Sei sulla pagina 1di 8

I Salmi copti

0
giugno 10, 2018
Written by ۹પค Ɗ‫ﻉ‬ɼ ก‫ ٱ‬Ɗ‫ ٱ‬ՇꞪѺꞪՇ
SECONDO METODO DI UTILIZZO DEI SALMI COPTI


 Come la piu parte dei rituali ,I salmi sono utilizzati sotto forma di preghiere
e di richieste,cioè di domande per l’ottenimento di grazie o di intercessioni, nel
quadro della vita quotidiana (guarigioni,vantaggi materiali,azioni sugli
avvenimenti o sull’ambiente.In questo quadro i Salmi offrono un ampio
ventaglio di possibilità che favoriscono la scelta del testo della
preghiera/scongiuro,la più efficace.

L’originalità dei salmi Davidici non consiste solamente nella validità del loro
contenuto,ma essi forniscono tutto un arsenale
di elementi di supporto che ne aumentano notevolmente l’efficacia(Quadrati
Magici,Sigilli di invocazione Angelica,Filatteri,ecc.)
La liturgia dei Salmi è un rituale di invocazione angelica codificata,un atto di
magia che presenta un grande numero di risultati efficaci,secondo la più pura
tradizione Egizia,poi Copta,sua erede diretta, e in seguito Cristiana –Ebraica e
Araba,in una perpetua catena sapienziale.
Ciscuno dei 151 Salmi,comprende,con qualche eccezione:
– Il testo o la parte di testo costituente la preghiera/scongiuro propriamente detto.
– Il nome dell’Angelo o dell’Arcangelo coadiuvante del salmo.
-Il Sigillo di invocazione dell’Angelo.
– L’indicazione del giorno e dell’ora più propizia all’operazione.
– IL Filatterio che assume l’identificazione dell’invocante,una sorta di Talismano
specifico per la natura della domanda.
CORRISPONDENZA DEI NUMERI ARABI E COPTI
Valori numerici delle lettere
La somma ottenuta di tutte le lettere costituisce il numero distintivo del
salmo.Per il Salmo n°1,ad esempio(Beatus vir,qui non ablit in consilio
impiorum)La somma delle lettere del testo dà : 22. 890,che costituisce il numero
distintivo del salmo,che divideremo per 65.Vedremo più avanti al ragione di
questa scelta..
Il risutato di questa divisione è chiamata(Tarth)-Sottrazione e l’abito della
divisione è chiamata(Gabr-o Gabra)Algebra.)
Sempre nel quadro del Salmo n° 1 noi otterremo la sesta ora:
22.890: 65 = 352 (Sottrazione), e 10 come resto (Algebra).
Se dividiamo tale numero del salmo per 7,Il resto della divisione indicherà il
giorno più adatto per l’operazione.Avremo: Le domenica corresponde à 1, il
lunedi à 2, il martedi a 3, il mercoledi a 4, il giovedi a 5, il venerdi a 6 e il sabato
a 0.
Per il Salmo 1 il resto è 0 per cui è il sabato.(22890:7=3270)
Per ottenere l’ora,dividiamo per 12(22890:12=1907)-resto 5= giovedi
Queste sono ore solari-ineguali.
Si tenga presente che con i salmi dei Copti si opera solo di giorno!La notte,dopo il
calar del sole,è dominio delle forze oscure.dei Djinn o DemoniLemuri- Incubi,e quindi
è necessario che l’Operatore sia opportunamente preparato e purificato.Questa
indicazione può equivalere a quella dell’Abate Tritemio che dice di non operare con
Marte e Saturno!
Pour le psaumc 1, la division par 12 a pour reste 6. Le rise sera effectué à la
Geme heure.
Les nombres caractéristiqucs du psaumc 1 sont :
connotations symboliques en relation avec le nom de la divinité, ce qui
constitue peut-étre une explication. Le raisonnement pouvant “ètre étendu au
nombre 18 (10+8 ?). Maís .1a véritable cause est sans doute plus pragmatique,
construction arithmétique valide du carré ?
C’est également pour des raisons du méme ordre que l’on trouvc le nombre
26 dans l’une des cases.
Quoiqu’il en soit, le carré magique numérique servant de base à la totalité des
psaumes se présente sous la forme suivante, spécifique dans sa présentation à
cette application rituelle :
La numérotation en est immuable et va servir à ,
l’établissement des carrés de chaque psaume qui seront établis dans un second
temps.
Chaque nombre figurant la numérotation des cellules du carré va faire
l’objet d’un calcul individuel faisant entrer le « Nombre du psaume », la «
Soustraction » et « l’Algèbre » propre à chaque psaume.
Pour ce faire, certaines cascs sont baptisées «casa de l’Algèbre », ce sont
les cases numéro I – 3 – 11 – 20 – 24. Pour remplir celles-ci, on multiplie le
numéro de chacune d’elle par la « soustraction » du psaume et on additionne au
résultat « l’Algèbre » du psaume.
Exemple pour le psaume 1.
Case I : (352 x 1) + 10 = 362
