Sei sulla pagina 1di 6

La superstition et le mauvais augure

Madina

Cheikh Housséïn Aali Ach-Cheikh


Vendredi 8/2/1426 (18/3/2005)

O Hommes !

Je vous recommande, ainsi qu’à moi-même, la crainte d’Allah (le Puissant et le Haut), car
celui qui Le craint et place sa confiance en Lui, Il le protégera.

O Musulmans !

Parmi les exigences de la foi correcte et de la croyance en l’unicité d’Allah complète, le


fait que l’homme évite tout ce qui a un mauvais effet sur sa croyance et qui annule sa foi
en Allah (qu'Il soit glorifié et exalté), et parmi ces choses : se méfier de la superstition dans
tous ses aspects, et des égarements sous toutes leurs formes.

Et parmi ces superstitions : la croyance au mauvais augure pendant le mois de Safar,


ou le jour du mercredi du mois de Safar ou d’autres parties de ce mois ; ils imaginent
que pendant ce mois se produisent beaucoup de calamités, beaucoup de malheurs et
qu’ils n’ont pas la réussite dans ce qu’ils entreprennent ; alors, ils ne se marient pas
pendant ce mois, ils ne voyagent pas, et ils ne commencent aucun travail.
O Musulmans !

La croyance au mauvais augure pendant le mois de Safar et bien d’autres choses, fait
partie d’une croyance parmi les croyances de l’ignorance de l’époque préislamique, et
elle est une superstition des polythéistes et des païens ; elle change leurs directions,
arrêtent leurs déterminations, et elle les empêchent de rechercher ce dont ils ont besoin,
ainsi que leurs intérêts. Alors, la législation islamique est venue, la législation de la
croyance en l’unicité d’Allah, en annulant cela, en détruisant sa construction depuis sa
base, en délivrant les cerveaux de l’esclavage du paganisme et des égarements de
l’ignorance préislamique. Et nous allons parler de cette affaire importante qui est la
superstition et la croyance au mauvais augure, et la position de l’Islam face à cela.

Premièrement, la superstition est la croyance au mauvais augure concernant ce que


l’homme déteste, que ce soit une chose visible ou audible ; donc, quiconque veut
accomplir un acte comme le voyage ou le mariage ou d'autres choses semblables, puis
une chose l’empêche d’accomplir ce qu’il voulait entreprendre, soit une mauvaise chose
qu’il a vu, ou une parole qu’il a entendu, ou une connaissance présente comme le mois
de Safar ou d’autres choses parmi les périodes ou les endroits, tombera alors dans la
superstition que l’Islam a interdit. Et la compréhension de la superstition dans l’Islam
est : ce qui pousse l’homme à poursuivre ce qu’il voulait faire parce que son coeur s’en
est remit à ce qu’il a vu ou entendu, il tombera alors dans la superstition et la croyance
au mauvais augure, et il est rapporté que le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(La superstition est ce qui t’a fait poursuivre ton acte ou qui t’a empêché de
l’accomplir) Rapporté par Ahmed.

Deuxièmement : la croyance au mauvais augure du point de vue de l'Islam fait partie


des illusions, des absurdités et des hallucinations, et il est obligatoire de la combattre et
de l'extirper à partir de ses racines et de sa base, le prophète (qu'Allah prie sur lui et le
salue) a dit :

(Il n'y a pas de "Adwaa" [la croyance à la contagion : croire que les maladies se
transmettent par elles-mêmes sans la volonté d'Allah], ni de superstition, ni de
croyance comme le pensaient les gens à l'époque de l'ignorance préislamique
que les os des morts se transforment en oiseau, ni de croyance au mauvais
augure pendant le mois de Safar) Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.

La négation ici concerne la permission et l'effet, c'est-à-dire que ces choses n'ont aucun
effet par elles-mêmes pour l'apport du bien ou pour repousser le mal. Et la superstition
- serviteurs d'Allah - fait partie du polythéisme qui est incompatible avec la croyance en
l'unicité d'Allah qui est obligatoire, d'après Ibn Mass'ôud (qu'Allah soit satisfait de lui) le
prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(La superstition fait partie du polythéisme, la superstition fait partie du


polythéisme !) Rapporté par Abou Daawoud et Tirmidhi.
Et si celui qui présage un mauvais augure, croit que cette chose au sujet de laquelle il
est superstitieux, accomplit des actes et a des effets sans la volonté d'Allah (qu'Il soit
exalté), ceci fait partie alors du polythéisme majeure, car il l'a rendu associée à Allah (qu'Il
soit exalté) dans la création.

