Sei sulla pagina 1di 93
LU Le dh, i Sea a CR er ae oo PS Cam UR (Une) —— THEVERY BEST OF DAI VERNON Une sélection des meilleurs tours de cartes de Dai Vernon, choisis, traduits et présentés par RICHARD VOLLMER Deuxitme tion, revue, corgée et augmentée, ‘avec une preface de Bama Bil, Couverture ot dessins de MICHEL LECHARTIER Edité par Jean-Pierre Homecker Magix - Editions du Spectacle Magix - Editions du Spectacle 6, rue de Guebwiller - F 67100 STRASBOURG - Tél. 28.84.94.21 © {Lal du 11 mars 1957 avtorisant, aux tomes dos alinéas 2 9 de Aric «1 dune Dat ue les copes ov reproducians sictomon éserves a usage priv du copsto ot sen desingos} une utiisationcoltvcti al, dauve pan, que ls analyaos etios Cours lors dans un but exemple el elusuation. ute repedsonation ou reproduction. tSgale ou parte, fate sans fe corsanioment do Fauiur ou 06 S68 evant dro Du -syanis causa, est ita (ainda Yor de Parle 40), ‘atte ropréseration ou raproducton, par quae procédé que ce Sok, con Sone une conretapn sanctonnée pains Asos 425 et svana cu Coda Pana Copyright 1993, by Richard Vollmer and Ediiona du Spectacle 8, rue de Guebwiller - 67100 STRASBOURG Reproduction et traduction, méme particles, interdtes. Tous drols réservés pour tous pays, y compris la CE. a les pays soandinaves, wont Préface du Traducteur {1 n’est peut-étre pas inutle de préciser au lecteur que, bien que Dai Vernon ait créé la quasi-totalté des effets et des techniques contenus dans cet ouvrage, ce nest pas lui, cependant, qui en a assuré la rédaction. C’estlewis Ganson, prestidigitateuranglais, quis'estchargé de cette tache ingrate, mais qui lui vaudra sans aucun doute de rester dans les annales de la macie, bien plus que para participation, en tant ‘que rédacteur en chet, ala revue «Gen» ou encore, en tant qu’écrivain attitré au magazine «Magigram». Si fon se rappelle, en outre, quill ‘contribué, peut-étre plus que nul autre, & lenrichissement du pattl- moine litiéraire magique par le truchement de plus de vingt-cing ‘ouvrages, on ne s'étonnera pas qu'llsoit considéré par Fensemble de la contrérie magique internationale comme un des écrivains les plus influents de son temps. Urvest pas exagéré de dire que foouvre que Lowis Ganson a réalisée encollaboration avecle Iégendalre Dai Vernon estunique en son genre dans ja mesure ol elle est le fruit de deux personnalités exceptionne!- les: 'une par son talent dinvention; "autre, parla rigueur de sa plume. Coouvre produite parla conjugeison de leurs talents respectifs, et dont le présent ouvrage se veut une émanation modeste, a influencé et influencera certainement encore mainte génération de magiciens avides de savoir et de perfection. Richard Vollmer Octobre 1978 QO Ayant-propos La Magie est-olle un Art ? Bien sir, entre de bonnes mains, méme le ramonage ou fentfllage de perles peut devenir un art. Si, en toute ; logique, nous étendions cette idée & tous les domaines de lactivité, humaine, etsitous ceux quly exercent étaient des artistes, cst sis avaient, au dela du talent, un amourinfini pour leur travail ets li ‘consacraient tout leurtemps, toute leurintelligence et toute leur énergie saris compler, alors, effeciivernent, celle aclivité tout entire serait un Atel iralt bien au deld de ses quallés intinséques. histoire de fa magia nous fournit fort heureusement de nombreux exemples dthommes de cette trempe; et, pour en venir au fond de ma pensée, il existe aujourd'hui un homme qui est la personification méme de toutes cas qualités, et de bien d'autres encore, et & un tel degré que je cro's profondément quil pourrait, lui seul, maintenir vivant fonds artistque de la magie, et plus spécialement dé la micro- ‘magie. Quand on ferait disparaitre nos mains sous des bandages a jamais inamovibles, quand on nous changerait en coliectionneurs de timbres-poste, quand on disperserait nos sociétés magiques aux ‘quatre vents, il resterat toujours ce représentant supréme de notre Art pour nous servirde porte-parole et s'exprimeren notre noma tous, bien mieux que nul autre. Ce livre est fait des couvres de cet homme. Le renouvellement denotre ‘Savoir-faire ot la mise & jour de notre savoir ont souvent a leur origine oeuvre d'un homme unique, inégalé dans sa force créatice et son pouvoir de pénétration, ou du moins, s'en inspirant, Ainsi, la physique ‘du XX* sidcle estelie issue des travaux d'Einstein, la biologie doit-elle tout Darwin, Vart du violon a Paganini... Eh bien, nous, les magictens, fet surtout nous qui travallons dans le domaine poétique appelé ‘uvrage que al en préparation; je peux ainsi, madestement,luirendre in hommage sincére et profond, en souvenir des heures passionnan- {28 que nous avons partagées. ne grande page vient d’étre tournée ; fespére qu'elle mettra fin & une :érie noire commencée il y a deux ans: Al Goshman, Tony Siydini, limmy Grippo, Johnny Paul, Ed Marlo nous manquent tous. 1 nous este heureusement|es livres quileursontconsacrés. Merci, messieurs. Jemard Bilis 2aris, le 29 septembre 1992, Sommaire Préface du Traducteur Avant-props Préface & la deuxiéme édition Card Puzzle a LiBxport en Bmpreintes ... ‘Les Quatre As & Dos Bleu ... Le den qui Change de Couleur suc. 13 ‘Trahi par YEmotion soe 18 THEVERY BESTOF cositae cartes 19 DALVERNON ics commen at ‘eee 5 Le Signe dos Quatre Bxpert aux Cartes ‘Twisting the Aces La Carte Pensée Secrets ‘Transposition de Pensée. Pensez & un As ‘ Mystére en Rouge et Noir 52 Mathématiques Elémentaires on 58 LiHiuile et "Bau Les Cartes Indicatrices 64 Les As Obéiseants.... tet Ga « Ce disant, offoctucz un retournement double des deux cartes au-dessus de la brisure ot nommez celle qui se pré- sente; puis, retournez la carte double a nouveau faces en bas eur le ; Jeuet prenez la carte supérieure en main droite. «Oui, il Sagit bien de la vbire! Est-ce que vous voyez votre empreinté dans ce coin?» Tendez la carte vers la spectatrice en indiquant l'un des coins. «Vous vove? Crest exactement lempreinte de votre nouce droit!» Ace momenta, la spectatrice ne pourra faire autrement que de vous dire la vérité, a savoir, que ce n'est pas sa carte, celle-ci ayant été éliminée précédemment, Ine vous reste plus qu’a persister dans votre «erreurs, pour finale- ‘ment retourner Ia carte que vous tener. en main face en haut, révé- lant celle de la spectatrice ILy a do fortes chances pour que celle-ci se précipite sur les cartes éliminées, persuadée que la sienne se trouvait parm elles, Elle fera évidemment chow blanc. ve ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON Les Quatre As 4 Dos Bleu Uyna Searles a publié un excellent tour de quatre As qui repose sur render cnt tu de gute go epnur walt aout cette rear: peut quelgun rowera-tl un ir utilisant des cartes ordinairesw i maginge nae Be yeisar irtes ordinaires». Voici la solution effet est fondamentalement le mame que celui de tous le: "As, avec Timporiante difference copendant que les quati® As ont in dos bleu alors que les cartes queleonques ont un dos rouge, Les ‘aces ainsi que les dos des cartes sont montrés & plusieurs reprises out au lung dela routine, et lorsque le magicien pose les quatre As ‘dos bleu sur la table, et les recouvre chacun de trois cartes quel- onques a das rouge, il semble parfaitement impossible que les As suissent se rassembler dans l'un des paquets; cest pourtant, ce qui_ ® produit, d'une maniare particulidrement nette et directe, La sue hode employée est trés ingénieuse et illustre bien comment, grace beaucoup de naturel dans les gestes et A leur superbe enchaine- aent, Dai Vernon arrive a créer un effet. ‘remarquable, *réparation ortez trois As (pas 'As de pique) d'un jeu & dos rouge, et assurez- ous que IAs de pique ne se trouve pas parmi les douse cartes so. érieures du jeu. Mettez les trois As sur le dessus du jeu, et remel. 