Case 3 : (352 x 3) + 10 = 1066
Case I l : (352 x I 1) + 10 = 3882, Etc.
Pour les autres cases de la grille, on se contente de multiplier la «
Soustraction » du psaume par le nombre de la case sans ajouter l’algèbre.
Exemple pour le psaume 1.
Case 16 : 352 x 16 = 5632 Case 10 : 352 x 10 = 3520
Idem…
Case 2 : 352 x 2 = 704 Etc.
La case centrale est laissée vide pour y inserire la requéte pour laquelle on
a recours au psaume. Pour sette opération, il existe deux varianIcs, dont une
scule est praticable pour un utilisateur occidental, ne possédant pas la langue
copte.
Le but de la demande est résumé par une phrase précise décrivant le
l’objectif de la domande. On effectue l’addition des lettres du texte, ce résultat
numérique est ensuite inscrit à
rouge dans le carré central (voire rituel).
L’autre méthode est plus simple, on écrit dans le carré centrai le nom de
l’Ange (voir rituel) servant du psaume suivi du prénom du demandeur suivi du
prénom de sa mère, la domande étant effectuée verbalement au cours du rite,
ou inserite à la suite du sceau, parfois du texte du psaume. Cotte dernière
méthode est la plus courament utílisée, car de nombreux religieux, simples
diacres ne possèdent pas une culture suffisante pour se livrer à des calculs
compliqués.
Voici le carré de base servant à ces pratiques :
Exemple de carré numérique (sceau pentaèdre) de base servant à la
construction des carrés magiques des psaumes. Les Cases de I’algèbre sont
repérées par une petite astérisque à la suite du nombre de la case. On
remarquera que l’addition de « l’Algèbre » (le dividende), cases repérées par des
astérisques, est astucieusement répartie de manière à figurer sur chaque tigne
et sur chaque colonne de fapon à ne figurer qu’une seule fois dans les
opérations d’additions effectuées pour la vérification, puisque dans celle
vérification on refait le calcul à l’envers. Le nombre étant le résultat de la
multiplication du dividende, par le diviseur, plus le reste (méme si l’opération a
été fractionnée pour les besoins de remplissage des différentes cases).
N.B. Il existe également plés sceaux tripliques, carrés numériques de cóté
trois, de neuf cases. Bien que l’emploi en soli fréquent chez les Coptes én raison
d’une plus grande simplicité de calcul, les carrés de cet ordre sont moins
efficaces. On leur préferera donc les sceau pentaèdre, base de la présentc
étude. La seule difficulté des sceaux pentaèdres étant constituée par le nombre
de calcul. Cet inconvénient est lei évité, puisque les carrés numériques vous
sont proposés déjà calculés.
Les sceaux triplique, limitent considérablement la possibilité de recherche
des entités angéliques. Ils sont principalement utilisé par les religieux
spécialistes des guérisons, l’emploi des sceaux pentaèdre étant réservé pour les
opérations plus importantes et les maladies plus conséquentes.
Le carré numérique du psaume, après calcul devient semblable à l’exemple
suivant :
re timeripie Chi pSalIr
La vérification d’un carré numérique une Pois terminée est effectuée en
additionnant chaque ligne horizontale. La .somme obtenue étant égale au
nombre du psaume (voire encadré précédent), sans tenir compte du nombre de
la case centrale correspondant à la requéte.
Rcmarque.
Le nombre d’opération arithmétique couvrant la déterrnination des grilles
des 151 psaumes de David s’élève à 3.624. Lesquelles figurent dans la suite de
cet ouvrage dont la totalité des carrés numériques ont été calculés. Ne sont pas
compris dans ce chiffre les opérations annexes : calcul du nombre du psaume,
Algèbre, Soustraction, jour, heure etc.
Operations « rrragiques » sur les grilles numériques.
Avant de procéder à une utilisation quelconque des psaumes, l’opérateur,
généralement religieux, devra déterminer les noms de certaines entités
attachées à ces derniers. Ces entités, parfois nommés Angcs, Rois ou
Seigneurs possèdent des noms qui sont le résultat d’opérations arithmétiques
opérées sur les nombres/lettres des alphabets copre ou arabe figurant dans les
cases (ou maisons) des différentes grilles.
Tableau N° 2 – Correspondance valeurs numériques, alphabet arabe – Transcription
phonétique des lettrcs (dans la
prononciation utilisée par les Coptes).
Indépendamment de ces calculs, chaque psaume possède


