avènement de Lothaire Il, la compétition de Conrad,

l'expédition dirigée par le pape contre le roi Roger, sa

défaite, sa capitulation; tout cela, sans parler de la pe-

tite guerre habituelle contre les barons de la Campa-

gne, valait la peine d'être raconté, et il y a lieu de s'é-

tonner que le biographe, le même sûrement a qui nous

devonsles vies de Gélase il et de Calixte ll, où les cho-

ses de ce genre occupent tant de place, soit devenu ici

tout a fait muet. Le texte que nous avons sous les yeux

ne nous fournit qu'un récit d'élection; c'est une elec-

tio‘n accidentée, et le narrz'iteur est un des membres du

conclave. La prolîxité dont il a fait preuve, en pareil

cas, dans la vie de Gélase il, et qui caractérise égale-

ment certaines parties du présent récit, donne lieu de

croire que nous allons avoir une histoire intéressante et

complète du conclave de “24 et des troubles qui agi-

tèrent Rome a la 'suite de la double élection de Lam-

bertv et de Théobald. On doit s'attendre a Voir mettre en

relief l'événement extraordinaire de la démission d'llo-

norius II et de sa réélection. Il n'est pas de choses plus


XXXH

LE LIBER PONTIFICALIS DE PIERRE-GUILLAUME.

ses vêtements, surmonte sa répugnance et se décide a

affronter les périls d'un conclave qui s'annonce comme

devant être fort agité. Mais qu'un manteau rouge, porté

à son insu par un cardinal, puisse avoir une influence ‘

t catalogue du x1’ siècle. Ce raccord, comme je l'ai déjà

quelconque sur son ambition ou sur son courage, c'est

ce qu'il n'est pas aisé de comprendre. On ne peut croire ‘

que le biographe romain soit responsable de ce détail.

C'est Pierre-Guillaume, je pense, qui l'aura introduit, ,

par pure bonté d'ame. Il aura été scandalisé du pro-

cédé de Léon Fraîapane, et surtout de ce que ce pro- '

cédé supposait chez tous les cardinaux une ambition .

peu édifiante. Avec son ignorante domino il aura cru

sauver l'honneur du sacré-collège. Malheureusement

il n'a pas pris garde que son amendement étaitrepoussé

par le contexte.

Pourquoi Pierre-Guillaume a-t-il ainsi mutilé la vie

d‘llonorius l1? La raison en est claire. Tout ce groupe t

de vies de papes, de Pascalll allonorius Il, est l'œuvre t

d'un partisan d’Anaclet ll, le rival d‘lnnocent II, du

protégé de saint Bernard. L'élection de 1124 mit aux

prises les mêmes intérêts que celle de 1130; si l'on

n'en vint pas dès lors a un schisme, on y toucha de fort

près. Les Fraiapani, qui furent, six ans après, les pa-

trons d'lnnocent Il, exerceront sur les électeurs une

pression violente a laquelle le parti des Pierleoni fut -

contraint de céder, non sans dépit. Un biographe comme

le notre, pierléoniste acharné, ne pouvait, même après

1130, raconter sans passion les événements de 1124.


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

On doit penser qu'il introduisit dans son récit bien des

récriminations excessives contre ceux qui devaient être,

quelques années après, les fauteurs d'lnnocent II. Dans

un passage de la vie de Gélase Il il nous a donné lui-

méme la note de son exaltation. Visant un personnage

qu'il représente comme un rejeton de l'antipape Guibert,


Generated on 2013-08-03 09:52 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

il s'écrie : Destruat ergo illum Omnipotens! C'est

Innocent Il qui est l'objet de cette imprécation. Comme

son nom n'est pas prononcé à cet endroit, Pierre-Guil-

laume ne s'aperçut de rien et laissa passer. Mais, dans

la vie d'Honorius Il, les événements étant plus rappro-

chés, les allusions devaient être plus claires. Le biblio-

thécaire de Saint-Gilles comprit et supprima.

du x° et du Xl° siècle, sont connues d’ailleurs. Ce qu'il

importe d'étudier ici, c'est la fin, le groupe des quatre

dernières vies, de Pascal Il, Gélase ll, Galixte Il et

Honorius ll, ainsi que le raccord entre ce groupe et le

dit, est formé de notices plus ou moins développées qui

ont été mises à la suite des courtes indications du

catalogue. Les plus longues sont celles de Grégoire Vll

etd'L‘rbainIl ; mais elles n'ont pas coûté beaucoupà leur

auteur. Grégoire Vll avait fait publier ce qu'on appelle

son registre, c'est-à-dire un choix des principales piè-

ces de sa correspondance jusqu'en 1081. En tête de

certaines pièces ou de certains groupes de pièces on

avait mis de petites préfaces destinées à renseigner le

lecteur sur l'histoire de chaque affaire. Notre biographe

a composé sa vie de Grégoire "II avec ces notices tou-

tes faites, en y ajoutant ça et la des extraits des pièces

elles-mêmes‘. Sauf quelques détails bien rares, fournis

par la tradition ou parles annales locales, c'est à coups

de ciseaux qu'il a procédé. Il n'a pas fait autrement

pour Urbain 11. Jusqu'à ces derniers temps on ne pou-

vait le constater; mais la découverte de la Collection

Britannique nous a rendu d'importants fragments du

registre d'Urbain II. On voit qu'il était disposé comme

celui de Grégoire Vll; il avait sans doute été aussi l'ob-

jet d'une publication spéciale. Or j'ai retrouvé‘3 dans

les fragments de la Collection Britannique presque


‘ PANDOLFE, BIOGRAPHE PONTIFICAL.

2e

de Paâcal Il

HOllOl‘ius 1l.

contemporaine et qui s’inspire de souvenirs présents,

c'est celle qui commence à Pascal 11.

Quel en est l'auteur?

Il se désigne en trois endroits; dansla viede Gélase Il.

son nom est écrit. en toutes lettres : Pandulfus‘. A cet

endroitilnous apprend que le pape Gélasel’éleva en “19

de l'ordre mineur de portier a ceux de lecteur et d'exor-

ciste. Dans la vie de Caliste ll il se nomme aussi, à pro-

pos de sa promotion au sous-diaconat? Mais ici, dans le

manuscrit dont se servit Pierre-Guillaume, le nom

était écrit en abrégé, car le bibliothécaire le transcrivit

sous la forme Panda. Il y avait sans doute Pana’. ou

quelque chose de ce genre. Une abréviation plus forte

encore se rencontre3 dans la vie de Pascal Il; le nom se

réduit a uneinitiale : P. L'auteur se présente ici comme

remplissant. des fonctions qui n'ont rien d'ecclésiasti-

que, qui conviennent plutôt à un laïque, à un militaire.

P., Pand., Pandul/us, sont, suivant moi, trois formes

plus ou moins complètes du même nom. Cette explica-

tion est évidemment la plus naturelle, celle qui se pré-

sente de prime abord a l'esprit. Elle cadre très bien

avec le progrès de la carrière ecclésiastique : P. est

encore laïque sous Pascal ll; Panda/fus devient exor-

ciste sous Gélase ll ; Pana’. est promu au sous-diaconat

d'autant plus remarquable que cet esprit et ce style

sortent de l'ordinaire d'une façon bien étrange et bien

caractéristique.
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

Le narrateur est un lettré romain, féru d'antiquité

classique, comme tant de ses compatriotes au xuesiècle,

et faisant volontiers parade de sou _érudition. Il aime

à faire parler ses personnages; il leur fabrique de pe-

tits discours à la Tite-Live; ainsi, le discours de Henri V

aux cardinaux, traités pompeusement de pères cons-


Generated on 2013-08-03 09:52 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

crits, et la réponse des cardinaux à Henri V, dans la

vie de Pascal; dans celle de Gélase, le discours d'Etienne

Normannus et celui du pape. Il s'intéresse faiblement

aux affaires ecclésiastiques proprement dites‘, beaucoup

1. Ci-dcssous, p. 315, l. 9 2 et me Pandul/‘um hosliar‘ium qui hec

:cripsi.

2. P. 323, l. 13.

& P. 302, I. 9.

4- Ainsi il n'a pas un mot sur l'opposition soulevée dans le

clergé par les concessions de Pascal II, sur le concile de Latran

en “12. Le concordat de Worms, dans la vie de Calixte Il, n'a

qu'un bien faible relief.

LIBER Pourra-mans, t. II.

XXXIII

aux batailles, émeutes,'aventures de toute espèce : c'est

là qu'il se complaît et qu'il se donne carrière. Ainsi,

dans la vie de Pascal [1, le récit de l'émeute du jeudi-

saint 1116; dans celle de Gélase, l'élection du pape, sa

fuite sur le Tibre, l'échautt‘ourée de Sainte-Praxède.

Les progrès de l'armement, les inventions nouvelles, les

ruses de guerre, excitentau plus haut point son attention.

il écrivit, ou tout au moins il ont l'intention d’écrire un

livre sur la conquête de Majorque par les Pisans. il de-

vait. y donner des détails sur l'apparatus, les eopiae,

le supplcmcntwn ‘. Le livre en question est bien vrais

semblablement identique a un récit anonyme publié par

Ughelli‘l. On y voit signalée l'efficacité d'un certain feu

ailé, pennacius z'gm's, qui fit merveille contre les infi-

dèles. Le même engin reparaît dans la vie de Gélase“.

En racontant la prise de la forteresse de Saint-Paul par

les gens de Pascal Il, le biographe note qu'on se servit

de fausses clefs fabriquées d'une manière ingénieuse‘.

Dans la vie de Gélase il parle d'un filet protecteur que


XXXIV

PANDOLFE, BIOGRAPHE PONTIFICAL.

a travers les rues de la ville pendant qu’on se bat à

Sainte-Praxède, paraît l’avoir plus égayé qu'affligé.

Ces façons originales. parfois même un peu émanci-

pées, tranchent singulièrement sur la sécheresse béate

du vieux Liber pontificah‘s. Les historiographes de ce

genre devaient être rares à la cour pontificale. Je ne

vois aucune raison de les multiplier et de ne pas iden-

tifier avec le Pandulfus auteur de la vie de Gélase, le P.

qui rédigea celle de Pascal. Nous verrons bientôt qui

était ce personnage. Avant d'aller plus loin, je dois

m'arrêter à combattre le système qui le dédouble et

qui répartit entre deux narrateurs le groupe de no-

tices que nous considérons ici.

25.—Ce système, proposé d’abord par M.Giesebrecht‘,

a été adopté et défendu par M. Watterich‘ä Il ne laisse

àPandoll'e que les trois dernières vies, celles de Gélase,

Calixte, llonorius; toutle reste, c’est-à-dire la vie de Pas-

cal et les notices ou compléments ajoutés au catalogue

du in‘3 siècle, est l'œuvre du cardinal Pierre de Pise.

Pierre de Pise, nous l’apprenons par la vie de Gé-

lase Il’, avait été promu au cardinalatsous le pape Pascal,

grâce à la bienveillance du chancelier Jean de Gaète, qui

le comptait au nombre de ses employés ou scrz'ptoresUne

série de bulles pontificales, sous Urbain Il et Pascal Il,

furent écrites par manum Petri notariz' rcgionariz' et

scrz‘m‘ariz' sacri palatz'i. La plus ancienne est du 8 janvier

1094, la plus récente du 30 janvier 1104-. Enjanvier

“18, au moment de la mort du pape Pascal, Pierre

était cardinal-prêtre, du titre de Sainte-Susanne.


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

Quand au juste avait eu lieu sa promotion? Avant

d’etre cardinal-prêtre fut-il quelque temps cardinal-

diacre '? On l'ignore. Ce qui est sûr, c’est que Pierre

de Pise demeura l'une des lumières de la cour pon-

tificale. Le biographe de saint Bernard le représente

comme un homme sage, lettré, éloquent, très versé


Generated on 2013-08-03 09:52 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

dans le droit civil et le droit canonique 4. Jean de Sa-

lisbury déclare qu'on eût a peine trouvé son pareil

dans toute la carie 5. A la mort du pape Honorius, il

L'auteur n'est

pas Pierre de

Pise.

1. Dans l’Allgemeine Ilfonatsschrifl de Halle, 4852, p. 264.

2. Watterich, t. I, p. Lrv.

3. P. 312,1. 2.

li. Eruald, Vila a. Bernardi, c. ‘l : « Audierat (S. Bernard), Pe-

trum Pieanum eloquentissimum esse et in legum et canonum

‘scientia nulli secundum n.... « Scio (c'est S. Bernard qui parle à

Pierre de Pise), Petre, te virum sapientem et literatum esse u...

5. Polyci'alicus, VIII, 23: Quis nescit..... Petrum Pisauum,

cui nullus aut vix similis alter erat in curia.

fut de ceux qui acclamèrent le cardinal Pierleone,

dans l'élection duquel il paraît avoir joué un rôle im-

portant. Son influence, sa considération, étaient telles,

que tout le monde le regardait comme un des 'meil-

leurs soutiens de la cause qu’il avait embrassée. Saint

Bernard employa son zèle et son éloquence a le déta-

cher d’Anaclet; dans une conférence qui eut lieu à Sa-

lerne en 1137, il parvinta le convaincre et le ramena‘

auprès d’lnnocent Il. Celui-ci lui garda pourtant ran-

cune. Débarrassé de son compétiteur, qui mourut

en H38. il entreprit de destituer tous les cardinaux

anaclétistes. Saint Bernard1 dut intervenir pour que

l’on respectât, a l'endroit de Pierre de Pise, les con-

ventions arrêtées et jurées. Il réussit: le cardinal fut

maintenu dans sa dignité; il survécut mémea Inno-

cent, car il ne mourut qu’en “lit.

Il semble que, pour attribuer à un personnage si

grave des écrits aussi extraordinaires que la vie de


PANDOLFE, BIOGRAPHE PONTIFICAL. xxxv

Vade ‘ P., et tu, ConsL, et en: omnibus quae adprae-

fcctm'am pertinent ad curiae commodum in testimonio

venerabilis lutins nostri diaconi le investias. Il est

clair, semble t-il, que les mots et tu Canst. forment ici

comme une parenthèse, et que le premier désigné des

deux personnages est celui a qui s'adresse la suite

du discours, celui qui reçoit l'ordre le investias ; le

vencrabz'lis diaconus est celui dont le nom commence

par Const. Telle n'est pas l'interprétation de M. Wat-

terich. Suivant lui, le pape n'a pu nommer un laïque

avant un cardinal-diacre ; c'est celui-ci dont le nom est

représenté par la lettre P. Cette exégèse exclut évidem-

ment Pandolt‘e, qui n'était pas cardinal en 1116. On

voit qu'elle se fonde sur deux suppositions; d'abord

que les règles du cérémonial aient ici prévalu sur la

nature des choses, laquelle invitait le pape a s'adresser

d'abord a celui des deux envoyés auquel incombait

le principal rôle; ensuite que la phrase de Pascal Il

ait été reproduite exactement dans les termes où elle

fut prononcée 2.

Jusqu'ici il n'y a encore qu'un pas de fait; on a éli-

miné Pandoll‘e. Reste a savoir qui est le cardinal dési-

gné par la lettre P. On connait, il la cour de Pascal ll,

quatre cardinaux-diacres dont le nom commençait par

cette lettre, trois Petrus et un Paga)tus3.Lequel choisir?

On se décide pour Pierre de Pise, sans savoir s'ila jamais

été cardinal-diacre. Pourquoi? Parce que le biogra-

phe de Pascal ll témoigne de beaucoup d'intérêt pour

les victoires que les Pisans remportèrent sur les mu-

sulmans des Baléares. Comme si ces exploits n'avaient


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

pu enthousiasmer d'autres personnes que des Pisans I La

cour pontificale était représentée a cette croisade ; un

des membres de la légation n'aurait-il donc pu avoir

l'idée de raconter le succès des armes chrétiennes et le

désastre des infidèles ?

Je ne pense pas que ces hypothèses, arbitrairement


Generated on 2013-08-03 09:52 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

engrenées les unes dans les‘ autres, puissent prévaloir

contre le sens naturel des textes, contre l'impression

qui résulte de leur comparaison, contre l'invraisem-

blance de deux originalités si ressemblantes, contre

l’inconvenance qu'il y aurait à attribuer ces biographies

extraordinaires :1 un homme aussi grave, aussi posé,

aussi instruit, que l'était Pierre de Pise. Laissons donc

à Pandolt‘e ce qui esta Pandolt‘e et passons à son his-

toire a lui.

26. — Tout ce qu'on sait de sa famille, c'est qu'il Pand

était le neveu du cardinal Hugues d'Alatri, prêtre du

titre des Saints Apôtres. Ce prélat, qui devait proba-

blement sa situation a Pascal Il, paraît avoir été un

homme de tête et d'énergie. On ne le cite pas par-

mi les conseillers ecclésiastiques du pape, mais on le

voit chargé,à diverses reprises, de missions impor-

tantes ’, qui ne pouvaient être confiées qu'a une personne

intelligente, habile et ferme. Il parait même avoir été

doué d'une rare vigueur musculaire 1. C'est sous les

auspices de ce vaillant prélat que son neveu Pandolfe

fut introduit a la cour pontificale et qu'il y fit ses pre-

mières armes. Dès le temps de Pascal II il avait une

place et même un commandemant dans la petite troupe

qui était à la disposition immédiate et ordinaire du

pape. Cette troupe revient souvent dans ses récits, sous

diverses dénominations, [ami/l'a nostra, lteredarii nos-

tri, lzeredarii mililes. C'est évidemment le même corps

que le cardinal Boson, dans sa vie d'Alexandre lll, ap-

pelle familia ou mas/tada summi ponli/Ecis. Pandoll‘e

en était déjà en 1108, lorsque les gens du pape mar-

chèrent au devant de Pascal Il qui revenait de Béné-

venta Rome' a travers une insurrection de ses vas-

saux 3. En 1114 et 1H5, les Pisans ayant dirigé une


XXXVI

PANDOLFE, BIOGRAPHE PONTIFICAL.

Son livre.

exerça d'autres plumes que la sienne. En 1116, lors

du conflit a propos de la nomination {du préfet de

Rome, il se vit chargé par le pape d'une mission fort

délicate ’. Il semble qu'à ce moment il ait été un des

chefs dela milice pontificale :on le voit prendre des me-

sures de sûreté, disposer des troupes, faire œuvre de

commandant militaire. Bien que, par la suite, il ne

s'attribue plus ce rôle, il témoigne cependant, a di-

verses reprises, de l'intérêt avec lequel il suivait les

opérations de guerre et surtout les bagarres où se

trouvait engagée la troupe du pape. A propos 2 de l'é-

lection de Gélase II(lll8) il l'appelle famz'h'a nostra, ce

qui donne lieu de croire qu’il avait encore'avec elle,

à ce moment, des attaches spéciales. Peu après, il en-

tra décidément dans les ordres. Gélasell le promut

lecteur et exorciste, Calixte Il l’éleva au sous-diaconat 3.

Il était encore sous-diacre en 1130. C'est seulement

sousAnacletlI,vers ll35,qu'il devint cardinal-diacre‘.

Depuis lors on perd sa trace.

27. — Engagé dans la querelle d'Anaclet, Pandolfe

la soutint avec une ardeur enthousiaste. Son histoire

des derniers papes a, par moments, l'allure, la vivacité

d'un pamphlet. J'ai déjà signalé ses imprécations contre

Innocent Il, en qui son esprit de parti lui fait voir un

rejeton de l’antipape Guibert. Innocent a beau être re-

connu du monde entier; ce n'est qu'un arbre empoi-

sonné, dont les fruits donnent la mort. La puissante fa-

mille des Fraiapani, qui s'est ralliée àlui et le soutient


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

à Rome, est une race de maudits, dont les forfaits doi-

vent étre dévoilés à l'univers. Une telle animosité con-

tre les Fraiapani suppose que l'auteur écrivait après le

moment où cette famille, qui avait d'abord flotté entre

les deux partis, s'était décidée à reconnaître le candi- '

dat soutenu par l'Europe entière, sauf Rome et le


Generated on 2013-08-03 09:52 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

roi de Sicile. Ce changement se produisit en avril 1133,

quand le roi de Germanie Lothaire vint a Rome avec

Innocent. Depuis lors seulement les Fraiapani ont pu

inspirer aux anaclétistes la haine vigoureuse qui éclate

dans les vies de Gélase II, de Calixtell et d’Honorius II.

Il faut noter aussi, dans la vie de Calixte 11, que le

biographe, au moment où il écrit, connattle couronne-

ment royal de Roger de Sicile (25 décembre ‘1130) et

même la défaite que ce prince infligea en H33, a ses

vassaux de l’ltalie méridionale ‘. La vie de Pascal 11 est

d’un ton bien plus calme ; on n'y trouve aucune préoc-

: cupation du schisme de 1130. D'autre part, il est sûr

que ses premières pages ont été rédigées du vivant

même de Pascal, plusieurs années sans doute avant sa

mort 5.

Ainsi Pandolfe se reprit a deux fois dans son travail

d‘historiographie ; il s'y reprit même à trois fois, car la

vie de Pascal Il a dû être terminée peu après la mort

du pape.

A quel moment eut-il l'idée de relier ses biographies

aux anciens catalogues pontificaux? On ne peut le dire

avec une entière certitude; mais je considère comme

plus probable que ce fut en dernier lieu. Les inexacti-

tudes que l'on rencontre dans les vies de Grégoire VII

et d’Urbain II s'expliquent mieux si l'on admet qu'elles

ont été écrites,non vers l'an 1115, mais une vingtaine

d'années plus tard. Mais c'est surtout la vie de Léon [X

qui nous offre l'indice d'une rédaction tardive. Il y a

ici un tel désaccord entre le récit et la réalité histori-

que, et ce désaccord est tellement isolé dans l'ensem-

ble de la tradition, qu'il y a tout lieu de croire a une

falsification voulue. Personne autre n'a jamais raconté

ainsi la campagne de Léon lX contre les Normands.


LE RECUEIL DU_ CARDINAL BOSON.

.‘(XXVII

de Drogon et de Robert Guiscard, ressemblait trop à ce

que l'on vit en “37, lorsque le pape Innocent II et

son protecteur Lothaire envahirent l'Italie normande.

Pandoll‘e corrigea cette histoire importune. Suivant lui,

Léon IX n’est pas allé en Ponille pour combattre les

Normands; bien au contraire, il les avait pour alliés,

sous ses drapeaux. Il n’a pas été battu par eux; grâce

àleur valeur il aremporté une victoire éclatante sur

les « oppresseurs » de l'Italie méridionale. Qui étaient

ces oppresseurs? On ne le dit pas, et pour cause.

Cette manipulation historique me semble porter sa

date. On sait déjà que ce n’est qu'après l'année 1133

que Pandolfe rédigea ses trois dernières vies. Ce sera

vers le même temps aussi, peut-être même après 1-137,

qu'il les joignit à l'ancien catalogue,en complétant ce-

lui-ci tant bien que mal, plutüt mal que bien.

Ici se pose une question. Honorius Il était-il le der-

nier pape mentionné dans le Liber pontificalz's de Pan-

doll‘e? Il semble bien qu'en donnent du vieux livre des

papes une réédition continuée, Pandolte ait eu le dessein

de le faire servir aux intérêts de son parti. Ses biogra-

phies des papes contemporains auraient pu être publiées

à part. Pourquoi s'est-on donné la peine de lesjoindre

à. la série ancienne‘? Il n'est pas défendu de voir la une

certaine revendication de légitimité. On aura voulu rat-

(7/4

tacher Anaclet Il a la succession des pontifes authenti-

ques. Dans ces conditions, il est difficile qu'on ne lui

ait pas assigné une place a la suite d'llonorius II. Rien


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

ne prouve, après tout, que Pandolt‘e n'ait pas écrit après

la mort d'Anaclet(25 juin 1138). On peut même dire

que tout s'expliquerait mieux dans cette hypothèse '.

Quoi qu'il en soit, que Pandolfe, qui écrivait sûre-

ment après 1133, ait attendu ou non la fin de l'an-

née 1138, il est sûr que son livre fut un livre de parti,
Generated on 2013-08-03 10:06 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

rédigé et publié dans l'intérêt de la cause d’Anaclet Il.

On conçoitque les exemplaires en aient disparu rapi-

dement. Il est même probable qu’il n'en subsisterait

aucune trace sile bibliothécaire de Saint-Gilles ne s'était

empressé de lui donner une forme plus acceptable.

Même sous cette forme, le Liber pontzflcalis de Pan-

dolfe n'eut aucun succès. Les biographes et chroni-

queurs qui se succédèrent à la cour des papes ou aux

alentours, du xua siècle au XIVe, s'accordent tous a l'i-

gnorer. L'exemplaire de Saint-Gilles demeura unique

jusqu'au temps où Pierre Bohierle tira de sa poussière,

en fit faire une belle copie annotée et la dédia au roi

Charles V, pour lui apprendre ses devoirs envers la

papauté contestée d'Avignon. Sortie d’un schisme,

l'œuvre de Pandoll‘e renaissait dans un autre.

1V.

LE RECUEIL DU CARDINAL BOSON.

Vies des 28. — Le Liber Censuum ‘ Romande ecclesz'ae de

lpeËiÊËÏ' 8 1° Cencius, camérier du pape Célestin III, fut terminé

msm'm' en 1192. Son manuscrit original existe encore; c'estle

Vat‘icanus 8486. On y trouve un catalogue des papes,

qui va de saint Pierre à Célestin 111; mais ce n'est

qu'un catalogue; ilne donne que la durée du pontificat;

ce n'est que par exception qu'il s'y rencontre ça et la

quelques notes historiques?

Les copies du livre de Cencius ne le représentent

pas dans son état primitif : elles contiennent toutes

beaucoup de notes et de pièces ajoutées postérieure-

ment à l'année 1192. De ces copies, la plus ancienne

que l'on connaisse, le Iticcardianus 228 3, est sûrement

celle d'où dérivent toutes les autres.Dans sa disposition

primitive, qui paraît avoir été arrêtée en I254, il ne

contenait, en fait de vies des papes, que le catalogue


XXXVIII

LE RECUEIL DU CARDINAL BOSON.

de Cencius, jusqu’a Célestin [11. Mais on lui ajouta peu

après et a diverses reprises, des cahiers complémentai-

res. Un premier cahier, 1'. 225-932, contient des pièces

relatives a la légation du cardinal Jacques Pecorari en

llongrie (1232-31) ’. A la suite de ce cahier, où l'écri-

ture est a longues lignes, vient un groupe d'autres

cahiers, qui sont peut-être (le la même main que le

précédent, mais où le texte est en deux colonnes.

On y trouve d'abord, f. 233-271‘ (1, un recueil de vies

des papes, qui, après un chapitre préliminaire sur les

papes du x“ siècle et du xi", contient une notice isolée

de Jean Xll, puis une série de vies des papes depuis

Léon lXjusqu’a Alexandre [11; Victor lit et Urbain [1

sont omis. La vie d’Alexandre [il se termine aux fêtes

de Pâques 1178, trois ans avant la lin du pontificat.

Viennent ensuite, 1'. 272-275'[), les actes du concile de

Latran, de l’année 1179; puis, f. 276-2817), une vie de

Grégoire lX, Venerabilium gesta pontificum — Mar-

c/zz'ae fllz'os petz'turus.

Ce dernier morceau n’est déjà. plus de la même écri-

ture que ce qui précède. Au delà viennent d'autres piè-

ces qui n'ont aucun intéret pour nous.

Voici les manuscrits du Liber eensuum dans lesquels

se trouvent les vies des papes 2.

1. Ilz'cenrdianus 228, xllle siècle.

2. Arl’llivti Vatz'cani arm. XV, 1, xule s.

3. Rz'ccardz'anm 229, XlV" s.

1. Arehiviz‘ Vatic. arm. XXXV, l8. xv° s.

5. Vaticanus 1137. xv° s. 3


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

6. l’arisinus 1188, xv° s.

7. Vallieellanus l, 48, xvx’ s.

8. Banonianus 177, xvue s.

9. Brancaccinnus Il, E X, xvue s.

'10. Valz'canus 6223, xvu° s.

11. Barberinus XXXIII, 31, xvu° s.


Generated on 2013-08-03 10:06 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

12. Barberinus XLlI, 100, xvu° s.

13. Neapolitanus V 11, 63, xv|1° s.

11. Arc/civil‘ Val. XV, 2, xvu" s.

15. Corsim'anus 819, xvu° s. ‘

16. Carsinianus 101-1, xvu” s.

17. Catanz'ensz's, xvme ‘s.

On trouve encore les vies des papes dans les manus-

crits suivants, qui les ont empruntés évidemment au

Liber censuum :

Parzsinus 5112, rave-xv° s. ’

Parz'sinus 5150, xiv" s. 3

29. — Le manuscrit ltz'ccardianus 228,. tout comme Reggïâââ‘ä,

l'exemplaire original du Liber de Cencius, demeura à la d'Aragon

chambre apostolique pendant les xura et x1v° siècles. Nico-

las Roselli, ditle cardinal d'Aragon, s’en servit, au temps

d'lnnocent Vl ‘, pour donner une refonte du Liber cen-

suum. On lit en effet. en tête de sa compilation, une pe-

tite note ainsi conçue: Praesentem librum ordinavit et

scribi fecz't reverendissimus in Christo paler et dominus

domnus Fr. Nic'olaus, cardinalis Aragoniae, quem

compilaoit cz diversz's registris et en: librz's camerae

apastolicae et et aliz's etiam libris et c/zrom'cz's diver-

sz's cum magna diligentia et labore.

Les manuscrits5 qui contiennent cette édition du Li-

ber censuum sont :

Dresdensis F 18, xrv° siècle.

Are/zivz'z' Vatz'c., arm. 111, 2, fin du xv° siècle.

Berolinensis, Hamilton, 33, xve s. ‘5

Val/icellanus C, 25, xv1° s. 7

Ambrosianus D 320 infl, xvl" s.

Vaticanus 3531.

Vaticanus 674-5.

Ottobom'anus 3078, xv° s.


LE RECUEIL DU CARDINAL BOSON.

Matritensz‘s R 4-7, xv" s., fin.

Eslensz's, xve s 1.

En ce qui regarde les vies des papes, le texte du

cardinal d’Aragon ne diffère du précédent que par des

retouches de style et par quelques suppressions. C'est

à celles-ci qu'on le reconnaît tout d'abord. il lui man-

que: 1° Le début Dz'cam âreviter etla notice de Jean XII,

de sorte qu’il commence par lavie de Léon lX; 2°la vie

de Victor ll; 3° un passage de la vie de Grégoire Vll. In

Calcea'oncnsi namque concilie — ordz'ncm qucm ince-

pimus prosequamurä 4° un passage de la vie d’Alexau-

dre lll, In nomme Demi/Li -—pro viribus laboravit 3.

Il est évident que ce texte dérivé n'a aucune valeur

critique. C'estd'aprèsluique Muratoripublia cette collec-

tion dans le tome lll de ses Scrz'plorcs *. L'édition nou-

velle donnée par M. Watterich est fondée principale-

ment sur le manuscrit XV. ldes Archives vaticanesi; ici

j'ai reproduit purement et simplement le texte du [tic-

cardianus 228,sans m'inquiéter des autres manuscrits,

qui n'en sont que des copies plus ou moins directes

et fidèles.

XXXIX

3U. —— L'auteur de cette collection de vies n'est pas LeBcardiual

0S0".

difficile à déterminer. il a en soin de signer l'avant-der-

niere, celle d'Adrien IV, en donnant même quelques

sz'a sanctorum Casme et Damz'am' diaconus erdmalus,

assidue risque aa’ z'psius 065mm fnmz'lim'z'tel'secum per-

mansit.

La carrière de ce personnage est connue :c‘était


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

l'homme de confiance d'Adrien lV; il y a des raisons

de croire qu'il était anglais comme lui; en tout cas, on

le voit apparaître à la cour pontificale, en qualité de

scripte)‘, en même temps que Nicolas Breakspeare y

prend place comme ‘cardinal-évêque d'Albano, c'est-à-

dire sous Eugène lll, en 1149. Depuis le 6 novembre


Generated on 2013-08-03 10:06 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

de cette année jusqu'au 3 mai 1152, son nom se ren-

contre au bas d'un grand nombre de lettres pontifi-

cales. Pendant la dernière année d‘Eugène lll et le

court pontificat d'Anastase lV, il disparaît; c'est le mo-

ment où le cardinal Nicolas se transportait en Norvège

en qualité de légat du siège apostolique ’. A peine

revenu du Nord, Nicolas fut élu pape, et, tout aussitôt,

Boson devint son camérier. En même temps, ou peu

après, il était créé cardinal-diacre des Saints Côme et

Damien. En 1158, nous le voyons présider au siège

d'Aquapuzza, château de la Maremme pontine, et rece-

voir la capitulation du châtelain rebelle ’. L'année sui-

vante, il est envoyé comme legat en Angleterre. De

retour avant la mort d'Adrien (1“ septembre 1159), il

joua alors un rôle important. Le pape respirait encore,

quand les cardinaux hostiles 21 Frédéric Barberousse s'en-

tendirent avec Boson, qui fut chargé de s’assurer de la

forteresse voisine de Saint-Pierre. La garnison lui prêta

serment; après la mort du pape il put offrir un refuge

a ses collègues pendant les quelques jours qui précéde-

rent l’election, et, après celle-ci, au pape légitime, vio-

lemment combattu par la l'action impérialiste. Depuis

lors il partagea la fortune très agitée d'Alexandre lll.

Il le suivit en France (1 lui-65), revint avec lui à Rome

l. Muratori (v. ci-dessous. note 4) s'est servi d'un ms. du chat-

pitre de Milan, dont je n’ai pas la cote. Je n'ai aucun renseigne-

ment sur un ms. que Watterieh (1. c.) dit avoir été à la biblio-

thèque de Gesù de Rome.

2. Ci-dessus, de p. 363 b, l. 7, il p. 364 a. l. 24'».

3. Ci-dessous, de p. 422, l. 33, à p. 425, l. 6.

4. Scriptores, t. III, part. 1. p. 277 et suiv. Avant Muratori. Ba-

ronius avait largement usé de ces vies pour la rédaction de ses

Annales; il les cite d'après la collection de Nicolas, cardinal


LE RECUEIL DU CARDINAL BOSON.

Sa collection

de

biographies

pontificales.

XL

a la fin de 1165 et fut alors’ élevée la dignité de cardi-

nal-prétre. L'année suivante il quittait Bome de nou-

veau pour suivre le pape dans ses diverses résidences.

Il alla avec lui à Venise et prit part aux célèbres négo-

ciations de 1177; avec lui il rentra à Rome le I2 mars

1178. Mais il est probable qu'il mourut cette année la-

méme: sa dernière signature est du I0 juillet M78.

31. — Boson était déjà cardinal-prêtre lorsque fut

rédigée la note Actum Bosonis, a la fin de la vie d'A-

drien IV. Ce n'est donc pas avant l'année 1166 qu'il mit

la dernière main à cette vie. Du reste, il y parle du futur

Victor IV en termes qui supposent que le schisme de

I159 avait déjà éclaté‘-'. C'est aussi alors qu'il rédigea la

première partie de la vie d‘Alexandre III, depuis son

élection jusqu'à sa rentrée a Rome, le 23 novembre

1165. En effet, il y a ici dans son texte une sorte d’eæ-

p/icit provisoire : Acta szmt lzec anno d. i. MCLXV

etc. Quelques lignes auparavant, il parle du roi de Si-

cile Guillaume comme d'un personnage vivant'; or ce

prince mourut au mois de mai 1166. Le reste a été

ajouté à plusieurs reprises‘. Ainsi la phrase par laquelle

se termine le récit des événements qui correspondent

aux années MOIS-M72, suppose que le rédacteur n'avait

pas encore eu vent des préliminaires de paix arrêtés en

I176 a Anagni 5. Un peu plus loin, une erreur de rédac-


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

tion dans un récit6 relatif a l'année 1175 paraît avoir été

causée par une confusion avec une pièce de “77, 22

juillet. Il y a donc lieu de croire que Boson ne se remit

a écrire que vers la fin de cette dernière année, après

la signature de la paix de Venise. A la dernière page il

est fait mention des fètes de Pâques. Ceci a donc été


Generated on 2013-08-03 10:06 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

écrit après le I0 avril H78 7. Les limites de la rédaction

concordent exactement avec celles de la vie de l'auteur.

Cette rédaction n'était pas, je pense, destinée à res-

ter telle qu'elle nous est parvenue. Indépendamment

de la finale, que le cardinal Boson lui eût certainement

ajoutée s'il avait survécu a Alexandre III, il est vrai-

semblable qu’il aurait complété çà et la sa rédaction,

qui n'a souvent qu'une forme provisoire. C'est ainsi

que, dans le récit1 des négociations de l'année I170 en-

tre le pape et l'empereur, un discours d'Alexandre III

est reproduit sans aucune transition ou introduction

1 qui le rattache au texte précédent. Vers la fin on trouve

des diplômes simplement transcrits à leur place chrono-

logique, sans qu'un texte narratif en donne l'explica-

tion. La dernière main a évidemment fait défaut.

Je ne sais si cette observation ne doit pas s'appliquer

atout le recueil; elle en expliquerait les imperfections

et les lacunes.

Le début Dicam breviter —dilucidata que voluerit2

est emprunté a la collection canonique de Bonizo de

Sutri'. On y a respecté, en les transcrivant et en les

laissant à la première personne, deux renvois que fait

cet auteur a ses autres ouvrages, le Liber ad Amicum et

le Liber ad Hugonem sc/rixmatieum. Vient ensuite une

notice deJean XII, où il n'estguère question que de l’em-

pereur Othon le Grand, et, en particulier, de son cou-

ronnement à Rome en 962. Ceci est tiré du Liber ad

Amieum, 1. IV. On ne voit pas d'abord pourquoi, seul

de tous les prédécesseurs de Léon IX, Jean XII a ici

l'honneur d'une notice spéciale; cela ne s'explique que

par le désir d'insérer la formule de serment prêté par

Othon à Jean XII, une formule qui ne pouvait manquer

d'intéresser le cardinal Boson. On l'a relevée dans le


digé dans le style du Liée/- pontificalis et des catalo-

XLI

gues du x°-xi° siècle. Il a faitaussi beaucoup de sup-

pressions, résumé quelques passages et ajouté ça et la

quelques réflexions de son crû. Dans ce remaniementil

lui est échappé plus d'une erreur; il aura travaillé trop

vite, sans toujours prendre assez de peine pour saisir

exactement le sens de l'auteur qu'il dépouillait‘. On

trouve aussi, en plus d'un endroit, certains renforce-

ments de touche dans les traits favorables au pouvoir

pontifical ou défavorables aux adversaires du saint-

siège. Assurément Bonizo n'était pas un tiède. Gré-

goire Vll compta bien peu de défenseurs aussi ardents.

Mais dans l'entourage d'Adrien N on était plus ardent

encore; la fierté du pontife, l'exaltation de la lutte

avec Frédéric Barberousse et avec le sénat romain

avaient encore haussé le ton des polémiques. Boson ju-

gea que Bonizo lui-même n'était pas au point et il

se chargea de l'y mettre

Le Liber ad Amz'cum n'allait pas au dela de Gré-

goire Vll ; mais dans son livre ad Huganem sc/tismati-

cum, Bonizo avait parlé d'Urbainll. Il ne pouvait avoir ?

traité que des premières années de ce pape, car il mou-

rut lui-même en 1091, huit ans avant Urbain. Soit que

ce livre, actuellement perdu, n'ait pas été entre les

mains du cardinal Boson, soit qu'il n'ait pas cru devoir

tenir compte d'une histoire si incomplète, toujours

est-il qu'il ne nous a laissé aucune notice ni d'Urbain il,

ni de Victor 111, son éphémère prédécesseur. La notice ‘

de Pascal Il fait immédiatement suite chez lui à celle

de Grégoire VII.
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

dence. Boson ne dérive pas ici du manuscrit des Anna-

les Romaines: il aura puisé directement au registre de

Pascal ll. On ne concevrait guère, d'ailleurs, qu'un li-

vre comme le Vatz'canus i984 se soit trouvé entre ses

mains; il n'eût pas déparé la bibliothèque de Farfa,

néechronologiquementcomme étaientles registres pon-


Generated on 2013-08-03 10:06 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

tificaux, Boson n'ait pas mis plus d'ordre dans ses ex-

traits. On trouve consécutivement des pièces de “il ,

1409,1112, 1I06,ll04,lll2.

Cette farrago est encadrée entre un début et une

petite finale, dont les formules sont celles du Liber

pontificalz's. Le début aura été relevé dans quelque ca-

talogue, mais il s'y trouve une correction de Boson lui-

même. Pandolphe et les Annales Romaines s'accordent

à placer en Romagne la patrie de Pascal 11 ,' mais Pan-

dolfe le ditoriginaire d'une localité appelée Bleda. Boson

aura trouvé cette indication dans son catalogue, mais,

songeant à la Bleda (Blcra, Bleda) de la Tuscie romaine,

il aura vu la une incohérence et qualifiéPascal de

Tuscus. Voici du reste les trois textes:

Pandolfe. Annales. Boson.

Paschalis qui et I’aschulis, natio- Pnschalis ll, nu-

Runierius antea vo- ne Revenue, de op- tione Tuscus, ex

cabatur, natione pido quod vocatur comitatu Galliace,

Flammineae pro’ Galliutia, ex patre oppido Bleda, et pa-

vintiae,Bledcpetric, Crescentio, lre Crescentio,

ex pntre Crescentio,

nmtre Alfatie.

Quant a la finale, on y trouve d'abord l'énumération

des antipapes successeurs de Clément lll (Guibert);

mais il n'y a la aucun de ces détails que Pandolfe ou

les Annales Romaines auraient fourni en abondance. Il

' faut même noter que les antipapes. sont rangés dans un

ordre qui n'est pas l'ordre chronologique; on nomme

Théodoric le dernier, alors qu'il devrait être le premier.

' L'ordre de Boson est, au contraire, identique a celui

dans lequel les antipapes se présentaient dans une ins-

cription célèbre du palais de Latran ‘. Après cette énu-

mération viennent les ordinations, simplement indi- .


LE RECUEIL DU CARDINAL BOSON.

Boson

historien.

XLII

des circonstances de sa sépulture ne provient non plus

ni de Pandolfe ni des Annales.

32.-lln'en est pas davantage tributaire pour les vies

suivantes, celles de Gélase Il, Calixte Il, Ilonorius Il‘.

Ici Boson commence a voler de ses propres ailes. Les

événements dont il s'occupe ne sont pas antérieurs de

plus de trente ans a son arrivée à la cour pontificale. La

tradition n'est donc pas très longue. Certains monuments

nouvellement construits ou restaurés portent des in-

scriptions qui nomment les papes du xu° siècle; tout

le monde d'ailleurs sait à qui attribuer ces travaux de

fraîche date. Enfin les archives pontificales sont ouvertes

au camérier d'Adrien IV et au cardinal favori d'Alexan-

dre 111. Sur ce point cependant, il faut tenir compte des

longues absences de la cour pontificale. Boson n'a pas

toujours eu, au moment même oùil écrivait, la facilité de

consulter les anciens registres, dont les dépôts étaient au

pouvoir des antipapes ou bien plus ou moins séquestrés

par la commune de Rome. C'est peut-être à cette circons-

tance qu'il faut attribuer l'emploi qu'il a fait de Bonizo.

Il est sur qu'il fait un large usage des documents. On

a vu ce qu'est sa notice de Pascal II. Dans celle de Ca.

lixte Il il insère le concordat de Worms, partie impé-

riale, d'aprèsl‘original conservé aux archives de l'église

romaine; Pandolfe en avait parlé d'après la copie que

le pape Calixte fit peindre sur un mur du palais de La-

tran. J'ai dit u partie impériale » ; le concordat se com-


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

posait de deux chartes, dans lesquelles chacune des

deux parties faisait ses concessions. Boson reproduit

les concessions de l'empereur; il omet les concessions

du pape. En ceci il est bien dans son rôle. Dans la vie

d'lnnocent Il il insère des extraits du concile de Latran

(t 139) et une formule de serment, a l'usage des indices et


Generated on 2013-08-03 10:07 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

advoeati de la ville de Home. En dehors de ces pièces,

textuellement reproduites, et de celles qui figurent

dans les vies d'Adrien IV et d'Alexandre llI, beaucoup

d'événements sont rapportés d'après les chartes; ainsi la

fondation de la métropole de Compostelle et la conces-

sion du pallium a l'évêque de Lucques, dans la vie de

Calixte Il; la compétition d'Anaclet, l'organisation des

métropoles de Pise et de Gênes, le concile de Pise (1135),

dans celle d'lnnocent Il; la réunion des églises de

S. Jean Porte-Latine, de S. Nicolas in. hospitali, de S.

Grégoire in Martio, a la mense canoniale de Latran,

dans celles de Lucius Il et d'Anastase lV.

Une attention particulière est accordée aux tempora-

lités de l'église romaine: on note la récupération de

Segni sous Ilonorius Il, celles de Terracine, Sezze,

Norma, CasteI-Fumone, sous Eugène III. Les détails de

ce genre se multiplient dans les deux dernières vies.

Rien ne pouvait intéresser davantage le chefde l'admi-

nistration camérale.

C'est du reste une conjecture très fondée que celle

d'un Liber cen‘suum constitué par Boson en même

temps, ou a peu près, qu'il écrivait ses biographies.

Dans la préface du sien, Cencius’ parle de memoralia

in scriplz's de cenxibus, rédigés du temps d’Eugène III

et d'Adrien lV, semiplena tamen nez: autentice scripta

seu ordinata. Ces essais se retrouvent, comme l'ont très

bien vu MM. E. Stevenson et P. Fabre 5', dans les cha-

pitres XCl-XCVI et XCVlil-CXX de la compilation de

Cencius. Il suffit de confronter le second groupe avec

les documents résumés à la fin de la vie d’Adrien IV’,

pour apercevoir le lien étroit qu'il y a entre les deux

séries.

En ce qui regarde l'histoire proprement dite, Boson


LE RECUEIL DU CARDINAL BOSON.

la seconde, celle de 1139, qui eut un résultat tout à

fait contraire. On n'aurait, en le lisant, qu'une idée

très insuffisante du concordat de M28, imposé à Hono-

rius Il par le même Roger. Ce qu’il dit de la commune

romaine, de son origine et de ses premières luttes est

non seulementincomplet, mais inexact, et d'une inexac-

titude dans laquelle il entre une forte dose de passion.

Cette nouvelle commune, ses sénateurs, et, disons-le,

les Romains en général, excitent chezlui l’antipathiela

moins dissimulée. Quel dédain il a pour la canaille r0-

maine et ses chefs, ce monde vénal, plat quand il le

faut, ridicule de l'orfanterie quand il est maître de son

attitude, enragé dans ses haines, infidèle aux serments

les plus sacres! On sent bien qu’il n'en est aaucun degré,

que ses attaches de patrie, de parenté, sont ailleurs,

tout comme ses sympathies ‘.

Dans sa rédaction, Boson prend évidemment pour me-

dèle les notices de l’ancien Liber pontificalz's. J'ai mon-

tré qu’il avait découpé sur leur patron le texte de B0-

uizo de Sutri. L'imitation est bien plus visible dans les

parties de son recueil qui lui appartiennent en propre,

surtout dans les deux dernières notices, où il va jus-

qu'à copier dans le Liber pontz‘ficalz‘s l'éloge des papes

du vue et du vin9 siècle pourl'adapter a Adrien IV et

Alexandre [11. Il a même eu la précaution, bien qu’il

écrivit sous ce dernier pape, de mettre les formules au

passé: Emt cm‘m oz'r eloquem‘z‘ssz‘mus, etc. C'est tout a

fait le procédé des anciens biographes. Mais celui-ci

compta sansl'hôte sinistre: c'est Alexandre III qui put

dire de son biographe enterré: Erat‘ enz'm, etc.


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

J'ai peine ‘a croire que le cardinal Boson se fût atta-

ché avec tant de soin à reproduire les formules et

la disposition du Liber pontificalis, s'il n'avait en l'in-

tention de relier son propre recueil a la série interrom-

pue après Hadrien II et Etienne V. Il mourut au moment

où, après de longues agitations, la paix était enfin


Generated on 2013-08-03 10:07 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

rendue à l'église romaine; il allait pouvoir séjourner

tranquillement au Latran et trouver le loisir nécessaire

à une telle entreprise.

Ce plan, s'il a été formé, n'a sûrement pas reçu son

exécution. La collection du cardinal Boson demeura

XLIII

dans les armoires du Latran, non loin des livres cen-

siers, où l'on finit, un siècle plus tard, par lui trouver

une place; mais personne ne s'inquiète de la parfaire,

de la continuer, de le relier au Liber pontificalis d'au-

trefois. Pendant ce temps, la continuation de Pandoll‘e

dormait, sous la forme que lui avait donnée Pierre-Guil-

laume, au fond de la bibliothèque de Saint-Gilles. L'his-

toriographie pontificale revint, comme au x6 siècle, au

système des catalogues.

33. —— Mais les catalogues pontificaux, depuis la fin

du m" siècle, se présentent rarement sans avoir pour

pendant le catalogue impérial. A force de se combattre,

ces deux moitiés de Dieu, le pape et l'empereur

avaient fini par ne plus pouvoir être conçues l'une sans

l'autre. Et l'idée qu'on s'en formait dans le présent réa-

gissant sur la façon dont on se représentait leurs rap-

ports dans le passé le plus lointain, on en vint a dres-

ser de longues listes synchroniques où le Christ faisait

pendant à l'empereur Auguste, saint Pierre à Néron,

et ainsi de suite. Ce système, ébauche dès la fin du ine

siècle ‘, produisit, cent ans après, le double catalogue

de Cencius Camerarius 3; plus tard celui de Gilbert,

1. Voir ci-dessus, p. xix, la partie pontificale de l'un

anciens catalogues de ce genre.

2. Voici la fin du catalogue de Cencius, partie pontificale. d'après

l'original de Cencius, Valioauus 8486; j'en dois le texte à l'obli-

geance de M. P. Fabre. Cl‘. Arc/Lia, t. XII, p. 76. 77, et M. G. Scr.


'XLIV

LE RECUEIL DU CARDINAL BOSON.

enfin les chroniques parallèles de Martinus Polonus.

Toutes ces compositions sont dans la dépendance de

l'ancien Liber pontificalz's, des catalogues du x-xr' siè-

cle, de Liutprand, de Benoît de Saint-André, des bio-

graphies du Liber censuum ,- toutes aussi s'accordent a

ignorer Pandolfe et Pierre-Guillaume. Il n'entre pas

dans mon plan d'étudier ces formes nouvelles de l'his-

toriographie pontificale, si ce n'est en tant que les der-

niers remaniements du vieux Liber pontiflcalis en sont

eux-mémé tributaires. C'est ce que je vais faire dans le

chapitre suivant '.

Les 34. — En dehors de ces chroniques, je ne vois à si-

bio raphes

pontificaux au gnaler, au xuie siècle, que quelques biographiesisolées

,ÏÏ'QÎÉÂË. de certains papes, Innocent III, Grégoire IX, Innocent IV,

Grégoire X, Célestin V; nul ne paraît avoir songé à. les

relier entre elles et avec les anciennes séries. La vie

de Grégoire IX fut insérée, il est vrai, dans le Liber

censuum, a la suite de celles du cardinal Boson ; mais

ce n'est qu’une simple juxtaposition. Le biographe de

Grégoire débute par un prologue toutafait dans le

style des vies de saints. Il ne regarde pas un instant

derrière lui; il ne s'inspire jamais des formules sui-

vies non seulement dans les anciennes notices, mais

encore dans les recueils de Pandolte et de Boson,ainsi

que dans les catalogues et même dans les chroniques

de papes et d’empereurs.

Il y ajuste un siècle entre le dernier terme de la

chronique martinienne (4277) et le commencement du


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

grand schisme (1378). Dans cet intervalle se placent un

grand nombre de chroniques, soit parallèles, papes

et empereurs en regard, soitexclusivement pontificales.

Au premier type appartient le Flores cbronicorum de

Bernard Gui, dontles diverses recensions, de I313 a

1331, ont été étudiées par M. L. Delisle ‘, mais qui


Generated on 2013-08-03 10:07 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

n'a pas encore été l'objet d'une édition complète ‘3. Il

' faut y joindre la chronique anonyme où les textes de

Martin et de Bernard sont combinés et continués jus-

qu’à l'année 1357. Celleci a une importance spéciale

pour le Liber pontificalz‘s, dans lequel elle est entrée

partiellement 3.

Parmi les ouvrages où il n'est question que des

papes, je citerai I'Hz'storz'a ecclesi'astz'ca de Ptolémée

(Tolomeo, Barthélemy) de Lucques, bibliothécaire de

Jean XXII, mort en 1327 évêque de Torcello‘; elle

ne va que jusqu'à l'année l3l2;le recueil intitulé

Actus ponzificum Romanorum‘, jusqu'à l'année ‘1321,

par Amalric Auger, augustin de Béziers, chapelain

d’Urbain V, à qui l'ouvrage est dédié ; les vies des pa-

pes de saint Pierre a Urbain VI, par Pierre de IIeren-

thals, prieur de Floretl'e, dans le diocèse de Liège, qui

écrivait vers la fin du xnv“ siècle 5.

Mais toute cette littérature, collatérale au Liber pon-

lificalis, est en dehors de mon sujet; je me hâte d'y

rentrer.

rem, secundus Pasclialem, terlius Calixtum. quartus Innocen-

tium. '

Lutius III. uatioue Tuscus, sed. a. 1111 in. 11 (l. XVIII, post

MCLXXXI anuum i. D.

Urbanus III, natione Lulubardus. sed. a. I m. X d. XXV. post

MCLXXXV annum i. D. Huius tempore Ierusalem capitur a

Surracenis.

Gregorius VIII, natioue Bcneventanus. sed. m. 1 d. XXVII.

post MCLXXXVI annum i. D. Hic moritur apud Pisas.

Clemens 1II, natioue Bomanus. de re

Iohanne Scolaï et ex matre Maria, sed. a

MCLXXXVIII aunum i. D.

Celestinus III. natione Romanus, de regione Areula. ex patre.. .


Les

anuscrits. de

CHAPITRE DIXIÈME.

LE LIBEIf PONTIFICALIS AU XV° SIÈCLE.

I.

LA RECENSION DU TEMPS D’EUGÈNE IV.

1. — On a vu plus haut que le Liber ponlificalis

Pandolfe, retouché par Pierre-Guillaume, était resté

caché,jusqu'au déclin du XIV‘’ siècle, dans la bibliothèque

de l'abbaye de Saint-Gilles ; que, vers l’année 1380, il

avait été copié et annoté, mais non pas continué, par

l'évêque Pierre Bobier; qu'on lui avait ensuite joint

une continuation qui se prolongeait jusqu’a Martin lV ;

que diverses copies l'en avaient été faites plus tard, et

que l’une d’elles, le Vallz'cellanus C 79, présente, a la

suite du texte de l'original, une nouvelle continuation,

de Martin IV a Jean XXll.

Ce manuscrit C 79 devint, peu après la mort de

Martin V (1431), la base d’une dernière édition du

Liber pontzficaù‘s, prolongée jusqu’a Martin V lui-

méme, inclusivement. De cette édition, il subsiste

un certain nombre d’exemplaires:

l. Parisinus 5144 A.

Papier, in»f°, {6l feuillets, écriture du xv‘ siècle. — Il fut

exécuté pour le cardinal d'Estouteville (1439-1483), dont il

porte les armes; postérieurement il appartint à Jean Alberson,

àGabriel Naudé, enfin à la bibliothèque Mazarine (Mazar. 99l8).

Sa leçon, pour l'ancien Liber pontificalzls jusqu'à

Hadrien Il, est connue par l'édition Fabrot et par celle


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

de Bianchini, t. I, qui ne fait que reproduire les varian-

tes recueillies par Fabrot.

2. Marc-l'anus 359.

Papier, petit in-l‘o, M4 feuillets, écriture du xv‘ siècle. — Il

a appartenu au cardinal Bessarion, dans la bibliothèque du-

quel il porluit le n° 40, comme l'indique la note suivante : p’.


Generated on 2013-08-03 10:07 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

BiaL zui relit-nm ‘rein ‘Pmyaixräv àpzzsps'wv' XTÜILŒ Bna‘a‘apirovoç

xapà‘wa'lsw; ro‘j 75m Toile-20mm. Bessarion fut évêque de Tuscu-

lum de 1449 à 1473.

3. Bruzel/ensz's M814.

Papier, in-lo, sans pagination, écriture du xv° siècle. Ancien-

nes cotes: R 68 etB l03. — Sur un feuilletde garde, une note

attribue les dernières vies à Zeno, patricien de Venise, puis

évêque de Feltre (Mi-74460) et de Padoue (msoaisnicetœ

opinion sans fondement est réfutée dans une lettre de Schels-

trute jointe au manuscrit.

C'est d'après ce manuscrit que Papebroch publia,

dans le Propylaeum ad Acta SS. maz‘i, les vies des

papes, depuis Honorius lVjusqu’à Martin V.


XLVI

LA RECENSION DU TEMPS D’EUGENE IV.

1. Ambrosianus C 201 inf.

Papier, in-fo, 152 feuillets, écriture du xv° siècle. il a ap-

partenu ù J. Vincent Pinelli (1* 1601).

Sa leçon, pour ce qui regarde l'ancien Liber ponti-

fiealz's, jusqu'à Hadrien ll,est connue par Muratori, qui

le cote C.

5. Ambrosîanus H 253 inf.

Papier, in-fn, ‘158 feuillets, écriture duxva siècle. —On y lit

la cote L. G. episcopi Sarnen. ‘223. Il s'agit sans doute de Louis

Gol'nez, évêque de Sarno, près de Salernc, de 1531 a 1513.

Ce manuscrit paraît être une copie du précédent.

6. Ambrosianus H 111 sup.

Papier, petit in-fo, 170 feuillets, écriture du xv° siècle. —

il résulte d'une note d'Olgiati, écrite en 1609 sur le f. de garde,

que ce manuscrit fut acheté à Naples aux héritiers de Vincent

Pinelli pour le cardinal Frédéric Borromée.

C'est un texte hybride. Jusqu'à Etienne II il est con-

forme a la recension A, mais avec beaucoup de retou-

ches empruntées à la recension du xv° siècle; depuis

Paul jusqu'à Martin V, il ne diffère pas des précédents.

Muratori en a eu collation; il le cite, jusqu'à Ha-

drien [1, sous la cote B.

7. Vaticanus 6357.

Papier, in—f°, 205 feuillets, écriture du xvu" siècle, relié aux

armes d'Urbain VIll.

\ 8. b'arberz'nus 300111, 165.

Parchemin, in-f“, 190 feuillets, écriture duxv“ siècle ; anciens

numéros, 1768, 1769, 2212, B. XXllll. lla appartenu à Martius

Milesius Sarrazanius, jurisconsulte romain du xvn' siècle. Un


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

comput, écrit sur le f. de garde, compte 5199 ans de la Créa-

tion à Jésus-Christ et 6611 ans usquc ad hoc nostrum tempus,

ce qui donne l'année 1112. On y lit aussi, d'une main bien pos-

térieure, une répartition des notices entre divers auteurs,

suivant le système de Panvinio, c'est-à-dire entre Damase,

Anastase, Guillaume le bibliothécaire, Pandolt‘e de Pise, Mar-


Generated on 2013-08-03 10:07 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

tinus Polonus, Dietricb de Niem et un auteur inconnu.

Dans la vie de Martin V, le copiste, craignant sans

doute de manquer d'espace, a supprimé certains pas-

sages, qui ont été plus tard rétablis en marge‘. Néan-

moins il n'a pu tout écrire et son manuscrit se termine

aux mots nequz’vit se pontifeæ, ci-dessous,p. 522, l. 30.

9. Parisz'nus 5111.

Parchemin, in.f°, 229 feuillets, écriture du xvie siècle. Ce

manuscrit fut exécuté pour le cardinal Luigi Podacbatario

(1500-1506), dont il porte les armes; il appartint depuis en car-

dinal Nicolas Ridolll, archevêque de Florence (1- 1550), dont

le bibliothécaire Matteo Devaris le prit pour un Platine et nota

cette attribution sur la reliure : Platinae Vitae pontificum us-

que ad vitam Martini V. N0 38. — Anciennes cotes: 1013,

753, 3900.

C'est le Itegz'us de Fabrot, qui en a relevé les varian-

tes jusqu'a Hadrien 11. De l'édition de Fabrot elles

ont passé dans celle de Bianchini.

10. Vatz'canus 3'763.

Parchemin, in-fo, 170 feuillets, écriture du xv° siècle. Il

porte les armes cardinalices des Barbo, ce qui suppose qu'il

a été exécute‘,comme le Barberinus Xll,27, entre 1110 et 1190.

11. Neapolitanus VlII C 11.

Parchemin, in-1°, 210 feuillets, écriture du xv" siècle- Le

frontispice porte un écusson d'archevèque, accosté des lettres

S. T.

12. Bononianus 763.

Papier, in-1°, 272 feuillets écrits, écriture du xvie siècle.

Anciennes cotes : A v 6 (corrigée A vu 2), et 0 l 11 Pepoli.

13. Matritensis P. 91.

Papier, petit in-f", écriture du xvu siècle.

11. Brancaccianus, 2 F 18.

Papier, in-f", 22 feuillets,xv1e siècle.


LA RECENSION DU TEMPS D'EUGÈNE IV.

,qu'il contenait le texte de la recension du xv° siècle. Ce

texte ne va que jusqu’à Libère, après lequel on a ce-

pendant ajouté la vie de Damase lui-même.

Il faut encore mentionner le Iv‘arnesianus d’Ugolini.

Ce manuscrit, qu'il n'a pas vu lui-même, a été entre les

mains de Fr. Penia, qui y releva un certain nombre

de leçons et les inséra dans sa collection de variantes

du Liber ponti/z‘calz's conservée dans le Vallz'cellanus

l 44-.‘ Voici comment il le décrit:

Fumesianus E. 4. 2l, tri-4° membrzmaceus. mutilatus, ltabens

cpistolas Damasi et Hieronymi, vilum b. Petri proliæiorcm 3. Pro-

tenditw' usque ad Martinum V. Fuit olim card. Nurdz'ni Foroli-

oiensis. — Etienne Nardini, de Forli, fut créé cardinal en H73

et mourut en ‘1484.

XLVlI

les coupures pratiquées dans le texte des anciennes no-

tices sont exactement reproduites. On ne s'est pas in-

quiété de ces anciennes vies, sinon pour les annoter

ça et là, mais en marge et non dans le texte. Dans cette

annotation, il faut remarquer celles’ qui mentionnent

certains papes imaginaires, Cyriaque après Pontien,

Marc après Félix I, Léon III après Serge 1, Basile après

Hadrien III. Le passage sur la papesse, qui est en

marge dans le Vaticanus 3762, mais qui n’a point été

transcrit dans le Valle'cellanus, se trouve ici dans le

texte, entre Léon IV et Benoît 111.

Après Hadrien Il, la recension du xn° siècle n'of-

l‘rait guère jusqu'à Grégoire Vll qu'un catalogue fortmai -

gre. On y ajouta beaucoup, en puisant encore dans

la chronique martinienne. Ces interpolations ont été re-


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

.touches 2.-0nlit généralementen tète de ces manuscrits, soit

iortées a

amante. en marge, soit dans le texte) les deux notes suivantes a: levées dans la présente édition ; elles cessent depuis

Liber iste intitulatur Damasus de gcstis pontificum; sed

cum non potuerit nisi usque ad sua tempora scribere,

quod superadditum est alterius est auctoris cuius nomen


Generated on 2013-08-03 10:08 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

non teneo. Verum in vita Golasii pape ll quidam Pan-

dolfus hosliarius affirmat se ista scripsisse, quod intel-

ligi potest vel de toto opere usque ad sua tempora vel de

vite Gelasii tantum, quod ex vita Pascalis secundi coniec-

tari licet.

Dominus uoster lesus Christus primus summus pontifex

nascitur XLll° anno imperii Augusli. Anuis XXXlll m. lll

in hoc mundo vixit; XXX anno baptizatur, reliquum tem-

pus predicavit. Post eius passionem anno sequenti tenuit

Petrus apostolus in partibus Orientiscathedram annisllll;

deinde anno Domini XXXVIll venit Anthiochiam, ubi sedit

annis Vll dies Vlll; deinde venit Roman], ubi sedit annis

XXV menses Vil dies Vlll.

Jusqu'à Hadrien il, le texte de cette nouvelle recen-

sion ne diffère pas beaucoup du Vallt'cellanus, c'est-à-

dire de la recension du xn" siècle. Les interpolations et

Alexandre 11 et Grégoire Vil, les notices de Pandolfe

oli'rant alors un développement qui aura été jugé suffi-

sant. A partir d'lnnocent il et jusqu'à la fin de la vie

de Jean XXII, nos manuscrits divergent considérable-

ment. Deux groupes sont à distinguer. Le premier, qui

comprend les n05 l-7, reproduit exactement le Valli-

cellanus G 79, y compris la rubrique secundum alinm

scriptorem idem Marlz'nus quarllzs, qui s'y trouve pla-

cée entre les deux vies de Martin lV, l'une incomplète.

provenant d'une continuation de la chronique marti-

nienne, l'autre complète,empruntée a Bernard Gui. C'est

encore ce dernier chroniqueur qui fournit la vie suivante,

celle d'Honorius IV, et les autres, de Nicolas IV a Jean

XXII.

Dans les autres manuscrits (n'Js 8-l3), le texte est en-

core emprunté aux deux chroniques de Martin et de

Bernard :' de Martin depuis innocent II, de Bernard


XLVlll

LA RECENSION DU TEMPS D‘EUGÈNE IV.

Continuation

depuis

Jean XXIÏ.

de Martin lVil n'y en a plus qu'une, celle dont une par-

tie seulement figure dans les manuscrits du premier

groupe. Après Martin lV, Honorius IV a une vie qui

n'est point tirée de Bernard ; c'est une rédaction

spéciale, fort courte, qui paraît avoir d'abord terminé

une série, car on lit aussitôt après: Numerus suprascri-

ptorum pontiflcum est CXC V, en: quibus LXXXVIII

fuerunt nalz'one Romani‘.

Outre cette difl‘érence, qui ne se rencontre qu'en un

point spécial,il y en a une autre qui s'observe d'un bout

à l'autre de la série, c'est-a-dire d'lnnocent Il à Jean XXIL.

Le second groupe nous offre ici un texte beaucoup plus

complet, en général, que le premier, c‘est-à-dire quele

Valliccllanus C 79. C'est toujours le texte de Martin re-

lié a celui de Bernard, mais ce n'est, ni pour l'un ni pour

l'autre, la méme recension. J'ai noté, dans la présente

édition, l'écart entre les deux textes, pour autant qu'il

ne s'agit pas de simples variantes, mais d'un plus ou

d'un moins un peu notable. Un coup d'œil sur les pa-

ges Min-485 suffit pour saisir en quoi consiste la diffé-

rence.

3.- Au delà des limites du Vallicellanus on trouve

d'abord une finale pour la vie de Jean XXII, puis les

vies de Benoît X1], de Clément VI et d'lnnocent Vl,

cette dernière incomplète, arrêtée dans un récit relatif

à la grande compagnie de Vernes et a sa marche sur


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

Avignon (1357). Tout ceci est évidemment de la même 3

main, de la main d'un curialiste d’Avignon, contempo-

rain d'lnnocent Vl. Je reviendrai bientôt sur l'origine

de ces vies.

Après Innocent VI, dont on a laissé la notice inter-

rompue, vient une série de vies des papes suivants,


Generated on 2013-08-03 10:08 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

depuis Urbain V jusqu'à Martin V3. Cette ‘dernière

partie est beaucoup moins une suite de biographies

proprement dites qu'une histoire du grand schisme

distribuée en notices pontificales. li n'y a presque rien

sur Urbain V, peu de chose sur Grégoire XI ; encore le

1. Une note semblable figure après la vie de Martin V dans le

Corpus lzistm-icum d’Eccard. t. I, p. 1550; mais les nombres sont

différents : C11 et LXXXIX.

2. Détails de style : le dictus est répété à satiété : trecenii milites

degenlibus dicti ducis in dit-l0 belle morlui L'eciderunt, et diclus (lux

etc; pour tune on dit illo tunc, pour demum, ultimate; noter aussi

la formule modicum relevavit, p. 486, l. 27; p. 489, l. 14; p. &90,

l. 45; p. 492.1. 18.

3. Cette série a été publiés pour la première fois par Eccard,

Corpus Melon, t. I, p. 15111-1550, en appendice à une prétendue

chronique de Dietrich de Niem. quiva jusqu'au mois de mai 1364.

narrateur n'est-il guère préoccupé que du retour de ces _

papes, c'est-à-dire de ce qui est important pour la suite

de son récit. Il s'étend très longuement sur le conclave

de 1378 et le commencement du schisme. Dans la ne-

tice d'Urbain Vl lui-même et dans celles de ses succes-

seurs, Boniface 1x, lnnocentVII, Grégoire XlI, Alexan-

dre V, Jean XXIII, il ne s'occupe guère que du schisme.

Le concile de Constance l'arrête longtemps ; il n'y voit

autre chose que l'extinction du schisme. Ce n'est que

dans la vie de Martin V qu'il détourne un peu son

attention sur les autres affaires et revient z‘n eztremz‘sà

la biographie du pape.

Que tout ait été écrit en même temps, c'est ce qui

n'est guère douteux. L'auteur ne paraît avoir gardé‘

aucun souvenir personnel du temps d’Urbain V, de

Grégoire XI, même d'Urbain Vl : en parlant de

celui-ci il emploie le mot fertur’. Dans la vie de Gré-


LA RECENSION DU TEMPS D'EUGÈNE IV.

dérivent tous les manuscrits. On ne peut en effet expli-

quer la faute par une distraction de l'auteur, qui aurait

ici copié un document touta fait contemporain et oublié

de mettre le verbe au passé. Notre biographe est trop

sérieux et trop lettré pour avoir commis une pareille

bévue; ici d'ailleurs il ne résume aucun document,-

son fuerat indique une connaissance exacte des vicissi-

tudes qui survinrent tôt après dans les relations entre

Jeanne l'°etUrbain Vl. Ce/ueral est au temps voulu par

la marche du récit: et est n'est et ne peut être qu'une

glose. Or cette glose n'a pu être écrite après la mort de

Jeanne il (2 février 1435). Ainsi notre texte existait

certainement au commencement de l'année 1435.

Désireux de relier sa composition aux anciennes vies

des papes, le biographe de Martin V choisit, parmi les

divers exemplaires du Liber pontz'ficalis qui pouvaient

se trouvera sa disposition, le Vallicellanus C 79, dont

les limites atteignaient une époque voisine des origi-

nes du schisme. Il restait cependant une lacune entre

les deux séries, ni l'une ni l'autre ne comprenant les

vies de Benoît XII, Clément VI et Innocent Vl. On s'a-

dressa,pour les avoir, al'une de ces chroniques, si com-

munes au xiv" siècle, où l'histoire des papes et celle

des empereurs étaient rapprochées et disposées en no-

tices parallèles ‘. Il yen avait qui allaientjusqu'à Inno-

genre ont été signalées récem-

M. Glasschrôder dans l’llislort'sches Jahrbuc/i, t. XI

p. 247 et suiv. L'une d'elles. celle du Valicanus 2040, est

lui-même de ses Flores chroni-

corum. On retrouvera peut-être, à l'état isolé, la recension du Li-


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

be" po'lüficallr. — La. chronique par laquelle se termine le Pari-

.u'nu: 5H2 (ci-dessus. p. xxvni) contient justement les deux mêmes

vies de Martin IV etd'Honorius IV qui sont entrées dans celle-ci.

Elle a,jusqu‘à Jean XXII, les thèmes particularités de texte que j'ai

relevées sous la rubrique Compléments. A la fin de Jean XXII,

après les mots in magnum scandalum Ecclexie d. n. Iesu Chrisli


Generated on 2013-08-03 10:08 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

P- 485). elle continue : Pl'efalus pseudoanlipupa- legimus conlineri

(P- 485, I- 5). Puis on lit : Quoniam autem lampre/‘atu: Ludout'cus

LIBER PONTIFICALIH, t. II.

-.

XLIX

cent VI; c'est la que l'on trouva d'abord une finale

pour la vie de Jean XXII que le Vallz'cellanus laissait

incomplète, ensuite les vies des trois

La chronique en question n'était autre chose qu'une

respectivement continués, le premier après Jean XXI,

XXII. Le Va/Zicellanus, lui aussi, of-

depuis Innocent Il, un texte emprunté a ces deux

' Ie jugea sans doute suffisant et l'on

s’abstint de le retoucher. Cependant, pour la partie la

plus ancienne, entre Hadrien II et Grégoire Vll, on

1 jugea a propos de compléter le catalogue, fort maigre,

qui figurait dans le Vallz'cel/anus. La chronique du

temps d'lnnocent Vl, dont le texte, pour cette période,

était celui de Martinus Polonus, fournit ces complé-

ments; on y prit aussi le passage sur la papesse, qui

ne figurait pas dans le Vallicellanus.

Ainsi, cette dernière édition du Liber pontificat/i5

représente la combinaison de trois textes : l” le Va/li-

cellanusG 79; 2° une chronique arrêtée à l'année

1357 ; 3° une histoire du schisme, distribuée en notices,

jusqu'à Martin V.

4. — Dans les manuscrits n°' 1-7, la chronique de

I357 n'a servi que pourcompléterle catalogue du Liber

pontifical/1s de Pandolfe et pour continuer le Val/[cel-

lzmus. Les autres manuscrits oll'rent ici une modifica-

tion importante. On y a remplacé, depuis Innocent Il,

le texte du Val/icellanus par celui de la chronique

elle-mémé. C'est ainsi que s'expliquent les différences


L AUTRES_C ONTINUATEURS.

Autres

ooutinuations

Mjusqu'à.

artin V

(Vat. 5623).

5.—La crise du grand schisme avait singulièrement. l

augmenté l'intérêt que l’on portait à l'histoire de la papauté. Pour les besoins de la controverse on avait

fouillé les vieilles chroniques ; les cas analogues, les anciens schismes, avaient été exhumés et étudiés avec

beaucoup de sollicitude. On en dressait de longues lis- 1

tes, qui ne concordaient pas toujours; on avait soin ‘

d'indiquer comment chacune de ces querelles avait 3

fini. Après Martin V, lorsqu’on se crut tout à fait sorti

de la dernière crise, il devint naturel d'en écrire l’his- l

toire. Beaucoup s'y essayèrent. Ici je n'ai à m'occuper '

de ces essais qu'en tant qu'ils se rattachent au Liber

pontificah‘s. C'est évidemment le cas pour la série que ‘

je viens d'étudier. Mais ce n'est pas la seule que l’on ‘

connaisse. J'en ai recueilli deux autres, l'une terminée, ‘

comme la précédente, a la mort de Martin V, l’autre

prolongéejusqu'à Pie [1.