22ce dernier dans son étui. L’As de pique du jeu A dos bleu est mis 8 quatritme position a partir du dessus du jeu, et Yon veillera Gga. sment & ce que les trois cartes du dessus dui jou soient toutes dif, _ns des nel cartes quis toavent sous les tos As & dos rouge a A dos rouge. Le jeu blou se trouve ant dans son uiau début dela vouting, ove eslement dans ésentation, srtez le jon & dos rouge de son étui, éventailler les dot i, évent nuze cartes duu sous, dé figon a ceque es Spectateurs on vient les dos rouges, et "sez ces douze cartes faces en bas sur la table. Posez d sttes légerement & Yécart. core ‘rtea le jou & dos bleu de son étui et mélangez-le tout en gard X langer-le tout en gardent 5 quatre cartes du dessus en place; puis, parcourer les faces cog tes pour chercher les AS et dites:« Je vais retirer les quatre As», ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON Btalez les cartes entre les mains et lorsque vous rencontres le pre~ mier As, décalez-le vers le haut de fagon & ce qu'il dépasse des autres cartes sur la moitié environ de sa longueur, Faites la méme chose avec les deuxiéme et troisiéme As; continuez a étaler les cartes jus- qua ce que vous arriviez & TAs de pique, que vous décalez vers le hhaut en méme temps que les trois cartes qui se trouvent derritre lui. Nessayez pas de dissimuler les trois cartes supplémentaires, ‘mais lorsque 'As de pique dépasse de l'ételement sur la moitié de sa longueur, la main gauche descend les trois cartes et les cache sous le paquet. Tenez cas trois eartos ontro Vindex gauche prés du bout supérieur et le petit doigt prés du bout inférieur. Dépliez les doigts gauches cous I'étalement, que vous reformez presque totale--- ment pendant que la main gauche se déplace vers le haut jusqu’a co * que le cité extériour de Findex soit au niveau de la tranche supé- rieure des cartes. Saisissez maintenant les quatre As décalés entre le pouce et Tindex gauches et dégagez-les du jeu; sans marquer de temps darrét, égalisez les cartes en main gauche. Cette manoeuvre vous a permis dajouter trois cartes derriére les As faces en haut, & Finsu des spectateurs, Transférez les As faces en haut (ainsi que les trois cartes supplé- mentaires) en main droite, et le jeu en main gauche. Les doigts gauches aident & retourner le jeu faces en bas, et, lorsque cela est fait, la main droite ajoute les As faces en haut sur le dessus du jeu; en méme temps, le petit doigt gauche garde une brisure sous ces car- tes faces en haut, Eventaillez les trois cartes du dessus de maniére a faire voir aux spectateurs les faces des quatre As, et, ce faisant, insérez le majeur droit dans la brisure. Soulevez toutes les sept cartes (apparemment, vous ne prenez que les As), retournez-les faces en bas sur le jeu, et égalisez-les. Eventaillez les quatre cartes du dessus (censées étre les As) et po- sez-les sur le paquet rouge qui se trouve sur la table. Posez le res- tant du jeu bleu sur la table, prés du jeu rouge. Ramassez le paquet de cartes bleues et rouges et étalez-les entre les mains, en attirant attention des spectateurs sur le fait que seules quatre cartes ont un dos bleu. En étalant ainsi les cartes, le petit doigt gauche assure une brisure sous les sept cartes supérieures (quatre blenes et trois rouges). Dites: «ll n'y a que quatre As & dos blew...», et égelisez les cartes; sans marquer de temps d'arrét, la main droite prend toutes les cartes au-dessus do la brisure, ot se retourne pour montrer aux spectatours la carte do face — un As —; la main gauche retourne également autre paquet; puis les deux paquets sont mis Tun sur ‘THE VERY BEST OF DA VERNON, Yautre (le paquet en main droite sur celui en main gauche) alors que vous poursuivez: «..et aucun As parmi les cartes & dos rouge». Eventaillez les quatre As qui se trouvent sur le dessus, égelisez-les cot posez-les faces on bas sur Ia table, ce qui permettra aux sp teurs de voir le dos de Yunique As & dos bleu. Etalez le restant des cartes entre les mains et montrez quill ne se trouve pas d’As parmi elles; e faisant, décalez la carte en quatriéme position a partir de la face du paquet, légérement vers le bas. Ras- semblez les cartes et retournes le paquet faces en bas, le petit doigt gauche assurant une brisure sous la carte décalée. Afin de justifier logiquement la tenue des cartes en préparation pour Ja manceuvre suivante, mettez la main droite au-dessus du paquet et prenez-le dans cette main, le pouce droit reprenant la brisure. Cela libere la main gauche qui écarte les doux paquets de cartes (le paguet rouge et le paquet blew) sur la table, et laisse ainsi les qua tre cartes censées étre les quatre As & dos bleu bien dégagées. Met- tez maintenant la main droite au-dessus de ces cartes que les spec- tateurs prennent pour les As, mais faites en sorte qu'elles dépas- sent des cartes en main par leur ebté gauche sur les deux tiers onvi- ron de leur largeur. Glissez les cartes vers le bord de la table oi la main gauche est préte a les revevoir. Lorsque les cartes tombent dans la paumo de la main gauche, les doigts de cette main se dé- plient et s'engagent dans la brisure pour transférer toutes les car- tes sous elle sur le dessus du paquet en main gauche, avec lequel elles se confondent; des que les cartes inférieures du paquet en main Aroite ont ainsi été ajoutées sur le paquet en main gauche, ce der- nier est posé sur les cartes restant en main droite. Distribuoz les uate cartes supérieures & dos bleu faces en bas en une rangée de gauche & droite sur la table. Dites: «Nous allons vérifier une fois encore quill n'y a pas autres cartes & dos bleu a part les quatre As». Comptez les cartes a dos rouge une & une faces en bas sur la table, en en inversant Yordre. Pais, prenez-les a nouveau en main gauche. Posez maintenant irois cartes, en bloc, ou en Tes comptant une & une, faces en bas sur les cartes & dos bleu, en commengant par la carte & gauche de la ran- _gée} mais faites en sorte que les cartes & dos bleu ne soient pas en- tidrement recouvertes par les cartes & dos rouge. Prenez en mains le paquet situé A Yextréme droite de la rangée, “galisez-le et retourner-le faces en haut pour montrer VAs qui se trouve sur la face du paquet; puis, reposez-le sur la table tout en disant: «Nous laissorons ce paquet faces en haut», La main droite eee ee eee ede ore eee 10 ) approche du paquet situé & Yextréme gauche de la rangée, prend In cartecupéreure do ce paquet, t sen sert comme d'une pole pour ramasser les autres cartes du paquet; cela transfere la carte a dos bleu en deuxidme position sous le paquet. Transférez le paquet en main gauche, qui le tient par le milieu du grand cdté gauche, pouce dessus, index et majeur dessous. Amenez le paquet ainsi tenu au- descus du paquet faces en haut & droite, donnez-lui une chiquenaude avec les doigis de la main droite, et effectuez le comptage @Alex Elmsley, connu sous Je nom de «comptage de quatre pour quatre » Celui-ci #éxécute dela maniére suivante: Le pouce et le majeur gauches tiennent le paquet par le milieu du grand e0té gauche, tout a fait sur le bord des cartes, Avec le pouce droit sur, ot le majeur droit sous le milieu de la grande tranche drcite du paquet, pincez la carte supérieure, décalez-la vers la droite de sorte qu‘elie ne soit plus en contact avec la varte qui la suit, el eu ‘mencez la glisser sous le paquet. Juste avant qu’elle nentre en contact avec les daigts gauches, la houle du pouce gauche, qui se trouve sur le bord des eartes, pousse deux cartes vers la droite, Le pouce et le majeur droits prennent ces deux cartes comme s'il ne Sagissait que dune seule carte, pendant que les doigts gauches ti- rent la premiere carte sous le paquet, & égalité aver la carte au- dessus. Lorsque