 un Ange ou « Servant du psaume », qui èorrespond au tour de récitation du
texte.

1 – Dimanche. Mikhail (Michel)


2 – Lundi. Gabrail (Gabriel)
3 – Mardi. Rafail (Raphaél)
4 – Mercredi Surail
5 – Jeudi Israfi I
6 – Vendredi Saratial
– Samedi Azrail
Pour un usage courant (simple demande ou prière), on utilise le rituel
norma! (voire rituel), avec l’un de ces Anges. Pour des demandes plus
complexes, on déterminera les 7 Anges ou Rois (et impératìvement le premier
Roi et le cinquième) des psaumes selon la méthode qui suit. Selon la tradition,
les nous de ces Anges doivent “tre établis par l’opérateur lui-méme Oli de temps
avant le début de l’opération.
– Le premier Ange, ou Roi regoit son nom des cases (maisons) 16 et 26,
dont on additionne la valeur. On soustrait du résultat 51 et du nombre des
milliers on ramène au chiffre I. On additionne aux unités la différence entre le
chiffre des milliers primitífs et 1.
Par exemple pour un total de 6.500, on retire (5 x 1.000), reste 1.500
auquel on ajoutc + 5 = 1.505.
Le nombre restant est ensuite transcrit en lettre (Voir Tableau N° 2). On
obtient ainsi une succession de lettres quì corrcspondent aux premières lettres
du nom de l’ange, auxquelles on ajoute 4 lettres (toujours les mémes), formant
suffixe. Ces lettres sont : a + i + i + I – aTil ( prononcez ayyil), qui terrninent le
nom. 11 convient de souligner que la somme de ces 4 lettres correspond à 51,
que l’on a retiré précédemment. Ce suffixe « ari! » est l’équivalent dans la
tradition juive de la. kabbale aux terminaisons associés aux noms angéliques
obtenus de manière équivalente. Les suffixes hébreux étant EI, ou Al, qui
indiquent l’appartenance divine de l’entité – L’Ange, ou Malack, signifiant
messager, dans le sens d’émanation de Dieu, dont un des grands Noms est EL.
A titre d’exemple, le Premier Roi du carré numérique du psaume I est :
5.632 + 9.152 = 14.784
14.784 – 51 = 14.751.
14.751 – (13 x 1.000) = 1.751
1.751 + 13 = 1.764