Ces deux séries ont une particularité matérielle qui

leur est commune et qu'elles partagent en outre avec 3

la dernière continuation du Liber ponliflcalïs. Celle-ci,

je l'ai montré plus haut, a été ajoutée à un exemplaire *

où l’ancien texte, jusqu'à Jean XXll, provenait du Vnl- :

licol/anus C 79. Il en est de même des deux autres sé- ‘

ries. La première figure dans le manuscrit I’atz'canus

5623, la seconde dans le Vallicellanus C 25, qui sont ‘

tous deux, pour la série ancienne,jusqu'a Jean XXII,

des copies du Vallicellanus C 79. C'est donc au texte ‘


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

de celui-ci que se sont rattachés les trois continuateurs. '

Entre ces trois séries complémentaires, la première

se recommandait à l'appréciation de la curie par une ‘

exposition abondante et claire des origines du schisme,

par la réserve et l'optimisme de ses jugements. On la

relia à l'ancien texte par les procédés quej’ai indiqués


Generated on 2013-08-03 10:14 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

plus haut et l’on obtint ainsi un Liber pontificalis con-

tinu et d'une correction irréprochable.

6.—Dansle Valicanus 5623,1a continuité existe aussi,

mais elle a été obtenue d'une façon dilTérente. Au lieu

de se servir d'une autre chronique pour les successeurs

immédiats de Jean XXll, l’auteura rédigé lui-mémé '

les vies de ces papes, depuis Benoît Xll. Pour cette

première partie, son œuvre ne saurait être considérée

comme complète, tant s'en faut : les vies de Benoit XII,

de Clément VI et d'lnnocent Vl, dans le Liber pontifi-

calzs, ont une bien autre valeur. Il y a aussi, çà et là,

quelques légères inexactitudes dans les dates. L'élection

d’Urhain Vl estrelatée en quelques mots. Mais les événe-

ments subséquents, et surtout les pontificats de Boni-

face lX, Innocent VI et Grégoire Xll, sont traités avec

‘ beaucoup plus d'ampleur que dans le Liber pontifica-

Iis. Les négociations qui précédèrent le concile de Pise

: et, dans l'histoire du concile de Constance, les entre-

‘ vues de Perpignan et de Narbonne sont l'objet d'une

sollicitude spéciale. L’auteur est un curialiste de culture

ordinaire; son style est le style courant des chancelle-

ries; il ne se ressent nullement du purisme de la Re-

naissance. Mais c'est un homme sincère, qui n’a peur

' ni de raconter, ni de juger. En ce qui regarde ses ju-

gements, ils ne commencent guère qu'a Innocent Vll.

Les violences d'Urbaiu Vl, l'avidité simoniaque de Boni-

face lX,sont mentionnées parlui, il est vrai,mais sans

être l'objet de protestations bien marquées. Il fait un

grand éloge personnel d'lnnocent Vll, mais en ajoutant

que certainsde ses ministres nele valaient pas et finirent

même par compromettre sa réputation. Quant à. Gré-

goire Xll, il l’a tout a fait en aversion ; il stigmatise sa

dureté. son avarice, son ingratitude envers la famille


AUTRES CONTINUATEURS. Li

raconter : il se contente d'attester mystérieusement que

la Providence a ses voies, différentes des conseils hu-

mains. Son récit vajusqu'au départ de Pie Il pourle con-

cile de Mantoue (1459). il y a lieu de croire que tout

a été écrit ensemble. Nous avons donc alÏaire aux

souvenirs d'un homme avancé en âge : il devait avoir

environ soixante-dix ans.

En plus d'un endroit sa rédaction a l'apparence d'un

travail inachevé. Certaines phrases, par exemple p. 550,

1. t9, semblent des étiquettes provisoires, destinées à

être remplacées par des transitions mieux établies;

p. 553, l. 23, on trouve comme l'amorce d'un récit, qui

aura été renvoyé à un autre moment. La vie d’lnno-

cent Vll a été commencée deux fois; nous avons les

deuxrédactions. Il est probable que le temps aura manqué

à l'auteur pour achever'les biographies pontificales qu'il

avait voulu rédiger lui-même, sans doute aussi pourles

raccorder a l'ancienne série. Au commencement, il rat»

tache à la vie d’Urbain Vl certains événements qui se

passèrent en réalité sous les prédécesseurs de ce pape,

Clément VI, Urbain V, Grégoire Xl. Ces erreurs chro-

nologiques auraient peut-être été éliminées si le bio-

graphe avait pu donner la dernière main à son œuvre.

C'est un lettré ;il a de la grammaire et des préten-

tions au‘ style. Le schisme est déjà loin de lui; il ne

s'y intéresse que faiblement. En revanche il semble

avoir voulu faire rentrer dans l'histoire pontificale celle

des principaux royaumes de la chrétienté. Ses appré-

ciations témoignent d’un esprit modéré, mais indépen-

dant. Il ne craint pas de tlétrir les atrocités d’Urbain V],


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

sur lesquelles la légende commençait à pousser: il le

compare a Busiris. En revanche il excuse la rapacité

de Boniface lX: l'argent, dit-il, est le nerf de la guerre.

Martin V aussi a été non pas avare, mais économe. Il

n’a que des éloges pour ce pape, comme aussi pour In-

nocentVllet, bien entendu, pourPie Il, pontife régnant.


Generated on 2013-08-03 10:14 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

Grégoire Xll, Jean XXIII, Calliste lll. sont absolu-

ment sacrifiés. Pour les autres, Eugène lV etNicolas V,

l'éloge est tempéré d'une dose de blâme plus ou moins

forte. Ces jugements ne sont pas de ceux qui se déga-

gent de la façon de présenter les choses; ils sont ex-

primés en termes formels, avec cette pédanterie des

historiens ala fois vieux et naïfs qui s'imaginent exer-

cer une magistrature et croient avancer les alfaires de

la morale en rendant de petits jugements de Minos.


Les premiers

lecteurs

du L. P.

CHAPITRE ONZIÊME.

LES ÉDITIONS.

51.

LA PUBLICITÉ DU LIBER PONTIFICALIS AVANT L’IÀIPRIMERIE. ‘

1 .— Encore que Bède soit le premier auteur qui le cite

expressément, le Liber pontificalis semble avoir joui,

dès l'origine, d'une assez grande publicité. Plusieurs

recensions circulaient déjà au VI", au vu" siècle. Toutce

que j’ai dit dans le chapitre V] sur l'histoire de ces re-

censions et leurs croisements divers montre assez quel

intérèt on attachait aux biographies des papes. En Ita-

lie, les manuscrits les plus anciens ne remontent guère,

il est vrai, qu'au un6 siècle, tout au plus a la fin duvue;

mais les textes qu’ils contiennent ont derrière eux une

assez longue série de transformations. Il ne fautpas trop

s'étonner si les traces du livre des papes sont rares et

tardives dans la littérature proprement dite et dans les

documents officiels. Les écrits de ce genre, rédigés pour

le populaire, et pardes personnes queleur éducationn'é-

levait pas trop au dessus de lui,avaient un certain stage a

faire avant de s'accréditer auprès des personnages ins.

traits. Saint Grégoire le Grand ne parle jamais de la vie

de saint Silvestre, qui circulait pourtant depuis un

siècle environ ; il ne semble pas connaître le Liber

ponlificalis; on sait quelle est sa réserve à l'endroit

des Gesta marlyrumCenE cinquante ou deux cents ans

après lui, tous ces petits livres sont devenus vénérables

par leur antiquité; de plus, le niveau de la critique et


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

de l'érudition ayant sensiblement baissé, personne ne

s'aperçoit de ce qui leur manque au point de vue de

l'exactitude. Le pape Paul admet sans hésitation la

légende silvestrine‘; Hadrien, son deuxième successeur,

la cite dans ses lettres dogmatiquesï; l'une d'elles re-

produit, sans le citer expressément, un passage du


Generated on 2013-08-03 10:14 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

Liber pontificalis 3. Cette dernière lettre est de 794,

l'autre, de 785. Vers le même temps, Paul Diacre

écrivait son Histoire des Lombards, pour laquelle le

Liber pontiflcalis a été mis largement à contribution.

Mais longtemps avant d’avoir atteint ce degré de con-

sidération, les vies des papes avaient fait sentir leur in-

fluence dans la‘littérature martyrologique populaire.

La passion de sainte Agnès et ce roman de la persécu-

i. Jati‘é. 2372.

2. Jaffé, 2448, 2383.

3. T. I, p. 235, note 8. '


LA PUBLICITÉ DU LIBER PONTIFICALIS AVANT L'IMPRIMERIE.

IVO

la -

.rolingienne qu' en dépende

e dans

rance

tion de Julien, dont les divers épisodes circulent sous

les noms d'actes des ss. Jean et Paul, Gallican, Pygme-

nius, Bibiane ‘, relèvent du Liber ponzificalis pour cer-

tains détails.” faut en dire autant du martyrologe hiéro-

nymien ; non, cela va sans ‘dire, de ses anciennes re-

censions, du M et du v° siècle, mais d'un remaniement

italien du V16 siècle, antérieur de peu à l'édition galli-

cane d’Auxerre (v. 590) ’.

En Gaule, où l'on était moins bien placé qu'a Rome

pour apprécier la valeur historique du livre des papes,

on l'accueillit avec une certaine faveur. C'est sous la

forme de l'abrégé félicien qu'il fut d'abord connu. Dès

avant la fin du v1“ siècle, Grégoire de Tours lui em-

pruute un de ses récits, et l’auteur de la collection ca-

nonique dite du manuscrit de Saint-Maur substitue son

texte aux catalogues pontificaux que l'on avait coutume

de joindre aux lz'bricanonum de ce temps‘la.

2. ‘ Au vu" siècle je ne pourrais citer aucun auteur

; il estpossible qu'un examen approfondi

des nombreuses vies de saints rédigées alors permette

de retrouver ce etla quelques traces de sonintluence. Il

pénétra de bonne heure dans la Grande-Bretagne, grâce

aux relations fréquentes de ce pays avec la cour ro-

plaire très complet, continué jusqu'au pape en fonctions,

Grégoire il“. En France, toutefois, il continua pendant


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

presque tout le un6 siècle a passer inaperçu. Mais l'al-

liance conclue entre la papauté et la maison carolin-

gienne netarda pas à multiplier lesrapports avec Borne;

le réveil des études activala circulation des livres. Beau-

coup d'exemplaires du Lz'bcrpontzfica/is furent importés

ou transcrits en France. C'est alors que fut constituée la


Generated on 2013-08-03 10:15 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

recension spéciale dite abrégé cononien, qui est certai-

nement de la seconde moitié du VllI" siècle et qui ap-

paraît pour la première fois en Bourgogne, aux environs

de Flavigny. L’un des manuscrits l'éliciens paraît être

de l'année 796‘. Quelques autres sont aisément des

derniers temps de Charlemagneï Au ix° siècle il n'é-

tait guère d'église épiscopale ou de grand monastère

Llll

qui ne possédât son exemplaire. Nous avons encore

ceux de Saint-Remi de Reims, de Saint-Bertin, de la

cathédrale de Laon, de la cathédrale de Beauvais, de

celles de Cologne, de Worms, de l'abbaye de Wissem-

bourg, de Saint-Pierre des Fossés, d’Auxerre, de Flavi-

gny, de la cathédrale de Tours,’ de Saint-Cybar d‘An.

goulème, tous du lit“ siècle; d'autres, du 1x“ siècle

aussi, et d'origine franque, ne peuvent être rapportés

avec précision à telle ou telle bibliothèque‘; d'autres,

probablement perdus, figuraientdans de très anciens

catalogues, a Reichenau, a Saint-Gall, a Lorsch, dans

la bibliothèque privée d'Everard, comte de Frioul 2;

d'autres enfin sont connus par les auteurs qui en [ont

usage. -

Au nombre de ces auteurs, il ne faut pas compter

les annalistes ot'ficiels de la cour franque, ni, que je

sache, Alcuin, 'l'héodulfe, Eginhard. Au temps de

Charlemagne, je ne vois guère que Paul Diacre qui en

ait fait usage, soit pour son livre épiscopal de Metz,soit,

comme je l'ai déjà. dit, dans son Histoire des Lombards.

Mais a partir de Louis le Pieux, son autorité est invo-

quée à chaque instant, notamment par les liturgistes,

comme Amalaire et Walal‘rid Strabo, par les martyre-

logistes, llaban, Florus, Adon, etc., parles théologiens,

comme Enée de Paris et Ratramme“; par les auteurs


LI V

LA PUBLICITÉ DU LIBEB PONTIFICALIS AVANT L’IMPRIMERIE.

les clercs franks n'aient attaché qu'un intérêt secon-

daire aux longues énumérations de tentures, de vases

sacrés, de réparations d'églises, qui forment, depuis

Paul et Hadrien, le plus clair du Liber pontifimh‘s.

Aussi les exemplaires les plus nombreux ne dépassent-

ils guère le milieu, tout au plus la fin, du vine siècle:

beaucoup se terminent a Etienne Il.

Ça et la cependant on trouve en France quelques trav

ces d'un texte prolongé assez avant dans le m‘3 siècle.

Le manuscrit de Tours va, de première main, jusqu'à

Léon lV ; il a été continué d'après un exemplaire qui

contenait la vie de Nicolas I. D'autres exemplaires, ar-

rêtés à Nicolas, ont été entre les mains de Flodoard

au x8 siècle, d’Adhémar, au siècle suivant.

Ilincmar, qui a souvent cité le Liber pontificalîs, se

trouva, précisément sous le pape Nicolas, dans la né-

cessité de s'enquérir de la vie de Serge Il, où était re-

laté l'accueil très froid que reçut 21 Rome, en 811, son

prédécesseur déposé, l'archevêque Ebbon. Dans une

des lettres qu'il écrivait en septembre 866 a l’archevé-

que de Sens Egilo, alors en partance pour Rome, il lui

adressait la recommandation suivante: Royale aliquem

de vestris memorosum lzominem, qui vos saepe adme-

neat, quoniam occupali erz'tis, ut non oblz'viscamini

impetrare gcsta ponlificum ab initia gestorum Sergz‘i

papae, in quibus invenitur Ebo fuisse damnatus, us-

quc in praesenlem annum ‘ istius praesulalus, quia

nos in islis regz'onibus salis [me indigemus. Nam alio-

rum ponlificum geste, si vos non lzabetis, par me au!


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

par Fulcricum 2 lzabere poïeritis. Ainsi, on avait à.

Reims, en" 866, des exemplaires qui allaient jusqu'à

Grégoire IV ('1' 84-1) inclusivement.

On ne sait si l'archevêque de Sens se rappela la com-

mission de son collègue et s'il rapporta à Reims le texte

demandé. Il est sûr en tout cas qu'il revint avant la


Generated on 2013-08-03 10:15 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

mort de Nicolas. L'exemplaire de Flodoard contenait,

je l'ai dit plus haut, la vie de ce pape au complet, telle

que nous l'avons encore.

Peu avant cette négociation, le Liber ponti/z‘calis

avait trouvé le chemin de la péninsule armoricaine et

de la principauté bretonne fondée :en ce pays par le

duc Nominoé. Nous voyons en effet, au commencement

de l'année 866, le pseudo-métropolitain de Dol, Festi-

nien. appuyer ses prétentions sur un fait rapporté dans

la vie de Serge I, mais mal compris ou dénaturé a des-

sein ‘. Sous le pape Léon IV, des envoyés bretons

avaient rapporté de Rome à Nominoé les reliques du

pape ltlarcellin. La vie de saint Conwoïon, abbé de

Redon, à laquelle nous devons le récit de la translation,

contient des extraits du Liber pontificalis relatifs à ce

pape ’. Il y tout lieu de croire que les envoyés de

Nominoé en avaient rapporté un exemplaire en même

. temps que les reliques de ltlarcellin, et que c'est de cet

exemplaire que dérivaient les ipformations de Festi-

nien.

Mais il me seraitimpossible de relever dans tous les

auteurs franks du m‘3 siècle les emprunts de plus en

nombreux qu'ils font au livre des papes. Plus on va,

plus sa vogue s'accroît. Vers la fin du un’ siècle, ou

peut-être seulement vers le milieu du siècle sui-

vant, on imagina de l'insérer dans les manuscrits de

la collection pseudoisidorienne 3. A la fin du xi“ siècle

il entra de mème, sous une forme abrégée, dans les

recueils canoniques d'Anselme de Lucques et autres 4.

3. — On ne se borne pas à le transcrire, on le re-

censa. Vers l'année 1025, Adhémar en donne deux édi-

tions nouvelles, l'une abrégée, l'autre complète 5. Une

copie du manuscrit de Lucques,où le texte est notable-


LA PUBLICITÉ DU LIBER PONTIFICALIS AVANT L'IMPRIMERIE.

LV

Titres

.ttribués au

L. P.

Premiers

655318

d'édition.

Ferretti.

rabbe et les

conciles.

notices. Mais ce nouveau Liber pmtti/‘îcalis, en dépit

des elforts successifs de Pandolfe et de Pierre-Guil-

laume pour lui donner une forme acceptable, demeurea

peu près inéditjusqu’au grand schisme. L'ancien texte,

encore copié ça et la, est remplacé au xni° siècle

parla Chronique de Martinus l’olonus,laquelle n'en est,

à vrai dire, pour la partie pontificale, qu'une recension

nouvelle,arrangée d'après un système spéciaLAu temps

du grand schisme, on voit réapparaître l'édition de

Pandolfe et de Pierre-Guillaume. On la commente, on

la copie, ou la continue, à. coups de ciseaux d'abord,

puis dans un texte indépendant. C'est ainsi que l'on

arrive au temps d'Eugène IV, à cette dernière recen-

sion dont le succès est attesté par de nombreux exem-

plaires, exécutés avec luxe et pour de grands person-

nages ecclésiastiques.

4. — Chemin faisant, le vieux recueil avait reçu bien

des titres divers. En dépit des lettres placées en tête, qui

semblent en attribuer la paternité au pape Damase, on

le cita longtemps comme un livre anonyme, Episco-


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

pale, Liber episeapalz's, Pontificale Romanum, Liber

panti/icalis, Gesta pontificum, etc. Au Xlll" siècle on

commence a le désigner par le nom de Damase, Da-

masus de Geslis ponti/z‘cum, ou C/zronica Damasi de

fl.__

Geslz's liomanorwn ponti/îcum ‘. C'est sous ce nom


Generated on 2013-08-03 10:15 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

qu'il circulait au xv“ siècle.

— Les beaux manuscrits terminés et Martin V, s'ils

témoignent d'une certaine vogue, ne représentent ce-

pendant, au premier siècle de l'imprimerie, qu'un

succès d'ordre secondaire. Du reste le curialiste contem-

porain de Martin V n'avait guère songé au style, qui

devenait de plus en plus indispensable pour faire fi-

gure. Il ne s'était pas même inquiété d'introduire

un peu de proportion et d'harmonie dans ce bizarre

assemblage de textes tronqués, résumés, interpolés, de

tout âge et de toute provenance, plutôt cousus a la hâte

que fondus dans une commune rédaction.

L'un des familiers du pape Sixte IV, le fameux Pla-

tina, entreprit cette tache, et y réussit. Son livre était

lisible, élégant même; imprimé en M79, il lit aussi-

tôt rentrer dans l'ombre le vieux recueil presque millé-

naire. Désormais il n'y eut plus a s'intéresser a lui que

les amateurs d'antiquité, les érudits, pour qui le style

n'était pas l'essentiel de l'histoire, les Panvinio, les

Giacconio, les Bosio, les Baronius. Pendant tout le xvl°

siècle ce public restreint vécut sur les manuscrits, sans

que ses besoins donnassent lieu d'entreprendre une

édition, au moins une édition complète.

5 n.

LE LIBER PONTIF‘ICALIS AU xvr" ET AU xvne SIÈCLE.

G. — Ce n'était‘ sûrement pas pour de tels lecteurs

que travaillait J. P. Ferretti, lorsqu'il préparait la publi-

cation, restée a l'état de projet, d'une partie seulement

de l'ancien Liber pontificaliv, depuis saint Pierre jus-

qu'à Damase ‘.

C'est aussi pour une autre fin que Pierre Crabbe in-

séra une partie du Liber pontiflcalis dans son édition

des conciles, la première de toutes, qui parut a Cologne


LVl

LE LIBER PONTIFICALIS AU XVIE ET AU XVII" SIÈCLE.

Lipomani.

Crabbe, sans chercher a en améliorer le texte. Le P.

Hardouin, cependant, les élimina de son édition ; mais

Mansi revint à l'ancien usage ; il fit plus : il joi-

gnit au texte reçu les variantes de l'excellent manus-

crit de Lucques qui se trouvait sous sa main.

Aloysio Lipomani inséra le texte de Crabbe, jusqu'à

Félix Il inclusivemnt, dans le tome II] de son recueil

Vitae s5. priscorum Patrum (Venise, 1554), avec quel-

ques conjectures de son cru.

7. — Jusqu'ici nous n'avons eu afl‘aire qu'à des pu—

blications partielles etsubordonnées. La véritable édition

princeps, complètement indépendante des œuvres de

Damase, des collections hagiographiques et conciliaires,

c'est celle qui parut à Mayence, en 1602, à la foire du

printemps, chezle libraire Jean Albinus, par les soins du

jésuite Jean Busée,de Nimègue‘. La copie du texte avait

été fournie par le savant Marc Welser, préteur d'Augs-

bourg. C’étaitune copie du Valicanus 37G/i-(E).0n a sur

cette copie des renseignements contradictoires. Marti-

nelli 3 indique, sur la foi d'Alex. Rainaldi, alors préietde

la Vaticane, le Vaticanus 4970, qui est, en effet, une

copie du Valicanus 37643; mais il ne va pas au delà

d’Etienne lI ; un second volume aurait donc été perdu.

J'ai trouvé a l'Ambrosienne, dans un manuscrit coté

D 95, deux feuillets contenant le commencement du

Liber ponn'flcalis, texte du Vaticanus 3764, avec la ru-

brique: Le duc prime carte de]! Anastasio copiatc in

Rama per il lÿ’elscro. Sur la copie de Welser il y avait


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

des variantes, empruntées, dit Busée dans sa préface,

a deux manuscrits au moins. Elles sont disposées en

marge de l'édition et marquées indistinctement d’un

astérisque. Rares, mal indiquées, elles ne valent sûre-

ment pas la peine d'être étudiées; je soupçonne d'ail-

leurs qu'elles représentent quelquefois plutôt des con-


Generated on 2013-08-03 10:15 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

jectures, de Welser ou d'un autre, que desleçons réel-

lement tirées d'un manuscrit. Outre ces variantes, les

marges de l'édition mayençaise en contiennent d'autres,

tirées par Busée lui-même de la collection des conciles

(édition de Surius) et des Annales de Baronius '; elles

sont marquées respectivement 0 et B.

Au dernier moment, l’impression étant terminée, Mar-

quardt Freher communique à l'éditeur deux manuscrits

« très anciens », l'un in-f°, l'autre in-li°. Busée les par-

courut en toute hâte et fit ajouter ses collations en tête

du volume, au moment où on le mettait en vente ; quel-

ques exemplaires ont même paru sans ce complément.

Je suis parvenu a identifier le premier de ces manuscrits,

coté A dans l'édition de Mayence, avec le Parisi-

nus Fit/i0 ; quant à l'autre, coté B, je n’ai pu le retrou-

ver. Les collations de Busée laissentnaturellement beau-

coup à désirer.

L'éditeur de Mayence avait accepté les idées de Pan-

vinio sur l'auteur du Liber pontificah‘s. Il le mit sans

hésiter sous le nom d'Anastase. Voici son titre: Anas-

tasii S. R. E‘. bibIiot/zecarii historia de vitis Romano-

rum pontificum a b. Petro apostolo usquc (1d Nico-

laum I, numquam hactenus typis ezcusa. Deinde vita

Hadriani [I et Sleplzani Vauctore Guillelmo 2 bibliothe-

carie ear bibliot/zeca Marci VelseriAugustanae 7'. p. [I

viri.

8.- En i649 l'édition de Mayence fut réimprimée in- LaByzanttm

tégralement, avec ses préfaces, notes et variantes, dans

la Byzantine du Louvre,& la suite de l’Histoire tripartite

d’Anastase le bibliothécaire. A cette réimpression sont

jointes trois collations, d'abord celles d'un manuscrit

‘ Begius (Paris. 5H4 A) et d'un t'llazarinaeus (Pa-

ris. 5144), tous deux de la recension du xv° siècleñpuis


LES ÉDITIONS ITALIENNES DU xvnr SIÈCLE. Lvrr

apebroch.

:helstrate.

Éditions

un aines.

éléments qu'il avait rassemblés il reste, a la Vaticane, un

exemplaire de l'édition de Mayence (Reg. 2081) avec

des variantes en marge, notamment celles du Farnesia-

nus‘ ; a la Barberine, quatre volumes, contenant tout un

dossier de copies de manuscrits et de passions et vies de [

papes (Barb. xxxui, 118-121) 2. Sa correspondance avec

son neveu Lambek3prouve qu'il ne se bornait pas aux

manuscrits italiens et qu'il faisait collationner a Vienne

eta Paris par Laiubek lui-même. Cependant il ne lui

demandait que des collations assez superficielles.

Eu 1685 parut, dans les Acta Sanctorum. Propy-

laeum au,’ V]! tomes mm'z', p. 40-55, le texte del'abrégé

i'élicieu, conjointement avec celui du catalogue libé-

rien. C'est Papebroch lui-même qui l'avait transcrit sur

le manuscrit 1127 de la reine Ghristine 4.

Schelstrate, préfet de la Vaticane, publia en 1692, l

I avec des variantes du manuscrit Colbert (Paris. 1451)

dans le premier volume de son Antiçzu'tas Ecclesz'ae e‘!-

lustrala, sur trois colonnes parallèles, le catalogue libé-

rien, l'abrégé félicien et le texte complet du Liber pon-

tificat/i3, celui-ci jusqu'à FélixlV seulement. Le texte fé-

licien était encore celui du manuscrit dela Reine, mais

que Baluze avait communiquées. Quant au Liberponli-

fica/is, c'estl'édition de Mayence, avec les variantes re-

cueillies par Holste.

Dans ses Vitae Paparzmz Avenionensz'um, t l, Pa-


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

ris, 1693, Baluze inse’ra quelques-unes des vies des pa-

pes du xuv” siècle qui ont trouvé place dans le Liber

pontz'ficalis du temps d’Eugène IV ; il les publia, sans

indication de manuscrits, sous la rubrique Eæ appen-

dice Ptolemaei Lucensis. Ce sont celles de Benoît Xll,

Clément Vl, Innocent Vl etGrégoire X1.‘


Generated on 2013-08-03 10:15 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

5 III.

LES ÉDITIONS ITALIENNES DU XVllla SIÈCLE.

l0. — La première moitié du xvui" siècle vitparattre

en Italie quatre éditions du Liber pontiflmlis, celle

de Bianchini (1718-35), celle de Muratori (1723), celle

de Vignoli (1721-55), et celle de la Byzantine de Venise

(1729). J'ai déjà parlé de cette dernière; je viendrai tout

a l'heure a celle de Muratori. Celles de Bianchini et de

Vignoli doivent être étudiées d'abord et ensemble.

Ce sonten effet deux éditions romaines, ornées l'une

et l'autre de dédicaces aux pontil‘es régnants, prépa-

rées l'une et l'autre par des prélats de la cour papale;

et cependant ce sont des éditions rivales. La bienveil-

lance pontificale se partagea entre les concurrents : Bian-

chini l'ut imprimé dans les ateliers du Vatican, mais il

n'eut pas accès à la bibliothèque Vaticane; Vignoli eut

ce trésor à sa disposition, mais il se fit imprimer chez

un particulier.

Fr. Bianchini était de Vérone ; c'était un homme

d'une grande érudition, même en astronomie. Son édi-

tion l'ut entreprise sur des bases fort larges. Elle devait

comprendre cinq énormes volumes in-f“. Dans le pre-

mier, paru en 1718, sous les auspices de Clément XI, il

n’y a, après unelongue et savante préface, que le texte

et les variantes ; le commentaire était réservé aux vo-

lumes suivants. Le texte estcelui de Mayence, cette fois

divisé en une série continue de paragraphes, de saint

Pierre aEtienne V (1-650). On y a joint toutes les vu-

riantes éditées jusque-la, c’est-à-dire: 1° celles des mar-

ges de l'édition de Mayence ;2° celles des manuscritsA

etB de Freher; 3° celles des trois manuscrits de Fa-

brot, Regius, Masarùmeus, T/zuanus2 ; li” les variantes

1. Cl’. 1.. I. p. cxcrx; t. II. p. I.


LES ÉDITIONS ITALIENNES DU XVIII° SIÈCLE.

Lvni

de Ilolste que Schelstrate avait publiées. A ces collations .

déjà connues, Bianchini ajouta celle d'un manuscrit de _

Penia, actuellement Ottobonianus 993 ; ce manuscrit '

étant une copie du Vaticanus 3764 d'où dérive l'édition ‘

de Mayence, ses variantes sont touta fait inutiles. En

somme ce premier volume ne marquait pas un bien .

. cadrent trois opuscules: 1° un traité (p. vnl-xxlv) de

grand progrès.

Le tome II, dédié a Innocent Xlll, successeur de

Clément XI, porte la date de 1724-. Il dut être terminé .

avant le 7 mars de cette année, Innocent Xlll étant mort .

ce jour-là. Les approbations portent des dates anté-

rieures, 1721 et 1723. Après une nouvelle préface(p. i-ivl

de Fr. Bianchini, on y trouve: t° (p. vn-xiv) le catalo- .

gue liberien avec les deux tables de dépositions des papes

et des martyrs ‘; 2'’ (p. XlV- xxv) divers catalogues pontifi-

caux,dontles uns, dérivés du Liber pontificalis, avaient r

été déjà publiés par schelstrateï, les autres, plus anciens,

étaient empruntés à Mabillon Z‘; ces documents sont

annotés par Bianchini; 3° (p. xxvi-cvin) deux disserta- .

tiens sur les anciens catalogues pontificaux, l'une de

Schelstrate, déja éditée dans le tome I de son Antiquz‘tas

Ecclesiae, l'autre de Bianchini luimême; cette der-

nière comprend un grand travail sur les portraits des

papes conservés dans la basilique de Saint-Paul ; 4° (p.

cix-cxxi) trois catalogues de papes et d’cmpereurs, pro-

venant des archives de Farfa ; 5° (p. cxxn -cxi.v) les deux

topographies du manuscrit d’Einsiedlen et de Guillaume

de Malmesbury. Vient ensuite un grand travail sur la r


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

chronologie des papes (p. cxLv-ccxxiv), depuis saint :

Pierre jusqu'a saint Silvestre. Enfin, à la moitié du vo-

lume, on arrive au commentaire du Liber pontificalis.

Pour plus de commodité, ‘le texte du premier volume

est reproduit, section par section. Au dessous on a réim-

primé aussi, pour chaque pape, la partie afférente du


Generated on 2013-08-03 10:16 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

catalogue libérien. Les notes sont empruntées à divers

auteurs; les unes, celles de Ciacconio, Schelstrate,

Altaserra, de la Bigne, Labbe, Fr. Pagi, Sommier, sont

tirées de livres déjà publiés; les autres, celles de

Bencini et surtout celles de Fr. Bianchini lui-même,

1. T. I. p. 2-12. .

2. Celui du Palalinus 39 (t. I, p. ccxv), celui du Vaticzznus 1353,

simple catalogue, avec années, mois et jours, jusqu'à Nicolas I

inclusivement; au delà. il contient encore les noms d'Hadrien II

et de Jean VIII; — celui du Vaticanus 6381 (t. I. p. ccv. collec-

tion d’Anselme‘ de Lucques).

3. Ce sont ceux que j'ai publiés, t. I, p. 16 et 31.

ont été rédigées exprès. Ce tome 1 va jusqu'à saint

Silvestre.

L'ordonnanc’e du tome Il est répétée dans le tome lll,

daté de 1728 et dédié a Benoit Xlll. Entre une pré-

face de Fr. Bianchini et un mémoire du même auteur

sur la chronologie des papes de Marc a Pélage Il, s'en-

Sommier sur la primauté du pape, traduit du français ;

2° la carra Cornutiana ', texte emprunté àMabillon, avec

ses commentaires et ceux de Bianchini (p. xxiv-xxxni);

3° divers Ordines Romani (p. xxxrv-uv). Le commen-

taire vient ensuite ; il vajusqu'a Pélage Il, inclusivement.

Depuis Silvère on a joint aux sections du texte une nou-

velle collation, très importante et très soignée, celle du

vieux manuscrit Farnèse, en lettres onciales.

Fr. Bianchini mourut en I729, un an après la publi-

cation de ce troisième volume ; son neveu, Joseph

Bianchini, prêtre de l’Oratoire de Rome, se mit a l'œu-

vre interrompue, assisté de trois autres savants, Baldini,

Cenni et Lorenzo Mafi'ei. Ses prolégomènes contiennent

un recueil de textes inédits et sont surtout destinés à

mettre en lumière les trésors de la bibliothèque de Vé-


Vignoli.

LES ÉDITIONS ITALIENNES DU XVHI"

le typographe promettait un cinquième et dernier

volume. Il n’a jamais paru. Joseph Biauchini y aurait

sans doute inséré une collation ou une reproduction du

Vallicellane ’.

On ne peut nier que cette édition monumentale n'ait

de très grands mérites. Fr. Bianchini et plusieurs de

ses collaborateurs étaient des hommes fort érudits. Les

textes inédits, les dessins, les renseignements archéolo-

giques, qui se rencontrent en si grand nombre dans les

noteset les prolégomènes, représentent de réels services

et ce n'est que justice de rendre hommage à tant de

labeur et de zèle. Au point de vue de l'amélioration du

texte, il n'y a guère à signaler que la collation du Far.

nesz'anus et la publication, dans le tome lV, des textes

véronais du fragment laurentien et de l'abrégé cono-

nien. Mais ici il n'y a rien à. reprocher aux Bianchini.

Si la Vaticane leur eût été ouverte, ils eussent sans

doute exploité ses manuscrits avec le soin qu'on leur

Mais la Vaticane était gardée contre eux.

Il. —— Jean Vignoli avait déja terminé son premier

volume en 1716, deux ans avant la publication du tome I

de Bianchiniî. Une fois celui-ci paru, comme il était

pourvu d'un privilège de librairie, Vignoli rencontra

des difficultés légales. Le 2 février i724, a peu près au

moment oùparaissaitle tomell de Bianchini, des experts

déclarèrentque les deux éditions étaient assez différen-

tes pour qu'il n'y eût paslieu d'appliquer le privilège.

Un changement de pape se produisit quelques semaines

plus tard; le ltijuin, Vignoli put dédier à _Benoît Xlll


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

les prémices de ses travaux.

Sa préface se ressent des circonstances. Elle n'est guère

aimable pour l'édition de son concurrent. Vignoli se

vante d'avoir travaillé .tout seul, sine ul/o alten’us adiu-

ü‘ù‘l's manusauzilio; il plaisante l'énorme format, prac-

grandia volumz'na, de son confrère, disant qu'il ne lui


Generated on 2013-08-03 10:16 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

serait pas difficile de faire de gros volumes, en puisant

dans les conciles, les rituels, les fastes consulaires ‘et

2. C'est ce qui résulte de l'approbation des censeursdélégués

par le mettre du sacre-palais, datée du 9 mai 1716. _ ._ .

SIÈCLE. ux

autres documents connus de tout le monde, mais qu'il

préfère ménager la patience des lecteurs et la bourse du

typographe. A ces propos aigre-doux iljoint une obser-

vation plus sérieuse, c'est qu'on a tort de publier les

vies des papes sousle nom d'Anastase, contre le témoi-

gnage unanime des manuscrits, et qu'il croit bien faire

en rompant avec une coutume injustifiée. Son volume,

en effet, porte en tête le titre suivant : Liber ponlz'ficalis

seu de gestis Romanorum pontz'flcum, quem cum coda’.

mss. Vatz'canz's alù'sque summo studio et labore conla-

tum emena’aoz't, supplevil’, [cannes Vignolz'us, etc.

Ces fameux manuscrits, dont l'emploi devait donner

tant de valeur a la nouvelle édition, sont catalogués à

la suite de la préface. Outre ceux d'Holste, dont les va-

riantes étaient déjà disposées en marge d'un exem-

plaire imprimé ‘, et ceux dont la collation figurait dans

le texte de Fabrot, il y en a dix-neuf en tout. Sur ces

dix-neuf, huit, savoir les n°8 V, VI, Vll, Y, XlV, XVll,

XVlll, XIX, ne sont que des abrégés sans valeur ou

même de simples catalogues; il eût été convenable de

les caractériser comme tels 2. Les n°' IX et Xl 3 sont des

feuillets épars d'un même exemplaire; réunis, ils n'en

forment encore qu'un assez mince fragment; le n° Xll‘

est un manuscrit de l'abrégé félicien, déjà connu par

les deux éditions de Papehroch et de Schelstrate;

il ne pouvait être utilisé pour le texte complet, le

seul que Vignoli eût l'intention de publier; les nos W,


1.x Les ÉDITIONS ITALIENNES DU XVIll" SIÈCLE.

améliorer le texte, se réduisaitainsi aux Valicani 5269

Un‘, 629(111) 3, 3761 (Vlll)3.

Les trésors du Vatican n'étaient donc pas aussi ri-

ches qu'on aurait pu le croire. Mais ce qui faisait dé-

fauta Vignoli, encore plus que les manuscrits, c'était

la critique nécessaire pour s'en servir. Son neveu lui-

même, dans la préface du second volume, avoue qu'il

ne lui a pas été possible de découvrir sur quels princi-

pes il s'était guidé pour suivre tantôt un manuscrit,

tantôt un autre. Je ne suis pas plus avancé, si ce n'est

que je soupçonne Vignoli d'avoir préféré, dans une

large mesure, les leçons grammaticalement correctes aux

leçons incorrectes, sans se demander si celles-ci ne se-

raient pas les vraies, et aussi d'avoir visé à donner un

texte plus complet, sans vérifier si les choses qu'il em-

pruntait a des manuscrits interpolés pouvaient être con-

sidérées comme ayant fait partie du texte original. 11 est

sur que celui-ci est sorti de ses mains, non pas amélioré,

mais contaminé. En général il suit, comme les autres

éditeurs, le texte du l"aticanus 376t",mais il y intro-

duit toutes les interpolations de Pandolfe5, d'après le

manuscrit de Pierre-Guillaume; on le voit puiser a l’oc.

casion dans le texte félicien pour combler les lacunes

qu'il découvre dans la recension ordinaire", et même

dans le catalogue 'libérien, quand sa rédaction lui sem-

ble plus expressive que celle du Liber pontificah's 7.

Les variantes qu'il met au dessous du texte sont loin

de représenter un appareil complet; mais il faut recon-

naître qu'elles sont, en général, reproduites avec fidé-

lité. L'annulation est brève; Vignoli dit, dans sa pré-


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

face, qu'il l'a ajoutée au dernier moment et qu'elle lui

a coûté peu d'efforts. On le croira aisément; cependant,

si c'est un travail rapide, c'est cependant l'œuvre d'un

homme érudit. Les tables, bien supérieures à celles de

Bianchini, témoignent aussi de la diligence de l'éditeur.

Vignoli introduisit une nouvelle division du texte;


Generated on 2013-08-03 10:16 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

au lieu d'une numérotation continue, il divise chaque

notice en un certain nombre de chapitres. Ce système

a ses avantages

Le premier volume s'arrétait au pape Sisinnius et à

l'année 708. Vignoli mourut avant d'avoir pu édi-

ter le deuxième; il laissait le texte tout préparé,

avec les variantes, jusqu'à la vie de Léon lV, c.x1.1;

quelques feuilles même jusqu'à la vie de Zacha-

rie, c. xv1, étaient imprimées ; l'annotation avait été ré.

digéejusqu’au pontificat d'Etienne lll. Ugolini,son ne-

veu, assisté de J. F1‘. Baldini, termina la publication en

deux volumes, qui parurent en 1752 et 1755, sous les

auspices de Benoit XlV. Le tome Il va jusqu'à Pascal 1

(1- 824), le tome lIl jusqu'a Etienne V; entre lladrien il

et Etienne Von a reproduit le texte du Vatz'canns 3762.

En tête de ce troisième volume, Ugolini donne les no-

tices de quelques manuscrits : l“ le deuxième Farnese'a-

nus, qu'il ne connaît que par ce qui en est dit dans le

manuscrit I “de la Vallicellane‘, et dont il n'a sûrement

fait aucun usage; 2° le Reginae (39, actuellement Otto-

bonz'anus 243292, sans valeur; 3° le Barberinus 2017’

(‘actuellement Xll, 27), inutile pour la partie du Li-

ber pontificalis que comprenait l'édition Vignoli ; 11-“ le

Vallice/lanus C 25, dont il faut en dire autant‘; 5° le

Vallz'cel/anus I M, choix de variantes sans texte 5; 6° le’

Lucensis 490. Celui-ci seul est important. Ugolini en

reçut une collation, des mains de Joseph Bianchini; elle

figure à la fin de ce troisième volume. On y trouve aussi

un petit traité d'Onofrio Panvinio, en forme de lexique,

contenant l'explication de certains mots obscurs et tech-

niques de la langue ecclésiastique.

'12. —— Pendantque se préparaient ces éditions romai-

nes, ltluratoritravaillaita Modène au recueil desScripto-


LES ÉDITIONS ITALIENNES DU XVIIIe

SIÈCLE.

texte au tome I de Bianchini‘, dont il reproduit mémela

préface; il y joint le mémoire de Schelstrate sur les

anciens catalogues pontificaux, et aussil'Eæamen Lz‘éri

pantificalz's de Ciampini. Ainsi, c'est encore ici le texte

de Mayence, c'est-ù-dire celui du Valicanus 3764,qui est

reproduit. Mais il n'y a que le texte ; Muratori élimine

les variantes des éditions précédentes, et, aleur place,

il dispose au bas des pages les leçons de quatre ma-

nuscrits. Le premier, qu’il appelle A, est I'Ambrosùz-

nus M 77, bon exemplaire2 du type que j’ai appelé B ; i

les deux autres, B et C, (Ambrosianz' li tilt sup. etC

204 infi),

entre cette recension et celle du Lu'censz's’. Quant au

manuscrit D de Muratori, c’est une copie secondaire

du Valicanus 3764, exécutée pour le cardinal Frédéric

Borromée sur le manuscrit de Penia, c'est-à-dire sur

l’Ot‘to/wnianus. Elle est actuellement a I’Ambrosien-

sont de basse époque; C représente la der< ?

. nière recension, terminée et Martin V, D un compromis

ne‘, sous la cote G ‘100 tuf. De ces quatre collations, la V

: dice a Ptolémée de Lucques; elle y est prolongée par

première seule peut compter pour quelque chose.

Au dela d'Etienne V la série est interrompue, puis

reprise 21 Léon 1X, et depuis lors ‘elle se poursuit, pape

parpape, d'aprèsles collections suivantes: Il“ de Léon 1X

à Alexandre [11, le cardinal Boson, recension du cardi-

nal d_'Aragon,' le texte a été fourni par un manuscrit

de la bibliothèque d'Este; on y a joint ça'et la quelques


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

variantes de deux autres, provenant l‘un de l‘Ambro-

sienne, l'autre de la bibliothèque capitulaire de Milan;

2° de Grégoire VII 5 à Honorius il, ce que Uuratori ap-

pelle le recueil de Pandoll‘e de Pise; c'est le texte pu-

blié ci-dessous, p. 282-327; 3° au dela d’llonorius Il,

la rubrique Pandolfe est maintenue jusqu'à Alexan-


Generated on 2013-08-03 10:16 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

dre lll, mais ce que l’on trouve dessous c'est le texte

de la recension du xve siècle (ci-dessous, p. 4-49,

450); ce même texte est poursuivi jusqu'à Nicolas 1V,

d'après un manuscrit ambrosien ; 4° Bernard Gui, pour

les vies de Victor lll, Urbain il, Calixte il et les succes-

LXI

seurs decelui-ci jusqu'à Jean XXll inclusivement. On

trouve en outre dans ce volume la vie de Léon [X par

Wibert de Toul, celle de Grégoire VII par Paul Bernried,

le livre d'Arnulphe de Séez sur le schisme entre lnno-

cent il et Anaclet Il, les Gesla [mwcentiz‘ III, la vie

de Grégoire lX du Liber censuum, celle d’lnnocent lV

- par Nicolas de Curbio, celle de Grégoire'X par un ano-

nyme, enfin la vie métrique de Célestin V.

La deuxième partie du tome lllcontient d'abord la

série des vies des papes d’Amalric Auger, de saint

Pierre a Jean XXll. On y et inséré, de Grégoire il à

Léon Vll, les notices métriques de Flodoard, d’après

Mabillon ‘ ; de Nicolas l a Alexandre ll,le Liber pouli-

fica/is de Pierre-Guillaume, d‘après un manuscrit du

' Vatican; de Benoit V a Léon lX, le catalogue d‘Eccard 3 :

de Clément V a Benoit Xlll, les vies des papes d’Avi-

gnon publiées par Balnze d'après divers auteurs ; d’Ur-

bain V à Martin V, la série ci-dessous,p. 494-523,tirée

d’un manuscritde Padoue, où elle figure comme appen-

une vie d'Eugène lV que Muratori publie aussi; enfin,

d’Urbain VI à Martin V, la série du 'Vaticanus 5623,

ci-dessous, p. 529'545.

Aux vies des papes du vine siècle on a joint celles de

leurs lettres qui figurent dans le Codex Camlz'nus ; on

a donné aussi la vie de Léon [X par Bruno de Segni ; la

vie métrique d’Urbain I V par Thierry de Vaucouleurs ;

le lllt'sererc de Michel de Césène, l'itinéraire métrique


LXII

TRAVAUX CONTEMPORAINS.

Réimpres-

sions.

Monumenta

Germanme.

clairement sur la provenance de son texte 1. C'est dans

le tome il que se trouve le catalogue du xi°siècle dont

il a été question ci-dessus, p. xv.

M. —A ces travaux de l'érudition du xvu' et du

xviu° siècle se rattachent naturellement les réimpres-

sions contenues dans les deux publications suivantes:

D'abord le livre intitulé Origines de l'église romaine,

publié en 1836 « par les membres de la communauté

de Solesmes. » On y trouve, avec plusieurs dissertations

sur les sources de l'ancienne histoire pontificale, les

textes du catalogue libérien et de l'abrégé félicien, repro-

duits d'après Schelstrate. Le même volume contient un

grand nombre de catalogues des papes, pour la plupart

extraits du Liber ponlificalis'. Les auteurs annonçaient

l'intention de publier le texte de celui-ci; mais ce pro-

jet n'a pas eu de suite. Viennent ensuite les tomes cxxvu

et cxxviu de la Patrologie latine de Migne, parus en 1852;

ils ne représentent qu'une réédition de Bianchini, avec

toutes les préfaces, notes et dissertations. On n'a omis

que certains opuscules sans rapport avec le Liber ponti-

fieolr‘s, comme le psautier etle sacramentaire de Vérone.

Le texte n'est pas répété deux fois : les notes, distribuées,

non par paragraphes, mais par papes, sont ajoutées

toutes ensemble à la fin de chaque notice, comme

dans la présente édition.


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

5 IV.

TRAVAUX CONTEMPORAINS.

l5. — Depuisl822, la société des Monumenta Ger-

maniae bistoriea a publié, soit dans ses revues, l'Ar-

chic et le Neues Arcbiv, soit dans ses volumes in-f° et

in-lr”, un grand nombre de travaux sur les manuscrits et


Generated on 2013-08-03 10:17 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

les recensions tant du Liber ponti/z'ealis que des textes

annexes. J'en ai parlé souvent etj'ai signalé‘l, en particu-

lier, les catalogues publiés dans les tomes XXII et XXI"

des Scriplores. Le Liber pontiflcalis, dont l'éditiona été

souvent annoncée, aura sans doute un jour sa place dans

cet immense recueil de textes. Pour le moment il n'y a

de commun entre les Seriptores et la présente publica-

lien que les Annales Romaines, éditées dans le tome V

par M. Pertz, et le catalogue libérien, avec les deux

calendriers annexes, que M. Mommsen vient de publier

de nouveau, dans son édition du chronographe de 3543.

Mais j'ai eu assez souvent l'occasion de citer les travaux

des savants éditeurs des Monumen/a Gcrmaniae pour

que l'on puisse apprécier aquel point leurs recherches

m'ont été utiles.

Il y a aussi lieu de rappeler en ce moment l'important

travail de M. R. Ad. Lipsius, intitulé Chronologie der

Remise/zen Bisebä/e, liiel, 1869, où figure une repro-

duction de l'abrégé félicien, d'après le manuscrit de

Berne, dont on ne s'était pas servijusqu'alors. '

l6. — M.Watterich 3 avait entrepris de publier les

vies des papes, écrites par des contemporains, depuis la

fin du IXe siècle jusqu'à la lin du xin°. En fait il n'est

allé que jusqu'à. la fin du xuE siècle: son tome II, qui

n'a été suivi d'aucun autre, s'arrête avec le pontificat de

Célestin Ill (-[< 1198). M. Watterich commence juste à

l'endroit où s'arrêtent les anciens éditeurs du Liber

ponti/iealis, c'est-a-dire à Jean VIII (872). Il ne s'est pas

borné, commeje l'ai fait dans ce volume, à publier les

séries'de notices qui se présentent plus ou moins comme

‘i. Ct’. ci-dessus, p. xLvm, note 3, et xux, note i.

:_2. P. xmv, note 1; et‘. t. I, préface, a la fin.

,3. Je dois signaler aussi les vies de Nicolas III et de Martin IV


TRAVAUX CONTEMPORAINS.

_résente

tlon.

des continuations du Liber pontificalis; il a entendu

réunir tous les textes et documents importants relatifs

. Sa publication et la mienne comprennent en commun

les trois séries numérotées ici Vl, Vll, Vlll, c'est-a-dire

le Liber pontificalis de Pierre-Guillaume, les Annales

Romaines et le recueil du cardinal Boson.

Pour la première, M. 'Watterich a cherché a combiner

les catalogues du x-xi“ siècle avec le texte de Pierre-

' 5 il est arrivé ainsi à une rédaction hybride

et artificielle. Du reste, se collation du Vaticanus 3762

laisse un peu à désirer. Pour les Annales Romaines,

il a suivi le texte de Pertz. Pour le recueil de Boson, il

l7. -— Dansla présente édition, je n'ai pas cru devoir

me borner ala série terminée a I'ladrien ll etEtienne V,

celle à laquelle s'en tenaient les anciens éditeurs et

qu'ils publiaient généralement sous le nom d'Anastase

le bibliothécaire. J'ai tenu a y joindre les premières

ébauches de l'historiographie pontificale, du H9 au v1e

siècle, c'est-à-dire le catalogue libérien, les diverses

rédactions du catalogue du v° siècle, le fragment du

Liber ponù/z‘calz's laurentien, enfin le plus ancien texte

du véritable Liber poziti/icalzls, tel qu'il peut se déduire

des deux abrégés qui s'en sont conservés. Au dela d'Ha-

drienll j'ai recueilli tout ce qui pouvait passer pour

une continuation du Liber pontiflralis, et d'abord ce

qui l'était en ett‘et, ce qui figurait comme tel dans les

recensions du Liber pontificalis lui-même, c’est-a-dire

la série de Pandolfe et Pierre-Guillaume (Vl), puis l'é-


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

dition du xv°siècle, terminéeaMartin V (I ). J 'y ai joint

quatre autres séries, deux du xn’siècle (VII et Vlll), et

deux du xv° (X), ces dernières parce que, sans avoir été

incorporées dans des recensions proprement dites, elles fi-

catalogues. dontles manuscrits contiennent une infinité

d'exemplaires. lls dérivent tous du Liber ponlificalis


Generated on 2013-08-03 10:17 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

pour lapartie ancienne, et, a cet égard,ils sontinutiles ;

depuis la fin du N siècle, ils sont le plus souvent tri-

butaires de rédactions analogues à celle qui est entrée

dans la compilation de Pandolfe; ici les variantes les

plus importantes avaient seules quelque intérêt ; je les

ai jointes au texte de Pandolfe ou signalées dans cette

1X5 1. A partir du xn" siècle, la chro-

nologie pontificale est assez bien établie pour qu'on

puisse se passer de ces listes de noms et de chill‘res ; du

reste, les catalogues qui nous les fournissent n'ont plus

avec les diverses continuations du Liber ponti/z'ealis

qu'une parenté de plus en plus éloignée.

La constitution du texte ne m'a pas demandé, pour

toutes les parties de cette publication, un travail uni-

formément intense. En ce qui regarde les documents

antérieurs au Liber pouti/icalis proprement dit (LILIII),

il n'y avait guère qu'à reproduire des manuscrits uni-

ques, ou, en tout cas, qu'a opérer un classement fa-

cile entre des manuscrits peu nombreux. Le Liber pon-

tificale‘ lui-nième, depuis 5. Pierre jusqu'à lladrien il

et Etienne V, surtoutdans la partie afférente aux sept ou

huit premiers siècles, a exigé des efforts autrement sé-

rieux. Au dela, depuis Jean Vlll jusqu'à. Jean XXll, je

n'ai eu affaire qu'à des manuscrits uniques ou origi-

naux de tous les autres; le travail s'est trouvé, de ce

chef, considérablement simplifié. Pour les dernières

vies, et aussi pour les compléments ajoutés à la recen-

sion du xv“ siècle depuis Innocent ll,.je disposais d'un

certain nombre de manuscrits,dont aucun ne peut être

regardé comme le prototype des autres. En théorie,

1. Sauf les parties de Martinus Polonus et de Bernard Gui qui

sont entrées dans l'édition du xv° siècle; mais ici j'ai reproduit

le texte de cette édition. non celui des chroniques originales.


1.x1v TRAVAUX CONTEMPORAINS.

j'aurais dû les classer et donner leurs variantes; mais Liber pontifimlz‘s de Pandoll‘e et Pierre Guillaume. A

il est juste de proportionnerle soin que l’on consacre partir de là je me suis restreint de plus en plus. L’his-

aux textes à l’importance de ceux-ci. J'ai cru bien faire toire devenait trop moderne pour moi; elle est d'ailleurs

de me contenter, pour ces dernières pages, de quel- trop bien connue pour que mes explications pussent

ques-uns des manuscrits les plus autorisés et de ne avoir quelque utilité. Je me suis borné à un très petit

pas m’encombrer de variantes inutiles. nombre de renseignements sur la topographie et les

Le même principe m’a guidé pour le commentaire. monuments, principalement surles tombeaux des papes

Je n'y ai épargné aucun soin pour les textes anciens, et leurs épitaphes, dont on trouvera ici la série com-

jusqu’au x11° siècle, plus précisément jusqu'à la fin du plète, depuis le 111° siècle jusqu'au milieu du x\'°.

— W‘—
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-03 10:17 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
iervations

énérales,

CHAPITRE

DO UZIÉ ME.

Cl'lRONOLOGlE (LÉON lll—PlE n).

Depuis le neuvième siècle jusque vers le milieu du

onzième, la chronologie des papes ne peut, en général,

atteindre le même degré de précision que dans la

période précédente, et surtout que dans les temps

postérieurs à Léon X1 et a Grégoire VII. Le Liber

pontifical/[s fait défaut pour le dernier quart du ix°siè-

G16 et depuis; dans les notices afférentes aux papes

du nr° siècle il ne note pas toujours la date obituaire ni

la durée de la vacance du siège, éléments chronologi-

ques de grande importance. A partir de le lin du me

siècle on n'a plus que des catalogues, dontla leçon est

souvent mal conservée; la durée de la vacance, la date

obituaire, font régulièrement défaut. La papauté tra-

verse alors des crises violentes; les pontificats se suc-

cèdent plus rapidement qu'autrefois et quelquefois dans

detelles conditions qu'il est difficile de savoir si les du-

rées qu'on leur assigne ne chevauchent pas les unes

sur les autres. Il y a même lieu de se demander si les

personnages qui figurent dans les catalogues ont tous

droit a être considérés comme des papes authentiques

et légitimes. Je n'ai pas, bien entendu, l'intention d'ou-

vrir cette enquête. Mais je tiens a noter, d'une part, que

des personnes comme Jean IX et Serge llI, Léon V et

Christophe, Léon Vlll et Benoît V, Jean XIV et Boni-

l'ace VII, Grégoire V et Jean XVI, Benoit IX et ses con-

temporains Silvestre lIl, Grégoire VI, Clément ll. Da-


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

Liuen Povnncaus. t. II.

masell, ne peuventétre maintenues simultanémentsur

la liste des papes que par application de principes diffé-

rents, pour ne pas dire opposés; d'autre part, qu'en les

maintenant, conformément à l'usage, on ne lait que

suivre la voie tracée, non seulement par les rédacteurs ‘


Generated on 2013-08-03 10:25 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

des catalogues pontificaux depuis le x“ siècle, mais en-

core par la titulature des papes de ces temps-la. Par

exemple, la numérotation des papes Jean, Benoit, Léon,

suppose que l'on n'a pas tenu compte des prétentions

de Serge III, pour lequel non seulement Jean lX’, mais

ses trois successeurs, Benoît IV, Léon V et Christophe,

ne furent que des intrus, invasoresg. Léon Vlll et Be-

noît Y ont été des papes simultanés ; cela n'a pas empê-

ché leurs successeurs, depuis Benoit Vl et Léon IX, de

les compter dans la série. Il est difficile d'imaginer quel-

que chose de plus irrégulier que la double intrusion de

Bonil‘ace Vll, en 974 et en 984-,- cependant le premier

pape Boniface après lui s'est appelé Bonit‘ace Vlll.

J’admets donc dans le tableau qui figure a la fin de

ce chapitre tous les papes réels que nous fournissent les

catalogues, sans discuter leur légitimité, et j'établis

leur chronologie d'après le système traditionnel, c'est-

l. Sans parler de Formose.

2. Voy. en particulier les inscriptions reproduites ci-dessous.

p. 237. 6'. et p. 238.

v‘
CHRONOLOGIE.

Léon III .

Etienne Iii.

LIXVI

a-dire en considérant la consécration ' comme le‘ com-

mencement du pontificat, et en acceptant pour sa fin

l'événement que les contemporains ont présenté comme

l'ayant terminé, mort, déposition, abdication, etc.

Ici toutefois, il se produit, à partir de Grégoire VII,

un changement important. L'usage s'établit alors de

compter la durée du pontificat non plus a partir de l'or-

dination, mais a partir de l'élection. J'ai dû tenir compte

de ce changement, depuis la fin du x19 siècle.

Après ces observations générales, j'entre de suite

dans la discussion de détail.

I” De Léon 111 à Hadrien 11(795- 872).

Léon 111, nous dit son biographe, fut élu le 26 dé-

cembre (795), lejour même ou mourut son prédéces-

seur Hadrien, et ordonné le lendemain, qui était un

dimanche. Sa deposilio est marquée, à la fin de sa no-

tice, au t2 juin 816 (ind. VIIII). Ces dates extrêmes

concordent exactement avec la durée du pontificat telle

qu'elle est indiquée en tête de la même notice: 20 ans,

5 mois, 16 jours.

Etienne IV, qui vient ensuite, ne siégea que septmois.

Entre Léon III et lui, le Liber ponlificalis marque une

vacance de 10 jours, ce qui conduit pour l'ordination

au 22 juin 816 ;c'estjustement un dimanche. Les sept

mois se terminent le 22 janvier 817 ; les annales fran-

ques2 indiquentle 24 ou le 25 : le chiffre des mois aura

peut-être été un peu arrondi. Le Liber pontificalis ne


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

marque la date obituaire, ni pour ce pape ni pour ses

successeurs jusqu'à Serge 11 inclusivement. A s'en te-

nir ici au chiffre de la vacance après Etienne IV (d. 1.1),

Pascal, son successeur, aura été ordonnéle dimanche 25

janvier 817.

On lui donne '7 ans et 17 jours, ce qui conduit au 11


Generated on 2013-08-03 10:26 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

février 824. Les chiffres etla date assignés à. la vacance,

a la fin de sa notice, sont évidemment fautifs“. N'ous

perdons, par conséquent, le fil chronologique fourni

par le Liber pontificalis depuis Léon 111. Du reste, au-

cune date ni chiffre d'années n’est marqué pour En-

gène il, et, quant a Valentin, on nous dit seulement

qu'il siégea 40 jours. I _

Il est sûr cependant qu'Eugène Il fut ordonné avant

le 6juin 821i ; ceci résulte du protocole du concile de

Mantoue, en 827, qui compte anno ponti/icalus Euge-

nii IIII per indictionem V, VIII id. iunii ‘. Les Anna-

les d'Eginhard marquent sa mort au mois d'août 827. Il

siégea donc plus de trois ans, et même vraisemblable-

ment plus de trois ans et deux mois. L'un des manus-

crits du Liber pontifica/is lui assigne 4 ans, 2 mois et

23 jours. Avec ces chiffres, ajoutés après coup et peu

sûrs, on n'atteint pas, pour l'ordination, le commence-

ment de mai 82L Il est du reste possible quela vacance

ait été assez longue entre Pascal et Eugène: il y eutune

compétition ; de graves désordres avaient marqué la

fin du pontificat précédent 2.

Le Liber pontifieub‘s attribue 40 jours à Valentin, 16

ans a Grégoire lV ; ce sont des chiffres ronds. Ces indi-

cations sontconfirmées parles annalistes franks, qui font

succéder Grégoire 1V aEugène Il en 827, après que Va-

lentin eut occupé le siège pendant un mois a peine, et

qui marquenta l'année 845. la mort de Grégoire. Les

Annales d'Eginhard semblent dire que Valentin fut

ordonné aussitôt après la mort d‘Eugène, mais qu'il y

eut entre Valentin et Grégoire un intervalle de quelque

durée 3.

Prudence de Troyes, dans ses Annales, marque au 27

janvier 847 la mort de Serge Il. Le Liber pontificalis


CHRONOLOGIE.

adrien Il.

ean VIII.

ordination, le 24 avril 858, un dimanche. Entre cette

date et celle de la mort de Léon lV, il y a 2 ans,

9 mois et 8jours, plus qu'il n'en faut pour placer le

pontificat de Benoît lll, 2 ans, 6 mois et 1 Ojours. Comme

le Liber ponti/ica/z's n'indique la durée de la vacance ni

avant ni après Benottlll, les. dates précises de celui-ci

sont assez difficiles à déterminer. On sait cependant que

la vacance doit avoir été beaucoup plus longueavant qu'a-

près ; d'autre part les lettres de Benoit lll vont du 7 oc-

tobre 855 au 30 mars 858. Il est donc mort, au plus tôt, '

,- il a été ordonné, au plus tôt, le 20 sep- -

le30 mars 858

tembre Entre le 20 septembre et le 7 octobre de

cette année, il y a trois dimanches, les 22 et 29 septem-

bre et le Goctobre. Etant données les

l'ordination de Nicolas, qui supposent une très courte

vacance après Benoît lll, on choisira la date la plus

basse, le 6 octobre, pour l'ordination de celui-ci, et sa

mort tombera ainsi le 17 avril 858. A

L’ordination d'Hadrien llest marquée avec précision

dansle Liber ponli/z'calis, auX V1111 kal. l'aimait, indJ,

c'est-àndire au dimanche 14 décembre 867. La vacance

avant lui n'est. pas marquée,- il ne faut plus, d'ailleurs,

compter ni sur cette donnée, ni sur les dates obituai-

t'es. Le Liber ponlz'ficalis fait place, à partir d'ici, aux

maigres catalogues qui ne fournissent que la durée du '

drien lll, ils s'empressèrent de lui donner un succes-

pontificat. Hadrien ll siégea 5 ans ; en prenant a la let-


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

tre ce chitl‘re rond on arrive au 14 décembre 872, qui

estjustementlejour auquel llincmar note, dans ses An-

nales, le remplacement d'lladrien II par Jean Vlll. C'é-

tait un dimanche. Une telle précipitation n'a rien d'im-

possible.

2” De Jean V111 d For-muse (872-896).


Generated on 2013-08-03 10:26 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

La date initiale de Jean Vlll est connue. Les catalo-

gues ‘ s'accordent à lui attribuer 10 ans et 2 jours; ils

donnentl an et 5

drienlll.

1. Je n'ai pas cru devoir reproduire in-extenso et en colonnes

parallèles les chill'res fournis par les catalogues du x' et du un‘

siècle. Au ch. IX de cette iutrodnctionon trouvera la bibliographie

de ces documents. Un grand nombre d'entre eux sont publiés soit

dans le chapitre 1X, soit dans .le texte ci-dessous. p. 221-281. Les :

renseignements queje vais donner ici sur leur teneur, leur concor-

dance ou leur désaccord, ne se fondent pas seulement sur les tex-

tes que j'ai publiés

circonstances de 1

mois a Marin. 1 an et 11 mois à Ha- i

; ils dérivent d'un examen complet de tous les I

textesquisontvenus àmaconuaissanceet dontj'ai parlé au ch. IX. ,

LXVII

; Il résulte de cela d'abord que Jean Vlll mourut le 16

décembre 882,qui était un dimanche. En mettant bout

à bout les deux autres pontificats, on arrive a la mi-

; septembre 885. Or c'estprécisémentla date vers laquelle

;‘ d'autres documents fixent la mort d'Hadrien lll. Ce pape

mourut à Nonantola, au cours d'un voyage qu'il faisait

pour aller rejoindre l'empereur Charlesle Gros ‘. Celui-

; ci l'attendait à Francl‘ortau commencement de septem-

‘ bre. La nouvelle de la mort du pape lui étant parve-

nue, il se transporta à Worms. Or on sait par son‘iti-

néraire qu'il était encore à Francfort le 23 septembre

et qu'il se trouvait a Worms le 1er octobre. C'est donc

dans la dernière moitié de septembre qu'il apprit la

mort d'Hadrien lll. Il fallut bien une huitaine de jours

pour que l'on pût lui en porter la nouvelle. Ainsi Ha-

drien sera mort vers le milieu de septembre.


CHRONOLOGIE.

Serge III.

_ Au dela de Formose il faut descendre jusqu'à Serge llI

LXVllI

a Formose, 6 mois juste, en plus de 1 ou 5 ans. Cette

dernière variante est éliminée par ce que l'on sait

d'ailleurs de l'année où se produisit le changement de

pape.

On a donc l'expression suivante: .

Stephanus au. V1 m. » d. V1111 (var. d. 1111, (1.

X111).

Formosus an. 111] m. V1 d. ».

En comptantlt ans et 6 mois au dessus du 11 avril 896,

on arrive au 11 octobre 891 ; le 6 était un dimanche : il

conviendrait très bien pour l'installation de Formose.

Entre cette date et les abords du 20 septembre 885, où

se place l'ordination d'Etienne V, il y a six ans et quel-

ques jours. Etienne V aura été ordonné soit le diman-

che 19, soit le dimanche 26 septembre 885 ; cette der-

nière date est favorisée par l'attestation particulière de la

leçon d. V1111.

3° De Boni/ace V1 à Serge 111 (8913-911).

(901-911) pour trouverun pontificat bien classé chrono-

logiquement.

Les catalogues sont sensiblement unanimes a lui as-

signerune durée de 7 ans, 3 mois, 16 jours. Une charte

de Revenue du 25 janvier 911, est datée de l'an VII de

Serge lit; une autre du 1*’r février 907, de l'an IV du

même pontife '. Celui-ci aura donc été consacré entre le

25 janvier et le 1°’ février 901, c'est-àsdire le 29 janvier,

seul dimanche intermédiaire. La durée marquée dans


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

les catalogues conduit de là. au 11; avril 911, XVIIII

kal. mai. Benoît de Saint-André marque le V1I11Ital. ,

mail, qui concorde a peu près, comme expression pa-

léographique.

Entre Formose et Serge 111 il n'y a guère d'autre

données que celles des catalogues, ça et la confirmées


Generated on 2013-08-03 10:26 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

par Flodoard.

Voici d'abord la leçon des catalogues :

Bonit‘ace Vl, . . . . . d. XV.

Etienne VI, an. 1. m. 111.

Romain, . . . . . m. 111 d. XXlll.

[.Muratori, Anlîquit. 5h11., 1. V. p. ‘1'13; Amadesi, Antixtit. ‘

Ravenn. chrom, t. II, p, 235.

Théodore, . I. . . . . . d. XX.

Jean IX, an. II.. . . . d. XV.

Benoit IV. au. III m.Vl(‘?)d. XV.

Léon V, . . . . . .m. I d. XXVII.

Christophe, . . m. 1111 (ou Vll).

En ce qui regarde Boniface Vl, la durée de quinze jours Boniface v’

est confirmée par Flodoard, qui lui attribue ter quinos

dies. On placera donc ce pontificat éphémère dans le

mois d'avril 896. Dans la promotion de Boniface on né-

gligea certainesrègles canoniques; elle fut l'œuvre d'un

mouvementpopulaire '. Elle dutsuivre de près la mort de

Formose; si elle n'eut pas lieu le 1 avril, qui était un

dimanche, elle eutsûrement lieu le dimanche suivant 11.

Etienne VI fut installé avant le 11 juin 896: il est

en effet mentionné à cette date dans une charte de

ltavenneï. Le 20 août 897, une autre charte mentionne

son successeur Romain 3. Ainsi les quinze mois d’E-

tienne Vl se placeront d'avril-mai 896 a juillet-août

897. Quant a Romain, la leçon des catalogues,m.1l1

d. XXIII (ou XXII), trouve une confirmation dans

Flodoard, qui lui assigne quatluor lzaud planes monses.

Deux privilèges de ce pape-t sont datés du 15 octobre 897.

Combiné avec la date du 20 août, déjà mentionnée, ce

renseignement limite la période assignable au pontificat

de Romain. 11 ne peut avoir commencé avant le 25juin


CHRONOLOGIE.

mentionné dans une charte du 26 juillet 903‘, qui date’

par sa quatrième année. Il est peu probable, comme on

va le voir, qu'il ait dépassé de beaucoup cette date.

Entre les divers chiffres de mois qu'on lui assi-

gne, lt, V, Vl, X, les chiffres V et V1 me semblent beau-

coup mieux attestés que les autres. il faudra donc

placer son ordination au commencement de l'année 900,

en janvier ou dans les premiers jours de février.-

Flodoard dit que Léon V emz'gral ante suum quam

luna bis impleal orbem. Ceci concorde avecles 57 jours

que la plupart des catalogues lui attribuent. L’emz'grutde

Flodoard sembleindiquer une mort naturelle. Cependant

le pontificat’de Léon V se termina par l'emprisonnement,

et sa mort 2 ne paraît avoir eu lieu que sous Serge lll.

A Christophe, qui fit incarcérer Léon V pour se mettre

asa place, les catalogues attribuentles uns 4, les autres

7 mois,leçons qui ont, au point de vue paléographique,

beaucoup de ressemblance, m. [111, 771. V11. Flodoard

favoriscla seconde, car il ditque Christophe siégea dimidz'a

anno u/teriusquc parum. On n'a pas d'actes de Léon V 5

de Christophe une seule charte, du 20 décembre 903;

aucun autre document ne date par ces papes. D'autre

part, l'ordination de Serge lll étant fixée au 29 jan-

vier 904, il n'y a entre Benoît W et lui que six mois

environ; cette circonstance tranche la question entre les

deux leçons m. 11H et 171. V11; la première seule

estadmissible, à moins, ce qui est encore possible, que

les deux papes rivaux, Léon V et Christophe, n'aient

compté l'un et l'autre leur pontificat depuis la fin de

juillet 903.‘
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

Léon V,

Jbristophe.

4° D'Anastase 111 d Agapit 11 (911-955).

stase Ill,

lande. Entrele pontificat de Serge lll. délimité comme je l'ai

dit“ et celui de Jean X qui paraît avoir commencé en


Generated on 2013-08-03 10:26 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

mars 914, il faut placer ceux d'Anastase H1 et de Lando.

Le pontificat d'Anastase lll est évalué, avec une

certaine constance,‘ à deux ans et deux mois. En mettant

cette durée a la suite du pontificat de Serge III on arrive

après lui,

la fixent a 36 jours.

Jean X l'avait déjà remplacé en mars ‘. il fut déposé

en 928, d'après les Annales de Flodoard. Les catalogues

lui accordent tous 14 ans, 2 mois et quelquesjours,

de 3 à 15, ce qui fixe aux dernières semaines de mai la

fin de son pontificat effectif.

Flodoard attribue 7 mois etäjours aLéon ‘v’l ; 2 ans,

l mois, 12 jours a Etienne Vll. Ces derniers chiffres

sont ceux des catalogues"; quanta Léon Vl, tous ceux

qui marquent les jours portent d. XV; sur les mois ils

varient de a 7. il n'y a d'actes datés ni de l'un ni

de l'autre. En somme. Léon Vl occupe la fin de l'an-

née 928, Etienne Vll les deux suivantes, et même les

premières semaines de 931.

Jean XI siégea 4 ans et ‘10 mois, d’aprèsles catalogues,

presque tous d'accord sur ce point. il atteignit donc, on

peu s'en faut, la fin de l'année 935. Dans ses Annales,

Flodoard marque sa mort à l'année 936; un privilège

de son successeur Léon Vll 3 suppose que celui-ci était

déja en fonctions le 9 janvier de cette année, ce qui

suppose qu'il avait été ordonné au plus tard. le diman-

che 3.

A Léon Vll, les catalogues marquent, avec beaucoup

d'uniformité, 3 ans, 6 mois et l0jours; il atteignit

sans doute le mois de juillet 939. Son successeur,

Etienne Vlll, qui siégeaitle t9 de ce mois ‘, fut ordonné

au plus tard le dimanche M. Les catalogues lui don-

nent 3 ans “, 3 ou 4- mois et 15 jours, ce qui conduit


CHRONOLOGIE.

.lgapit Il.

Jean XII.

LXX

a, dans l'ensemble des catalogues, 3 ans, 6 mois et 13

jours. Il serait donc mort, au plus tard, le 19 mai 946.

Mais il faut remonter un peu plus haut, car de deux char-

tes de Fantuzzi' il résulte qu'Agapit Il fut consacré le

dimanche 10 mai 946. Cette date oblige a opérer un cer-

tain tassement dans les pontificats précédents ; tout s'ar-

range en reportant au 30 octobre 942 l'ordination de

Marin ll. _

Les mois et jours d'Agapit' sont marqués assez uni-

formément dans les catalogues : m. V11 (1. X. Sa mort

tomberait donc le 29 décembre 955. Jean Xll lui suc-

céda,selon l'indication isolée d'uricatalogue', le diman-

che Gnndelc, qui tombait cette année-là le 16 décem-

bre. 11 y aurait donc lieu de raccourcir de quelques

jours la durée assignée au pontificat d'Agapit Il :peut-

être faut-il lire (1. Van lieu de (1. X 4.

5° De Jean X11 à Jean XV (955-996).

Pour marquer le terme du pontificat de Jean Xll on

a pu hésiter entre deux événements, la déposition du

pape, au concile du 4 décembre 963, et sa mort, le 14

mai 964. Nos catalogues s'accordent à lui attribuer 8

ou 9 ans et» 3 ou 4 mois; ceci est incompatible avec l'idée

de s'arrêter en décembre 963 ; on a donc admis que le

pontificat de Jean Xll s'était prolongé jusqu'à sa mort.

La date en est connue par le continateur de Réginon 5.

En comptant 8ans et4 mois au dessus du 14mai 964 on

n'arrive qu'à la mi-janvier 956, date certainement


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

fausse; on a en effet des diplômes de Jean Xll 6 datés du

2 et du 9 janvier de cette année. Il faut croire qu'un

chiffre de jours s'est perdu de très bonne heure.