les cartes en main droite sont complatement déga- .gées de celles en main gauche, le pouce gauche pousse la carte su- périeure du paquet en main gauche vers la droite, oi elle est glissée sur les cartes en main droite, lo centre du grand efté droit étant glissé sous la boule du pouce droit. La carte restant en main gauche est maintenant mise sur celles en main droite de la méme maniére, Apparemment, vous venez de compter quatre cartes & dos rouge, la carte & dos bléu étant restée invisible parce que recouverte dune carte a dos bleu durant le comptage, et qu'une carte & dos rouge a 6t6 comptée deux fois. tournez, Je paquet égelisé faces en haut et donnez-en les cartes tne une faces hanten une ples la ableton dian: «Plas AS I>, Prenez le second paquet en mains comme le premier; exécutez cexactomont les mémes gestes que préeddemment, mais ne distri- ‘buoa pas les cartes faces en haut sur la table a la fin du comptage; maontrez-en les facos on les 6vontaillant simplement en main gau- che, et posez-les eur le premior paquet, faces en haut également. Prenez la carte qui se trouve sur le dessus du paquet, servez-vous- en comme dune pelle pour ramasser les cartes restantes et Ia ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON transférer ainsi sous le paquet, égalisez les cartes et remetter-les faces en haut sur la table. Procédez éxactement dela méme maniere avec le troisiéme paquet, que vous posez finalement sur les cartes déja empilées, en utilisant le carte du dessus comme d'une pelle pour ramasser ensemble des cartes et la transférer ainsi sous le paquet. Cette fois-ci, comptez les cartes (silencieusement) pendant que vous les faites défiler de main en main sous le prétexte de montrer la face de chaque carte. Co comptage inverse lordre des cartes, co qui tranafére les trois cartes dos bleu sur la face du paquet. Les cartes sont ensuite tenues en main gauche, Avec la main droite, ramassez le paquet restant sur la table (il est ‘aces en haut), posez-le sur le paquet en main gauche, et éventaillez ‘wussitét les quatre cartes supérieures pour montrer les quatre As. Wormez une brisure sous les trois cartes qui suivent les As, égalisez ‘es cartes, et, de la main gauche, coupez toutes les cartes sous la orisure pour les poser faces en bas sur la table. Retournez les sept cartes que vous tenez toujours en main gauche ‘aces en bas, et comptez-les comme sil nly en avait que quatre; pour faire, bouclez la carte inférieure sur le compte de trois, et trans- rez la carte inférieure sur le dessus; vous aver. ainsi mentré qua- re cartes & dos bleu, Posez ces cartes sur les cartes rouges ati se rouvent sur la table, Prenez ce paquet de cartes en mains et don- 1ez les quatre cartes & dos bleu du dessus une a une ot faces en bas ur le jou bleu. Etalez les cartes restantes pour montrer que les dos ‘ont tous rouges; puis, posez-les sur le jeu rouge, Tout est net naintenant, Voue: 3n corrigeant le manuscrit, Dai Vernon y a ajouté Jes remarques uivantes: «de pense quil est préférable de simplifier le modus sperandi en éliminant certaines manoeuvres. Aprés avoir montré que haque paquet contenait quatre cartes a dos rouge gréce au compiage Umsley, retournez simplement chague pile faces en haut et distri tuez-en les cartes en une rangée de gauche @ droite sur la table. vorsque les quatre paquets ont été distribués ainsi, en quatre moins ‘e trois cartes chacune, toutes les cartes & dos bleu seront réunios ‘ans ia pile & Vestréme gauche. Ramassez maintenant les mains en ’s posant Pune sur l'autre de maniére & ce que les trois cartes d dos Jeu se retrouvent sur la face du paquet en main gauche. A partir de 4, conformez-vous a la description donnée plus haut» ee 2 THE VERY BEST OF DAI VERNON Le Jeu qui Change de Couleur Les routines dans lesquelles les dos de toutes les cartes d'un jeu changent de couleur sont rares; une description de l'excellente ver- sion de cet offet, imaginée par Dai Vernon, sera donc la bienvenue. tun jeu & dos rouges contenant un Joker et retournez ce der- ‘or face on haut avant dele placer en dewréme ot en trssime position sous le jeu. Un Joker supplémentaire a dos bleu est ajouté sur le dessus du jeu qui est mis dans un étui blew; auparavant, le magicien aura pris soin de prendre connaissance de la carte int rieure du jeu. Metiez le paquet ainsi préparé dans une poche d’ac- cas facile. Apres avoir exécuté quelques tours avec un jeu & dos bleus, remot- tez les cartes dans leur étui, en veillant & ce que la carte inféricure du jeu soit 1a méme que celle qui se trouve sous le jeu & dos rouges. ‘Apparemment, vous en avez terminé, mais en mettant le jeu dans votre poche, semblez changer davis et proposez aux spectateurs de leur montrer un dernier tour. Crest bien sar autre paquet qui est ressorti de la poche, mais comme I'étui est identique a celui que les spectateurs viennent de voir, et que la méme carte se trouve sur la face du paquet, ils penseront qu'll sagit du jeu dont vous vous étes servi jusqu’a maintenant. Ne parlez pas encore de la couleur des dos des cartes. Vous pouvez fonder votre boniment sur Venere utilisée par les imprimeurs, et dire qu‘elle posséde les mémes particularités que le papier de tournesol, ‘ce que vous vous propose. de démontrer sur-le-champ. Retournez le paquet faces en haut en main droite en position pour un mélange hindou, Faites passer les cing ou six cartes supérieures en main gauche en utilisant les mouvements caractéristiques de ce mélange, eL apres avoir fait passer deux ou trois blocs de cartes de cotte fagon en main gauche, dites: «Arrétez-moi quand vous voulez; nous nous servirons de la carte sur laquelle vous m‘aurez arrété». Tout en di- sant cela, relournez le paquet en main droite (les spectateurs ver- ront A nouveau Ie dos bleu du Joker), et tapotez-en le paquet gau- che pour indiquer la carte qui se trouve dessus. Poursuivez le mé- lange jusqu’au «Stop !» du spectateur; au commandement de celui- 13 ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON, EVERY BESTOFDAIVERNON uis il demande a chacun des spectatours qui a choisi une carte de a nommer, et la retourne face en haut dés que cela eat fait. Jest facile dlentever la courbure des cartes qui restent dans le cha- eau en les rassemblant et on Jes courbant dans le sens opposé avant leles en retiror. “THE VERY BEST OF DAI VERNON La Prédiction de la Carte Cornée Voici un bon exemple de la manitre de produire un effet frappant A = Paide de moyens simples. : Le tour ressortira clairemont de la description de son déroulement, et puisqu’aucane préparation préliminaire n'est nécessaire, nous pouvons tout de suite passer & la présentation, Présentation Dian jeu préalablement mélangé, sortez une carte quelconque et ‘posez-la face en bas sur la table sans la montrer aux spectateurs. Ecrivez ces mots sur un bout de papier: «La carte qui se trouve au rang que vous choisirez est...». Soulevez la petite tranche inférieure ce la carte que vous avez, posée sur la table de sorte que vous soyez le seul & pouvoir en apercevoir la face, et compléter le message en écrivant le nom de la carte qui soffre & votre regard. Pliez le papier et remettez-le & un spectateur, Le prétexte que vous donnez aux spectateurs pour regarder la carte est quill s'agit d'une carte indicatrice dont la valeur vous fournit la base pour un calcul qui vous permet d'aboutir & un certain résultat. Ce qui n’est pas loin de la vérité! Fig. 4 at THE VERY BEST OF DAI VERNON Prenez le jeu faces en bas en main gauche, et mettez-le dans votre {os; puis, prenez la carte face en bas en main droite et mettez la galement dans votre dos, Tenez la carte entre Findex et le majeur Iroits, et courbe2-on le coin inférieur droit vers le bas avec le pouce. Slissez cette carte sous