Sei sulla pagina 1di 3

J Fr. Ophtalmol., 2006; 29, 8, 929-931 © 2006. Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés

COMMUNICATION DE LA SFO

Luxation intracamérulaire du tube en Supramid de valves de Krupin courtes plus de 13 ans après leur implantation

À propos de deux cas

F. Forestier, K. Bendeddouche, S. Abid, A. Salvanet-Bouccara

Service d’Ophtalmologie, Centre Hospitalier Intercommunal, Villeneuve-Saint-Georges. Correspondance : F. Forestier, Service d’Ophtalmologie, CHI de Villeneuve-Saint-Georges, 40, allée de la Source, 94190 Villeneuve-Saint-Georges. Communication affichée lors du 111 e congrès de la SFO en mai 2005. Reçu le 4 août 2005. Accepté le 14 février 2006.

Anterior chamber migration of Supramid tube from short Krupin valves after more than 13 years of implantation. Two case reports

F. Forestier, K. Bendeddouche, S. Abid, A. Salvanet-Bouccara

J. Fr. Ophtalmol., 2006; 29, 8: 929-931

Introduction: In 2004, the authors had to remove two short Krupin valves because the Supramid tube of these valves implanted 13 years previously had migrated into the anterior chamber. Case report: The first case was treated in April 2004, the second in November 2004. These valves had been implanted in January 1991 and August 1983 respectively; both because of insufficient, intense general and local medical treatments for vascular glaucoma: post- traumatic for one and neovascular glaucoma after central retinal vein occlusion for the other. Results: In 2004 in each case, the authors performed the extraction, with Healon, of the Supramid tube that had migrated into the anterior chamber and the dissection of the previous scleral flap, which allowed them to uncover and extract the Silastic scleral tube whose split distal end continued to allow seepage of aqueous humour. The two lateral Supramid arms used to stitch the valve were also removed. The two valves were replaced with a Molteno glaucoma drainage implant. Follow-up was simple. Discussion: Since February 1981, several Krupin valves, first short, then long, were placed in the Ophthalmic Ward of the Villeneuve St Georges Hospital in France. The authors discuss their structure and evolution. The design of these valves, at first made of two different mate- rials (an intracameral Supramid tube followed by a intrascleral Silastic tube) evolved toward a draining tube made from the same material for its entire length, preventing the disconnection of the two tubes. A literature review retraces the history of the device and the modifications over time. Conclusion: These old Krupin valves have stabilized the IOP for several years in numerous glaucoma patients who did not respond to intense medical treatments. Their dual-material concept was redesigned in favor of a single tube that could no longer become a mobile intra- ocular foreign body.

Key-words: Krupin valve, intracameral Supramid tube, intracameral foreign body, glaucoma.

Luxation intracamérulaire du tube en Supramid de valves de Krupin courtes plus de 13 ans après leur implantation. À propos de deux cas

Introduction : Au cours de l’année 2004, les auteurs ont procédé à l’ablation de deux valves de Krupin courtes pour luxation intracamérulaire du tube en Supramid de ces valves posées plus de 13 ans plus tôt. Observations : Un premier cas de luxation intracamérulaire du tube en Supramid d’une valve de Krupin courte a été traité en avril 2004, puis un second en novembre de la même année. Ces valves avaient été implantées respectivement en janvier 1991 et en août 1983, toutes deux

INTRODUCTION

Au cours de l’année 2004, les auteurs ont procédé à l’ablation de deux val- ves de Krupin courtes pour luxation intracamérulaire du tube en Supra- mid de ces valves posées plus de 13 ans auparavant. Ces valves courtes étaient compo- sées d’un tube en Supramid rattaché suivant un angle de 160 °, à un tube en Silastic au niveau de deux bras laté- raux en Supramid terminés par 2 pe- tites boules. Le tube en Supramid, de diamètre externe 0,58 mm et de diamètre interne 0,38 mm, était réséqué en biseau tourné vers la cornée de façon à pénétrer de 1 à 4 mm dans la chambre antérieure lors de l’implantation de ce dispositif. Le tube en Silastic placé dans la trappe sclérale avait une extrémité distale fendue horizontalement et verticale- ment permettant une fonction valve unidirectionnelle avec une pression d’ouverture de 11 à 14 mmHg et une pression de fermeture plus basse de 2 mmHg.