Léon Vlll fut élu le 4 décembre 963 et ordonné le di-

manche suivant,6. llrésulte des diplômes qu'il mourut

en 965,entre le 20 février et le 13 avril'. Lescatalogues


Generated on 2013-08-03 10:27 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

lùi assignant tous un an, la plupart 3 mois, quelques-

uns 4. Il sera mort au mois de mars. Quant à Benoît V,

que les Romains élurent après la mort de Jean 3411, il

fut déposé au synode du 23 juin 964 ; il n'avait donc

pu siéger qu'un mois et quelques jours. Les catalogues

lui marquent 2 mois 2 jours; c'est probablement un

mois de trop ; la leçon primitive devait être m. I d. II.

il avait sans doute été ordonné le dimanche 22 mai.

Plusieurs chartes mentionnent la vacance du siège

pontifical après la mortde Léon Vlll ', et nous savons en

effet2 qu'il dut se passer un certain temps avant que

le successeur de celui-ci pût étre installé. Des bulles de

Jean Xlll il résulte que cette installation eut lieu entre

le 20 septembre et le 18 octobre 965. Jean _\'lll mourut,

son épitaphele marque, le6 septembre 972.Cette méme

épitaphe lui assigne 7 ans de pontificaL'Mais c'est la

un chiffre rond. Les catalogues donnent la vraie durée, 6

ans, 11 mois et 5 jours. Elle conduit, en remontant, au

dimanche Il"r octobre 965.

L'avénement de Benoît V1 est marqué au 19 janvier

dans le catalogue de la Pomposa (EsL) ; il s'agit évi-

demment du 19janvier 973. Les 18 mois que lui mar-

quent les catalogues atteignent la mi-juin 974. C'est

en effet au mois de juin de cette année qu'eut lieu la pre-

mière intrusion de Franco (Boniface Vll); ceci résulte

d'un diplôme de Subiaco 3. Les catalogues attribuent

acette première intrusion de Boniface une durée de 1

mois et 12 jours. Benoît Vll qui fut substitué a Benoît

* Vl étranglé, fut installé, comme il résulte de ses bulles,

entre le 2 et le 28 octobre 974.

Nous avons encore l’épitaphe originale de Benolt Vll ;

il y est dit que ce pape mourut le 10 juillet, indiction

Xll, c'est-à-dire en 984. Mais c'est la une chose


CHRONOLOGIE.

Jean XV.

Grégoire V.

Jean XVI.

taphe, le 20 août, c'est-à-dire le 20 août 984; sa mort

fut précédée d'un emprisonnement de quatre mois, son

pontificat en avait duré huit ; ces deuxderniers chiffres

sont fournis par sa notice dans la continuation du cata-

logue. Additionnés, ils rejoindraientaisément. en admet-

tant quelques semaines de vacance, la date fixée pour

la mort de BenoitVll; mais il peut se faire aussi que

l'avénement de Jean XlV ait été retardé jusqu'au mois 3

de décembre 983; on ne saurait donc dire si, dans les

huitmois qui lui sont attribués, sont compris ses qua-

tre mois de détention. loi se place une nouvelle usurpa- 1

tion de Boniface Vll, qui se prolongea onze mois

après la mort de Jean XlV, soitjusqu'enjuillet 985.

Boniface Vll fut remplacé par Jean XV, auquel les

catalogues donnent 10 ans et 7 mois. Les diplômes‘

fixent son avénement au mois d'août 985; il sera donc

mort au printemps 996. Ceci concorde avec ce fait,

connu par les Annales de Quedlinbourg et la Chroni-

que vénitienne de Jean ‘-‘,. que l'empereurOthon il] se

trouvant a Pavie aux fêtes de Pâques 996 y apprit

la mort de Jean XV 3

le 12 avril.

.5" D6’ Grégoire V(99G) à la fin du XIe siècle.

Des lettres de Grégoire V il résulte que son ordina-

tion eut lieu entre le 28 avril et le 9 mai 996, soit le

dimanche 3 mai. Son épitaphe porte qu’ilmourut le l8

février (X11 lcalmart.),après avoir siégé deux ans et


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

menses circiteroçlo. Cet 0010 est un léger sacrifice aux

exigences du vers, car, entre le 3 mai 996 et le l8 fé-

vrier 999, il y a 2 ans, 9 mois et 15 jours. Aucun des

catalogues ne marque les jours {pour les mois ils va-

rient : on trouve les leçons V, Vlll, 'v'llll ; c'est celle-ci

qui est à retenir.


Generated on 2013-08-03 10:27 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

Dès l'automne 996 les Romains avaient chassé Gré-

goire V ; quelques mois après ils le remplacèrent par

Jean XVI (Phitagathe), qui se maintint jusqu'en fé-

: Pâques tombait cette année-là j

LXXI

l vrier 998’ ; plusieurs catalogues lui attribuentun pon-

tificat delO mois. il aura donc été installé vers le mois

; d'avril 997. .

Silvestre il. on le voit par ses actes, était déjà pape

le 15 avril 999, un samedi; la date de sa mort, 412 mai

i003, est marquée au bas de son épitaphe. il a donc

siégé 4 ans , 1 mois et un nombre dejours à détermi-

ner. Les catalogues donnent deschiffres assez ditt‘érents ;

f quelques-uns cependantportent 4 ans, 1 mois, 9 jours,

Î ce qui conduit au dimanche 2 avril 999. date acceptable.

Les deux pontificats de Jean XVII et de Jean XVlll

1‘ ne sont pas si faciles a délimiter. Au dela, celui de

Serge lV estfort bien daté. L'épitaphe deco pape donne

,‘ le jour de sa mort, le même que pour Silvestre H, 12

mai, et la durée de son pontificat, 2 ans, 9 mois, 12

i jours. Serge l't' étant mort en 1012’, son installation

a dû avoir lieu le 31 juillet {009. Les catalogues varient

sur les chiffres ; mais leur leçon primitive paraît être

celle du I’aticanus 3762, identique à celle de l'épila-

‘ phe.

Entre Silvestre et Serge, il faut placer Jean XVll, a

1 qui les catalogues attribuent uniformément 5 mois

i 25 jours. ou, en chiffre rond, 6 mois, et Jean Xt'ltt,

' pour lequel ils n'offrent pas le même accord. On assis

' gnera à Jean .‘(Vllles six derniers mois de l'an 1003.

Restent 5 ans et7 mois pour son successeur. Les actes

datés de celui-ci vont d'avril 1004 à octobre 1008 ; le

' catalogue d’Eccard (Auy.) lui attribue 5 ans et demi;


CHRONOLOGIE.

LXXII

rie des actes datés de Benoît VIII s'arrête en 7 mars

1021 ; ceux de Jean XIX ne commencent qu'en décem-

bre. Toutefois, il résulte d'un diplôme allégué par Gre-

gorovius‘, que l'année de Jean XIX commençait avant le

1°r mai. Il y a donc lieu d'accepter la variante m. X de

certains catalogues et la date du 7 avril pour la mort

de Benoit VIII. Jean, qui lui succéda aussitôt, fut sans

doute ordonné le dimanche 12 avril ou l'un des deux

suivants,10 et 26.

Benoit 1x et Les actes de Jean XIX vont jusqu'en janvier 1032; il

ses rivaux.

a donc siégé au moins 7 ans. Deson successeur BenoitlX

on n'a pas d'actes avant 1036; Hermann de Reiche-

nau note à l'année 1033 la mort de Jean XIX et l’avéne-

ment de Benoit IX. D'autre part, deux diplômes qui

datent par les années de Benoit donneraient lieu de

reporter les débuts de celui-ci avant le 27 janvier 1033 3

et même avant le 15 novembre 1032 3. Il n'y a pas

grand’chose atirer des catalogues, qui varientbeaucoup

pour Jean XIX. Enfin le pontificat de Benoit [31 s'est

terminé plusieurs fois, sans que l'on sache à laquelle

de ses diverses finales se rapportent les chiffres de

mois et jours. Il faut d'abord savoir à quoi s'en tenir

sur ce dernier point.

. Benoît IX, après avoir repris le pontificat une première

fois. le vendit au chanoine Jean Gratien (Grégoire VI),

le 1er mai 1015. Il le détenait alors depuis 1 mois et 21

jours. soit depuis le 10 mars, l'ayant arraché à Silves-

tre III, lequel l'avait occupé 10 jours. Ces données sont


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

fournies parle catalogue pontifical “; elles fixent au 20

janvier environ l'installation de Silvestre III. Antérieu-

rement a cette date, et même au 7 janvier 1013 5, les

Romains avaient chassé une première fois Benoit IX.

l-lermann de Reichenau enregistre son expulsion à

l'année 1011. On ne peut dire au juste que] intervalle


Generated on 2013-08-03 10:27 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

s'écoule entre l'expulsion de Benoît et l'installation de

Silvestre. Déposé théoriquement au concile de Sutri ou

au concile de Berne, c'est-a-dire le 20 ou le 21 décem-

bre 1016, Benoit reprit encore le pontificat le 8 novem-

bre 1017 et se maintint jusqu'au 17 juillet 1018.

Les catalogues sont d'accord 21 Jui marquer 1

mois et 20 jours ; pour les années, le plus grand

nombre portent 11, les autres 12‘. Ni l'un ni l'autre de

ces deux chiffres d'années ne permet d'atteindre le 17

juillet 1018. La leçon 12 est attestée par des textes

assez divers pour qu'on puisse lui attribuer une valeur

spéciale ‘3. Je serais donc porté a croire que la durée

an. XII m. [111 d. XX représente le premier pontificat

de Benoît 1X. D'après la façon dont l'auteur du catalogue

raconte les péripéties de l'année 1011-1015, il semble

bien que, pour lui, ce pontificat s’étaitterminéa l'expul-

sion de Benoît, ou, tout au plus, a l'installation de Sil-

vestre. Dans cette dernière hypothèse, la 13° année de

Benoltaurait commencé vers le 1"‘r septembre 1011 et

par suite sa première vers le 1" septembre 1032. Si au

contraire la durée an. XII m. 1111 d. XX se termine à

l'expulsion de Benoît IX, il faudra reporter de quelques

semaines, peut-être de quelques mois plus hautle rem-

placement de Jean XIX par Benoît.

En somme, il a ici une trèsgrande incertitude ; on ne

peut guère savoir qui était pape pendant le printemps et

l'été 1032.

Grégoire Vl commença le 1"r mai 1015; c'est du Grégoire v:

moins ce jour-là que Benoît IX lui vendit le pontificat.

Ce n'était pas un dimanche. On dut attendre au Si mai

pour célébrer l'ordination. De la jusqu'au 20 décembre

1016, jour où Grégoire fut déposé à Sutri, il y a un an,

7 mois et 11jours. Les catalogues fournissent deux le-


LXXHI

éon 1X. Léon IX, nous dit son biographe Wibert de rloul, fut trouve le 19 uillet dans un nécrol _

ordonné le premier dimanche de Carême, 12 février ce qu1s accorderaitavec la leçon anoglîiinu 1'53"12???’

1049; sa date obituaire est connue par le Liber ponti/z L incertitude est levée par le catalogue de la Cave ou

colis et par diverses autres sources 0 est le 19 avril se trouve marquéela vacance, m. 11 d. V111 après Nico

1054 Entre les deux il y a juste les 5 ans, 2 mois et las Il Sou successeur fut ordonné le 30 septembre; le

6 ou 7 jours que marquent les catalogues. chitl're d. V111 concorde mieux avec la date obituaire

ctor II. La date obituaire de Victor il est connue aussi par du 27 juillet qu'avec l'autre.

plusieurs témoignages; c'est le 28juillet 1057. Suivant Alexandre 11, dit 5. Pierre Damieu 2, fut installé le Alexandre 11.

les Annales de Berthold ‘, ilaurait été ordonnélejeudi- 1" octobre, bal. oct. Je crois que cette date doit être

saint, 13 avril 1050 Les chiffres des catalovues sont corrigée en pria’. bal. 001., le 1er octobre 1061 étant un

2 ans, 3 mois, et taulot l3 tantôt 27 jours. La première lundi. Des documents sur l'élection de Grégoire Vll, il

leçon cstévidemment la bonne; maispeut-ètre serappor résulte que sonprédécesseur fut euteiréle 22 avril 1073

te t-elleau dimanche dePaques plutôtqu'au jeudi-saint. et qu'il était mort la veille. Ces dates shaimomsent

uns IX La chwmque au Monpcagsm donne les dates em'e- très bien avec les chiffres du Liber pontifical/u, au XI

mes dEnenne 1X 3 août 1057 et 29 mars 1008 Les m l! d. XXII.

catalogues lui donnent 7 mois et 29 jours; ce dernier La durée 11" X11 "1 1d 1” attribuée dansle L159? ohm-r6 doit être corrigé en 26_ ponlificaizs, le recueil de Boson et les autres documents 1,. Gamme

toit x. Les dates extrêmes de Benoît X ne sont pas connues ; du ponufic‘lt de Gregolml“ 0‘ Blé comptée 5* Part" du dvellemen"

il est sûr qu’il fut élu et installé peu de jours après la Jour de 1 é'ecÜ‘m’ 2) “1'11 4073, 9H10“ à P1111" de 1'01‘

mort de son prédécesseur. Le Liber pontificalis et les dlmllon 29 luin C est 13 Première {015 que ce “l’slème

autres catalogues s'accordent à lui attribuer 9 mois et

3. Ce computsuppose évidemment que l'on a

considéré le pontificat de Benoit X comme s'étant ter-

en

les 11.

fres l, 25, 28. La chronique de Bernold marque la

mort du pape au 27 juillet 1061, ce qui correspond à

peu près à l'expression an. Il m. VI (1. 111; mais on

: « Gebeardus... electus ab episcopis

Romamque missus, ibique honorilice susceptns. in sequeute qua-

papa ordinatus, Victoris se-


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

les

3‘ L9 cfllaloaue de la-Cava marque un intervalle de il jours en- l

ire Etienne IX et Benoit ; ce chiflre est évidemment altéré.

LIBEII Ponruncxus, t. il.

ou 5 jours, c'est l'élection qui a

dire depuis Gélase


Generated on 2013-08-03 10:27 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

celles d'élection, et établi en conséquence les chiffres

d'années, mois et jours.

A partir d'ici, les dates obituaires

toutes connues par divers auteurs

les marque régulièrement, depuis

d'élection sont marquées aussi, pour la plupart, dans

été le

partant de l'ordination, 10 mars

point de départ;

“18, on n'aurait

‘jointe, depuis le xu°siècle, c'est-&-

11, non les dates d'ordiuation, mais

des papes sont

; le cardinal Boson

Pascal H. Les dates

chroniques. D'autre part, les actes pontificaux,

beaucoup plus nombreux que parle passé, permettent

. Jall‘é, p. 566.

2. Migne, P. 1... t. mm, p. 79.

Fin de la

série.
Lxx1v CHRONOLOGIE.

d’établir avec précision les limites de chaque pontificat. nott XI (-f‘ 1304), aux Regesta de Jaffé et de Potthast,

Je crois donc devoir m’abstenir, pour cette dernière au delà, a l‘IIistoire de [tome au moyen-âge. de Gre-

période, de toute discussion. Les dates que j'enregistre gorovius.

dans mon tableau sont empruntées, jusqu'à Be-


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-03 10:28 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
TABLE CHRONOLOGIQUE DES PAPES

Lso 111.

STEPHANUS 1111.

Pascnaus.

Eucamus.

VALENnNus.

Gnacoinus.

SERGIUS 11.

Lac 1111.

Bnnnmcrus 111.

NICOLAUS.

HADIIIANUS 11.

1011ANNES V111.

MARINUS.

Havmmus 111.

Srnruartus V.

Fonnosus.

BONIFA‘I‘IUS V1.

Srsrmnus Vl.

ROMANUS.

Tnnononus.

lonanuns V1111.

Bsnsmcrus 1111.

DE LEON 111 A PIE Il.

' AVÉNEMENT.

27 décembre 795.

22 juin 816.

25 janvier 817.

février-mai 824.

août" 827.

827.
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

' janvier 844.

10 avril 847.

6 octobre 855.

24 avril 858

:14 décembre 867.

114 décembre 872.


Generated on 2013-08-03 10:28 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

{16 décembre 882.

"17 mai 884.

septembre 885.

Y,‘ 6 octobre 891.

1 avril 896.

mai (00721121.) 896.

août (comm.) 89 7.

décembre 897.

janvier 898.

g)

J‘ FIN DU PONTlFlCAT.

'42 juin 816.

24" janvier 817.

11 février 824.

août 827. .

septembre‘ 827.

janvier" 844.

27 janvier 847.

17 juillet

17 avril 858 .

13 novembre 867.

14 décembre 872.

16 décembre 882.

15 mai 884.

mi-septembre 885.

fin-sept. 891.

4 avril 896.

avril 896. 1

août (camm) .897.

fin nov. 897.

décembre 897.

janvier 900..

fin juillet 903.


TABLE CHRONOLOGIQUE.

LXXVI

LEO V.

1 Cnmsrornonus.

5151161115 111.

ÀNASTASIUS 111.

LANDO.

IOHANNES X.

LEO V1.

Smmmus V11.

IOIIANNES X1.

LEO V11.

STEpmNus V111.

MAmNUS l1.

Ammus 11.

IOIIANNES X11.

L130 V111.

BENEDIC‘I‘US V.

IOHANNES X111.

BENEDlCTUS V1.

Bomrmùs V11.

Bmemcrus V11.

immunes X1111.

Bomrnlus V11 (iterum)

lomum-zs XV. .

Gmanomus V.

IOHANNES XVI.

SILVESTER 11.

IOHANNES XVII.

lommms XV111.

SEitclUs 1V.
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

BENEDICTUS V111.

IOHANNES XVIIII.

Beurmcrus V1111.

SILVESTER 111.

BENEDICTUS V1111 (iterum)

Gnscomus V1.
Generated on 2013-08-03 10:28 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

CLEMENS I1.

BENEDICTUS V1111 (tertz'o).

DAMASUS 11.

LEo V1111.

AVÊNEMENT.

fin juillet 903.

finjuillet(0u sept.) 903

29 janvier 9011

avril‘ 911.

‘fin juillet 913.

mars 911.

mai 928.

déc. 928—jmw.929.

février-mars 931.

3' janvier 936.

11" juillet 939.

30" octobre 912.

10 mai 916.

16' décembre 955.

6 décembre 963.

22" mai 961.

1” octobre 965.

19 janvier 973.

juin 9711.

octobre 9711.

décembre 983.

août 981.

août 985.

3 mai 996.

avril 997.

2 avril 999.

‘juin’ 1003.

janvier" 1004_
TABLE CHRONOLOGIQUE.

AVËNEMENT. FIN DU PONTIFIGAT.

28 juillet 1057.

29 mars 1058.

21- janvz'er 1059.

27" juillet 1061.

21 avril 1073.

25 mai 1085.

16 septembre 1087.

29 juillet 1099.

21 janvier 1118.

28 janvier 1119.

13 décembre 1124.

13 février 1130.

24 septembre 1143.

8 mars 1141.

15 février 1115.

8 juillet 1153.

3 décembre 1151.

1er septembre 1159.

30 août 1181.

25 novembre 1185.

20 octobre 1187.

17 décembre 1187.

mars 1191.

Vrcron 11.

Srarumus V1111.

BENEDICTUS X.

NICOLAUS 11.

16‘ avril 1055.

3 août 1057.
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

5 avril 1058.

21 janvier 1059.

30 septembre 1061.

22 avril 1073 (élection).

9 mai 1087.

12 mars 1088.
Generated on 2013-08-03 10:28 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

14 août 1099.

21 janvier 1118.

2 février 1119.

15 décembre 1121.

11 février 1130.

26 septembre 1143.

12 mars 1141 (ord.).

15 février 1115.

12 juillet 1153 (0rd).

11 décembre 1154-.

7 septembre 1159.

1°r septembre 1181.

25 novembre 1185.

21 octobre 1187.

19 décembre 1187.

30 mars 1191.

8 janvier 1198.

18 juillet 1216.

19 mars 1227.

25 octobre 1241.

25 juin 1213.

12 décembre 1251.

29 août 1261.

5 février 1265.

1" septembre 1271.

21 janvier 1276.

11 juillet 1276.

8 septembre 1276.

25 novembre 1277.

22 février 1281.

ALEXANDER 11.

GREGORIUS V11.

Vrcron 111.
TABLE GH'BONOLOGIQUE.

Lxx VIII

Houomus IIII.

Nlcomus IIII.

CAELES’I‘INUS V.

Bomrmus VIII.

BENEDICTUS XI.

clausus V.

1011111111115 XXII.

BENEDICTUS XII.

CLEMENS VI.

INNOCENTIUS VI.

Ummws V.

Gnecomus XI.

UnnANus VI.

BONII-‘ATIIIS VIIII.

luuocmu'nus VII.

GREGOIIIUS XII.

ALEXANDER V.

immunes XXIII.

MARTINUS V.

Eucemus IIII.

NICOLAUS V.

GALLISTUS III.

Plus II.

1 AVENEMENT- FIN nu PONTIFLCAT-

2 avril usa 3 avril 1287.

22 février 1288. Ï 1 avril 1292.

i 5 juillet mih Ë13 décembre mih

iaik décembre 1291. 111 octobre 1303.

22 octobre 1303. i '7 juillet 13011.


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

s juin 1303. 120 avril 1311.

7 août nam I décembre 1331.

20 décembre 1331. Ë25 avril mil

7 mai ma w 6 décembre 1352.

18 décembre 1352. I2 septembre 1362.

6 novembre me (0rd.).I I9 décembre I370.


Generated on 2013-08-03 10:28 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

30 décembre 1370. m mars I378.

8 avril 1378. lis octobre I389.

2 novembre 1389. II" octobre 1101.

17 octobre 1101. l e novembre me

30 novembre wm 5 juin non (dépos.).

17 juin III-09. l s mai 1110.

17 mai IMO. ea mai 1115(dépos.).

II novembre 1117. rgo février 1131_ l

3 mars 1431- m février mm

6 mars 4411-7- m mars 11155.

8 avril libri II s août 1458_

19 août III-58.

ilii août 1461-.

I, DURÉE.

‘un. II d. I

|an. IIII m. I d. XIII.

j m. v d. V111

Leu. V111 m. V1111 d. xV11

m. V111 d. xvi

an. VIII m. X d. XV

Ian. VIII m. 111 d. XXVIIII

an. VII m. IIII d. V

an. x m. V1 d. xxviiii

‘an, V1111 m. V111 d. xxv

an. VIII m. 1 d. XIII

an. V11 m. 11 d. xxvii

‘an. XI m VI d. VII

iam x1111 m 311

van. 11 d. xx

2an. Il m. VI d. VI

‘ m. x d. XVI

‘an. V dMXII

Ian. xm m. 111 d. V1111


Generated on 2013-08-08 18:24 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-08 18:24 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
" vero basilicae beati Petri 360

, cum quadriporticos, simul et fontes aquae ante

a summo usque ad summum,

{ores argenteas, verum etiam et turrem cum cameris suis,

uoviter restauravit. Praesertim imago 3 Salvatoris cum

25 scripte ecclesiae,

omnia et in omnibus

regiis mire pulchritudinis depiclae ad decorem supra-

VARIANTES DES MANUSCRITS.

i Leo lII EV -—Azuppio EV — d. XVII EV : XX C —3 [10:10- V : atque C

rem CEV- devectus V — 5 poenitus D — 6 prorsus om. C — bilero D

<ul> eorumC — 8 dudum D — 9 deges D : decens V : de-

gare C — curam EV —ipsum C. — veslarius E : in vestario V :

vestarium C — 10 diligeretur EV -- 13 sede apostolica E

14 enim <in> DV — conlx‘mius V — eteidem E : et idem

Lmlm PONI‘IFICALIS, t. II.

— 15 benivolis 0m. C — 17 iuslitiam CV — pres-

19 eiusdem CE — 21 habentem CEV -— fundata EV- sarla

v. t. E - 22 alia V — quadripoxticu E : ou V — et ad fontes

atque ante CEV — 23 et ante in om. EV -— imaginem CV — 28

basilica CEV --27 incuria V — 28 eral V


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-08 18:24 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
2 XCVIII. LEO 111 (795-816).

361 Similiter et titulo sanctae Sabine studiose renovavit. lu que vero titulo isdem egregius praesul fecit ex argente

coronas V, pens. lib. Xllll, canistra II exafoti, pens. lib. IIl semis; gabathas interrasiles Vllll, pens. lib. XI.

Fecit autem et in basilica beate Dei genetricis, quae appellatur ad Presepem, ciborium ex argente purissimo,

qui pens. lib. DXC, simul et rugas argenteas in ingressu presbiterii, pens. lib. LXXX; atque cortina maiore sirica

alba, habentem periclisin et crucem de l'undato. Immo et in sacratissimo altare maiore fecit vestem de chriso- 5

claba, habentem storia Nativitatis Domini et sancti Symeonis et in medio Cheretismon 9. Simul etiam et cameram

eiusdem ecclesiae et in quadriportica; necnon et coronas argenteas III, pens. inibi lib. CXLV et uncias VlIII.

V Interea et in basilica beati Christi martyris Laurenti, sita feras mures, fecit imagines argenteas III, Salvatoris,

beati Petri apostoli et sancti Laurenti, pens. simul lib. Lllll semis. Et in sacro altare veste tirea chrisoclaba

habentem storia dominice Passionis seu Besurrectionis. t0

Itemque renovavit sarta tecta beati Felicis et Audacti martyrum, iuxta sanctum Paulum apostolum, son et

basilica ‘° sancti Mene, atque tituli beati Vitalis Christi martyris, necnon et cimiterium beati Xysti atque Cornelii,

via Appia; simulquc et cimiterium sancti Iutici ‘1, via Lavicana; pariter et ecclesiam sanctae Dei genetricis

362 semperque virginis Mariae dominae nostrae, site in Fonteiana , quae per olitana marcnerant tempora atque

ruerant. 15

V1 Fecit autem isdem praesul in basilica doctoris mundi beati Pauli apostoli confessione simul et ruga ex auro

obrizo habentem gemmas pretiosas, instar beati Petri apostoli, pens. lib. CLVI. Et super ipsum sacrum altare

imago aurea, habentem Salvatorem et Xll apostolos, pens. lib. LXXV. Seu et camera eiusdem basilice in modum

beati Petri apostoli noviter fecit; presertim et coronas argenteas Ill, pens. in uno lib. CCXX; et vela olosiricas

maiores sigillatas, habentes periclysin et cruce tain de blathin seu de fundato, numero XV; vela promiscua 2o

maiores de quadrapulo investita, quae pendent in arcora, XLIII; vela modica sigillata, quae pendent in arcora

minores, ornata de quadrapulo, XX; item vela modica de stauraci que pendent in arcora X et alia X, ex quibus

tres habentpericlisin de chrisoclabo; item vela IllI filopares alexandrine; item velum alithinum rotatum, habentem

periclisin in rotas cum aucellos et in medio cruce cum gammadias et 1111 rotas de tyreo filopares.

363 Fecit autem et in basilica beati Andreae ad beatum Petrum apostolum rugas argenteas, pens. lib. LXXX. 2:‘.

Verum etiam et in basilica Salvatoris, quae appellatur Constantiniana, camera mire magnitudinis.

VII Hic almificus praesul fecit in al tare maiore beati Petri apostolorum principis veste chrisoclaba pretiosis gemmis

ornata, habente storias tam Salvatoris, beato Petro apostolo ligandi solvendique potestate tribuente, quamque

principum apostolorum Petri ac Pauli passione figurautem, mire magnitudinis in natale apostolorum splendente.

VARIANTES DES MANUSCRI'I‘S.


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

1 Simul l)V -— titulum CE : territurio V — Savinac E — ti- codd : correæi——‘ Mennae CEV- Vitali D - hic dcficit V—-— cimi-

tl'Dzt l :t V—'d . — ' " '<— ' (2141m1. epiïpzoveom'cpiporc 1s em 0m D fecit 0m. LV terioE 13Ap1aD-—11 Fontuana C : Fontuana E—olita D-

marcuerat E — tem or .1 t

3 a praesepe E — ex auro V — ÆDCX CEV — 5 cruceCE — p a 1 que ruemn 0m. E

16 ruga e C — 18 camcramE — immodum CD —- 19 ' -

6 habente E -— Mcoms V —— Cetcrismon D : cheritismo C : -on tcasom. D—20crucemCE— de anle l'uud om CF — 21 inzillcîîilla
Generated on 2013-08-08 18:24 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

E — camera EV — 7 in om. C .- quadricaportica D -quadrapulo om. D—22 de ante quad. om. E — inarcora om D

9 Petri om. D - <et> semis E et fin sncpe — tirea] syrica —— 23 rotatu CE- 21iuunte rotasom CE I

E :lÎeÂ-Ïica Vl.— 10 storiam EV . ' 26 apostolorum om.D — 27 vestcm etc. E- 28 potcstati CD-

auc 1 C — et <1n> E — 12 basilicam CE — sauctuc tribuentemE — 29 passionemE-figurante CE-splendentcm F


XCVllI. LEO 111 (795-816). 3

Item l‘ecit veste in titulo Eudoxie super altare tirea _habente gripas maiores et duas rotas chrisoclabas cum cruce 364

et. periclisin blathi et chrisoclabum.

Hic autem praecipuus praesul fecit in basilica beati Petri apostoli farum argenteum ante presbiterium cum VH1

gabathas argenteas XXX et canistrum octagoni in medio, pens. lib. LXllI; et in cantaris argenteis tam in circuitu

5 altaris quamque in presbiterium, posuit cerea argentea, pens. inibi lib. CCXll. Et in altare beate Petronille

posuit veste de stauraci l, habens periclisin de blathis seu chrisoclabo.

Fecit autem et in basilica Salvatoris, qui et Constantiniana, veste habente storia Crucifixi et de Resurrectione

domini nostri lesu Christi, habente periclisis de chrisoclabo. Sed et in basilica beati Clementis veste de slauraci l,

habente periclisi de chrisoclabo.

t0 Fecit eliam et in arcora argentea ecclesia beati Petri apostoli vela alba paschales et in natale eidem Dei apostoli

vole de stauraci valde pulcherrima. I

lpse vero praecipuus pontifex titulum beate Susanne, ubi et presbiter ordinatus fuerat, dum brevitcr constructus ‘X 365

fuisset, etiam per olitana tempora ipsi parietes marcuîssent, 0b nimium amorem eum in amplum largivit aedi-

ficium et noviter in altum fodiens firmissimum posuit i‘undamentum; et eruta planitie mirifice excelsa super ipsa

l'undamenta aedificavit ecelesiam cum abside de musivo ‘3 amplissimo et caticuminia ‘3 mirifica atque camera

decorata, seu presbiterium et pavimentum marmoribus pulchris ornavit. Verum etiam dextra levaque et portica

eius eum columnis marmoreis construxit. Sed et baptisterium super suprascriptam basilicam constituit, ubi et

dona ohtulit, videlicet : gabathas aureas iundatas lll, pens. lib. llll semis; cruces aureas ll cum gemmis, pens.

lib. l, cum virgas argenteas, pens. lib. Illl et uncias Vll; lucerna argentea l, pens. lib. V; imagines argenteas lll,

20 pens. inibi lib. XXXV; fecit et cont'essionem eiusdem altaris ex argente purissimo, pens. lib. ClIl, uncias 1l; 366

columnas argenteas Vlll cum gammadias Il et arcora ll, cum cruces argenteas V et gabathas XV, pens. simul

libras CL; cruce diacopton l, pens. lib. Xllll, cum canistrum excedecal‘oli l, pens. lib. Xll semis; corona maiore

de argento l, cum delfinos XXXIl, pens. lib. XXll; neonon et canistrum argenteum l, pens. lib. XVlll; son et

alium canistrum argenteum, pens. lib. XVlll; catia colatoria argentea deaurata l, pens. lib. llll, uncias HI;

‘2:; gabathas argenteas saxisca, habentem grifos deauratos, pens. lib. ll; coronas argenteas ll cum delfinos XVlll,

pens. lib. XVIll. Enimvero isdem praecipuus autistes fecit in eadem ecclesia veste chrisoclaba cum periclisin de X

chrisoclabo l; seu et aliam vestem de blathin, habentem in medio crucem de chrisoclabo et tabulas chriso-

clabas llll , cum gemmis ornatas, atque gammadias in ipsa veste chrisoclabas llll, cum periclisin de

chrisoclabo.

:so Fecit autem et in patriarchio Lateranense triclinium maioremH super omnes triclineos nomini suo mire magni- 367
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

VARIANTES DES MANUSCRITS

simam C — cameram dccoratam E — 17 super 5. bas.] ihi E

— suprascriptam conicci : se CD —20inibi 0m. E —21col.arg.

V11 1) — 22 diacapton D — cxcedecnt‘olii E —— 23 <lib.>

XKXII E — pens. lib. XXII om. C — 24 galia E —— colotoriaD:

coloraloria CE : correæi — 25 saxisla D — 26 autistis D semper


Generated on 2013-08-08 18:24 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

—— de] cuni E — 27 <et> liab. D — lubulas D

30 trielineum CE — mire 0m. E -

1 vestem E — litulo] tempore E — tyream liabcnlem E

4 argenlcas om. CI.) — 5 prcsbyterio E — 6 pericL] staura-

cin E

10 alba <a> E -— paschalia e —— eiusdem E — Dci 0m. D --

H pulcherrimae D

13 eliam 0m. E (suppL) — longitanaE —ipsas parietinas CE —

eum-largiviflainpliavitE- largavit C-— Metanle nov. 0m. E(sup-

pl.)-i5absidam amplissimam et cal. mir. de mus. E — amplis-


4 XCVIII. LEO lll (795-816).

tudinis decoratum, ponens in eo fundamenta firmissima et in circuitu lamminis marmoreis ornavlt, atque mar-

moribus in exemplis stravit et diversis columnis tam purfir

simul postibus decoravit. Et camera cum absida de musibo seu alias Il absidas diversas storias pingens super

eticis quamque albis et sculptis cum basibus et liliis

marmorum constructione pariter in circuitu decoravit.

Et in basilica beate Priscae fecit isdem antistes calicem fundatum superauratuml et coronas lll1 ex quibus l 5

habens dellinos x et alia ll ana novem ‘5, seu et gabathas Vlll, pens. simul lib. xxvm; veste alba olosirica,

ornata in circuitu blatti bizanteo et in fronte cruce de chrisoclabo. I

aes xl Hic autem m venerabilis et sanctissimus praesul, dum in sanctam catholicam et apostolicam Romanam eccle-

siam per ordinem ecclesiasticum degeret et ritum ortodoxe fidei teneret, atque ex omni parte, tam per diversas

ecclesias quamque in patriarchio in amplis aedificiis construens composite ornavit; cum die quadam1 more solito, ut

in letania que ab omnibus maiore appellatur ‘7 procederet, ubi sibi populus obviam sacra religione occurrere

deberet, ut secundum annua consuetudine letania et missarum sollempnia cum sacerdotibus celebraret et omni-

potenti Domino pro salute christianorum populi preces funderet; et sicut olitanam traditionem a notario sanctae

Romane ecclesiae in ecclesia beati Georgii Christi martyris in eius natale ipsa letania praedicata fuisset, omnes

tam viri quamque femine devota mente catervatim in ecclesia beati christi martyris Laurenti quae appellatur tu

asa Lucine, ubi et collecta praedicata inherat occurrerentg qui dum praedictus venerabilis pontifex a patriarchio

egressus fuisset, obviam illi sine planeta iniquus nec dicendus Paschales primicerius ‘3 occurrit et ypochrisi

veniam illi petebat, dicens a Quia infirmus sum et ideo sine planeta veni ‘9 n. rfunc sanctissimus praesul veniam

illi dedit; similiter et campulus 2“ in ipsorum dolositate pariter in pontificali obsequio per-gentes1 et dulcia verba

quo non habebant in pectore cum eo loquentesl maligni et iniqui ac perversi falsique christiani, prorsus pagani, ito

filii diaholi, in uno se satanice colligentesy pleni iniqua cogitatione, in ipso itinere, ante monasterium sanctorum

Stephani et Silvestrii quod quondam domnus Paulus papa fundaverat. clam armati adstiterunt, atque repente de

loco insidiarum exilientes1 et ad ipsum, ut dictum est, impie trucidandum, absque ulla reverentia confluxerunt,

xu Paschale ad capud stante et Campulo ad pedes, secundum iniquum eorum consilium. Quo facto, omnis qui circa

LI

eum erat populus 3‘, videlicet inhermis et in Dei officio preparatusy timore armorum perterritus, in fuga con-

versus est. lpsi vero insidiatores atque operatores malorum1 iudaico more, sine ullo divino humanoque vel

honoris eum intuitu, ferino more conprehendentes in terra proiecerunL et absque misericordia scindendo expov
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

liantes eum crudeliter oculos evellere et ipsum penitus caecare conati sunt Nam lingua eius praecisa, et, ut

370 ipsi tunc arbitrati sunt, caecum eum et mutum in media platea dimiserunta una cum ipsi maligni Paschalem

et Campulum. ao

Postmodum vero, sicut veri pagani-et impii, ad ipsius monasterii ecclesiae confessionis eum trahentess ante

VARIANTES DES MANUSCRITS.

i decoratam D c -to CE —2 tam om. co -— vasibus E — 3 22 astitere E — at omni cn -


Generated on 2013-08-08 18:24 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

ahsidas 0m. D om CE 27 i

. . - <eum> prou. E — <ulla> mis. C — 28 e o-

c habentes CE — alias E — nove D — xxvlni cn lientes D : -ando E — praetisa D -— 29 <omnino> tuncxîlE

u procederuntE (cm-r.) — sacre D-—et] uLE—— ia salutem E si ecclesiam E -

—14 praedictoD — l7<iu> bypocrisi c —- le Campalas D —

5 <et> inh. D —26 que


XCVlII. LEO III (795-816). 5

ipsum venerabilem altarem iterum eum bis oculos et linguam amplius crudeliter erueruntg et plagis eum diversis

et a fustibus caedentes laniaverunt, et semivivum in sanguine revolutum ante ipsud altare dimiserunt. Postmo-

inde fuissety tunc malignum consilium adepti, sicut ipse eguminus monasterii sancti llerasmi professus est, quia

5 fecerunt eum ad se venire clam per noctes tam Paschalis maiignus, qui tunc primicerius erat1 seu Campulus

sacellarius et Maurus Nepesinus 2", et miserunt eum in praedicto monasterio sancti Silvestri cum pluribus iniquis

consentaneis ipsorum malefactoribusg et sic per nocte eum exinde ahstollentes, deduxerunt in monasterio sancti

Herasmi, et in arta et angusta custodia eum recluserunt.

Sed Deus omnipotens, qui eorum malitiam praesciendo diu patienter sustinuit, ipse eorum iniquos conatus

to mirabiliter destruxit contigit autemy cooperante D80 et bealo Petro apostolo sufl‘ragante, quod antedictus papa,

cum ah ipsis carnificibus in monasterio sancli llerasmi iu custodia mitteretuig et Domino annuente atque beato

Petro clavigero regni caelorum sutfragantey et visum recepit 23 et lingua ad loquendum illi restituta est. Et ut

ostenderet omnipotens Deus per suum famulum solita misericordia magnum miraculum. divino nutu eius, a

fidelibus christianis viris, videlicet Albinum cubicularium cum aliis fidelibus Deum metuentibusl ex ipsa eum

l5 claustra 2‘ occulte abstollentes, in basilica beati Petri apostolorum principiss ubi et eius sacratissiinum corpus

quiesciti deduxerunL Qui omnes audientes et videntes mirabilia Dei qui iunocentem et iustum pontificem de

manibus inimicorum eruit, glorilicaverunt Deum, dicentes : u Benedictus Dominus Deus Israel, qui facit mirabilia

« magna solus, et non deseruit sperantes in se, sed in eum adimplet misericordiam suam, ut manifestaretur gloria

« Dei et mirabilia in i110, quemadmodum promisit sperantibus in se, psalmisla dicente : tt Dominus inluminatio

90 « mea et salus meas quem timeho? Dominus defensor vite meet aquo trepidabo ?» Et iterum : a Lucerna pedibus

« meis verbum tuum, Domine, et lumen semitis meis. » Et vere a tenebre eum Dominus eripiens lumen reddidit

et linguam ad loquendum restituit, et totis eius solidavit membris, et in omnibus operibus mirabiliter deducens

confortavit. Et qualem gaudium habuerunt christiani homines et fideles, tantum merore et tristitia angustiantesy

nesciebant quid agerentg in periculo se estimantes, quaerebant se inter semetipsos interficere. Et dum non inve-

25 nirent quid aliud agerent, domum Albini, fidelis beati Petri apostoli et eiusdem pontificis depraedantes destruxe-

runt. Et in ipsa beati Petri apostoli aula coniungente praelatus pontifery confestim Winiehis, gloriosus dux Spoli-

tenus, cum suo exercito obviavit. Et cum summum pontificem videntem etloquentem conspexisset, venerabiliter

eum recipiens, Spoletio deduxit, glorificantem et laudantem Deum, qui talem mirabilia in eum clarificavit.

Quo audito, per diversas civitates homanarum fideles ad eum occurreruntg et pariter cum aliquibus ex ipsis

3o civitatibus episcopil presbiteri, seu clerici Romani et primati civitatibus, apud exceilentissimum domnum carolum

regem Francorum et Langobardorum atque patritium Romanorum profectus est. ipse vero christianissimus et
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

VARIANTES DES MANUSCRITS

i venerabile altare E —- cum] cum D ---lingua CE — 2 sau- 12 Petro om. E (suppl. e post clavigero) - 13 super C -— l4

uuine D —ipsum CE — 3 custodia Il- Geum om. E —7 noc- Deo CE — 16 Dei om. l) - 17 <D0minum> Deum CE — l8

lem E — monasterium E — 8 arca D — custodia eum om. E adimplevit CE — 21 tenebrae cum E — 22 lingua CE —27 ob-

suPPl-l viavit <ei> E —- 28 Deum om. E (suppL)

i l 30 episcopis CE -- excellentissimus CE — domnus E -—


Generated on 2013-08-08 18:24 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

XIII

XIV 3

XV

XVI
6 xcvm. LEO 111 (795-816).

ortodoxus atque praecipuus clementissimusque rex, ilico ut audivit, misit in ohviam eius Ilildebaldo archiepis-

copo 25 et capellano, seu Ascherico comite, et postmodum proprlum filium suum Pipinum excéllentissimum regem

cum aliis comitibus obviam eius iterum, ek usque ubi ipse magnus l'ex eum obviavit. Et sicut vicarium beati Petri

apostoli venerabiliter et honorifice cum hymnis et canticis spiritalibus eum suscepit. Et pariter se amplectentes cum

lacrimis se osculaverunt, et a praedicto pontifice Gloria in ezcelsis Deo inchoante et a cuncto clero suscipiente, 5

oratione super cuncto popuîo data, tunc beuignissimus domnus Karolus magnus rex antedictum pontificem cons-

picientem gratias Deo referuit, qui tam magnam mirabiliam super famulum suum per sufl‘ragia principum aposto-

lorum Petri et Pauli operatus est et ad nihilum praedictos iniquos viros deduxit.

372 ‘(vu Qui dum in magno honore apud se aliquantum tempus eumipse serenissimus l'ex habuisset, haec praelati iniqui

et filii diaboli audientes, post dira et iniqua incendie quae in possessîonihus seu rebus beati Petri apostoli gesse- 10

runt, moliti sunt, Deo illis contrarie, falsa adversus sanctissimum pontificem inponere crimina, et post eum ad

praedictum emittere regem, quod probare nequaquam potuissent, quia per insidias et iniquitates ipsorum talia

xvm nec dicenda, sancta ecclesia humiliari volentes, proferebant. Sed dum ad praedictum clementissimum magnum

regem praelatus pontifex in magno et condecenti honore degeret, ex omni parte ihidem tam urchiepiscopi quam-

que episcopi et celeris sacerdotibus venientihus, una cum consilio eiusdem piissimi magni regis omnihusque exi- 15

niiis Francis, Deo praevio, Roma illum remeari in sua apostolica sede honorifice, cum nimio, ut decuit, emiserunt

honore. Qui per unaquaque civitate, tamquam ipsum suscipientes apostolum, usque Roma deduxerunt. Qui

xlx Romani, prae nimio gaudio, suum recipientes pastorem, omnes generaliter in vigiliaé beati Andreae apostoli, tam

proceres 2° clericorum cum omnibus clericis quamque optimates et senalus cunctaque militia, et universo populo

Romano cum sanctimonialibus et diacouissis et nobilissimis matronis seu universis ferninîs, simul etiam et cuncte 20

seule 27 peregrinorum, videlicet Francorum, Frisonorum, Saxonorum atque Langolmrdorum, simul omnes conexi,

ad pontem Molvium, cum signis et vandis, canticis spîritalihus susceperunt, et in ecclesia beati Peu-i apostoli

eum deduxerunt, ubi et missarum solemnia celebravit et omnes pariter corpus et sanguinem domini nostri Iesu

Christi fideliter participati sunt.

373 xx Et alia die, secundum olitanam consueludinem, natale beati Andreae apostoli celehrantes, Roma iutroeunte cum ‘25

mole gaudio et letitia in patriarchio Laterauense introivit. Et post aliquantos dies, fidelîssimi missi qui cum eo

venerunt in pontificalem obsequium, videlicet 3‘ Ilildebaldo et Arno, revereutissimis archiepiscopis, seu Cuniper-

tus, Bernardus, Alto et Iesse, reverentissimis et sanctissimis episcopis. necnon Erflaico electo episcopo, verum

eliam Helmgoth, Rottecario et Germario gloriosissimîs comitibus, resedentes in tricliueo 2’ ipsius domni Leonis

pape, et par unam et amplius ebdomadam inquirentes ipsos nefandissimos malefactores qua malicia ab ipso ipso- 30
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

VARIAN'I‘ES DES MANUSCRI'I‘S

1 Hildivaldo CE-2 Ascarico C: Ascharico E- committe D

' _ 25 iulroeuulcm D —- 26 üdel' ' ‘ D ' ' ' '

_ 3 . _ ISSImIS . [ide] 5 1m15

gna :äisreaäzrlniaEEfiupäïà P Êlêm 0m. E —- 6 orante E — 7 ma- missis e : missi 0m. DEV — 27 Hildivaldo CE : Hildevfê —

l —' - Cuniberlus E -- 28 Hattho E — EU] ' EV ' — 29 E1 -


Generated on 2013-08-08 18:24 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

ghaeflabhmcrursumV-lOdurad-11conlrariaCDEworreæî golh D — Rothegario E ' nolhtecaalîiîl V — î ' —- mpene D —i3apudCE: aV- diclum E (corn) —14 ponlifex . g onosls

CEV —comm. D : commil't'h C —- ' ' ‘

0 .Ev L __ _ l I . ‘ 11 us resldentes EV . reced. C

izlhongîëïEîmlïâgl-îî lâdicîmlmn‘tf. [NA-{(15 ep1scop1sbV- - trineo DV : tricliuio CE -— Leoni E —30 <per> amplius

. g n es —- u raeaeD-ZO ac -- 1 t - *

nob. E- 22 <cl> canl. CEV - 23 pnriter] communiler CEV par “mm 8 0m. V quam Ev .-
xcvuL LEO lll (705-816).

.-

rum pontifice habuissent1 tam Paschales quamque campulus cum sequacibus eorum; et nihil habuerunt adversus

eum quod dicerent. Tunc illos comprellendentes praedicti missi magni regis emiserunt eos F ranciis.

Qui post modicum tempus ipse 3° magnus rexy duin in basilica beati Petri apostoli coniunxisset et cum magno

honore susceptus fuisset, fecit in eadem aecclesia congregare archiepiscopus seu episcopos1 abbates et omni nobi-

5 litate Francorum atque synclitu Romanorum. Et sedentes pariter tam magnus rex quam beatissiruus pontifex, fece-

runt resedere et sanctissimos arcliiepiscopos seu episcopos et abbates, stantes reliquos sacerdotes seu optimates

Francorum et Romanorum, ut crimina quae adversus almum pontificem dicta fuerant delimarent. Qui universi

archiepiscopi seu episcopi et abbates unianimiter audientes dixerunt : a Nos sedem apostolicam, quae est capud

n omnium hei eclesiarurn, iudicare non audemus. Nam ab ipsa nos omnes et vicario suo iudicamurg ipsa autem

to n a nemine iudicatum quemadmodum et antiquitus mos fuit. Sed sicut ipse summus pontifex censuerit, canonice

n obediemus. n venerabilis vero praesul inquit : u Praedecessorum meorum pontificum vestigia sequor et de

» talibus falsis criminationibus quae super me nequiter exarserunta me purificare paratus sum. n

Alia vero die, in eadem ecclesia beati Petri apostoli, omnes generaliter archiepiscopi seu episcopi et abbates et

omnes Franci qui in servitio eidem magni regis fuerunt1 et cuncti Romani in eadem ecclesia beati Petri apostoliy

t5 in eorum praesentia amplectens prelatus venerabilis pontifex sancta Christi quattuor evvangelia coram omnibus

ascenditin ambonem etsubiusiurando 3‘ clara voce dixit : a Quia de istis criminibus falsis, quibus super me inpo-

» suerunt Romani qui inique me persecuti sunt. scientiam non habeoy nec talia egisse me cognosco. » Et hoc

peractum, omnes archiepiscopi, episcopi et abbates et cunctus clerus, letauia facta, laudes dederunt Deo atque

Dei genelricis semperque virginis Mariae dominae nostrae et beato Petro apostolorum principi omniumque sanc-

‘20 torum hei.

Post huec, advenientem diem 33 Natalis domini nostri lesu Christi in iamdicta basilica beati Petri apostolnomnes

iterum congregati sunt. Et tunc venerabilis et almificus presul manibus suis propriis pretiosissima corona corona-

vit eum. vfunc universi fideles Romani videntes tanta defensione et dilectione quam erga sanctam homanam eccle-

siam et eius vicarium hahuit, unanimiter altisona voce, Dei nutu atque beati Petri clavigeri regni caelorum, excla-

25 maverunt : « Karolo, piissimo Augusto a Deo coronato1 magno et pacifice imperatorel vita et victoria! » Ante

sacram confessionern beati Petri apostoli, plures 33 sanctos invocantes. ter dictum est; et ab omnibus constitutus

est ï“ imperator Romanorum. llico sanctissimus antistes et pontifex unxit 3‘ oleo sancto Karolo, excellentissime

filio eius, regey in ipso die natalis domini nostri lesu Christi. '
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

Et missa peracta, post celebrationem missarum, obtulit ipse serenissimus domnus imperator mensa argentea

30 cum pedibus suis, pens. lib. Sed et in confessioue eiusdem hei apostoli obtulit una cum praecellentissimos

VARIANTES DES MANUSCRITS .

quae E —- 17 me <uon> C —- 18 cunclos claros EV : cunclos

clericos C

21 advenicntc cav - Natalem CEV —— apostoli om. EV (supp .


Generated on 2013-08-08 18:25 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

e) - 22 et ante alm. om. E — pontifex cv -— 24 unian. nv «

voce om. EV (suppl. e)— clavigeris cnv - 25 Carulo CEV —

et ante pacif. om. CEV -— 26 conslitutum est imperium c - r

27 carolo E: Karulo V: Carulo C

ao eidem cv : eadem D -—

l llabuisent D : habuisset EV -- Capulus D — con D —2 il-

lo V —pr. mis.] praedictissimi D — eo V i <ÎH> E

5 nobilitas CEV — inclitos h - sinclituro magnorum C

-— 6 arcbicpiscopo V—-— scu episcopos om. EV — seu] el v- 7 “"1

et nv - dclinarcnt E -— 9 omncs] omnipotens I) - to cx iml-

E — mox EV — H. Pracdeccssoreni E (cor-r.) ——- l2 tul. fals.]

talis nv (corr. e) — talis C

13dic om. V — is iureiurandum V - fals. crim. CEV —-

an

XXI

xxu 375

XXHI 376

xxtv

377
8 XCVIII. LEO 111 (795-816).

378 XXV

XXVI

XXVll

XXVlll

379

Sed et

corona aurea 3‘ cum gemmis maiores, quae pendet super altare, pens. lib. LV; et patena aurea maiore cum gem-

filios suos reges et filiabus diverse vasa ex auro purissimo, in ministerio ipsius mensae, pens. llb.

mis diversis, legeute KAROLO, pens. lib. XXX; et calicem maiorem cum gemmis et ansis duabus, pens. lib. LVlll.

Item calice maiore fundato cum sil‘one, pens. lib. XXXVII. Immo et alium calicem maiore fundatum, pens.

lib. XXXVI, oblulit super sacratissimum altarem beati Petri apostoli. lmmo et in basilica beali Pauli apostoli

mensa argentea subminore, cum pedibus suis, pens. lib. , cum diversis vasis argenteis mire magnitudinis, quae

ad usum ipsius mensae perlineuut. Item, in basilica Salvatoris domini nostri, quae appellatur Constantiniana,

obtulit crucem cum gemmis yacinctinis, quam almificus pontifex in letania 37 procedere coustituit, secundum

petitionem ipsius piissimi imperatoris; immo et altare cum columnis argenteis et ciburio; verum etiam et evan-

gelium cum battaci ex auro mundissimo, in gemmis ornatum, pens. lib. Interea et in basilica beatae Dei

genetricis ad Praesepe obtulit sicla argentea maiore, pens. lib.

Postmodum “8 vero, dum ducti l'uissent iniquissimi illi malefaclores, videlicet Paschales cum Campulo et

sequaces eorum in praesenlia piissimi domni imperatoris, circumstautes uobilissimos Francos et Romanes et

omnes se conprobantes de malis ipsorum consiliis et operalionibus, increpabat Campulus ad Paschalem, dicendo :

« Mala hora faciem tuam vidi, eo quod tu me misisti in isto periculo. » Et ceteri similiter, unus alterius se

condempnantes manifestabant ipsorum reatum. Qui dum tales crudeles et iniquos eos piissimus imperator coguo-

visset, in exilio partibus Franciae misit.

Prelatus vero sanctissimus pontil‘ex iuxta ecclesiam beati Petri apostoli in Acoli 3° fecit triclinio maiore mire

pulchritudiuis decorato et absida de musibo ornata, alias et absidas duas dextra levaque super marmores picture

splendentes. Et in pavimento marmoreis exemplis slratum et caeleris amplis aedificiis tam in ascensum scale

quamque post ipsum triclinium compte fecit.

Itemque fecit in basilica beati Petri apostoli veste chrysoclaba cum pretiosis gemmis oruata, habentem storia

dominicale Resurrectionis. Sed et in arcora argentea ‘0 vela sirica alba et in natale eiusdem Dei apostoli fecit in

eadem arcora vela de stauraci pulcherrima post 4‘ reversione sua. Et ob nimium amorem fecit eiusdem nutritori
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

suo presbiterio noviter totum in marmorum pulchritudinis sculptum compte erectum. Sed et super altarem

maiorem fecit tetravila olosirica alithina Illl, cum astillis et rosis chrisoclabis; et in eidem sacro altare fecit

alia veste cum storiis crucifixi Domini tyrea.

Et in ecclesia doctoris muudi beati Pauli apostoli tetravila olosirica alithina llll; et vestem super altarem alba chri-

soclaba,habentem storiam sanctae Resurrectionis; et alia veste chrisoclaba,habentem storiam Nativitatis Domini et

sanctorum lnnoce'ntorum. lmmo et alia veste tyrea habentem storia caecum inluminantem et Resurrectionem
Generated on 2013-08-08 18:25 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

Ï VARIANTES DES MANUSCRITS.

1 fille suo rege E — 2 maioribus EV — qui CeV —3 Curulo

CE: Karulo V -4 fundamenlo l) — fundamentum D -— 7 perti-

neni E — quam Constaniiniauam vocaut e — 8 iaquinthinis E

(-lhis .Ce) : yaquintis V et îta fera — praecodere E : proce-

derel CV- 10 evangelio CEV — bartaca (î) V : batlici C —

H gen. <Mariae> E — siala D: siccla G — maiora EV

l2 deducli CEV — Cappulo D — l4 probrantes E — Cappu-

lum D: Campulum CV — ad] et D —- 15 se 0m. V — i6 reatu

(13V — Quos EV — piissimos EV (corr. e) -— 17 cognovisse E

corr.) — Franciis CEV

18 inaco V — fecit <in> E — tricliueo CEV ——- 19 musileo

V —- alas C : 0m. EV — pictura V -- 21 tricliueum CEV

22 horn. D — 23 sicarica D : serica EV ; <habentem> V

— natale om. EV — fecit om. EV — 24 staurace EV -— eidem

E — 25 in om. E — 26 alysina V — astilis D — eodem sic E

(sio e) — 27 ilalia V — 30 <in> nlia V

t1

10

15

20

25

30
xcv111. LEO 111 (795-816). 9

idem autem sanctissimus praesul fecit in basilica beatae Mariae ad Prasepem veste alba chrisoclaba, habentem xxix

storiam sanctae Bestirrectìonis; sed et alia veste in orvicclis chrisoolabis, habentem storia Adnunciationis et

sanctorum loachim et Annae.

Fecit in ecclesia beati Laurentii foris rnuros eidem praesul veste alba rosata cum cbrisoclabov sed et alia veste

5 super sanctum corpus eius alba stauraci cbrisoclaba cum margaretis

Et in titulo calisti veste chrisoclaba in blatin bvzanteoy habentem storiam Nativitatis Domini et sancti

Symeonis. item in ecclesia sancti Pancratii veste tyrea habentem storiam Ascensionis Domini. Seu et in sancta

Maria ad Martyres fecit veste tyrea, ut supra. Et in titulo sanctae Savinae, ut supra. Et in diaconia‘2 sanctiBonìfac-ii

ut supra. Et in diaconia sanctae Mariae qui vocatur Cosmidi, ut supra. Et in basilica sanctorum Cosme et namiani

IO fecit veste de blatin byzanteo cum periclysin de cbrisoclabo et margaretis Item in ecclesia sancti valentini fecit 380

veste chrisoclaba, et alia veste fecit de fundato pulcherrima. Et in diaconia sanctorum Nerei et Achillei fecit veste

de stauraci. Et in diaconia sanctae Dei genetricis qui vocatur Dominica"3 fecit veste de stauraci.

ipse vero almificus pontifex in venerabili monasterio sancti Sabe fecit butronem argenteum cum canistro suo, xxx

pens. lib. XII, et veste de stauraci cum chrisoclabo et margaretis item et in monasterio sancti Erasmi fecit veste

t5 de stauvaci cum cruces et gamadias, simul et paratrapetis suis, cum periclisin de clirisoclabo. Necnon et in

monasterio Clibuscauri fecit veste de stauraci cum periclisin de cl1risoclabo. verum etiam et in titulo Pammachii

fecit vestes ll, ex quibus unam de stauraci cum periclisin de chrisoclabo et alia veste de ymizino.

Sepedictus vero sanctissimus antistes ecclesie beati Andree “ apostoli, sito in tricesimo, via Appia, in silice,

sarta tecta noviter renovavity una cum baptisterio et portica. in qua ecclesia presbiterum constituit, ubi et dona

20 ofl'eruit, tam in argento quamque in vestibus et libris.

Nona ‘5 vero indiotione, peccatis nostris imminentibus, subito terre motus factus pridie kl. mai., ecclesia beati xxxt

Pauli apostoli ab ipso terre motu concussay omnia sarta tecta ruerunt. Qui conspioiens magnus et praeclarus

pontifex in magna evenit tribulations; lamentare caepit tam pro argento quamque pro ceteris speciebus quibus

ibidem demolitae et confractae sunt. Sed Domino annuente et beatorum apostolorum principem protegente

25 prelatus pontifex ex totis nisibus suis certamen ponens, instar sicut ex antiquitus existebat, ampla et maxima

fortitudine ponens, in meliorem deduxit statum et in meliorem speciem ea mar-moribus decoravit, tam presbiterio

quamque tota aecclesia marmoravit et-eius portica renovavit Simulque et in navem quae est super altare sarta 331

tecta omnia noviter restauravit, quatinus et tres imagines "5 aureus ibidem otl'eruìt, scilicet salvatoris domini

nostri lesu Christi, beatorum principum apostolorum Petri et Pauli, seu aliam imaginem argenteam salvatoris de-

3° euratam super postes in introitu posuìt, pens. lib. LX, sed et omne argentum ibidem quod conquassatum inerat
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

VARIANTES DES MANUSCRITS

2 et om EV-—horuialisD—— habentes D -— storias CD 18 Apia (1D - l9 renovabit D

4 albata D —— 5 -claba CEV — margaritis CEV et ita fera. 2! vestris E - 22 motum GEV-1.14 principum codd.: corv

6 Calixti EV — bizonteo n (bis) I byzont. V (bis) - a ti- reæi —25 et totis E - ac meliore species CEV —27 serta E —

tuli CE —- Sabinae E -- Bonifatii V - 9 Cosmidin E — 28 quatenus cev- obtulit D -- salvatorem E — 29 ac CEV-

10 periclisyn D — 12 Domnica EV Pauli <pens. lib xLv> C alia imago argentea CEV - 30
Generated on 2013-08-08 18:25 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

u Herasmi CV- 16 Clybuscauri CV — titulìCE - 17 imi- daaurala CEV -— potes v -

zino CEV I

Lian POIH'IFÌCALIS, t. II.


12 XCVIII. LEO lll (795-816).

sarta tecta ipsius cum porticibus noviter restauravit, atque in altare eius vestem de stauraci posuit et reliquias

xLlt recondere praecepit. Pari modo et basilicam 55 beati Petri apostoli, sitam in Albano, quae prae nimia vetustateiam

ruitura erat, omnia sarta tecta eius seu et porticos noviter restauravit. Fecit autem hisdem almificus pontifex in

basilica 5‘ heati Yppoliti martyris in civitate Portuense vestes de stauraci duas, unam super corpus eius et aliam

in altare maiore.

Et in titulum sanctae martyris Savinae tetravila de stauraci cum periclisi de blati. Enimvero et in oratorio

sanctae Dei genetricis, sito in senodochio ‘7 Firmis fecit vestem de stauraci pulcberrima.

386 xLtll ipse vero a Deo profectus et praeclarus pontifex constituit 5‘ ut ante tres dies Ascensionis dominicae letanias

celebrareuturl scilicet fex-ia secunda, egrediente pontifice cum omni clero et cuncto populo, cum hymnis et can-

ticis spiritalibusP ab ecclesia beatae Dei gcnetricis ad Praesepem, pergant ad ecclesiam Salvatoris, quae appellatur

Constnntinîana; feria lll exeuntes ab ecclesia beatae Savinae martyrisy pergentes ad beatum Paulum apostolumg

feria llll exeuntes ab ecclesia llierusalem pergentes ad ecclesiam beati Laurentii martyris foris muros.

387 XLIV llisdem vero sanctissimus presul in basilica 5° beati Agapiti martyris in civitate Penestrina fecit vestem de stau-

raci cum periclisi de fundato et in medio crucem de chrisoclabo Fecit isdcm egregius presul et in ecclesia ‘°

beati clementisl qui ponitur in Villitrias, vestem de stauraci.

Simili modo et in titulo beati Grisogoni fecit vestem de stauraci cum periclisin de blatin. Et in titulo beati Lau-

rentii in Lucina fecit vestem de stauraci cum periclisin de blati. Et in titulo beati Marci fecit vestem de stauraci

XLV cum periclisi de blati. Et in titulo beati Laurentii in Damasum fecit vestem de stauraci cum periclisin. Simili modo

et in titulo beati Xisti fecit vestem de stauraci cum periclisin de blati. Necnon et in diaconia beati Adriani et in

ecclesia beatae Martinae et in diaconia Antiqua fecit vestes de stauraci cum periclisin Simili modo et in diaconia

beati Archangeli fecit vestes III, e quibus una de stauraci cum periclisin de blatia et alias il de tyreo cum periclisin

de fundato1 cum storia de elefantos. lmmo et in diaconia 5‘ sancti Theodori fecit vestem de stauraci cum periclisin

de blati. Et in diaconia beati Georgii fecit vestem de fundato cum storia elefantos seu diversis storiis cum periclisin

de blati. Fecit et in basilica ‘2 beati Archangeli qui ponitur in Septimo vestem de stauraci cum periclisin de blati.

Et in monasterio ‘3 sancti Agapiti, qui ponitur ad Vinculam, fecit vestem de stauraci. Idem vero misericordissi-

mus praesul fecit et in diaconia 6‘ sancti Silvestri et sancti

periclisin de fundato et alia vero de blati.

Martini vestes de stauraci duas. e quibus una cum

Et in diaconia sancti Viti fecit vestem de stauraci cum periclisin de


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

undato. Fecit et in diaconia in Cyro vestem de stauraci cum periclisin de blati. Simili modo et in diaconia in via

388 Lata ‘5 fecit vestes Il de tyreo cum periclisin de blati. Et in diaconia sanctae Agathae fecit vestem de stauraci cum

XLVI periclisin de blati. Idem misericordissimus presul fecit et in ecclesia beatae Agnes martyris, ubi eius corpus

VARIANTES DES MANUSCRITS:

l nobiliter c et ita saepe - zrecondiri E: -dire c- prael per

E - 3 serta E
Generated on 2013-08-08 18:25 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

e Et in -blati om. c -- titulo E —— Sabinae E - terra vila

D: vela E : eorrcæi —— 7 xen. E : exnod. c

1o beatae om. E —il Sabiuae aanctaeE - m muros] Hic C

repom‘t verba amissa supra p. H, I. 23.

u egr.] sanctissimus E - et om. E - ts vitlitriuc

18 de blati om. CE - de -periclisin] similiterE — 19 Sixti E

- diaconîo D -- 21e! quib. E- 22 Teod. D —23 de blati om. E

- <de> clef. E —periclisin] Hictransferl E verba de fundato

-cum periclisil infra, 1.28-30- 25 vincula CE -- stauruci] Hic

habet E Idem miser.. infra, l. 30, usque ad de blati, p. 13,1.2

— 26 diaconia] titulo E — s. Martini et Silv.CE — e] aeD-

28 Ciro D : Gyro E -

i0

lii

2o

25

30
XCVllI. LEO lll (795-816).

. “ha; ._-,__._,..... .

requiescit, vestem de fundato cum periclisin de blati. Et in ecclesia be

cum periclisin de blati. Enimvero et in ecclesia beatae Eugeniae in

staurace lll e quibus una in altare maiorem alia vero super corpora sanctorum martyrum Primi et Feliciani.

s simulque et in basilica beatae liufemiae ‘5 fecit vestem de staur

aci. Seu et in basilica beatiArchangelL quae poui-

tur in vicum Patriciiy fecit vestem de stauraci. Fecit et supcr

sepulchrum beati Sebastiani martiris via Appia ad 3B9

tlatacumbasl vestes maiores H, e quibus unam de stauraci et aliam de fundato. Et inibi super tumbas apostolorum

Petri ac Pauli fecit vestes il de stauraci et fundato scu blati. lsdem vero sanctissimus praesul fecit in basilica beati

Laurentii martyris ‘7 sita infra civitatem Tiburtinam vestem de stauraci. Fecit et in oratorio sancti Stephani a

to sancto Petro quae app ellatur Maiorema vestem de stauraci. Pecit autem et in basilica beati lacincti ‘a sita in Savi-

nis, ubi et corpus eius requiescit, vestem de stauraci pulcherrimam

ldem a Deo protectus et preclarus pontifex fecit super altare beati Petri apostoli fauctori suo vestem chrisocla- xLvm

bam mire magnitudinisy habentem storia dominicae Nativitutis cum gemmis preciosissimis et margaretis ornatam.

Fecit autem in supradictam ecclesiam vela de stauracim atque de fundato, pendentes inter columnas maiores

i5 dextra levaque, numero LXV; et alia vela alba olosiricas maiores lll, qui pendent ante regias in introitu; atque

inibi eius beatitudo fecit crucifixum ex argento purissimo, qui stat iuxta altare mniore, mire magnitudinis decora-

tum, pens. lib. Lll. Enimvel'o cui super fecit gabatas Vl cum cruces ex argento purissimo, qui pendent ante

arcum maiorem dextra levuque, pens. simul lib. Xll semis. Enimvero et inibi fecit praeclarus pontifex vela de 390

stauracim quae pendent in arcora argentea in circuitu altaris et in presbiterio, numero XCVl, ex quibus duo

2o habentes in medio cruces de chrisoclabo cum orbiculis, et alia Vlll cum periclisin de chrisoclabo. Necnon et arcora

cum columnis suis fecit ex argento purissimo in supradicta ecclesia et in medio presbitei'io, pens. simul lib. ccu

semis. lsdem vero almiticus pontifex fecit ubi supra crucem anaglifa interrasilem ex auro mundissimo, pendentem xux

in pergula ante altare, cum candelas Xll, pens. lib. xnu et semis.

Predictus vero venerabilis pontifex fecit in basilica doctoris mundi beati Pauli apostoli calices maiores fundatos

25 ex argento purissimo, ex ipsius apostoli donis. qui pendent in arcora maioral numero XI, et alios qui pendent

inter columnas maiores dextra levaque. numero XL, pens. simul lib. ccLxviL Hic idem almificus praesul, divina

inspiratione repletusi fecit in basilica beati Pauli apostoli cyburium cum columnis suis super altarea mire magni-

tudinis et pulchritudinis decoratum. ex argento purissimoy pens. lib. ccccxv; necnon et crucem anaglifam inter- p
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

l‘asilem ex auro purissimo, pendentem in pergulü ante allare, pens. lib. Xlll; atque velum rubeum qui pendet t

3° ante altarev habentem in medio crucem de chrisoclabo et periclisin de chrisoclabo.

Pari modo et in basilica sanctae Dei genetricis ad Praesepem fecit gabatas V ex auro purissimo, pens. simul L agi

VARÏANTES DES MA NUSCRITS.

i Apolenaris E- 3 leoconblallea c- 4 ac D: in E — 5 qui —— 20 orbicclis c : periclis D — aa ibi super D — za lib. xu l

GE- s Patrici CE - vestes D- fecit v. d, st. om. C-— ut supra ce —- et semis om. E . . v
Generated on 2013-08-08 18:25 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

D — 7 ac D etc. — lo qui E — maior E —- laquiuthi CE 26 praesul om. 047 in basilica om. c- 2s duo milia et av

‘ u pulcherrimum D CE -— anaglistam D z anaclyphamlli

m ltem E — 16 ibidcm E —- m qui cu - duos C: duas E si simul 07"- E

k
18 XCVIII. LEO 111 (795-816).

et vestem super altare maiore ehrisoclabam diversis ornatam picluris, quam constituit quatluor temporibus per

annum in duodecim lectiones ibidem ponere. Fecit ubi supra coronas maiores ex argente mundissimo lll, pens.

simul lib. CLllII et semis. Fecit vero ubi supra lectorium ex argente purissimo mire magnitudinis et puleritudinis

deeoratum, pens. lib. CXllII; necnon et cereostatos ex argente mundissimmstantes iuxta ipsum lectorium, pens.

.simul‘lib. XLVIIII ; verum etiam et super ipsos cereostatos fecit lucernas fusiles bimixas Il, ex argente purissimo, 5

pens. lib. XXVII. Et hoe constituit ut dominicorum diem vel in sanctis sollempnitatihus hino inde iuxta ipsum

lectorium eonsisterent et ad legendum sacras leetiones luminis splendore refulgerent. Faroeantaros in presbiterio

numero Xllll ex argente mundissimo, pens. simul lib. CCCXXXII et uneias lll. Necnon columnas Vllll et arcora

400 lIlI l'eeit ex argente, pens. inibi lib. CLXXlllI. Fecit vero ubi supra calices fundatos ex argente, qui pendent inter

LXVIII columnas muiores dextra levaque basilicae, numero LXIIII, pens. pariter lib. CCCCLXI. Idem vero praesagus 10

autistes ubi supra ad beatum Andream apostolum investivit altare maiore ex argento purissimo deaurato miro

decore ornato, qui pens. undique lib. CXXXV; cuntaros Xll ex argente purissimo, pens. simul lib. LIl ; canistros

Xll ex argente, pens. simul lib. LXXVIII. Investivit vero altarem beate Petronille ubi supra ex argente mundis-

simo deaurato diversis ornatum picturis, qui pens. undique lib. CLXXVIll et uncias Vlll. Neenon investivit 7’ altarem

beati Gregorii eonfessoris atque pontifieis ex argente deaurato pens. undique lib. CXXVII. Fecit ubi supra in gre- t5

mio basilicae beati Petri apostoli cortinam maiorem alexaudrinam olosyricam, habeutem in medio adiunctum

fundatum et in cireuitu ornatam de l'undato. Verum etiam isdem praecipuus praesul feeit turabulum apostolatum

ex auro puro, qui procedit per stationes, pens. lib. il et uncias VIII.

401 llic vero sanctissimus pontifex fecit in basilica beati Pauli apostoli turabula apostolata ex auro purissimo 11, ex

quibus unum misit intus super corpus eius, qui pens. lib. II, et alius pens. lib. Il, uucias V. 20

mm Hic vero almificus presul investivit faeîem altaris sanctae Dei genetricis ad Praesepem ex argento mundissimo

deaurato, qui pens. lib. LXXXVI. Fecit autem ubi supra eoronas duas ex argento purissimo, pens. inibi lib. Lllll

et semis; eortina maiore alexandrina olosirica, ornata in cireuitu de fundato unum.

.JÏZËÈÏ. LÏZÏÈÀÎÂLËIÊÂÎÏ ÊZÀÏÎÏÊÂÎÂZSÇÏÎÂÎËÎÂÏÎË et beau “Fi “ml” “mg” “8” “"“mm

orne, 0b veniam facinorum suorum, coronas vel 23

etiam canistros ex argente purissimo, videlicet :

in eeelesia Salvatoris domini nostri quae appellatur Constantiniana fecit coronam ex argente purissimo

lib. xxui; ”

et in basilica sanctae Dei genetricis ad Praesepem instar l‘ecit coronam ex argento puro peus lib Xlll'

’'‘7
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

pens.

VARIANTES DES MANUSCRI'I‘S

1 ornatum E —— 2 lectionibus E — purissimo lIlI EV — 3 et

puleritudinis 0m. EV — 4 CXLlIl EV -— cereostàlas E — 5

ipsum EV (corr. e) — vimixas EV: ut mixas C -— ' ' ' ' -

CEV — 6 hic v _ 7 Mgeœnt Ev — 8 ex- !" 0m. ‘IÏHIÏ mlsit intus super corpus ans, qui pens. lib. il, et alterum pens.
Generated on 2013-08-08 18:25 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

lb. 11 t _ . . .

CCCCXXXIII CE —- et une. m 0m. E — VIll CEV — 9 CLXXIII ulnc, vev)u_n_c vm Ev (6 add. quod praecedlt par stauones _

C : CXXIllI V—- 10 praesagus om. V : praesul v- 11 ubi supra 19 almificüs praesul E — praesul C- ex-V a E 20

0m. V (suppL) — maiore 0m. C —- exaurato EV (corr. e) —- 11 '“b- 07”- C — <et> une. CV m. _

12 qui 0m. V —— undique 0m. V — cuntharas ex arg. p. Xll EV

(ex om. E, suppt. e) — LlI- lib om. C -— 13 simul om. EV —

ubi supra 0m. EV — purissimo CEV — 11 pict. undique

pens. EV -— CLXlI E : CLXVlII V — 15 und. pens. EV — ubi

supra] ibi V — 16 maiorem alex. om.C— 17 turabulum — Vlll]

iurabula apostolata ex auro purissimo duo, ex quibus unum

22 qui om. V —- ibi EV — supra om. EV —- inibi 0m. EV

—23 et semis 0m. EV — 24 largitate CEV -- omnipotenli V --

25 0b -suorum EV ponunt post purissimo

27 d. n. Salv. EV — coronas CEV -—- 29 puro 0m. V (suppL)


genetucb quae appellatur ad Martyre» eodem modo fecit coronam de argento

5. pens. lih. XII et uncias III; '

seu et in diaconia lpSluS De1 genetricis quae appellatur cosmidi similiter fecit coronam ex arvento pens

11b XII,

et m diaconia sanctae Dei genetricls quae appellatur Dominica pari modo fecit coronam ex argento pens

llb VIIII

IO necnon et in diaconia eiusdem Dei genetricls quae ponitur in Via Lata fecit coronam ex argento, pens.