la carte supérieure du jeu, décalez ces deux artes comme une seule, et, afin de justifier la position de cette carte, \écalez égaloment la carte suivante avant de ramener le jeu devant vous. La figure 4 montre Vétat du jeu & ce moment-la; im du des- ous et de c6té, le coin corné de la carte importante est visible sous a carte supérieure, Pour les spectateurs, soules les doux eartes eu "6rieures sont étalées en préparation pour le comptage. demandez & un spectateur de choisir wimporte quel nombre entre met cinquante-deux. Supposons quil vous donne le nombre onze. mptez les cartes & partir du dessus du jeu, en prenant les deux remiéres comme une seule pendant que vous dites «Une»; glissez neuite la suivante sur les deux premibres en disant «Deter», at insi de suite jusqu’a ce que vous ayez compté onze cartes. Paites passer ce qui apparait comme étant la onziéme carte de la petite ranche supérieure du jeu sur la moitié environ de sa longueur, ot osez les cartes en main droite en bloc sur le restant du jeu. Puis, ien ostensiblement, courbez vers le bas le coin supérieur gauche ela carte qui dépasse du jeu; enfin, enfoncez-la dans le jeu A éga- té avec les autres cartes. adiquez.du doigt le message que vous aver remis au spectateur en isant: «Rappelez-vous; je vous ai remis ce message bien avant que ous ne choisissiez un nombre renez le jeu par sa petite tranche supérieure et retournez-le bout our bout pour que la carte qui se trouve sur la face du paquet soit sible, et dites: «Pour vous assurer que Vordre des cartes n’est tangé en aucune fagon, vous pouvez vous rappeler la carte du des- 'us si vous voulez», Puis retourner le jeu faces en bas, mais en uti sant une grande tranche comme charniére ne reste plus qu’ faire lire la prédietion & haute voix, puis & éta- + les cartes tout en les comptant lentoment jusqu’at nombre choisi ar le spectateur. Dans notre exemple, la carte en onzitme position ira Te coin supérieur gauche.comé. Cette carte est sortie du pa- 1st et rotournée face en haut de fagon aussi dramatique que possi- ® pour montrer que la prédiction est exacte, Ee eee 22 ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON Si les instructions données sont: fidélement: suivies, on constatera que le comptage inverse Tordre des cartes, et transfere. automati- quement la carte cornée secrétement au nombre choisi. En retour- nant Je jeu d'abord bout pour bout, puis par le grand e8t6, le coin corné secrétement se met au coin supérieur gaucho du paquet, tan- dis que le coin de la carte qui a été corné devant les spectateurs est AYabri des regards au coin inférieur droit du jeu. w ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON, '«Faites comme Moi» tte routine de «Faites commo moi» mise au point par Dai Vernon, 2n que similsire par certains points & dautres routines du méme ne, posséde un finale bien plus surprenant. La préparation né. ssaire est certainement plus grande dans cette méthode, dans la 2sure oi es cartes de l'un des jeux sont arrangées dans un certain Ire; mais, cutze le finale plus étonnant, eette méthode laissera «plexes ceux qui connaissent les méthodes clasciques, Pour ceux icherchent un effet vraiment extraordinaire, il ost difficile de vaver mieux. ee présentateur se sert d'un jen, Ie spectateur d'un autre. Les deux langent leurs jeux respectifs, es eoupent, et les échangent, Le ‘gicien retire une carte de son jou et la met dans ea poche. Pus le 2etateur coupe son jet nimporte oi, complete la coupe, et prend inaissance de la carte inférioure du paquet. Le spectateur se sert la valeur de cette carte pour compter jusqu’a la carte dont la po- ‘on correspond, & partir du dessus du jeu, & cetie valeur, quelle elle soit. La carte & laquelle il aboutit ainsi est posée face en haut a table, Sans hésitation aucune, le magicien plonge la main dans Poche et en ressort la earte quill y avait mise: les deux cartes stidentiques ! ‘paration [ox jeux sont nécessaires, l'un dos rouges, Yautre a dos bleus 1 des jeux (supposons que ce soit le jeu & dos bleus) est arrangé fagon & co que toutes les cartes se suivent en ordre décroissant. rola As, & partir du dessus du jeu. Les familles des cartes nront « Giimportance; cest-a-dire que chaque séquence du roi a ’As est stituée par des cartes appartenant aux quatre familles, afin qu'un p deeil rapide au jeu ne permetta pas den déceler la prépara- \. Le figure 5 montre le jeu ainsi préparé talé apres avoir été é; vous pouvez constater que arrangement cyclique des cartes loin ’atro évident, malgré leur progression numérique. Voutre jeu — le jew a dos rouges — retires le roi de cceur, le,roi de ue et le roi de tréfle, Metter. ces trois cartes dans la poche droite votre veste, le roi de pique étant allongé sur la face de la pile, Le 24 THE VERY BEST OF DAI VERNON Fig.6 Fig. 5 roi de coeur se trouve directement derriére lui, également. allongs ‘sur une grande tranche, Le troisiéme rot (le roi de trefle) est debout derriére les deux premiers. Plus tard, le roi do carroau viendra so joindre aux trois autres, et il sera mis debout derriére le roi de tréfle; ‘ainsi, si 'on pouvait voir & Vintérieur de la poche a travers Ja veste, les rois apparaitraient comme les montre la figure 6. Présentation ‘Au départ de la routine, vous, le magicien, étes en possession du jeu préarrangé, ete spectateur de eolui dans lequel manquent les trois rojs. Il est évident quo Yon peut foreer le jeu au spectateur a l'aide du «choix équivoque», Vossenticl étant que vous resties en posses- ssion du jeu arrangé. Dites au spectateur quil doit dorénavant imiter vos gestes, et com- mencer par mélanger son jeu. Vous, de votre cdté, effectuez un faux mélange total retenant ordre entier du jeu, Puis couper, votre jeu, et complétez la coupe. Le spectateur en fait bien sar autant, Vous échangez maintenant vos jeux. Sans lui dire cette fois-ci de faire comme vous, éventaillez votre jeu et retirez-en le roi de car- reau; sans avoir montré la face de cette carte, mettez-la dans votre poche, derriére le roi de tréfle, debout comme lui, Les quatre rois, sont maintenant dans Yordre Piqueur“Tricar, le roi de pique et le roi de coeur étant couchés sur le cbté. C'est la situation montrée par Ja figure 6. Cet arrangement vous permettra de retirer, sans hésita- tion, le roi voulu au moment voulu. En retirant le roi du jeu, feignez tune grande concentration. ‘THE VERY BEST OF OA VERNON emandez ensuite au spectateur de couper soigneusement le jeu & zndroit de son choix, de compléter la coupe, et de prendre connais- ance de la valeur de la carte inférieure du paquet. Observez les estes du spectateur pendant quiil sexécute, car il se pourrait que hasard ait fait couper sur un roi, Si cela se produit, faites-lui vuper Ie jeu une deuxieme fois comme si cola avait 6t6 prévu. emandez maintenant au spectateur de compter jusqu’a la carte ont le rang-correspond, & partir du dessus du jeu, & la valour de la arte dont il vient de prendre connaissance; si est. un valet, il ymptera jusqu’a la onzitme, si c'est une dame, jusqu’a la douzieme. ‘2 carte qui occupe cette position est mise & V'écart, face en bas, sur «table, Il sagira toujours de lun des quatre rois emandez au spectateur de retourner sa carte face en haut; dds que ous la voyez, plongez la main dans votre poche pour en sortir la iéme aussi rapidement que possible. La sélection du roi et son re- ‘ait de la poche se font instantanément & cause de Parrangement 25 quatre rois dans celle-c. lontrez que les deux cartes sont identiques emarques, ne variante consiste & regrouper les familles de "un des jeux dans ordre Piqueur-Tricar, en plus de la progression numérique des va- urs, De cette maniére, il vous suffit de connaitre la couleur de la arte que le spectateur a coupée