OBSERVATIONS

Cas n ° 1

Un homme, âgé de 52 ans, consulta en avril 2004 pour une sensation de

929

F. Forestier et coll.

J. Fr. Ophtalmol.

pour une réponse insuffisante à des traitements médicaux lourds locaux et généraux pour des glaucomes d’origine vasculaire : des troubles circulatoires post-traumatiques pour l’un et un glaucome néovasculaire post-occlusion de la veine centrale pour l’autre. Résultats : En 2004, il a été pratiqué dans chaque cas l’ablation sous Healon du tube en Supramid luxé en chambre antérieure et la dissection de la trappe sclérale précédemment réalisée. Cela a permis la mise en évidence et l’ablation du tube en Silastic intrascléral dont l’extrémité distale fendue laissait toujours perler l’humeur aqueuse. Les deux bras latéraux en Supramid servant à la fixation de la valve ont également été enlevés. Ces deux valves ont été remplacées par un drain de Molteno à un plateau. Les suites opératoires ont été simples. Discussion : Depuis février 1981, de nombreuses valves de Krupin d’abord courtes, puis longues ont été posées dans le service d’ophtalmologie de l’Hôpital de Villeneuve-Saint-Georges. La structure de ces valves et son évolution sont rappelées. La conception de ces valves qui se composaient au début d’un tube de drainage bi-composite (un tube intracamérulaire en Supramid se poursuivant par un tube intrascléral en Silastic) a évolué vers un tube de drainage composé du même matériau depuis sa portion intracamérulaire jusqu’à son extrémité valve intrasclérale, mettant donc

à l’abri de toute désunion des deux tubes. Cet historique et cette évolution sont retracés à travers la revue de la littérature.

Conclusion : Ces anciennes valves de Krupin ont permis la stabilisation tensionnelle pendant plusieurs années de nombreux glaucomes résistants

à des traitements médicaux lourds. Leur conception bi-composite a été repensée au profit d’un tube d’un seul tenant ne pouvant plus se trans- former en corps étranger intracamérulaire mobile.

Mots-clés : Valve de Krupin, tube intracamérulaire en Supramid, corps étranger intracamérulaire, glaucome.

trouble visuel droit due à un œdème de cornée fluctuant, secondaire au déplacement du tube intracamérulaire partiellement mobile en chambre antérieure. Ce patient avait eu en 1991 une pose de valve de Krupin courte en nasal supérieur, associée à une injection sous-conjonctivale de 5-FU en temporal inférieur en réponse à une hyper- tonie oculaire post-traumatique récidivante malgré l’as- sociation d’un traitement général et local majeur. En avril 2004, le patient présentait une luxation du seg- ment intracamérulaire, et un œdème de cornée ; son acuité visuelle corrigée à cet œil était de 3/10 e P2 et la 930 tension oculaire de 24 mmHg sans aucun traitement anti-HTO. Sous anesthésie générale, on procéda, après injection intracamérulaire de Healon, à l’ablation du tube en Supramid par une incision cornéenne limbique sur 9 h, suturée ensuite par deux points. Une péritomie lim- bique nasale supérieure permit d’ouvrir l’ancienne trappe scérale et de dégager l’élément valve en Silastic toujours fonctionnel qui laissait passer l’humeur aqueuse. Cette extrémité valve fut ôtée avec ses deux bras de fixation paralimbiques en prenant soin d’enlever les boules de terminaison. Un drain de Molteno à un plateau fut posé à travers l’orifice qui permettait le passage de la valve de Krupin courte et fixé de façon standard. Les suites opé- ratoires ont été satisfaisantes avec une récupération visuelle à 1 an de 7/10 e P1,5 et une tension oculaire à 18 mmHg avec un traitement anti-HTO local par Brinzo- lamide et Bimatoprost comme pour l’œil adelphe.

Cas n ° 2

Un homme, âgé de 65 ans, consulta en novembre 2004 pour une gêne oculaire droite due à un œdème de cor- née, secondaire à la luxation en chambre antérieure du tube en Supramid. Ce patient avait eu, en 1983, une pose de valve de Krupin courte en nasal supérieur en raison de l’échec du traitement médical anti-HTO géné- ral et local sur un glaucome néovasculaire post-occlu- sion de la veine centrale de la rétine. L’œdème de cor- née qui préexistait à la mise en place de la valve gênait la réalisation d’une panphotocoagulation rétinienne qui avait été effectuée correctement après pose de la valve.