I1b VIIII

45 fecit autem et lll diaconia ipsius De1 genelrwis quae ponitur m Adriano coronam ex argento, pens. hb V

semis;

simulque et inoratorio eiusdem Dei genetricis qui ponitur in senodochio Firmis fecit canistrum ex argento, pens. 402

lib. ll et uncias VII; .

et in ecclesia beati Petri apostoh fecit camstrum ex argento purissimo, pens lib XXII LXXI

m pari modo fecit et in ecclesia beati Pauli apostoh camstrum ex argento purissimo, pens lib xxu et un-

cias w II,

coronam ex argento, pens. lib. V;

VARIANTES DES MANUSCHITS

‘I immo om. EV _ basilica sanctae D. g. in EV -— ><el>

in 11- CaIixti EV: m c'— 5 linc. m om. n '

2 verum eliamom. EV e ipsius EV p _ _ 17 necnon nv - eiusdem] sanctae EV-

Il GÎ'EV — sancteçjEY- quae ap.loin. EV - eod. modo xenoclocliio c - is pens-argento om. c

om.EV-5,et0_m.\" :__ v _ l9PauIiD- deEV

‘s seu om. EV — cosmidinn i

15 fecit autem om. EV — Adriano

< eodem modo fecit >

EV - is semis om. EV

ienodochium EV:

v ln - eodem modo EV 20 pari m. fecit om. EV — < instar fecit > can. EV

8 <necnon> et IjJVÎ Domnica EV_— similiter nv- ide EV

22 necnon V - qui EV_— ex nv -- puro om. nv

.10 necnon om. nv '


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

ac Eud. cnv - eodem modo EV - ex E

—-< quae ponitur >'foris CEV- ex ar- 27 verum etiam om. v - qui av -- similiter om. nv -—

m. D spatio relictos om.c-lll E: llll cv 28 de EV


Generated on 2013-08-08 18:26 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
20 XCVllI. LEO lll (795816).

item in ecclesia beati iohannis apostoli et evangelistae quae ponitur ubi supra fecit coronam ex argentea pens.

lib. V;

atque in ecclesia beatissimi stephani primi martyris quae ponitur in Caelio monte simili modo fecit coronam ex

argente, pens. lib. Vll et uncias X;

et in basilica Apostolorum quae ponitur in Via Lata eodem modo fecit coronam de argente, pens. lib. Xlll; s

Lxxn seu et in musileo beatae Petronillae qui ponitur ad beatum Petrum apostolum, fecit coronam ex argente, pens.

lib. XX;

necnon et in ecclesia ierusalem quae ponitur in Susurrio fecit coronam ex argento, pens. lib. V;

simili modo et in ecclesia beati Laurentii martyris quae ponitur foris murum similiter fecit coronam de argente,

pens. lib. X111;

et in ecclesia beati Apolenarii martyris fecit coronam pens. lib. V et uncias llll;

enimvero et in basilica beati Pancratii martyris quae ponitur foris murum eodem modo fecit coronam ex

argente, pens. lib. VllI;

fecit autem et in ecclesia beati valentini martyris quae ponitur foris murum, ubi eius sacratissimum corpus

requiescit, coronam ex argente, pens. lib. Vl;

LXXlll et in titulo beati clementi martyris atque pontificis fecit coronam ex argente, pens. lib. XV;

simulque et in titulo beatae Savinae martyris instar fecit coronam ex argente, pens. lib. VIII;

403 pari modo fecit et in titulo beatis Aquile et Priscae 75 coronam ex argente, pens. lib. VI;

et in titulo sanctae Balbinae 7‘ similiter fecit coronam de argento, pens. lib. V semis;

immo et in ecclesia beati Xisti martyris atque pontificis fecit coronas ex argento puro. pens. lib. V et uncias Il; 20

adque in titulo beati Laurenti martyris qui appellatur Lucine pari modo fecit coronam ex argente, pens.

lib. IIII, uncias X;

et in titulo ipsius marlyris, qui appellatur Damassi, simili modo fecit coronam ex argente, pens. lib. V semis;

verum etiam et in ecclesia ipsius martyris quae ponitur Pormonsis fecit canistrum ex argente, pens. lib. ll.

unc. VIl;

seu et in titulo Pamachi fecit coronam ex argente, pens. lib. X semìs;

VARIANTES DES MANUSCRITS

1 imo et E -- qui E —— quae ponitur om. V -— 2 lib. om. V

3 item et E: immo et V — beati Ev -— primi martyris om.

av —— qui E etc. — simili modo om. EV -— 4 et om. V


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

5 eodem modo om. EV — corona E -- de argento om. CD

c seu om. uv

s necnon om. nv s Hier. E — de CEV

9 simili modo om. EV -— Laurenti V —- marlyris om. E

11 Appollinaris E: Apollenarii C : Appolerii V — cor. < ex

argente > V - et om. V


Generated on 2013-08-08 18:26 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

12 verum etiam EV — et om. V

14 fecit autem om. V - eius-corp.1 corpus eius E — sacra-

tissimum om. V — 15 < fecit > cox‘. EV - de EV

16 clementis E —- de av

18 parimodo fecit om. nv -- beatorum e —- Priscillae D -

<.fecil.> cor. EV — ex arg. om. V

19 Balvinae CV -— coronam-semis om. E - semis om. C : et

unc. Il V — 20 immo om. V —- titulo V - sancti Sixti E —

Sixti CV '- do V — puro om. V — ex unc. Il] similiter E

— unc. x c

21 et EV— sancti EV -— quae ponitur E —- similiter EV- co-

ronam om. E -— ex argento om. DE — de V

23 ipsius] sancti Laurentii EV — Damasi CEV- simili modo

om. av — semis om. EV

24 verum etiam om. EV — mart. <Laureutii> qui appella-

tur v -- Formosus EV — 25 <et> unc. E

17 simulque -Vil| om. EV

26 Pammachi E — semis om. EV

m
XCVIII. LEO Ill (795-816). 93|‘

et in titulo Èmilianae 77 l'ecit coronam (le argente, pens. lib. llll semis;

necnon et in titulo sancti Eusebii fecit coronam de argente, pens. lib. Vl; Lxxw

simili modo feeit et in ecclesia beatae Praxedis coronam de argente, pens. lib. V;

et in titulo Pudentis fecit coronam ex argente, pens. lib. Vllll;

5 enimvero et in titulo beati Vitalis martiris similiter l'ecit coronam ex argente, pens. lib. Vllll, une. lll;

fecit autem et in titulo beatae Susannae coronam ex argente, pens. lib. XVII;

et in titulo sancti Cyriaci fecit coronam de argente, pens. lib. V semis;

simulque in titulo beati Marcelli martyris atque pontificis Iecit coronam ex argente, pens. lib. Vlll;

pari mode et in titulo beati Marci martyris atque pontifiois, qui appellatu; in Via Lata, feeit coronam ex argente.

10 pans. lib. X;

et in titulo beatae Anastasiae 75 fecit coronam ex argente, pens. lib. VII et une. Vlll;

immo etzin titulo beatae Geciliae instar fecit coronam ex argente, pens. lib. X et une. I ;

atque in titulo beati Grisogoni martyris fecit coronam ex argente, pens. lib. V;

et in diaconia sanotorum 7’ Nerei et Achillei simili modo lecit coronam ex argente, pens. lib. Vl et uncias V; LXXV 404

15 verum etinm et in diaconia sanctae Luoiae in Vll vias l'ecit coronam ex argente, pens. lib. VI et uncias Vll;

s_eu et in diaconia sancti Bonifaeii similiter fecit coronam ex argente. pens. lib. Vll;

et in diaconia sancti Georgii fecit coronam ex argente, pens. lib. V semis;

necnon et in diaconia sancti Theodori eodem modo fecit coronam ex argente, pens. lib. VI et uneias Vlll;

simili modo [ecit et in diaconia sanctorum Sergii et Bachii coronam ex argente, pens. lib. Vl ;

20 et in diaconia sanctorum Cosme et Damiani fecit coronam ex argente puro, pens. lib. V et uncias Vlll;

enimvero et in diaconia sancti Adriani martyris l'ecit coronam ex argente, pens. lib. VI semis;

fecit autem et in diaconia sancti Archangeli coronam ex argente, pens. lib. V1;

et. in diaoonia sanoti Eusteohii similiter fecit coronam ex argente, pens. lib. VI, uncias V;

simulque et in diaeonia sanctae Lueiae quae appellatur Orphea,fecit coronam ex argente, pens. lib. Vl, uncias H;

25 pari mode et in diaconie beati Viti fecit coronam ex argente, pens. lib. Vl ;

VARIANTES DES MAN USCRITS

1 Aemilianae E — Em. (eodem modo> C: <parim.> V-— 13 et EV

pens. om. D—-semis om. EV 14 <verum etium> et EV — simili modo om. EV — de EV

2 nesnon om. V — de argente om. CD 15 verum cliam 0m.EV -— <quae ponitur> in EV: <quae>

3 simili modo l'ecit om. EV -— titulo EV -— bealae om. EV — C — lib. Vll une. V
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

<fecit> cor. EV 16 seu om. EV-Bonifati V- coronam om. D-ex argente om. E

5 imo E: immo V -— similiter om. EV — <et> une. EV — 17 lorgii D —- semis om. EV

une. Il! om. C 18 necnon om. EV — Teod. D-ex argente om. EV —-et om.V

6 lecit aulem om. EV -— sanctae V — Susannae <murtyri 19 simili modo fecil. om. EV —Bachi CV- <fecit> cor. EV

similiter fecit> EV — ex argente om. EV : <puro> C 20 ex argente puro om. EV — et 0m. V

7 semis om. EV 21 enim vero om. EV — semis om. EV


Generated on 2013-08-08 18:46 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

8 simulque]et EV — atqnepontificisom. EV—de V—lib.X E: 22 fecit aulem om. EV —— basilica D — <fecit> cor. EV

Vllll V 23 <scu> et EV -- Eustalhii C- cor. ex erg. om. E —<et>

9 necnon EV — atque-Lata om. EV -— ex-X] similiter E — une. E

arg. <puro> C 24 simulque 0m. EV — ponitur E - Horphea (bis) D:

11 coronam om. E (suppL) — ex argente om. E —— et 0771- V <lm“i modo> EV — <el> "110- E

— une. Vllll EV 25 simulque EV — Viti <martyrisqui poniturin Maeello) EV

12 necnon EV — bealae om. EV -— pens. <simu1> 13"


22 . xcvuL LEO lll- (705-846).

et in diaconia sanctae Agathae instar fecit coronam ex argento1 pens. lib. V;

immo et in diaconia sanctorum Silvestri et Martini quae ponitur iuxta orphea coronam ex argente, pens. lib. Vl,

uncias Il;

atque in diaconia sancti Silvestri quae ponitur iuxta beatum Petrum apostolum pari modo fecit coronam ex

argente, pens. lib. Illl et semis; s

et in diaconia sancti Martini quae ponitur ubi supra fecit coronam ex argente, pens. lib. V, uncias llll.

.505 Lxxvl Ipse vero a Deo protectus et praeclarus pontifex fecit in monasterio sancti Sabe coronam ex argento puro, pens.

lib. vna uncias x; '

verum etiam et in monasterio beati Anastasii martyris eodem modo fecit coronam ex argente, pens. lib. vuc

unc. llll semis; lo

seu et in monasterio sancti Andree qui ponitur in Clibus Scauri similiter fecit coronam ex argento puro, pens.

lib. V;

et in monasterio beatae Agathae martyris qui ponitur super Subora similiter fecit coronam ex argente, pens.

lib. vg-

necnon et in monasterio sancti Erasmi qui ponitur in Caelio monte instar fecit coronam ex argento1 pens. l5

lib. “il et unc. il; i '

simili modo fecit et in monasterio sancti Silvestri coronam ex argente, pens. lib. vl1 unc. Iii;

et in monasterio beati Laurentii martyris qui appellatur Pallacini fecit canistrum de argente, pens. lib. Il et

unc. Vil; .

enimvero et in monasterio sancti Pancratii 3° qui ponitur iuxta basilica salvatoris fecit coronam ex argento1 pens. 20:-

lib. V semis;

fecit autem et in monasterio sanctorum Andree et Bartholomei qui appellatur llonori canistrum ex argento,

pens. lib. III;

et in monasterio sancti stephani qui ponitur iuxta Lateranis fecit canistrum de argente, pens. lib. li;

simulque et in monasterio ipsiustprimi martyris Stephani 8‘ qui ponitur ad beatum Petrum apostolum fecit 25

canistrum ex argente, pens. lib. lll semis;

x.‘ i '. ‘ VARIANTES' DES MANUSCRITS

i <imo> et av -similiter i n ‘seu] pari modo fecit V— clibus cauri CV — similiter fecit

', z immo - unc. Il om. av - qap D, et ita saepe om. v -— puro om. V

ut atquejbfecit autem et av -pari modo fecit om. av -


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

5 argenteam E -et semis 0m. EV

s <verum eliam> et EV —- quiEV — ub. sup.] iux’t bea-

tum'Reli-um apostolum instar EV —- <et> unc. E — unc.I[I V

‘11H11. ..<Imo et in titulo sanctorum Silvestri et Martini qui

ponitur iuxta Orphea, coronam ex argente, pens. lib. vl et

13 qui -Subora om. D- coronam-V om. E


Generated on 2013-08-08 18:46 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

is simulque v - Herasmi V — instar om. nv - et om V *

“enim vero V -—fecit om. DV — Silv. <eodem modo fecit

V -—. arg. <purissimo> V — lib. vn V . v _ t

rs <immo> et V -— sancti V -- qui ap. Pallacini om.'D ; v

.20 necnon-v - de E — m semis om. V . '

uncias il) E . . ' 22 fecit autem om. V — lnori C: <fecit> V

7 puro om. m - s <et> unc. av 24 <fecit .autem) et v- fecit -argeuto om. V

ne verum etiam om. V — m < et > unc. E —— semis 25 verum etiam V — 26 semis 0m‘. V

om. v _ i ..
XCVIII. LEO III (795-816). 23

parimodo fecit et in monasterio sanctorum iohannis et-Pauli qui ponitur iuxta beatum Petrum apostolum canis- Lxxvlt

trum ex argente, pens. lib. III;

et in monasterio sancti Martini qui ponitur ubi supra similiter fecit canistrum ex argento, pens. lib. III'I et

unc. Il;

a seu et in monasterio sancti Stephani ubi supra, qui appellatur cata Galla patricia, pari modo fecit canistrum ex

argento, pens. lib. II et semis;

atque in monasterio sancti Cesnrîi"2 qui ponitur ad beatum Paulum apostolum instar fecit canistrum ex argento,

pens. lib. III;

et in monasterio sancti Stephani ubi supra fecit canistrumy pens. lib. Il semis;

w enimvero et in monasterio sanctorum Cosme et Damiani qui ponitur iuxta Praesepem ‘3 fecit canistrum ex

argentol pens. lib. Il et unc. Il;

simili modo et in monasterio sancti Andree H qui appellatur Massa Iuliaua, canistrum ex argente, pens. lib. Il

semis;

necnon et in monasterio sancti Adriani qui ponitur iuxta Praesepem instar fecit canistrum ex argento, pens.

ts lib. II, unc. Il;

et in monasterio sancti cassiani qui ponitur iuxta ‘5 sanctum Laurentium foris murum fecit canistrum ex ar-

gento, pens. lib. II;

fecit autem et in monasterio sancti Stephani qui ponitur ubi supra canistrum ex argente, pens. lib. II et semis; 405

verum etiam et in monasterio sancti victori qui ponitur ad sanctum Pancratium fecit canistrum ex argentot

20 pens. lib. Il, unc. VII;

et in monasterio sancti Grysogoni similiter fecit canistrum ex argento, pens. lib. Il;

ipse vero almificus praesul fecit et in monasterio ‘s sanctae Mariae quae appellatur Ambrosii canistrum ex argento

pens. lib. Il semis;

pari modo fecit et in monasterio sanctae Mariae ‘7 quae appellatur luliae canistrum ex argentol pens. lib. II

.25 semis;

seu et in monasterio sancti Andrea ‘’ qui ponitur iuxta basilicam Apostolorum instar fecit canistrum ex argente,

pens. lib. Il;

simulque et in oratorio 8° sancti Stephani qui ponitur in Dulciti fecit canistrum ex argente, pens. lib. II Lxxvm

unc. V;
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

VARIANTES DES MANUSCRITS

1 pari-et] ipse vero almiticus praesul fecit av 16 beatum E - Laur. <marlyrem> e

3 <pari modo fecil> et EV —— similiter fecit om. EV — ex 18 et om.s - mon. <ubi supra> V —- qui-supra om.DV —

argento om. EV ‘ et semis om. ov

5 patritia E —canistra D — 6 semis E‘ D — et semis om. V 19 et om. V — canistra D -— 20 <et> unc. CE

7 simulque et nv 21 Gregorii I) — canistrum om. E (suppL) — ex argento om.


Generated on 2013-08-08 18:46 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

9 <enim vero> et V—cau.<ex argente) V-semis om. EV E —— lib. lll CE

10 imo EV 22 et om. E — 23 semis om. nv _ ,.

12 cl] fecit EV — 13 semis om. EV 24 qui EV—uileC-eanislrum-semis]ulsupraE—25semisom.V

M <enim vero> necnon D -necnon om. E -- ex argento 26 iuceta V — canistrum JIJ similiter E

om. EV — ts unc. 11 om. CEV _’ 29 <ct> unc- E


"24 XGVIII. LEO lll (795-816).

enimvero et in oratorio sauctorum Sergii et Bachii 9° qui ponitur in tialinico similiter fecit canistrum ex argente,

pens. lib. Il;

immo et in monasterio sancti Agapiti qui ponitur iuxta titulum Eudoxìae fecit canistrum ex argente, pens.

lib. Il semis;

simili modo et in oratorio sanctae Agnetis 9‘ qui ponitur in monasterio qui appellatur Dua furna fecit canistrum 5

ex argento, pens. lib. Il, unc. VIII;

necnon et in oratorio sancti viti ‘J’ qui ponitur in monasterio qui appellatur de Sardas fecit canistrum ex ar-

gento, pens. lib. lll;

et in monasterio sanctae Vivianae similiter fecit canistrum ex argento1 pens. lib. Il et unc. vnn ;

l..\'.\‘1x fecit autem et in oratorio sanctae Luciae qui ponitur in monasterio de Pnenati canistrum ex argente, pens. 1o

lib. II ;

407 verum etiam et in oratorio sanctae Mariae 93 qui ponitur in monasterio Michaelis instar fecit canistrum ex ar-

i gento, pens. lib. II et unc. II;

et in monasterio sancti sergii 9‘ eodem modo fecit canistrum ex argente, pens. lib. lll;

ipse vero almificus praesul et in oratorio sanctae Agathe martyris qui ponitur 95 in Capud Africi fecit canistrum m

ex argento1 pens. lib. III;

pari modo et in monasterio sanctorum Eufemiae et Archangeli qui ponitur iuxta titulum Pudentis canistrum ex

argente, pens. lib. V et semis;

seu et in monasterio 9° sancti lsidori simili modo fecit canistrum ex argente, pens. lib. Il ;

simulque et in oratorio sanctae Agatlie “7 martyris qui ponitur in monasterio Tempuli fecit canistrum ex argente, 20

pens. lib. il;

et in oratorio sancti Gesnrii 9‘ qui ponitur in monasterio de Gorsas similiter fecit canistrum ex argente, pens.

lib. Il et unc. III;

un enimvero et in monasterio sancti Simmitrii °° fecit canistrum ex argente, pens. lib. lI ;

immo et in oratorio sanctae Mariae ‘"0 qui ponitur in monasterio Aque Salviae fecit canistrum ex argento, pens. 25

lib. Il;

simili modo fecit et in monasterio sancti Donali ‘°‘ qui ponitur iuxta titulum sanctae Priscae canistrum ex ar-

gento, pens. lib. Il et unc. v;

et in monasterio sancti iohannis qui ponitur in Appentino m instar fecit canistrum ex argente, pens. lib. I I ;

VARIANTES DES MANUSCRITS


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

l sanctorum om. D — Sergi et Bacbi nv —- ex-ll

om. E

3 canistrumom. lf-canistrum-semisj similiter (canislrum

argenteum add. e) et semis E. --semis om. V

5 Duo E -- s <el> unc. E

9 Savine E (corr.) —- iuuianae c — et om. CV


Generated on 2013-08-08 18:46 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

m on] monasterio C — Erelicti EV - cauistra E

l5 martyris om. EV - in <monasterio> EV — apud E-

fecit om. EV

17 <l‘ecit> et CEV -— Eupbimiae V —- Podentis V—- canis-

tra E — 18 et semis om EV

l9 lsidoris E :EsidoriC : Ysidm‘ís V — ex-ll om. E

20 martyris om EV — Templi C — ex-Il] similiter E

22 oratorio] mouaslerio D——ex argento om. V — canistrum-

pens. om. E: canistrum pens. (suppl. e)

24 sanctissiminitrìì D-SimitriC :Semetrii E: Svmetrii V-ca-

nistrum.ll] similiterE (canistrum argenteum supplici-de arg.CV

25 fecit om. V — can.-ll] similiter E — 26 Il <semis> C


XCVIII. LEO IIl (795-816). '25

neouou et in oratorio sauctae Mariae qui ponitur in monasterio de Lutaro‘“ feoit canistrum ex argente, pens.

lib. Il semis;

fecit autem et in monasterio Hierusulem ‘0* qui ponitur ad beutum Petrum apostolum conistrum ex argento,

pens. lib. Il semis;

5 verum etiam et in mouasterio sanctae Agnetis‘05 qui ponitur loris porla Numentana fecit canistrum ex argente, 403

‘pens. lib. V;

et in monasterio sanctae Eugeniae qui ponitur loris porto Latina pari modo l'ecit canistrum ex argente, pens.

lib. V et semis ;

seu et. in oratorio sancti Gregoriims qui ponitur in Campo Martis l'eoit canistrum ex argente, pens. lib. lll;

l0 ‘ [ipse vero ‘"7 almificus prnesul fetit in titulum beatae Savinae coronam ex argente purissimo, pens. lib. Vlll; Lxxxl

pari modo l‘eoit et in diaconia sanctorum Silvestri et Martini qui ponitur iuxta Orl‘eam coronom ex argente. pens.

lib. VI et une. 11;]

necuon et in oratorio sanctae Luciae qui ponitur in xenodochium “3 qui appellatur Anichiorum similiter lecit

canistrum ex argento, pens. lib. Il et une. VllI ; .

l'a‘ fecit aulem et in oratorio sancti abbo Cyri qui ponitur in xenodochium qui appellatur a Valeris cnnistrum ex

argente, pens. lib. II semis;

atque in oratorio sanctorum Cosme et Damiani qui ponitur in xeuodochium qui appellatur Tucium instar fecit

canistrum ex argente, pens. lib. Il et'unc. l;

verum etiam et in oratorio sancti Peregrini qui ponitur in hospitale dominico ad Naumachiam l'eoit canistrum

20 ex argente, pens. lib. V et une. I.

Prelatus vero almificus pontifex fecit in basilica Salvatoris domini nostri Iesu Chrisli quae appellatur Constanti- un“

uiana, super :iltare maiorem, vestes chrisoclabas II, e quibus uua hobentem storia Dominicae Resurrectionis et

alio habentem storia vivificae atque adorondae dominicae Crucis; cantaros ex argente mundissimo VIl, pens. simul

lib. XXVII et une. VII. lnveslivit ubi supra rugas ante ingressum altaris ex argente purissimo, pens. lib. XLVlll

‘25 et une. Vlll; corouam ex argeuto purissimo, pens. lib. XII semis. Fecit ubi supra, ad fontes, velo alba olosirioa

ornata in circuitu de fundato atque quadrapulo, numero X. Sartatecta vero ipsius ecclesiae cum quadriporticos.

simul et ad fontes omuia et in omnibus noviter reslauravit. Simul et l'enestras de absida ex vitro diiersis coloribus

decoravit atque couolusit; et alias fenestras basilicao ex melallo gypsino reparavit. Et in gremio basilicae l‘ecit

eorlinas ll, ex quibus uua maiore fundata alba et alla minore alba rosota.

VARIANTBS DES MANUSCRI'I‘S


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

l sanctae Marine om. F. (suppl.)-— cauistm E — semis om. V 15 Cili D — qui ap. a Valoris 0m. D — aom. C — l6 semis

' 4 semis om. EV om. EV

5 portam EV- Numentanam EV: om. D —canistraE 17 qui ap. Tucium om. D

7 portam Latînam EV — canistra E —8 et semis 0m. EV l9 Nounmchia EV — canistra E

9 Marci D: Marti C; Martys V — cunislm F. _ 2l Proelatus EV -—- almificus om. EV — l'ecitom. D- Salve:

10 tilulo EV — Sabinao E - loris 0m. EV —quî EV —22 chrisoclabo V—- 23 ex 0m. E (suppL)
Generated on 2013-08-08 18:46 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

H et om. E —ÏMartyni D - llorpheam D ' — mnndissimum EV (corr. e) —- Vlll CEV — 24 une. Vl CV —

‘3 quÎ-AnichiorumomÆV —Panichiorum D-M unc. llllCEV 25 et 0m. CV — semis om. EV- 28 concl. otq. dec. EV

LIBER PoxnrlcAus, t. II. 4


26 XCVIII. LED 11] (795-816)

409 LXXXllI

LXXXIV

110

411 LXXXV

I Fecit autem isdem praesul in basilica sanctae Dei genetricis qui appellatur ad Praesepem canthara de argente

puro Il, pens. inibi lib. XXIll; columnas Il,pens. lib. XXI et une. V; crucem cum gabata ex argente mundissimo,

pens. lib. V. 1

In diaconia vero ipsius Dei genetricis quae appellatur Antique fecit tetravila alitina olosirica lIll, ornata in cir-

cuitu de quadrapulo. Et in oratorio ‘"9 sancti Andree, ubi supra, vela duo olosirica ornata ut supra. ln titulo vero

ipsius Dei genetricis quae appellatur Calisti l‘ecit veste alba olosirica rosata, babenlem in medio tabulam de chri-

soclabum cum storialAdpraesentatio domini nostri lesu Christi et sancti Symeonis cum periclisin de tyreo; tetravila

rubea alitina llll, habentes cruces cum gammadias et in circuitu periclisin de tyreo; velum tyreum maiorem qui

pendet ante imagines cum [periclisin de blatyn unum; vela modica rubea alitina cum staurace in medio, nu-

mero lll, qui pendent ante imagines argenteas, cum periclisin de blatin; cortina maiore olosirica in gremio basi-

licae una. Fecit et imagines argenteas tres deauratas, c quibus una cum gemmis ; arcum argenteum l cum game-

dias suas; cereostatas parla una; tyrabula ll, pens. simul lib. XCV et une. VII.

Fecit vero isdem praesagus antistes beato Peu-o apostolo calicem aureum diversis ornatum pretiosis lapidibus,

qui procedit per stationes, pens. lib. Xlll semis. llic l'ecit in basilica ipsius apcstoli velum chrisoclabum, qui peu-

det super ingressu vestibuli; item alium velum maiorem chrisoclahum, qui pendet in trabe argenlea ante imaginem

Salvatorisisuper ingressu vestibuli; coronam maiorem ex argente purissimo, pens. lib. Llll, unc. "lll; l‘arum

argenteum pendentem infra ipsa corona, pens. lib. XXlll; item coronas argenteas llll, pens. lib. LVll; canislros

Vlll, qui pens. simul lib. XL. Ilic vero pro amore et cautela ortodoxe fidei fecit ubi supra "0 scutos ex argenlo ll,

scriptos utrosque simbolumiunum quidem litteris grecis et alium latinis, sedentes dextra levaquo super ingressu

corporis, pens. inibi lib. XCllll et une. Vl. Fecit ubi supra, in gremio basilicae, cortina maiore olosyrica l'undata l,

ornata in circuitu de l‘undato; velum alium olosiricum rosatum maiorem I, qui pendet in trabe maiore super

imagines aureas, ornatum in circuitu de fundato. Enimvero ubi supra. ad fontes, t‘ecit vela sirica alba, numero

Vllll, ornata in circuitu de i'undato. Hic vero ubi supra iuvestivit altarem beati Leonis confessoris atque pontificis.

ex argento mundissimo deaurato, pens. lib. CVlIll; item investivit altarem beati Gregorii confessoris atque pon-

tifieis ex argento mundissimo deaurato, pens. undique lib. CXXVll.

Hic vero a Deo protectus et praeelarus pontilex investivit altarem beati Pauli apostoli ex argente purissimo ac
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

deauravit, qui pens. lib. CLV; necnon et confessione ipsius atque faciem altaris investivit ex auro purissimo, pens.

inibi lib. CXXl et une. Vllll; fecit et super ingressu corporis scutum ‘“ ex argente purissimo, in quo ortodoxe

fidei symbulum scribi praecepit, qui pens. lib. XXXll; fecit ubi supra coronas maiores Ill ex argente purissimo,

pens. lib. XCIII.

VARIANTES DES MANUSCRITS

1 qui app. 0m. D -— Praesepem <t‘osata cum periclysin de


Generated on 2013-08-08 18:47 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

l'undato> EV— 2 purissimo CEV- et 0m. CEV- mundo CEV

— pens. <simul< CEV

4 olosiricallll 0m. EV-G ipsius vero EV- (‘.alixti V—- 7cl1ri-

solabam D: -vo E — 8 gammada V — de-periclisin 0112 C —

9 pendet V—- 11 tres om.EV —12 gammadiis suis EV- suas 0m.

C—cerostala parium unum, thuribula EV(cirostalos parlum I V)

13 vero-autistes 0m. EV (suppl. 0) — 14 semis 0m. V — 15

<in> ingr. E — 16 lib. llll V-—<el> une. EV —— 18 Vllll

V——simul 0m. D- per am. E-ex 0m. E —19 super <in> V-—

20inibi om. V — 21 album CEV- maiorum V — trabem E —

22 ubi om. EV — 23 altare EV — beatissimi l'l — atque ponti-

ficis om.C —- 24 pens. <simu|> E

26 a D. proL] prael‘ectus 21 Dan EV —28etante une. 0m. lÈV‘

— <in> ingr. e -— ex om. E — 29 praecepit] l‘ecit EV — ibi

E -—30 lib. <in unum> CE

I0

I5

30
XCVIII. LEO 111 (795-816) 27

Fecit autem in basilica beate Savinae martyris in gremio basilicae corlinam maiorem olosiricam de quadrapulo

et l'undato pulcherrima. I

' Prael‘atus vero venerabilis et praeclarus poutil‘ex fecit in basilica beati Petri aposloli nutritori suo super altare Lxxxvl

maiore cyburium cum columnis suis ex argenlo purissimo deaurato cum divei'sis storiis mire magniludinis et

5 pulchritudinis mirifice decoratum, qui peus. undique lib. dua milia DCCllll et une. lll. Ciburium vero quod

exinde abslulit posuit super altare maiore in bnsilica beale Dei genetricis quae appellalur ad Praesepem; et

crucem ex argente puro l'ecit et inibi posuit. pens. lib. XI! et une. lll ; necnon et tetravila rubea alithina

Illl ubi supra l'ecit, ex quibus uuum cum chrisoclabo. Seu et in musileo beale Pelronille qui ponitur ad bea-

tum Petrum apostolum fecit vela alba maiores lll, minores Vlll, ornata in circuitu de quadrapulo, et cortiua

l0 maiore alba l, ornata in circuitu de l'undato. Fecit veroisdem praeclarus ponlifex ante confessionem ipsius apos- Lxxxvu

tolorum principis angelos ex argente purissimo deauratos dextra levaque, pens. iuibi lib. CXLVl ; nec non et alios

angelos 11 ex argente purissimo deauratos, qui stant in trabe maiore super ingressum vestibuli dextrale-

vaque, iuxla imaginem Salvatoris auream, pens. simul lib. LXllll; et alios angelos IlII minores ex argento puris-

simo deauratos ubisupra dexlralevaque, qui pens. simullib. LXVlll ; verum eliam l'ecitubi supra columnellas ex ur-

lIi gento deauralasVl in ingressu vestibuli, diversis depictas sloriis, quipens. simullib. CXLVll. Fecit et crucem maio-

rem ex argente purissimo deaurata, quislat iuxta altai'e maiore, pens.lib. XXlI; l'ecit vero ubi supra arcum maiorem

ex argente mundissimo deauratum, super iugressum vestibuli, pens. lib. CXXXl semis. Fecit vero ubi supra,

intro conlessionem beati Leonis confessoris atque pontificis evangelium ex argente mundissimo deauratum,

pens. lib. VI et une. Ill.

20 Fecit veroisdem prael‘atus ponlil‘ex in basilica doctoris mundiheati Puuli apostoli imaginem Salvatoris ex ar- Lxxxvm

gento mundissimo deauratas super ingressum vestibuli, pens. lib. XLVlIll semis. Fecit ubi supra columnaml de

argenlo purissimo, pens. lib. XVII.

lpse vero a Deo proteclus et praeclarus ponlifex fecit in diaconia beutiArchangeli patenam et calicem ex argente

purissimo, pens. lib. X.

25 Hic divina inspiratione protectus l'ecit in basilica Salvatoris quae appellatur Constanliniana cyburium cum co- [,12

lumnis suis 111! ex argenlo purissimo diversis depictum storiis cum cancellis et columnellis suis mire magnitudi-

nis etpulchriludinis decoratum, qui pens. undique simul lib. mille. CCXXVlI.

Verum eliam et sarla teota basilicae baatae Dei geuelricis semparque virginis Mariae‘dominae nostrae quae

appellalur ad Praesepem omnia noviter reslauravit.

3o Gubicula vero iuxta ecclesia beati Petri apostolorum principis quae nimia yetustate marcuerant et iam pene rui-
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

lura erant isdem egregius praesul a lundamentis firmissimum ponens aedificium in meliorem erexit stalum. Fe-

LXXXIX

cit et ubi supra iuxta columnam maiorem "3 balneum in superiore positum, conslructum in roluudum, mirifice

VARIANTES DES MANUSCRITS

1 beale-basilicae 0171. E — Fccil -unc. 111 cm. C

3 nulriloris suis EV-sui C —4suis om.EV (suppl. e)-— <quu- 2l <iu> ingi'. e :- XLVlll CEV ——- columnella CEV
Generated on 2013-08-08 18:47 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

tll0l'>ex EV— 5 et pulchritudinisomÆV- 7 lib. xx V- et 0m. 24 pcus. <iu unum> CEV

V- 9 maiore... minore V — maioresèalha 0m. C — 10 Fecil- 27 mille] cum C

LXllll om.C— M deauralos 0m. EV -- l3 [.Xlll EV l4 — colom. 28 sanclae V I

v“ ‘5 FeCil-XXII om. C — l7 deaurato CE —- <iu> ingr. o 30 quem E —-31 llrmissimisD — 32 Fecil-dccoralum om. C —
28 XCVIII. LEO III .(795-816)

decoratum. tlradusverom in introitu eiusdem basilicae tam sub porticum quam etiam in introitu noviter restaura-

vit. Fecit et iuxta eosdem grados parte dextra matrii domum a fundamentis mire magnitudinis et pulchritudinis

decoratam, in qua etiam et aocubitos collocavit. Fecit et iuxta eandem domum pro subsidiis Christi pauperum at-

que peregrinorum balneum a fundamentis mire decoratum.

xc Hic autem praeclarus antistis divinitus inspiratus “5 hospitalem beato Petro apostolo in loco qui Naumachia 5

dicitur a fundamentis noviter construens, diversa illic domorum aediticia decoravit, atque ecclesiam in honore beati

Petri principis apostolorum a novo construxit. in qua etiam ecclesiam sanctorum Christi martyrum corpora m de-

me ferens recondivit 3 et omnia quae in praedicto hospitale erant necessaria construxit. Predìa etiam illic urbana vel-

rustica pro alimoniis Christi pauperum seu advenis vel peregrinis qui ex longinquis regionibus veniunt obtulit..

ad exaltationem sanctae Dei Ecclesiae et salutem populi Romani. . l0

Presertim igitur et monasterium sancti Christi martyris Stephani qui appellatur cata Gallia patricia1 quod prae

nimia vetustate iam emarcuerat atque ex parte corruerat1 isdem praesagus pontifex certamen ponens, a funda-

mentis simul cum oratorio firmum iaciens fundamentum, in meliorem erexit statum. Gradus verom per quos

ingressus est in ecclesia beati Petri apostoli a sancto Andrea apostolo, quom vetustate consumpte erant a novo

refecit. Pari modo et monasterium beati Martini confessoris atque pontìficis, situm ubi supra, quod nimia fue- l5

rat vetustate quassatum1 pene omne a fundamentis restauravit.

Sarta tecta vero basilicae beati Andree apostoli quae appellatur cala Barbara patricia1 quae per olitana iam fue-

rant tempora vetustate consumpta noviter restauravitg similimodo et sarta tecta beatae Luciae martyris quae poni--

tur in orphea a novo refecit 3 pariter etiam et sarta tecta beatae lialbinae martyris, quae iam pene ruitura erant,

in melius restauravit ; pari modo et sarta tecta basilicae beatorum martyrum Cosme et Damiani sita in via Sa- 2o

ora mirifice restauravìt; pariter etiam et sarta tecta basilicae beatae Martinae martyris sita in Tribus Fatis in me-

M4 lius restauravit ; necnon etiam et sarta tecta titulo beati Laurentii murtyris qui appellatur Damassi noviter res-

tauravit. Hic vero sanctissimus et praeclarus pontifex sarta tecta basilicae beati valentini martyris sita via Flammi-

nea,quae iam prae nimia vetustate ruitura erant, prudentissimo studio mirifice a novo refecit ; quadriporticus ve-

ro basilicae Apostolorum in via Lata intus et foris omnia sarta tecta ipsarum noviter restauravitg immo vero et 25-

sarta tecta basilicae beatae Agathae martyris sita super Subora, quae prae nimia vetustate iam emarcuerant, noviter

restauravit.

illi Hic vero sanctissimus praesul fecit in patriarchio Lateranensemoratorium a fundamento in honore beati Archann

gelLquem in segnino opere firmissime construens, quod etiam ex musibo seu diversis picturis atque pulcherrimis

marmorum metallis diversis coloribus undique ornavitg et omnia cimilia tam aurea quamque argentea vel etiam eo
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

vela diversa ibi obtuliL Macronam vero'l9 ipsius Lateranensis patriarchii, quae extenditur a campo et usque ultra

imagines apostolorum, quae prae nimia vetustate ruitura erant, a fundamentis simul et sarta tecta- necnon et so-

VARIAN'I‘ES DES MANUSCRXTS

1 super E -porticu cav - <et> in C — atrio CEV —- no-

biliter D —- 3 deauratum DE - 4 mirifice V

6 nobiliter D — honorem ce - 7 ecclesia 0m. EV (suppl. e)


Generated on 2013-08-08 18:47 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

1'] sancti EV- 19 ponitur om. V —- rcfccit novoE- a orn. .v

—qucmE - 21 mir.]simililcr D -— 22 etiam] igiturCEV — Da-

_ 8 recondm v masi V—- nobiliter D —_ 23 Flaminea E —— 25 reparavit cav-

. l 27 reparavit CEV Ï

u christi <et primì> CEV-patritiaE-IZemarcuerantE —~ 28 fundamentis CEV -— 29insegnio C — 30 marmoribus atque ex p.corr.om. v-1a iacensE — 14 queC — 15 et <in> C - orn. und. EV — I
nestrina, nec- XCIV 415

15

VARIANTES DES MANUSCRITS

2 mflchmnee D — diversi EV 18 et om. CEV — <et praeelarus> pontil‘ex CEV

I'mlla EV —-6 ubi] et E: ut V — l‘ecit om. 22 super] in CEV —- portice CV — 23 quadruple D— 25 ça-

- necnolrchrisoclubo en. E (suppL) —8 nistros CEV — “Il. 0m. D

26sancli Spiritus om. V-27 telragonum V —spm oclystum EV

etc. — 28 et pulcbritudinis om. EV-— lib. XXV et une. Vllll EV

—29 une Vllll C — Fecit-unc. Vll‘om. C — ex om. E :de e —


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-08 18:47 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
'30 XCVIII. LEO 111 (795-816)

XGVll Hic fecit in basilicu doctoris mundi heati Pauli apostoli crueitixum ex argente purissimo mire magnitudinis et

pulehritudinis deeoratum, pens. lib. LlI. Verum etiam 'fecit ubi supra tetravila alba olosirica rosata, ex quibus

unum habente in medio crucem de chrisoclabo et gammadias de chrisoclabo ; necnon etiam vela alba olosy-

rica numero VIIII, ornata in circuitu de tireo. Fecit ubi supra gabathns fundatas interrnsiles ex argente purissimo,

numero VIII, qui pendent in faro aereo in medio basilicae, qui pens. inibi lib. XIllI. Ingressum vero corporis 5

cuius supra isdem praesul ex marmoribus candidis miro decore ornavit, atque regias aereas ibidem posuit. Super

columnas vero marmoreas quae stant in circuitu altaris ipsius Doctoris mundi, ubi trabes quondam ligneae positae

fuerant et iam nirnia vetustate emarcuerant, hic saeer antistis super ipsas celumnas lilios poni feeit, et super

ipsas Iilias ex metallis marmoreis platomas posuit diversis picturis mire magnitudinis et pulchritudinis opus de-

coravit. Necnon ubi supra fecit vela alexandrina maiora, numero V, qui pendent super regias maiores in ingressu 10

basilicae, mirifice decorata.

‘I 1,17 xcvm Ilie vero sanctissimus et preclarus pontifex fecit in basilica sanctae Dei genetricis semperque virginis Marine

dominae nostrae ad Praesepem tetravila alba olosirica rosata mirifice decoi'ata. Fecit vero ubi supra, intro Praese-

pio, veste alba olosirica, rosata, ornatu in circuitu de chrisoelabo et in medio habentem crucem et orbicclos de _

ehrisoclabo, vela alba olosirica rosata, numero IIII, ornata in eireuitu de tyreo.ln diaconia vero ipsius Dei genetri- 1'5

cis quae appellatur Dominica, fecit veste alba olosirica rosata, habentem in medio tabula de tyreo cum storia

Crucifixi,neen0n et rotas de chrisoclabo, ornata in circuitu de quadrapulo. Fecit ubi supra cortina fundata, ornata

xclx in eircuitu de biatin. In diaconia vero ipsius Dei genetricis quae appellatur Cosmidin fecit veste alba oiosirica

cum tabula de chrisoelabo, habentem storia dominicae Besurrectionis et in cireuitu lista de ehrisoclabo. Fecit ad

sanctam Mariam ad Martyre; veste albn olosirica rosatn cum tabula de tyreo, habentem storia Crucifixi et rota de 90

chrisoclabo, ornata in eircuitu de tyreo. Verum etiam in diaconia iamdiclae sanetae Dei genetrieis posita foris

porta beati Petri apostoli. feeit veste de tyreo, mirifice deeorata.

413 C ilie vero venerabilis et praeclarus pontil‘ex fecit in basiiica beati Petri apostoli nutritoris sui canistros interra-

siles ex argente purissimo,tam in quadriportieo quamquein gremio basilieae, numero XXII, pens. simul lib. GXXV;

gabatas fundatas signochristas.qui pendent tam in quadriportico quamque in faro aereo in medio basilicae, nu- 25

mero XLVIII, pens.lib. simul C1 et semis; fera argenten 1111, que stant super trabes arglenteas, pens. Iib. XCIII;

areos nrgenteos Il, pens. simul lib. XLI, une. VIHI ; vela de blatin maiores, quae pendent in trabes argenteas

dextralevaque presbiterii neenon etin circuitu sedis, numero XXX, ornata in eireuitu de qundrapulo; vela modiea

de fundato XLVII, ornata in circuitu de blatin bizanteo et investita de blatin neapolitano. Necnon et in gremio

basilicae fecit cortina maiore alexandrine mire magnitudinis etpulchritudinis deeorata, ornata in circuitu de tyreol; 30
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

vela modica alba olosiriea rosata numero XXV, ornata in eircuitu de blatin, ex quibus unum ornatum de stauraci.

VARIANTES DES MANUSCRITS

1mundiom. D —- 2et pulch om. CEV- 3 etg d chris cm Il bentes CEV 18 (‘ ' ' '

. - . . . . « — 1 d C:C : . ' ‘ '-

-— 5 pens. E- qul am.CEV— 6 canditis D — 7 stant <super 05m1 1 osmldyn D rosmedm E‘ Comls

. dinV —- 19 Resurreetionîs 0m. D- 21 Verum] vestes DE ' vestem C


Generated on 2013-08-08 18:47 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

(Ë\lrumnl:s> Dl- pëste V —91 psos lilios CEV —- et pulell. 0m. 23 nutritori CE-suo (1-25 quatr.D: gradi portico E- 26111

—- malore ‘ '

I. GIN-27 s|mulom.CEV—< t> .CEV-28 ' ‘t E

13m1r1nce-ornatnom. D -— decoratam E —-Fecit-tyreo 0m. C — (etc.) —- 29 <num.> XLVll (‘.ÊV alba mod 23ml “m

14habentem crucem 0m. V- ol‘bialos D —16 Domnica EV- ha- I —


XCVIII. LEO III (795816)

Data in eircuilu

n el iu mouaslerio saucli Martini

'osata, habenlem in medio crucem de ciisoclu

' ‘ b0 cum periclisin de lireo.

Hic l‘ecil in basilica Apostolorum ' '

. ' buwclubaD-2 Verum-lista de clii'isuclabo diac.]basilica D — gÎE : Gi'cgoi'ii C

0m.C* 6 domm om D — 7 mizilo ClzV- velum-micilo om. EV 22 sanclde E — 23 nimio D — cereuplo CE: caerenple V —

9 l‘"(T'Uwn. E-lO orbiclaus D: orbiculos E: orbicclos CV- 24 in anle dom. om. CEV —«25 fulgercl. EV rel'ulgereul. C

H leti‘avila-eruces de lyi-eos om. C- 12 l'ubea om. U-13 dcco- 26 [arum] cauislrum D — 27 c

Paluui D -— Idem] Hic EV- 14 in mm v _

ereapte CEV (caer V) — 28

allari maiori E (bis)

— l6 vest. alb. l‘cc. EV

corouam EV — 29 quae om. E

— 18 monlis D — 19

— 17 clisoclubo D 31 Aiiolliuarii E : Apollouurii V: Apollonarii C —


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-08 18:47 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
32 XCVIII. LEO III (795-816)

cvn

ruiturae in tempore illo essent, isdem venerabilis patera divinitus inspiratus, misit illic et per sollertissimem ac

providam curam suam omnia sarta tecta ipsius ecclesiae simul cum quadriporticis suis noviter ac firmiter restau-

ravit- et in meliorem deduxit statum. Super altarem vero ipsius sacrae basilicae ob honorem omnipotentìs hei et

beati Petri apostoli, de cuius donis ac datis fecit vestem siricam rosatam albam, habentem in medio crucem de

chrisoclabo cum orbicclis et rotas siricas habentes storias Adnuntiatione seu Natale domini nostri iesu christi atque

Passionem et nesurrectionem necnon et in caelis Ascensionem atque Pentecosten, ornatas in circuitu simili

modo sicut et veste, de chrisoclabo. Seu et canistrum ex argento purissimo inibi fecit cum catenulis suis, qui pens.

lib. xv.

Epìscopium vero m Albanense simul cum ecclesia quae in nomine beati Pancratii fundata est per quandam

neglegentiam velincuriam, per submìssìones diabolicas, post matutinis laudibus exusto a fundamentis usque ad

summum tegnum combustum est. Sed hisdem clementissimus et sollcrtissimuspontifex1 Deo aspirante et sancti

Spiritus inlustratìone, firmum iaciens fundamentum, mirum in modum iamfatam ecclesiam noviter omnia res-

m tauravit1 et simul cum serta tecta sual heo iuvante. ad meliorem deduxit statum. Et ut verus hei amator et cultor

cvul

tllx

422

sanctarum hei ecclesiarum, fecit super altare maiore praedictae ecclesiae vestes II, e quibus lcum rotas maiores

habentes crifas. ornatum in circuitu de fondato; et alìa veste de fundato; seu et tetravila sirica alitina1 ornatade

tyreo optimo in circuitu eiusdem altaris fecitl numero 1111. Verum etìam et in ecclesia beati Petri apostoli,

ubi supra, fecit vestem ornatam, habentem storiam domini nostri iesu christi quando extendit manus et adpre-

hendit beatum Petrum apostolum de fluctibus maris.

Isdem vero beatissimus et praeclarus pontifex fecit in basilicam ‘25 sancti cyriaci vestem albam olosiricam. haben-

tem in giro periclisìn de fundato etin medio storiam Resurrectionis etin circuitu altaris tetravila alba1 habentes peri-

clisin de tyreo. Fecit autemet in titulo sancti vitalis vestem albam olosiricam1 habentem periclisin de fundato et in

medio storiam Resurreclionis. Necnon et in diaconia sancti Archangeli posuit vestem albam olosirìoam, habentem

periclisin detyreo et in medio storiam Ascensiouis. Item ubi supra, su

per altare sancti abba Gyri, similem vestem ob-

tulit. Porro in diaconia sanctae Agathae martyris fecit ipse san

ctissimus pontifex vestem albam olosîrioam,


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

habentem in girum de tyreo et in medio storiam Resurreotìonis.

Verum etiam et in titulo Pammachii1 super

altare sanctorum iohannis et Pauli,

fecit vestem albam olosiricam1 ornatam in giro de fundato,

storiam Grucìfixi, Ascensionis et Pentecosten. Pariter et in ecclesia beati

veste alba cum chrisoclaboy


Generated on 2013-08-08 18:48 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

habentem

Clementi martyris atque pontificis

habentem storiam dominicae hesurrectionis

tecosteu.

de fundato.

VARIAN'I‘ES DES MANUSCRITS

5 ,orbiculis E—storia D — Adnu-ntiationes uv — Nntalis GEV

— 6 Ascensionis h -_- 7 qui om. 13v

9 Epîscopio GE -l0;matutìnas laudes EV- a. om. h- ü tec-

tum uv- hisdem om. uv-tz iam praefatam uv -— is am.hei

GEV —M rolis maioribus e ‘- 15 crisas D: gryphes E : gryfes

cv — ornata uv -seu om. V - 170m] rosatam EV: rotatam c-

te beat. vero E-23 ubi supra] ipsum EV: obìipsum C-Ciri

0-25 gyro EV: cyro C- 27 storias V-Clementis CE --28 sto-

ries GEV —dominicae om. GEV —29 veste D- e [av-3o vocan-

les GEV -sanctum altarem GEV

c:

to

l5

25
w

altare beali Martini confessoris Chrisli ex argente pu- 423

tis, qui pens. undique lib. XVll semis.

ostoli doctoris gèntium [ana (:3

suos numero V, pens. lib. LXVlI, une. Il".

[lie :1 Ben inspii'atus venerabilis

amisso quondam ‘26 Fridigisi abba

ntara ex argente purissimo cum delfinos

o, pens. lib. CCXV; canistros ex argente, numero V

cem et palenam ex argento purissimo, deauratos, pens.lib. Xll, unc. X

diversis ornatum p1‘ '

I, pens. simul lib. XV; cali-

; regnum super altare ex auro purissimo,

in circuitu pretiosis ornatum lapidibus, pens. lib. Illl, une. Vll

Pari mode et in basilica beati Petri apostoli

25 lapidibus, pens. lib. Vll.

Fecit vero communicales

fauctori sui regnum ex auro purissimo diversis pretiosis ornatum

‘37 ex argente purissimo per singulas regiones,

qui procederenl perslationes per ma-

nus accolitorum, numero XXllll, pens. simul lib.

yris, sita iuxta basilicam beati Laurenlii martyris loris murum, qui iam prae 425

reslauravil.

VARIANTES DES MANUSCRI'I‘S.

2 delfinis D —- nuiu. 0m. EV — 3scmis om. CEV — delfines

D — id ipsum D: ibipsuin EV: ob ipsum C

- 5 suo D — 6 cxxx c: cxxxv EV- <et> uuc. CEV-ubi] ab — 20 habentcs cadd-

D: id EV: ibi C —supra] ipsum codd. -—7 reuovabit CD —-9 et 23 llll et une. 0m. E (51113?” ‘ 2‘ Pari'lib‘v" E 1,0"“ pas‘

calae CEV- <e|,> une, CEV phrusim sequentcm. — suo D

10 ubi <sanctum> V 23 etiüm EV _ “me” 0"" D


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

H Fridigisii EV —abbato D: iilba C 29 vcro 0m. EV -— qula EV

l2 cum om. D

LlBER PONTIFICALIS 1.1l

15 inundaulia CEV-‘i7 <boc> obtulit dona EV: ho optu-

lit doua C —- arg. <purissimo> CEV — Vl 0m. CD — XV om. CD


Generated on 2013-08-08 18:48 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
34

XCVIII. LEO 111 (795-816).

0X1]!

Immo vero et in titulo beatae Pudentianae l'ecit vestem albam olosiricam, ornatam in circuitu de tyreo.

Qui heatissimus pontifex, postquam sedem Romanam et apostolicam annis XX, mensibus V et diebus XVl glo-

riosissime rexit, ex hac luce subtractus ad aeternam migravit requiem. Fecit autem ordinationes 111 per mense

martio, presbiteros XXX, diaconos Xll; episcopos per diverse loca CXXV]. Se pulius est in hasilica beati Petri

apostoli pridie idus iunii, indictione Vllli. Et cessavit episcopatns decem dies.

VARIANTES DES MANUSCRlTS

1 titulum EV

2 d. XVIl V — 3 gloriosissimae D -— 4 diac Xi CEV — lcca

<numero> CV — <vero> est CEV — 5 episcopalum CV:

<eius> C — dies X CEV

NOTES EXPLICATIVES.

4. in preshiterii honore] Léon fut prétre titulaire de Sainte-

Susanne, comme il est dit plus loin.

2. Eral enim -— ccnstans] Éloge copié sur celui de Grégoire 11

(t. I, p. 396).

3. ipse vesliarius degerelur] Cette expression est obscure. A

première vue. il semble que uesliarius signifie le chef du ves-

tiaire, qui aurait été une autre personne que le prêtre Léon.

Cependant si l'on considère combien il serait invraisemblable

qu'un prêtre cardinal eut été en sous-ordre dans une adminis-

tration comme celle-là, on sera conduit à prendre vestiarius pour

l'équivalent de vesliarium, et à interpréter degeretur dans le sens

de regerctur, bien que, un peu plus haut, degens soit pris au

sens ordinaire. Galletti (I'eslarario, p.31) a donc raison de ranger

Léon parmi les vestararii de l'église romaine.

4. Erat enim-fauientc] Copié sur l'éloge de Grégoire 11 (t. I,

p. 396) et sur celui de Zacharie (t. I, p. 426).

5. inpresbiterio] Sur ces distributions, v. t. I, p. 364, note 6.


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

Le traitement fixe devait avoir été remplacé, au moins pour les

prêtres cardinaux, par les revenus de leurs églises; mais l'usage

de gratifications (presbiten’a) accordées à certains jours de fête,

usage que l'on constate déjà au temps de saint Grégoire, se per-

pétua et sa développa pendant le moyen-âge. Les Ordines du cha-

noine Benoit et de Ceucius Camerarius sont remplis de détails


Generated on 2013-08-08 18:48 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

làsdessus.

6. Feu‘! enim...] Un encensoir ilxe, devant le presbyterium. A

la confession, des grilles d'or, ornées de pierres précieuses; c'est

sans doute le grillage de l'imposte. Devant sont suspendues trois

couronnes d'argent; la baie elle-même est fermée par une por-

tiére en soie blanc-rosé. avec une croix d'or au milieu et une

bordure de funrlato.

7. Sarta tectam] Réparations aux toits de la grande net‘. du

transsept (navem super allure), du portique autour de l'atrium

(quadriporticos), de la fontaine qui en occupait le centre, et du

clocher bâti par Etienne 11 (lurrem). — La leçon et ad fontes

atquc indiquerait. non la fontaine de l'atrium, mais les fonts

baptismaux. situés à l'extrémité septentrionale du transsept.

Mais cette leçon, qui n'est pas mieux attestée que l'autre, a

contre elle l'ordre suivi par la description : on va de l'autel à

la tour d'Etienne II, en passant par l'atrium.

8. imago Salvatoris cum regiir...] Ce parait être un triptyque

(cum regiis), installé sur le ciborium (fasligium).

9. Cheretismon] L'Annonciation, xmpmcpdç.

i0. ban'lica sancli Mene] J'ai corrigé la leçon fautive sanctae. _

L'église Saint-Ménas on Mennas se trouvait sur la voie d'Ostie,

entre la porte et la basilique de Saint-Paul. Itin. d‘Einsicdlen

(p. 31 De Rossi; cf. Iioma sotL, t. I, p. {83) : « Inde ad portam

Ostensis; inde per porticum usque ad ecclesiam Menne, et de

Menno usque ad sanctum Paulum apostolum. » Elle existait

déjà au temps de saint Grégoire. qui y prononça une de ses

homélies (Ilom. XXXVinEv.).l\I. de Rossia restitué dernièrement

(1113011, t. II, p. 455) d'après une copie très confuse, conservée

dans un manuscrit épigraphique du xvxe siècle (Otlob. 20i5.

f0 i224), une inscription de l'année 539, gravée au. nom d'une cor-

poration alexandrine, établie à Rome, sous le patronage de

saint Mennas: + Täw 'A7.:Euv8[p]éwv É'rrl 'louluvfiîx] ‘Il?! ëäaipxzp '|1:[a-

Mat] 8m nui. roü chiot-[itou] M'qvi ‘roü cwuario[u êyévtro] 10510 {5


XCVIII. LEO 111 (795-816). 35

papa a fundamcnti: criycns, condens corpus bealae Felicilalir

marlyrir, compta cdi/icam ornabit algue dedicubit.

De la mosaïque elle-même, il subsiste, dans un manuscrit du

Vatican. un dessin partiel, comprenant les deux figures de

Léon III et de Charlemagne, toutes deux encadrées dans le

nimbe carré (Ciampini l'elera Moninn, t. II, p. 140).

grec, certaines annexes des basiliques, en particulier lesgaleries

d a l'étage supérieur à l'intérieur de l'édifice.

H. triclinium maiorcm] Ce lriclinium etait dans le palais inté-

rieur, c'est-à-dire dans la partie orientale des bâtiments du pa-

triarclzium (cf. t. I, p. 377, note 7). qui, n'ayant pas été démolie

par Sixte-Quint, a subsiste’, à l'état de ruine, jusqu'au temps de

Clément XII (1730-1740). Il est appelé 101 maior, parce que, au

moment de sa construction, il dépassait en réalité les propor-

tions des salles analogues qui pouvaient se trouver au Latran_';

le pape Zacharie (t. I, p. 432, l. l) en avait construit un, qui,

apparemment, n'était ni le seul, ni le‘plus ancien. Plus tard

Léon .lII lui-même en construisit un autre sur des proportions

beaucoup plus grandes. Quant :1 celui dont il est ici question, il

en reste un beau souvenir dans la mosaïque disposée par De-

noit XIV au flanc do l’oratoire appelé Saneta Sanctorum, prés du

Latran. Cette mosaïque n'est qu'une copie de celle qui existait

jadis dans le triclinium et qui fut détruite lorsque les ruines de

uant aux apôtres la mission de prêcher l'Évangile. Le Christ

était représenté au milieu des onze apétres (Malt/i. xxvm, l6).

Au-dcssous de cette scène ou lisait le texte + Eunles (lacet:

omnes pentes, vnplizanles eos in nomine l’atrz's et Filii ct Spirilus

ranch‘, et ecce ego vom'scum sum omnibus dieéus usque (1d con-

cummalionem seculi. Au-dessus, au sommet de la bordure inté-

rieure, se détachait le monogrnnunc de LEO PAPA. En dehors


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

de la conque absidale, courait une autre bordure semi-circulairo,

hominiézœ boue éolunlalis. Sur le même plan que cette inscription,

c'est-à-dire sur le front de l'abside, on avait représenté deux

scènes, l'une à droite, l'autre à gauche. Celle de gauche (droite

du spectateur) a. été décrite par les archéologues du seizième

siècle et du commencement du siècle suivant. On y voyait saint


Generated on 2013-08-08 18:55 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

Pierre donnant le pallium et Léon III et l'étendard à Charle-

magne. Les figures étaient accompagnées de leurs noms: SUS

PETRVS, SËÎSIMVS D.N. LEO W + D.N. CARV-

LVS REX. Aux pieds de l'apôtre une inscription expliquait la

scène :BEATE PETRE DONAS (edcm?) LEONI PAPAE

ET BICTORIA CARVLO REGI DONA.— Quant ausujet

qui formait le pendant de celui-ci, c’ost-à-diro le Christ donnant

les clefs à saint Silvestrc et l'étendard à Coustantin, il a été exé-

“lié Par les mosaïstes du en 'dinnl Burberini d'après d'anciens

dessins coloriés qui n'ont pu être retrouvés. — Cette mosaïque.

le pontificat et le royaume frank avant que l'empire d'Occident

n'eût été rétabli.

l5. ana novem] Neuf chacune.

l6. Hic aulem...] Sur ces événements, souvent commentés par

les historiens, v. en particulier le mémoire de M. Ch. Bayet,

Wirundum scilicet abbatem et Winigisum Spolitinum ducem

venions, Spoletium est deductus... Eodem in loco (Paderborn)

Leonem ponlificem summo eum honore suscepit; ibique reditum

Ex'nliardi : « Romae, Leo papa. cum. laetaniam processurus, de

Lateranis ad ecclesiam beati Laurentii quae ad Graticulam vo-

catur, equo sedens pergeret, in insidias a Romanis dispositas

iuxta oandem basilicam incidit. Ubi equo deiectus, et erutis

oculis, ut aliquibus visum est, lingua quoque amputata. nudus

tyris velut ad curandum missus, Albiui cuiusdam cubicularii

sui cura noctu per murum dimissus, a Winigiso dnce Spolitino,

qui audito huiusmodi faoinore Romam l'estinus advenerat, sus-

eeptus ac Spoletium deductus est. Cuius rei nuntium eum rex

accepisset, ipsum quidam, ut vicnrium sancti Petri et Romanum

pontilicem eum summo honore ad se praecepit adduci... Cum

toto exercitu suo ad Padrabrunnou accessit, ibique in castris

considens, pontificis ad se properantis praestolatur adventum...

Venit pontifex et valde honorilice ab illo susceptus est, man-

sitque apud cum dies nliquot. Et cum ei cuncta prnpter quae


36‘ xcvln. LEO 111 795-816).

(.lall'é, 1153; Ep. app., 3); comme elle suppose que le 25 avril

tombe un vendredi, elle doit avoir été rédigée en 598. La. convo-

cation se faisait à la fête de saint Georges, le 23 avril, dans

l'église dédiée a ce saint, S. Giorgio in l'elubro. L'expression

Iitam‘a quae mnior ab omnibus appellahu' se rencontre déjà dans

la formule de 598.

‘18. Paschalis primiceriusl Le primicier Pascal était un'neveu

du pape Hadrien; il est nommé avec cette qualification dans

une lettre d’lladrien a Charlemagne (Jafl‘é, 2-121), écrite en 778;

c'était dés lors un personnage important, qui faisait partie des

ambassades envoyées par le pape a la cour franque. Il est mon-

tionné comme primicier dans une lettre pontificale du 20 avr-H798

(Jafl‘é, 2108). Campulus assista, comme notaire, aujugementremlu

en 781 par IIadrien dans l'affaire du monastère de Saint-Vincent

du Vulturne (Jatl'é, 2131; Ceci. Cm‘oL, p. 313). Théophune (a. in.

(5289)‘dit que les promoteurs de la conspiration contre le pape

étaient eu'nsvsiç eoû paxapiou Trine. 'Aôpuzvoü.

19. aine planela uem‘] La planeta ou chasuble, qui se portait

sur la tunique longue, était le costume de cérémonie de tous les

clercs. Dès le temps ou nous sommes, les hautes charges de pa-

lais, comme celles de primicier, (le sm-rellarius, de vestim'ius et

autres, tout en restant des charges eléricales, commencent à être

accaparées par l'aristocratie laïque. Ce détail de l'histoire de

Pascal montre que les dignitaires de cette catégorie ne portaient

le costume ecclésiastique que dans les cérémonies religieuses et

dans l'exercice de leurs fonctions de cour.

20. Campulus] V. ci-dessus. note 18.

21. omnis qui cil'ca eiun crat populus] Il faut entendre ceci du

groupe de personnes, clercs et laïques, qui avaient accompagné

le pape entre le Latran et le lieu de l'attentat. Mais celui-ci est


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

à quelques pas seulement de l'église Saint-Lauréat in Lur'ina,

où devait se trouver réunie toute la foule des fidèles. La suite

des événements porte à croire que les conspirateurs s'étaient

ménagé le concours ou tout au moins l'approbation d'une bonne

partie de la population romaine (Bayet, I. 0.).

22. Maurus Nepesinus] Est-ce un évêque de Nepi, ou simplement


Generated on 2013-08-08 18:55 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

un habitant de cette ville?

23. et uisum recepil...] n avait essayé a deux reprises d'aveu-

gler le pape et de lu “(fiel r la langue; la première fois. sur

la voie publique, l'a ' avait pas complètement réussi : ut

ipsi (une arbilrati un je ‘cum et mutum... dimiserunl. Puis,

le pape ayant été tra dans l'église du monastère de Saint-

Silvestre, on l'avait 1'15. , .té de nouveau et on lui avait arraché

de nouveau les yeuxîwiu langue : iterum eum bis oculos et lin-

guam amplius crurlelitrr eruerunt. Cependant, malgré ce redou-

blement de cruauté, on n'y était pas entièrement parvenu. Dans

le serment qu'il prononça à. Saint-Pierre le 23 décembre 800,

Léon III s'exprime ainsi ; u Auditum, fratres karissimi, et di-

» vulgatum est per multa loca, qualiter homines mali adversus

» me insurrexerunt et debilitare ualuerunt n; il ne dit nullement‘

que ses ennemis aient atteint leurs fins et il s'abstient de rap-

porter sa guérison à une cause miraculeuse. Sou biographe en

montrant moins de réserve. n'a fait que suivre les lois du pane-

gyrique. Du reste les contemporains ont été très partagés sur le

caractère miraculeux de ce fait. On trouvera une discussion de

leurs témoignages dans le mémoire déjà cité de M. Bayet, p. 186.

21. occulte abslollenles] «Albini cuiusdam cubicularii sui cura

noctu per muruni dimissus n (Arm. Einhartli). — Il n'est pas né-

cessaire de croire que la délivrance du pape, ou même sa guéri-

son, aient eu lieu la nuit qui suivit le crime. En admettant un

intervalle de quelques jours on s'explique mieux que le pape

soit arrivé à Saint-Pierre en même temps que le duc de Spolète.

Celui-ci ne put apprendre la révolution que le 27 ou le 28 avril;

il lui fallut le temps de réunir une troupe et de se transporter

avec elle sous les murs de Rome.

25. Ilildcbaltlo m'chiepiscopo] Hildebald, archevêque de Cologne’

et arehichapelain depuis la mort (791) de l'évêque de Metz An-

gilram (Concile de Francfort, 701, c. 55).

26. {nm procrr‘es rleric-orum] Nous avons ici une énumération


XCVIII. LEO

connu; Bernard. probablement évêque de ‘Venus; Atto, évêque

de Freising; Jessé, évêque d'Amiens; le siège d'Erlla'ic n'est pas

00111)“.

30. ijne magnus reæ...] Le biographe. si prolixe tout à l'heure

sur les circonstances de la rentrée du pape, parle a peine de

l'arrivée de Uliarlemague à Rome. Ann. Lmu-iss. matures, a. 800 :

« Romani vero cum venissel, oceurrit ei pridie L90 papa et R0-

mani cum eo apud Nomenlnm, duoilecinn) ab urbe lapide. et

sumlna emn lilunililate sunnnoque honore suscepit, prandensque

cum 90 in loco praedicto, statim enm îlll urbom praecessit. Et 111

crastinum in gradibus basilieae beati Petri apostoli stans. mis-

sis obviam liomanae nrbis vexillis, ordinatis eliam atqne dispo-

sitis per congrua loca tain peregrinorum quam civium turlnis

qui venientl landes dicerent, ipse cum clero et episcopis equo

descendentum grntlusque ascendentem suscepit, dataque omîione,

in basilicam beati Petri apostnli psallentibus cunctis introduxit.

Facta sunt liaec sub (lie YIII kal. decembris. Pest septem vero

(lies rex, contione voentn, cnr Romani venisset omnibus pntel’ceit

et exinde cotiilie in ea quae venerat ineienda operam Llellit. Inter

quao vel maximum vel dimcillimum crut quod primnm inchoa-

tum est, de discutiendis qnae pontitiei ubiecta snnt criminibns.

Qui tamen, postquam nullus probutor eriminum esse volait,

comm omni popnlo in basilica beuti Petri apostuli ewangelium

pertans ambonem conscemlit; invocatoque sanctae 'l‘rinitatis

nomine, iureiurando al) obiectis se criminibus purgavit. n — Les

annales d'Eginliard n'ujoutont rien d'intéressant.

3l. (‘tara UOt'e divit] Voici le texte de cette purgalio (.lali'e.

BibL, l. IV, p. 378) : « Auditum, fratres karissimi, et divulgatum

» est per multa loca. qualiter llomines mali adversus me insur-

» rexerunt et debilitare veluerunt et misernnt super me gravia


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

» crimina. Propter quam cansam andienLlam isto clemontissimus

» ac serenissimus domnus rex Cnrolus una cum sacei'xlotibus et

n optimutihus suis islam pervenit aLl urbem. Quam 0b rem ego

n Leo, pontil‘ex sanctae Rolnanae eeelesiae, a neinlne imlicatus

» neque coactus, sed spontanea men voluntnte, purifico et purgo

» inventum sit, aut quasi ego lianc consnetudinem aut decretum


Generated on 2013-08-08 18:55 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

u in sancta ecclesia successoribus mais neenon et iratribus et

» coepiscopis nostris inponam. »

32. l'os! lzaec, advenienlem (lient Natalis] Ami. Laurisa. maiares :

« Ipsa'die sacratissima Natalis Domini, cum rex ad missam ante

confessionem beati Petri apostoli ab oratione surgeret, Leo papa

coronam capiti eius imposait et a cuncto Romanorum populo

adclamatum est : Carole Auguste, a Deo coronato magna et paci-

fico imperatori Romanorum, vita et victoria! Et post landes 31)

beau psautier du temps de Ulmrlomugne; la litanie des landes

royales y figure à la lin, avec quelques autres formules du même

genre et du meme âge.

Christ": vim'it, Christus rrgnal. Christus imperal (1er).

Exumti Cariste.’ Loont sammo ponlifli'i et uuiversali pape vita.’

Salvuter mundi,

Sanvte Pelre,

Sancte l'uule,

Sanvte Alu/ma,

Sancte L'lemeun,

Sancte Saute,

lu illum arh'uva.

tu illum (uliuva.

lu iIIum acliuva.

tu illnm adiuoa.

lu illum adiuva.

tu illum adiuoa.

Exaudi C/n'iste! Carole excellentissime et a Deo roi-ouate atque

magna et pac'ifico regi Francurum et Longabarilorum ne pa-

lricio lionmnorum vila et victoria.’

Redemptor mumh',

Saiu'ta Maria,

Sain-te Miz-hallel.

Sanvte Gabrihel.

Sannte Raphahel,
38 XGVIll. LED 11] (795-816).

[psi soli virtur, fortiludo et victoria per omnia saecula sac-

vulorum. Amen.

[psi soli honor, laus et iubilatio par inflnila uecula saecu-

lorum. Amen.

. . . . (ler).

Kyrie eleisan (ter).

Feliciter! Fcliciter!

Tempom bona habcax! (ter).

Multos amies.’ Amen.

L. 9, au lieu de et a Deo coronuto le manuscrit porte, par

erreur es a bec cm'o. — L. 19, la nobilissima proies pour laquelle

oninvoque des saintes, semble étrounedes filles de Charlemagne,

présente avec le roi à la cérémonie pour laquelle cette formule

fut composée. Cependant on pourrait l'entendre en général des

enfants de Charlemagne; et il serait possible alors de rattacher

l'origine de ces landes soit au séjour du pape a Paderborn, en

799, soit au voyage du roi des Franks à Rome, en l'an 800. La

formule aurait, dans ce dernier cas, servi il quelqu'une des céré-

monies qui précédèrent la messe solennelle du jour de Noël, et

la notilissima proies serait Charles, le fils aîné du roi, dont il va

être question plus loin. Deux autres litanies, qui figurent à la

suite de celle-ci dans le m5., mentionnent, avec le roi Charles et

le pape Léon, les proles regales, au plurieL-L. 33-335, les invoca-

tions à saint Denis, à saint Crépin et à saint Crépinien ont été

ajoutées après coup, au bas d'une page, mais, je crois, par le

même copiste.— L. 57, le texte est effacé à cet endroit.

3l. constitutus est imperator Romanorum] Les anciens empe-

rours d'Occident n'ont jamais été couronnés par le pape; la céré-

moule de leur installation n'avait aucun caractère religieux. En

Orient, le premier empereur que l'on sache avoir été couronné


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

par le patriarche de Constantinople, est Léon I, en 457 (Theod.

MM, 11, 65); Justin I, couronné d'abord par le patriarche Jean

(Hormisdae pp. ep. 67, Thiel, t. 1, p. 863), le {ut une seconde fois

par le pape Jean I, lors de son voyage à Constautiaople, en 526

(L. P., t. I, p. 275). On ne voit pas que Justinion I ou Justi-

nien Il se soient fait ainsi couronner par les papes Vigile et


Generated on 2013-08-08 18:55 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

Constantin, qui séjournèrent a leur cour. Le cérémonial de Cons-

tantinople comportait l'imposition de la couronne par le pas

triarche, après une invocation prononcée sur le souverain (Corip-

pus, De laud. Iustini, II, 181). — Théophanc (a. m. 6289) parle

d'une onction préalable que le pape aurait faite a Charlemagne

sur le corps tout entier : lcrrst'fiv aéré‘; (l4 pareils’: 'Pupzimv s‘v si; var?)

toi a'iyiou dmo-ré‘aou lls'tpou, 1Pi01; Baie) du?) air-1917:3‘; Ëmç «066w ml

mpil'iahùv pzcûiflw Édifice: x1! u'n'tpoc, p:r,vi ôzxeptîpiip 15', lvôm‘rtûvo: 6’.