t –
1. 764 = R(a) + Z + Sha + D + (Arf1). i


 soit : Raz’shadayyil

QLe 2ème Roi regoit son nom des 2 cases 26 et 4.
crr ‘Le 3ème Roi des cases 20 et 4. Le 4ème Roi des cases I et
26.
i.
Le Sème Roi, ou Gouverneur du psaume, regoit son nom du nombre du
psaume, sur lequel on effectue la méme opération.
Le 6ème Roi regoit son nom de la case de la requéte (quand celle-ci est
rédigée en arabe ou en copte).
Le 7ème Roi tire son nom de la méme case, dont le nombre est multiplié
par 4.
Ces deux derniers anges ne sont que rarement employés, le Gouverneur
est par contre très important.
Le nombre total de noms d’anges que l’on tire ainsi des 151 psaumes est
de 151 x 5 = 755 – En ne prenant pas en compre ceux tirés des différentes
requétes.
CHAPITRE 3
Pratiques rituelles opérativ’es
La procédure rituelle qui s’applique à l’utilisation pratique des psaumes de
David est rigoureusement fixée. Chaquc étapc est parfaitement définie. La plupart
des ouvrages traditionnels sont assez laconiques, difficiles à déchiffrer et souvent
confus. Ils sont heureusement complétés par un enseignement oral très vivant et les
opérateurs, la plupart du tcmps des religieux coptes, maintiennent cetre tradition.
La mise en ocuvre dcs psaumes se déroule en plusieurs
phases.
– Une phase préparatoire pour le célébrant, consistant en jéune et purifications
liminaires.
– Élaboration du carré numérique et recherche des
anges.
– Choix du phylactère et du sceau
– Rituel de demando proprement dit.
L’ensemble de ces opérations fait appel à quelques accessoires très simples
et divers fumigations spécialisées, qui sont décrites plus avant dans le texte (voire
liste et compositions des différents encens en fin de volume).
Préliminaircs.
L’opération d’invocation par les psaumes implique pour l’opérateur quelques
prescriptions qu’il devra suivre au pied de la lettre. 7?
Le jeune préalable de 7 jours, commenQant un lundi. Ce jéune est appliqué