sous le jou pour aussitdt connaitre couleur du roi qui sera posé a Pécart. ous pouvez done sortir le méme roi de votre poche avant que le vectateur ne retourne le sien face en haut ! ‘effet final sen trouve augments, puisque vous sortez le roi de vo- © poche avant méme que le speclateur ne vous montre sa carte. outefois, les deux méthodes sont bonnes. Dans la premiére, le jeu out étre rapidement étalé faces en haut, étant donné qui est tres su probable gu‘un spectateur remarque que les cartes se suivent 2 progression numérique, & eause du mélange des couleurs, alors ail n’est pas possible de faire cela dans la deuxitme méthode, od arrangement est évident. ne autre solution consiste A remplacer les rois, dans le jeu -éarrangé, par quatre cartes identiques. iT'on adopte cette méthode, il n'est pas nécessaire de placer de car- 's & Tavance dans sa poche; il suffit de retirer du jeu la carte qui orrespond aux quatre cartes identiques, et de la poser face en has 26 { | ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON, sur la table, Lorsque le spectateur comptera jusqu’a sa carte, il tombera automatiquement sur liane des quatre cartes semblables, quil placera, sans Pavoir regardée, face en bas & cbté de la votre. Le dénouement a lieu au moment oi vous retournez simultanément les deux cartes, qui sont identiques. ‘Nous pensons que cette demnitre méthode devrait étre réservée aux ‘occasions ott vous ne comptez faire qu'un seul tour de cartes dans une séance de micro-magie, ou devant un public qui a déja vu le tour, mais effectué avec une autre méthode. * 27 THE VERY BEST OF DAI VERNON Le Signe des Quatre Voici un effet splendide réalisé par des mayens d'une extréme sim- rlicité, Bien que le théme soit similaire a celui de leffet précsdent, volui-ei ne nécessite qu'un seul jeu. Jn des points forts de la méthode réside dans Vexeellent détourne- nent de attention utilisé pour dissimuler le subterfuge mis en euvre. ‘ffet Jn spectateur coupe & peu pres la moitié d'un jeu mélangé, laissant ‘autre portion au magicien, Le spectateur ot le magicien mélangent ous deux leurs paquets respectifs, le spectatour pouvant donner ‘ordre d'arréter les mélanges & nimporte quel moment. Les deux artes supérieures de chaquo paquet sont alors échangées, le spec~ ateur insérant les deux cartes qui lui ont été remises par le magi- jen faces en bas dans son paquet quiil a retourné faces en haut; le agicion instre les deux cartes du spectateur faces en bas dans son aquet qui est également faces en haut. 28 deux paquets’ sont alors étalés en deux rubans faces en haut ur la table, et les deux cartes faces en bas dans chaque étalement ont retirées de ces derniers et retournées faces en haut. Il s’avere ue ce sont quatre cartes de la méme valeur. ‘réparation | suffit de placer, par exemple, les quatre dames faces en haut sous jou. 'résentation {élanges le jeu en gardant intact Yarrangement des quatre cartes, uudessous; puis, le jeu reposant dans la paume de la main gauche, emandez 4 un spectateur de couper environ la moitié supérieure escartes vemandez au spectateur de mélanger ses cartes et montrez-lui ce wil doit faire en amorgant un mélange a la frangaise avee vos pro- es cartes, In réalité, pelez a peu prés la moitié de vos cartes on vain gauche de sorte quil se trouve un nombre environ égal de cartes ans chaque main, Au moment od le spectateur commence & mé- 28 langer #08 cartes, avancez votre main droite, "index pointé en avant vers son paquet ( Fig, 7) en disant: «Vous pouves arréter de mélan- er vos cartes quand vous voudrez», Poser les cartes en main droite sur celles en main gauche, mais de facon a ce quil y ait un décalage entre les deux paquets sur la petite tranche inférieure. Un essai vous montrera que le fait de reposer les eartes en main droite sur celles en main gauche, au lieu de finir le mélange, retourne automatique- ‘ment le paquet supérieur, ce qui améne les quatze dames sur Ie jeu. Le décalage entre les paquets ne devrait pas excéder la largeur de la marge blanche au dos dos cartes, et comme il se trouve de votre <6, il est facile & dissimuler. Lorsque le spectateur a fini de mélanger ses cartes, prenez les deux cartes supéricures (doux reines) de votre propre paquet et posez-les faces en bas sur la table, Demandez au spectateur den faire autant avec les deux cartes supérieures de son paquet. Dites: «J'aimerais maintenant que vous fussiez exactement comme moi». Mettez. vos doigts droits sous la petite tranche extérieure de votre paauet et retournez ce dernier bout pour bout, de sorte que la carte qui se trouve sur le dessus est face en haut. Veillez & maintenir le décalage entre les paquets pendant que vous effectuez ce retournement. Les doigts de la main droite dissimulent le décalage sur la petite tranche supérieure lors du retournement. Le spectateur, suivant votre exemple, retournera lui aussi son pa- quet faces en haut Dites: «Je vais placer vos deux cartes. (lo pouce droit appuie sur le paquet inférieur & Fendroit du décalage et le petit, doigt maintiont >) "THE VERY BEST OF OA! VERNON. ane séparation entre les deux paquets)... faces en bas dans mon pa- wet». Dela main droite, ramassez les deux cartes que le spectatour \posées sur la table, et sans en faire voir les faces, insérez-les dans a portion inférieure de votre paquet. Etant donné que ces cartes vont faces en bas et quielles sont insérées parmi des cartes qui sont ‘galement faces en bas, elles se confondent avec elles. Jemander au spectateur de prendre les deux cartes qui restent sur a table et de les insérer (toujours faces en bas) dans son paguet qui st faces en haut. Pendant qu'il exécute cette opération et y reporte oute son attention, retournez faces en haut toutes les cartes sous a brisure, égalisez lensemble des cartes et posez-les sur la table, nvitez le spectateur a en faire autant avec les siennes. Xécapitulez ce qui a été fut, puis étalez les deux paquets sur la ta- ‘le, Deux cartes faces en bas apparaitront dans chaque étalement. Sortez-les des rubans et retournez-les faces en haut: ce sont les tuatre dames (Fig. 8) Jne variante intéressante consisto & se procurer la date de naissance “une jeune femme a son insu, puis & Ja convainere de vous assister ‘our le tour. A supposer qu'elle soit née en 1998 (*), placez un As, 1n sneuf>, un « trois » et un « huit » faces en haut sous Ie jeu. Pré- entex Veffet tel quill a été décrit, et & la fin, adressez-vous ainsi A otro assistante: « Ces cartes ontelles une signification particulidre our vous ?», Cette question la laissera probablement perplexe et elle ous répondra: «@Qu’ontelles done de particulier ®», ce & quoi vous Spliquerez.; «Uh bien, ces cartes ont une signification particulidre our moi». Placer-les dans Yordre 1,9, 3,8, et dites-lui: «1998: une née importante. Elle ne vous rappellé rien ?», Blle comprendra oudain que les cartes forment son année de naissance! Ine autre variante de cot effet consiste A emprunter une pice de onnaie ot & l'échanger secrétement contre une autre que Vous te- jez & Vempalmage. Vous connaissez Pannée qui figure sur la piéce tue vous aviez empalmée, et les cartes que vous avez retournéos ous le jeu correspondent & cette année. Lorsque les cartes seront xees en haut, personne ne leur trouvera de signification particu- re, jusqu’au moment o& vous attirerez attention des spectateurs ar Yannée qui figure sur la pitee. w ) Nous rappelons ax Tecteur que ces lignes ont été Gert en 1950 | (N-D-T) 30 ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON, L’Expert aux Cartes Bffet Le magicion explique comment un tricheur s'y prend pour gagner ‘au poker. Il commence par choisir les eartes dont il a besoin parmi celles qui ont été écartées au tour précédent, et profite d'un