Cher frère musulman !

Celui qui croit au mauvais augure et le superstitieux, ne sortent pas de deux cas :

Le premier cas : qu'il arrête de poursuivre ce qu'il voulait entreprendre à cause de qu'il a
vu ou entendu ou à cause d'une période ou d'un endroit, en pensant que ceci est une
cause qui empêche la réussite et parce qu'il a peur de la corruption de ses affaires et de
ses besoins ; et ceci fait partie de la plus grande superstition et de la plus grande
croyance au mauvais augure. Et il a été rapporté que le prophète (qu'Allah prie sur lui et le
salue) a dit :

(Quiconque arrête d'accomplir ce qu'il voulait entreprendre à cause de la


superstition, sera alors polythéiste) rapporté par Ahmed.

Le deuxième cas : qu'il poursuive ce qu'il veut entreprendre mais il est inquiet et
soucieux, il a peur que cette chose au sujet de laquelle il est superstitieux soit la cause
de la corruption de ses besoins ; ceci aussi est interdit, et c'est une déficience dans la
croyance en l'unicité d'Allah et dans le fait de s'en remettre à Allah (qu'Il soit exalté).

O Musulmans !

Celui qui ressent dans son coeur quelque chose concernant la superstition, doit s'en
méfier et il doit le repousser en plaçant sa confiance en Allah (qu'Il soit exalté) et en s'en
remettant à Lui, d'après Ibn Mass'ôud (qu'Allah soit satisfait de lui) le prophète (qu'Allah prie
sur lui et le salue) a dit :

(La superstition fait partie du polythéisme, il nous vient à tous quelque chose de
la superstition dans le coeur mais Allah le fait partir avec la confiance en Lui)

Rapporté par Tirmidhi.

Et celui qui ressent dans son coeur quelque chose de la superstition, doit se diriger vers
Allah (qu'Il soit exalté), et il doit L'invoquer avec ce qui a été rapporté du prophète (qu'Allah
prie sur lui et le salue) ; et parmi ceci, ce qu'a rapporté Abou Daawoud, d'après 'Ourwah
ibn 'Aamir (qu'Allah soit satisfait de lui) qui a dit :

- "On mentionna la superstition dans l'assemblée du messager d'Allah (qu'Allah prie sur lui
et le salue), il dit alors :
(La meilleure chose est d'avoir un bon présage, et il n'empêche pas un musulman
d'accomplir ce qu'il voulait entreprendre ; et si l'un d'entre vous voit ce qu'il
déteste, qu'il dise : "O Seigneur ! C'est Toi seul qui fais venir les bonnes choses,
et c'est Toi seul qui repousses les mauvaises choses, et il n'y de puissance ni de
force qu'en Toi").

Et la parole du prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) :

(O Seigneur ! Il n'y a pas de bien sauf Ton bien, et il n'y a pas de superstition sauf
ce que Tu as prédestiné, et il n'y a pas d'autre divinité que Toi).

Donc, celui qui place sa confiance en Allah, en accrochant son coeur à Allah (qu'Il soit
exalté) par peur de Lui et en plaçant son espoir en Lui, et ne se retourne pas vers ces
choses, puis dit les invocations qu'on lui a ordonné de dire, et poursuit ce qu'il veut
entreprendre, ceci [la superstition] ne lui causera aucun tort, par la grâce d'Allah. Et
celui qui n'est pas sincère en plaçant sa confiance en Allah (qu'Il soit exalté) et qui suit le
diable en croyant au mauvais augure et à la superstition, peut être puni en tombant
dans ce qu'il déteste, car il s'est détourné de l'obligation de la foi en Allah qui détient tout
bien dans Ses mains, Il est celui qui l'apporte au serviteur par Sa volonté, et Il est celui
qui éloigne les préjudices [le mal] du serviteur par Sa puissance, Sa douceur et Sa
bienfaisance.