du lever du Soleil à son coucher. La nourriture ne devant étre prise qu’après le


tombée de la nuit. Les précisions concernant celle dernière recommandation, noni
strictes. Pas de nourriture animale d’aucune sorte. Pain sans levain, consommation
de raisins secs, miei blanc, éventuellement quelques légumes crus ou cuits à la
vapeur.
Récitation du psaume 15 (sepefois) le matin ct le soir, un bain d’eau pure
chaque jour et le port de vétements de matières naturelles.
Durant le ritucl ce vétemcnt doit étre constitué d’une longuc tunique de couleur
noirc pour les ccclésiastiques ct de couleur bianche pour les laique, bien que les
religieux puissent égalemcnt utiliser le blanc. Les pieds seront nus, chaussés de
sandales.
La pièce où sera effectuée la première partie de l’opération (rédaction du carré
numérique, du sceau et du phylactère) dcvra (tre peti mcubiée et les murs peints en
blanc. La plupart du temps il s’agira d’un « oratoire », Haikal (sanctuairc) ou d’un lieti
consacré à l’étude, à l’exclusion des lieux où se consomme dc la nourriture.
La deuxième phase de l’opération (invocation) sera effectuée en extérieur.
Elaboration du carré numérique, du sccau et du phylactère (réalisation pratiquc).
Considérant quc la nature de la demande a été définie, quo le choix du psaumc
est effectué, que le jour et l’heure ont été fixés, l’opérateur se livrcra à l’élaboration
du carré numérique et opérations annexes.
Le carré numérique devra étre tracé sur un support de papier blanc, sans ligne
ni carreaux. Il sera établi à la main avec une encrc noire dans laquellc on mélangera
quelques gouttes d’eau de rose, d’esscncc de niusc et de safran.
Dans la pratiquc, on recopiera le carré numérique du psaumc tel qu’il figure
dans le présent ouvrage. Seul le carré centrai (ou maison), sera complété en fonction
de la demande. On y placcra le nom de l’ange servant du psaume, des noms ct
prénoms du demandcur et de sa mère suivit du texte formulant le souhait. Si ce
dernier est trop long (ce qui est généralement le cas), celui-ci sera écrit sous la ligne
inferieure du carré.
Le psaume ou partir du psaume correspondant, sera écrit autour de l’enscrnble
de maniere concentrique (en spirale tournant dans le sens inverse des aiguilles
d’une montre), en détachant bien chaque lettre. Les religieux coptes utilisent leur
langue pour la rédaction de ce tcxte, vien ne s’oppose à ce que celui-ci soit écrit
dans la langue de l’utilisateur.
A la suite, sur la méme feuille, seront tracés, la clef et le sccau correspondant
(qui figurent à la suite de chaque psaume dans la partie du livre consacrée à ce
sujet).
La cid et le sccau – la clef appclée qalfati, ou phylactère sera soigneusement
recopiée. Elle constitue une sorte de « programme » activant l’ensemble, selon la
tradition. Elle est
complété par le sceau, ou talisman du psaume, sorte de yantra d’appel des entités
angéliques. Dans certains cas ce phylactère
est recopié sur un morceau de papier ou de parchemin pour étre (- rcmis au
demandcur.
Durant ce travail, le praticien fora brúlcr un « encens composé » dans un
brtile-parfum en terre cuite. Il utilisera un ou deux cierges comme éclairage.
Composition de l’encens
Bois d’aloès (poudre).
Bois de santa! rouge (poudre). Resine de lentisque.
Graines de cardamene (concassées) Benjoin rouge (benjoin de Siam ?).
Avant d’écrire la dcmande, l’opératcur récitera la formule suivante :
« Soit convoqué, 6 servant de ce psaume, pour (énoncer , la demande en
précisant le nom du demandeur suivi de celui de
sa rnère). Que Dieu accordo sa bénédiction en vous et sur vous. »
La mise en piace des éléments étant effectuée la feuille sera passée sept
fois dans la fumée de l’encens, puis on récitera 15 fois le texte suivant :
«Je vota adjure, 6 assemblé des esprits spirituels, et vous, 6 Rois et anges
vénérables, purs, vertueux, et vous les étres sub.vtantiels, et vous les spectres
luttrineux, serviteurs de ce noble et sublime sceau ; qu’il vous soit assigné et
soumis. Qu’il le convienne, 6 Roi Gahairand, et toi 6 maitre Azhar&i, et toi 6 maitre
Dentahúil, et toi 6 maitre Wouanehdd. Recevez et élevez ceci et ceci (désigner le
phylactère et le sceau) à la convenance du maitre Zanzaghail, 6 juge et
dominateur de ceux qui sont sous toi afin qu’ils accomplissent ce que je leur
demande à la convenance du maître Uasqaghttil, 6 puissant et dominateur de
ceux qui sont sous toi, qu’ils accomplissent ce que je leur demande à la
convenance du maitre Kdaghail le Tertne. Il convieni, 6 maitre Kadagluiil, 6 terme
et dominateur de ceux qui soni sous toi, qu’ils accomplissent ce que je leur
demande à la corwenance du Seigneur qui m’a créé et t’a aussi cré, et à la
convenance du Mystère des mystères, de la. Lumíère des lumières, et à la
convenance du nom Magnifique aui est en premier « al » et c’est « bii batkah
betkafalin pa l’effort de ka’i mim Fai », il test soumis, 6 « al », toi dont le nom est
grand, 6 « al ». Qui entend ton nom est esprit et verge de foudre, et que la foudre
consume, 6 Ghalzirial. Consume la
désobéissattée à ton nom, ó Dieu. Je vous adjure et vous conjure par le monde
invisible, grand et élevé, par la convenance du nom que vous avez reot devant la
porte du haikal grand sublime, Ba’alslzéqsh, Ba’alsluksh, Mahrílqsh, Mahr’àqsh,
Aqashénzaqslz, Aqashémaqsh, SIzaqnuitzlzsh, Shaqmílnhsh, Shaqnzatzlzslz,
Shaqtminhsh, et celai qui s’oppose à la mémoire du Seigneur sera poursuivi de
douleurs continuelles et par la convenance de Ahyd Slzar”dlzydi Adùnar, Seigneur
Sabaorh, asShaddadii, qu’ils se pressent, viens, viens, vite, vite, maintenant,
rnaintetzant, que Dieu bénisse en vous et sur vous. »
Au terme de cetre incantation, la feuille sera pliée en deux, puis en quatre,
puis en triangle par trois fois.
Le praticien récitera ensuite le renvoi du Roi du lieu en brillane dans le brale-
parfum de la poudre de graines de coriandrc séchée :
« ó Baghnu2sh, ó Bagiztizzish, ó Laghmash, ó Laglznzash,
Glzanuish, é Glzénzuslz, Marsh, Mariash, soyez illustres, illustres possesseurs
du grand nom. La terre rampe devant vous, les vents soufflent devant vous, les
météores se précipitent sur vous, les cieux de leur hauteur, font pleuvoir le feu et les
ésincelles, et les noms du Dieu Magnifiquevous entourent, habitants de ce lieu,
jusqu’à ce qu’ils s’élèvent à l’exécution de ma demande et qu’ensuite ils reviennent
dans leur lieu. Viens, viens, vite, vite, maintetzatzt, nzaitztenant.
Dire ensuite un Pater…
La dernière phasc du travail va pouvoir débuter. Celle-ci sera effectuée à
l’extéricur, dans un endroit calme, loin des rcgards indiscrets. Le dcmandeur pourra
étre présent.
L’opérateur disposera un faisceau dc trois branches de grenadier liés à leur
sommet et il attachera par un fil de coton le triangle de papier sur lequel se trouve le
carré nurnérique, le psaume le phylactère et le sceau, qui pendra quelques
centimètres en dessous. Sous cet ensemble, sera déposé le brCileparfu m.
Sclon le type de la demande, ce rituel pourra étre répété plusieurs fois, on
conservera donc le papier pour cet usage avant de le remettrc au dcmandeur.
Renvoi des babitanis du lieu
Cette partic du rituel est un « exorcisme » destiné à renvoyer les « habitants »
occultes du lieu de travail. Le texte doit atre lu à haute voix sept fois de suite. Durant
certe récitation, on fera brffler un mélange d’encens d’oliban et de graines de cori a
nd re.
« Mrtnush, Yàrtnush, Ayalermush, Ayalermilslz, Ranzilsh, Ramilsh, Marsh,
Marifiss, Gal e! Cali.
Illustre des illustres, possesseur du gratul nom, la terre rampe devant vous, et
les cieux se précipitent vers vous. Les noms du Dieu magnifique vous entourent, ó
habitants de ce lieu, jusqu’à ce que vous soyez renvoyés de ce lieu. Que vous et
vos chefs, vos fetnmes et vos serviteurs, vos esclaves et vos proches, qu’ils soient
tous mon afide dans la réalisation de ma demande, qu’ils ne s’opposent pas à moi,
ni à mon ceuvre, par la convenance de Tarish, le Roi de ce lieu, et si la terre
tremble et se fend, alors l’homme pourra dire : qu’y a-t-il ? Cela annoncera que ton
Seigneur parlera et qu’il dispersera les gens.
Ashàtaatan, Ashàtaatan.