relachemont de attention des autres joueurs pour les placer sur le jeu. Puis, il procide & la distribution du tour suivant, en veillant & ‘ce que les bonnes cartes tombent, non pas dans sa main, mais dans celle de son complice. Passant de la théorie la pratique, vous placez ouvertement une suite sur le dessus du jeu et, sans faire la moindre manoeuvre sus- pecte, vous distribuez aussitét deux mains de poker, une pour le spectateur — qui joue le réle du complice ~ et une deuxiéme pour ‘vous-méme. Vous dites que vous avez effectué une donne en second, tune donne en troisiéme, une donne en quatrigme et une donne en cinguitme de maniére & ce que votre complice regoive la suite. La main de celui-ci est alors retournée faces en haut, et votre affirma- tion confirmée: sa main est bel et bien composée des cing cartes que vous avier placées sur le dessus du jeu avant la donne! ‘Les cing cartes de la suite sont remises sur le jeu, et vous distribuez a eaaveant deux mains de poker; comme précédemment, le specta- ‘teur retrouve les cing cartes dans sa main. Et pourtent, tous les gestes sont parfaitement naturels et il est impossible de voir le moindre mouvement suspect lorsque vous distribuez les cartes! Méthode : aorAiaar Coram so ephaas ee h son complice au tour suivant. Tout en parlant, faites rapidement défiler les cartes faces vers vous et retirez du jeu une suite allant du «cing» au «neufs, on veillant & ce que les cartes soient de familles familles différentes —¢est-a-dire que si vous retirez le sept de tréfle, le «huit» doit étre le huit de pique; et inversement, si vous retirez le sept de pique, le «huit» doit étre le huit de tréfle, Pew importe les familles des trois autres cartes, mais il est préférable qu'il y ait du at THE VERY BEST OF DAl VERNON cet coeur et du carreau parmi elles, Art eau parmi elles, Arrange7 les cartes ainsi r fave named Se a ese trouvant sur la face du paquet. : Voici un exemple de composition pour cette suite de ing cartes: 5T-6K-7P-8T-9C Catre Cette suite de cing cartes qui est ouveriement retin du jen, rub que vous arrangiez les quatre cartes supe va de tale sorte que Fautre «hut» et Fautrewsapte ners se eatone re pectivement en deuxitme et en quatridme positions a partir du des. sus ~ cest-a-dire que la carte supérieure du jeu est une carte quel. congue, 1a suivante est le chuit» noir, la troisiéme est une carte queleonque, et la quatrigme le «sept» noir Cet arrangement peut étre effectué de plusieurs mani simple étant de mettze los cartes en place pondant que Voss ete ‘@ suite; ou alors, les deux cartes importantes peuvent étre seerétement transférées sur le dessus du jeu, puis alternées avec les cartes quelconques griice & un mélange Pharaon ou a la quene Varonde. Chacun adoptera la solution qui lui conviendra le mieux, vlontrez la suite ax spectateurs, en attirant lour attention age ceca ae etn ‘amulles! Expliquez que ces cing cartes représentent la main quo le richeur a composée pour la distribuer A son complice au prochain our. Tenez les cing cartes étalées entre vos mains pendant que vous. ous adressez aux spectateurs; séparez vos maina toul en amencel, 2s cartes dos aux spectateurs, la main gauche emportant deux car- es, et la main droite trois. Cette séparation des mains est mise wrofit ‘our permuter secrétement les positions du «sept» et du «huit» a utilisant ‘une manqcuvre inventée par le regretté P. Howard. Lyons Equi seffectue do la maniére suivante: juste avant que vos mains © 8e séparent, appuyez le pouce gauche sur la face du sept do pi- ue, et Fextrémité du majeur ou de Tannulaire droit sur le dos du hut e tréfle. Au moment od les mains se séparent, la gauche emporte “acing et le «sept», ebla main droite le «six», le chuit» et le «neuf. ctte permutation est effectuée sous le prétexte de montrer rapide. sent le dos des cartes pendant que vous parlez (*). ) Le méme mouvement est utilieé dans Veit e», déerit p. 46 du présent ouvrage, (N.D.B.) ee 32 intitalé «Transposition de pen- “1 THE VEAY BEST OF DAI VERNON Replaces les trois cartes de la main droite sur les deux de la main gauche, 6galisez-les ot posoz-los sur le jeu aprés les avoir retour- niéos faces en bas. ‘Afin que vous puissiez vérifier, Yordre des cartes supérieures est le suivant, & partir du dessus du jeu faces en bas :le «cing», e «sept», le «bx», le shuite, une carte queleonque, le deuxiéme «huit» noir, une carte quelconque, et le deuxitme «sept» noir. Distribuez maintenant deux mains de poker en prenant les cartes lune & une & partir du dessus du jeu et en donnant la premiére de- vant le spectateur, la suivante devant vous, la troisitme sur la pre- miére du spectateur, Ia troisiéme sur la votre, ete., jusqu’a ce que vous ayez donné cing cartes au spectateur. Lorsque vous distribuez la cinquimecarte de votre main, au lieu de la poser sur les quatre autres, servez-vous-en comme d'une pelle pour ramasser celles-ci en la glissant dessous pendant que la main gauche pose le jeu sur la table, Etalez maintenant ces cing cartes entre vos mains en di- sant quiun tricheur ne se donne jamais les cartes gagnantes, mais & tun complice. Tout en parlant, effectuez la méme manceuvre de permutation seeréte de deux carves expliquée plus haut, mais cette fois-ci le pouce de la main gauche se met sur la carte en deuxiéme position a partir du dessus de Pétalement, et Vextrémité du majeur ou de Vannulaire droit sur la face de la carte en troisitme position, afin de faire permuter ces deux cartes lorsque les mains se sépa- rent, Les deux cartes de la main droite sont alors posées sur les trois de la main gauche, et les cing cartes sont roplacées faces en bas sur le jew sans que les spectateurs en aiont vi les faces. Ramassez les cing cartes que vous aver distribuées au spectateur et retournez-les faces en haut et égalisées en main gauche; distri- ‘buez la carte qui se trouve sur le face du paquet —le «cing» ~ sur la table, face en haut; prenez la carte suivante — le «six» ~ et posez-le face en haut sur le «cing», en le décalant un peu vers la gauche pour ‘que les deux cartes se chevauchent. Maintenant, posez les trois car- tes qui vous restent en main gauche en bloc sur le «six», mais ég Jement déealées vers la gauche, puis étalez-les vers la gauche pour montrer la suite. Les cartes se rotrouvent ainsi dans leur arrange- ment initial, avec le «neuf» sur la face et le cing sur le dessus. Les cing cartes que vous montres ainsi ne sont pas les mémes que celles que vous aviex placées sur le jeu, puisque le «septs et le suit» noirs originels ont été remplacés par Fautre «sept» et «huit» noirs; ‘mais, étant donné que toutes les cartes sont de familles différentes, personne ne s'apercevra de Ia substitution. Le «sept» et le shui» 33 THE VERY BEST OF DAI VERNON cirs originels se trouvent maintenant en deuxidme et en qua- ‘ieme positions sur le jeu, Vous étes prét & recommencer la dé- lonstration! Jai Vernon se contentait. généralement d'une soule répétition. Ce- endant, lorsque le public était particulitrement réoeptif et intéressé, effectuait la déionstration une troisiéme fois, en y apportant >atefois un petit changement, Aprés avoir remis les cartes en place, mélangeait le jeu en laissant les dix cartes supérieures en posi. on, puis remetiait le jeu au spectateur en disant: «ll va de soi que tricheur nest pas le seul & donner les cartes au cours d'une partie, que chacun des joueurs les distribue @ tour de réle, Tene, distri: uuez-les vous-méme cette fois-ci.» Le spectatour sexseutait, et Dai ‘emon retournait sa main pour montrer que cette fois-ci, coat lui qui vait la suite! Il se tournait alors vere le spectateur et lui disait Vous apprenez drdlement vite, vous!» Xe ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON Twisting the