Cette assertion, absolument isolée, provient sans doute d'une

confusion entre la cérémonie du couronnement impérial de Char-

lemagne et celle de l'onction royale faite aussitôt après sur son

fils ainé Charles. Ni le L. P., ni aucun auteur occidental n'y fait

la moindre allusion. Il est d'ailleurs tout naturel que, dans une

cérémonie qui avait pour but de consacrer, non pas un roi des

Franks, mais un empereur romain, le pape se soit inspiré de

l'usage de Gonstantinople, le seul endroit ou jusqu'alors pareil

rite eut été accompli.

35. unxil oleo sancto Karolo] Depuis l'avènement de la maison

carolingienne, il était d'usage que les princes iranks reçussent du

pape l'onction royale. Cette cérémonie avait eu lieu à Saint-Denis

pour Pépin le Brel’ et ses deux fils Charles et Carloman. En 781

19:41:21?‘ 61:11:12): ‘piges Iiêpiu et Louis, fils de Charlemagne,

ya 6 à Rome, des mains du pape Hadrien

(Ami. Lauriss.). Charles, leur alné, n'avait point encore été con-

sacré quand son père vint à Rome pour les atl‘aires de Léon III.

— Avant d'entrer en rapport avec les princes iranks, les papes

n'avaient jamais eu l'occasion d'accomplir des cérémonies de

consécration royale. Il est donc naturel qu'ils en aient emprunté

le rite aux pays où elles étaient en usage. On ne voit pas que

l'installation des rois mérovingiens ait été accompagnée d'une

cérémonie religieuse quelconque. En Espagne, au contraire, au

moins depuis le vm siècle, les rois wisigoths étaient inaugurés

par l'archevêque de Tolèdc, primat du royaume, qui leur donnait


nome. IV, n° 475.

39

40. in arcara argentea] Sans doute ceux de la balustrade qui

formait l'enceinte du presbylerium.

41. pas! reversione sua] G'est-à-dire depuis la fin de novem-

bre 799.

42. diavorzia s. Bonz'farii] Cet édifice chrétien s'élevait sur l'Aven-

tin, à l'endroit où avait été jadis le sanctuaire de Jupiter Doliclie-

Cette translation ne peut guère

avoir eu lieu avant la fin du vin siècle on le commencement du

siècle suivant. L'invasion de la Syrie par les Arabes a. pu en être

la cause. Il est sur que le catalogue publié par M. de Rossi est

Quant au texte du L. P., vie de Xystus III, qui est invoqué par

ce n'est qu'une interpolation du x11“ siècle :

« basilicam s. Sabinae.... iuxta monasterium s. Bonit‘acii in quo

et s. Alexius iacet. « Il n'y a pas la moindre trace du culte de

saint Alexis sur l’Aventin avant le temps d'Othon III. Ici encore

nous sommes en présence d'une translation de reliques et de lé-

p. 433 et p. 438, note 45), et que c'est en qualité de propriétaires

du lieu que les papes s'intéressaient aux besoins spirituels des

45. Nana vero indiclione... prit/t'a Id. 121m1] 30 avril 801. — Ann.

Einh.. 801 : « (Imperator)... Spoletium veuit. .tbi dam esset, II

kal. maias liora noctis secunda terrne motus maximus factus est

que tota Italia graviter concussa est. Quo motu tectum basilicae

Lèon III. — Une inscription conservée actuellement dans le musée

ëpîgrapllique de l'abbaye de Saint-Paul contient une lettre, ou

plutôt une formule de malédiction. prononcée par un pape Léon,

temporel de la basilique. On

46. tres imagines.... Sulvaloris] Cette image du Christ, accompa-

devait célébrer la messe tous les jours de l'année. L'un des arti-

' : « In tcrtia missa, ad ima-


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

ginem Salvatoris, qui et Apostolorum.... »

aussi dut-il, plus tard, lui accorder. sur sa requête, la permission

de tester. Le protocole de cette atl‘aire est conservé dans 'l'Ap-

pendice aux lettres de saint Grégoire, n“ 9, et cette pièce est datée

du 5 octobre 600. Probus y est qualifié d’abbas monasleriz' 8:. An-

le concile de Latran (Hardouin, t. IIJ, p. 7l!) et sniv.). Un moine


Generated on 2013-08-08 18:55 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

de ce monastère, appelé Georges, figura an na concile œcuméni-

que, en 68], parmi les représentants des religieux de l‘Italie

byzantine (t. I, p. 355, note 8). Le L. P., ici et plus loin, mentionne

de 952 [et de 980 (Reg. SubL, n°' 122, 109). '— Où se trouvait-il?

Je crois que ses deux églises de Saint-André et de Sainte-Lucie

doivent être identifiées avec celles de Saint-André de marmorm-iis,

actuellement Saint-Yves des Bretons, et de Sainte-Lucie quatuor-

son nom actuel de l'industrie (les teinturiers dont ce quartier

était, au xv siècle, le siège principal (Document de 1494, cité

par Corvisieri, Arc/(imo Item. di :1. palria, t. I, p. 107). Antérieu-

rement elle s'appelait S. Lucia qualuorporlm‘um, du nom de l'une

des potornos qui s'ouvraient sur le Tibre. On la trouve déjà, sous

Corvisieri, l. (3., p. 108; les snpplèmens sont de .\l. Corvisieri):

In nomine Domini. Tempor'e domni Silvestri IIITp anno pontifica-

lus eiusdem I111 indiclione KV. Ego quidam ltomanus indignus

presbiter fere ab incunabulis edactus adque nuh-ilus in ecclesia

sanclc Lucie que est iusla poslerulam IllIporIarum posila et ad ul-

timum ibi presbiler ordinalus hoc brave nzemaratorinm nunc fario

mam‘ suprascripti et ah'ud petium de vinea, positum t'usta aliam

vineam in lace qui dicitw' Carrera, et lerh'am parlem vinee....

—En rapprocliantce texte de la charte de 980, on peutconstater

que le monastère de Renatus a du être désorganisé dans les vingt

dernières années du x‘ siècle. — Quant à l'église Saint-André

deltlarmorarùlr, elle figure sous la dénomination de Mortarariia dans


40 ' XCVIII. LEO 1H (795-816).

nent Saint-André depuis la cessation du monastère de Renatus.

18. in 3. Angelo in Fagano] Cette église était située au sommet

du mont Faganum on Fm‘anum (SEHGIUS Il, n' 190). actuellement

Monte S. Angelo, à sept kilomètres environ au sud de Tivoli. L'o-

rigine du nom Faganum ou Faiamtm n'a pas encore été tirée au

clair (Bruzza, Regeslo di Tivoli, p. 138); je serais porté a croire

qu'il dérive de fagus, comme pagamæ dérive de pagne. et que,

dans les bas temps de l'empire, la montagne s'est appelée mon-

tagne des hètres. sur l'histoire de ce lieu pendant le moyen

âge, v. Nibby (Dinlorni, t. I, p. 25) et Bruzza, l. 1:. ; cf. C. I. I..,

t. XIV, p. 361. D'après Nibby on y verrait encore les ruines de

‘l'église et d'un hôpital fondé au déclin du xue siècle par les

cisterciens.

19. diaconia s. Luciae in VII viis] L'endroit appelé .411 l'll vins,

à la pointe S. du Palatin, est déjà. mentionné. dans le recueil

épigruphique d'Eineicdlen et dans la topographie qui lui est au-

nexée. Celle-ci doit être contemporaine de Charlemagne. La par-

tie du recueil où il est question des Vil vine remonterait, selon

M. de Rossi (lnser. chr., t. II, p. 15, 31) a un siècle au moins

plus haut. Ce serait alors la plus ancienne mention de l'église

Sainte-Lucie : u Ad VII vias ', ibi sancta Lncia et Scptizo-

nium. » Les seplem vine sont probablement identiques aux sept

‘rues actuelles qui conduisent à. l'arc de Constantin. au Latran

(nlivus Seaux-i), à. la porte Saint-Sébastien (via Appin), à Sainte-

Balbino, à la porte Saint-Paul, au Vélabre (le long du grand (lir-

que), enfin à Saint-Bonaventure (abandonnée).

50. diaconia s. Euslachii] V. t. I, p. 156, note 5.

51. in medio basilicae crucz’fizum] On voit encore dans certaines

églises, un crucifix dressé sur une poutre transversale, au milieu

de la grande nef. Les Ordines Romani supposent cet usage en vi-


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

gueur. Aux vépres du jour de Pâques « convenit Schola (canto-

rum) cum episcopis, presbiteris et diaconibus in ecclcsia maiore

quae est catholica (basilique de Latran), et a loco erucifixi inci-

piunt Kyrie eleison et veniunt usque ad altare. » (Ordo cité

plus haut, note 37 ; cf. Mabillon, Mus. itaL, t. II, p. 37. ) C'est un

crucifix de ce genre qui est indiqué ici comme disposé au milieu


Generated on 2013-08-08 18:55 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

de la basilique de Saint-Pierre. .

52. trielinium mire maguitudinis] (Je triclinium occupait presque

tontle côté occidental du palais extérieur, e'est-i‘i-dire de la partie

du patriarchium qui a été remplacée par le palais actuel. On

en distingue encore les substructicns au-dessous de la salle dite

du Concile (Rohault de Fleury, Le Lait-an au moyen-(19e, p1. m).

Cette partie du palais est en effet appuyée sur la nef méridionale

de la basilique, avec laquelle elle est encore en communication

par une porte spéciale. Au temps de Nicolas Ier il s'y tint des

conciles (ci-dessous, n°l 590, 605); c'est la aussi qu'avaient lieu les

grands festins d'apparat que décrivent, au xnl‘ siècle, les Ordines

‘de Benoît et de Cencius Uamerarius. A cette salle pontificale

pourvue de onze absides ou accubila, on peut comparer la fa-

meuse salle aux dix-neuf accubita, l'une des merveilles du palais

des empereurs de Constantinople, qui, elle aussi, servait aux

festins officiels.

75

3. apostolos genlibus praedieantes] Dans l'autre triclinium de

Léon III, celui du palais intérieur, était représenté le Christ

donnant aux apôtres la mission de prêcher l'Èvangile à toutes

les nations. il est possible que, dans les onze absides de la

(lomus Leoniana, on ait représenté les traditions, historiques ou

légendaires, sur la mission spéciale de chaque apôtre. Dans la

principale abside, on lisait. en lettres de mosaïque, l'oraison

suivante : Deu: cuius dertera bealum Pelrum ambulantem in fluc-

films ne mm-gerrtur erarit et roapostolum ei'us Paulum ter naufra-

ganlem de pro/‘undo pelagi Iiberavit, tua smmta rlemtem protegal

domum islam et omnes filleles convimntea qui de danis npostoh' lui

hic Iaelantur. (De Rossi, Insern, t. 11, p. 125).

51. Em-l. b. Pauli q. ap. Convcnlum] Malgré la précision de ces

indications, je ne suis pas parvenu à retrouver l'église rurale

dont il est ici question.

55. basilim b. Petri in Albrmo] Cette église est mentionnée dans


XCVIII. LEO IlI (795.816). 41

dulci per fratrEM. PLACIDVM COMPONITVR CVRAE

hunr accep'I‘VM HABEAS. AGAPITE SANCTE. ROGAUVS

sic puERVM PLACIDIANVM MERENTER. wVERSIBVS. DIXI

La seconde est du m‘ siècle; elle parait contenir le nom de

l'évêque Constantin, qui siégeait au concile romain de 820.

D'apres M. Marucchi, elle aurait été gravée pour commémorer

la consécration de l'église à la suite des restaurations de

Léon IIl :

sancli AGAPITI nmrtyris ecclesia

tcmporibus CansIanTINI. m aedificata et iterum renovata

oonsecrala fuit A. DNO. CONslanlino episcopo Praeneslino

in honorent et P(er) INTEÊ Agapili marlyris.

Vient ensuite un calendrier des l'êtes observées d'une manière

spéciale dans cette église. On ne peut manquer de reconnaltre la

haute valeur de ces inscriptions pour l'histoire du principal sanc-

tuaire chrétien de Préneste.

(i0. cool. 12. Clementi: q. p. in l'ellilriai] La cathédrale de Vel-

letri.

(il. iliaconia s. Theodoril Le vocable de cette diaconie, comme

ceux des églises voisines de Saint-Georges, de Suinte-Anastasie,

de Sainte-Marie in Cosmedin, semble en rattacher l'origine un

temps du régime byzantin. La mosaïque qui décore l'abside ne

peut remonter plus haut. On n'a aucune donnée précise sur sa t'ou-

dation. Au commencement du v0 siècle, il y avait à Rome une

cct'lesia Theodoraew'est la que le pape Boniface fut élu, le 28 dé-

cembre ils (t. I, p. 228, note 1). Il faut rapprocher de cette déno-

miiiution une indication fournie par la passion de saint Abundius,

prêtre. 11 y est question d'un groupe de chrétiens arrêtés in domo

Theorlorae, in viciun qui diuilm‘ Canarius (Do Ilossi, Bull. 1833,

p. 156). (Je virus Canarius reparalt dans la passion de saint Lau-


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

rcnt (l0 août); le martyr se rend in vivant qui dicilur Canu-

ri'us,... in domo Nal'cissi clu-isliam'. L'auteur des Mirabilia

(c. 10) sait où se trouvait le vieux Canarius; il le place à Saint-

Gcorges au Vélabre : « vicus Canarius ad 5. Georgium. » Si son

autorité sul‘lisait à établir ce point de topographie, il y aurait

lieu de croire que l’ecclesia Theoilorae du v0 siècle se trouvait


Generated on 2013-08-08 18:55 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

dans le même quartier que la diaconie de Saint-Théodore. Mais

il ne faut pas se lier à l'érudition de l'auteur des Mirabilia; Saint-

’l'héodore s'élève sur l'emplacement d'un monument antique, en-

core :‘1 identifier, mais figuré sur le plan de marbre du Capitole

(Laneiani, dans le Bull. cominiule, 1885, p. {59). Il faudrait de

bonnes preuves pour établir que, dès le temps de l'empereur Ho-

norius, une église chrétienne existait à cet endroit. Ce qui est plus

naturel, c'est que l'ecclesia Theodorae soit identique a quelqu'uuc

des églises presbytérales mentionnées au concile de 499; elle

aura changé de nom dans le courant du \'° siècle, ce qui n'a rien

d'étonnant.

(i2. baailii-a b. Archangeli q. p. in Septimo] Le martyrologe hié-

runymien marque au 29 septembre la dédicace de cette église :

ltomae, via Salaria, miliario V1, dediiralio busilicae angeli Michaelia.

c'est la même [été qui figure il ce jour dans tous les livres litur-

giques romains, y compris le vieux sacramontaire léonicn du

‘(W siècle, où elle est annoncée par la rubrique Natale basilicue

Augeli in Salaria (Muratori, Lit. 11cm., t. I, p. 507). Tout ceci

suppose que la basilique existait déjà, sous ce vocable, au mi-

lieu du v0 siècle. C'est l'anniversaire de sa dédicace qui est

l'origine de la fête de saint Michel, célébrée dans le monde catho-

lique latin le 20 septembre. La basilique s'élevait sur la colline

LIBER Ponriricsus, t. II.

pittoresque de Custel-Giubileo, près de l'antique Fidènes. Cette-

colline, on efl‘et, conserva jusqu'au XIV" siècle le nom de mens 3.

AngeIi, sous lequel on la trouve encore mentionnée dans une

charte de 1297(Nibby, Dintorni, t. II, p. 58). Les ruines de l'é-

glise n'ont pas, que je sache, été retrouvées.

63. mon. .1. Agapili g. 1;. ad i'invulu] Ce monastère paraît avoir

changé plus tard de vocable. Dans un document de l'année 10H

on voit mentionné un Petrua, abéu: nionasterii 3. Marie mile vene-

rabilem titulwn Eudori'e (Galletti, Primieel'o, p. 248). L'abbaye de

Sainte-Marie in monaslerio ml. 3. I’elrum in vincula figure au cu-


42 XCVIII. LEO 111 (795-816). _

67. bas. b. Laurentii infra civ. Tiburtinam] La cathédrale de

Tivoli.

68. bas. b. Iacincti sila in Sabim’s] Le martyrologe hiéronymien

indique au 9 septembre la fête de ce saint et de ses deux com-

pagnons, Alexandra et Tiburce ; In Sabinis, mil. XXX, Iacinti,

Alexandra‘, Tiburti. Le lieu ad 3. Iacintum est mentionné dans des

chartes de Lupus, duc de Spoléte, des années 746 et 747 (Reg.

Farfensc, n" i0, li, t2), et depuis.

69. ecclcsia b. Mareelli, sila in XIIIImo] Cette église se trouvait

au quatorzième mille de Rome, mais on a oublié d'indiquer la

voie.

70. allare s. Dei genelriris q. ap. Mcdiana] Cet autel, situé in

mediana [pot-lieu] doit être celui de l'oratoire construit par Gré-

goire III (plan, 38; cf. t. I, p. 422, note lit).

‘Il. I’erum etiam...] Il n'est pas sur que ce qui suit se rapporte

encore à la basilique de Saint-Paul; vers la fin de cet alinéa la

mention de l'autel de Sainte-Pétronille prouve que l'on est revenu

au Vatican; mais à quel moment précis, c'est ce qu'il est difficile

de déterminer.

72. Vernm etiam — refulgerent] Les mots que je mets ici entre

crochets sont répétés plus loin, p. 18,1. 5-7, à. une place plus ap-

propriée. Il est à croire que cette répétition provient d'une dis-

traction du biographe, qui aura transcrit deux fois le mémepas-

sage dans le registre du vestiaire pontifical.

‘l3. altare b. Gregarii] Sous Léon III, saint Grégoire reposait

encore dans son tombeau primitif, hors la basilique, ante secre-

tarium (t. I, p. 3i2); c'est là qu'il est indiqué par le guide des

pèlerins dans la basilique de Saint-Pierre, c'est-à-dire dans un

écrit du vme siècle (De Rossi, Inser. christ, t. II. p. 228). Ce

passage de la vie de Léon III montre qu'on y avait élevé un


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

autel, longtemps avant que Grégoire IV ne dédiat, dans la basi-

lique elle-même, un oratoire à son illustre prédécesseur.

7L. Hic uero praecipuus praesul] A partir d'ici commence une

longue énumération des églises ou chapelles de Rome, auxquelles

le pape fait don d'une couronne ou d'un canisn'um. Elles sont

distribuées suivant un ordre remarquable. La basilique du La-


Generated on 2013-08-08 18:55 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

tran est placée en tête; vient ensuite celle de Sainte-Marie-Ma-

jeure, suivie de toutes les églises sous le vocable de la sainte

Vierge. Un deuxième groupe est formé par les églises placées

sous le vocable des apôtres ou sous des vocables analogues; c'est

la basilique du Vatican qui ouvre cette série. En troisième lieu

viennent, Saint-Lauréat en tête, les églises consacrées aux martyrs

et autres saints. Enfin une dernière catégorie comprend les mo-

nastères et les hospices. Cet ordre, esquissé acertains endroits du

L. P. lui-méme, ainsi que dans un catalogue d'églises, dressé vers

le milieu du vua siècle et publié par M. de Rossi (Rama solL,

t. I, p.143), est observé aussi dausun autre catalogue des églises de

Rome, dressé au xnr“ siècle et publiére‘cemmentparM. PaulFabre

(Mélanges de l’Écolede Rame, t. VII, p.«i32)-—-Parmi les églises dédiées

àla Vierge nous trouvons d'abord la basilique quasieathédrale de

Sainte-Marie-Majeure, puis le titre presbytéral du Transtévère,

ensuite les diaconies, au nombre de sept, cinq en ville, deux

dans le faubourg de Saint-Pierre; enfin l'oratoire du acenodo-

chium Firmis. La série des diaconies s'interrompt aun endroit

pour donner place a la basilique Sainte-Marie ad Martyre: (le

Panthéon), qui n'est ni cathédrale, ni presbytérale, ni diactæ

nale. Elle vient aussitôt après S. Maria Antiqua, la première

nommée des diaconies. Sur la. liste du vire siècle, ces deux

églises se présentent dans le méme ordre. -— Les églises apos-

toliques sont au nombre de onze; leur liste commence natu-

rellement parles grandes basiliques de Saint-Pierre et de Saint-

Paul. On a compté comme églises quelques sanctuaires qui sont

plutôt des annexes de Saint-Pierre et de la basilique de Latran,

Saint-André et Sainte-Pétronille à Saint-Pierre, Saint-Jean

Baptiste et Saint-Jean l'Evangéliste dans le baptistère Cons-

tantinien. Après Saint-Pierre et Saint-Paul vient le titre d'Eu-

doxia ou ad vineuia s. Pelri, et les basiliques de Saint-André ad.

Praesepc, de Saint-Etienne au Celius, des SS. Apôtres (Phi-

lippe et Jacques) dans la via Lata, enfin la basilique de Jérusa-.


XCVIII. LEO 111 (795-816). '43

quelles en peut voir De Rossi, Bullett., 1867, p. 45.

dans les signatures du concile de 595. Avant cette date, on trouve

l'épitaphe d'un prêtre ou clerc TÎ SC‘E BAlbinne, qui parait

avoir vécu dans le courant du VIe siècle (De Rossi, [toma solL,

t. III, p. 515). Cette épitaphe provient des environs du cimetière

de Balbine. entre les voies Ardéatino et Appienne. Le cimetière

remonte au commencement du rve siècle, à tout le moins; une

petite basilique y fut construite par le pape Marc en 336. Entre

le cimetière et l'église presbytérale du petit Aventin il doit y

avoir une relation étroite. La légende connait (31 mars) une

sainte Balbine, qu'elle t'ait vivre au temps de l'empereur Ha-

drien; mais il n'y a pas grand fond a l'aire lit-dessus, au moins

1879). On trouve des prêtres titulaires ss. Il]! Comnutorum aux

conciles romains de 595 et de 745; au concile de 4599, où ce vocable

n'apparalt pas, on en trouve du titulua Aemih'anae. Le tilulus Ac-

mih‘anae est mentionné plus loin, dans les vies de Grégoire IV

(n° 668) et de Benoit 111 (11° 563); dans cette dernière comme

des églises distinctes. Ici, en raison de la distribution topo-

graphique des églises titulaires, il faut nécessairement iden-

tilierle titulus Aemilianae avec l'une des trois églises titulaires

des ss. Quattro. des ss. Pierre et Marcellin ou de s. Matlhieu

in lllerulana. Mais celle-ci perdit de bonne heure la qualité

d'église titulaire; le lilulus Mntthaei ne se rencontre que dans

les signatures du concile de 499; le‘ L. P. ne parle jamais de

cette église. Quant au titre des ss. Pierre et Marccllin, il figure,

il est vrai, au concile de 595 et j'ai conjecturé ailleurs (Mélange:

de l'école de Home, t. VII, p. 228) que cette église a du

succéder, dès le vie siècle. a celle de Saint-Matthieu, dans la si-

siàllée tantôt sous le nom (les martyrsldont elle consacrait la

mémoire, tantôt sous celui d'Acmiliana,',qui doit lui venir; de sa


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

fondatrice. ' > v Il -

‘>73. in tr'tulo :15. Ànostasiae] v. l'étude que j'ai consacrée à cette

église dans les-Mélanges de l'École de nom, ‘t. vn, p. 337.‘

7€’- tt a diziconia...] cette énumération, jointe à celle des dia-

conies qui portaient le vocable de la sainte Vierge (ci-dessus,

p. 19, l. 2), comprend dix-neuf dinconies urbaines et quatre


Generated on 2013-08-08 18:56 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

annexée au monastère de ce nom. En revanche la diaconie des

SS. Serge et Bacchns, qui existait déjà avant Grégbire 111 (t. I,

p. 420, l. 1), ne parait pas ici. Elle n'est du reste mentionnée

nulle autre part que dans la vie de Grègoire HI. Cette circons-

palalium .9. Pain‘ ou résidait, au 1x0 siècle, le missus impérial,

avait été installé sur l'emplacement de la diacouie de Saints

Serge et n'était même que cette diaconie transformée.

80. in monasterio s. Pancratii...] Ces trois monastères étaient

chargés de la desservance de la basilique de Lntran. au point de

vue de l'office divin. Ils sont nommés dans l'ordre d'ancienneté.

Le premier, celui de Saint-Pancrace, existait déjà antérieurement

au pontificat de saint Grégoire le Grand (DiaL. n, prooerm);

qui portait le nom (l'llonorius, a dû être fondé par ce pape (t. I,

p. 324 et 327, note 21). On croit qu'il se trouvait la où est main-

tenant l'hôpital Saint-Jean. D'après son vocable il devait cor.-

tcnir deux chapelles, dédiées, l'une à saint André, l'autre à saint

jour de Pâques et la semaine suivante. L'Onlo llomanus I, qui

donne le détail de ces cérémonies, l'appelle une fois ad. 5. An-

dream ad Crucem, ce qui porte à croire que cet oratoire de saint

André avait un rapport étroit avec l'oratoire de la Croix fondé

par le pape Hilaire (t. I, p. 2B; cl. p. 266,’ note 20). (let oratoire

était le lieu où le pape procédait, sur les nouveaux baptisés, a

la cérémonie de la cansignatio (confirmation). D'autre'part, le

vieux rite de la procession des Vêpres pascales a évidemment

pour but de faire faire aux néophytes une sorte de pèlerinage aux

lieux où s'est accomplie leur initiation. La procession comporte

deux stations principales. l'une ac! fontes, dans le haptistèro lui-

mèmc; l'autre ad s. Andream ad Cruccm, au sanctuaire de la

confirmation. Ces considérations autorisent à relier l'antique ora-

toire du pape Hilaire au monastère fondé par llonorins et sou-

vent restauré depuis. On remarquera que son nom n'est accom-

pagne ici d'aucune indication de voisinago; le monastère en effet

ne touchait ni au palais pontifical ni à. la basilique. Si, comme


44 XCVllI. LEO 111 (795-816).

le même rapport qu'entre les vocables (le SainbAndré et de

Sainte-Croix, de l'autre côté du baptistèrc. Et ceci est confirmé

par l'absence de tonte mention spéciale des chapelles de Saint-

Venance et de Sainte-Croix dans la présente liste, qui pourtant

a donné place aux deux petits oratoires de Saint-Jean-Baptiste

et de Saint-Jean l'Èvangéliste. Saint-Venance et Sainte-Croix

avaient trop d'importance pour n'y pas figurer: aussi n'hésilé-je

pas à les retrouver dans les chapelles monocales de Saint-Êtiennc

et de Saint-André.

81. in mon. 3. slephani (1. p. (id b. Petrum] Voici les quatre

monastères de Saint-Pierre, dont il a été question t. I, p. 2l],

note il; p. 422, notes 13, H; p. 459, note 42; p. 518, note 49.

Ils ne sont pas énumérés ici dans l'ordre de fondation, car c'est

justement par le plus jeune que l'on commence.

82. in mon. 3. Cesarii g. p. ml b. Paulum] Des deux monas-

téres de Saint-Paul, l'un, celui de Saint-Césaire, s'élevait sur le

même emplacement que l'abbaye actuelle; l'autre, celui de Saint-

Étieune, se trouvait dans l'atrium de la basilique. Ceci résulte

de la formule vu, 3 du Liber Dira-nus (: 87 Ilozière), où il est

marqué intro atrio beali nposloli Pauli. Déjà au vm siècle il y

avait à cet endroit un oratoire de Saint-Étienne; l'un des topo-

graphes de ce temps (De Ilossi, Roma 3011., t. I, p. 18:2) l'indique

en ces termes : « Ante frontem eiusdem basilicae oratorium est

Stcphani martyris; lapis ibi, quo lapidatus est Sleplianus, super

altare est positus. » Le destinataire de la formule du Liber Diurnus

est évidemment l'abbé de Saint-Gésaire ; lepape lui prescrit de réu-

air à son propre monastère celui de Saint-Étienne, alors désolé

et clépeuplé. Cette union, ell‘ectuée antérieurement à la compi-

lation du Liber Diurmts, fut en maintenue ou renouvelée plus

tard; deux chartes du cartulaire de Subiaco (Reg. SubL, n“ E27,


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

139), datées de 961 et de 967, mentionnent un Roizo, abbé ven.

monaslerii beali prolomarlyris Ievilc sancli Slephmzi et Cesarii qui

vocalur quattuor angulos, silos arl b. Pnulum apostolum. — Ces

deux monastères sont mentionnés dans la vie de Grégoire Il

(t. ‘I, p. 397), comme ayant été reconstitués par ce pape; il est

possible que ce soit à cette reconstitution que se rattache la.


Generated on 2013-08-08 18:56 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

formule du Liber Diurnus.

83. in mon. ss. Cosm. et Damianî q. p. z'uzla Praesepem] Sur les

trois monastères de Sainte-lilarie-ltlajeure, v. t. I, p. “0, note 7.

Celui des SS. (Mme et Damien se continua, jusqu'au XVI“ siècle,

dans une église placée sous le nouveau vocable de Saint-Lue,

qui fut détruite par ordre de Sixte-Quint (Martinelli, Rama ex

cthn. sacra, p. 353).

8}. mon. 3. Andree 1]. op. Massa Iuliana] Cette église de Saint-

André a été désignée de bien des façons, et il en est résulté beau-

coup de confusions. Les plus anciens textes où il en soit question,

la vie de Simplieius (t. I, p. 249) et certaines rubriques de la li-

turgie « grégorienne n, se bornent àmarquer son voisinage par rap-

port à Sainte-Marie-Majeure : iuzta basilicam 3. Marine, post Prae-

sape. Dans la vie de Grégoire II il porte le nom de Barbara, quorl

Barbare nuncupalur (t. I, p. 397) et cette appellation se retrouve,

sous une forme plus complète, dans cette même vie de Léon III

(p. 28,1.17), cala Barbara palricia.D’autres fois, comme ici,elle est

dite in Massa Iuliana. Cette désignation reparait assez souvent

dans le courant du moyen-âge; ainsi, dans une charte de 908,

Ëitée par'M. de Rossi, Bail. “3'”, p. 7, dans l'Ordo de Cencius

amerarius et dans la liste des églises de Rome citée plus

haut, note“. Au déclin du xm' siècle on voit npparaltreles dési-

gnations in Aurisario, in Piccina, in Assaro; cette dernière, propre

au catalogue de Turin, est probablement une corruption de Au.

risario. Quant à celle-ci, elle n'apparaît dans aucun document

qui soit certainement antérieur à la fondation d'un'hépital en cet

endroit (1259); le plus ancien des documents produits à ce propos

par Bosio (Rama sofL, m, 47) ne remonte qu'a l'année i261. L'ex-

pression in Piscina est encore moins anciennement attestée; je la

trouve pour la première fois. conjointement à. l'autre, dans une

lettre de Nicolas IV, du 23 décembre i288 (Registre, éd. Langlois.

t. I, na 763). Il est donc possible que ces appellations n'aient rien

à voir avec l'antiquité. Il n'en est pas de même des deux autres.
colonno Trajane.

89. omlor. s. Stop/tant g. p. in Dulciti] Inconnu.

90. oratoz'. SS. Sergii et Bac/lit‘ 7. p. in Calintco] Dans la vie de

Pascal il est question d'un monastère de femmes, sans le vocable

teranensis. Je ne sais si c'est le même que celui-ci.

91. or. x. Agnetis q. p.

Agnès sur la place Navone. Le monastère de Sainte-Agnès quae

dicttur Dua fol'na,

il y avait sans doute dans sa construction deux arcs (famines,

apparents. (l'est la que l'on a loca-

lisé la tradition de l'exposition de sainte Agnés dans un man-

92. or‘. 8.

téressant d'i

ce que je trouve à. ce sujet. Le cartulairo de Subiaco mentionne

assez souvent un monastère de Saint-Vit, mais sans dire ou il

est. Une maison avec église de Saint-Vit, sise regione l'll. iua'ta

traxenda, n'a rien de commun avec ce monastère. Le catalogue

topographique de Turin (Urlichs, p. lT-l) marque aussi une église

ver l'emplacement.

93. in monasterio Mie/watts} Inconnu.

94. in manaslerio s. Sergit] Inconnu, "

celui du Latran, ci-dessus, note 90.

‘ en a reconstitué

l'histoire et indiqué l'emplacement d'après des pièces d'archives.

bord sous celui de Sainte-Agatlie, puis sous celui de

Etienne.

96. in mon. 3. Iszdon] Inconnu. Une charte de l'année 965 (Reg.

S14“. 11'' H0} mentionne une vinea de sanclum Yaidorum. Je ne

banc, appartenait au monasteio romain de Saint-Isidore. L'é-

glise actuelle de Isidoro n'a rien a voir a

tàre.
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

nom, mais changea de vocable. On le trouve en effet sous le nom

de monasterium sanclae Marine qui vomtur Tempuli, ou in Tempuli,

dans une charte de 967 (Reg. SubL, 120) et dans deux autres de l0.'l.’i

dans le catalogue cité plus haut, note 74, et dans celui de Turin.

son oratoire de

qui existe encore sur la voie Appienne et que l'on a confondue


Generated on 2013-08-08 18:56 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

longtemps avec Snint-Césaire in Palatio (t. I p. 377, note l2).

99. in mon. .7. Simmetm] Le monastère de Corsa; fut restauré

. Marine in man. Aquae Saleiae] C'est la. plus ancienne

SaintesMarie scala Caeli,

Saint-Pierre prés de l'endroit marqué au surle plan, où s'élevait

l’église Saint-Vincent. Ce monastère, mentionné ici en dehors du

avoir eu quelque chose de particulier. C'était peut-être un couvent

de femmes.

105. tu mon. .9. Agnclis... s. Eugeniae] Monastères annexés aux

basiliques suburbaines de Sainte-Agnès et de Sainte-Eugenio.

Le premier au moins était un monastère de femmes.

l06. or. 8. Gregorii g. p. in Campa Merci] Au 3:0 siècle il y avait

in Campa Mal‘liü un monastère de femmes, placé sous le double

vocable de Sainte-Marie et de Saint-Grégoire : le Reg. Sublaceme,

tinelli, Rama sacre, p. H8 et sniv.).

. Marie in Tempore est 111'8-


46 XCVIII. LEO III (795-816).

m7. ipse ver-o — et une. 11] Ces deux alinéas ne sont que la

répétition, évidemment involontaire, des deux articles relatifs à

Sainte-Sabine et a la diaconio des SS. Silvestre et Martin.

108. in .tenodochium] En joignant à ces trois :renozlochia celui

qui a été mentionné plus haut, p. 99, 1. t7, on peut dresser la

liste suivante :

:ren. Firmis (oral. s. Manioc),

un. Anirhicrum (oral. s. Luciael,

zen. a Valeris (ami. 3. Abbaryri),

.ren. Tur-i'lm (oral. 35. Comme et Damiani).

Ceci doit étre rapproché du texte de la vie d‘Ètienne Il (t. I,

p. H0) où il est question de quatre .renodochia in haa' Romano

urhe sila anliquitus. Il est sur qu'aucun des quatre que mentionne

la vie de Léon 111 ne peut être identifié avec le .renodochium in

l'lnltma, fondé par Étienne II; celui-ci fut absorbé bientôt par la

diaconie de Saint-Eustache; les documents ne le mentionnent

jamais. D'autre part, le L. P. (VIGILE, t. I, p. 296) mentionne la

fondation d'un .renodochium in via Lala par Bélisaire, vers le

milieu du V1. siècle. Cet établissement avait un oratoire sous le

vocable de la sainte Vierge, l'église actuelle de S. Maria di

'l‘revi, connue au moyen-âge sous le nom de S. Maria in Xeno-

don/ria. On pourrait, en partant de là, l'identifier avec le a-enodo-

r-hium Firmis. Dans la correspondance de saint Grégoirele Grand.

il est question de trois æenodochia, appelés respectivement Am‘cio-

rum (Ep .xrr, 29), viae Novae (x, H), Voler-in‘ (rx. 28). Le premier et

le dernier se retrouvent dans notre liste. M.de Rossi a démontré

qu'on doit chercher le zen. Valerii sur le Celins, près de la ba-

silique Saint-Êtienne et de l'ancien monastère de Saint-Èrasme.

Il en a rattaché les origines à la demeure des Valerii Severi du

[V8 siècle, qui s'élevait certainement à cet endroit. C'est évidem-


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

ment àquelque fondation del'illustre famille des Anicii que se rat-

tache le renodochium Anicz‘orum mentionné aussi par saint Grégoire.

Le vocable de Sainte-Lucie permet de faire quelques conjectures

sur son emplacemcnt.0n est autorisé à le chercher la où se ren-

contrentplus tard des églises de Sainte-Lucie. Les deux diaconies

in Orphea et in l'lI aoIiis doiventetre écartées; il en est de même


Generated on 2013-08-08 18:56 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

de S. Lucia dclla Tinta, qui appartenait au monastère Renuti.

ltcstent les trois églises de S. Lucia in Canlu sccuto (S. Lucia

dol Gonfalone), de I’inea ou de Calcarnrio (S. Lucia delta Botteghe

oscure) et de Confinio ou de Columna (prés la place Colonna, ac-

tuellement détruite), entre lesquelles on peut choisir. — [teste

le .unodochium Tucium avec son oratoire des SS. Côme ct Da-

mieu. Je ne saurais dire s'il doit être identifié avec le arenodo-

tritium viae Nova: du temps de saint Grégoire. La situation de

celui-ci est d'ailleurs incertaine. car on ne saurait dire si la via

Nova où il se trouvait était l'ancienne rue de ce nom qui menait

du Palatin au Vélabre, on la rue homonyme qui donnait accès

aux thermes de Caracalla.

109. in oratorio s. Andree ubi supra] Cet ubi supra montre que

l'oratoire en question se trouvait dans la diaconie de Sainte-

Marie Antiqua.

‘H0. seutos... Il scripte: ulroeque :imbolum] Ces deux écus (scu-

los),lplacés, l'un a droite, l'autre a gauche de la porte par la-

quelle on entrait dans la confession de Saint-Pierre, contenaient

le symbole en grec et en latin. Il est probable que ce symbole

n'était autre que celui qui est actuellement en usage, dans les

deux églises, sous le nom de symbole de Nicée. Depuis les temps

byzantins il avait été substitué, a Romo. comme symbole baptis-

mal, à la très vieille formule appelée symbole des Apôtres. A

Constantinople et dans toutes les églises d'Orient l'usage s'était

introduit de réciter le symbole à la messe. Cet usage existait

aussi en Espagne; il fut sanctionne en 589, par le troisième coa-

cile de Tolède (c. 9) : on le récitait avant le Pater. En France, au

moins depuis le temps de Charlcmagne, le Credo avait également

sa place dans la liturgie de la messe : on le chantait tous les

dimanches, après l'Évangile. Cet usage avait été autorisé par

le pape Léon III (Hardouin, Canin, t. IV, p. 972, 973); mais la

coutume de Rome était différente. Le symbole n'était, à Rome,

ai lu ni chanté a la messe, si ce n'est une fois par un, le jour où


XCVllI. LEO 111 (795-816).

in"

monte pour arriver à l'atrium de ceux qui se trouvent entre ..

l'atrium et la basilique,

tu‘. parle data-41...] Du coté du palais pontifical.

115. Icospilalem in quo Ioro qui Naumachi'a dicitur] Au moyen-

âge on appelait Naumacbie la région qui s'étend entre le palais

pontifical actuel et le château Saint-Ange. Les Mirabilia (Urlicbs,

p. 106) et P. Mallius (De Rossi, Insnn, t. II, p. 220) y placent le

légendaire Sepulcrum Iiomuli, quod vocatur meta, pyramide funé-

raire qui ne fut détruite que sous Alexandra VI et qui se treu- '

vait vers l'emplacement de l'église actuelle de S. Maria Trans-

pentina. D'autre part l'hôpital dont il est ici question contenait

un oratoire sous le vocable de saint Pérégrin (ci-dessus, p. 28,

l. 5) ; il s'appelait même quelquefois hospilalc s. Peregrini

(PASCAL, n. 139). Or l'église S. Pellsgrino témoigne encore de

l'emplacement et de l'oratoire et de l'hôpital. Elle est située au-

dessous du palais pontifical, dans le quartier de la garde suisse.

L'édifice antique d'où cette région tirait son nom est mentionné

par les régionnaires du 1v° siècle (naumachias i‘ : il faut évi-

demment lire naumachias Il, l'autre était située sous le Jnnicule,

près la porta Portcse) et par Procope, BeIl. Goth., 11, I, dont la

description ne saurait se rapporter au cirque de Nérou, détruit

depuis longtemps au moment où il écrivait.

116. sa. Cllristi' martyrum corpora] M. de Rossi (lnscn, t. II,

p. 278) rapporte ici l'inscription suivante, publiée par lui d'après

un manuscrit du 1x° siècle (Parisin. i841).

Comlita sancta cupt's si nasse pignoru. Ierlor,

hunc venerare Iocum tilulus quem sanctus (ulornat.

Hoc Iubor et sludium det‘orauit papas Leom's

quod prosil meritir eius in vita peraemie.


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

llic veneranda Dei consistant membra piorum

et L'lausa recubant operora sub antra ruronum‘

Flagita hic veniam, cie frequcns inlima coulis

et fcssa diutinir co/ztunde pectora pugnis,

ut placidu: purge! tua Chri'slus vulneru menlis

et lelus adeas caelum reynumqiu! bealum.


Generated on 2013-08-11 07:58 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

M. de Rossi propose de lire antra Sawonum à la fin du v. 6. Il est

conduit à cette conjecture par l'idée que l'hôpital de Léon 111

était situé de l'autre coté du portique de Saint-Pierre, dans ce

que l'on appelait le vieux Sazonum. .\[ais ce système repose sur

une confusion inadmissible entre le cirque de Néron et la Nau-

macliie (cf. la note précédente). L'expression operosa sub antra raca-

uum, exactementeu inexectement transcrite. ne peut désigner que

les constructions quisurmontaient le tombeau des saints (membm

piomm). Elle ne fournit aucune indication topographique. Dès

lors l'attribution de l'inscription elle-même à l'hôpital Saint-

Pérégriu devient incertaine.

117. Grailus vrro...] Sur ces degrés, v. t. I, p. 262, l. 7.

118. or. in honore b. Archangeli] Les ruines de cet oratoire dis-

parurent lors de la construction du palais de Latran sous Sixte V.

Rasponi (De basilica Laleiu, p. 358; cf. la copie de Grimnldi dans

le cod. Vat. 6t38, f0 39) cite un fragment d'inscription qu'il rap-

porte à la façade de l'édifice détruit ITA PETRI AD IIONO-

REM ARCIIANGELORUM LEO TERTIVS PAPA FIEItI IVSv

Sl'l‘. Suit le monogramme de Leo papa.

119. Macronam .. Laleranenris patriarcliù] Le portique nord du pa-

lais extérieur ou occidental, depuis le campu.x,c'est-à-dire depuis

les environs de l'obélisque actuel jusqu'au delà des images des

Apôtres. Sur l'emplacement de ces images,v. t. I, p. 378, note 26.

120. alterius basilime] Ainsi la basilique de saint Agapit était

double, comme celle de saint Laurent et celle de sainte Sympho-

rose (De Rossi, Bull. 1878, p. 75).

121. basilicam b. steplumi, via Lutine] Dans les'ruines de cette

basilique (cf. t. I, p. 239, note 1, et p. 531) on distingue des mar-

bres sculptés qui peuvent etre du xxe siècle et avoir quelque rap-

port avec les restaurations exécutées sous Léon III. Il y a même

une inscription du temps du pape Scrgius II; les lettres sont distri-

buées en deux colonnes verticales, incomplètes en haut.... S STEP-

I'IANI PRIMIS MARTIRI EGO LVPO GRIGARIVS..... E GAN


718 XCVIII. LEO ÏII (795-816).

église (les SS. Néréu et Achillée est encore, dans ses maîtresses et Léon 1V disparurent au un‘ siècle. alors que Pascal II fit

œuvres, l'édifice construit par Léon 111. Sur l'arc ubsidal on voit transporter les restes de ces trois papes sous l'autel de l'oratoire

une mosaïque représentant la Transfiguration au milieu, l'An- Saint-Léon, où reposait déjà, depuis la fin du vue siècle, leur

nonciation à gauche (du spectateur), et une scène analogue à illustre prédécesseur Léon le Grand (t. I, p. 379, note 35). Cette

droite : la Vierge tenant l'EnI‘nnt Jésus, un ange à ses côtés translation est attestée par P. Mallius (De Rossi, Inseiz, t. il.

(Garrucci, Slaria delI‘ m-Ic crist. p1. 284). p. 201) : « Oratorium s. Leonis papas IIII, in quo, sicut snepc

130. commmiùrales] Je crois qu'il s'agit ici de calices ministériels, :1 nostris maioribus accepimus, videlicet a domno presbylcro

c'est-à-dire servant à distribuer la communion aux fidèles 50 ‘s Cencio prioru et domno Petro Christiano, sunctnc rccordationis

l'espèce du vin. domnus Paschalis papa 11 corpus beatiLeonis I etII et III cl [111

1:10. Sepultus rest....] Lostombenux primitifs de Léon 11. Léon IIl reconditlit, sicut etiam multi nostrorum viderunt. n
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-11 07:58 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
XCVIIII. STEPHANUS llll (Sis-8&7). 49

XCVIllI.

STEPIIANUS, natione Ronlanus, ex patre Marino, sedit menses vll. Hic a primeva etate in patriarchio Late- l m

ranense sub sanctae memoriae domno Adriano papa nutritus atque edocalus, nobili prosapia ‘ atque clarissimo

genere ortus1 adhuc in parva aetate ad discendam sacrae disciplinae scientiam studiosius vigilabaL Defuncto

vero sanctae memoriae iamfato domno Adriano papa, in locum eius domnus Leo papa successit. Qui praedictum

si domnum Stephanum conspiciens bonae conversationis atque humilitatis mores degere, eum ad subdiaconatus

ordinem promovit. Quem cum magis ac magis spiritalibus studiis vacare conspicerety Domino annuente, ad 427

diaconatus2 culmen eum provehit. Et ex tunc multipliciter spiritalibus pollens studiis, maximam tam ad evan-

gelizandum populo sollerter ac clare divina atque ewangelica verba quamque ad exercendam aecclesiasticam

traditionem gessit curam. Et ita spiritus sancti gratia in eius corde refulsit ut in omnibus eflicax idoneusque

¡0 conprobaretur. Sicque factum est ut dum de hac vita migraret antefatus domnus Leo papa, ilico dum ferven-

tissimo affectu a populo Romano diligeretur, isdem praecipuus ac sanctissimus vir stephanus ad sacrum pontifi-

catus culmen est electus. Qui uno omnes affectu parique amore eum ad ecclesiam beati Petri apostoli perdu-

centes, Dei ordinante providentia, papa 3 Urbis consecratus est.

llic sanctissimus vir, in pontificatu iam positus, pro i contirmanda pace et unitate sanctae Dei ecclesiam u m

15 franciae arreptus est iter, apud piissimum et serenissimum domnum Ludowicum imperatorem. Qui cum

Franciam pervenissetv tanto honore atque exaltatione a

praedicto piissimo principe atque francorum populo

susceptus est quanto vix lingua narrare potestg et tantam illi Dominus gratiam largire- dignatus est ut omnia

quacumque ab eo poposcisse dinosciturq in omnibus impetravitg in tantum ut isdem piissimus princeps pro illius

amore in finibus Francia super omnia dona quae ei largitus est, cortem 5 de suo proprio fisco beato Petro apos-

20 tolo perpetuali usu per praecepti paginam concessit. lsde

m vero sacer antistesl exemplum sumens lledemptoris

nostri, qui pro nobis de celis dignatus est descendere et de captivitate diaboli nos eriperey omnes exules ° qui

illic captivi tenebantur propter scelera et iniquitates suas quas in sancta Romana ecclesia et erga domnum

Leonem papam gesseruntl pro pietate Ecclesiae secum reduxit.

Fecit autem in ecclesia beati Pelri apostoli ad vincula timiamaterium de argento desuper deauratoj pens. lll

25 lib.

immo et in eadem ecclesia fecit vestem de chrisoclavog cum

. item fecit gabata argenteav pens. lib.


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

. Similiter fecit vela olosirica cum periclisin de fundato, numero

gemmis, habentem historiam beati Petri apostoli. item

fecitvela de fundatoy numero . Et in monasterio ubi supra’ fecit calicem de auro cum gemmis ornatum, pens.

lib. , et patena de argento desuper deauratat pens. lib.

VARIANTES DES

i sedit <ann0s Vll> Ev — 4 iam praephato V - successit]


Generated on 2013-08-11 07:58 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

Hic desinit V — 5 degeret DE (corr. d) —- a vacaret conspi-

ciens E — 7 provexit c — maxima E- ad om. D - 9 gratiam

E —- l0 antepraefatus E- u praecipuus ac om. D — i2 erec-

tas D — omnes uno E — pariterque D

u pontiticatus E —- 15 Hludowichum C : Lodoguicum E —-

i6 Francia E —exull. E -- l7 lantaE(corr.) — l8 quae CE -

Linrm Pom'mcnus, t. 1l.

. [lam fecit crucem de auro cum gemmis, pens. lib.

MANUSCRXTS.

49 curtem CE- 20 praeccplionis E —— sacerdos et ant. c —-

22 captivitate E — sanctam ilomanarn ecclesiam E — 23 pro-

prietale CD — deduxit D _

u deauratum ¡‘I-25 Item <similiter> E -de argento CE

--olobera c- 26 immo-numero om. D -— 27 vela} vestem c -—

28gcmmis <omatum> E -- lib. <X> D

. 429
XCVIIII. STEPHANUS 1111 (816-817).

IV

50

Fecit autem et in sanclo Theodoro in Sahellum crucem de auro cum gemmis ornatam

pens. lib.

et calicem de argente,

Fecit autem praedictus venerabilis et praeclarus pontii‘ex in basilica beati Petri apostoli ad Vincula patenam

et calicem de argente desuper deauratum, pens. lib.

tihus suis, pen‘s. lib.

.llem ubi supra fecit coronam de argente cum penden-

Enimvero et in oratoriol sanctae Barbarae martyris in Subora l'eclt vestem de fundato. Necnon et m baslllca

beate llelenae fecit vestem de l‘undalo.

V Hic vero divina vocatione de bac luce suhtractus ad aeternam migravit requiem. Sepultus vero est ’" in basi-

lica heati Petri apostoli. Fecit autem ordinationem I in mense decembrio, presbiteros Vllll, diaconos llll; .epis-

copes per diverse loca numero V. Et cessavit episcopalus dies ll.

VARIANTES DES MANUSCRITS.

1 in om. C — Sahelli D: Sabello C4 ornala D -— 5 pens. lib.

om. C

8 vero om. CE — subtractus est D -— est om. D

NOTES EXPLICA'I‘I V ES .

i. nobili prosapiu] Cette noble famille donna, dans le cours du

me siècle, trois papes à l’église romaine, Etienne 1V, Sergius 11

et Iladrien 11. V. ci-dcssons, n“ 479, 613 .

2. al] diaconalus -— est z'lcl'lus] Tout ceci est copié mot à mot

sur la vie d'I-ladrien, t. I, p. 486, 1. 18-24. Même dans les lignes

qui précèdent on reconnaît que la vie d’lladrien a servi de mo-

dèle.

3. papa Urbi's conset‘mlus est] Cette consécration immédiate est

un fait d'une certaine importance. Etienne IV est le premier pape

qui ait été promu depuis le rétablissement de l'empire (l'occident.

On s'est demandé souvent, et un se demanda dès l'année 316, si


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

cette restauration impériale n’entraînait pas le renouvellement de

la coutume d'apres laquelle les élections pontificales étaient véri-

liées soit à Constantinople, par l'empereur lui-même, soit à Ra-

venne, par l’exarque, son représentant. Sans doute cette coutume,

introduite pour empêcher les svhismes, avait été a peu près

abandonnée dès avant la cessation de l’exarchat et du régime


Generated on 2013-08-11 07:58 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

byzantin : Zacharie et Etieune 11 avaient été ordonnés sans que

l'on eût sollicité l'approbation des autorités impériales de Ba-

venne; l'élection de leurs successeurs, Paul, Constantin 11,

Etienne lII, lladrien, Léon Il], n'avait été vérifiée ni parla cnur

{rauque ni par aucune autre autorité séculière. Mais ne (levait-

ou point revenir à l'ancien système, maintenant que l’empire

avait été rétabli en Occident? 11 est impossible de démontrer que

Charlemagae ait réglé cette question ou laissé des instructions

pour la régler après lui. Elle ne se posa, en fait. qu'après sa

mort, Etienne 1V ayant été le premier pape élu depuis le réta-

blissement de l'empire. ‘A Rome on ne jugea pas que cette cir-

constance eut créé des obligations nouvelles. Le pape flt prêter

aux Romains un serment de fidélité à l'empereur Louis (Thègan,

c. {6) et s'empressa. de lui notifier son avènement, en lui en-

voyant deux légats « qui quasi pro sua consecratione imperatori

a suggererent » (Ami. Einh.)', ct‘. Vita Lud. [l'Astronome], c. 26 :

» legationem, quae super ordinatione eius imperatori sntisl‘ace-

n ret. » On ne peut nier que cette dernière expression ne semble

impliquer l'idée d'i‘xuuser quelque irrégularité, de calmer une

certaine appréhension. Mais il faut observer que la biographie

anonyme de Louis-leJ‘ieux n'a pas grande valeur, dans les détails

de cet ordre, pour les premières années du règne, et que d'ailleurs

elle a été rédigée peu après 840, à une date où l'empire récla-

mait certainement le droit de confirmation; cette circonstance a

pu influer sur la façon dont il parle ici des évènements du

l'an 816.

4. pro mnfimmnda pare....] Ann. Einh. : Leo papa. anno ponti:

ficatus sui vicesimo primo, circiter "HI kal. iun. (fausse date)

de corpore migravit, Stel‘nnusque diaconus in locum eius electus

nique ordinatus est; nondumque duobus post consecrationem suam

exactis mensibus quam maximis poterat itineribus ad imperato-

rem venire contemlit. missisque interim duobus legatis qui quasi

pro sua consecratione imperatori suggererent. Quod ubi impara-


XCVIIII. STEPHANUS IIlI' (810-817).

51

pian ummoriae liludowicus imperator sancto Pelro trarlideml et

\Vido quidam comas par plures annos tenuemt. u Vandeuvrc, lo-

calité située entre 't‘royes et Bnr-sur-Aubc. autrefois comprise

dans la diocèsü de Laugres.

0. Umues mules —— ser'um deduxil] Les historiens franks négli-

gent ce fait. Sur ces éxilés, v. ci-dessns, p. 7, 8.

7. 1'! in mumlstm'iu .ubi supra] Le monastère de Snint-Agapit.

voisin de la basilique eudoxienne. Ci‘. ci-dessus, p. Ai, note 63.

s. in ami. 3. Bai-barde in Subm-a] Cette chnpællo n'est pas mon-

tionnée ailleurs.

9. in bnsi'lit'a h. [le/amie] L'ancien mausolée de sainte Ilélêne sur

la voie Lubicnne (i. I. p. 108. note 90). déjà qualifié d'église dans

les itinéraires du vu“ siècle (De Rnssi, lloma salt., t. I,

p. 173, m).

il). Svpultus est ....] La duc n'est pas marquée. Les nnnalistcs

frnnks indiquent le il ou le 25 janvier 817, qui Cillil‘û à peu près

avec la durée (le sept mois assignés ci-dcssus au pontificat. L'é-

pilaphe a disparu. '


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-11 07:58 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
7 se . C. PASCHALIS (en-s24).

C.

430 l PASCIIALIS, natione Romanus, ex patre Bonoso, sedit ann. VII mens. dies XVII. Qui ‘ a primevo etatis

suae divino cultu mancipatus atque sacrosanctae ecclesiae patriarchio studiis divinae salutiferaeque Scripturae

inbutus, tam in psalterio quamque in sacris paginibus novi ac veteris Testamenti spiritaliter eruditus, elegans

atque in omni bonitate perfectusl subdiaconus quidem factus et postmodum presbiter honoritice consecratus est.

Erat autem vir Sanctus, caslus, pius, innocens, magnanimus loquela, devotus, pudicitia plenus. et nimis 5,

bilariter iucundeque in aelemosinis pauperum cuncta quae babebat oportune distribuens. In colloquiis ergo

divinis frequentius cum religiosis ac sanctis monachis sedula observatione die noctuque insistebatg et in oratio-

nibus ac vigiliis cotidianisque ieiuniis humiliter atque honeste vigebat.

n Qui dum praedecessor eius domnus Leo ter beatissimus papa tanto studio pervigil et religionis devotus cons-

pexisseti tunc ei monasterium beati Stephani primi martyris qui appellatur Maiorem, iuxta basilicam beati Petri m

principis apostolorum ad regendum commisit, quia scriptum est : « Nemo lucernam accendit et in abscondito

ponit, neque sub modio, sed super candelabrum ut qui ingrediuntur lumen videant. » Unde qui sibimet vitae

huius temporalis pro aeterna lucra sobriae atque utiliter moderando correxit exemplum bene vivendi in subditis

. et correctio pietatis religiosius exornareL Qui etiam gratiam hospitalitatis in peregrinis et claudis qui ob amorem

beati Petri apostoli de longinquis regionibus ad eius limina occurrebanty utiliter praeparantes necessaria submi- tii

nistrabat, et occulte quae egerat hilariter erogabatv et semper cotidie in Dei operatione crescebat usquequo

III praedecessor eius domnus stephanus papa de hac luce ad aeternam beatitudinem emigrasset. Dum ergo tanta

bonae operationis exempla praecipue longe lateque fama discurreret, et omnipotens Deus regimen Ecclesiae suae

sub piae gubernationis cura annuens apte moderanterque disponeret, una 2 concordia, una eademque voluntate,

divino interveniente consultur a cunctis sacerdotibus seu proceribus atque et omni clero, necnon et optimatibus 20

vel cuncto populo Romano, ad laudem et gloriam omnipotentis Dei in sedem apostolicam pontifex 3 elevatus est.

Erat enim ‘patrum praecepta, seu instituta pontificum atque canonum regulas, necnon legum sanctiones decen-

tissimus observator. et cuiquam iustitiae normam a tempore ordinationis suae nobilissimus promulgatorg tardus

ad irascendum et velox ad miserandum, nulli malum pro malo reddenteml neque vindictam secundum cuius-

quam commissum tribuentem1 sed semper misericorsg sub piae dilectionis omnibus civibus et a neo commisso 25

populo Romano amator et gubernator existebatg omnium etenim ecclesiarum Dei cum summo studio atque

summa prudentia pro solita religionis cura cultorr restaurator atque in omnibus devotissimus exornator.

431 Hic beatissimus praesul multa corpora sanctorum requirens invenit, quos et diligentius intro civitatem ad

honorem et gloriam Dei honeste recondidit Rogam t etiam omni clero suo in presbiter-io profecto multipliciter
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

ampliavit. Et quia omnem thesaurum in sacrario caelesti recondidit, maxime propter captivos et exules, non 30

VA-RIANTES DES MANUSCRITS.

l Paschales E -— an. VI C — mens. V E — d. xvi E — 2

cultui CE —— 3 paginis CE. —- veteri E — specialiter E

9 depraecessor E-tanlis studiis E : tanti studii C —'H acc.] omni om. CE -— 22 sanciones n — 24 nullum E

abscondit D —13 <lucra> pro e- <et> exemplum CE ~14 28 praesul <multipliciter benignus> C -— 29 Rogam-recon-
Generated on 2013-08-11 07:59 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

clodis ca - l5 <de> reg. D — praeparans n. subditis minis- didit om. E (suppL) - 3o tesaurum D -

trabat C -— 17 ac D — migl'. E — l8 praecipuae D — 19 mode-

rateque E - disponere codd. : disponeret com'eci - 2o et ante


C. PASCHALIS can-om.

tantum a transmarinis regionibus, viros ac muliere , v ‘ m per jonginquos

viarum itinere passim perquirendo, tam Spaniae '

verus pastor ad propria perduxit.

martyrum Processi et Martlmam

pens simul hb xxxvi necnon et aliam imaginem ex auro purlssimo obtuht, ad ornatum lamfatl oratom

pens.l1b M11 et une HI S1m1l1 modo canistr

Sed neque hoc silentio praetereundum esse arbitram

ur quod eodem tempore,

quorundam a

gentis Anglorum desidiam ita est omnis illorum habitalio,

30 flamma ignis exundante conbusta,

Cuius exuberantes incendio pene

diabolico operante versutia, per vn

quae in eorum lingua burgus dicitur.

ut etiam nec vestigia pristinae habitationis in eodem loco inveniri potuisseL

tota porticus quae ducit ad basilicam principis apostolorum ignis fomitem

VARIANTES DES MANUSCRITS.

1 pro E- l magnitudinis pulchra et decorata nimis E — 5

contextam E — perfig. E — 6 eiusdem CE (0m. demum) - 7

Slxfi E — desuper CE

i e Petronellam ce —

u pensatur D

om. CE — aliorum E- Hinsimul CE —et om. c —- ad om.D —

iam praefati E — is pens. 2° 1. <omnes> C — is conchajcoro-

na D-qui E :0»). C — <et> une. (JE-20 <mirae decoratio-

nis> exorn. CE-22 quem om. C- ne bratli D —circumsata C

29 gentis om. c — 30 flamma <dicitur> E

io decoranler c - 1| cameram c -

.xu c — <et> unc. CE (bis) — is Iesu chrisli

g
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-11 07:59 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
M o. PASCHALIS (817-824).

433

434 VIII

IX

. Romanorum, episcopis,

devastavit. Et dum liaec, ter bentissimus pontifex quasi hora noctis conticinium porsensisset, subito propter

umorem aecclesiae heati Petri apostoli atque lantam peregrinorum illorum devastalionem nudis pedibus calciatus

equester cucurrit. Qui îanlam omnipolentis Dei in eius adventum misericordiam adl‘uit, ut locus in quo Vprius

idem quoangelicus ponlil‘ex constilit, nequoquum uherius impetum îgnis lransgredi permisit; sed ipse Dei cle-

mentia exorundo et multitude fidelium qui adorant decerlando, aciem ignis Deo miserante extincta est. Sicque

peractum est ut totius noctis spatium usque auroram ohservantes in eodem loco perstetit. Unde postmodum ter

heatissimus pastor, cons‘iderans illorum peregrînomm inopiam; quam oh insidiam diabolice fraudis inrepta est,

tanta doua tantaque beneficia, sicul semper solitus crut, in eorum necessitatibus iupertivit, tam in auro seu

argente vel corporum indumenta, quam reliqua necessaria alimenta, omnia uherius subminislr‘abat. Sed et si!-

varum copia pro lignorum utilitate, quatenus domiciliu sicut ante in eodem loco fuernnt, utililer restaurarent.

Portions etenim quae ah eadem clude vaslatn est decenter quam fuerat in melius firmissime restauravit.

Ilio praeclarus pontifex fecit in ecciesia heati Petri principis aposlolorum, nutritoris sui, vela chriso’claba per

amos presbiterii, habenlem stol'iam de mirabilihus aposlolorum que par eos Dominus operari dignatus est,

numero XLVI.

Ecclesiam 9 elenim beatissimae Chrisli martyris Praxedis, quue qunndam a priscis aedificata temporibus. nimia

iam lassala senio, ita ut fundamentis casura ruinam sui minaretur, isdem venerabilis pontifex illius ruinam ante

praevidens, eidemque'ecclesiae curam adhihens, iliic pervigil sepius existens, in alio non longe demutans 1000,

in meliorem eam quam dudum fuerat erexit statum. Absidum “’ vero eiusdem ecclesiae musibo opere exornatam

vuriis decenter coloribus decomvit. Simili modo et arcum triumphalem 1’ eisdem metallis mirum in modum

perficiens compsit.

Hic enim beatissimus et praeclarus pontifex multa ‘2 corpora sanclorum dirutis in cimileriis iacentia,

pia solli-

citudine, ne remanerent neglecte, querens atque inventa colligens,

magna veneralionis affectu in iamdictae

sauctae Christi martyris Praxedis ecclesia, quam miruhiliter renovans construxerat, cum omnium advocutione
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

presbiteris, diaoonibus et clericis laudem Deo psallentibus, deportans recondidil. Qui

dum snnctissimi atque coangelici praesulis haec intima cordis Yigilnntia gererentur ut recondilorum ibidem sanc-

torum corporum Deo indesinenter super ‘3 astm placemium precibus apud omnipotentem Dominum iuverenlur.

construxit in eodem 1060 a fundameutis cenobium, quod et uomine sanctue Praxedis virginis tilulavit;

in quo et

sanclam Grecorum congregationem adgregans,


Generated on 2013-08-11 07:59 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

quae die noctuque grece moduiulionis psalmodie laudes omni-

potentl Deo sanctisque illius ibidem quiescentibus sedule persolverent introduxit. Siquidem in eodem venerabilî

monaslerio plurima conferens praedia et possessionum loca, urbana vol ru

sLica, superfluae alque abundanter

ditavit.

VARIANTES DES MANUSCRITS.

l conlicinio C — 3 aeq. D : equesiré C — absentum D: ad ven-

luVC — 4 impelus 1'! — permisisset E (coma) -—6 usque <ad>

CE — 7 iusidia E- 8 seuv| cl. E — M Porticum E — fuerol,

<anlea> C

cipis e) — velu de chryso’clavo E

15 a om. CE —- l6 ut <n> CE —- cassuraD — 19 (1000-

rahiln

22 negloclui CE — 23 ecclesine D — rem] venerans C — 26

12 prueclurus <ct venerabilis> CE — ap.

princeps E (prin- iuvaretur CE — 28 moderatiouis D —- 29 scdula D

9'!

{0

I5

20

30
C. PASGUALIS (817-8214). 55

Quinimmo et in eadem ecclesiam fecit " oralorium beuti Zenonis Christi martyris, ubi et sacratissimum eius

. ,cdrpus ponens musibo amplianler ornavit. Fecit uutem in eudemençlesia cihurium ex argente, pens. lib. DCCCCX;

immo et propitiulorium sacri allaris ex argeuteis lumminls mirifice exornavit. Confessionem denique eius cum

rugulis suis interius exteriusque vallanlem pulcherrime compsit atque deauravit, qui simul pens. lib. C00.

5 Supra eiusdom venerubile allure fecit regnum spunoclistum ex auro fulvo seu diversis lapidibus exornalum, pens.

lib. V, une. Il semis. Et in eodem sucro allure fecit veslem de chrisoclubo cum diversis sloriis mire magni-

tudiuis atque pulchriludiuis exornatam. ltem ubi supra obtulit aliam vestem chrisoclabam ex auro gemmisque

confectam, hubentem sloriam virgiuulu cum fucibus accensis mirifice comptam utque decoratam. Ad sacrum ‘5

deuique eiusdem virgiuis corpus oblulit imagiuem ex lamminis argenteis praefiguratis, pens. lib. XCYllll. Hic

l0 benignissimus praesul feuit in iamdiclo monuslerio ‘5 orulorium beatae Agnetis Christi martyris, mire pulcrilu-

dinis exornatum.

Ecclesiam denique sanctae Dei genelricis semperque virginis Mariae dominae noslrae ‘7 quae appellatur

Domiuicu, olim construclam et iam ruine proximam, sullerli vigilantia pruefatus pontil‘ex ampliorem melio-

remque quum ante fuerat a fuudamenlis aedificans renovavit. Absidamque eiusdem ecclesiae musibo ‘3 mirifice

l5 decoravit. Ubi etium et plurima obtulit dona, scilicet ciburium ex argente, pens. lib. CCCXXXII; propiciatorium

sacri alturis ex lamminis argenleis compte decoravit. Confessionem quoque eius cum rugulis inLus et foris mirum

in modum perficiens adornavit, pens. lib‘. CXV, une. HI. Item ubi supra l'ecit gabatam ex auro purissimo, pens.

lib. 11, une. Ylll. Verum eliam et arcum ex urgente et çolumnelle lI cum gummadiis duabus, pens. lib.

lmmo et in sucro altare l'ecit vestem de chrisoclubo, habentem storiam dominicae Naüvitalis domini uostri lesu

20 Chrisli, mire pulchriludinis exornalum. Ilem ubi supra [ecil veslem de sluuruci pulcberrimam, cum periclisin

de'blati; item aliam vestem de blati bizanlea, hubenlem tabulam de chrisoclabo, cum vultu sauctae Dei gene-

tricis et. angeli obsequiu stantes, cum periclisin de slauraci; parilerque et aliam vestem de stauraci, habentem

pavones et in medio crucein de blatin. Porro et vestes il de quadrapulo, habentes in medio cruces de blalin.

ltem ubi supra fecit veslem ex auro lextam cum periclisin de blatin; coopertorium rubeum de syrico l. Fecit

25 etiam in circuitu altaris vela ruhea sirica llll, cum gamnmdiis et cruce de quadrapulo. llic venerabilis praesul

obtulit in trabem ante veslibulum altarls velu lyrea Il], et de quudrapulo V; in arcos maiores eiusdem ecclesiae

fecit vela ‘3 de quadrapulo numero XX, et par arcos presbiterii velu parva de slauraci llll; simulque in ingressu pres-

biterii velu tyrea IlI. Hic benignissimus ponlifex fecit in iugressu iamdictae ecclesiae cortinam maiorem de

quadrapulo, cum periclisin de l‘undato.

30 Christi namque omnipotentis domiui famulus et praenominatus pontifex maximam Dei ecclesiarum curam et
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

sollicitudinem pruevidendo indesinenter gerens, quadam dum die oralionis studio ad sanctae Dei virginis Chris-

VARIANTES DES MANUSCRITS .

E — 22 obsequio CE —slanlis C — staurace E (ctc.) —— et om.

Cl) —23 cruccm E — 24 texta E -— 25 vclas ruhe as siricus E

l ecclesia CE -— 2 DCCCX (2-3 eius om. C — 4 pîustur D —

CCC om. CD —5 vencrabilis E : vcnorandum C — 6 <el> "110-


Generated on 2013-08-11 07:59 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

CE —- cruces E — 26 velas tyreus E — V-uumero om. C —- 27 velns

m AgïïeSE — virgiuis CE — 12 qui E (corr.) — 13 Domuica E (etc.) —— ingressu-iu om. C — 29 fundulo <mirince val-

cE "‘ 1‘ fuit C — renovubit D — i7 im D — 18 culumnus C-—- de> E

columnae vel duas D _ 19 domini n. I. C. om. C- 20 Iterum 30 ecclesiam F. — 3l dum] veto E —-

435

Xll 436

Xlll

XlV
56 C. PASCHALIS (817-824).

tique martyris Ceciliae ecclesiam adveniret, nimio iam quassata senîo eiusdem ecclesiae menia et iam a fuuda-

mentis ruitura videns, quae per olitana tempora del'ectu vetustatis marcuerant et pose ruinis coul‘racta, diu anti-

quitus lacerata manebant, dato studio operis in loco eodem magnifico opere novam ‘9 construere ecclesiam cepit

et perficere satis meliorem quam fuerat studuit.

437 KV Sed neque illud praetereundum esse existimamus. Dum quadam die 2“ ad heati Petri principis apostolorum 5

ecclesiam pergeret, quatinus apud eundem heatum Petrum solito more vigilias celebraret et ante eiusdem con-

fessionem matutinales lu‘cescente dominica laudes residens decantaret, subito depressus sopore vidit adsistentem

sibi virginali aspectu puellam, angelicis vestibus decoretam, talia loquutionis afl‘amina protulisse, diceus :

« Multas tibi gratias rel'erimus, quia certamen quod de me diu posueras frustretoriis relationibus pervulgatis

» aures accommodans reliquisti. Quippe qui tente penes nie fuisti, uti proprio loqui invicem 0re vuleremus. » l0

—- lleec iam sepef‘atus diligenter audiens pontifex, studiose requirere caepit quae esset illa quae talia illi verba

diceret, vel quo nomine vocaretur. Cu'i illa respondit : « Si nomeu inquiris, Csecilia famula Christi vocor. » —

Ad quam summus inquieus praesul : « Quomodo hoc credere possum, eo quod olim fama relate sit quatînus

» eiusdem venerabilis Ghristi martyris Caeciliae corpus ab Agistull‘o Longobardorum rage ostiliter Rome residente

« furtim et ab illius hominibus fuisset ablatum. » - Gui talia venerabilis pontifex intimanti omnipotentis Dei t5

iamula dixit : « Quia me desideranter ut invenirent Langobardi quesiverunt, omnino verum est; sed domini mei

n lesu Ghristi opitulatione et dominae meae sanctae Dei genetricis seniper virginie Mariae auxiliota, neque me

» invenire neque deportare sicut voluerant hinc lougius potuerunt. ldeoque sicut me quaerere cepisti, qualiter

» me invenias assiduo labori non desistas incumhere, quia domino Bac pro cuius amore et honore passa sum

» placuit ut tu me invenias et in ecclesia quam tu noviter construxisti recondas. » — Haec dicens ab oculis 20

aspicientis ablats est.

438 X“ Tunc isdem veneraudus pontii‘ex, matutiualibus Iaudibus absolutis, pro tam certe et indubitabilis r

evelationis

inditio coepit hac illacque operosius quaerere ubi sacratissimum eius iaceret corpus humatum. Quod tribuente

Deo, dum sollicite quereret, repperit in cimiterio Praetextati, situm foris portam Appiam, aureis illud vestitum

indumentîs, cum corpore venerabilis sponsi Valeriani, pariterque et linteamina martirii illius sanguine plena 25

quando ab impio percussa carnifice Christi domini martyr est regnantis in saecula consecrata. Quibus et lintea-

minibus sauguis senotae martyris abstersus, involuta ad pedes illius corporis sacratissimo cruore plena, de trina

.\'Vll carnificis percussione reperta sunt. Quae cuncta suis pertractans manibus collegit et cum magno honore infra
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

muros huius Bomanae urbis in ecclesia nomine ipsius sanctae martyris dedicata,

ad laudem et gloriem omnipo-

tentis Dei,

eiusdem vil‘ginis corpus, cum carissimo Valeriano sponso atque lyburtio et Maximo martyribus 30

necnon Ul‘hano et LllGlO Sllb sacl‘osünclo altal'e


Generated on 2013-08-11 07:59 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

VARIANTES DES MANUSCRITS.

1 eccl. eiusd. E -— 3 eod. in 1. CE que CE — 18 Et ideo E- 20 tu ante nov. 0111. CE-

5 quodam C -— 6 Petrum <apostolum> CE —- vigiliis E -— 23 iudicioE-illaque D : illamque E (coma) —— sacratissim

7 lucesceutem dominicam E —— 8 tali eloquutionis D -— i0 ac- E — corp. iac.CE — 2i- Pretestatim E — Apiam D — 25 us

comodas D —- ut C — u saepepraefatus E — pont. dit. sud. rabillD — sponsi <sui> E — martyrum E — 27 san mp8.

E —— 13 inquirens C — <ait> 110c C — M Aistolpho E: Ais- E — extersusCE — 29 huius 0m. C — nomine 0m D gdulg'e ‘

tolt‘o C—15intimatiE:iutimansC-omuipotenliE-17semper- cavit E (corr.) — 30 sponso <suo> C — 31 sub om ‘E (:upzîl )l.

<et> haec
C. PASCHALIS (817-824).