A la fin de ce texte dire 3 Pater et 3 Credo.
On termincra par la formule
« Pars, ó Roi, comme je t’en autorise, que tu t’en aille sur ton chemin en paix,
par le pouvoir de Dieu qui m’a créé et qui t’a créé. »
On dira ensuite le serment de la clef des psaumes 7 fois également .
Serment de la clef.
« Notre Dieu, par la convenance de
AdCznai, Seigneur Shabaot, as-Shaddai, en Premier et en Dernier, Aràdidl, le noni
Magnifique, le trois fois généreux : Arnan, Adzinai, Abintakhda’útz, messager de
Saturne, conseiller de Satume, Tatrzlékhis, Tamlékhis, piace de Ashhabà’t,
Alishabat, crainte et soutnission à tous les noms du Dieu Grand.
Viene ensuite la lecture du psaume concerné et la formulation de la demande.
Le psaume correspondant sera lu 7 fois, et la demande réitéré à 7 reprises. On
brellera toujours le mélange d’encens d’oliban et de coriandre (sauf indications
spécifiques à quelques psaumes).
Puis on chiturera par la lecture du psaume 15 (Gardemoi, 8 Dieu, mon refuge
est en toi…), qui sera lu également 7
fois.

On terminera le rite, par la fermeture traditionnelle :



Fermeture du
« En sarefo besselem, bazaka balla fiy kum wa hall ikum beark asmaj chamaj
alla aailli allekoul bajarr kadartum hagueti in sarefo besselem. Amen, Amen, Amen. »
« Allez en paix, légèrement et lourdement, que la paix soit entre vous et lious.
Que Dicu bénisse en vous et sur vous. »
Récitez ensuite 3 Pater
Excmple d’une page d’un manuscrit Copte (Le guide ± l’aveugle…) sur les Psaumes dc David, ayant servi pour
la redaction présent ouvrage, d’après une étudc de l’Institut Frangais d’Archéologie Orientale du Caire.