Aces Dans ce trés beau tour, qui est l'un des préférés de Dai Vernon, le* magicien montre les quatre As, les ézalise et les tient faces en bas en main gauche. Aprés avoir fait faire un demi-tour sur Iui-méme au paquet des As, Dai fait constater que mn deux siest retourné face en haut, Un autre demi-tour, et tn deuxieme As se retourne face en haut, le premier As s'étant, Ini, remis face en bas. Ces opé- rations sont répétées deux fois encore, jusqu’a ce que chacun des quatre As se soit retourné face en haut & tour de réle dans le paquet faces en bas, Alex Elmsley a inventé un taux comptege que Dai Vernon utilise dans ce tour, et qui est connu sous la dénomination de «comptage de quatre pour quatre parce que, bien que le magicien n'utilise que quatre cartes, quil compte une une, Pune delles reste invisible durant le comptage, ce qui est rendu possible par le fait qu'une autre est comptée deux fois. La description de ce comptage figure dans une lettre d’Alex Elmsley adressée & Dai Vernon, qui a tout de suite reconnu son grand intérét, et qui utilise maintenant dans plusieurs de ses effets. Ce comptage sera expliqné dans la description de la routine. Arrangez les quatre As dans Vordre carreau, pique, ccour et tréfle, TAs de carreau se trouvant sur la face du paquet faces en haut. Te- nez ce demier faces en haut, montrez les faces des As en en prenant deux dans chaque main, puis remettez-les les uns sur les autres dans Te méme ordre en main gauche. Egelisez ce petit paquet, et retour- nezle faces en bas. La raison pour laquelle deux cartes sont mon- trées dans chaque main est pour empécher les spectateurs de se rappeler Vordre exact des As. Boniment suggéré: «Tres peu de gens se rendent compte que U'As de ique, parce quil est plus gros que les atres, est tres difficile & ma- nier. Je vais vous montrer ce que je veux dire», Tenez le paquet faces en bas en main gauche, bouclez la carte inférieure et retournez fa- 35 THE VERY BEST OF DAI VERNON 3 en haut les trois cartes du dossus comme une scule en les bas- lant de droite & gauche, Pour effectuer cette manceuvre, les trois ‘es sont serrées entre Vindex sur la tranche supérieure et le pouce ra tranche inféricure afin quelles restent parfaitement alignées, basculées prestement faces en haut surla carte inférieure. Appa. mment, vous avez simplement retourné TAs de pique face en haut, accord avec ce que vous venez de dire, ast essentiel que les trois cartes soient basenlées faces en haut de yon & retomber immédiatement sur la carte inférioure, od index pouce les alignent & nouveau parfaitement, et non retournées ot aues entre les doigts, ce qui serait fatal a Illusion. tournez. la main gauche paume en bas de fagon a dissimuler la ve du paquet aux spectateurs et, simultanément, prenez ‘As de. jue en main droite, [’As de earreau est maintenant visible; tapo- ‘ren la face avee As de pique en faisant Ia remarque suivante: uant aux autres As, cest un jew d’enfant que de les manipuler», ot mettez 'As de pique faco en haut sous Je paquet. Si ces mouve: ants sont exécutés correctement, ils donnent Fimpression que vous ez simplement retourné IAs de pique face en haut, pour le sépa- "des autres As, et le remettre sous le paquet faces en haut; appa- sument, tous les As sont faces en haut, En réalité la situation est suivante: As de carreau est face en haut, VAs de tréfle est face bas, I’As de ccour est face en bas, et VAs de pique est face en haut. Fig. 9 nez le paquet faces en bas en main gauche, Je pouce en travers dos du paquet, son extrémité se trouvant peu prés au milieu 36 THE VERY BEST OF DAI VERNON du grand obté droit des cartes, le majeur étant dane la méme posi- tion mais sous le paquet (Fig, 9) ‘Tout en disant: «En faisant faire un demi-tour au paquet comme ceci..», prenez le coin supérieur gauche du paquet entre le pouce et Vindex droits comme le montre la figure 9 of faites pivoter les cartes de sorte que le pouce et le majeur gauches se trouvent maintenant tout au bord au centre de la grande tranche gauche des cartes, C’est la position de départ pour le «comptage de quatre pour quatre» qui ‘est maintenant effectué de la fagon suivante: Avec le pouce droit sur le centre du grand c6té droit du paquet et le majeur dessous, saisissez la carte supérieure, glissed-la vers la droite (ce qui révéle la face de VAs de eceur qui se trouve sous elle alors ‘que Yous poursuivez votre phrase «..'As de coeur se retourne face en haut»), et commencez a la glisser sous le paquet. Juste avant qu’elle nientre en contact avec les doigts de Ia main gauche, la boule du pouce gauche, qui est en contact avec le bord méme des cartes, pousse deux cartes vers la droite. Le pouce et le majeur droits prennent entre cux ces deux cartes comme une seule au moment oi les doigts gauches prennent la premitre carte face en bas sous le paquet, & égalité avec la carte au-dessus delle. Lorsque les cartes tenues en- tre les doigts de la main droite, la carte du dessus étant PAs de caeur face en haut, n'ont plus de point: de contact avec celles en main gau- che, le pouce gauche pousse ls carte du dessus de ces derniares vers la droite, et cette carte est glissée sur As de coeur et maintenue en position par la boule du pouce droit qui se met sur elle au centre de sa grande tranche droite. La carte suivante, cest-i-dire celle qui reste en main gauche, est posée sur celles qui se trouve en main droite de Ja méme maniére, Un essai vous montrera que vous donnez ainsi illusion de compter d’abord une carte face en bas, puis PAs de cour face en haut, suivi de deux cartes faces en bas. En fait, la premiére carte face en bas est vue deux fois, et ’As de tréfle qui est face en haut reste dissimulé sous ls de exbur face en haut, ‘Joignant les gestes aux paroles, faites & nonvean pivoter les cartes comme préeédemment, et effeciuez le méme comptage. Cette fois- «i, les spectateurs verront d’abord denx cartes faces en bas, puis une carte face en haut (I’As de tréfle), et une dernitre carte face en bas. Mettez la derniare carte sous le paquet au lieu de la mettre deseus, ce qui laisse PAs de trefle dessus. ‘Tenez le paquet en main gauche dans la position de la donne, bou- clez la carte inféricure ot rotournez lea trois cartes supéricures comme une seule; apparemment, vous venez de retourner As de 7 ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON ‘fle face en bas. Refaites le mouvement de torsion avec le paquet, comptez les cartes normalement: cette fois-ci (ce qui en inversera rdre) tout en simulant les comptages précédents, les cartes étant sues par le milieu de leurs grands eotés, Pendant que vous comptez 5 cartes, lorsque As de carteau apparait faco en haut, posez-le la carte en main droite, mais de fagon A ce quil dépasse de sa tite tranche supérieure, Le comptage terminég, éventaillez légbre- ont les cartes en main gauche et, do la main droite, retirez TAs de rreau pour le poser, toujours face en haut, sur le paquet, mais en tenant une brisure sous la carte qui se trouve sous lui avec le pe- doigt gauche au moment od vous égaliser les cartes, isissez ces deux cartes comme une seule en main droite par au- sus, retournez les deux cartes en main gauche faces en haut, en- ble, mais légerement décalées Vune par rapport & Pautre, de sorte « toutes les cartes sont maintenant apparemment dans le méme as (en fait, VAs de pique est face en bas), et poser les cartes en ain droite sur celles en main gauche, Retournez le paquet faces bas en main gauche, spliquez au spectatour que le mouvement de torsion n'a aucun of sur ’As de pique, qui cst d'un caractére difficile. Afin de prouver que vous avancez, exécutez le mouvement de torsion, et comptez ‘cartes comme vous V'aviez fait lors du second comptage (la der- ore carte est mise