Pro quorum sanctorum honore videliuet et o '

3' sancti Peregrini, positum ad beatum Petrum

aposlolum, in 1060 qui vocatur Naumachia, quod idem praedece“

Qui sanctissimus praesul, amore venerandorum sanctor

1:.’ musibo opere decoratam, et 23 ciburium mire magnitudinis ex argente, pens. lib. DC

ex lammims argenleis et columnis tiluabus, ubi et posuit arcum I et gammadias ll, pens. simul lib. C semis.

2” Obtulit ubi supra imagines ex argente deaurutas 1“, pans. lib. XLVIH semis. Sepel‘atus quoque praesul fecit par Xx

arcus eiusdem ecclesiae calices maiores ex argente XXVl, pens. simul lib. CVllll semis. Item ubi supra oblulit canis-

ti'a exal‘oti argentea ll, pens. lib. il, une. Vllll; gabatam ex auro purissimo, pens. lib. lll. Fecit iumdiclus pontifex

cbnistra ex argente enafoti ll, pens. lib. X; gabatas ex argente lll, pens. lib. V; turabulum ex argente deauratum,

pans. lib. l. Hic benignissimus praesul obtulit in sacro altare vestem de blaLin biznntea, habenlem in medio

25 tabulam de chrispclabo cum sloi-ia qualilei' angelus beatam Caeciliam seu Vulerianum et Tybui'lium coronavit,

Il" pulcherrime exornatam. Obtulit in praenominalo altare vestem de quadrapulo. Fecit velu aliliuu venerabilis pon-

YARIANTES DES MANUSGRITS.

1 corum l) — 5 <el> pro (JE, — decessorem E (601%) — 6 dem C : col'reæi: ila sacpc — pens. <insimul> E — semis 0m.

1195Pltül'3'u'E-—— 7 Oh} hoc D — 8 iuvamiui D — 9 hospitalem C - sepepruel‘nlus E — 2l insimul E —lib. 0m. D -— 22‘

E'-* mansis (l -10 staluiam E —tam om. CE — his C —iam exul. arg.] ex argeulo CE - iam pz'aediclus E — 23 en. ex

Dl'aefalo E-H quam] qui E —aucmenlum E- 12 suaelseu E- arg. CE — 28 trclo D — 30 <el> in E — altarem E - veu.

150C] D et, semis <et> E :DCI semis <et> (1-16 ex] et 0- pont. f, velas alilbynas CE

“corpus om.C— l9 insimul E-20ubi supra] ibi ipsum DE: ibi-

Lmxn PONTIFICALIS, t. II. 8


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-11 08:00 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
56 C. PASCHALIS (817-824).

m xv

43a xvi

XVII

tique martyrîs Geciliae ecclesiam adveniret, nimio iam quassata senio eiusdem ecclesiae menia et iam a funda-

mentis ruitura videns, quae per olitana tempora defectu vetustatis marcuerant et pene ruinis confracla, diu anti-

quitus lacerata manebanty dato studio operis in loco eodem magnifico opere novam ‘9 construere ecclesiam cepit

et perlicere satis meliorem quam fuerat studuit.

Sed neque illud praetereundum esse existimamus hum quadam die 2° ad beati Petri principis apostolorum

ecclesiam pergereî, quatinus apud eundem beatum Petrum solito more vigilias celebraret et ante eiusdem con-

fessionem matutinales lu-cescente dominica laudes residens decantaret1 subito depressus sopore vidit adsistentem

sibi virginali aspectu puellam, angelicis vestibus decoratamg talia loquutionis afl‘amina protulisse, dicens :

« Multas tibi gratias referimusl quia certamen quod de me diu posueras frustratoriis relationibus pervulgatis

n aures accommodans reliquisti. Quippe qui tanto penes me fuisti, uti proprio loqui invicem ore valeremus. n

——- llaec iam sepefatus diligenter audiens pontifex, studiose requirere caepit quae esset illa quae talia illi verba

diceret, vel quo nomine vocaretur. cui illa respondit : « Si nomen înquiris, Caecilia famula christi vocor. » --

Ad quam summus inquiens praesul : « Quomodo hoc credere possum, eo quod olim fama relata sit quatinus

n eiusdem venerabilis christi martyris caeciliae corpus ab Agistulfo Longobardorum rege ostiliter Rome residente

a furtim et ab illius hominibus fuisset ablalum. n - Gui talia venerabilis pontifex intimanti omnipolentis hei

famula dixit : « Quia me desideranter ut invenirent Langobardi quesiveruntp omnino verum est; sed domini mei

iesu christi opitulatione et dominae meae sanctae hei genetricis semper virginis Mariae auxiliata, neque me

n invenire neque deportare sicut voluerant hinc longius poluerunt. ideoque sicut me quaerere cepisti, qualiter

» ssa sum

placuit ut tu me invenias et in ecclesia quam tu noviter construxisti recondas. » — Haec dicens ab oculis

me invenias assidue labori non desistas incumbere, quia domino heo pro cuius amore et honore pa

aspicientis ablata est.

Tunc isdem venerandus pontifex, matutinalibus laudibus absolutis, pro tam certe et indubitabilis revelationis

inditio coepit hac illacque operosius quaerere ubi sacratissimum eius iaceret corpus humatum. Quod tribuente

heo1 dum sollicite quereret, repperit in cimiterio Praetextatiy situm foris portam Appiam, aureis illud vestitum
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

indumentis, cum corpore venerabilis sponsi Valerianî, pariterque et linteamina martirii illius sanguine plenay

quando ab impie percussa carnifice christi domini martyr est reguantis in saecula consecrata. Quihus et lintea-

minibus sanguis sanctae martyris abstersus, involuta ad pedes illius corporis sacratissimo cruore plenaa de trina

carnificis percussione reperta sunt. Quae cuncta suis pertractans manibus collegit et cum magno honore infra

muros huius Rqmanae urbis in ecclesia nomine ipsius sanctae martyris dedicata. ad laudem et gloriam omnipo-

tentis Dei, eiusdem virginis corpus, cum carissimo Valeriano sponso atque Tyhurtio et Maximo martyribus
Generated on 2013-08-11 08:00 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

necnon Urbano et Lucio pontificibus, sub sacrosancto altare collocavit.

VARIANTES DES MANUSCRITS .

i eccL eiusd. E — 3 eod. in l. cu

5 quodam c - e Pelrum <apostolum> CE — vîgiliis E -

7 lucescentem dominicam E - a tali eloquulionis h - io ac-

comodas h - ut C — u saepepraefatus E - pont. clil. and.

E — 13 inquirens C — <ait> hoc c - M Aistolpho E: Ais-

tolfo 0-15 inlimatiE : inlimansC- omnipotenti E -— l'l semper-

que CE — 18 Et ideo E- 20 tu ante nov. om. CE- <et> haec

23 iudicio E-illaque D : illamque E tem-ral — sacratissimus

E — corp. iac.CE _ li Pretestatim E — Apiam D — 25 vene-

rabilih —- sponsi <sui> E — martyrum E — 27 sanguine

E -- extersusCE - 29 huius om. c - nomine om. h - dedi-

cavit E (corr.)-30 sp'onso <suo> 0-31 sub om. E (suppL).

lo

l5

2o

25

30
.c. PASCHALIS (su-s24). . . r7

Iîi

Pro quorum sanctorum honore videlicet et opilulalione construxit monasterium in honore sanclarum virginum

seu martyrum Agalhae et Ceciliae iuxta ipsius ecclesiam, in loco qui dicitur Colles iacentes, in quo et mona- 439

chorum Deo servientium congregalionem pro cotidianis laudibus in praefalo titulo sanctae Ceciliae die nocluque

omnipotenli Domino decantandis consliluit. Et pro subsidio et luminariorum concinnatione, seu ulilitale nique xvm

stipendiis monachorum, necnon pro amore alque dileclione qua erga praedecessorem suum piae recordutionis

domnum Leonem tertium papam habere videbatur, hospitale 2' sancti Peregrini, positum ad beatum Petrum

apostolum, in loco qui vocalur Naumachia, quod idem praedecessor suus construxerut, et 0b ueglectum atque

destitulionem praepositorum paupertalis inopia consumi videbalur, idcirco pio iuvamine consuleus, praei‘atum

hospilale cum fundis et casalibus atque massis, seu eliam colonis sive domibus, necnon familiis et universis quae

iuste et rationabiliter secundum legum slatuta, tam eis quae a praedecessore suo in iamfato hospilale donala

sunl, quam quae ab ipso pia devotione ad augmeulum iamdicti monaslerii adiuncta sunt, sive agris vel vineis,

etiam domibus, necnon rustica familia, suae aucloritatis pagina pro iam nominala monacliorum congregalione in

eodem monaslerio confirmavit.

Qui sanctissimus praesul, amore venerandorum sauctorum fecii. in ornamentis ipsius ecclesiae absidam “3 m 440

musibo opere decoratam, et 2“ ciburium mire magnitudinis ex argente, pens. lib. DG, une. Vlll; propiliatorium

(ionique sacri altaris seu confessiouem interius exteriusque cum rugulis suis ex lamminis argenleis mirum in

modum perficiens compsit, qui simul pens. lib. CLIlll, unc. XV. Ad sacrum 2‘ vero eiusdem virginis corpus

obtulil imaginem ex argenteis lamminis, pens. lib. XCV. Fecit etiam ante veslibulum allaris regularem inveslitum

ex lamminis argenteis et. columnis duabus, ubi et posuit arcum l et gammadias ll, pens. simul lib. G semis.

Obtulit ubi supra ‘imagines ex argenlo deauralas lll, pens. lib. XLVlll semis. Sepei‘aius quoque praesul fecit per xx

arcus eiusdem ecclesiae calices maiores ex argente XXVI, pens. simul lib. CVllllsemis. Item ubi supra oblulit canis-

tru exafoli argentea. Il, pens. lib. lI, unc. Yllll; gabalam ex auro purissimo, pens. lib. lll. Fecit iumdiclus pontil‘ex

canistm ex argente enai‘oti Il, pens. lib. X; gabatas ex argente lll, pens. lib. V; turabulum ex argento deauraium,

pens. lib. I. Hic benignissimus praesul obtulit in sacro allure vestem de blatin bizanlea, habentem in medlo

labulam de chrispclabo cum sloria qualiter angelus bealam Caeciliam seu Valerianum et Tyburlium coronavit,

cum periclisin de chrisoclabo mire pulcritudinis exornatam. ltem ubi supra fecit vestem de Iundalo alitino,

hnbcntem in circuilu periclisin de olovero. 0b amorem eiusdem virginis [ecit aliam veslem de fundulo porphyre- 441

tico, habentem in medio crucem ex auro texlo compte decoratam. Enimvero in iamdicto altare obtulit veslem

ulbam sigillalam cum rosulis, habentem in medio crucem de blati cum psillias et periclisin de blatiu bizantea.
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

pulcherrime exornatam. Obtulit in praenominalo altare vestem de quadrapulo. Fccil velu alilina veuerabiiis pon-

YARIAN'I‘ES DES MANUSCRiTS.

1 corum D — 5 <et> pro (LE. — decessorem E (corrä) — 6 dam C 2 con-en‘: ila saupe -— pens. <insimu|> E — semis 0m.

hl’sl’itülem’ E--- 7 0b‘l boc D — 8 iuvamiui D — 9 hospitalem C —- scpepruel‘ulus E — 2l insimul E —lib. 0m. D — 22}

E A‘ '“allSÎS C - 10 statutam E —— tain 0m. CE — liis C — iam exul. arg.] ex argcnlo CE — ium praedictus E -- ‘23 en. ex

pracfalo E—1lqualu] qui E —aucmentum E- 12 suite] seu l5- arg. CE — 28 lzclo D - 30 <el> in E "‘ ‘Hi-3mm 1" " “m-
Generated on 2013-08-11 08:00 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

5 DC] D et semis <et> E :DClsemis (et) (1-16 ex] et 0- pont. 1'. velas alilbynas CE

“corpus OHLC- 19 insimul E- 20 ubi supra] ibi ipsum DE: ibi-

LIBBR PONTIFICALIS, t. II. 8


58 G. PASCHALIS (817-824).

til‘ex pendentes in circuitu altaris llll, habentes oruces et gammadias de l’undato et quadrapulo. In arcellam vero,

uhi ‘5 venerabile capud eiusdemjvirginis condidit, fecit vestem parvam de tyreo, cum periclisin de'blati. Obtulil

ubi supra vestem de fundato prasino; immo aliam vestem de staurace cum periclisin de olovero; uhi supra vestem

XXI de blatîn cum periclisin de fundato. Fecit enim in arcellam ad corpus iamdictae virginis vestem de quadrapulo

C1

cum periclisin de quadrapulo. Porro aliam vestem de slaurace cum periclisin de olovero. In iamdicta ecclesia

fecit vela tîrea cum periclisin de blati bizanleo, numero XXV; item vola prasina, cum periclisin de olovero

numero llll. Oblulit ubi supra vela alitina cum periclisin de blati, numero Ill; simulque vela de l'undalo parva,

cum periclisin de blati, numero 11; pariter vela lyrea cum periclisin de fundato ll. Hic venerabilis et praeclarus

pontil‘ex l'ecit per arcos iamfatae ecclesiae vela de fundato, numero Xll et de quadrapulo Xllll. Fecit enïm in

arcus presbiterii vela parva tyrea cum periclisin de blati bizantea, numero Xll. [lie a Deo protectus venerubilis m

praesul fecit in ingressu eiusdemfiacclesiae cortinam maiorem de quadrapulo et staurace pulcherrime exornatam.

442 xxu lpse etenim sepedictus ponlil‘éx, monasteriis circumquaque constructis vigilanti cura salis animo herens quid-

qua haberent inquirens, repperit monasterium sancti Sergii et Bachii 2“ post formam aquaeductus patriarchii

Lateranensis positum, rebus omnibus desolatum, ita ut ancillarum Domini congregalio l'quae ihidem inerat

paupertatis inopîa nullas omnipotenti Domino sanctisque illius laudes decantare valerent. Qua venerabilis pastor t5

inquisitione ad pîelatem commotus, famulas Dei qualiter bene rellgioseque esse possint perl‘eoit, et in en mona-

chorum adgregans staluit conventionem; mullis idem monasterium dilans l'acultatibus in familiis, mansis,

vineis, domibus, urhanis atque rusticis locis, amplianter sufficianlerque multiplicavit; qualinus ipsa congregatio

residens, omni necessitate postposita, soli Deo sanclisque illius laudes et hymnos nocte dieque modulanter in

venerahili ecclesia Salvatoris domini nostri lesu Chrisli sita iuxta Lateranis decantent instituit. 20

443 XXIII Preterea namque in oratorium healissîmorum marlyrum Processi et Martiniani, situm infra ecclesiam beati

Petri principis apostolorum, quod et idem ipse construxit, obtulit imaginem ex auro purissimo, habentem vultum

sanctae Dei genitricis, pens. lib. X, une. 1111. Ubi supra fecit vestem de blatin bizantea, habentem labulas de

chrisoclabo Il, cum vultu beati Petri et sanclorum marlyrum Processi et Marliniani, et periclisin de chrisoclabo.

mira pulchritudine decoratam. lllic etiam obtulit vestem olosiricam, habentem in medio tabulam de chrisoclabo 25

cum vultu dominicae Resurreclionis domini nostri Iesu Chrisli et periclisin de blatin bîzantea, pulcherrime

comptam. Enimvero sanclîs eiusdem vola olosirica cum periclisin de quadrapulo et. blatin bizantea obtulit

numero VIIII. Ubi et supra fecit vela parva de tyreo, cum periclisin de fundato, numero VI; turibulum de ar-

gento exaurato mirifice, pens. lib. I.


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

xxiv ln oratorio autem beatissimorum martyrum Xisli et Fabiani iam nominatus pontil‘ex fecit gabathas ex ar- 30

VARIAN'I‘ES DES MANUSCRITS.

4 cum pcr. de hl. D -- de ante fund.] et D -— arcella E tale E

- ad corpus 0m. D — 5 de quadrapulo om. E —— 7 numero

om. CD -—- cuela alil. D -- 9 iam prael‘atae E -- l0 tyrea om.

E-IID 0m Cetitasae
Generated on 2013-08-11 08:00 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

' . pe — 21 < Verum > enim CE — 28 d t

12 < ex > mon. D — gerens E —l3 reppent <ipse pins fund. 0m. {5- 29 exaurato mirifice om. CD 6 un e

pontifex > E — Baechi E — l5 pauper polis D -— l6 pie- 30 Sixti CE

. —famulosC — l7 massisE -—atque] vel CE — l8 suffi-

cienterq. C — 20 Laleranensis E —- decantare E

21 oratorio E -- ecclesia E — 26 vullum E — d. n. I. C.


C. ISASCHALIS (817-824).

gento HI, pens. lib. V, unc. VI. Ante imaginem quoque ipsius oratorii fecit velum de chrisoclabo mirifice

Venerabilis etenim ponlifex fecit in monasterio Salvaloris domini nostri Iesu Christi, silo territorio Reutino, xxvl

îä‘vestem de chrisoclabo cum storia qualiter idem dominus nosler Iesus Chrislus cum archangelis et apostolis in

caelo coruscat, mira pulchriludine diversis ornatam margarelis. Item in iamdiclo monasterio ad ornalum sacr-i

altaris alium oblulît veslem de Iundato, habentem cruces de blatin bizantea et periclisin de chrisoclabo mirifice

exornalam.

Benignissimus quoque praesul fecit in monasterio beati Stephani protomarlyris qui appellalur Maior, ad

25 sanctum Peu-nm, vestes albas olosîricas IUI, habentes in medio cruces de auro textas cum diversis margaretis

et periclisin de Malin, mirifice decoratas. Item ubi supra obtulit praenominatus pontifex vestem de fundato,

hahentem in medio crucem ex auro texta et periclisin de chrisoclabo. Saepedictus denique praesul fecit in iam-

dicto monaslerio veslem de fundato, habentem in medio tabulam de chrisoclabo cum vultu sanctae Dei genetricis

et sanctorum aposlolorum Petri ac Pauli et. periclisin de hlatin. Ohlulit ubi supra vestes de stauraci Il, habenles

30 in medio cruces de chrisoclabo et periclisin de blati. Fecit enim ad ornatum ipsius oratorii velum maiorem de

quadrapulo, habentem in medio cruces de auro textas H11 et periclisin de blatin.

VARIAN'I‘ES DES MANUSCRITS.

1 imagines E (mm) —-4 crucem E — 5 aulem] eliam CE 21 deüul‘alas E

9 noslri om. D — i0 texto E — H sabrosancti D : sancto E : _ 22 faulori E — ballicin CE

sanctum C : carrez-i — 12 Immo < veto > C 25 albas om. E (suppL) — crucam C : cruce E — lexto CE —

l8 exomalum D: < et coplam > C _ 29 un] et E — 3l crucem E — "I E


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-11 08:00 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
60 c. PASCHALIS (817-824).

xxvni In diaoonia vero beati Archangeli obtulit iamdictus pontil'ex vestem de blatin bizanlea, habentem in medio

crueem de ohrisoolabo et periolisin de chrisoolabo pnlcberrime oomplam.

446 Enimvero et in ecclesia beatae Ceciliae martyris fecit concam ex argente, ubi 1‘ et pretiosum einsdem virginis

capnt condidit, pens. lib. VIlI semis.

Simili modo et in ecolesia beati Cyriaci martyris in Thermes obtulit sepedictns praesnl vela de fundato habentia 5

periolisin de fnndato, numero VlII.

XXIX Hic a Deo fultus iam nominatus pontifex fecit in oratorio beati Archangeli, qnod 2’ quondam praedecessor eius.

domnus Leo papa constitnit atqne conslrnxit, vestem album olosiricam, habentem in medio tabulam de chriso«

clabo, cum storia dominicae Resurreotionis domini nostri lesu Christi et periclisin de ohrisoclabo, mirifice (loco-

ratam. Item nbi supra obtulit aliam vestem de fnndato, cum periolisin de blatin bizantea. Fecit enim iamdictus 10

pontil‘ex in snpradicto oratorio vestem aliam de quadrapnlo, circnmsnta, cum storia beatae Dei genetricis, pulcher-

rime comptam atque decoratam.

447 XXX Praeterea idem sanctissimns et ortodoxus pontifex. divine inspiraiione pulsatns, ecolesiem sanctae et inteme-

ratae virginis Marine dominae nostrae qnae appellatur ad Praesepem cernens quondam tali more constrnctam ut

post sedem 3° pontificis mnlieres ad saora missarum sollemnia stantes prope adsistere iuxta pontificem viderentur, i5

ita ut si aliqnid conloqui pontii'ex cum sibi adsistentibus voluisset, ex propinqna valde mulierum frequentatione

nequaqnam ei sine illarum interventione liceret; et largnm ibidem locum inesse qualiter inde sedem mutari

valeret eemerel, dato operis studio, caepit indesinenter agere sedem inferius positam sursum ponere, ut eo fami-

liarius Domino preces fundere posset, quo consortia popnlorum modeste deelinare potins constitisset; deniqne

sedem optime qnam dudum fuerat pulcherrimis marmoribns decoratam condidit, et nndiqne ascensus quibus 2o

XXXI ad eam gradiatnr constrnxit; pavimenlnmque altaris erigens 3’ pretiosissimis marmoribus stravit. Erexit

sane sex 3’ inibi ante confessionem saeri altaris pnrpnreo colore colnmnas, quas super et oandidi marmoris

trabem posnit, purpureis dextra levaque marmoribns neotens novis illas soilicet celaturis exornans satis

commode deooravit. Presbiterium quoque ipsius ecclesiae diversis marmoribus qnam pridem fnerat in melius

reparavit.

Propitiatorium vero saori altaris sen confessionem interins exteriusque cum rugnlis suis ex auro purissimo

mirifice decoravit, pens. lib. CLXXlIII et une. VI. Similiter quoque et altare ipsius basilicae ex argenteis lam-

xxxn minis cum istoriis diversis pnlcherrime compsit atque deanravit, pens. lib. CCGLXXXV. Benignissimus etenim

praeclarusque praesul obtnlit ubi supra gabathas ex auro purissimo cum diversis gemmîs numero Vl, pens.

lib. XX et une. VI; et hoc eonstitnit ut semper diebus ac noctibus ante saerosancto altare lncere debeant. Hic 30
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

divina inspiratione fultns obtulit in iamdicta basiliea aroos 3’ ex argente numero VlIl onm colnmnis XVI, pens.

VARIAN’I‘ES DES MANUSCRITS.

l vero om. E — 2 et. -cl1risoclabo om. C

5 praedictns E — habentia p. d. fundato 0m. C

8 conslituit atqne 0m. CD — 9 storiam E —- dom. Resnrr.

om. D
Generated on 2013-08-11 08:00 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

13 snmmus pont. et orthodoxnsCE-M quondam] qnoqueD-

i9 constituisset C- 20 pnlcherrime C —- 21 preciosis C — 23

trabjm ME — illa D .-—- 27 quoque 0m. E — 29 nnm. V C —.'!

. 30 sanctosacro D — 3l pens. < insimnl > CE ‘


G. PASCIIALIS (817-824). 61

lib. CCXVlll et une. Vlll. Fecit etiam ante vestibulum altaris rugas muiores ex argento, pens. lib. LXXVlll.

storiam qualiter Spiritus Sanctus adveniens super apostolos, diversis ornatam atque decoratam margaretis. lmmo

ibidem aliam univit vestem de chrisoclabo cum storia Palmarum, modeste comptam atque decoratam. Necnon 449

20 et ubi supra aliam compsit iam nominatus pontil‘ex vestem de olovero cum periciisin de fundato. Pariter quoque

et pro cotidianis diebus obtulit vestes de fundalo Il cum periclisin de quadrapulo, pulcherrime exornatus. Hic XXXV

divina inspirations pulsatus, l‘ecit ipse sanctissimus praesul 3” per arcos maiores iamfutae ecclesiae velu de fun-

dato X11“ et de quadrapulo Xllll, similiter et de imizilo Xllll. Domini Dei nostri Iesu Christi famulus oh amoremv

eidem Dominae nostrae ‘0 per arcos presbiterii iamdictae ecclesiae fecit vela de chrisoclabo, habentia sloriam

Ühtulit etiam in trabem maiorem ‘3 ipsius basilicae velum maiorem de fundato, habentem tabulas de chri- XXXVI

soclabo VII et periclisin de blatin bizantea. F ecit enim ad ornatum ipsius basilicae in ipsam trabem vela de qua-

30 drapulo numero W et de imizilo vela numero llll. Ipse etenim saepedictus pontit‘ex t'ecit iuxta vestibulum

VARIAN'I‘ES DES MANUSCRITS.

1 <°l> ante E- 2 pans. <insimul> CE-3arg. <pens.> D 19 munivit E — 22 iam praet‘atae E — hasilicae E — 23 et de

— similiter D : insimul 12-5 corona D- LXII <6! semis > quad. XIIII om. D — Dci om. E — Christi om. D — 24 vela fe-

E * 6 Semis om. E — 8 Il -Christi om. D- 12 ornatam CE cit D — habentem E — 26 que om. E — 27 domini om.‘E':

- l3 iamfacto D : praefato E — 14 beati E -—15 pulcbem‘me Dei C -— 28 trahem E — 29 velam D : velas E — 30 et de 1m1-

Oflh 13-18 adveniens] venitCE- atque decoratamom. C-atque zilode {undato num. VI, 1‘. 62, l. 6, bis scriplum in D--velas E

O’"- E : et e — decon] exomatam D — marg. et dec. E — etc. -— vola num.om. C- saepedictns om. E —-
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-11 08:05 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
62 ' C. PASCHALIS (817-824).

altaris ‘3 in absidam vela de quadrapulo numero Xll; ubi supra, de blatin vela numero Vl. Venerabilis quoque

praesul fecit in ingressu “ iamdictae basilicae cortinam maiorem alexandrinam cum diversis storiis compte deco-

ratam. Simili modo et pro cotidianis diebus aliam ibi oblulit cortinam alexandrinam mirifice exornalam. Beni-

gnissimus et praeclarus pontil‘ex obtulit in praenominata basilica vela nlba olosirica in travem maiorem cum

periclisin de funduto numern Vl. Item in absidam ipsius basilicae posuit vela alba cum periclisin de fundato Vl.

Verum enim vero vela albn cum periclisin de blatin bizantea, numero 111 I.

450 XXXVII Et quia idem ter beatissimus pastor tantam curam tantamque vigilantiam quam erga stalus sanctarum eccle-

XXXVHI

45-1 XXMX

siarum Dei l'requenter inpendebat, eliam altare Praesepii iamdictae basilicae seu venerabilem confessionem ultro

cilroque ex auro purissimo cum diversis storiis mirifice compsit atque decomvit, pens. lib. CXXXIIII, unc. llll.

Similiter et ex argento'deaurnto cum variis storiis ibidem iuncxit, pens. lib. CCLIIII, une. 1111. Ilem ibidem

obtulit iamfatus ponlil‘ex gnbatas ex auro purissimo cum gemmis diversis, numero HI, pens. simul lib. VIlI,

une. Porro et vela de alitino cum periclisin de blatin bizantea numero V ibidem posuit.

llic sacer antistis 0b nimium cordis amore feuil in ecclesia beatae Chrisli martyris Ceciliae veslem de christ)-

clabo, habentem storiam dominicae Resurreclionis domini nostri Iesu Chrisli mirifice depiclam atque exornalam.

Ipse vero 3 Ben protectus venerabilis et praeclarus pontil‘ex l'ecit propitiatorium sacri altaris beali Pelri aposto-

lorum principis, ubi sacralissimum eius corpus quiescit, spanoclistum ex auro fulvo, cum diversis storiis depictum

atque mirifice decoralum, pens. lib. CC. Item in iamdicta ecclesia 0b amorem idem Dei aposloli l'uuctnri suo

obtulil velu crisoclaba per arcos presbiterii, habenlia sioria dominicale Passionis atque Resurreetionis domini

nostri Iesu Christi, numero XLVI.

Pariter et in ecclesia beatorum martirum Cosme et Damiani in via Sacra fecit vestem olosiricam pulcherrime

comptam atque decoratam.

Benignissîmus etenim praesul l'ecit in basilica beatae Dei genetricis semperque virginis Mariae dominne nostrae

quae appellatur ad Praesepem gabalas ex auro, diversis gemmis ornalas, numero YI, pens. lib. Vl. Item ubi

supra obtulit gabatam apostolatam ex auro purissimo, pens. lib. V. Item ubi supra l'ecit fara cantam ex argente,

numero Vlll, pens. simul lib. LXXXII. 0b amorem quoque eidem Dominue nostrae obtulit in iamdicla basilica

columnas i111 et. arcum 1, pans. simul lib. LX. Saepe nominatus etenim pontil‘ex fecit in venerabili allure ipsius

ecclesiae vestem albam, habentem in medio crucem de chrisoclabo, diversis gemmis circumsulam et pulcherrime

exornatam ; 'aliam quoque ibidem adnectens vestem de blatin bizantea,


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

diversis lapidibus honestissime decor

simili modo cum cruce de chrisoclabo

atam. Fecit enim ad ornatum prael‘ntae ecclesiae vela de chrisoclabo per

arcos presbiterii, habentia storia dominicae Passionis atque Resurrectionis domini noslri Iesu Cbrisli, numero.

VARIANTES DES MANUSCRITS.

1 numero 0m. D — 3 ibidem CE — 5 numero 0m. D — absida


Generated on 2013-08-11 08:06 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

E —- alba < olosirica > C -— G Verum enim vero 0m. E —

velas alias llll de blallhin byzantea alba ibidem conslituit

miriflce E, sed ante Item in abside '

8 Dei eccl. CE — allera E (cm-r.) — M prae’iat‘usl F.

13 Christi murlyris om. E — 14 nostri 0m. D

16 corpus eius CE — epictum D -— 17 fuutori sui E : {au-

toris sui C — l8 ac E

22 virginis semper E —- 23 qune ap. 0m. E —— num. Il E :

II C —- 25 insimul E —- 26 insimul CE -- 27 pulchritudine E

— 30 numero om. CE —

15

‘30

25

30
10 VII; episcopos per diverse loca numero

5 pens. lib. LXVl.

Fecit enim in ecclesia beatae Dei genetricis

l'undato cum periclisin de blatin bizantea.

Hic denique divina vocalione deiunctus est. Sepultus 4”

ordiuationes ll, unam quidem per mense decembrio et aliam per mense martio, presbiteros

indictione prima.

wmmNTEs mas uxuuscmrs.

1 num. V! om. C — 2 trabem C — VII CE — abba. D

4 Domnica CE — 6 < in > Sabinis C

10 VIE : et C — num. om. C — episcopatus CE

NOTES EXPLICATN'ES.

1. Qui aprimero...] Cf. LÉÛN III, p. l, 1. 1-6.

2. mm concul'llia...] lbizL, 1. 10-13. les corps saints « in conclia porpliyretica, ut apparct; et pro ro-

3. ponli/‘m elcvulus est] .lmz. Eiuli. : u Iutcrca Stefauus papa ter- ' ‘ ‘

tio postquam Romain vcnerat mense, sed nondum exacto, circitor

S. par quomndam .r/enlis Auglurum] Le bourg angle-saxon, quar-

tier do la Schola Saroumn. Sur son emplacement, v. ci-dessus,

tum adsevcrat. »

4. Erat euinz] Cf. le début de la. vie (le GnËuoxnE 11(t. I, p. 396)

et LÉON III, p.! , l. H46.

p. 36, note 27.

9. Errlesiam b. Prune/lis] L'église Saiuto-Praxéde, telle que la

reconstruisit Pascal, s’ost conserve'ejusqu’ù nos jours, sauf quel-

ques détails (le peu d'importance.

5. Rogam etiam amplitwit] Ilu'rL, p.1 , l. 17.

‘ l0. Absùlum vero...] Cotte mosaïque a été publiée par M. de

situé entre l'ambon et le portique de la. Confession. Il était dédié Rossi. Elle n'est qu'une copie servile de celle du vie siècle qui

en commun aux saints papes Xystus II et Fabien, comme il est décore le fond de l'église des SS. Coma et Damien (t. I, p. 280).

dit D-58. l. 30; cl’. plus loin l'épitaplio de Senows II. Lamo- Les figures de ces deux martyrs ont été remplacées par celles des

dit. enparlant decet oratoirezu ubi adhuc est arcus de mosibo quem
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

fieri l'ecit Paschalis papaI » (De Rossi, 111m2, 1:. II, p. 906, 314).

7- iuxla ingressum qlme ducit ad 1;. Fenouil/nm] Plan, 20. Aux est d'une barbarie beaucoup plus avancée. Voici l'inscription :

SEDIS APOSTOLICAE PASSIM QVI GORPORÀ CONDENS

PLVRIMA ÊCTMÏVM SVBTER HAEC‘. MUENIA PONIT

mier pilier de droite. Je reproduis le texte de Marini-Mai (r. 65)

collationué sur la pierre originale par M. l'abbé P. Batifl‘ol.


Generated on 2013-08-11 08:06 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
'64

c. PASCHALIS (817-824).

20

I‘

U:

30

45

+ IN E DTTI F1 sALV NÎI lîiv xîu. TEMPOÆBVS SCIS

SIMI AC TER BEATISSIMI ET APOSTOLIGI D_I_\I PASCHALIS

PAPAE INFBADYCTA svNT VENEEANDA SGUMVM con

PORA IN HANC sûÂM ET VENERABILEM BASILICAM

BEATAE xîï VIRGINIS PRAXEDIS. QVAE PRAEDIGTVS

PONTIFEX DmvTA Ex CYMITERIIS sEv CRYPTIS IAGEN

TIA AVEEEENS ET SUB HOC sc—o ALTARE SVMMA

GVM DILIGENTIA PROPRIIS MANIBYS GONDIDIT. IN MEN

sE IVLIO DIE. xx. INDICTIONE DECIMA.

NOMINA VEBO PONTIFICVM IIAEC SVNT. VRBA

NI STEPHANI ANTHERI MELTIADIS FAYIANI 1vLII PON

TIANI smmn Lvcn XYSTI FELICIS ANASTASII ET CAELESTINI

ITEM NOMlNA EPISCOPORVM. STRATONICI LEVGII E_T

OPTATI. QVAMQVAM PRESBITERORVM ET LEVITABV.

NICOMEDIS Ancmmi IYSTINI ET CYRINI. CYRIACI DIA

(20m NEMESII ATQVE IACHEI. ETIAM ET MARTY

RvM NOMINA ISTA SVNT. zoTiui IIERENEI Tixcum

TlII AMANTII MARI AYDIFAX ABBACV AC sc_0RvM

OCTINGENTORYM QvoEvM NOMINA sclT ours.

CASTVLI EELuus MILITIS GORDIANI EPIMAGllI SERVI

LIANI SVLPIGII DIOGENIS BASTI ET ALII LXlI. MARCEL

LlANI MARC! FESTI ET ALII m'o. TERTYLLINI FAVSTI B0

NOSI MAYRI CALVMNIOSI IOHANNIS EXSVPERANTII

GASTI CYRILLI ET SEPTEM GERMANOS. IIONORATI


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

TIIEODOSII BASILII cnEscENTn LARHI SMARAG

DI CRESCENTIONIS IASONIS MAVRI YPPOLITI

PONTIANI CHRYSANTI ET ALII LxvL SIMVL

QvE ET ALII MILLE CENTVM VIGINTI QVATTVOR

QVOIWM NOMINA svNT IN LIBRO VITAE. MAVRI

ARTHEMII POLIONIS ET ALII SEXAGINTA DVO MAR


Generated on 2013-08-11 08:06 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

TYRES. NOMINA QVOQVE VIRGINVM SCILIGET

ET vmvmvu. PEAxEms PVDENTIANAE

IVLIANAE SIMFEROSAE FELICVLAE MAEINAE

CANDIDAE PAVLINAE DARIAE BASILLAE PAV

LINAE MEMMIAE MARTHAE EEEEENTIANAE

ZOE ET TIBVRTIADIS. QVOCIltCA ET IN IPSO

INGRESSV BASILICAE MANV DExTuA vin VTIQVE

BENIGNISSJMAE SVAE GENE’l‘ÏllClS SCILIGET DOM

NAE TIIEODORAE EPISCOPAE conrvs QvIEseIT CON

DIDIT IAMDIUTVS PRAESVL GORI'ORA VENERABILI

VM IIAEC. ZENONIS PRESBITERI ET ALIORVM

DVORVM. PARITERQVE ET IN ORATORIO BEATI

IOIIANNIS BAPTISTAE MAN" LEVA PRAENOMINA

TAE BASILICAE QVI ET SECRETARIVM ESSE DINOSGI

TVR CONDIDIT CORPORA SCILICET. MAVRI ET ALI

ORVM QVADRAGINTA MARTYRVM.

SIMILI MODO ET IN ORATORIO BEATAE ÎITVIRGINIS

AGNETIS QVOD SVRSVM IN MONASTERIO SlTVM

EST IPSE PASTOR EXIMIX’S POSVIT CORPOBA PIORVM

MARTYRVM VIDELICET. ALEXANDRI PAPAE

ATQVE EVEN'IÆ ET THEODVLI PRESBITEBIS.

I-IOS OMNES DI ELECTOS FREQVENTIYS DEPRE

GANS QVATENVS PER EORVM VALEAT PRECES

SVAE POS'I‘ FVNERA CARNIS AD CAELI CONSCEN

DERE CVLMEN. AMEN.

FlVNT ETIAM INSIMVL OMNES SE nvo MILIA ccc


‘graphique (De Rossi, [toma

_ c. PASCHALIS (817-824). 65

13. super (1.91m placentium] Expression suggérée par le v. 2 de

l'inscription de la mosaïque ahsidale. ci‘dessus, note 10.

H. oralorium b. Zenonis] Cet oratoire existe encore, avec ses

mosaïques du 1x° siècle. sauf certains aménagements introduits

en 1223 lorsque l'on y déposa la colonne de la Flagellation. Sur

la porte on lit l'inscription suivante :

1- PASCHALIS PRAESVLIS OPVS DECOR FVLGIT IN AYLA

QVOD PIA OPTVLIT VO'I'A STVDVIT REDDERE 1m

suivie du monogramme du nom du pape. Connue le dit le cata-

logue des reliques, la mère de Pascal, Tlieodora episcopa, avait

son tombeau dans l'oratoire; on peut encore y voir son portrait.

dans la niche de gauche, en face du tombeau de saint Zénon. Il

est orné du nimbe carré et on lit à coté THEODOI-a EPISCOPA,

inscription en partie refaite, mais d'après l'ancienne. Ces mo-

saïques ont été publiées par M. de Rossi, avec un commentaire

des plus importants. Cf. ci-dessus, note 12, lignes 36-42 de l'ins-

cription.

15. (1d sacrum virgini: corpus] C'est la crypte ménagée sous

le maitre autel.

l6. oralorimn b. Agnetis] Cet oratoire est mentionné dans le ca-

talogue des reliques, v. t7-5l. comme se trouvant .mrs'um, a la.

partie supérieure du monastère.

l7. Eccleaiam 3. Marine 9. a. Domm'ca] Cette église n'est pas

mentionnée avant le temps de Léon III (ci-dessus,p. 9,1. 12); mais

elle devait exister, et comme diaconic, dés le commencement du

pontificat d'Hadrien. Son origine est inconnue. La mosaïque dont

il est question un peu plus bas existe

Vierge-Mère, au milieu d'une troupe d'anges; à ses pieds est

agenouillé le pape Pascal, la tète ornée du nimbe carré. On lit


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

au-dcssous l'inscription suivante :

QVI PUST FVRVA FVGANS TETRAE VELAMINA NOCTIS

"IRGO MARIA TIBI PASLHALIS PRAESVL HONESTVS

GONDIDIT IIANC AVLAM LAETV‘S PEP. SAEGLA MANENDAM

l8. velu (le guadl'npulo XX] Ce nombre correspond a celui

des arcades do la nef (arcos matures): il y en a vingt-deux; mais


Generated on 2013-08-11 08:06 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

la dernière de chaque côté était évidemment comprise dans l'en-

ceinte du presbyterium; dans chacune des deux colonuades, la co-

lonne la plus rapprochée de l'autel est en porphyre, tandis que.

toutes les autres sont en granit. Il restait, en dehors du Presbytie-

rium, vingt arcades à garnir.

l9. novam conslruere ecclcsiam] (lotte église existe encore, quoi-

que bien défigurée par les « restaurations » des temps modernes.

20. Du»: gundam die...] Ce récit a servi de thème a une fausse

pièce dont il nous reste deux rédactions, l'une publiée par Bosio

(Ilisl. passionis s. Caeciliae, Rome, 1600, p. 42), l'autre par Baro-

nius (ml allll. 821, 5 xv) et reproduite dans les éditions des Con-

ciles (Hardonin, t. IV, p. 12524; Mansi, t. XIV, p. 374). Dans

celle-ci, la sainte est transférée, non pas a son église transti-

bèrine, mais dans le monastère des saints André et Grégoire,

deux ; il fonde son édition sur trois manuscrits, dont deux sont

favorables à l'église Sainte-Cécile, le troisième a celle de Saint-

Grégoire. (Sur les revendications de cette église, cf. De Bossi,

[toma solL, t, II, p. 136). Dans celui-ci, le nom du cimetière où

Bosio n'ait fait lui-même la correction) sancli SLrli. Le diplôme

ajoute que la sainte fut trouvée inlcr cu/Iegas epîxcapus sic-ut

Il! sucrutisrinza illius passions muni/‘rate narrulur. Le L. I’. ne‘

contient pas cette indication de voisinage. Quant au nom du‘

cimetière, tout le monde, jusqu'ici. y a vu une erreur; on s'est

empressé de corriger Praelezlati en Xysti ou CuIIisti, pour faire

cadrer notre narration avec ce qu'on croyait être la réalité topo-E

solL, t. II, p. titi et suiv.). Mais.

comme la sainte fut trouvée auprès de son époux Valérien et que

celui-ci reposait dans le cimetière de Prétextat. on s'estcru obligé

d'admettre que Valérien avait été transféré, antérieurement au

Lussn PONTIPICALIS t.ll

temps de Pascal, dans le cimetière de Calliste, auprès de sainte

Cécile et qu'il en avait été de même de ses compagnons Tiburce

et Maxime. A l'appui de cette hypothèse, M. de Rossi allègue le


I 66 C. PASCHALIS (817-824).

tondre deux cimetières aussi distincts que ceux de Calliste et de

Prétextat. Dans l'espèce il en est question à propos d'un évene-

ment qui eut à. Rome un grand retentissement et donna lieu à des

fêtes solennelles. D'autre part, on s'explique mieux, de cette fa-

çon. comment le bruit s'était accrédité que les Lombards avaient

emporté le corps de la sainte et comment le pape ont tant de peine

a le retrouver. S'il était resté dans son sanctuaire du cimetiere

de Calliste, il n'y aurait eu aucune difficulté. Quel ltomain et

surtout quel pape pouvait en ignorer l'emplacement? Il fallait

donc que ce sanctuaire iùt vide. — Maintenant quand s'opéra le

transfert de sainte Cécile? Je n'en sais rien au juste. Mais rien

n'empêche qu'il ait eu lieu au temps de l'invasion lombarde,

comme on le croyait à Rome au temps de Pascal. Quelque cus-

tode aura pu trouver nécessaire de soustraire ce saint trésor à

l'avidité des assiégeants ; la translation, opérée en cachette et

dans un temps troublé, aura passé inaperçue et sera tombée dans

l'oubli.

2l. hospitalc s. Peregrini] Cf. Llton III, ci-dessus, p. 28.

22. absidam muu'vo operc- decoratam] On voit encore la mosaïque

de la conque absidale. La composition principale, analogue à

celle de Sainte-Praxède. représente le Christ dans la gloire du ciel,

entre les apôtres Pierre et Paul et les saints titulaires; à sa

droite, sainte Cécilc lui présente le pape Pascal; :1 sa gauche

se tiennent saint Valérien et sainte Agathe. Le monogramme du

nom de Pascal se voit au sommet de la voûte. Au bas, onlitl'ins-

cription suivante:

1- HAEC. DOMVS AMPLA MICAT VARIIS FABRICATA METALLIS

OLIM QVAE FVERAT CONFRACTA TEMPORE PRISCO

UONDIDIT IN MELIVS PASCHALIS PRAESVL OPIMVS

HANC AVLAM DOMINI FORMANS FVNDAMINE CLARO


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

AVREA GEMMATIS RESONANT I'IAEC DINDIMA TEMPLI

LAETVS AMORE DEI HIC CONIVNXIT CORPORA CAECILIAE ET SOCIIS RVTILAT HIC FLORE IVVENTVS

QVAE PRIDEM IN CRVPTIS PAVSABANT MEMBRA BEATA

‘dont la place n'est indiquée ni par leurs chiffres ni

ROMA RESVLTAT OVANS SEMPER ORNATA PER AEVV

Au v. 5, l'expression haec dindima (empli désigne l'abside, le


Generated on 2013-08-11 08:06 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

sanctuaire del'église(Dümmler, l’oet. CaroL, p. 618, v. l9.); gem-

mah‘s est pris dans le sens d'un substantif: il équivaut à gem-

matis metallis ou Iapidibus. Je comprends le v. 7 comme s'il com-

mençait une nouvelle phrase. L'arc absidal était aussi décoré de

mosaïques; elles furent détruites en 1725. On y voyait, dans les

retombées, les vingt-quatre vieillardsfde l'Apocalyse; au sommet,

la Vierge avec l'enfant Jésus, assise sur un trône, entre deux

anges; a droite et à gauche, séparées par des palmiers, dix sain-

tes, sortant des deux cités mystiques de Jérusalem et de Beth-

léem et se dirigeant vers le trône de la Vierge-Mère. Cette com-

position est reproduite, sauf certains détails, dans la mosaïque

de la façade de S. Maria in Trastevere. —- Sur ces mosaïques, v.

de Rossi, Musaîci.

23. et ciburium...] Après avoir parlé dela mosaïque, le biographe

donne laliste d'abord des objets en métal précieux, puis des voiles

et tapisseries offerts au moment de la fondation. cette liste com-

prend: l0 pour l'autel: a) le ciborium, en argent; b) le revêtement

de la table de l'autel (propitialorizun) et (le la confession avec sa

porte grillée, en argent; c) cinq tapis de rechange, pour couvrir

la table de l'autel; d) quatre rideaux, destinés à être suspendus

entre les colonnes du ciborium; — 2° pour l'iconostase: a) la tra-

verse supérieure (regularz‘s), ou plutôt son revêtement en lames

d'argent; b) le revêtement, également en argent,de l'arcade d'on-

trée (ai-rus etgammadias); c) trois images, revêtues en argentdoré;

d) douze voiles de petite dimension pour être suspendus dans les

arceaux du prosbyterium, c‘est-à-dire de l'enceinte sacrée; — 3°

pour le corps de l'égliseza) vingt-six calices, destinésàétre sus-

pendus sous les arcades de la nef; il ya encore vingt-six arcades,

en y comprenant 'celles de l'esonarthex, sauf toutefois l'arcade

d'entrée : b) vingt-cinq voiles tyriens. douze de fundalo, quatorze

de quadrapulo; c) une grande portière pour l'entrée

; il faut

monter ici un certain nombre de lampadaires et


c. PASCHALIS (817-824). 67

p. 2451.14. Pascal l'adjoignitanx trois monastères déjà chargés du

service du chœur à la basilique de Latran. Il n'en est pas ques-

tion, à ma connaissance, dans‘les documents postérieurs ùce pape;

sa situation précise n'a pas été déterminée. _

27. cum 4m‘: tribus fralribus] Anthime, Léonce et Euprèpe,

compagnons de martyre des saints Coma et Damien. Voy. les

28. ubi... eirginis raput condidil] V. ci-deasus, note 25.

39. quod... Leo papa conslituil] L'oratoire Saint-Michel au [pal

lais de Latran; v. ci-dessus. p. 28, l. 28. '

30. ut pas! sedem ponli/îcz‘s.] M. de Rossi (Bull. 1867, p. 72;

cf. 1880, p. H9 et suiv.) a le premier donné une explication sa-

net latérale, du côté droit, formant comme le vestibule du l’me-

np2,|il n'avait pas été possible d'installer le matroncum a sa

place ordinaire, in summa parte muh'erum. L’abside était donc

supportée, non par un mur semi-circulairo plein, mais par des

piliers ou des colonnes, entre lesquelles des arcades largement

ouvertes permettaient de voir dans le presbyterium. En arrière,

et concentrique a l'abside elle-même, un mur senti-circulaire

formait le chevet de la. basilique. C'est entre ce mur et les ar-

dames romaines. On a signalé des vestiges de cette disposition

dans l'église des SS. Crime et Damien. près du Forum, dans deux

églises de Naples et dans quelques autres (Bull. 1880, l. 0.); je

puis ajouter à ces exemples celui de la splendide basilique de

du pape, a. Sainte-Marie-ltlajeure, se trouvait juste au milieu, et,

passage du Liber de eecleria Lateranensi, composé entre i073 et

“59 (Migne, P. L., L CXCIV, p. t557): «1 In abside s. Mariac est

cathedra pontiticalis in medio sub vitrea, qnae quinque sunt in

convénient; c'est ce que flt Pascal.

31. pavimenlum allaris erigena] Cette modification était com-

mandes par l'exhaussement de la chaire épiscopale. qui ne de-


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

t'ait point dominer l'autel.

32. 881 pulpmreo colore columnas] Quatre belles colonnes de

Porphyre supportent le baldaquin du maltre-autol de Sainte-

Marie-Majeuro. Je pense qu'elles doivent avoir été au nombre

des sa qui fermaient autrefois le presbyterinm du coté de la

grande net.
Generated on 2013-08-11 08:06 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

colonne de la nef, l'enceinte comprenait d'abord les sept ,arcades

supportées par les six colonnes de Porphyre, puis les deux

entre-colonnements de la net; en négligeant l'arcade centrale

(vestibulum altari's), on obtient ainsi les huit ouvertures où se

trouvaient arcos VIII cum columnis XVI.

3vl. canllmra l'I] Un chandelier devant chacune des six colon:

nes de porphyre.

35. calices pendentiles XLII] Il y avait juste 42 cntrecolonne-

monts dans la longueur de la nef; bien que la colonnade soit sur-

montée d'un entablem‘ent rectiligne et non point d'arceaux, le

rédacteur emploie l'expression arcos.

37. imaginent... cum vullu‘b. Mariae] C'est peut-être la fameuse

madone dite de saintLuc, qui, après avoir figuré sur l'iconos-

tase, a maintenant les honneurs d'une chapelle spéciale et d'une

dévotion extraordinaire. On ne lui connait pas de références

anciennes; d'après le style. le P. Garrucci (Ante crisL, t. IV,

p. 17) la ferait remonter à la première moitié du cinquième siè-

cle. Mais on sait combien sont trompeuses les indications chro-

nologiques déduites du style. quand il s'agit de peintures et

surtout de figures isolées des temps byzantins. L'appréciation

du P. Garrucci parait avoir été influencée par le désir de ratta-

cher l'origine de cette image a la fondation de la basilique et à

la commémoration du concile d'Ephèse. Rien ne s'oppose à une

conjectiu'e qui l'idcutifierait avec l'imagcjdont il est ici question.

39.per arca: marbres] Trois fois quatorze cela, en tout que‘

rente-deux, un pour chacun des entrecelonnements (amas) de

la net.

41. in aapectu abside] Je pense {que cette tenture alexandrine,

merveilleusement décorée, était placée derrière le siège pontifi-

cal, dans l'ouverture de l'arcade centrale. C'est la place qui est

indiquée dans la vie de LÈON HI, p. 29, l. 22. par les mots super

perlica super sedcnl.

42. in trabem mm'orem] Cette maîtresse poutre était sans doute


68 C. PASCHALIS (817-824).

mais il faut y ajouter deux autres arcades, maintenant fermées,

qui reliaient l'abside à la double colonnade de la nef.

44. in ingressu basilicae] La grande porte; l'usage s'est main-

tenu de tendre des portières (rorlinacmans les baies ouvertes des

portes des basiliques.

i5. ceci. 12. Marine aita Sam‘nis in epz'scopio] Au un! siècle le

siège de l'évéclié de Sabine était encore il l'emplacement de l'an-

tique localité de Forum Novum (t. I, p. 188, note 7). Il sub-

siste, a cet endroit, une vieille église appelée S. Maria di Ves-

covio; c'est évidemment celle dont il est question ici (Stevenson,

dans la Real-encyrklopadic de Kraus, t. II, p. 125). Elle est mon-

tionnée dans une lettre écrite en 181 par le pape I'ladrien:

« ecclesiam Dei genetricis Marine in loco qui dicitur Foronovo »

(Jall'é. 2433 ; Cod. (Jan, p. 219).

46. Sepullus vero est] Le biographe omet de nous dire que cette

cérémonie soumit quelque difficulté. Voici ce qu'en rapporte

Thégan : « (Paschalis) papa obiit, cuius funus Romanus popu-

lusin aecclesia beati Petri upostoliliumari noluit, antequam Eu-

genius papa post eum sucoessit ; et ipse iussit scpelire

corpus eius in loco quem ipse vivus construxerat. » —— Le

tombeau se trouvait probablement dans l'une des deux chapelles

fondées par Pascal, celle des ss. Procès et Martinien ou celle

des ss. Sixte et Fabien. L'épitaphc est perdue.

t7. Et ccssauil...] A s'en tenir aux indications du L. P. sur la’

durée du pontificat de Pascal, celui-ci serait mort le il février

825, un samedi. La vacance du siège comptée jusqu'au lendemain

12 ou jusqu'au dimanche suivant ne saurait donc être exprimée

par le chiffre IIII. Ce n'est pas la seule raison que l'on ait de

suspecter ce chiffre. Il ne cadre guère avec ce que l'on peut

savoir de l'avènement d'Eugène Il. —- Quant aux dates qui sui-


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

vent, menu z'amzario, imlictione prima, elles sont manifestement

fausses, car elles indiquent le mois de janvier 823.


Generated on 2013-08-11 08:07 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
CI. EUGENIUS Il (824-827).

69,‘

Cl.

‘I EUGENIUS. Hic ’ etenim venerabilis et praeclarus vir magnae simplicitatis atque humilitatis fuit; doctus scien- ‘I 452

tia, sermone praecipuus, forma pulchrior, largus petentibus, mundum respuens, sola quae Christo erant placita

diebus ac noctibus oogitabat. lluius praelati pontificis tempore ubertas non modica totam non solurn Romam‘,

sed etiam totum pene invaserat orbem; quia quicquid iusto percipiebat a subdilis pondere, non solum pupillis

verso fuit Orbe romano; quippe nam ipse cum totius erat pacis amicus, quid aliud pertinentes, nisi quod ipse

suis honestis gerebat moribus et ipsi pariter gerebant? Archipresbiter ’ enim huius sacratissimae atque uni-.

versalis ecclesiae fuit; in quo non per modica tempora suum mirifice propositum rexit. Postea a Romanis cunctîs

pro meritorum pia relatione electus, post transitum sanctissimi domni Paschalis pape pontil‘ex l'actus est. Tenuit

l0 autem presbiteratus sui tempore ecclesiam beatae Savinae martyris, positam in Adventino monte, quam, Deo

dispensante, post pontificalem sibi adtributam gratiam ad meliorem cultum perduxit et picturis 3 uudique

decoravit.

lluius diebus ‘ Romani indices qui Francia tenebantur captivi reversi sunt, quos in parentum propria ingredi

permisit et eis non modicas res de patriarchio Lateranensi praebuit, quia erant pene omnibus [acultatibus destituti.

Fecit autem in ecclesia beatae Savinae 5 martyris supradicta cyburium ex argente purissirno, pens. lib.

Hisdem venerabilis praesnl ubi supra obtulit

VARIANTES DES MANUSCRITS.

1 Eugenius < nstione Romanus ex patre sedit an. llll > C :

< natione Romanes ex patre sedit ann. llll m. 11 d. XXlll >

E — 3 temporis D — 4 penc totum CE — pusillis E —

5 <in> uuiv. C-—7 gerebantnr E—8 aom. D—-9 sanclissimo E

13 captivi 017:. E (suppL) — M modica E — Lateranensis E

15 supradictae CE — pens.-obtulit 0m. C

NOTES EXPLICATIVES .

t. Hic etenim...] La rédaction de cette notice présente des tra-

ces d'une négligence toute particulière. V. Introd., o. I.

2. arcltipresbiler...] Allll. Einh. a. 824:: » In cuius (Pascbnlis) lo-

cum cum duo per contcutionem populi fuissent elccti. Eugenius

tamen, archiprosbiter tituli sanetae Sabinae, vincente nobilium


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

parte, subrogatus atque ordinatus est ». — Le biographe ne parle

pas de compétition; il dit même qu'Eugene Il fut élu a flamants

cunctù, ce qui est faux. La vie de Wala par Paschase Ratbei-t (r,

28;.Migne, P. L., t. CXX, p. 1604) parle aussi de difficultés; il y

est dit que Waia revint en France « pone omnibus correctis re-

bus et Eugenio sanctissimo apostolicae sedis ordiuato antistite, in


Generated on 2013-08-11 08:07 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

euiue nimirum ordinatione plurimum laborasse dicitur, si que

“W10 1191‘ eum deinceps corrigerentur {quae dia uegligentius a.

plurimis t‘ueraut depravatu. »

3. picluris undique decoravit] Il nerestc rien des travaux entre-

Pris à Sainte-Sabine par Eugène 11. Au xvu° siècle on pouvait

encore y voir les mosaïques de l'arc absidal, qui avaient échappé

aux « restaurations » de Sixte V. Ciampini en donne un dessin

dans ses Velera momunenta. t. I, p1. #7. Cette décoration était

formée d'une suite de médaillons disposés en demi-cercle autour

de la courbure de l'arc, comme ceux de l'oratoire Saint-Zénon

à Sainte-Pruxèdc. En haut le Sauveur; de chaque côté sept bustes

d'hommes; il yen avait même en d'abord huit; des deux derniers

quelques traces seulemontélaient visibles au temps de Ciampini;

enfin les deux cités mystiques de Jérusalem et de Bethléem. 11

n'a pas échappé à M. de Rossi (Musaici) que ce système de déco-

ration ressemble beaucoup a ce que l’on voit à Saiute-Praxède

et que, par suite, il y a lieu de croire que nous avons ici une

œuvre des mosaïstcs employés par le pape Pascal. Ce qui l'em-

peclie de conclure, c'est l'expression picluris de notre biographe 2

le Liber pontificaux, surtout au rx° siècle, l'ait la difl‘érence entre

les peintures et les mosaïques; il emploie pour celles-ci le

termemusiuum, qui ne figure pas dans la vie d'Eugène II. — Ceci

est fort juste; mais il n'y a peut-être pas lieu de supposer, dans

ce lambeau de biographie, dont la négligence fait contraste avec

le reste du Liber ponlificalis, le propriété de termes qui est ordi-

naire, en ce genre de choses. aux biographes pontificaux. J ‘incli-

nerais donc à attribuer au pape Eugène II la mosaïque publiée

par Ciampini.

t. Romani iudices'l Ami. Einh., a. 825: u lllotliarius iuxta pa-

5 no viduis, sed etiam divitibus incessanter omnibus distribuebat. Maxima autem par et requies eius diebus uni- 11

III
7o .EUGENIUS 11 (824-827).

tris mandatum Romain proiectus, ab Engenio pontificc honori-

fice suscipitur. Gui cum iniuncta sibi pntet‘aceret, slatum populi

Romani iamdudum quorundam praesulum perversitato deprava-

tum, memorati pontificis beuivola adsensione ita corrcxit, ut om-

nes qui rerum suarum 'direptione graviter fuerant desolati, de

receptione bouorum suorum, quae per illius adveutum Deo do-

nantc provenerat. magnifice sint consolati. » — L'avènement

d'Eugène Il fut une réaction contre'la politique du pape Pascal,

sourdement hostile à l'empire en tant que celui-ci revendiquait

l'autorité sur la ville de Rome et‘ son territoire. En 893, peu de

semaines après le couronnement de Lothaire, deux hauts digni-

taires de la cour pontificale, le primicier Thèodore et son gendre

le noinenclateur Lèon, furent (l'abord aveugles. puis égorgés par

les gens du‘ pape; on leur faisait un crime de leur zèle en faveur

des empereurs et des Frunks. Pascal fut dénoncé par les Ro-

mains comme l'auteurresponsablefle ce forfait. Il s'en disculpa en

prêtant serment, mais ne permit pas aux envoyés de l'empereur

Louis de tirer au clair les responsabilités engagées dans cet évé-

nement tragique. Aussitôt Eugène installé, le jeune empereur

Lothaire vint à Rome, escorte du célèbre :moine Wala, qui avait

exercé quelque'infinence sur l'élection du nouveau pape. Il pu-

blia, d'accord avec le pape, un capitulaire dont la première dis-

position doit être rapportée ici: « Constitutum habemus, ut om-

nes qui sub speciali deiensione domni upostoliei aut nostra fue-

rint suscepti, impetruta inviolabiter iustu utantnr detensione.

Quod si quis in quocumque hoc contemptum violare praesump-

serit, sciat se periculnm vitae esse incursurum. Nam et hoc de-

cernimus, ut domno apostolico in omnibus ipsi iustam observent

obedientiam, sen ducibus ac iudicibus suis, ud iustitiam t‘acien-

dam. In hoc capitule fiat commemoratum de viduis ‘et orfanis


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

Theodori, Floronis et Sergii.» — Le libellé est en rapport avec les

circonstances; il'yiest beaucoup question desfdroitsîdu pape, mais

c'est au fond les droits de l'empereur que l'on entend at'firmor et

défendre. La vie de Louis le Pieux le dit encore plus expressé-

ment qne les Annales: « Cumque de bis quae acciderant querere-

tur, quare scilicet hi qui imperatori sibique et Francis fldeles


Generated on 2013-08-11 08:07 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

t‘uerant iniqua nece perempti tuerint, et qui superviverent ludibrio

reliquis feront et haberentur, quare etiam tantae querellae ad-

versus Romanorum pontiflces iudicesque sonnrent, repertum est

quod quorumdam pontificum (Léon III et Pascal) ignorantia vel

desidia sert et indicum caeca et inexplebili cnpiditate multorum

praedia iniuste t‘uerint confiscata. Ideoque reddendo quae iniuste

erant sublata, Lotharius magnum populo Romano creavit laeti-

tiam. » —L’impression qui résulte de tous ces documents t‘ranks

est confirmée par la phrase rapide du L. P. ou il est question du

retour d'exilés que le pape indemnise ou remet en possession de

leurs biens confisqués. ces exilés ne sont pas mentionnés direc-

tement par les annalistes ou biographes de Louis le Pieux; mais

le capitulaire de Lothaire vise toute une catégorie de personnes

lésées’; des trois qu'il nomme et qui toutes les trois sontjmortes,

Tbéodore est le seul connu; c'est évidemment le primicier mas- '

sacré en 833; les deux autres, Flore et Sergius, auront été victi-

mes de quelque traitement du même genre, ou, à tout le moins.

exilés et dépouillés de leurs biens.

5. in ecclesia b. Savinae] Parmi les choses que le pape Eugène II

ofi'rit à Sainte-Sabine et que l'interruption de sa biographie ne‘

permet pas de retrouver ici, on peut citer les grilles de bronze

qui, au un8 siècle. fermaient l'enceinte du choeur. Pompeo Ugo-

nio (stazîoni, p. 10) y lisait encore l'inscription EVGENIVS

SECVNDVS PAPA ROMANVS. Une autre inscription, en’

quatre distiques, se voit maintenant, au bas de la nef latérale de

droite; elle mentionne un pape Eugène qui aurait transporté‘

à. Sainte-Sabine un certain nombre de corps saints . C'est

sans doute du pape Eugène II que l'on a voulu parler; mais les

vers sont leonins et l'inscription doit être postérieure de plus

d'un siècle.
.cn. VALENTINUS (s27). -74

abat, et ab omni ecciesiae

doua et beneficia multa largiflue contulit,

Gbristo iubente, culmina scandente caelestia, Euge-

t positus in sede apostolica. Qui eum cunctis quae

omni vitae suae tempore carissimorum vice retinuit et velut

pater proprio filio corde congaudebat alacri, suisque aspectibus illum assidue consistera cupiebat.

VARIAN'I‘ES DES MANUSCRITS.

E : corrcæi — l6 enuclenntur C — cumque C —- 18 ex Lalera-

nensis E — hac E — 21 dev.] intcnlioneC—22 conslareturE

(corr.)—que C : quue E : canari-23 formam E -—24 sui] suce

E — 25 dona] ac bona E : <simul> C- 27 sublevalus C- i'n

honore om.C —- apostolica] Romanis C — 29 assistera C

dies X C — 2 sauctus E

C-ludes E — 7 necta

—5 sensum E — rimabatur C- ingenti

re om. E—pruecipuusE— 9 delcguntem

* mente E — i2 lucema E -—l3 exemplo E

M alque] flaque-15 turis odox‘ifere E-t‘raglaretC: llagraret


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-11 08:07 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
î72 - ,Cll. VALENTINUS (827).

V Peracto vero ac divinitus finito huius praesulis lucis transeuutis termino, ad sacrae sedis culmina regenda

omnis Romanorum cetus crebris Dominum ieiuniis et-orationibus deprecans ut quis tantae sedis honore dignus

foret eorum seusibus revelare dignaretur. Sed divina placata maiestas quem ex sacerdotali eis catalogo eligendum

archano suae potentiae nutu oslenderet, nisi eum quem ab ipsis matris uberibus tot supradictis virtutum copiis et

pulcberrimo doctrinarum flore ornaverat, atque constantem et fidelem in omnibus sîbi alumuum nutrierat, sacra- 5

455 V1 tissime sedis rectorem tribueret? Collectis igitur in unum veuerabilibus episcopis et gloriosis Romanorum pro-

ceribus, omnique amplae Urbis populo in palatio Laterauensi, ut quod iam corde celitus revelatum equitar

omnes tenebant in uuo multorum sonitu resonarent, unius voluntatis consensu fortiter acclamatum est : « Va-

» lentinum sanctissimum archidiaconem sedis apostolicae dignuml Valentinum summi pontificaius infula deco-

» randuml » Bis itaque mellillue dictis, una mox omnes pacis coniunctione manentes ad ecclesiam sanctae Dei t0

genitricis semperque virginis Mariae dominae nostrae sacer clericorum et Romanorum proceres pariter cum

.populo properantes, multiplices eum Domino grates ac laudes reddentem more solito invenerunt. Quem ilico

multo ac diutius renitentem, seque tanti regiminis fore inoongruum voce strenua proferentem, almae plebis et

lnetis utriusque militiae Romanorum electus est vocibus in sedem pontificum, ac deinde cum dignis eum gloriae

laudibus et honoris amplitudiue ad Lateranense patriarchium ab ipsis deductus et in ponlificali est positus throno. 15

vu Cuius ovauter al) omni Romanorum senatu pedibus osculatis. et omnibus quae erant explenda rite ac veneranter

peractis, magna sobrietas, magna in totius sexus et aetatis populo laetilia mansit.

Eiusque consecrationis die sereno iam inluciscente cum lumine, iamdiotum antistitem ad beati Pelri aposto-ÿ

lorum principis ecolesiam omnes pariter Romani a palatio deducentes, eum, maiestate auxiliante altithrona, sum-

456 vm mum consecravere pontificem. Qui mox almificae sedis culmina scandens beati Petri apostoli et caelestis regni 20

clavigeri, divinis Deo laudibus et saorificiis pie oblatis, amplo et magnifico Romanorum coetu ad palalium cum

ingenti gaudio remeavit, atque laetissimis dapibus sumptis amantissimorum multis et diversis munerum donis

sacram plebem et senatum populumque Romanum opime ditavit.

Erat quippe dapsilitate inclitus, actione praecipuus, sermone luculentus, omnibus compassione proximus et

inopiam sustentantibus oportunum instanter solatium praebens. 25

Quibus multiplicibus bonis ornatus ad celestia, Ghristo vacante, corporis oppressus molestia, exitu pretioslo

transivit; atque cum desiderabili beatissimi operis fructu ad conspectum summae maiestatis laetus ascendit,

regnans et exultans cum Domino semper.

VARIAN'I‘ES DES MANUSCRITS.

l prae=ulC —regenda om. E -— 4 virtuiibus C — 6 glorio-


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

sissimis C-9 archidiaconum C- sede apostolicaC— l0 ita. C —

dictus E-12 reddentesE : rerldcnte C : correæi-13 multum C-

14 sedeE- condignis E- 15 seductusE (corr.)—- 17 et 0m. C

18 cum inlumine C — l9 altithrono E - 20 caelesti E —'

21 cetus E — 23 opime 0m. C

26 corpore E
Generated on 2013-08-11 08:17 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

NOTES EXPLICATIVES.

t. socle aposlolica dignum] Ann. Einh.’_827: « Eugenius papa

Romnnis et electus et 0rd‘ ' ‘ ' -

menue Auguste decessxt, in cuius locnm Valentinus diacouus a minus. “x ‘Îmum mensem m pomm-

catu complevit. n
CIII. GREGORIUS llli (827-844). 73

CIII.

sanctarum infntigabilis visitator, pater pauperum et alitor omnium viduarum, terr

ii rium concupiscens, mundana huius vitae praesentis luci-a deserens, aeterna praemia in caelis dignir

atquisivit.

Hic adeo beatissimus pontifex genere clarus, sed magis ciarior sanctitate, forma pulcher, fide pulcrior. Quae II

scilicet universa laudum praeconia non solum pontificatus sui tempore claruerunt ; sed etiam cum adhuc iuveni-

domo sunt », coepit sancta eius operatio de die in diem per totam Romanam pleniter urbem resonare, evvange-

lico sermone docente : « Nihil opertum quod non reveletur et occultum quod non scialur. n Pro quibus denique

innumerabilibus bonis a sanctissimo huius sacrae sedis domno Paschali papa non solum subdiaconus sed etiam

sacerdos efl'eclus est. Permansit vero in sacerdotu sui habitu constitutus casle atque pudice, recolens illud quod ut

i5 scriptura sacra commemorat, dicens: « sacerdotes 1 mei non in aliis vacent nisi orationey lectione et ieiunio. » Cum-

VARIANTES DES MANUSCRITS.

i GI‘GSOFÎUS < quartus > E -— mens. dies om. CE —- 2 be- —— is in his am. c - domnus om. CE — fl apices u —

nignissimus CE — iocundus CE — l allior E la grecum D .

8 laudi in E —- 9 semp. ag.] se per-ageret E —- U. eius 0m. 20 Romani 0m. C — m ut quem CE — 22 sen.]R0umnorum

D -1z sermo E — revelabitur CE — ia papae D -— i4 ac E C — potuissent C “ m m1010" CE _ 25 quidam Dm

LIBER pom-nuuum t. H.
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-11 08:08 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
74 CIII. GREGORIUS uu (827-844).

459 V Verum qnia investigare cuncta quae gessit celeri sermone non possumus, ea, licet breviterq ad notitiam om-

nium perducamus quae sacris ac venerabilibus mente integra et pia devotione obtulitlocis.

Preterea post electionem simul et consecrationem praesulatus sui caepit permaximum studium habere de

sanctis et de eorum ecclesiiss quatinus ad statum pristinam novo cultu eas, protegente Domino, citius revocaretz

quod factum est. Nam eo tempore ecclesiam beati Saturnini martyris, foris portam Salariam constitutam, quae

vetustate nimia et longo iam senio a fundamentis ceciderata novis fabricis aedificare caepit et picturis variis de-

coravitg ubi etiam obtulit vestem de fundato I.

VI Perficiente enim illo haec quae superius dicta sunt1 ad alia tunc pontificalis eius animus sanctorum opuscula

summopere caepit adtendere Et quoniam tunc divino ignis amore succensus corpus beati Gregorii huius univer-

salis ecclesiae praesulisl per quem sancti Spiritus gratia toto orbe terrarum inextinguibili sapientiae munus in-

duxit, ex loco sepultus quo prius fuerat tulita et non longe ab eo in aliumil noviter constructum infra ecclesiam

beati Petri apostoli summo honore perduxit, eiusque sacrum altare argenteis tabulis undique perornavìt, et ora-

torium suo sancto nomine titulavit, absidamque eìus desuper aurato musibo depinxiL ln quo scilicet oratorio

sanctorum corpora beatorum martyrum ‘ Sebastiani, Gorgonii ac Tiburtii ex cymiteriis quibus ante iacebant per-

VII duxit, et unumquodque eorum separatis altaribus collocavit. Pro quibus denique pontiticatus sui tempore de-

crevit ut monachi1 qui ad officium persolvendum in ecclesia beati Petri apostoli sunt constituti, omnibus diebus

ibidem laudes omnipotenti Domino canere non desistant. obtulit autem in eodem oratorio vela maiora vel mo-

dica sirica XVIII, vestes super altare sub quo sanctissimi Gregorii pape corpus requiescit III, unam cum chriso-

clabo, habentem storiam; et super unumquodque altare praedictorum martyrum vestem de fundata I; imagines

denique desuper argcntatas necnon auro perfusas III, habentes vultum Domini et eorum depictos quorum spe-

cialia ibidem corpora humata miraculis ac virtutibus pollent.

460 VIII His igitur perfectis operibus, ad alia repente venerabilis pontifex animum et mentem convertit. Nam ecclesiam

tunc beati Marci confessoris atque pontifiois, quam tempore sacerdotii sui regendam susceperat et usquequo ad

pontiticatus pervenit gratiam in suo iure ac ditione permansit, quae ab nimiam vetustatem crebro casura esse vide-

batur, cum omnipotentis Domini opitulatione afundamentis prius eiecit etpostmodum novis fabricis totam ad me-

liorem cultum atque decorem perduxit, absidamque 5 ipsius praenominatae basilicae musibo aureis superinducto

coloribus cum summa gratulatione depinxit Fecit vero sarta tecta eius omnia nova et quicquid in ea ante vile

461 lx cognoverat, pretiosum postea esse maluit igitur consummatis omnibus his, pro remedio et futura retributione

animae suae obtulit in iam sepe nominata ecclesia futuris temporibus permanenda haec : regnum aureum I,

quod usque hodie super altare dependens cum gemmis valde optimis, habens autem in medio auream crucem
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

cum gemmis pariter pretiosis ; item gabatas ex auro purissimo III, pendentes ante praenominatum altare,

et ga-

batas interrasiles II de argento;

item alias gabatas de argento XII, angelorum opere constructasg et alias gabatas

VARIANTES DES MANUSCRITS.

