Sei sulla pagina 1di 3

II-VOTI DEI CONSULTORI TEOLOGI

VOTO I
1. Cenni biografici
A Saint-Antoine de Lavaltrie, in Canada, il 27 gennaio del 1894 nacque la Serva di Dio
Rosalie Cadron-Jetté e fu battezzata lo stesso giorno. Ricevuta il sacramento della
confermazione il 13 luglio 1807, all’età di 17 anni, il 7 ottobre 1811, andò in sposa al signor
Jean-Marie Jetté, di 33 anni. Dalla loro unione, tra il 1812 e il 1832, nacquero 11 figli, dei
quali 5 morirono prematuramente.
Nel 1822, la famiglia Cadron-Jetté, spinta dalla necessità di trovare un luogo idoneo per
assicurare un futuro ai propri figli, si trasferì da Lavaltrie a Verchères e, dopo altri due
anni, a Saint- Hyacinthe. Seguirono anni di dure vicissitudini economiche: la Serva di Dio e
suo marito affrontarono non pochi sacrifici per mantenere la propria famiglia. Il 14 giugno
1832 mori Jean-Marie Jetté e Pierre, figlio della Serva di Dio nonché maestro calzolaio che
era diventato il principale sostegno economico della famiglia. Frattanto però alcuni figli e
figlie della Serva di Dio si sposarono e le difficoltà economiche della famiglia diminuirono.
Nel 1840 il Vescovo diocesano di Montréal Mons. Ignace Bourget chiese alla Serva di Dio di
occuparsi delle ragazze-madri e dei loro bambini. Rosalie si mise a disposizione cominciando
a interessarsi di queste giovani mamme, trovando per loro e per i loro figli adeguata
accoglienza presso buone famiglie.
Avviò in tal maniera la sua grande opera di misericordia, non solo verso queste giovani madri
ma indirettamente anche verso altre persone che furono aiutate dalla Serva di Dio nel
cammino di fede.
La biografia della Positio indica alcune di queste figure: il sig. Joseph Labelle, il sig. Joseph
Loiseaux, alcune donne ‘pentite’ ecc. (lnformatio, p. 408).

II-VOIX DES CONSEILS THÉOLOGIENS


VOTE I

1. notes biographiques
A Saint-Antoine de Lavaltrie, Canada 27 Janvier 1894, le Servante de Dieu est né
Rosalie-Jetté Cadron et a été baptisé le même jour. A reçu sacrement de la
Confirmation Juillet 13, 1807, à 17 ans, Octobre 7, 1811, a été mariée à M. Jean-Marie
Jetté, 33 ans. De leur union, entre 1812 et 1832, 11 enfants sont nés, dont cinq sont
morts prématurément.
En 1822, la famille Cadron-Jetté, motivée par la nécessité de trouver un endroit
convenable pour assurer un avenir à leurs enfants, a déménagé à Lavaltrie Verchères,
et après deux ans, Saint-Hyacinthe. S'ensuivent par des années de dures vicissitudes
économiques: la Servante de Dieu et son mari font face à beaucoup de sacrifices pour
soutenir leurs familles. Est mort le 14 Juin 1832, Jean-Marie et Pierre Jetté, fils de la
servante de Dieu et maître cordonnier qui était devenu le principal soutien de la
famille. Pendant ce temps, des fils et filles de la Servante de Dieu se sont mariés et les
difficultés économiques de la famille a diminué.
En 1840, l'évêque diocésain Mgr Ignace Bourget de Montréal a demandé la Servante de
Dieu de prendre soin des mères célibataires et de leurs enfants. Rosalie se rendit
disponibles à partir à s'intéresser aux ces jeunes mères, de trouver pour eux et pour
leurs enfants un accueil adéquat dans les bonnes familles.
Commencé de cette manière sa grande oeuvre de miséricorde, non seulement pour ces
jeunes mères, mais indirectement aussi à d'autres personnes qui ont été aidés par la
Servante de Dieu sur le chemin de la foi.
La biographie de la Positio indique certains de ces personnages: M. Joseph Labelle, M..
Joseph Loiseaux, «repentir» des femmes et ainsi de suite. (Lnformatio, p. 408).