O Musulmans !

Et le dernier point concernant ce sujet est ce qui a été rapporté dans les deux recueils
de hadiths authentiques, la parole du prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) :

(Il n'y pas de "Adwaa" ni de superstition, et j'aime le bon augure). On lui demanda :

- "Qu'et-ce que le bon augure ?". Il dit :

(La bonne parole).

Le bon augure est tout ce qui encourage à l'homme à achever son action parmi les
bonnes paroles et les bons actes sans s'en remettre à ces choses, mais en s'en
remettant à leur Créateur et Celui qui est à l'origine de ces choses, et c'est Allah (qu'Il
soit exalté). Un savant a dit :

- "Et le bon augure lui plaisait (qu'Allah prie sur lui et le salue) car la croyance au mauvais
augure correspond à avoir une mauvaise pensée d'Allah (qu'Il soit exalté) ; et le bon
augure [l'optimisme] correspond à avoir une bonne pensée de Lui (qu'Il soit exalté). Et le
musulman doit toujours penser du bien d'Allah (qu'Il soit exalté) dans toutes les situations".
Le bon augure - serviteur d'Allah - augmente l'énergie et le courage de l'homme dans ce
qu'il entreprend, ainsi sa poitrine s'épanouit et son coeur se réjouit, et l'étroitesse que le
diable met dans son coeur disparaît. Tandis que la croyance au mauvais augure fait que
l'homme soit accroché à la chose qui le rend superstitieux, et cela signifie que sa
confiance en Allah (qu'Il soit exalté) est faible, et qu'il arrête d'accomplir ce qu'il voulait
entreprendre à cause des mauvaises choses qu'il a vu ou entendu ; Tirmidhi a rapporté
d'après Anass (qu'Allah soit satisfait de lui) que le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue)
aimait entendre lorsqu'il sortait pour entreprendre quelque chose :

"O Bien guidé ! O Toi qui est favorisé par le succès !".

Donc, craignez Allah - ô musulmans -, et sachez que ce qui vous a atteint ne pouvait
pas vous manquer, et que ce qui vous a manqué ne pouvait pas vous atteindre ; placez
donc votre confiance en Allah (qu'Il soit exalté), en vous remettant à Lui.

Deuxième sermon :

O Musulmans !

Je vous recommande la recommandation d'Allah (qu'Il soit exalté) pour Ses serviteurs nuit
et jour, en secret et en public, qui est la crainte d'Allah (qu'Il soit exalté) et être assidu
dans Son obéissance.

O Musulmans !

Celui qui s'accroche à l'anse de la croyance en l'unicité d'Allah la plus solide, ainsi qu'à
la corde d'Allah, et place sa confiance en Allah (qu'Il soit exalté), coupera la pensée de
superstition avant qu'elle ne se fixe complètement [dans le coeur] et il ne laissera pas
les pensées de superstition se compléter ; Ik'rimah a dit :

- "Nous étions assis dans l'assemblée d'Ibn Abbaass (qu'Allah soit satisfait de lui et de son
père), un oiseau passa alors en criant ; un homme dit :

- "C'est un bien". Ibn Abbaass lui dit alors :

- "Ni bien ni mal".

Il s'empressa de le désapprouva afin qu'il ne croit pas que ceci a un effet pour le bien ou
le mal. Et Taawousse (qu'Allah lui fasse miséricorde) sortit avec un ami dans un voyage,
puis un corbeau cria, l'homme dit alors :
- "C'est un bien". Taawousse dit :

- "Quel est le bien dans cela ? Ne m'accompagne pas !".

Et sachez - serviteurs d'Allah - que le temps est une créature d'Allah (qu'Il soit exalté) ; au
cours de ce temps, se produisent les actions des fils d'Adam, et chaque temps [période]
que le croyant utilise pour l'obéissance d'Allah (qu'Il soit exalté) est un temps béni pour lui ;
et chaque période que l'homme utilise dans la désobéissance d'Allah est une période de
malheur pour lui. Et sachez que les périodes qui ont le plus de bénédiction sont celles
qui sont passées dans l'obéissance d'Allah (qu'Il soit exalté).

http://www.alharamainonline.net/