6 frabrîcîs D - aedilicari E — fecit CE


Generated on 2013-08-11 08:08 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

8 enim] vero CE -9 divini C-— m universali E — inextingui-

bilis c - 13 oratorium D - 11 maiore E — ts vestem E -

quiescit c —2o vultus CE

22 convertens E - 23 usque D - 24 quaeque c — 25

prius om. D -frabricis D — 26 illius D - 27 vigile!) - 29

nominatae ecclesiae D- 31 pendentem D - ante om. D -

32 item -argento om. E - iterum c - anglorum D I

I0

iii

3o
CIII. GREGORIUS IIII (827-844). 75

I0

l5

30

interrasiles V cum pedibus suis; item ubi supra obtulit tymiamateria aurea colore perfusa III; canistra de ar-

gente XII; coranas argenteas maiores et minores VIII; cruces de argento 111, et unaquaeque habet lib- I; ce-

reostatas desuper argentatas llll. F‘ecit et cyburium ad laudem atque decorem confessoris iam sepius dicti ex

argento purissimoa pens. lib. mille. Altare quoque eiusdem argenteis similiter tabulis exornaviL cupiensque per

rerum temporalium exercitia aeterna caelorum praemia adipisci, praedictas vero venerabilis pontifex obtulit ubi x

supra vestem de fundata l, habentem mucrones per circuitug fecit et aliam vestem de olovera I, habentem

aquilas; obtulit iamfatus praesul veste de olovera I, habentem in medio gemmas et mala aurea et per circuitu

zonam de chrisoclabog immo vero obtulit sanctissimus praesul vestem de olavero cum chripbis et unicornibus ;

vestem quoque aliam cum crisoclabo per circuitum, habentem in medio Pnesurrectionem domini nostri lesu

Christi; sepe iamdictus venerabilis papa obtulit in praenominata ecclesia vestem cum chriphis et chrisoclaba per 462

circuitum, habentem in medio Nativitatem-domini nostri Iesu Christi; item vestem aliam cum crisoclabo, habeu-

tem per medium rotas de chrisoclaba IIII et Plativitatem atque baptismum domini nostri lesu Christi; obtulit XI

vero praenominatus pontifex vestem aliam cum leonibus, habentem ltesurrectionem Domini de chrisaclabo ; ves-

tes de fundata minores VIII, quae altaribus superpanuntur quae per circuitu eiusdem ecclesiae esse noscunturg

vela alba sirica IIII, unum habens undique tyreum et in medio crucem et gammadias de chrisoclabo, aliud de

stauraci. habens in medio crucem de olovera et gammadias de tyreo, tertium et quartum similiter; vela de ro-

dina IIII, quae sacrum altare circumdant1 ex quibus unum habet crucem de chrisoclabog vela de fundata xxvi

etliuea similiter1 quae pendent per arcos ecclesiaeg vela alexandrina ante portas maiores pendentiav habentia

homines et caballosg cortinam alexandrinam I; vela alia habentia mucrones de fundata llII ; velum de optabulolg

vela alia de fundata VIII, habentia per circuitum periclisin de blatag et alia vela VI cum aquilis, habentia per

circuitum periclisin de tyreo; vela simulque alia de fundata V, habentia leones et periclisin de tyreog vela alia

alexandrina, ex quibus unum habens rotas et rosas in medic, et aliud arbores et rotas, pendentia ante valvas ip-

sius ecclesiaeg item velum modicum de olovero1 habens in medio hominem cum caballog vela cum argento spa-

nisca XIIII; vela modica, ubi supra, de olovero X, habens unumquodque eorum anates. Hic divina inspiratione

v' protectus obtulit in iamdictae basilicae aquaemanule de argento I.

Verum eliam fecit et in ecclesia beati Cosme et Damiani martyrum vestem de fundata I, habentem in medio xu lotis

storiam sanctorum eorundem de chrisoclabo. Simili modo vero fecit et aliam vestem de Iundato, habentem in
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

medio storiam depictam cum ehrisoclabo in ecclesia beati Abbaciri atque Archangeli ad Alefantum. llic a Deo elec-

tus et praeclarus antistis obtulit in basilica beati Eustacii murtyris vestem de fundata unam, babentem in medio

storiam de chrisoclabo. Fecit iam sepe nominatus praesul aliam vestem in ecclesia beatorum martyrum Sergii et

Bachii de fundata I. Parimodo vero fecit etaliam vestem de fundata in ecclesia sancti Silvestri posita in montem

Soracti.

VARIANTES DES MANUSCRITS.


Generated on 2013-08-11 08:08 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

26 martyris c-zr de fundata habentem om. CE ——28 Albu-

ciri D — olefantum C i

29 Eustachii E : -tii C— 30 saepius CE-Bachi CE- 31 beati

c —— monte c

2 VIIII CE —- s caelo ca -- e circuitum CE -— 7 aquilas -ha-

bentem om'. E -— circuitum CE ——- 9 nostri I. C. om. CE —

u fuudatos E — circuitum CE —- 15 utique D — I8 <III>

ante c - 19 oplapulum CE‘. - 2o blattbin E ——- 24 spanisco

E —— 25 aquaemauulae D : -nile E
'76 CIII. GREGORIUS IIIl (827-844).

XIII completa vero haec omnia et diligenter peracla, fecit in ecclesia beati Petri apostoli vela cum crisoclabo

numero XIIII, habentia diversas storias evvangeliorum et passiones beati Petri et Pauli, necnon Andree apostolia

quae dependent ante imagines auro argentoque perfusas, in travi desuper argenlala, ante quam adeas ad sacram

confessionemq speciosa valde visibus humanis atque praecipua.

464 XIV Fecit autem in ecclesia beati Christi martyris Georgii magnificus praesul hinc inde porticos1 quos etiam ad

decorem ipsius basilicae variis ornavit picturis. Absidam vero eiusdem diaconie a fundamentis, auxiliante Domino,

cum summo studio compsit. IIic a Deo amabilis pontifex, dum diligenter cerneret quod eiusdem venerabilis

diaconiae secretarium prae nimia temporum vetustate marcescereL noviter pro ipsius amore vel gratia aliorum

ad meliorem erexit honorem. obtulit itaque sanctissimus papa ubi supra haec dona : vestem de fundata I, et

aliam cum chrisoclabo, habentem imaginem salvatoris et martyrum Sebastiani atque Gregorii; vela de fundato

maiores II, minores xvn. Fecit autem in confessionem ipsius basilicae rugas de argentea ex auro perfusas.

XV Pari modo vero sarta tecta basilicae beati Adriani martyris posita in via Sacra G, quae prae nimia vetustate mar-

cueratl noviter restauravit.

465 verum etiam fecit in patriarchio Lateranense triclinium 7 mire magnitudinis decoratum, cum absida de mu-

sibo; seu et alias absidas duas, dextra levaque posita in paracellaria, variis storiis depictas.

Fecit etiam sanctissimus papa in ecclesia beati clementis confessoris vestem de fundato cum leonibus et peri-

clisin de optabulo. Simili modo et in diaconia beati Theodori mai-tyris vestem de fundata leonatilem, cum peri-

XVI clisin de optabulo. Fecit autem in ecclesia beati christi martyris Laurentii quae ponitur foris muros vestem

chrisoclabam, habentem storiam zachei. Fecit et aliam vestem fundatam1 habentem griphos, in honore sanctae

l5

Dei genetricis ad Martyres. Necnon et in basilica beati Stephani protomartyris in Celiomonte vestem de fundato ‘20

cum gammadias. verum etiam et in diaconia beatae Dei genetricis Mariae in via Lata fecit vestem de stauraci1

cum periclisin de blatin.

V Simili modo et in ecclesia beatae Dei genetricis semperque virginis Mariae dominae nostrae ad Praesepem fecit

vestem auritestilem, habentem Nativitatem, Baptismum, Adpraesentatio et Resurrectione, habentem in capite

ipsius storiae gemmas albas CCCLXXX, iacinctas L, prasinas XXII, et in circuitu alvaviras legente de nomine 25

xvu domni Gregorii quarti pape.

Item fecit et in diaconia beati Adriani martyris in Tribus Fatis vestem de fundato. Fecìt autem praefatus praesul

‘6'6 in ecclesia Apostolorum ad vincula vestem de fundato, habentem leones cum grifis. Fecit et aliam vestem de

fundato in ecclesia beati Martini confessoris atque pontificisy habentem leones cum arboribus. Necnon et in basi-
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

lica beati Eusehiizmartyris vestem de olovero, habentem aquilas cum periclisin de quadrapulo. obtulit etiam 30

VARIANTES DES MANUSCRITS.

2 ac Pauli CE — 3 fusas CE — ad om. CE

s <el> in CE — quas CE — 6 decessorem CE — eiusdem]

ipsius c — 8 marcessere D —naviterC z < a > nov. E —10

Georgii c - H XVIII E
Generated on 2013-08-11 08:08 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

l4 infra paracellarium CE

is < et > in CE — l7 octapulo E (bis): optapulo c (bis) —

Teod. D — leones habentem GE — 19 chrisoclavo c —- haben-

tem om. E — 21 gammalias D : gammadiis CE - Maria

om. C

24 auritextile E : auritextilem c - ac preseutationem c -

resurrectionem < Domini > c - capitae D — 25 alvas D —

iaquinlas CE — et -pape om. c

29 marmoribus D —
c111. GREGORIUS llli (827-844). 77

praedictas praesul in basilica beatae Dei genetricis Mariae trans Tybei'im vestem de tyreo, habentem storiam

dominicae Nativitatis atque kesurrectionis domini nostri lesu Glu‘

simili modo obtulit vestem de lunclalo. ln diaconi

dato obtulit.

isti. lmmo et in diaconia quae vocatur Cyro,

a vero beatae Mariae in via Lata, eodem modo vestem de fun-

apostolorum laudabilis numerus mire magnitudinis atque pulchriludinis, diversis lapidibus vel margaritis orna-

tam pulcherrimeque contextam.

annos confi-acta atque disrupta esse videbatur1 dato operis studio, sicut a priscis fuerat aedificala temporihus, ita

quoque eam praesagus antistes a noviter aedificare atque construere visus fuit; ita ut ad ecclesiam beati Petri

martyris vestem de fundato, habentem aquilas et periclisin de olovero. lmmo vero obtulit iamdictus praesul in

basilica beate Lucie martyris quae appellatur Orfea, vestem de fundata cum periclisin de optapulo. Sanctissimus

denique pontifex fecit in titulo beati Grisogoni martyris vestem de Lireo, habentem storia Danielis cum periclisin

de stauraci. obtulit vero beatissimus papa in titulo Pammachii vestem de stauraci, cum periclisiu de quadrapulo

2 d. n. l. C. om. c — a ln d. vcm] lmo et in (LE 14 statu CE — hedendum D — l7 dato om. C — haedir. D

soclngouam c- vultus F. — domini nostri lesu cliristi c (bis) —- m ita <ita> D

hy oclogouum fusum C.- 9 ennarodia CE-insimul E: om. c 20 Cosmediu E -— 22 Cyriaci CE —23 fund.] tireo c — ea

io et om. CE — u de chrisoclavo C — obsequio CE — a vitale D — 27 oclap. E et ita saepe

ante sin. om. CE — ia pulchcrrimamque CE si Acmilianac E — 32 blatla E-Simili modo C-Sixti lii--
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-11 08:08 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
78 0111. GREGORIUS IIII (827-844).

469

470 XXIII

XXIV

XX"

471

xxvi paria Il, habentes gemmas pretiosissimas, albas numero XVllI, prasinas Vlll

Danihelis, cum periclisin de olovero. Fecit et in ecclesia beate Balhine martyris vestem de In‘ date, cum periclisin

de olovero. Fecit autem in titulo Damassi vestem de stanraci, habentem periclisin de bielle bizantea. Fecit etiam

et in ecclesia apostolorum Iacobi et Philippi vestem de fundato. Item in ecclesia beati Marcelli confessoris atque

pontificis fecit vestem de fundato. Pari mode et in basilica beati Laureutii in Luoinae i'eeit vestem de stauraci.

Item in ecclesia sancti Valentini l'ecit vestem de fundato, cum gammadias de obtapulo.

Cumque haec omnia quae superius inserta leguntur a quarti huius intemeratae sedis papa Gregorio, Deo

favente, liberius consummata fuissent atque perfecta, piger esse nullatenus volens, caepit indifl‘erenter post curam

gregnm de culture. sive meliorationihus venerabilium tractare locorum, ut suis temporihus novo cultu reformata

consolidaia l‘nissent. Quod, intercedente apostolorum principe Petro, iuxta votum sui desiderii factum est. ldeo

cum talia praesulatus sui anime volveret et hesitans cogitaret, repente ad memoriam sui recurrunt quod iustum

non esset si amplius ecclesia sanctae Dei genetricis, quae more veterum nunc usque Calisti trans Tiberim dicitnr,

sine monachornm ot‘ficio constitisset; maxime cum in eu signorum non minima frequenter fiant miracula et

virtutes diverse. Tunc demum divinitus conpunctus corde et Dei omnipotentis roboratus ac fretus iuvamine,

iuxta latus praenominate basilicae monasterium a fundamentis statuit et novis fubricis decoravit. In quo etïam

monachos canonicos 3 adgregavit, qui inibi officium fucerent et omnipotenti Deo grates et landes diebns singulis

et noctibus prosecutis intimo cordis spiramine decantarent; quod, sicut in praesentiarum cernimus, magno certa-

mine magnoque studio pastor eximius hoc opus valde firmissimum ampliavit. Nam ubi ante nulla erat cultura

praecipua, modo, Deo dispensante, pnlchra sunt habitacula monachorum; et loca quae nnper ab hominibus vide-

bantur vepribus vel inmunditiis plena, nunc in eis cellulae constructe sunt, quibus oves Christi cum suis simul

utilitatibus post laudum officie largissime cohabitantur et dormiunt.

Eo igitur tempore, saepedicta ecclesia quibusdam per circuitum locis longo senio erat praerupta, sed eam

firmissimis undique munilionibus restauravit, et in ea sanctum 9 fecit Praesepium, ad similitudinem Praesepii

sanctae Dei genetricis quae appellatur Maioris; quod videlioet lamminis aureis et arrenteîs adornavit.. lu que pro

remedio ac venia delictorum haec obtulit dona : imaginem'” auream, habentem storiam Dominae noslrac cum
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

.7

diversîs et pretiosis gemmis, iachiuctas maiores numero Xlll, prasinas X, albas maiores numero X‘iVllII alaman-

‘7

dmas maiores numero XX, albas modicas , habentem in circuitum capite coronae diverse philopares; cercellus

, iachinctas [llI;-item in eodem,

ssimas Il, ex quibus unam habet pendules numero XI, item more-
Generated on 2013-08-11 08:17 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

nam trifylem auream, habentem gemmas diverses albas numero LXXllI et buticulas XXXIII, morenam in quo

pendent gemmes iachinctas Xlll; digitias aureas V

imaginem habentem morenas prasinales pretiosi

llll, pendantes in filum aureum; item morenam i‘ylata, ex

qnibus habet gemmes pendantes iachinteas Xllll signochristas, habentes buticellas Il et minores lll- omnes

morena‘ cum alimente‘ eor ' a t - . , _

a p a um, gabathas aureas purlssimas interrasiles phylopares signochristas pendantes in

VARIANTES DES MANUSCRITS .

I basilica CE —- 2 Damasi CE — 3 et om. CE —- 4 et 0m. CE

8 grecnm D — principi D — t1 Calixti E — 15 Domino C

25 iaqnintas CE etc. — 26 habent D : ilillJGûS CE -—- cer-

celli CE — 271110 — babet CE — XVllll C

28 imagines habet CE- 29 murenam E—- trifilem CE- ha-

bens D : habet CE — LXXIIII C -— murenam C — quu C—-30

pendant D-——dignae aureae C ——peudentCE— i'yluter D : filatam

C -— 3l pendent CE —- signoxËD: signoŒ CE — halï D:

ballet-C12 — buticeÎ D :iuiciicellas E. : bucticellas C — 32

sign xps DE : siguum xpî: C — pendentem CDEI: corrcœi —

U:

t0

t5

25

30
GIII. GREGORIUS IIII (827-844).

79

catenulas IU, lilio et uncino, legente DE noms ou E'I‘ SANG

TAE MARIAE U

‚ habentem historiam imperatoris libi

daforis numero XVI; item vela v, pen-

xv; vela quae pendent in presbiterium numero XXIIH; vela

; in cyburium ipsius ecclesiae fecit vela llll.

Uhi supra fecit et aliam vestem de fundato cum grifis, h

25 sanctae Praxedis fecit vestem de olovero

ipse ver

cum periclisin de stauraci I.

0 a Deo proteetus et praeclarus pontifex fecit in basilica docto '

soclaba per arcos presbiterii, habentia storia ipsius beati Pauli apostoli

XXII.

Hic a Deo electus et praeclarus antistes obtulit in ecclesi

a beate Dei genetricis semperque vi ' '

30 mine nostrae quae appellatur Galisti et cornelii coronas ai-

genteas 11, per unamquamque deifinos xn, pens. lib.

VARIANTES DES MANUSCRITS.

lcalenule CE- unc. CDE- quae v. Presepae c - 2 domni

gregorii papae quarti CE —sig_n CDE --3 incappilatam CE 14 et in ecclesia om. D — beati om. c

—‘ operibus-diversas om. c — pendentem scripsi : pendentes om. c et ita infra-sancti CE-IJ modo

CD t pendent E — catenula E —4 xasistam D : sasiseam CE-— pom] appcllatur CE-Zi et om. E-22 H

5 modius E-pen dentem scripsi : om. C: pendeutem D :- dcnÎ -octapulo bis scripsit E —

E — catenulis c — uncinum-lll et om. D — 6 singulas c

9 arcli c : arco E -— triumphali c — babet DE -— m pen-

dens in regulari c — maginem D — H pendentem E — aforis

c — iz pendent intus DE — pendet E (bis) — presbyterio CE

— Gregorii D — 16 I

om. D—I om. cli-il


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

erenati (JE-23 Simili

24 et etiam om. CE — blatlhin E :

stauraci c - 25 sanctae om. D — slaan] blaita c

28 xxvn CE — 30 Calixti E alm-pens. <insimul> CE-


Generated on 2013-08-11 08:17 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
80 0111. GREGORIUS 1111 (827-844).

Xll. Simulque et in diaconia beati Ghristi martyris Georgii l'ecit coronam de argento I, cum delphinos Xll, pens.

xxxl lib. VI. lpse vero a Deo proteotus et praeclarus pontifex l'ecit in basilica beate Dei genetriois semperque virginis

Marie dominae nostrae quae appellatur Calisti et Cornelii canislra de argento Illl, legente sanctae Dei genetriois

et domni Gregorii pape, pens. lib. XXllll; et in allare quoque eiusdem tabulas de argento, pens. lib. CXlIl.

Fecit ibidem venerabilis papa in eodem sancto loco, infra ambitum ipsius ecclesiae, operosam decoramque res- 5

lructionem. Nam prius altare Hin humili loco situm Iuerat, pene in media testudine, ciroa quod plebs utriusque

474 xxxn nexus couveniens, pontil‘ex cum elero plebi confuse inmixto Sacra misteria celebrabat; sed et saucta corpora12

beatorum Calisti et Cornelii et Calepodi in meridiana plaga aecclesiae tumulata postergum populi iacentia non

condigne honorifioabantur. Quod religiosus idem papa non leve tulit, sed solerti solitoque studio cum intime in- .

duslria operam adhibens, mirificum opus incoans, optime consummavit. Nam efl‘osso clandestino antro, summa I0

cum reverentia praefata sancta corpora elevans, in occidentali plaga eiusdem:aecclesiae, hoc est in ambitu abside,

honorifice collocando occuluit ; circa quae quam maxime molis aggregans aggerem, comptum miris lapidibus tri-

bunal erigens decoravit. Supra que confessionem respioientem ad ortum solis miri odoris celaturarum ornala

compagine coaptavit infra oonsurgentes siquidem bases aîlaris, quod miri meLI‘i et ornatus modulo ex argente pers-

picue comens, in honore sanctae Dei genetricis Mariae semper virginis, elato scilicet priori, erexit inter consurgen- [5

les pulchri operis gradus. Ante quod presbiterium ampli ambitus operosi operis funditus construxit, oui en sep-

xxxlll temtrionali plaga lapidibus circa septum matroneum adposuit. Sed et decorem altari addens et matrem Domini

emerito honorans muneribus, l'ecit ibidem vestem crysoclabam cum blatta bizantea, habentem historia Nativi-

tatis et Resurreetionis domini nostri lesu Christi, et insuper imaginem beatae Dei genetricis Mariae rel'oventem

imaginem oblatoris sui. 20

Ipse vero a Deo protectus et praeclarus pontifex fecit amas argenleas Vl, quod procedunt per omnes stationes,

pens. sing. lib. Xlll; sciphos ll, pens. sing. lib. X; gemiliones Vlll, pens. ana singuli lib. II.

475 xxxlv Haec denique postquam omnia, Deo favente, a sepedicto pontifice decenter expleta sunt, ea quae in ecclesia

beati Petri apostoli foris muros longo iam senio quassata videbantur, ad pristinum statum oultumque perduxit.

Nam poene totam portioum super oratorium sanctae Dei genetricis Mariae quod Mediana dicitur noriter ex 23

trabibus ceterisque lignis ol) decorem hasilice dedicavit. Immo et aliam similiter porticum ‘1' ante valvas argenteas

novo opere cultuque praecipuo perl‘eoit. Necnon et in fronte paradisi ” iaml'ate aecolesiae prinoipali musibo cuncta

“KV quae apriscis temporibus in eodem pariete erant diruta, velocilate nimia pingere ac restaurare decrevit. Reno-

vavit simul et porticum eiusdem ecclesiae quae super gradus eius esse perspicitur, per quos populus orationis

VARIANTES DES MANUSCRITS .


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

3 argenlea CE —sancta Dei genitrice Gregorii quarti papae sit C —- semperque virg. Mar. E — semperque C -— 16 am-

E : s-ancta Dei genitricae Gregorius quartus papa C vitus E — 18 emerilis C — ibide D — 19 resurrexcionis D —-

5 idem C -— operosa dequoreque D —- 6 ples D —- 7 bealae 0m. D

plevi E — 8 mediana E. — post tergum CE — iacentium D —-

9 religiosissimus CE -— 10 inchoans CE — consumavit D

— Namme 10550 E — ol'osso C — 11 ambitum C —— 12 quam] (-1


Generated on 2013-08-11 08:17 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

D : que CE —- aggravans CE -— ministris E — 13 operis C —

14 compage C — cooptavitD — basis E — 15 cornes E : comp-

21 que C — 22 pens. sing. om. E —- sing. om. C — gem-

miliones CE — anas DE

24 longa E — cassata CE

26 decoravit CE- 27 paradysi D-29 Restauravit C- basi-

licae C —- populos E
CHI. GBEGORIUS III] (827-844). 81

13

2o

21;

voto indifferenter habet ascensum. Pecit etiam ‘5 iuxta Accolam, pro quietem-pontificis, ubi post orationes matu-A

tinales vel missarum officia eius valeant membra soporari. hospiciumvparvumy sed honeste constructum, et-pic-

turis decoravit eximiis.

igitur inter cetera bone operationis exempla fecit et in patriarchio Lateranensi, pro utilitate sive usu pontificis.

prope oratorium sancti christi martyris Laurentii1 habitaculum satis idoneum I”, ubi et quies est optima, et

cum clericis suis pontifex inde egrediens omnipotenti Domino debitas potest laudes persolvere

igitur post haec omnia quae superius he dificata Iegnnlur, de aedificiis iam dirutis et prae magnitudine temporum

pene casuris quae infra palatium ab antiquis patribus videbantur esse constructas beatissimus iam sepius nomi-

natus papa Gregorius novo cullu et opere a fundamentis erexit atque conposuit. Nam descensum qui paracella-

rium respiciL per quem antea homines veluti in nocte ascendebanl vel descendebant1 ita noviter reformavit ut

nulla inde transeuntes deinceps ut ante obscuritas valeat praepedire A quo videlicet loco usque ad oratorium

sancti Laurentii cuncta quae erant vetera restauravit, et alia nova adiecity in quibus lll caniinatas fieri iussit. Re-

novavit immo et balneum, quod iuxta paracellarium situm est, a fundamentis per totum, et mar-moribus ceteris-

que placabilibus operibus decoravit. Nam prius vetustatis longitudinem casurum esse videbatur nisi mens vel

optimum tanti pontificis studium eum ad priorem statum reducere decrevisset.

Pari modo et in ecclesia Salvatorisy quae appellatur flonstantiniana1 fecit vestem auritextile abentem storiam

Palmarum et Cenam Domini.

Item in venerabili monasterio sanctae Dei geneh-icis semperque virginis Mariae et sancti cornelii et calisti quae

appellatur trans Tiberim, fecit canistra numero v1, qui pens. simul lib. XVIII; sciphum I, pens. lib. VIII, unc.III;

cantara cum timiamateril pens. lib. III; siclonem I, pens. lib. III; cereostata II, pens. lib.

perfectis autem his omnibus atque examussim patratis, quoniam iam, sicut sepe dictum est, eius sanctaa vene-

randa ac recolenda simplicitas, ut quae in Dei erat omnipotentis semper intenta servitioy ita quoque de .populi

futura salute et lihcratione patriae indifferenter erat sollicitag ne ab ostibus, Deo non permitente quoquo modo

caperentur. Et quoniam huius sacratissimi patris ac papae temporibus impia atque nefaria et Deo odibilis ‘7

Aggarenorum gens a finibus suis consurgens pene omnes insulas et omnium regiones terrarum circuiensl deprae-

dationes hominum et locorum desolationes atrociter faciebat et usque actenus facere nullatenus cessatg de quibus

quoque insolitis atque cavendis periculis misericordissimus praesul magnum hahens timorem ne populus a Deo
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

sibi et beato Petro commissus apostolo, qui in Portuensi vel llostiensem civitatibus habitabant a Sarracenis nefan-

dissimis tribulationis ac depraedationis sentirent iacturamy intimo trahens ex corde suspiriay caepit prudenter

exquirere quo modo civitate llosli adiuvaret ac liberare poluisset. ln cuius statim omnipotens Deus hoc dedit

vmum'rns DES .MANUSCRI'I‘S.

I8 lla l) — l9 insimul ca - et unc. IIII CE — 20 centra

(‘.E -— cereostata -lib. om. CE -- 21 Perfectus c - examus in


Generated on 2013-08-11 08:18 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

D —— 22 quae om. C — 23 quo E(corr.) ~24 cap.] ex-

perirentur G —- 25 Agar. CE — a-cousurgens 0m. D — 26

eiusque CE .

2s Oslicnsi c -- habilavit CE — Sarac. E — 29 tribulaliones

ac depraedationes a-ao inquirerc (JE-civitali C—liberari D

II

I indefferenter E- acolyli E: acoli c- quiete E -- ma-

lilunales D a -

7 < quae > postD - quae superius 0m. [<1 -— 8 palatio E

— 9paraccllarii C-lO veluti in nocte om. D- rell] renovavit D

— 12 vera E - III] iu D — M placabilius E — longitudine CE

—- {5 ad] id C — dccrevisse D

16 qui E —- auritcstileln E : auritexlilem C.

LIBER P0N1'1HcAL1s,t.II.

xxxvi

xxxvu

476

xxxvul

xxxix
82 CIII. GREGORIUS IIII (827-844).

in corde consilium ut civitatem ibidem, si populum salvare vellety a fundamentis noviter construere debuissetz

quoniam ea quae priori tempore aedificata fueraty longo quassata senio, tota nunc videtur esse diruta. Pecit

autem, iuxta quod ei fuerat divinitus inspiratum, in praedicta civitate llostensi civitatem aliam a solo valde

fortissimam, muris quoque altioribus, portis simul ac serris et cataractihus eam undique permunivit, et super, at

inimicos, si evenerit, expugnandos1 petrarias nobili arte composuit. Et a foris non longe ab eisdem muris ipsam Si

civitatem altiori fossato praecinirito ne facilius muros hostis contingere valeat.

m XL Quando autem saepedicta civitas novae fabricae initium meruit1 ipse ibidem sanctissimus papa1 per se multis

residens diebus, partem quadam murorum non modicam cum suis hominibus1 quasi in sorte percipiens, a funda-

mentis erexit De qua, donec, Deo prosperantel crebro dicta civitate ad legitimam totius fabrice finem perducta

est, multos exinde labores in suo sancto pectore vel certamina indiiferenter sustinuiL Gui etiam a noviter civitati lo

constructae hoc nomen in sempiternum statuit permanendumy scilicet ut ab hominibus, sive Romanis sive aliis

nationibusy a proprio quod ei erat nomine, id est Gregorio, Gregoriopoli vocitetur; et reverav nec inmerito, hoc a

conditoris sui nomine vocabulum sumpsit. Quia, quod nullum legimus fecisse pontificem, iste, Dei omnìpolenlis

auxilio simulque virtutem munitus, pro populi ac liberatione patriaey ante iam nominatum opus mirabili decore

et fabricae conslruxit atque composuit.

l5

m xu llis itaque in suis locis manentibus1 fecit idem coangelicus atque eximius praesul in basilica salvatoris domini

nostri iesu christi iuxta patriarchium Lateranensi vestem cum chrisoclabo I, habentem in frontem altaris isto-

riam beatissimorum baptistae et Evangelistae lohannis; et per altaris circuitum similiter uno corpore coberentia

quasi vela similiter de chrisoclabo, quasdam picturas habentia in modum griphorum, cornua in frontibus picta.

Fecit autem in monasterio beatissimi martyris christi Laurentii, quod dicitur Pallacinis, canistra de argento VI 20

et cereostata duos, desuper argento inductasg sciphum argenteum I et ama similiter de argento l. Fecit autem in

oratorio sanctissimi papae Gregorii, situm infra ecclesiam beati Petri apostoli, columnellas argenteas IIII, habentes

libras argenti XL.

xLu Post haec namque omnia ipse venerabilis pontifex in curte quae cognominatur Draconis m domum satis

dignam, undique porticibus ac solariis circumdatam a solo noviter fieri statuitg in qua tam ipse quamque etiam “E;

futuri pontifices cum omnibus qui eis obsequentur1 quamdiu eis placuerity ibidem statiose immorare valebunt.

Fecit autem similiter et in curte alia, quae Galerìa vocitatur, domum aliam, largam ac spatiosam satisque prae-

cipuam, ad opus atque utilitatem pontificum, ubi, quotiens oportunum fuerit, cum omnibus qui eis famulantur

amplissime hospitentur.
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

xLlll Item sepedictus idem almus atque praeclarus pontifex, superno amore exardescensy fecit in basilica sanctae 30

VARIAN’I‘ES DES MANUSCRITS.

i in om. CE — si om. E — 2 senio om. E -- tota om. CE

- videbatur c - 3 civitatem llostensis E -— 4 fortissimum D

— seria CE - cataractis c - desuper CE — 5 inimicus E -—

novili D : mobili c -—— 6 hoslis] istis E


Generated on 2013-08-11 08:18 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

d 8 quandam c - 9 civitas c - frabrice D —— lo indiffi- 23 < numero > XL E

entcr E — u omnibus c -— ta erant DE — idcm —— I‘. - - ‘ ‘ ‘ ‘

gorio 0m. E _ cmgoriopolim C _ merito E _ M xlimum icela 25 ac] ab CE a 2s cum om. D —- ibidem statiose om. c

- 2a opum E —— quotiens C] obetiam n : obeliens E

- populo E —- 15 fabricn c 30 sepedictum ca - exardescent E —- basilicam E —

te angelicus D — l7 patriarchio Lateraneuse E— fronte CE

- i8 coliacrentiam CE — 19 quedam CE

20 etiam CE — Pallatinis D -— 21 cerost. E --- desuper

argento om. CE —- l arg. CE -— I om. CE — etiam CE --


CIII. GREGORIUS llIl (827-844). , 83

intactaeque virginis Dei genetricis domiuae nostrae Marine quae cognominatur ad Martyres cyburium ex argente

purissimo, pens. lib. CCCC; simul et coronam ex argente purissimo l, pens. lib. X semis. Similiter autem {ecit in

basilica beati Marcelli confessoris atque pontificis coronam ex argente purissimo lll, pens. lib.

lmmo vero et in

diaconia sancti Georgii martyris fecit velum alexandrinum, habentem fasanos Xll, sen velum ante ianuas lineum

5 plumatum I.

Qui beatissimus pontifex, postquam sedem Romanam et apostolicam annis sedec

luce subtractus ad aeternam migravit requiem. Fecit autem ordinationes V per mense martio et septembrio

seu decembrio, presbiteros ,diaconos

; episcopos per diversa loca numéro CLXXXV. Sepultusm vero est

in basilica beati Petri apostoli. Et cessavit episcopatus eius dies XV.

VARIANTES DES MANUSCRITS.

1 ad om. E — 2 pans. < simul > CE — coronas CE — 3 co-

rouas C — pens. < simul > CE — 4 et in diaconia om. D -— I

beati CE — liabentcs E - velos E

6 sede E — annos soxdecim CE — 7 aulem om. CE —

ct dec. scu sept. CE - 9 l’etri om. C — lit-dies xv om. E —

eius om. C

NOTES EXPLICATI VES.

LSacerdolvs mei] Ce texte n'appartient pas à la Bible.

2. deduæerunt] Le biographe s'arrête là et ne décrit pas la

consécration du nouveau pape. Un peu plus bas, il la mentionne

rapidement : « Post electionem simul et consecrationem praesu-

latus sui n... [La raison de ce silence nous est donnée par les

Annales d'Eginlmrd (a. 827) : « Quo (Valentiuo) deiuncto. Gro‘

gorius presbiter tituli sancti Marci elcctus, sed non prins ordi-

natus est quam legatus imperatoris Romani venit et clectionem

populi, qualis esset, examinavit. » — Jusqu'en 824 les empereurs

s'étaient abstenus de tonte ingérence dans les élections pontifi-

cales. Les désordres qui se produisit-eut sous le pape Pascal les


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

portèrent à imposer aux Romains l'obligation d'attendre l'agré-

ment de l’cmpereur avant de procéder à la consécration de l'élu.

Cette obligation n'est pas exprimée dans le capitulaire de Lo-

limite, donné en 824; mais elle figure dans la formule du ser-

ment que les Romains durent alors prêter aux deux empereurs :

« Promitto cgo ille... quod non consentiam ut alitcr in hac sede


Generated on 2013-08-11 08:18 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

Romans. liat clectio poutillcis nisi canonice et iustc, secuudum

vires et intellectum meum; et ille qui electus luerit, m0 consen-

tiente consecratus pontifex non fiat, priusqnam sacramentum

Inclut in praeseutia missi domni impemtoris et populi, cum inm-

mento quale domnus Eugenius papa sponte pro conservatione

omnium l'actum liabet por scriptum. n (Puuli Diac. Contz‘n. nommm,

dans les Jlon. Germ. SS.Langob., p. 203). Elle est aussi mentionnée

dans le privilège d’Otbon (962) qui, pour cette partie de son

texte, est calqué sur les documents de 826 « secundum quod

in pacto et constitutions ac promissionis firmitate Eugenii pon-

tiflcis successorum que illius continetur, id est, ut omnis clerus et

universi populi Romani nobilitas, propter diversas necessitates

et pontillcum inrationabiles crgn populum sibi subiectum aspe-

ritutes rctundendas. sacramento se obliget quatinus [utura pon-

tiflcum electio, quantum uniuscuiusque intellectus l'uerit. ca-

nonice et inste fiat; et ut ille qui ad hoc sanctum atque apos-

lnlicum rcgimon eligitur, nenline consentiente consecratus fiat

pontil‘ox, priusquanl in prcsentia missorum nostrorum vol lilii

noslri seu nniversae generalitutis faciat promissiouum pro

omnium satisfactione atque [utura conservatione, qualem domnus

et venerandus spiritalis pater noster Leo sponte l‘ecisse dinos-

citur.» (Sickel, Das I’riuilegium 0110 I, p. 181 ;cl'. p. {58 et suiv.).

3. in aliam... infra ecclesium b. l'elri] Cctto chapelle de Saint-

Grégoire se trouvait à l'endroit marqué s sur le plan;

s'ouvrait au bas de la dernière nef latérale de gauche, par consé-

quent à peu de distance du tombeau primitif, situé ante secrela-

rinm, vers le point ce.

4. ss. Sebastz‘ani, Gorgonii ac Tiburtii] Le biographe dit que chacun

des corps saints fut déposé sous un autel spécial‘ Cependant

I'Ordo de Benoit (Mabillon, Mus. ilaL, t. II, p. 192) ne nomme

que trois autels, celui de Saint-Grégoire, celuidc Saint-Sôbastien

et celui de Saint-Tiburce. M. de ltossi (Inscn, t. 1I,p. 228) pense que

saint Gorgonius fut réuni à saint 'l‘iburce. tous les deux ayant
si

CIII. GREGORIUS 1111 (827-844).

encore sur l'arc absidal et dans l'abside elle-même. A la partie

supérieure de l'arc, on voit, en cinq mèdaillons, le Christ et les

quatre animaux symboliques; des deux côtés, saint Pierre et

saint PauL'Dnns l'abside, il y a sept figures: le Christ au

centre; a sa gauche le pape saint .\Iarc, saint Agapit. sainte

Agnès ; à sa droite, saint Félicissime et saintMarc l'évangeliste,

qui présente au Christle pape ürégoire IV;.celui-ci tient en main

le modèle de la basilique. Ces mosaïques sont d'une grande

barbarie; ce sont les dernières en date qu'il y ait à Ilome, an-

térieurement a la renaissance du Xi“ siècle. Au-dessous se lit

l'inscription dédiratoire :

+ VASTA THOLI FIRMO SISTVNT FVNDAMINE FVLCl-IRA

QVAE SALOMONIACO FVLGENT SVB SIDERE RITV

IIAEC TIBI PROQVE TVO PERFECIT PRAESVL HONORE

GBEGORIVS MARCE EXIMIO CVI NOMINE QVARTVS

TV QVOQVE POSCE DEVM VIVENDI TEMPOBA LONGA

DONET ET AD CAELI POST FVNVS SIDEBA DVCAT

Dans la publication qu'il a faite de cette mosaïque et de son

inscription, M.de Rossi (illusaici) propose pour le v. i la leçon

QVI dont on aurait fait CVI dans quelque restauration. Mais la

cacographie cui nomz‘ne est dans le style du temps : il n'y a rien

à changer.

6. in via Sacra] Le nom'de la voie Sacrée est ici attribué si la

rue qui la prolongeait sur le côté N-E du Forum; de même que

. l'appellation in tribus Falis, qui ne convient qu'a un pointdc cette

rue, aété étendue à. la voie Sacrée elle-même (t. I, p. 517, note la).

‘l. [riclinium mire magniludinis] Sur l'emplacement probable de

ce triclinium, v. Rohault de Fleury, le Lalran au moyen âge,

p. 78, 386, et pi. w.


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

8. monachoa ermonicos] Cette expression parait désigner des

chanoines: ce serait la plus ancienne apparition, à Rome. de

cette combinaison entre la vie clèricale et la règle monastique.

En France elle avait été introduite. au siècle précédent, par saint

Chrodegang, évêque de Metz ; en 816, l'empereur Louis fit adop-

ter au concile d'Aix-la-Chapelle des règlements réformateurs


Generated on 2013-08-11 08:18 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

qui contribuèrent beaucoup a propager cette institution.

‘Jrsam-tum fecit Praesepium] Il y a encore il S. Maria in Tras-

tevere une chapelle de la Crèche, qui s'ouvre vers le milieu de

la net‘ latérale de droite; mais elle est toute modernisée.

l0. imaginent aurcam] Dans la liste des basiliques de Home au

vm siècle (De Rossi, [toma solL, t. I, p. 143), on lit : « Basilica

quae appellatur Sancla Maria Transtiberis'î ibi et imago sanc-

tae Marine quae per se facla est. »

H. mm prius allare...] L'état des lieux a changé lors de la re-

construction de la basilique par Innocent Il. Alors on y ajouta

un transsept et l'abside fut reportée plus loin. M. de Rossi

(Bull. 1806, p. 76) dit que, lors (les dernières restaurations, sous

Pie IX, on retrouva,’ sous l'arc triomphal, la naissance de l'an-

cienne abside. Il parait que, jusqu'à Grégoire IV. il n'y avait

pas de pr-esbyteri‘um en avant de l'autel, et que celui-ci, étant

trop rapproche du fond (le l'abside (pane in media lesludine), les

fidèles qui en approchaient se trouvaient mêlés au clergé (cum

clerc plein’ confuse inmiæto), d'autant plus aisément que le sanc-

tuaire était au mème niveau que le reste de l'église (in humili

loco). Grègoire fit exhausser le sol de l'abside, en ménageant au

milieu une crypte où il déposa les corps des saints Calliste,

Cornelius et Calépode, qui, jusque la, avaient leur tombeau dans

la nef latérale de gauche en entrant (in meridiana plage). L'autel

s'élevait au-dessus de cette crypte, pourvue d'une ouverture

tournée vers la nef (con/‘essionem respicientem arl or'lnrn salis) ; (les

deux côtés de la confession des degrés donnaient accès à l'ab-

aide. En avant s'étendait le presbyterium, avec son enceinte; à

droite, c'est-a-dire au nord du presbylerium (la basilique est

orientée au soleil levant). le nwtroneum, enceinte réservée aux

dames. Des vestiges de ces constructions ont été retrouvés lors

des travaux dont j'ai parlé ci-dcssus (De Rossi, I. c.).

12. worpm-a [Il]. Causli et Comelii et c‘alepodi] On n'a aucun do-

cument sur la translation des saints Galliste et Calépode, du


C111. GREGORIUS 1111 (827-844). 85

geant les eûtes, peu défendues contre leurs entreprises. A en

juger par la place que cet événonmnt occupe dans la vie de Gré-

goiro 1V. la fondation de Gregoriopolis doit avoir eu lien vers

la iin du pontificat, après la mort de l'empereur Louis (880) et

la bataille de Fontuuet (8“). Les Romains commençaient à s'a-

percevoir que leurs protecteurs attitrés n'étaient guère en situa-

tion de les protéger efficacement. — L'enceinte. fort étroite,

construite par Grégoire IV. a été souvent réparée, mais non dé-

truite. c'est ce qu'on appelle actuellement Ustie, le nom de Gre-

goriopolis n'ayant pas, semble-t-il, survécu au fondateur. Là se

trouve, au milieu de quelques lnasures, un évêché rustique, avec

une petite chapelle dédiée à sainte Auren, qui marque l'emplace-

ment du cimetière chrétien d’ostie antique. Ct. t. I, p.380. note 60.

18. in curte Draz'onis... in cul-le Galeria] (les deux villas ponti-

ficnles se trouvaient l'une en face de l'autre, des deux côtés du

'l‘ibrc, à deux lieues environ d‘Ostie et de Porto. Le nom de la

cul-lis Draconis s'est conservé dans celui du fimdus Dracouis.

mentionné dans une bulle de Grégoiro VII, et dans ceux que

portent les propriétés modernes de Dragone, Le Dragm'c, La Dra-

gom'ellu (Nibby, Dinlorni. t. II. p. 553 ; Ncrini, De temple s. Aleæii,

p. 227). Quant à la curlis Galeria, elle doit être identifiée à la

domus culta Gatm'ia fondée par le pape I'ladrien sur la voie de

Porto, 11 Ponte di (iulem (t. I, p. 518, note 56).

t9. Sepultus vero esl...] L'épituplie est perdue et le tombeau

n'est mentionné par aucun autour.


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-11 08:43 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
86 c1111. SERGIUS II (844-847).

CIIII.

479 | SERGIUS, natione Bomanus, ex patre Sergio, regionis quarte, sedit annos lli. Hic cum inlustri i editus a matre

fuissety castis nutrimentis eum erudire ingenti coepit cum studio, ut nihil obscenum vel libidinis ab eo quisquis

audire aut videre non poterat. Pneriiia oblectamenta contempnebat non hreviter, ita ut actibus poliere videretur

piis ab omnibus, et moribus clarescere maiorum coepit nobilium, puris munitus instructusque maternis ingeniis.

igitur mater exultabat cotidie, omnipotenli Deo gratias referebat alacriter. qui talem sibi superno prole concessit 5

auxilio. Duodecimo quidem aetatis suae anno obiit mater eius, migravitque ad Dominum. Qui relictus a matre,

n pater iam olim luce caruerat, parentum cum suis morabatur in aede fratribus Eodem tempore urbis Rome

primatum regebat ecclesiae Leo tercius, papa benignus atque praecipuusl qui generositatem huius praeclari

pueri reminiscens1 ac parentum eius nobilitatem recolens, ad suam iussit magno cum amore duci praesentiam.

itaque cum adductus fuisset, hiiari vultu eum serenaque mente contemplare coepit, et suo supra modum I0

placuit animo. Tunc praesui eum scolae cantorum ad erudiendum communes tradidit litteras et ut meliilluis

480 instrueretur cantiiaenae melodiis. insignis idem et sollertissimus puer celeriter omne litterarum disciplinae

lll sumpsit ingenium, ut omnes ipsius praecelieret scolae puerulos. liis auditis optimus pontifex inexpiebiii reple-

batur cotidie gaudio pro pueritiae eius benignis profectibus Tune eum acolitum in sancta constituit Romana

aecclesia. Vicesimo autem pontiticatus sui anno cum decessisset officio, Romane sacerdotium Stephanus suscepit 15'

ecclesiae; quem etiam ipse amplo cum cordis diligebat affectu1 et cum eum strenue in divinis Scripturis nobiliter

contemplaret velocem, protinus illi subdiaconatus concessit officium, parvoque tempore episcopatus sui adminis-

tratum regimen, ecclesiae gubernacula Paschaiis suscepit A quo idem vir per omnia prudentissimus, vitai eru-

ditionev moribus adhornatus, tituli beati Silvestri confessoris atque pontificis presbiter consecratur. Qui super

w omnes misericordia, studio, vigiiantia atque omnibus optimis institutionibus claruit. Paschali vero defuncto, 20

praesulatus culmen accepit Eugenius. igitur pontifitio cum tribus perdurasset Eugenius annis, Valentinus saedis

ipsius pontifex consecraturg cuius post casum ecclesiae apicem suscepit Gregorius. A quo cum diligentius prae-

m dictus vir amaretur1 archipresbiterum eum in sancta ordinavit ecclesia Qui vero cum per XVI sollertissime guber-

nasset ecclesiam annost ad extrema ductus occubuit.

Tunc vero, cum proceres et Romane urbis optimates universusque ecclesiae populus pro eligendo pontifice in 25

unum coissent, atque alius de alio, ut fieri solet in talibus, conclamaret, subito per Dei providentiel, divino nutu

conpuncti, de antefati Sergii archipresbiteri religione diligentius confabulare ceperunt, ut omnes conclamarent

et dicerent quia dignus est pontititii adipisci regimen. Firmatoque in eundem virum consilio, unusquisque in

VARIANTES DES MANUSCRITS.


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

1 i sergius < il > E — cum bis D -— 2 quis C — 3 urebiter tis cu - 14 acoioium E — 17 volocem E — qui CE ——- m

la : erebitere - 4 ingenus E — 5 < et > omn. CE — c Duo- perd. < ipse > CE — 22 occasum C — n ice D 23 soi-

dccimum ii -— 7 < liac > luce (Ï. -cum 0m. codd. : supplevi levier C p

—< cum > fr. (1-8 benedictus ii - 9 < eum > ins. CE —

28etdicc t .CE- ' «v ' _

H communiones D — i2 iitieraiis CE — la opimus audi- ran Om ponhficatus E . ponhncale C


Generated on 2013-08-11 08:43 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
gressus

omnes qui mira patriarchi moema adherant stupore et metu repleti sunt lgitur cum per

5 umus hoie momentum cum eo illa perdurasset ignobllis popuh contio, timore correpta eo relicto nusquam

conparuit.

urbe etl‘usa est, ut omnibus candidate cern

dictum vero lohannem diaconum de patrie

lerunt, et artius claustra sub cautela truder

15 tione quam sepel‘atus

eretur;

rchio ma

e praeceperunt

ecclesiarum gubernator,

gentium largitor, dispersorum congregator

temptor, solis sapientiae divitiis avidus et

; cum quibus etiam

proticisci praecepit. lpsi vero, a que in oras 3 Bolonie

civitatis teligeris suis exercitibus sunt ingressi,

per urbes et agros erant, tyrannica crudelitate

30 absconderunt. Cum vero base par omnem locu

nequitia, ad Fontem ‘ pervener

tantas caedes tantasque strages in populo peregerunt, ut qui

perterriti, relictis propriis locis, per loca abdita et latebras se

m singulasque per urbes atque vices et a

gros saeva operarent

unt Capellae; tantaque er

et tune caeli serenitas ut in toto aere nubem aut pluviae

VARIAN’I‘ES DES MANUSCRITS.

l ecclesia E — 3 factis E (

idni l) — 4 patriarchio E (c

9 viroruni t‘.

16 maluerunt]
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

22 plebcni l)

corr.) — < cum > bell. C — or- et C -—

ont) — 5 contentio D — relicta D

—l0 comitantem E — 14 < in > claustra C —

voluerunt E — < et > alii E

* 23 congreg
Generated on 2013-08-11 08:44 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

24 soli D — 25 Drugonem C — 26 Hludowico E : lllu-

douuiclio C-que] quem e — 27 horas DIS-28 < cum > telig.

C — 29 propriis < rebus > D, sed rcbus punctt‘s notatum —

30 absconderent CE — lioc E —- operare D : opcrarentur C

ator 0m. E — congregatorum] — 3l pontem CE


88 CHU. SERGIUS II ceu-san

signum quisquam videre non potuisset ; subito ver'o, atrorum non modica densitas nubium facta est, nimbosisque

procellis et coruscationibus circumdativ quidam de primatibus Drogonis consiliariis fulminis ictu percussi ac

484 interempti sunt. lioc videntes orribile signumr nimio omnes timore Franci correpti sunt. Sed nullatenus mentis

terocitatem deponentes, atroci- voluntate ad Urbem velociter properabant.

lx Quorum adventum antedictus beatissimus papa Sergius fieri propius cum cognovisseL in eius excellentissimi ti

Ludovici regis occursum universas iudices ad fere VlIIl miliaria ab bac Ptomana urbe direxit. Quem cum signis et

magnis resonantibus laudibus susceperunt. Et dum Urbi poene unius miliarii spatio adpropinquassety universas 5

militiae scolas una cum patronis direxit, dignas nobilissimo regi laudes omnes canentesv aliosque G militiae edoc-

lissimos Grecos, imperator-ins laudes decantantes, cum dulcisonis earundem laudium vocibus, ipsum regem

gloritice susceperunt. obviam illi eius sanctitas dirigens venerandas crucesy id est signa, sicut mos est impera- m

x torem aut regem suscipere1 ita eum cum ingenti honore suscipi fecit. Ipse vero llludowicus rex, qua hora sibi

sacratissimas cruces ac signa obviam advenisse conspexitl alacris factus, valde letatus est. luna suo universo cum

populol omnibus Romanis iudicibus et scbolis antecedentibusy ad beatum Petrum studuit properare. Quem aute-

dictus almificus pontifex in gradibus ipsius apostolicae aulae eundem regem in ipso die dominico 5 post Pente-

costen suo cum clero expectaviL i5

Coniungente vero eodem rege, universosque gradus eiusdem sacratissime beati Petri ecclesiae ascendante, ad

praenominatum propinquavit pontificem, ubi in alrio, super grados, iuxta fores ecclesiael cum universo clero et

populo Romano adsistebat. Tunc mutuo se amplectentes, tenuit idem llludovicus rex dexteram antedicti pontificis ;

in interius ingressi atrium, ad portas pervenerunt argenteas in quo atrio unus de exercitibus1 a demonio

.\'l zm'eptus, in couspectu omnium Francorum valde vexatus est. Tuuc ulmificus praesul, claudi faciens omnes ianuas ‘20

beati Petri, atque serrari praecepih et regi, Spiritu sancto admonente. sic dixit : a Si pura mente et sincera volun-

n tate et pro salute reipublice ac totius urbis huiusque ecclesiae huc advenistî, has mea ingredere ianuas iussione.

435 n Sin aliler, nec per me, nec per meam concessionem istae tibi portae aperientur. n - Statim rex illi respondens

dixit quod nullo maligno animo aut aliqua pravitate vel malo ingenio advenisset. Tunc eodem praesule praeci-

piente, obpositis manibus1 praedictas ianuas patefecerunty et ita in eandem venerandam aulam beati Petri ‘l5

ingressi sunty laudem Deo et eius excellentiae decantantes universus clerus, et cuncti religiosi famuli Dei extensa

vocc adclamantes : « benedictus qui venit in nomine homini », et cetera. Sicque cum eodem pontifice ipse rex

simulque omnes episcopij abbates et iudices et universi Franci qui cum eo advenerant1 ad confessionem beati

Petri adpropinquantesv seque proni ibidem prosternentesv Deo nostro omnipotenti et idem apostolorum principi

gratias redd1derunt. Et data a praedicto almo pontifice super


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

regressi sunt.

mP....1...

ostea vero1 continuis diebus sequentibus. omnia suburbana pestifera devastatione compresserunt1 agrosque et

VARIANTES DES MANUSCRITS.

i non om. D

6 universi D-8aliique C-9ednclissimiC: doctissimos E —


Generated on 2013-08-11 08:46 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

grecas c - io gloriticae D .

le saeriL o - i7 propinquabitD — gradus E -- is in] et e

— 21 < ecclesiae > beati c —- serari CE — s. Sp. CE —

voluteln —- 24 animo om. c -- aut om. E -— 25 opposilis lis

-lta1item ea —26 eiusdem E-Dei fam. cs-ze adpropiu-

quasse D

32 compresserant CE

populum oralionem, ab ecclesia pariter omnes 30


CIllI. SERGIUS 11 (844-847).

89

segetes atque prata quasi fulminaus impetus deceperunt. Dum haec gerebanlur, ipse a Deo protectus praedictus

pontifex a quibusdam audierat quod in hanc famosissimam urbem hospitalitatis causam introire voluissenî; sed

munitis clausisque portis, ut fieret minime concessit.

Dominico vero die sequenti, in oadem principis apostolorum basilica, omnes archiepiscopi, episcopi et abbates, XI" 486

2; omnesque qui cum eo venerant Franci, sunt congregati, omnesque pariter Romanorum nobiles et praeolari. Tunc

almificus pontifex manibus suis ipsum Hludovicum, imperatoris filium, oleo sancto perunguens, regali ac pretio-

sissima coronavit corona, regemque Langobardorum perfeoil. Cui regalem tribuens gladium illique subcingere

iussit. Deinde missarum oelehratione finita, ab ecclesia omnes cum l'ego letantes regressi sunt.

Deinceps '‘ vero, per dies singulos conflictum summi cerlaminis cum sanctissimo praesule omnibusque epis-

w oopis et omnibus optimatibus nostris atque proceribus ipse Drogo, archiepiscopus Metensis ecclesiae, de quo

supei'ius memoriam fecimus, commovebat, tam ipse quam omnes archiepiscopi et episcopi qui cum eo contra hanc

univel'salem et caput cunctarum ecclesiarum sine metropolilani concessione atque vocalione convenerant, id est :

Georgius 9, archiepiscopus ecclesiae Ravennensis et

Angilbertus, archiepiscopus ecclesiae Mediolanensis;

Ioseph, episcopus ecclesiae Eporediensis;

Aginus, episcopus ecclesiae Vergomensis;

Amalricus, episcopus ecclesiae Cumensis;

Nortcaudus, episcopus ecclesiae Vercellensis;

Sigifridus, episcopus ecclesiae Regensis;

Toringarius, episcopus ecclesiae Concordiensis;

Odelbertus, episcopus ecclesiae Aquensis;

Ambrosius, episcopus eoclesiae Lucensis;

lohannes, episcopus ecclesiae Pisensis;

Petrus, episcopus ecolesiae Vololerrensis;

Gausprandus, episcopus ecclesiae Pistoriensis;

Cantio, episcopus ecclesiae Seneusis;

Lupus, episcopus ecclesiae Teatine;

Sisimundus, episcopus ecclesiae Aprutiensis;

Picco, episcopus ecclesiae Scolanensis;


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

VARIANTES DES MANUSCRlTS.

1 ipse < Vcro > CE — pmedictus 0111. CE —— 4 sequenle CE

— episcopi et 0m. C : et sancli E — 5et omnes CE -— 6 Ludo-

\'icum E5 —- 7 Lancobardorum E5 — <et> reg. C -— illique]

illic CE

10 omnibus om. CE -— qo D — H archiepiscopis E — 12


Generated on 2013-08-11 08:45 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

«moi. < Dei > CE

13 Gregorius E

U0 Angelbertus CE

15 eccl. epis. D

16 Vorgouensis CE

LIIJBR PONTIFICALIS, t. il.

18 Norlchaudus E : Northchaudus C

19 Odelv. E : Odolberius C

22 Amprosius C

23 Volalerrensis E5

25 episcopus 0m. C

26 Cancio E15

27 Texliuae CE‘ :Teatiue E5

28 Apruuensis C

29 Scliolanensis C

XIY
cm1. sanctus u (844-847).

Fratellus, episcopus ecclesiae Camerinensis;

Gisus. episcopus ecclesiae Firmane;

liacipertusy episcopus ecclesiae Nuceriniensis;

Amadeus, episcopus ecclesiae Pinnensis;

hortatus episcopus ecclesiae Fesolane;

et ceteri, cum quibus etiam Boso cornes, Adalgisus comes, lohannes cames, Vuldo cornes, Bernardus comes,

m wifridus comes atque Maurinus cames, et ceteri pariter, contendebant. Sed, divina gratia inspirante, nec ser-

mones ipsius almi pontificis neque prudentiam superare valuerunt; tantaque ei superna aderat virtus ut nullo

sermone eum concludere vel constringere potuissentg et ab eodem superati pudore et operti confusione disces-

serunt. Quod videntesi omnem iram atque ferocitatem quam mentibus observabant omni modo deposuerunt.

His igitur perfectis, praedicto postulaverunt pontifice ut omnes primates Romani fidelitatem ipsi llludowico regi

per sacramentum promitterent. Quod prudentissimus praesul fieri nequaquam concessit, sed sic orsus est illis :

xv

« quia si vultis domno Lolhario magno imperatori hoc sacramentum ut faciant solummodoy consenlio atque per-

48a » mitto; nam llludowico eius filio ut hoc peragatur, nec ego nec omnis nobilitas Romanorum consentit ». func

demum in eadem ecclesia sedentes pariter, tam beatissimus pontifex quam magnus rex et omnes archiepiscopi

atque episcopil stantibus reliquis sacerdotibus et liomanorum ac Francorum optimatibus, fidelitatem m Lothario

magno imperatori semper Augusto promiserunt

XVI Post haec veroy Ebbo u quidam et bartholomeus archiepiscopil

qui pro criminibus suis, privato honore, ah ec-

clesia fuerant expulsi, sanctissimo pontifici postulabant ut eos reconciliare ac pallium eis tribuere dignaretur. Quos

etiam idem praesul nec communionem inter clericos dignos esse suscipere dicebat, sed inter communem populum

communicandi licentiam tantummodo haberent

xvu

Per idem tempus, cum rex ipse Hludowicus home degeretv Siconolfus ‘2, Beneventanorum princeps, magno

cum exercitu Romam venit. Q

uem cum praedictus rex honorifice suscepisset. omnia pro quibus venerat ipsi in-

dic

avit. cui rex gratanti animo quidquid quesierat tribuit atque coucessit. Et cum simul Franci, Langobardi atque

Beneventani congregati fuissent, facta est ingens populi multitudo1 ita ut ex omni parte Ptoma circumdata videre-
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

tur. Quorum amplitudinem omnia sata deleta sunt. lpse vero Siconulfus ardenti pectore praecipuum desiderabat

videre pontificem et ab eo benedictionem accipere. Quem praesul cum suseepisset, solo prostratus1 pretiosos ip-

sius pedes humiliter osculavit; et ab eo benedictione suscepta ab eius conspectu alacriterl

Deo gratias referens,

regressus est.

m xvlu His omnibus finitis, ipse excellentissimus rex llludowicus ampla cum letitia Papiam r
Generated on 2013-08-11 08:45 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

eversus est, ubi ab exordio

VARIANTES DES MANUSCRI‘TS.

2 Giso lii

3 Nucerensis lis

6 Adalgisis lis -— vernardus E-7 Vuicfridus C -—8 nullus

GE — 9 conslringe D — potuisset c — eo CE

il peraclis CE - < a > pracd. c - 14 llludowicus litt Lu-

dovico E5 - filius E — is ecclesiam E

is pontifice E — sanctissimum ponlificem C -— ac-tribuere

om. CE — 20 communem D —- cleros E

22 ipse om. C - Siconolfos c : Siconulfus E5 -—— Beneventa-

torum D -— 23 ipse cu —— 24 quid D —- Lancob. lii - ac CE --

26 amplitudine CE —- 27 recipere ca

30 Ludowicus lis

l5

eo

iii

30
ere deputabat.

lam quia lingua cuncta quae gessit per ordinem exp aevalet, transeamus ad ea quae in sanctis locis xlx

Ei obtulit, et breviter enarrare incoemus.

in primo quidem pontilicatus sui exordio, superno amore exardescens

niana nuncupatur

mire pulchritudinis opus explevit. Nam ambitus ‘3

constructus, largiorem proprio digito designans a fundamentis perfecit, pulcrisque columnis cum marmoribus de-

super in gyro sculptis s ' ‘ ' '

ministratione sacri largiter consistit officii.

sacri altal‘is, qui strictim in ea fuerat olim

ipse vero a Deo protectus et praeclarus ponlifex, pr

’ Praesepii domini nostri lesu Christi, quod basilicae be

ab omnibus nuncupalury araenteir "

xx 49o

xxi Hic ‘G sanctissimus praesul formam quae lovia voca-

tur, quae per evoluta annorum spacia demolita atque a

minis plena existehat, prospiciens sicut benignus et

pius pastor, a noviter eam restauravitg et tanta aqua 25

abundanter pl‘aefulsit, qui pene totam civitatem satiavit.

xxii Huius temporibus, fluvius qui appellatur 'l‘íberis,

alveum suum egressus est, et per campestria dedit. Intu-

muit etiam inundalione aquarum multarum perindic-

tione octava, mens. novemb., die XXII, quod agebatur 30

sabbatum, natalis sanctae caeciliae martyris. Et ingres-

sus est per posterulam ‘7 quae appellatur sanctae Aga-

VARIANTES DES MANUSCRITS.

i regebat om. E : incepil c — 2 veluti (2 — 3 restitutionem

(JE — 12 in circuitu CE — blatti E5 — i3 composuil D —

G — muueri CE — deputabant E

consecras E —“ huius om. D — fecít] peregit CE ——- 15 consl

7 vocatur E -scriptim E: strictum c - 8 digit E I degilo C tuil] composuil C - pulchre E — consh'uerel. CE


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

~ 9 administrationem CE. - 10 praeclare D -— 11 < nu- 71relributionem E — 19 liabentibus C — 21 ad]a l) —spe-

mero > XX E5 — circuitu E -— alia <vela> E5- valde opl. tiem D- 22 Inde ad sinistram cod. Fam. (E5),ad deaìleram celt.
Generated on 2013-08-11 08:45 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
92

CIIII. SERGIUS 11 (844-847).

xxlu

xxlv

xxv

thae in liomauam urbem, hora prima diei. rfranscendit

interea in aliquibus locis et muros urbis, et egressus

est in ecclesiam beati Laurentii quae appellatur Luci-

nae. Et exinde ingressus est ad beatam semperque

virginem Dei genetricem quae posita est in via Lata, et s

inde transivit ad beatum Marcum. Per plateas se

extendit1 agros desertavitg eradicans arbuste. Huius hora

noctis aquamyamovit et fluvius ad proprium suum re-

gressus est alveum.

Hic vero praesuL cum de omnibus ecclesiis sollicite l0

curam gereret, etiam basilicam sancti Archangeli, quae

in cacumine Faiani montis est conslituta, largiorem

quam pridem fuerat a fundamentis perfecitv ac radien-

tibus picturis luculente pingere iussita ac sarta tecta

Ilic vero praesu], cum de omnibus ecclesiis sollicite

curam gereret, etiam basilicam sancti Archangelî, quae

in cacumine Fagani montis est constitutav largiorem

quam pridem fuerat a fundamentis perfecit. ac radien-

tibus picturis luculente pingere iussit, ac sarta tecta

eius noviter restauravit. ubi et obtulit dona haec : vestes ts eius noviter restauravitg ubi et obtulit vestes de imizino

de ymizino numero llll ; similiter et vela llll.

ipse vero almificus et beatissimus papa ‘3 Scolam

Cantorum quae pridem orphanotropbeum vocabatury

cum prae nimia vetustate iam emarcuerat et pene in rui-

IIII, similiter et vela llll.

ipse vero almificus et beatissimus papa Scolam flan-


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

torumy quae pridem orphanotropbeum vocabatur1 cum

prae nimia vetustate pene ruinam posita atque con-

na posita atque confractaa priscis temporibus videreturv ‘l0 fracta videretura Dei annuente clementia, a fundamentis

Dei annuenle clementia1 a fundamentis in meliorem, ut

olimfuerat, statum noviter restauravit. Gaeterum etiam

et in oratorio beati Stephani protomartyris quod posi-


Generated on 2013-08-11 08:45 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

tum est in ipsa schola, fecit velum de fundato I cum pe-

riclisin de tyreo ; similiter ubi supra fecit patenarn et ca- :25

licem de argento purissimo, qui pensant simul lib. Il

et uncias ll.

Nam et basilicam m beati Romani martiris, quae non

longe ab urbe foris porta Salaria sita est, quae a priscis

temporibus persenuerat et pene casura erat, suo almo 30 mentis perfecit

studio a fundamentis in signino opere construxit ;

quam etiam titulo sanctorum Silvestri et Martini parro-

chiam ‘0 esse decrevit; ubi et posuit vestem de fun-

dato I cum periclisi de blaltin.

in meliorem, ut olim fuerat, statum noviter restau'

ravit.

Nam et basilicam beati Romani martiris1 quae non

longe ab urbe foris porta Salaria sita est, a funda-

; quam etiam titulo sanctorum Silvestri

et Martini parrochium esse decrevit.

VARIAN'I‘ES DES MANUSCRITS.

is pene et - 25 ibi ipsum- 30 perincueral

12 Faiani CE- is radiantibus o - l5 vestem ea —- imizilo C

is orpbanotropliium CE —l9 penes C

29 portam Salaricam C — 30 titulum D: tunc c


CIIII. SERGIUS 11 (844-847).

Hic a Deo protectus venerabilis et praeclarus pontifex

‘J3

fecit in patriarcbio Lateranense, in oratorio beali Gae-

sarii martyris, qui positus est in vestario, vela sirica

numero V, unum de blatti, ornatum in circuitu de qua-

drapulo ; el. alia duo de quadrapulov ornata de tyreog et alia duo de tyrio, ornata de blatti byzantina.

Pecit autem et basilicam sancti Teodori martyris.

quae in Coranis 2‘ videtur finibus posita, miliario ab

urbe Roma trigesimoy quam etiam splendide picturis

to fulgenlibus decoraviL

xxvi ldem vero sanctissimus praesula sancti Spiritus inlus- Fecit autem in basilica beati Petri apostoli vestem (‚m‘) 491

tratione perfususy fecit et in basilica beati Petri prin- de chrisoclabo,habenlem in medio salvatoris effigiem,

cipis apostolorum, nutritoris sui, in altare maiore, ves- et dextralevaque eius omnium sanctorum apostolorum

tem cum chrysoclavo, habentem historiam salvatoris rutilantes figuras; quam etiam pretiosissimis gemmis,

domini nostri iesu christi sedentis in thronoy et in cir- 1:; prasinis et iacinctinis, perornavit.

cuitu eius stantes angeli cum apostolis

xxvn ldem vero praecipuus praesul fecit in ecclesia ‘1’

sanctae Dei genetricis Marine, quae ponitur in Arrano,

patemam et calicem ex argento purissimo deauratov qui

pensant simul lib. H, unc. l semis. ‘20

Ecclesia 2" etenim beatissimi Martini confessoris llis igitur summopere consummatisy ipse a Deo pro- xxxi

christi atque pontificisy quae quondam priscis aedificata tectus et beatissimus papa, pia devotione sollicitus pro

temporibusy nimio iam lassata senio, ita ut a funda- desiderabili dilectione sanctorum Silvestri et Martini,

mentis casura ruinam sui minaretur, idem venerabilis ecclesiam quae sancto eorum fuerat nomini consecralm

pontifex illius ruinam ante praevidens1 eidemque ec- 2:; quam ab exordio sacerdotii sui usquequo ad ponti-

clesiae curam adhibensg illic pervigil saepius existensy ficatus culmen deductus est strenue gubernaviti et per

in alio non longe demutans 1000, in meliorem eam olitana tempora defecta vetustate marcueraL ruinisquc

Sxvlu quam dudum fuerat erexit statum. Hic enim beatissi- confi-acta diu antiquitus lacerata manebat, Dei annuente

mus et praeclar-us pontifex multa corpora sanctorum clementiam, in meliorem pulcrioremque statum a fun-

dirutis in cimileriis iacentia, pia ea sollicitudíne, ne 30 damentis perfeciL Absidam 2‘ quoque ipsius aureis
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

remanerentnegleclui, quaerens atqueinventa colligens1 musibo perfuso coloribus ingenti amore depinxit. Et

magno venerationis affectu in iamdicti sancti Martini ad honorem omnipotentis Dei eiusdemque beatissimi xxxii

confessoris christi atque pontificis ecclesiam quam mi- Silvestri praesulis 25 corpus cum beatissime Pabiano

VARIANTES DES MANUSCRITS.

23<aul> a . 7 et <in> E — iZSalvatoris <n0slri> C.

21 His om. DE -—-22 sollicitus-dilectione om. D-Zá sancto


Generated on 2013-08-11 08:45 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

col'um] sanctorum D — 25 a’i] a E —-28 Dan D —29 cle-

mentiaCF. — 30 abs. quoque] absque C -- 31 depmt D


94

cm1. SERGIUS 11 (844-847).

XXIX

XXX

XXXIH

rabiliter renovans construxerat, cum omnium advoca-

tione Romanorum, presbyteris, diuconibus et clerîcis

laudem Deo psallentibus, deportans recondidit. Quae

dum sanctissimi atque coaugelici praesulis haec intima

cordis vigilantia gererentur, ut reconclitorum quidem

sanctorum corporum Deo indesinenter super astra pla-

centium precibus apud omnipotentem Dominum iuva-

retur, in iamdicta venerabili ecclesia fecit in absidam

fenestras, quas ex vitro et diversis coloribus decoravit,

atque Stephano et Sotere martyribus ac pontificibus, si-

mulque Asterio martyre cum sacratissima filia eius

sanctoque Ciriaco et Mauro, Largo et Sz'maragdo et

Anastasio et lnnocentio pontificibus, una cum sancto

5 Quirino ac Leone episcopis, pariter Artemio, Sisiano,

Pollione, Teodoro, Nicrando, Grescenliano martyribus ;

cum quibus beata Sotere atque Paulina, necnon Mem-

mia, luliana et Quirilla, Teopiste, Sophia, virginibus at-

que martiribus, et beata Ciriacae vidua, cum aliis

sed et presbyterium 5'‘ ex marmoribus sculptis ornavit. 10 multis quorum nomina Deo soli sunt cognita, utrosque

Fecit autem in eadem ecclesia cihurium ex argente

purissimo, cum columnis quatuor porfyreticis, qui

pens. lib. DCCCX.

Item venerabilis et praeclarus pontifex feuil et basi-

lica 3’ sancti Theodori martyris, quae in Coranis videtur 15'»

finibus posila, miliario ub urbe Roma plus minus XXX,

quarn eüam splendide picturis fulgenlibus decoravit;


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

ubi fecît vestem de fundato I.

Verum etiam obtulit in ecclesia beatisilvestri et Mar-

sub sacro altare dedicans collocavit.

His igitur magnifice peractis, gratanti animo mente- 492

tini confessorum atque pontificum : regnum uureum‘lO que sollicita ohtulit in eadem ecclesia perenniter haec

valde preciosissimum, cum gemmis prasinis, iacinctinis


Generated on 2013-08-11 08:47 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

et albis, quod nunc usque super altare cernitur pen-

dens, habens in medio crucem de auro purissimo cum

gemmis similiter pretiosis; item gabatas ex argente pu-

rissimo auroque perfusas 111 I, pendantes ante veslibulum

sacri a1taris,atque gahatas interrasiles deauratas,cum bul-

lis ll; similiter cruces aureas cum gemmis valde opti-

mas H, et aliam similiter crucem de argento unam. Ob-

tulit autem in eadem basilica thimiamateria aureo super-

permanenda : regnum aureum valde pretiosissimum,

cum gemmis prasinis, iacinclinis et alhis, quod nunc

usque super altare cernitur pendens, hahens in medio

crucem de auro purissimo cum gemmis similîter pre-

25 tiosis; item gabatas ex argento purissimo auroque per-

fusas IIII, pendantes ante vestibulum sacri altaris, atque

gabatas interrasiles deauratas cum hullis II ; cruces aureas

cum gemmis valde optimas Il ; et aliam similiter crucem

de argento unam. Obtulit autem in eadem basilica thi-

inductn colore IIl ; patenas de argente mundissimo ac 30 miamateria aureo superinducta colore III ; patenas de ar-

deauratas Il; colatorium de argente quod in sacro uti-

‘ tur deauratum officio I; regnum de argente purissimo

gento mundissimo ac deauratus Il; colatorium de ar-

gento quod in sacro utitur deauratum officio I; re-

VARIANTES DES MANUSCRI'I‘S .

14 <iu> basilica

1 Slephauo 0m. 0- marliri CD -—-3 Smar. CE — et] atque GE-

5 Arthemin E-Sisiauo PoIlioneTeodoro 0m. E —6 Nicandro CE

— 7beataD—-E mmia D- 8 Sopbiae D —9 QuiriaceCE-fl altari C

1915 13-22 <et>iac . C—27deuuratisCE-crucem aureamCE—-—

28 opti misCE— 30 superinfusa (1-31purîssimo CE-32 officium E


cm1. SERGIUS 11 (844847). 95

cum tintinnabulis, habentem in medio crucem cum gnum de argente cum tintinnabulis, habentem in me-

palumba l. dio crucem cum palumba l.

xxxlv Hic beatissimus papa, superno amore exardescens, llic beatissimus papa, superno amore exardesoens,

obtulit ubi supra aquaemaniles de argente, paris 111; obtulit ubi supra aquemanilia de argente, paria lll;

item sextaria de argente purissimo lll; calices de ar- 5 item sextaria de argente il; eoronas maiores de argente

gento purissimo ac deauratos 1l; similiter et patenam IIll, cum delfinis, pens. lib. gcalices de argente pari-

de argente maiorem, auro perl'usam , habentem in ter ac deauratos ll; patenam de argente maiorem auro

medio el‘figiem domini nostri lesu Christi l. . perfusam, habentem in medio effigiem domini nostri

lesu Christi; cereostata desuper argentata, paria 111;

10 canistra de argente lII; patenam cum calice de argente l;

scipphum argenteum l, pens. lib.

. Obtulit vero ad honorem ipsius venerandae basilicae Obtulit vero ad honorem ipsius venerandae basilicae

canthara de auricalco Xll ; rugas similiter de auricalco, cantaros de auricalco .\'Il ; rugas similiter de auri-

paria Vi. calco, paria V1.

15 Fecit autem praeclarus et venerabilis praesul ad glo-

riam atque honorem sauctorum cont'essorum de quibus

superius memoriam t'ecimus, ciburium ex argente pu-

rissimo, pens. lib. ; nam et conl'essionem sacri altaris 493

argenteis tabulis auroque perfusis, pens. lib. , magnitice

20 perornavit, ut per sacras eorum intercessiones etherei

regni gaudia possideret. llic misericordissimus et beni-

gnissimus autistes obtulit ubi supra imagines de ar-

gento auroque perlusas llI , quorum una habens el'figiem

domininostri lesu Christi, aliae vero duae sanetorum Sil-

25 vestri et Martini, sedentes supra vestibulum sacrialtaris.

xxxv Obtulit vero in iam saepius dictam basilieam vestem Ohtulit vero in iam saepius dictam basilicam vestem

de crisoclabo, hsbentemistoriam Resurrectionis domini de crisoolabo habentem istoriam Resurrectionis domini

nostri lesu Christi cum gemmis prasinis, hyacinthis nostri lesu Christi cum gemmis prasims, iacmctims et

VARlANTES DES MANUSCRlTS.