En novembre 2004, malgré la luxation du tube intra- camérulaire sur 6 h en chambre antérieure, la tension oculaire était à 18 mmHg sous Latanoprost. Sous anes- thésie générale, après injection intracamérulaire de Healon le tube en Supramid fut enlevé par une incision cor- néenne limbique nasale supérieure, suturée ensuite par deux points. Une péritomie conjonctivale nasale supé- rieure permit d’accéder à l’ancienne trappe scérale et de dégager l’élément valve en Silastic toujours fonction- nel. Cette extrémité valve et ses deux bras de fixation paralimbiques furent enlevés. Un drain de Molteno à un plateau, fixé de façon standard, fut posé au travers de l’orifice camérulaire qui permettait précédemment le passage de la valve de Krupin courte. Les suites opéra- toires ont été satisfaisantes avec une régression de l’œdème cornéen et une normalisation tensionnelle sans traitement anti-HTO additionnel.

RÉSULTATS

En 2004, il a été pratiqué dans chaque cas l’ablation sous Healon du tube en Supramid luxé en chambre an- térieure et la dissection de la trappe sclérale précédem- ment réalisée pour dégager et enlever le tube en Silastic intrascléral dont l’extrémité valve laissait toujours perler l’humeur aqueuse. Les deux bras latéraux en Supramid servant à la fixation de la valve ont également été en- levés. Ces deux valves ont été remplacées par un drain de Molteno à un plateau. Les suites opératoires ont été simples avec une restitution du potentiel visuel précé- dant la luxation intracamérulaire du tube en Supramid et la régression de l’œdème cornéen.

DISCUSSION

Les valves de Krupin courtes conçues en 1976 pour le traitement des échecs de la chirurgie filtrante des glauco- mes ont été posées pour la première fois dans le service

Vol. 29, n° 8, 2006

d’Ophtalmologie de l’Hôpital de Villeneuve-Saint-Geor- ges en 1981 [1]. De février 1981 à juillet 1992, 82 valves de Krupin courtes ont été posées chez 73 patients et pour quatre d’entre eux de façon bilatérale. Ces valves ont été posées dans des cas de glaucome néovasculaire, congénital, de l’aphaque, du pseudophaque, de glaucome post-trau- matique et post-uvéite. Elles ont permis et permettent encore pour nombre d’entre elles la conservation d’un globe oculaire non douloureux et esthétiquement correct, voire d’un potentiel visuel chiffrable, plusieurs années après leur mise en place. Les valves courtes, dont le site de drainage se situait en avant des insertions musculaires, ont progressive- ment été remplacées dès la fin de l’année 1987 par des valves longues rejetant l’extrémité valve et le site de drainage en arrière des insertions musculaires. Ceci permet une meilleure protection de ces sites en rédui- sant leur risque d’extériorisation, et permet d’étaler les zones de drainage sous des tubes de protection radiaires ou circulaires (technique de Schocket [2]) ou en regard de plateaux (drain de Molteno, valve de Krupin avec plateau). Par ailleurs, la conception de ces valves qui se compo- saient au début d’un tube de drainage bi-composite (un tube intracamérulaire en Supramid se poursuivant par un tube intrascléral en Silastic) pouvant se désolidariser, a évolué vers un tube de drainage fait d’un unique matériau (Silastic) depuis sa portion intracamérulaire jusqu’à son extrémité valve intrasclérale, excluant tout

Luxation intracamérulaire du tube en Supramid de valves de Krupin

risque de désunion. Le positionnement de ce tube et sa fixation ne sont plus tributaires de petits bras latéraux fragiles, mais sont assurés par la fixation à la sclère des plateaux de drainage postérieur et par des points en- tourant le tube dans son trajet intrascléral [3, 4].

CONCLUSION

Ces anciennes valves courtes de Krupin ont permis la stabilisation tensionnelle pendant plusieurs années de nombreux glaucomes résistants à des traitements médicaux lourds. Leur conception bi-composite a été repensée au profit d’un tube d’un seul tenant en Silastic ne pouvant plus se transformer en corps étranger intracamérulaire mobile, cause d’œdème cornéen et de trouble visuel.

RÉFÉRENCES

1. Forestier F, Salvanet-Bouccara A. An evaluation of the Krupin Den- ver valve implants in glaucoma. Glaucoma, 1986;8:89-99.

2. Spiegel D, Shrader RR, Wilson RP. Anterior chamber tube shunt to an encircling band (Schocket procedure) in the treatment of refrac- tory glaucoma. Ophthalmic Surgery, 1992:23:804-7.

3. Ritch R, Shields BM, Krupin T. The glaucomas. Vol. I & II C.V. Mosby Co, 1989.

4. Eisenberg DL. In vitro flow properties of glaucoma implant devices. Ophthalmic Surgery and Lasers, 1999;30:662-7.

931