II - Voti dei Consultori Teologi

Dopo 5 anni di intenso lavoro, Mons. Bourget, in un incontro con la Serva di Dio, chiese di
individuare un luogo adeguato per poter accogliere sia le mamme in difficoltà sia i bambini
talvolta abbandonati. All’inizio la Serva di Dio si dichiarò incapace di intraprendere un lavoro
di tal tipo, ma poi si sottomise pienamente al desiderio del Vescovo e cominciò il lavoro
commissionatogli.
Dopo alcune tensioni con i propri figli, 1’ 11 maggio del 1845 la Serva di Dio confermò la sua
volontà di erigere una comunità religiosa che si occupasse delle ragazze-madri e dei loro
figli, secondo il desiderio del Vescovo (Informatio, p. 409). Fu fondato cosi l’ospizio di S.
Pelagio a Montréal e dopo soli due mesi arrivò la prima aiutante: la sig.ra Sophie Desmarêts,
una vedova di 50 anni. Durante gli anni 1845 e 1846 entrarono nell’ospizio 33 ragazze-madri
e la Serva di Dio divenne madrina di 23 bambini. Con l’approvazione del Vescovo diocesano, le
aiutanti che nel frattempo giungevano per partecipare all’opera della Serva di Dio, la
elessero il 6 novembre del 1846 quale loro superiora.
Il 16 gennaio del 1848, la Serva di Dio, insieme a sette sue compagne, emise i voti perpetui e
il nuovo istituto ricevette il nome di “Suore di Misericordia”. Con i voti religiosi, la Serva di
Dio Rosalie ricevette il nome di Madre della Natività. Nello stesso momento della fondazione
dell’istituto e dell’emissione dei voti fu anche deciso che le suore diventassero delle
ostetriche specializzate al fine di assistere le ragazze madri sia nell’ospizio sia a domicilio.
Il 17 gennaio del 1848 ci furono nuove elezioni e fu nominata superiora della famiglia
religiosa Sr. Sainte-Jeanne-de- Chantal, mentre la Serva di Dio fu eletta consigliera e
infermiera per le ragazze-madri e i loro bimbi. La Positio riferisce in proposito:

II - Taux de consulteurs théologiques

Après 5 ans de dur travail, Mgr Bourget, dans une réunion avec le Servante de Dieu, il
a demandé de trouver un lieu approprié pour accueillir les mamans et les enfants en
difficulté parfois abandonnées. Lors de la Servante de Dieu s'est déclaré incapable
d'entreprendre un travail de ce genre, mais ensuite cédé entièrement à la volonté de
l'évêque et a commencé l'œuvre commandée.
Après quelques tensions avec leurs enfants, 1 '11 mai 1845 la Servante de Dieu a
confirmé son intention de construire une communauté religieuse qui a pris en charge
des mères célibataires et de leurs enfants, selon le désir de l'évêque (Informatio, p 409.
). Elle a été fondée afin de l'hospice de Saint-Pélage à Montréal et après seulement deux
mois est venu le premier assistant réalisateur: Mme Sophie Desmarets, une veuve de
50 ans. Pendant les années 1845 et 1846, les 33 centres de soins palliatifs entré mères
célibataires et le serviteur de Dieu s'est fait marraine de 23 enfants. Avec l'approbation
de l'évêque diocésain, les aides dans le temps est venu de participer à l'œuvre du
Serviteur de Dieu, élu Novembre 6, 1846, que leur supérieur.
Le 16 Janvier 1848, la Servante de Dieu, avec ses sept compagnons, prit ses vœux
perpétuels et le nouvel institut a été donné le nom de "Sisters of Mercy". Avec les voeux
religieux, la Servante de Dieu Mère Rosalie reçut le nom de la Nativité. Dans le même
temps la fondation de l'institut et la question de la voix a également été décidé
que les sœurs de devenir des sages-femmes spécialisé pour aider les mères célibataires
à la fois à l'hospice et à la maison.
Le 17 Janvier 1848, il y étaient de nouvelles élections et a été nommé supérieur de la
famille religieuse Soeur Sainte-Jeanne-de-Chantal, et la Servante de Dieu a été élu
conseiller et infirmière pour les mères célibataires et leurs enfants. La Positio se réfère
à cet égard:
«La nouvelle supérieure traite quelquefois durement Mère de la Nativité, et
s’arroge le titre de fondatrice; la Servante de Dieu supporte tout dans le silence et la
paix intérieure, donnant sans compter tous les moments de sa vie à Dieu, dans la
prière et dans un service généreux aux filles et aux femmes nombreuses admises à la
Maternité de Sainte-Pélagie» (Presentazione, p. 6).