4 aquaemanilem l habens C . ‘ ‘
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

3 exardens CE — 6 argente <matorem> h-7 auroque Cl:-

8 mcdiumE-QClu‘isli<l>C-de argente 2° loco] deaurato E

13 canistros D — l4 pares C

15 <bic> pracclarus CE- et ven. praesul 0m. E: pontilex t1

17 memoriam] meutionem C :ipsius E—l9pens.lib.]decora-

vit C — inagniiiceque ornavitCE — 2l regna D — 23 euro D


Generated on 2013-08-11 08:47 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

-— quarum U — 25 sedente E

27 superius CE —— dicta E — 28 istoriae D — d. n. 1. C.

Resurr. D ——
96

CIIII. SERGIUS 11 (844.847.

XXXVI

XXXVII

et albis. Fecit et aliam veslem de fundalo valde pretio-

sissimam cum chrisoclabo, habentem in medio effigiem

Salvatoris domini nostri Iesu Chrisli, dextra levaque

eius effigies sanctorum Silvestri ac Martini, similiter

cum gemmis prasinis, hyacinthis et alhis. lmmo vero obtulit sanctissimus praesul coronas alexandrinas pre-

tiosissimo opere contextas, numero Il]; veia de I‘undato,

nrnata in circuitu de blata, quae pendent in arcus ip-

sius basilicae byzantea, numero XXIliI; vela alia de

fundato, cum periclisin de blata XV ; vela alba olosirica. 10

ex quibus sacrum circumdatur altare numero lIIl, unum

ex eis habens in medio crucem et gammadias de chri-

soclabo, et alia in circuitu ornata de hlali byzantea.

Verum etiam libi supra f‘ecit vestem aliam olosiricam.

rosatam, cum chrysoclavo, habentem historiam Resur- 1;",

rectionis domini nostri lesu Ghristi, necnon et aliam

veslem rubeam l, cum caballo albo habente alas, cum

periclysi de chrysoclavo et gammadias 11H et crucem

de chrysoclavo. Hic sanctissimus praesul fecit in ante-

dicta ecclesia imagines ex argente purissimo deauratas, 20

numero 1H, unam quidem habentem vultum domini

Salvatoris, et alias duas habentes vultus sanctorum con-

fessorum Silveslri atque Martini, sedentes super vesti-

bulum sacri allaris. Uhi supra fecit vela maiora de fun-

dato numero XXIllI, similiter et linea XXlIll. Venera- 25

hilis quoque praesul fecitin ingressu iamdictae ecclesiae

cortinam maiorem alexandrinam cum diversis historiis

compte decoratam. Fecit ubi supra cerostatos ex ar-


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

gento, paria lll; verum etiam coronas de argento pu-

rissimo, numero IIII ; similiter et canestram de argente 30

purissimo, numero 1. Fecit etiam in eadem ecclesia

velum rubeum cum avicellis diversis et periclysi de

blatti byzantea, simulque copertoria super iconas de si-

VARIAN’I‘ES DES
Generated on 2013-08-11 08:47 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

1 aliis ——- 5 aliis - M ubi supra] ibi ipsum (et in; infra, Il.

24, ‘28)

albis. Fecit et aliam vestem de fundato valde prelio-

sissimam, cum chrisoclabo, habentem in medio effigiem

Salvatoris domini noslri Iesu Chrisli, dexlra levaque

eius effigies sanctorum Silvestri ac Martini. simililer

cum gemmis prasinis, iacinctinis et albis. Immo vero

obtulit sanctissimus praesul cortinas alexandrinas pre-

tiosissimo opere conîextas HI; vela de fundato, ornata

in circuitu de blata, quae pendent in arcus ipsius basi-

licae XXIIII; vela alin de fundato cum periclisin de

blata XV; vela alba olosirica, ex quibus sacrum circum-

datur altare, IIII, unum ex eishabens in medio crucem

et gammadias de chrisoclabo et alia in circuilu ornata

de hlata.

MANUSCRITS.

1 <etiam> et E -- 6 corlinas] coronus (ID-8 qui E — uran-

bus C — 12 0m. in cire. CE


CIIII. SERGIUS u (844-8117). 97

XXXVIII rico porfyro, numero lll. ltem beatisssimus papa fecit

in basilica sancti Martini confessoris confessionem de

argento purissimo exauratam, cum imagine sanctae

Mariae cum decem virginibusg et in ipsa confessione

evangelium de argento purissimo exaurato et rugula

ut

in praedicta confessione1 par l; et ante ipsam confes-

sionem, regularem ex argento purissimo cum colum-

nis Il, ex argento purissimo.

xxxlx Hic vero insignis et beatissimus papa, divina inspira-

Hic vero insignis et beatissimus papa, divina inspira-

tione protectus, iuxta latus ipsius basilicaei ad laudem ictione protectus, iuxta latus ipsius basilicaey ad laudem

Creatoris, monasterium 27 in honore beati Petri apostoli

ac Pauli, Sergii et Bachii, sanctique Silvestri et Martini

a fundamentis construxit, in quo monachorum Deo ser-

vientium congregationem pro cotidianis laudibus in

Creatoris, monasterium "7 in honore beati Petri apostoli

ac Pauli, Sergii etBachii, sanctique Silvestri et Martini

afundamentis construxit, in quo monachorum Deo ser-

vientium congregationem pro cotidianis laudibus in

praedicta ecclesia die noctuque domino Deo nostro de- 15 praedicta ecclesia die noctuque domino Deo noslro de-

precantes constituit.

xL Cum enimï‘esset idem pontifex imbecillis membris ob

humorem podagricum, incessu pedum et pene ma-

nuum officio carebatg attamen animosus, ore incomptus

et convitiis deditus, actu et sermonibus instabilis1 levi- 20

ter omnia faciens. Unde et adnullabant ipsum optima-

tes Ptomanorum. Erat denique illius pontificisfraterz’qui-

dam,nomine benedictus brutus et stolidus valde, qui

propter imbecillitatem illius pontificis curam ecclesiasti-


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

precantes constituit.

cam et publicam immerito usurpaverat Cum vero esset 25

insulsus et operibus rusticis deditus, curam ecclesias-

ticam et publicam necessitatem omnia in muris parietum

et aedificiis diversis expendere caepit, in tantum ut diu

nocluque incessanterlaborando et vexando non defice-


Generated on 2013-08-11 08:53 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

.\'I.l ret. Qui etiam ad domnum imperatorem cum multismu- 30

nerum copiis adiens, primalum et dominium Romae m

ab eo petiit et concessisse sibi gloriabalur. Post rever-

sionem vero suam ad tantam perrupit contumaciam et

vesaniam, transcensis omnibus, ut monarchiam obtine-

3o dominum — aa mouarcbicam

Liala Pourlricausy t. II.

VARIANTES DES

MANUSCRI’I‘S.

9 verum E — io iuxta latus om. D — m ac Pauli ap. CE

iii
98 01111. SERGIUS 11 (844-847).

retflomae. Deinceps vero at nullum dedit cuiquam adsen-

sum ut dare aut accipere sive ledi aut iuvare potuissetl

nisi per ipsum. Et cum esset moribus incondilis et libidini

deditus et muliercularum sectator, Albanensem episco-

b!

patum usurpare non metuit ut securius diabolo militaret.

nestruxerat namque initio suae exaltationis ecclesiam

iamdictam beati Martini, quae fuerat opere mirabili an-

tiquitatis constructa, ut sub praetextu istius deiectionis

et reaedificationis liberius valeret depraedationes in ec-

xLll clesiis et in populis peragere. Sic et factum est infra lo

triennium quia non remansit monasterium u nec infra

Romam nec extra quod non careret suis propriis facul-

tatibus. Etenim vix fuithcmo aut infra Romam aut extra

quem non depraedaret autper occasionem aut persum-

missionem. Et haec omnia sive in monasteriis sive in i5

populis radicitus cum cartulis et praeceptis imperialibus

aut molibus aut rebus exterus. Fuit namque a priscis

temporibus inauditum ut quisquam suo tautum ingenio

istam famosissimam urbem et omnes urbes illi subditas

et castella et maritima et iinitiva illorum in tanto spacio ‘l0

devastare et subdole depraedare potuisset.

xLlll vigebat autem in istius pontificis tempore et fratris

eius, id est per triennium, haeresis nefandissima Simo-

niaca, et in tantum viguit ut publice venundarentur

episcopial et qui plus daret ille susciperet episco- 25

patum. Et ad tantam aviditatem deducti sunt ut duo

milia mancusos venundaretur episcopium et eo amplius,

si possint dantis invenire copiam. Et nullum onus ec-

clesiasticum ab illis sine pretio dabatur. Cum verohaec


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

et caetera praemissa grassarentur in ecclesia et in popu- 30

lis longe lateque personarent, et nullus fuit episcopo-

rum orthodoxorum nec quisquam ecclesiasticorum vi-

rorum qui zelum pro Deo ferentes se obponerent aut

agerent cum imperatore aut cum rege 33 ut tantum nefas

extingueretun aut morti se ultro tradereuta quoniam 35


Generated on 2013-08-11 08:53 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

melius esset feliciter mori quam infeliciter vivere ; cum

VAR. —- 4 mulierularum - 17 aul-exlerus] locus corruptus.


CIIII. SERGIUS lI ceu-san

enim respiceret Dominus Ecclesiam proprio sanguine

suo redemptam naufragare, et nemo erat christianorum

idoneus lper quem tantum scelus corrigeretur aut ad

poenitentiam auctores istius mali et consentientes revo-

carat, propterea placuit Deo ut tantum opprobrium EG- 5

clesia sua non sustinerety et quod neglexerunt chris-

tiani emendare, ultores misit Deus paganos.

XLIV Huius praefati pontificis tempore, cum ista ita gere-

renlur, Adelvertus u comesy vir strenuus, hic cum esset

marcensis 35 et tutor Corsicanae insulae, cognita ne- 1o

cessitate reipublicae, misit epistolam Romae, continen-

tem quod multitudo gentis Sarracenorum ad XI milia

properantes venirent cum navibus LXXIII. ubi inessent

equi D, et quod se dicerent Romam properare; et ut

certarent liberare beati Petri apostoli et Pauli thesaurus 15

ecclesiarum, et, si fieri potuisset, ipsorum apostolorum

corpora intro inferrent Boma, ne de tanta salute tra

gens nefandissima paganorum exultare potuisset.

Quae missa est x die mens. augusti. Quod leviter et

quasi parvipendentes susceperunt, propter mutabilem 20

et inefficacem praedictorum potestatem, quoniam et

apud omnes tam inopinate res incredibile fieri posse

arbitrabantur. Tamen prudentiores ftomanorum oon-

silio inito miserunt missos et epistolas ad subiectas ci-

vitates et adiacentiis eorum, simul cum epistola quam 2s

Adelvertus miserat, ut omnes hostiliter festinantes ve-

nirent ad maritima littoralia custodienda. Qui iussa

contemnentes nolueruntvenire, nisiperpauci ex aliqui-

bus civitatibus qui sub more interrogandi venerunt.

xLv Transacto vero duodecim dierum spatio, die mensis 30


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

augusti xxm. feria Il, indict. V1111, pervenerunt ipsi

netandissimi Sarraceni ad littus Romanum, iuxta ci-

vitatem quae dicitur 3‘ Host‘m. Et exeuntes venerunt

ad praedictam urbem, quam illi habitatores obstruse-

runt et etfugeranty et caeperunt eam. Tune vero cae- as

perunt exploratores cum aliis illorum gyrantes circuire,


Generated on 2013-08-11 08:55 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

Vu. — 17 salute traj sic ,' locus corruptus.

99
Aoo CIIII. SERGIUS II>(8!14-847).

et invadenles quicquid invenire poterant. Pervenientes

namque ad civitatem quae vocatur Portus quae iuxta

erat. invenerunt eam ab habitatoribus derelictamg et

subreptis inde victualibus et ea quae necessaria habe-

bant, secunda et tertia feria liostiam revertebantur. 5

XLVI Cognitis autem ista Romanis, consilium visum est

eis ut mitterentur Saxi et Frisones et schola quae di-

citur Prancorum ad Portum. Qui venientes illuc feria II

et illic vigilantes illam noctemg in crastina vero, quae

est lll feria, et ex eisdem Sarracenis venientes propter

praedamg qui fuga capti per quendam pontem evase-

runtg et occiderunt ex eis XII; alii vero navigio evase-

runt. Ex quo autem Romani talia senserunt, portas ci-

vitatis Romanae non parum fatigabiliter vigilantes cus-

todiebant. Tunc demum cum non reciperent auxilio l5

destinatos et non erat qui in tanta necessitate subve-

niret1 contisi auxilio Dei et apostolorum in eadem lll

fel-ia exeuntes cum his quos secum habebant, prae-

parati more exercitali venerunt ad Portum civitatem,

ubi plures inerant praedones Sarracenorum. Ex quibus 2o

occidentes vn, alii per supradictum pessimum pontem

fugientes evadere potuerunt Tunc vero tota die in

circuitu illius civitatis et intro equitantes et gyrantes

ut pugnam excommittere possentlaborabant. Cum enim

agnoscerent illorum multitudinem et suorum paucita- 25

terns visum est eis periculosum illa nocte illic immo-

rari. Ptecolligentes vero Saxones et Frisones et reliques,

constituerunt ut custodirent et vigilarent civitatem

propter praedones, et reversi sunt Romam.

xLvn ln crastina autem fet-ia IIII, cum securi essent prae- 30


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

fati custodes et sedentes ut cibum sumerent, irrue-

runt repente super eos Sarraceni et circumdantes oc-

ciderunt eos, ut pauci ex eis remansissent. Et insecuti

sunt eos qui evaserant usque 37 Galeriam. Et iter as-

sumentes navigio et pedestres simul et equestres coe- 3s

perunt Romam festinare Qui tota die simul cum navi-


Generated on 2013-08-11 08:55 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

bus properantes, diluculo venerunt ad loca ubi cons-


ClllI. SERGIUS 11 (8411-847). 10!

tituerant; ibique ex navibus examinautes equestres,

ecclesiam beati Petri apostolerum principis nefandis-

simis iniquitatibus praeoccupantes invaseruut. Tunc

omnes coetus Remanorum sine capite positi, campe qui

dicitur Neronis, armates obviati 33m....

Qui beatissimus pontifex, postquam sedem Bomanam .\i.Vili

et apestelicam anuis Iil gloriosissime rexit, hac luce

subtractus, ad aeternam migravit' requiem. Fecit autem

erdinatienem unam in mense martio, presbiteros Vlii.

diacones iil ; episcepos per diversa leca XXlIi. Sepui-

l0 tus 3’ vero est in basilica beati Petri aposteli. Et cessavit

episcopatum eius menses il dies KV.

VARlANTES DES MANUSCRITS.

611mm 0 — 8 ordiuationc una C - 9 <nnmcre> xxm E

— 10 Et -d. KV 0m. E —- M epîscoputus (.2 — tueuse Secundo

die quinte dccimo C

NOTES EXPLICATIVES.

l. inluslri edi/us a maire] Lit‘. ÈTIENNE IV. p. 50, note 1; Hil-

dricn 11, n° 613.

2. Tunc repenle (liaconns ...] Ce récit est calqué sur un passage

de l'histoire ecclésiastique de Rufiu (II, 10), relatif à la compéti-

tiou d'Ursiuus centre Dumase : « Quem (Damasum) praelalum

sibi non ferons Ursinus quidam eiusdcm ecclesiae diaconus, in

tantum l'uroris crupit, ut persuuso quodam sntis imperito et

agrestiupiscopo, collecta turbulentorumetscditiosorum hominum

manu, in hasilica quue Siciniuum appellatur episcopum se fieri

exterqueret legibus et ordine et traditieue perversis. Quo ex facto

tenta seditio » etc.

3. in m'as Bolom’c civitatis] C'est au territoire de Belogne que

commençait l'état pontifical, pour qui venait de Pavicà Reine en


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

passantpar I‘Emilio.

t. ad Fou/cm perumerunt Capeline] Je ne vois pas quo personne

ait identifié cette localité.

5. universas mililiae scelas mm mm palronis] Ce sont les com—

pagnics del'uercitus Ramanus; mais peut-être faut-il y compren-

dre aussi les quatre scholae percgn'uorum du "alicau. Il faut re-


Generated on 2013-08-11 08:55 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

marquer ici que tout ce récit de l'arrivée de Louis II à Rome est

calqué sur celui de la réception faite à uharlemagne, en 775,

par le pape IIadrien, t. I. p. 497.

6. mililiae cdoclissimas Graves] La :chola Graecorum.

7. die domiuico pas! I'entecoslen] Le dimanche 8 juin 8-“.

8. Deincnps vel'o ...] Ici commence le récit des négociations qui

étaient le but de toute cette expédition. Le biographe, au moins

dans le texte que nous avons ici sousles yeux, s'est exprimé avec

beaucoup de réserve. Il ne nous dit pas sur quoi on discuta; il

se borne à parler d'une discussion très vive qui se termina à

l'avantage du pape Sergius. D'après lui, cette discussion aurait

eu lieu entreI le couronnement du roi Louis et la prestation de

serment à l'empereur Lothaire. Prudence de Treyes, dans ses

Annales, place le couronnement en dernier lien :« Illotharius

filium suum Hiudou-icum Romain cum Dregone Mediomatrico-

rum episcopo dirigit, acturos ne deiuceps deccdcnte apostelico

quisquum illic praeter sui iussiencm missorumque suorum prae-

sentiam ordinetur autistes. Qui Romain veuientes houoriiice sus-

cepti sunt, peractoque ncgotio. liiodowicum pontirex Romanus

unclioue in regain cousccrutum cingulo decoravit. » Le pseudo-

Liutpraudmligne, P. L.. t. CXXIX, p. 12“) rapporte les faits

dans le même ordre : «1 Qui (Louis et Drogon)post multadamna

Romuuis iliata ipsos Romanes iuiperatori tidolitatcm iurare

fecerunt, et praedictum Sergium post multas contentiones in cette

demum confirmaverunt; qui praedictum filium imperaloris in

regem Longohardorum unxit. » Ici seulement il est question en

termes exprès de l'enquête sur l'élection de Sergius. Mais notre

texte, qui parle en termes vagues d'un succès remporté par le

pape, ne peut avoir eu en vue un autre débat que celui-ci, et

l'appareil conciliaire dont il dit que l'on s'entoure pour cette

affaire confirme toutà fait cette manière de voir. Pour les autres

points en litige on n'avait nul besoin d'un concile. — Cela étant,

il faut admettre que le biographe a interverti l'ordre des laits;


402

ClIlI. SEBGIUS Il (844-847).

Concordia. Acqui, puis ceux de Toscane, c'est-à-dire de Lncques,

Pise, Volterre, Pistoie, Sienne, Fiesole(celui-ci hors de place),

puis ceux duduché de Spolète, Chieti, Teramo (Aprulmnsis), Ascoli,

Camerino, Fermo. Nocera, Penne. Aucun de ces sièges ne faisait

alors partie de l'état pontifical.

l0. fidclilalrm Lolhario promiserunt] Le pape remplit des

moment la formalité du serment à l'empereur, qui sans doute

avait été négligée au moment de son installation.

H. Ebbo quidam et Bnrtholomeus m-cliicpiscopij Les archevêques

de Reims et de Narbonne, déposés au concile de Thionville (835),

pour s'être compromis dans la révolte de Lothaire. Ils n'avaient

pourtant pas été remplacés. Faire réintégrer ces deux prélats. dont

les sièges étaient maintenant compris dans le royaume de Char-

les-lc-Glianve, ont été un beau succès pour Lothaire; mais l'en-

treprise était difficile et même inopportune, en ces premiers

temps ou les trois fils de Louis-le-Pienx venaientde pacilier leurs

relations et semblaient désireux de vivre en bonne intelligence.

Drogon. qui avait présidé le concile de Thionville, ne dut pas

s'intéresser beaucoup il ses malheureux collègues.

l2. Siconol/‘us ...] Après la mort de Sicard (840), le dernier

prince lombard qui ait gouverné dans son entier le duché de Bé-

névent, son successeur Radelgise eut à lutter contre la compéti-

tion de Siconolf, frère du duc défunt, qui fonda à Salerne une

principauté rivale (le Bénévent, et chercha même à reconstituer

à. son profit l'unité de l'antique duché. Erchempert (llist. Long.

Bcneu, 17, 18) nous apprend qu'il essaya de se concilier à prix

d'argent l'appui du duc de Spolète, Guy : « Post haec predictus

Guide suasit Siconolfo, ut datis qninqnaginla milia nummis au-

reis pro adunatione provinciae Beneventanao : « Et optinere te,


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

n inquid, faciam eam hinc et inde; quasi palmo mctiaris eam. »

Cuius tunc consilio conseuliens, Romam adiit, aureos tribuit,

Sacramento dedit, iusiurandum suscepit. nihil proliciens inanis

abscessit. » C'est cette même négociation que raconte I’annaliste

Prudence (a. 8“) : « Sigenulfus Beneventanorum dux ad Lotha-

rium cum suis omnibus sui deditionem faciens, centum millinm


Generated on 2013-08-11 08:55 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

anreorum mulcta sese ipsiobnoxium focit. u

13. amhilus :acri altaril L'enceinte du presbyterium, ou la sacra

pleins, c'est-:‘L-dire le clergé, se trouvait trop 11 l'étroit, fut alors

élargie. Suivant l'usage. elle se composait d'une colonnade sur-

montée d'un entablcment (columnis cum marmoribu: desuprr in

gym) ; dans les enlrecolonnements étaient suspendus les voiles

au nombre de 20 paires.

Ut. con/essi'onem...] Sergius fitàl'autol du Latran une confession

qu'il consacra en y déposant des reliques, suivant le rite ordi-

naire. Jusqu'à. lui, l'église du Sauveur, comme toutes les cathé-

drales primitives, n'avait pas eu (le reliques dans son autel.

t5. saci-a pri'dem quae Ialebant... limina] Il résulte de ceci que

les portes de la basilique du Snuveurs'ouvraient antérieurement

non dans un portique à colonnes. mais dans un narthex fermé.

16. A partir d'ici le texte a du être distribué en deux colonnes;

celle de gauche représente la teneur du ms. Farnese ou E5

(Introd., c.I); celle de gauche celle des autres manuscrits.

l7. porlerula s. Agatlme] Cette postcrula se retrouve. avec le

même nom, dans les récits d'inondation au temps de Benoit III

et de Nicolus I. — Elle est mentionnée aussi dans une bulle d'A-

gapit II, datée de 9235, relative aux biens du monastère de Saint-

Silvcstre in Capile (Marini, Papiri, p. 38; Jaffé, 3669) ;nne autre

bulle, de Jean XlI, datée de 962 (ibid., p. 45; .lafl‘é, 3692) l'appelle

posterilla antiqua qui oIim cognominabalur Sancle Agathe. Dans une

nutrebulle de Jean XII, datée de 956(omise par Jail'é; Arrhivio Rem.

t. I, p. ms), il est question d'une poslerula s. Martini qui parait

être identique à celle de Sainte-Aguthe. Le changement de nom

aurait été déterminé par le voisinage d'une église de Saint-Mar-

tin, dont les documents remontent jusqu'à l'année 4026. Men-

tionnée quelquefois avec les désignations de Pila (Cencius). de flu-

mi'ne, iuarla flumemcelte égliseest plus ordinairement appelée Saint-

Martin de Poster-nia (ms. de Turin). Elle fut détruite au xr° siè-

cle, et rebatie‘ sous le double vocable de Saint-Roch et Saint-


ClIII. SERGIUS Il (844-847). t03

encore a identifier, à. moins, ce qui est très probable, qu'il ne

faille corriger in Nom-ana. Il s'agit alors du même lieu et du

même monument que dans la vie de Léon 1V, n° 529.

23. Ecr'lcsi'a elcm‘m — i'uvaretw'] Tout ceci a été purement et

simplement copié sur la vie de PASCAL (p. 54), à l'endroit où

est décrite la reconstruction de Sainte-Praxède. Le second

rédacteur a cru devoir refaire le récit qui. sans doute, necadrait

pas complètement avec la réalité (les choses.

et. Absidum quoque...] Ces travaux ne furent terminés que

sous Léox IV; voy. plus loin. no 5-l'l.

25. Silveslripracsulis ...] Une inscription (Marini-Mai, I, 52)

encore conservéeà Saint-Martin, contient un catalogue de reliques

évidemment dérivé de celui-ci.

26. and et pr'csbylerium ...] Le rédacteur ne mentionne pas l'am-

bon, qui portait l'inscription suivante:

Salve domno noslro bealixsimo Scrgi'o papa t'um'ore.

On y lisait aussi, un peu plus bas, le distique composé sous

Péluge II pour l’amhon de Saint-Pierre.

Scandile cantanlec Domino Dominumque Iegcnles

E2: alto populie verra (sic) superna relient.

(De Rossi, lnscr. t. II, p. 537).

27. monaslerium ...] P. Sabine nous a conservé une inscription

lue par lui. dans ce monastère « in quodam cubiculo monacbo-

rum antiquis picturis couspicuo. n

Ad studium quisqui: animmnque locumque parasti,

Te prius et fratrem naval-i: algue Deum.

M- de Rossi (ÏIlSL‘I'., t. II, p. 438, note 2) l'attribue à la biblio-

thèque.

28. Cwu em‘m esse! ...] A partir d'ici la rédaction change de

main; ou peut-être, car tout est possible en ces tristes temps, la


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

main obéit à un autre esprit. Sur ce changement, v. Introd.,

e. I.

29. [rater quidam nomine Bencdic'tus] Le nom de ce personnage

figurait très probablementdans une inscription de l'église Saint-

Martin. ainsi conçue : + POST OBITVM m. SERG. PP.

/I/l/// E‘Œ-C- FECIT + A la place des hachures se trouvait un


Generated on 2013-08-11 08:56 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

monogramme qui peut être déchiffré BENEDficlus); comme on le

verra plus loin, Benoit, frère du pape Serge 11, se fit nommer

éveque d'Albano. M. de Bossi (larcin, .t. II, p. 437), en 'publiant

l'inscription, en a proposé l'explication que je viens de donner.

30. primulum et dominium Romae] Quels sont ces pouvoirs que

le frère du pape se l'ait décerner par l'empereur Lothaire et dont

il vient faire un si triste usage à Rome? Le pape était souve-

rain; c'est lui qui nommait les fonctionnaires. On n'est pas au-

torisé a dire que Serge Il fut réduit à un tel état d'iinbécillité

que l'empereur ait du nommer une sorte de lieutenantjusqu'é

sa mort. Il faut, je crois. songer à une situation se rattachant

non pas il l'organisation (le la souveraineté locale, mais à. celle

du protectorat impérial. La Constitution de Lothaire, en 825, avait

institue‘ deux missi, l'un pontifical. l'autre impérial, chargés de

surveiller les fonctionnaires romainset de remédier à leurs abus

de pouvoir : u Volumus ut missi constituantur de parte domni

apostolici et nostra, qui unnuatim nobis renuntiare valeant qua-

liter singuli duces etiudices iustitiam populo l'aoiant etquomodo

nostram constitutionomobservent. Qui missi, deceruimus, utpri-

mum cuuctos clamores qui per neglegentiam ducum aut iudicum

tuerint inventi, ad notitiam domni apostolici det'erant; et ipse

unum eduobus eligat. ut aut statim per eosdem missos fiant ipsae

necessilates emendatae, aut si non, per nostrum missum fiat no-

bis notum, ut per nostros missos a nobis directes iterum omen-

dentur. »— Le Constilutum de Lothaire ne resta pas à l'état de

lettre morte 2 nous en avons la preuve dansle Libellus de impemlo-

. ria poleslale in urbe Rama, qui s'inspire de souvenirs encore très

vivants. Un plaid tenu en 829, au Latra‘n, par des missi impé-

' riaux (Reg. Far/‘anse, 970), nous meton présence du casprévu dans

les derniers mots du texte ci-dcssus: « ut per nostros missos a

nobis directes. » etc. Dans ces textes ce sont surtout les missi

impériaux qui sont en vue. Mais le Librllusde imp. poteslale nous

dit que l'empereur Louis Il « constituit, consultu Romanorum


1011

CM1. SERGIUS ll (Bât-847).

3;’. monuslerium] (jette préoccupation des monastères semble

indiquer que le narrateur est ici un moine.

33. (ml i'um rage] Louis Il n'était encore que roi d'Italie. cette

distinction précise est bien d'un véritable contemporain.

34. Adclm-tus comas] Le nom de ce comte se retrouve dans

l'indien/us em'unt qui sacramenlum fideliluli's iuraverunt (Boretius,

CupituL, t. I, p. 378) sous la forme Adclperlo; il figure aussi

dans un documentde cette même année 8&6, le capitulaire de Lo-

lhnire pro cdi/icalione norue Romae (Neues Arc/n'a, t. XII, p. 5237),

parmi les comtes chargés de diriger l'expédition contre les Sar-

rasins, expédition qui fut résolue après les événements dont il

est ici question.

35. marrensi: et tutor Corsicanae insulae] lllarcensis équivaut à

mm'chio ou praefectus marotte. Le comte Adelbert parait avoir

été chargé à la fois du gouvernement de la Toscane et de la sur-

veillance de l'ile de corse. La situation de cette ile était assez

particulière. Elle faisait partie du domaine temporel de l'église

romaine, tout en étant soumise à un patronage spécial des

souverains l‘ranks. Dans une lettre de Léon lll :‘L (Jlmrlema-

gne (Jallé, 25|:‘i: Monum. CuroL, p. 310) on trouve la phrase sui-

vante: « De insula Corsica, unde et in scriptis et pormissos

vestros nobis emisistis. in vestrum arbitrium et tlisposilum cont-

mittimus ». En 807, la Corse fut défendue par le romrs slalnlli

llurchard contre une agression des Maures d'Espagne (Ami.

Einhm'rll', a. 307). V

36. IIoslia] Le nom de Gregoriopolis(ci-dessus, p. 82, 1.12) esttli'ajà

hors d'usage. On voit que, grâce à la eouardise de la garnison,

la forteresse de Grègoire il’ ne servit qu'à. fournir aux envahis-

seurs un réduit fortifié. Sic vos non voln's!


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

37. mon: Galeriam] Ponte di Galcra. U1‘. Gm’zoome IV, p. Sii,

note 18.

38. armatos obviali...] Le rècitestumtiléjuste a l'endroit le plus

intéressant. Le Pseudo-Liutprand, qui l'a eu tout entier sous les

yeux, l‘a abrégé en quelques mots: « Nam supervenientes Sara-

eeni innumeros hominum interiecerunt, cnstella et urbes multas


Generated on 2013-08-11 08:56 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

captas accepta praeda igni dederunt: demnm regem oxpugnautes

lugaverunt ; et multis captis et interfectis, maxima hominum et

omnium rerum praeda onusti reversi sunt. » — Les Annales de

Prudence de Troyes sont un peu plus explicites: « Mense auguste

(8m) Sarraceni Maurique Tiberi Romnm aggressi, basilicam b.

Petri apostolorum principis devastantes, ablatis cumipso altari

quod tumbae memorati npostolorum principis superpositum fue-

rat omnibus ornumentis atque thesauris, qnemdum montem

centum ab Urbe milibus munitissimum occupant. Quos quidam

ducum Hlotarii minus religiose adorsi atque doleti sunt; pars

autem hostium ccclesiam beati Pauli apostoli adicns, a Campa-

niensibus oppressa, prorsus intertecta est..... Hlodoicus, Hlota-

rii tilius, rox Italiae. cum Sarracenis pngnans, victus vix Ro-

mam pervenit. n — La chronique du Mont-(Jassin, rédigée vers

870, et Jean Diacre. dans ses fiesta epp. Nmp., contiennent quel-

ques détails intéressants sur la retraite des envahisseurs: u Id-

circo motus Lhotharius rex Francorum ferocem contra 005 po-

pulum misit; qui celeriter properantes eos usque Caietam sunt

persecuti » (Jean Diacre); « Fundensemque copientes urbem vi-

cinaque depraedantes locn, septembrio quoque mense secus Gaie-

tam castramotati sunt « (Chron. S. Ben.). c'est là, dans les

environs de Gaëte, que se livre, le l0 novembre, entre Franks et

Sarrasius, un grand combat dans lequel les premiers ont ledes-

sous. La flotte de Naples et d'Amalti croisait en vue du champ

de bataille; elle débarque une troupe qui parvient à arrêter 193

vainqueurs. Mais son chef, (lésaire, fils du consul Sergius, n'é_

tant pas en force pour prendre l’oll‘ensive, se borne à défendre

Gaëte. Les Sarrasins, après avoir ravagé les campagnes envi-

ronnantes et menacé le Mont-Uassin, se rembarquent tranquille-

ment. Mais ils sont assaillis pur une tempête en vue de la St-

cile et périssent misérablement. — Les deux chroniqueurs de

Naples et du Mout-Cassin, très circonstanciée sur les faits qui

se passent dans leur région, ne nous apprennent pas grand’


GlIII. SERGIUS Il (844-847).

105

peut-être le duc de Spolète (c'est Benoit qui le dit). Mais cette

seconde expédition aboutit à un second désastre, sous les murs

de Gaële.

39. sepultus est...] Le tombeau de Serge 11 se trouvait dans la

chapelle des SS. Sixte et Fabien, construite par le pape Pascal

(ci-dessus p. 53, l. 6). Voici l'épitaphe, conservée par P. Mallius

(De Rossi, lnscn, t. II, p. 213) :

Sergius en ium‘or pmesul et plebi: amalor

hoc legitur lumulo qui bene punit oves.

Spes patrie mundique decus, moderator opimus,

diuinis monitis non fuit ille piger.

Romanes procere: non lantum lamine verbi

Lunzn PoNTlPmAus '.. ll

rebus et humanis nocte dieque faucns.

Utque Lea sanctus Damams quoque papa bem’gnus

hic rilum tenuit inslüuitque grcgem.

Egentum sempcr studuit recreare caleruam

proque poli ut caperct celica regna libens.

lamiam pro lanto lundamus peclor'a pugnis

pauvre amisso, viuat ut axe poli.

Nectilur ecce piis Favz'ano et corpore Xisto

presulibus, quorum spîrilus astra minant.

Mallins n'a pas copié la date; elle nous est fournie parles

Annales de Prudence de Troyes; Serge Il mourut le 27 jan-

vier 8&7.

M
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google
Generated on 2013-08-11 08:56 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072
ztoc . cv. Lao uu (gin-855).. .

cv.

LEO, natione Romanus, ex patre Radualdo, sedit annos VIII mens. lll dies vl. Hic adeo catholicus atque apos-

tolicus vir multae patientiae multaeque humilitatis extitit, largus, pius1 innocens sive benignusi amator iustitiae

et plebis ferventissimus gubernatorp divinarum quoque Scripturarum indeficiens perscrutaton vigiliis et oratio-

nibus semper intentusg in cuius etiam beatissime pectore. iuxta illud quod in sancto evvangeliolegiturv et ser-

ipentis astutia et simplicitas inhabitabat columbae Erat enim totius sanctitatisodecore repletusr amator religiosorum

liominum Deoque in omnibus assidue famulantiumi nutritor pauperum et contemptor sui.

Hic primum a parentibus ob studia litterarum in monasterio beati Martini, confessoris Christi, quod foris muros

huius civitatis ltomanae iuxta ecclesiam beati Petri apostoli situm est. quousque sacras litteras pleniter disceret

sponte concessas est. Ubi-non solum litteras didicit, verum etiam in studio sanctae conversationis non quasi

puer, sicut tunc Brut, sed velut perfectus monachus avidius mansit cuius etiam pie conversationis exemplo alii

LM l

Il

sub eodem monacliico degentes ritu omnipotenti Domino plus devolius serviebant, eratque cum illis quasi unus

ut ex illis. Et quoniam civitas supra montem posita abscondi non potest1 sic neque huius rumor sanctissimi viri diu

occultus existere non potuit Fama illius, sive sanctitatis opiniov huc illucque luce clarius divulgata est. atque

multorum relatione fidelium ad aures pontificis quondam beatissimi patris et papae Gregorii mox festino relatu

occurrit. Gui cum tantae fuisset castitatis digneque conversationis magisterium enarratum. ilico eum ex monas-

terio quo pie degebat exire iubensa ad sanctae matris ecclesiae gremium perduritv alque, ut suo semper servitio

495 familiariter permaneret, Lateranensi patriarchio esse praecepitg subdiaconum quoque eum ob suae famam vitae

laudahilis fecit. Qui tamem quamvis locum mutaret vel ordinem. tamen vitam moresque suos plus quam prius in

lv summi creatoris nostri servitio regulariter constrincxit bonisque multiplicavit operibus. Defuncto autem huius

sacratissimae sedis papa Gregorio, tunc Sergius archipresbiter sanctae Ptomanae ecclesiae praesul efl‘ectus. t

hunc de quo superius nonnulla retulimus1 Leouem videlicety beatissimus papa presbiterum consecravit1 eique

titulum sanctorum llll coronatorum largitus est. In quo dum bonis polleretmoribus1 sive indigentibus necessaria

ministraret, peregrinos ac pauperes minusque habentes non solum verbo immo etiam corporalibus alimoniis

refovereL is qui tunc praeerat. Sergiusv Romanae sedis antistisv ex praesenti vita sublatus est.

Sub cuius etenim tempore ecclesiae beatissimorum principum Petri ac Pauli a Sarracenis funditus depraedatae

496 v sunt. Qua igitur calamitate seu miseria omnis Ptomanorum vigor elanguit atquecontritus est. lioc facto universa

contio Romanorum, ex duobus casibus vel periculisy videlicet sive de repentina morte pontificis, sive de vastatione
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

- quae facta fuerat in ecclesiis sanctis cunctorumque finibus Romanorum, fatebalur se nullatenus evadere mortis

VARIAN’I‘ES DES MANUSCRI'I‘S.

i Leu-d. vl om. C, spatio relicto - Leo < quartus > E m Ra-

doaldo E — numeros om. o (suppl.d)—- d. V E — t quod-le-

D — i7 quoque] que c - l8 tamen om. c - 2o ell‘ectus est D

-— 21beitlissîmnm c - papa om. C — 22 < igitur > in E --


Generated on 2013-08-11 08:56 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

gilur] evaugelicum C — 5 inhabitat D — amator <enim> E ninribusque sibi E: moribus sibi que e - sive om. c - indi-

— 6 assiduac D gentilusque c —— 23 immo] verum c - 24 suhstractus (E —

9 littera E —- m ahiduis E — H monachio D - devolio E z est om. E

-tiores c - l3 occultatus c —- non om. CE — illuc E -— devulg.

I 25 elenim om. c -etPauli1t — id igitur om. c - site CE

E -— M pontificalis CE -— is conversatione E - l6 sacrae

- est] ex e - 27 de ante rcp. om. C —

lo

I5
cv. LEU llll (847-855). iovit

periculum posse. Cumque pari devotione communique consilio universi Romani proceres de future cogitareut

pontifice, ut quis esset qui tam sanctum et inviolabilem locum cum omnipotentis Dei timore regere vel gubernare

potuisset, confestim fama beatissimi praesulis simul et meritum ab omnibus patefacta est, totamque per urbem

difl‘usa. Necdum enim his qui obierat pontifex ad sepulturam debitam fuerat deportatus, et ecce omnes a novissimo vt m

5 usque ad primum, una voce, una simul concordia. Leonem venerabilem presbiterum sibi futurum pontificem

flagitabant, et quod nullum alium super se habere vellent praesulem nisi hunc de quo crebro dictum est, multis

coniurationibus ac vocibus fatebantun Quorum incunctanter omnium credimus corda ad hunc expetendum non

aliut nisi amor divinus et divinae virtutis inflammavit et univit clementia. Tunc omnes, ut superius adnotatum

est, pergentes cum gaudio multaeque aviditatis letitia ad ecclosiam, qua degebat, beatorum Quatuor corona-

to torum, eum coactum invitumque exinde abstrahentesv cum hymnis laudibusque praecipuis ad Lateranense

patriarchium perduxeruntg cuius, morem conservantes anticum, omnes osculati sunt pedes. Quanta autem in

eius pontificali electione concordia vel unanimitas fuit, nullus breviter enarrare hominum polest

Quid autem electionis suae tempore apostolorum suffragiis suisque sanctis intervenientibus precibus 1 de Sar- vn

racenis illis qui tam nefarium scelus commiserunt divina virtus peregity hoc inconveniens aut reprehensibile non

lä est si ob futurorum sive timorem sive memoriam praesentibus litteris adnotamus. omnes enim cum vellent,

iniquitatis ac depraedationis scelere perpetratoq ad Africanam qua venerant regionem revertere, vasto maris

pelage, vi ventorum procellarumquey sicut certa relatione cognovimus, neo permittente demersi sunt, anti-

quumque illud Aegyptiorum miraculum ecce noviter apostolorum meruit oratio optinere.

Romani quoque, ut diximus, novi electione pontificis congaudentes, coeperunt iterum non mediocriter con- vlll

io tristari, eo quod sine imperiali non audebant auctoritate futurum consecrare pontificem ; periculumque Romanae

urbis maxime metuebant ne iterum ut olim aliis ab hostibus fuisset obsessa. lioc timore et futuro casu perterriti,

eum 2 sine permissu principis praesulem sacraverunt, fidem quoque illius sive honorem post Deum per omnia et

et in omnibus conservantes.

lam quia humanus existimare non sufficit arbiter, nec os referre praevalet quantae bonitatis ac pietatis bic 1x m

25 beatissimus extitit pontifex, redeamus ad ea quae, fretus amore sanctorum, ecclesiis obtulit, et a primo ponti-

ficatus sui exordio enarremus.

llic vero insignis et praeclarus autistes, superno amore exardescens, obtulit in basilica beati Petri apostoli

coronam ex argento purissimo l, pens. lib. XXllIl; gabatasinterrasiles Il, pens. lib. ll-l vela vu, duo quidem de

fundata et alia duo de staurace et tria de spanisco. obtulit vero ibidem ad splendorem et gloriam ipsius vene-.

30 randae basilicae cortinam alexandrinama mirae pulcritudinis I, habeutem istoriam pavonum portantium desuper
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

bomines. et aliam istoriam aquilarum rotarumque et avium cum arboribus

VARIANTES DES MANUSCRITS.

2 regeret E: gerere c - 3 sunt c —- e difusa D z diffusam 2o auctoritatem E -— pontificum E - 22 cousecraverunt cani

E — is E ——5' simulque CE (simulque una C) — e super se ‘— [idem] eidem D -— illius] ipsi et C.- sive-1 sibi CE v "

alium CE l- n qui E —- couservantem E z perservantes c A id lios DE z om. c ' t

13 interventibus D - u peregerit c - 15 si] sive F. -futuro 27 vero] ergo c - 281 cm. D — 29 spanisca D
Generated on 2013-08-11 08:56 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

C — sive ante tim.] vel c - se depraecalionis D - reverti c


408

CV. LEO llli (847-855).

x n lpse_ vero egregius et prudentissimus papa obtulit in basilica sanctorum llli Goronatorum, in qua sacerdotii

sui sollertissime funcxit officium1 canistra de argento purissimo llL pens. lib. ,

argento purissimoa parium 1, pans. lib.

; cantram cum timiamaterio I, pens. lib.

aquamanile similiter de

; vela de fundato quae ad

nitorem ipsius in arcos videntur ecclesiae pendere, XII; item vela sirica alba xxxml. Fecit vero in eadem basilica1

ad splendorem sacri altaris, vestem olosiricamy habentem periclisin de chrisoclabo, et aliam vestem albam cum 5

rosis, habentem rotas VII et in medio tabulam de chrisoclabo cum efiigiem hominis gerentis in capite gemmas

prasinas v,- item vestem albam de crisoelabo cum rotis VI. Fecit autem in iamdicta basilica, ad honorem et

gloriam sacri altaris1 vela habentia cruces et gammadias de crisoclabo IIII; item vela sirica cum rotis XVII, ex

quibus IIII cum gammadias de crisoelabo et gemmis ac bullis aureis xxxm; velum acupictile, habentem hominis

effigiem sedentis super pavonem I; item vela habentia istoriam sanctae hei genetricis III; item vela alia fun- I0

data Xllll; et alia vela de blata ll.

m XI

ipse quidem eximius et beatissimus papa fecit in basilica sanctae hei genetricis. quae ponitur 3 in vicum qui

nuncupatur Sardorum, vestem de fundato1 habentem istoriam sanctae hei genetricis de chrisoclabo cum prophetis.

ipse vero a heo amabilis et prudentissimus papa sedilia in ingressu de marmoribus patriarchii construxin quae

nullus pontificum ut perficeret arbitravit. Nam et solarium i quod beatae memoriae Leo tertius papa construxeraL is

cum prae nimia vetustate, fractis travibusq in ruinis cerneretur emersuma noviter pulcrius in meliorem speciem

restauravit.

xn

Hic quidem insignis et pius antistis in basilica beati Pauli apostoli, superno fretus amore, vespertinas 5 publice

a cuncto clero et scola constituit die natalis eius psallere landes.

lluius beati tempore praesulis terre motus in urbe Roma s per indictionem factus est x, ita ut omnia elamenta 20

concussa viderentur ab omnibus.

ipse iam sepefatus et sollertissimus pontifexy secundum antiquam consuetudinem canonice auctoritate decrevit

atque constituit ut dum sacra missarum sollemnia in ecclesia celebrantun nullus ex laicis in presbiterio stare vel

sedere aut ingredere praesumatun nisi tantum sacra plebs quae in amministratione sacri officii constituta vi-
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

detur.

500 xm ipse quidem beatissimus pontifex, post cedem ac depraedationem sevae gentis Agarenorumy quam in sanctorum

apostolorum ecclesiis peregeruntv ad restaurationem ipsarum cotidie animus praetendebetl quatinus omnia quae

ab impiis manibus ablata fuerant repararet, sperans aeternae fruere retributionis mercedem. Quam ob rem obtulit

in basilica beati Petri apostoli butronem de argento purissimoy cum gabbatis argenteis pendentibus in catenu-

lis Vll. Fecit autem ad inluminalionem ipsius basilicae rete aeneum cum canistris argenteis XVII. nam et farum
Generated on 2013-08-12 16:40 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

vamarwas DES MANU scnrrs .

3 mundissimo E — par. l] parvum c - pens. lib. om. CE

-— cantra c : canthara E — thymiamaleria CE — de ] ex D —

s chris. <l> C — e rosas vu c - medium E -- 31m -criso-

claboorm CE — 9 habens c -— lo paonem h -i1 vela] veste

E — aliam vestem c

12 qui E-— vico E — quam piam in vicu C

u de om. CE — is arbitratus est - bone c

is publices CE

ao indictione E

23 ecclesiae E — aa ingredi C — praesumat c- administra-

tionem E

se et E -Agarinorum CE — 27 pergerunt E (cana) — ani-

mo pendebat c —- quatenus CE — 28 reperans C : reparare E

— sperans om. c - frueretur C — mercede c - 29 butrone

E — 30 henum E

‘25-

30
cv. LEO 1111 (847-855). me

mirae magnitudinis ad splendorem et gloriam sepius memoratae ecclesiae reparavit. in qua etiam obtulit coronam

de argento mundissimo, pens. lib. g vela de fundatoy quae in ambitu sacri altaris pulcriora dependent, XXV;

item vela leonum habentia istoriasq quae ante vestibulum sacrae confessionis cernuntur pendere, X; et alia vela

de fundato, quae inter columnas ipsius venerande basilicae dextra levaque coruscantv XLVI; item vela de fundata

5 quae in arcos ad ornatum et decorationem presbiterii pendent, XXXIII; verumtamen et alia vela de fundato, quae

in diversis eiusdem basilicae locis ipse almificus papa constituit pendere, XVIII; et alia quidem vela, quae ante

ianuas sacrae basilicae pendunty lll.

Hic vero insignis et prudentissimus praesulv superne fretus amorey fecit in basilica sanctorum martirum llll xlv 501

Coronatorum veslem de crisoclaho, habentem istoriam itesurrectionis domini nostri lesu cliristi atque effigies prae-

to dictorum martirum et ipsius almifici praesulis.

' Huius enim praefati gregorii 7 praesulis animus tantum divino fulgebat amore ut ea que pridem de beati Petri

apostoli ecclesia ab impiis manibus innumerabilia fuerant bona ablatav suo praecipue tempore libenti voluit pectore

omnia noviter restaurare. idcirco ad decus et honorem ipsius praedictae ecclesiae fecit coronas ex argento puris-

simo, miro compositas opere Il, pendentes in catenulis argenteis, cum gemmis et bullis deauratisy pens. [ lib.

lii cxxxu et alia cxxx, liabentc l clamasterios argenteos subterpendentes xxxvu, et alia simili modo babente XL.

Necnon qui divino semper erat munere perornatus, dignamque de omnibus curam et sollicitudinem habere stude- xv

bat, feliciter fecit in oratorium sancti Andree apostoli ad sanctum Petrum vela maiora de fundato Il et alia minora

v, ornata in circuitu de blata.

ipse vero a Deo protectus venerabilis et praeclarus pontifex fecit in monasterio sancti Anastasii1 pro aeterna 502

m animae suae redemplionem, vestem siricam de fundato I, habentem istoriam aquilarumg similiter et vela de fun-

dato II, compta in circuitu de blata. Simili modo fecit in monasterio sanctae Praxedis vestem de fundato l.

Hic quoque praedictus praesul a die quo, divina fretus polentia, sacram apostoli Petri sedem omni benignitate xvi

conscendit, mox de priscis vel antiquis sacri palatii usibus atque ordinibusy qui sub praedecessorum suorum pon-

tificum tempore erupti atque diversae consuetudines fuerant delete, ideo ad suae memoriam sanctitatis universas

25 reducere vel in meliori statu quam nuper fuerant omnia libenti animo ordinare avide conatus est. Nam s et accu-

bitumy quod domnus Leo bonae memoriae tertius papa a fundamentis construxerat et omnia ornamenta ibi para-

verat, tunc prae nimia vetustate et oblivione antecessorum pontiticum deleta sunt, et in die Natalis domini nostri

iesu christi secundum carnem tam domnus gregorius quam et domnus Sergius sanctae recordationis ibidem mi-

nime epulabantur. lste vero beatissimus et summus praesul Leo quartus cum gaudio et nimia delectatione omnia

30 ornamenta sive alimenta quae inde deleta fuerant noviter reparavit et ad usum pristinum magnifice revocavit
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

VARIANTES DES MANUSCRITS.

— 5 oruatus CE — 7 quatuor E z un C 22 < ipse vero prudentissimus > hic D — qua CE .- as

ü egregii CE -— de om. E -—- iz fuerat E (corn) — libente sub] su D — ad temporibus c : temporum E —- eruti c --

E — volueriLCE — is nohiliter c- restauraret E -- u unam diversa consuetudine c -—- sanctitati D - 25 r'îlîdlà D --

pens. c —15 et om. C — superpend. D — aliam E-17 orato- meliore E -- 29 epulabatur CE — isdem CE —.30s| l (corr.)

rio CE — maiore E — ts blatttiin E. — usum] suum D — magnife E -


Generated on 2013-08-12 16:40 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

is aelernae D — 20 redemptione CE
140 CV. LEO Il" (847-855).

xvn

503 XVIII

504 xix

Necnon et 1’ crucem ex auro purissimo gemmis ornatamj quam Karolus, piae memoriae imperator Prancorum et

Romanorum, in basilica salvatoris domini nostri iesu christi quae appellatur constantiniana temporibus domni

Leonis sanctae recordationis tertii papae obtuleratl quae mos erat ut in letaniis ante sacratissimum pontificem

ipsa praecederetl et sic permansit usque ad tempus sanctae recordationis domni Paschalis papae. unde diabolica

suggestione atque instigatione a malis exorta est et eandem a latronibus nocte furtim ablata est, et nullus dein-

ceps praecessorum pontificum, tam domnus Paschalis quam domnus Eugenius, sive domnus Valenlinus seu

domnus gregorius necnon et domnus Sergius, recordatus fuit ut eam restauraret et ad usum sanctae hei ecclesiae

Romanae pararet, isdem praefatus et magnificus praesul fecit eam ex auro purissimo, et mirae magnitudinis

margaretis et gemmis iacinctinis et prasinis utiliter ornavit, et ad usum pristinum sanctae hei Romanae ecclesiae

mirifice paravit.

Hic vero praecipuus et insignis praesul, divinarum Scripturarum in scientia et erudilione probatissimus extitit

praedicator. Qui tantae beatitudinis ac sanctitatis claruit, ut in conspectu universis istius in christo fundatae

ecclesiae populi miracula operaret. In primo quidem pontificatus sui anno, iuxta basilicam beatae Luciae martyris.

quae in orphea sita est, in quibusdam tetris abditisque cavernis diri generis serpens, qui'basiliscus grece, latine

regulus dicitur, ortus est; qui flatu suo ac visione omnes qui ad easdem

mortisque tradebat periculo. ita ut omnes stupor ac timor

properabant cavemas celeriter necabat,

invaderet1 serpentis virtutem mirantes et gladium ipse

vero beatissimus et praeclarus ponlifex, hanc populi necem audiensque perniciem

, in orationibus se convertit,

atque ieiuniis hominum deprecare non cessanss ut ab huiusmodi omnes '

icona, ad basilicam sancti Adriani marlyris, sicut m mos est, propriis pedibus cum clero perrexit he qua regressus

cum omni fidelium cetu, ad beatae genetricis hei et domini nostri le

laudibus, magna comitante caterva populi.

grediebatur serpentis, intrepide stetitg et oculos

christum qui est super omnia heus profusis lacrimi

loco diri serpentis genus sua potentia elfugareL Et data super populum oratione, Dei
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

superius memoravimus, profectus est exhibere Ah eodem vero die,

ad caelum pariter tendit et palmas,

laudes ad basilicam quam

ipse mortifer basiliscus ita elrugatus atque ab

1 ornata D — Carulus E -—2 Const. <nuncupalur > E —

in om. CE —3 litaniis E — 4 procederet CE — 5 est et om. c


Generated on 2013-08-12 16:40 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

— ad D — furti D: < per> furtim E — 6 predecessorum c

-- domnus Paschalis quam om. c —- seu] sive E — 7 sancta D

—Rom. 9001. CE - 8 <sed > isdem cu — praelatus E -—

eam om. E — 9 Dei <genitricis > CE — l0 decoravit CE

ti in om. c - 12 atque CE — cl. sanct. E — universi c —

l3 operareturc - u tlieris abditis quae in cav. h — te vir-

tutes E — cladem c- l7 perniciemque aud. c — convertens

. precaretur E : deprecatur e —- agere-

tur E: ager-untur Ce — 19 que om. c - 21 incona D — basi-

lica E —- estom. D — cum < omni > GE. — 22 ad <basili-

_ cam > C -— Dei gen. D -— 15 increpitu E : intrepidus Ce -

26 tetendit e- christus E — deprccatur C — 27 orationem

E. -— < dans > heo c — 28 supra c -— diem E — pestifer E

— hasiliscum E (corn) — at h — 29 est om. h — etfugatus est

atque ab ip. ant. proi. ut c

30 aliud c

l0

-20

30
ov. LEO 1111 (847-855).

guere. Sed ventorum flatibus altius extendebatur ignis in aere, cuncia conburens atque comminuens, ita ut pro-

pius beati Petri principis apostolorum basilicae perveniret, Saxorum “ Langobardorumque domos ac porlicum

concremans alque diripiens. Quo audito, ipse bealissimus pontifex illic celeri cursu profectus est, et obvius ante

ignis impetum se praeparavit, Dominum deprecari caepit ut ipsius incendii flammas extingueret; et crucis propriis

faciens signaculum digitis, amplius ignis extendere flammas non potuit; beati virtutem ferre non valens ponlificis,

extinctus flammus redegit in cinerem.

lpse vero a Deo umabilis et prudentissimus papa fecit in basilica beati Petri apostoli vela de l'undato, in circuitu Xxl

l0 autem de blata, numero XLV. F ecit autem isdem aegregius pontifex in monasterio sancti Martini, quod basilicae

beati Petri apostoli coheret, ad laudem et gloriam ipsius beali Martini oraculi mirae pulchritudinis veslem fecit.

habentem isloriam superius memorati sancti iacentis in leclulo, cum el‘figicm Salvaloris domini noslri lesu Christi;

simul effigie sanctae martyris Agathae, habens ad pedes effigiem ipsius almi pontificis, habentem gemmas iacinc-

tas XVII. ln eodem oratorio fecit vela 1111. et unum quidem habens rosas de chrisoclabo lll.

‘5 Fecit quidem in basilica sanctorum llll Fratrum veslem de l'undato l, habentem istoriam ipsorum sanciorum XXII 506

martyrum et effigiem ipsius magni praesulis, habentem gemmas Xll; similiter et vola de l'undato llll.

Hic vero venerabilis et praeclarus pontil‘ex lecit in basilica beati Petri apostoli nulritori suo canislros interrasiles

de argento purissimo, pens. lib. Ubi supra obtulit coronas de argente purissimo, pens. lib. llic vero beatis-

simus et praeclarus papa, superno fretus amore, obtulit beato Pelro apostolo ad splendorem et gloriam ipsius

9° Sacrulissimae basilicae lucernam bimixin de argento purissimo, pens. lib. XLV. Fecit aulem ubi supra, post Sara-

cenorum sevissima devastatione in eadem basilica rugas de argento purissimo, pens. lib. LV1].

idem beatissimus praesul fecit in ecclesia beati Silvestri confessoris atque pontificis qui pouitur in monte xxm

Serapli. veslem de fundato l, habentem angulos Illl, duos quidem tyreos et duos fundatos.

Fecit elium isdem sanctissimus et beatissimus praesul in ecclesia beati Petri aposlolorum principis vela quae

25 pendent in arcos presbiterii ex auro texta, habentia storiam beati Petri apostoli, numero XVlll. Necnon et in

Oratorio beati Leonis confessoris atque pontificis, quod est situm infra praedictam ecclesiam, veslem de fun-

dalo l, habentem istoriam aquilarum. Oblulit ubi supra coronam de urgenlo l, pens. lib. ; tam etiam fecit ipsa 507

vela de fundato, ornata ex utraque parte de blatin, numero XX. Obtulit beato Petro aposlolo calices de argento, XXIV

qui sedent super circuitum altaris, numero XVI, pens. lib. ; verum etiam et calicem pendenlilem cum cale-

30 nulis et delfinis, pens. lib. ldeo sanclissimus et coangelicus praefatus praesul post depraedationem Saracenorum

VARIANTES DES MANUSCRITS.

2 Validius om. C — ac mina l-J — inccudit E (cana) — vole- rolÎ D — mundissimo C — 19 et praeclarus 0111. D — 20 Fecit-
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

bal. CE — 4 proprios 0- que] qui et D: 0m. E — 5 conlremcus LVll 0m. CE .

D ‘- < anxios > illicE: <anxius > illuc C — obhuius E — 22 quod est C — 23 Sirapir ‘E

6 deprecuro E — dep. cacp] rleprecuns C 24 priucipi ap. 13 : prmcipls ap. — 25lmbentem E — si.

10 aulem] compte C: compta E — blallhin E —— sanclissimi om. C n—— 26 praedicta — aecolesia C —. veste — 27 oh:

C -— H aposloli om. CE — 1). P. basil. CE -— perfecit E: 0m. C 5.] insupcr C -— tam] mm C — lpsam D ziipsum 1320m. C —

‘ ‘2 cfligie CE — 13 effigies C —habontes E — 14 < ilem> 28 velam D — parte 0m. D — 29 super] luxla E : suprae —
Generated on 2013-08-12 16:40 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

in CI'I — et om. C - unam E circuilu E —-30 dclfiui c0d1.-—coangel1co E-— et coang. 0m. C

17 nulritorisC —- sui CE — canislrum interrasile C — 18 cc-


112 CV. LEO 1111 (847-855).

istius ecclesiae fecit et in corpus beati Petri apostoli imagines argenteas totasque exauratas, numero III, una

quedam in medio habentem efiigiem salvatoris domini nostri lesu Christi cum gemmis in capite per crucem

ornata iacinctinis et prasinis; item alia quedam vero positam dexteram partem salvatorisy habentem vultum beati

Petri apostoli et beatae Petronillaeg alia quadam posita parte leva, depicla vultus beati Andree apostoli1 simul et

vultus summi praedicti praesulis, pens. lib. Cllll. Fecit ubi supra fera aerea, quae sedent super vestibulum sacri

altaris. numero XII.

xxv _ Sepe vero hic beatissimus papa omnia sanctorum quae destructa fuerant loca reaediticare magnopere cupiebaL

Nam ‘2 monasterio Corsarum, quod iuxta basilica beati Xisli martyris atque pontificis situm est, quod quorundam

malorum hominum fuerat operibus desolatum et ad secularem habitationem perductumq pro salute ac futura

retributione animae suae perfectius restauravit. In quo etiam ancillarum hei congregationem munivit ad per-

solvendum heo omnipotenti cotidie laudes, muneribus auxit, diviciis perornavit, et omnia sacris praeceptis quae

exinde fuerant ablata restaurans1 suisque sanctis digitis plenius confirmavit

xxvl Hic sepius memoratus et beatissimus papa praedicationis suae ‘3 alloquio multos ad cognitionem veritatis per-

sos duxil, et salutiferas omnibus operationes cotidie demonstravit. Nam octavam Adsumptionis beatae hei genetricis

diem, quae minime Romam antea colebatur, vigiliis sacris matutinisque cum omni clero pemoctans laudibus in

basilicam ” eiusdem semper virginis dominae nostrae, quae foris muros, iuxta basilicam sancti Laurentii mar-

tyris sita est1 celebrare praecepitg in qua etiam magna populi multitudo convenerat1 novae festivitatis cupiens

celebrare sollemnitatem H00 ipse magnanimus cum videret autistes, omnes qui aderant huius celebritatis plenius

xxvll argenteis erogavit. Fecit vero isdem beatissimus in eiusdem hei genetricis semperque virginis Mariae vestem de

fundato I; necnon fecit ibidem vela numero XLV; et infra ipsius ecclesiaev in oratorio quae vocatur beatae Bal‘-

harae, obtulit vestem de fundato I; et in oratorio supradictae ecclesiae beati Nicolai donavit vestem de fundata I.

509 lpse a heo praecipuus antistes et in oratorio sanctae Eugeniae fecit vestem de fundato I. Et hic sollertissimus Deo

opitulante sanctissimus et omnibus praeclarus atque praecipuus magno

animo et pura voluntate donavit in

ecclesi

a ‘5 beati protomartyris stephani quae ponitur foris muro1 iuxta ecclesiam beati Laurentii marlyris,

de fundato I. Et infra huius menie ecclesiae, in oratorio beati Leonis marliris, fecit vestem de fundato I .

Et ipse mitissimus pontifex atque acutus in omnibus bonis obtulit in ecclesia beatae hei

virginis Mariae dominae nostraey quae ponitur infr

vestem
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

xxvlu ' '

genetrlcls semperque

a praedicto monaslerio, qui vocatur Corsarum, fecit vestem de

rii vestem de fuudato I.

Fecit isdem benignissimus crucem auream a noviter, et ‘G ipsa crux, ut mos antiquitusy a subdiaconibus

fundato I; ubi supra obtulit in oratorio sancti Gesa


Generated on 2013-08-12 16:40 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

510

VARIAN’I‘ES DES MANUSCRI’I‘S.

1 cl in] ad c- exenl-alas om. ca - 2 unam quandam CE — — 18 solL] festivitatem h - hic C -—- magnanimis E -—- plenus

3‘ ornatam CE- aliam quandam CE — vero om. c- ad dexl. D — te crogavi E — arg.-I)ealissimus] agere sollempnia

L -- 4 Petronellae c - aliam quandam positam ad partem le-

I fecit c -- ltlariae <monnsleri0> c - 20 in or quae] orato-

vlarn dcpicturri C-quamdam posltam partem E-5 vultu E — rium quod c —— vocitelur E (vocilulur Ce) — 21 supradicta

lllvsglpelr lll-sn Sllspcrc -lqul E ecclesia E (corn) ~23 et <in> c - atque praecipuus om.C-

upxere - mouas erium cli-basilicam C- Sixti CE et puraque E ' C—-2 ' " ' t I

— 9 ad] a E (corn) — futurae h —- 10 univit c — 11 Dei E puraque 4 qui L ecclesia E 25 LeomE

portavit C _ in quo om. C Ï minimo v- 27 qui E — praedictnm monasterium quod

13 Is E : tiis c — sep. <et> C — 15 Home c -— omni om 29 d l I i ' ' '

E (suppL) -— 16 basilica c —- 17 quam E — convcnerant E a e- e a nov-1 nobllem C- antiquus fun L _ sub-

diaconis <in> c -
CV. LEO IIII (847-855). “3

.manihus ferebatur ante equum praeeessorum pontificum, Deo iubente, in euro et in argento in gemmis melius

renovavit.

Ohtulit vero in ecclesia ‘7beatae Nimphae martyris, que esse videlur in eivitate Portuense, vestem [de fundatol.'_XXlX

Simili ter feeit in eeclesia beatorum martyrum Cosme et Damiani ‘3 quae in Silva Candida esse videtur. fecit vestem

5 de fundato I; neonon ubi supra obtulit vela de fundato III, ornala in circuitum de blatas. '

Hic vero beatissimus papa sacratissimorum martyrum sepulcra devota mente ardentique assidue peetore

visitabat, quos vigiliis sacrisque orationibus cuneto perortodoxe fidei populo exorabat. Die aulem quadam cuni X3“ 5“

ad sepulcrum beali Laurenlii martyris pervenisset, et solito more orationem expleret, diligentius inquirere cae-

pit ac dicere : « Quanti cotidianas hic monachis Deo omnipotenti referunt landes? » Tune omnes qui aderant

l0 beato pontifici protulerunt quod a quibusdam pontificibus duo monasteria ‘9 ibidem fuissent constructa, sed

pro magna paupertatis inopia in desolatione redacla sunt. Mox autem ipse almificus pontil‘ex, superno nulu

conpunctus, monasterium quod nunc sanoti vocalur Slephani et Cassiani restaurans, muneribus ac divitiis locu-

pletissime perornavit. In quo etiam sanctae conversationis plures greco 2° conslituit monaehos genere, qui Deo

omnipotenti eodemque martyri die noctuque laudes persolverent.

l5 Ipse quidem a Deo protectus ac venerahilis praesul, intra basilica beati Pelri apostoli oraculum 2’ mirae pulcri- xxxI

tudinis summique decoris construxit, quod pulcris marmoribus circumdans splendide compsit; absidamque eius

.ex musibo aureo superinducto colore glorifice decoravit. In quo etiam venerahile corpus beali Leonis confessoris

atque ponlificis reeondens, sacrum desuper conslruxit altare et ciburio cum cruces exauratas ad laudem et gloriam

Christi nominis hoc fretus amore perfecit, ut sibi dignum in aethera conquirerel. locum.

20 Patratîs itaque omnibus atque perfectis operibus quorum iam singillalim superius nomina scripta vel memorata xxxu 542

sunt, confestim isdem pastor et pater aegregius, quamvis universarum proficuam ecclesiarum Dei curam

dignamque sollicitudinem gereret, et ad omne opus honum prae omnibus inteutus existeret, ex intimo cordis sui

longe lrahens suspiria, cum cotidie heatissimi apostolorum principis Petri sacratissimum altare cerneret violatum

et ad tantam inhonestatem a Sarracenis perfidis Deoque contrariis sive vilitatem perductum, etiam et, quod dolentes

'25 merentesque dieimus, ipse qui undique christianus populus ad iamfati prineipis sacratissima, orationis causa

Vel gratin, limina destinavit, oh hoc vota sua ut olim perficere non pleniler satagebat; ideo omnipotentis Domini

fretus auxilio atque consilio et virtute munitus, aureis simulque argenteis tabulis, non tantum confessionem

sacram, verum eliam frontem sepedicti altaris satis decenter et onorifice perornavit, ut praesens per omnia opus

ibidem dedicatum luce clarius manifestat. Quam 0b rem venerandi altaris frontem praecipuam. tabulis "2 auro xxxlu

30 oplimo noviter dedicatis, uua cum gemmis quam plurimis valde optimis ae protiosis, totam eircumdedit et in
Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

VARIANTES DES MANUSCRITS.

1 aecum D — 'praedecessorem pontificem E (cm2) — praede- C — 12 îconpullclos E (60"73) - “films EIŒOW’J — 100W“

cessorum C- iuvante 13- Dan iub.]quam C — in ante arg. plenissime E (com) —- 13 graecos Cl: — 14 erdem q. C

un CE — in] vel c — 2 renovahil DE : resluuravit C 15 quidem] quoque C — basilicam CE — 17 venerabilis E —

3 Nymphae E: Nimpriae C — veste E — 4 ecclesiae D — l8 cruce CE — exaurata C .

quam E — fecit om. C — 5 ubi supra 0m. C —- blauhin E: 20 sig. E-21 proficmm E (canal-.24 dolenlem E — 25 qm
Generated on 2013-08-12 16:41 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

blauac (semper) om. D: que CE: corrcæi — chrrsllanum populum CE —

7 cunctos E; cuncta c _. exoravit C — 8 quadam om. C — causam D- 26 perficeret D — 28 decenlerom. C — 39 .nobili-

oxplere E (corr.) — 9 monachi C — M desolationis E: -nem ter C-dedicavit E : decoravrtC-unam C —preL] orehsxs CE-

15

Lrnxn PONTIPICALIS, t. II.


114 CV. LEO IIII (847-855).

meliorem, ut prius, statum atque decorem perduxit. ln quibus scilicet aureis, ut dictum est, tahulis, non solum

Redemptoris nostri forma depicta praet‘ulget, verum et eius Resurreotio veneranda otque indicium sacrae ac salu-

513-tifere cruois, Petri quoque Paulique paritor vultus atque Andree in praenominalis tabulis similiter splendent

atque coruscant; inter quos sanclissimi quarti Leonis praesulis, necnon et spiritalis filii sui domni imperatoris

Lotharii, propter futuram memorinm sive mercedem, persone Deo care per cuncla saecula venerande depicta

xXXIV sunt. Quod denique tabularum opus CCXVI auri obrizi libras pensant. Confessionem vero crebro dicti altaris

tabulis argento paratis purissimo modo simili tota animi devotione ad anticum decus et statum perduxit; in

quibus Salvatorem in trono sedentem conspicimus, pretiosas in capite gemmas habentes, et a dextris illius Che-

rubim, a leva quoque ipsius vultus apostolorum ceterorumque depictos. lmmo et rugas sacrae confessionis ex

XXXV argento constructas, vultus habentes beatissimi Petri et Pauli, pens. omnia lib. CCVIlI. lpse vom 8 Bac amahilis

et prudentissimus pontit‘ex fecit in basilica beati Petri apostoli velu ex auro texta, pendentes in circuitu cuncta in

arcora, de hlata. numero XI. Necnon et in oratorio sancti Leonis pontificis, intro ecolesia beati Petri apostoli,

fecit veste sirioa, alba, sigillata, cum gammadias et periclisin de blata I; et velu similiter alba maiori il et

minori Vlll.

Et in monasterio 2’ sancti Gesarii in Palatin fecit vestem de fundato l et velu Vlll.

514 Ipse vero a Deo protectus et venerabilis pontit‘ex, propter retributionem et mercedem animae suae. l'eoit in oimiterio

beatae Agathae 2‘ martyris, quae ponitur t'oris porta beati Pancratii martyris, vestem de t‘undato I et vola Vlll.

XXXVI Quisnam dicere valeat. vel quis enarrnre sufficere possit quanta ipse a Deo protectus et sollertissimus papa

sanotis loois devota obtulit mente doua? Nom in oratorio quod Pnuli dicitur papae mirae pulcritudinis obtulit

vestem, aquilarum habentem istoriam cum cruce de crisoclabo etgammadias, I. Fecit autem in oratorio sanctorum

Processi et Martiniani splendoris non modici vestem cum rotis et hominum et istoriam cum cruce similiter de

crisoclabo et gammadias l; alia vero veste fulgide visione in basilica sanctae Petronillae perfecit, habentem rotas

515 XXXVII aquilasque cum oruce de crisoclabo et gammadias, l. Obtulit vero in oratorio sanctae Dei genetricis semperque

virginis dominae nostrae Mariae quod Mediana consistit, vestem similitor cum rotis aquilisque cum cruce de cri-

soclabo et gammadias l. Fecit quidem in oratorio 25 sancti Adriani vestem cum rotis, hominum effigiis, cum

cruce similiter de crisoclabo et gammadias, I.

lpse vero sepius memoratus et beatissimus papa ohtulit in basilica 2“ sancti Sebastiani martyris, qui in Frascata

consistit, vestem pretiosissima claritntis cum cruce similiter de crisoclaho et gnmmadias I.

Qui summus et praecipuus praesul fecit in basilioa heati Petri apostoli cortina olosirioa cum istoriis multis

claritatis immense, ad decorem et gloriam ipsius sacratissime basilicae, l.


Public Domain in the United States, Google-digitized / http://www.hathitrust.org/access_use#pd-us-google

"ARIAN’I‘ES DES MANUSCRITS.

1 decoremque CE — 2 venerande codd. — 3 pendant D —

5 Hlolharii C —- depicte C —— 6 lubularum] tahula de smalto E

— ebrizi l‘) (corn) — pens. lib. E — pensai. C — crebra D ——

7 patrntis E —- sim. mod. Il — lota om. D — B habentem C -—

9 eius CE -— 11 toxto E — in srcora compte in circuiln CE —


Generated on 2013-08-12 16:41 GMT / http://hdl.handle.net/2027/coo.31924097557072

12 hlatthin li — Leoni pontifici E -—— 13 albc E — maiora Il

et minora C

15 snnctae (luesariae D: < qnod ponilur > CE -— veste E

16 mercede E — 17 quorl E.

18 quis] seque E — narrnre CE — 19 dona] Deo F.- 20 gam-

madiis CE etc. — sanclorum 0171. D ’—21 et. ante ist. om. C —

istoria CE -—22 uliam v. veslcm CE — l'ulgida C — lmbenles

E —— 23 semper E -— 24 cum ante crucc] et CE — 25 ct] cum

CE — hominumque E — el‘figiebus C

27 qnae E - pretiosissimmn Ez-meC-29cori1ina D

l0

15

20

25

30
cv. LEO IIII (847-855).

Cum vero ” haec et cetera quae retx'o scripta sunt Leo, vir beatissimus quartusque praesul, Domino solatiante, xxxvm

amorîs ac desiderii gralia, per diversa piorum loca sanctorum perfectius contulisset lune de Romanae urbis statu

ac restauratione murorum, qui longoiam senio ad velustalem infi'acti dirutique funditus videbantur, coepit cum

lesu Christi domini tractare consultu,

5 miuente facilius ab hostibus aut capi aut forsitan expugnare potuissent; ideo ne hoc in {uturum malum fieret,

omnes praenominatae muros civitatis Romanae duodecima et quidem inslunte indictione renovare atque ad prio-

' . Et non solum muros quos diximus celeri fieri agililale praece-

propter futurum Saracenorum periculurn et salutem Romanae urbis factum est. lpsam igitur turrem non solum XL

lapî