sous Je paquet). Vous montrer, ainsi les dos de atre carles, alors que TAs de pique se trouve en fait face en haut deuxiéme position & partir du dessous. tes que le seul moyen pour que votre magie opére avec LAs de jue consiste a donner une chiquenande au paquet (ce que vous tes). Ne comptez, pas les cartes comme précédemment, mais, afin rendre la surprise plus grande, tenez le paquet entre les pouces les majeurs au milieu des grandes tranches des cartes, et, & 'aide 8 doigts gauches, tirez la carte du dessous vers la gauche (Fig. }. Tirez. maintenant la carte du dessus vers le droite a laide du ‘ace et de index droits. Marquez un temps d’arrét, puis pincez les ux eartes du milieu entre le pouee et Hindex droits au coin supé- uur droit des deux cartes, et séparez-les doucoment on déplagant deux doigts dans des directions opposées. L’As de pique apparait “een haut, Cette fagon de procéder augmente limpact final facon dont les cartes sont maniées tout au long dea routine donne npression que toutes les manipulations sont effectuées du bout 3 doigts, ce qui permet aux spectatours de voir clairement les car- 38 ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON Fig. 10 tes A chaque instant, et renforee dans leur esprit la conviction’ ‘quaucune manceuvro socréte n'est effectnée, Voila un tour qui est cortainement appelé & devenir un classique de la magic des cartes. we ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON La Carte Pensée ‘effet que voici passera pour une authentique démonstration de 2cture de pensée auprés des spectateurs, puisque le magieien pose ne seule question avant de révéler Ia carte mentalement choisie arlun deux. ‘réparation a seule préparation consiste a placer nlimporte quel «deux» en tuatriéme position a partir du dessus du jeu. 'résentation ites & un spectateur que vous allez lui montrer une main de bridge, ¢ demandez-lui de choisir mentalement lune des cartes en se rap- elant également le rang occupé par celle-ci A partir du dessns. ‘xécutez un faux mélange ne dérangeant pas la position du «deux»; uis, tenez le jeu faces en bas en main gauche et a Taide de la main roite, levez la carte du dessus @ la hauteur des yeux du spectateur ¢ fagon & ce qu'il puisse voir la face de cette carte, Continuez rendre ainsi des cartes du dessus du jeu (sans en inverser lordre) asqu’a ce que vous ayez montré treize cartes. Reposez-les sur le jew égalisez les cartes, ites franchement au spectateur que vous allez maintenant mettre s cartes dans votre dos et les arranger d'une certaine maniére, oraque le jeu se trouve dans votre dos, faites passer les cartes d'une vain & Yautre, en commengant. par la earte supérieure, et en les ‘enant une & une (sans en inverser Vordre) jusqu’a ce que vous ar- view au «deux», Cest-adire a la quatriame carte, que vous retour x face en haut. Comptez encore trois cartes (ce qui en porte le ambre a sept) et enfoncez-les en bloc au centre du jeu. Prenez les, ois cartes suivantes et transférez-les en bloe sous le jeu. Puis, ra enez ce dernier devant vous. emandez au spectateur de vous indiquer le rang qu’occupait iginellement sa carte; nanti de cette information, vous étes en esure de la révéler de la manidre dramatique que voici, 40 ‘THE VERY BEST OF OA VERNON Fig. 14 Si le nombre annoneé est: Un: Trois. Quatre: Six: Sept Huit: Etalez les cartes en un ruban faces en bas sur la table, et attirez Yattontion sur lo «doux» face en haut au mi lieu. Dites que cette carte indique la position de la carte pensée par le spectateur; comptes deux cartes & droite du «deux et poussez la troisi¢me hors du ruban (Fig, 11). Demandez le nom de la carte ~ retournez-la face en haut. La procédure est la méme, sauf que vous comptez deux cartes et poussez la seconde hors dalignement, ‘Méme prooédure, mais dites au spectateur que vous avez retourné une carte face en hant directement & cdté de la carte qu’il a mentalement choisie. Retournez la carte immédiatement & droite du «deux. Etalez le jou: la carte pensée apparait face en haut — presque un miracle! ‘Meme procédure que pour trois mais retirez la carte immédiatement & gauche du «deux. ‘Meme procédure que pour deux mais comptez en allant a gauche du « deux», ‘Méme procédure que pour un mais comptes en allant & gauche du «deux», Montrez Je «deux» face en haut au milieu du ruban, Ressomblez les cartes et returner le jeu faces en haut, Distribuez deux cartes sur la table; la carte pensée apparait aur la face du paquet, a ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON Teuf: Idem que pour huit, mais cest la seconde carte qui est la bonne. Dix. Niétalez pas le jeu pour révéler Ie «deux»; retournez-le simplement faces en haut. ™ze: _N’étalez. pas le jeu pour révéler le «deux»; retournez simplement la carte supérieure face en haut. Youze: Montrez le «deux» face en haut, Rassemblez les cartes, et distribuez deux cartes du dessus du jeu; la seconde est celle du spectateur. Yeize: Montrez le «deux» face en haut. Comptez deux cartes & partir du dessus et retournez la tri falgré Vapparente complexité de la méthode utilisée, il vous fant ous rappeler trés peu de choses durant la présentation de Veffet; une sis que les cartes sont arrangées, quelques secondes de réflexion ‘ous permettront de localiser nimporte quelle earte. uel que soit lo rang initial de la carte choisie par Io spectateur, ous révéloz cello-ci d'une maniére logique, co qui rend effet tres onvaincant, * a ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON Secrets Cot excellent tour a été haptisé ainsi parce que Dai Vernon Ya dé- crit pour la premiere fois dans un livre portant ce titre, publié en 1923, ot usage du grand public. Ce n'est que dix ans plus tard quill fit parattre son premier livre destiné a la confrérie magique, sous le titre maintenant eélabre de Ten Super Card Problems. Bruce Cervon nous dit quil a vu Dai présenter ce tour a des profa- nes un grand nombre de fois lors de ses séances au Magic Castle & Hollywood, et que, bien qu'il s'agisse d'un tour simple, il ne manque jamais d’avoir un grand impact sur les spectateurs. Ii devint méme Yeffot préféré d’Alfred Benzon, Thomme qui fit assurer ses mains pour 250.000 dollars. Voici Veffet. Une carte est choisie de la maniére la plus régulitre ‘qui soit par un spectateur qui en prend connaissance avant de la remetire dans le jeu, qui est ensuite remis au spectateur Iui-meme. Le magicien demande alors a ce dernier de penser & un nombre. Le magicien lit dans les pensées du spectateur, et afin de le lui prou- ver, lui demande de prendre connaissance de la carte qui se trouve sur le dessus du jeu, qui Savere étre de méme valeur que le nombre pensé par le spectateur. Puis le spectateur regarde dans le jeu la ‘arte dont la position correspond & la valeur de la carte regardée: est la sienne! Préparation Un arrangement trés simple est nécessaire pour le déroulement de ce tour. Mettez un «sept» sur le dessus du jeu, un «six» en deuxitme position, un «huit» sous le jeu et un «neuf» en deuxitme position sous le jeu. Cet arrangement est fait dautant plus rapide- ment. que les families des cartes n’entrent pas en ligne de compte, cet quil suffit d'en mettre quatre en place. Présentation Eventaillez les cartes et maintenez une brisure sous la carte en septidme position, touten disant: «de pourrais vous faire choisir une carte de cette maniére, mais je vais procéder autrement» 43 ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON Egalisez les cartes tout en maintenant la brisure & aide du petit doigt gauche, et effeuiller la tranche supérieure des cartes. Deman- ddez au spectateur d'insérer son index dans le jeu pendant que vous effeuillez ainsi les cartes, et do prendre la carte qui se présentera sous son doigt. Lorsque le speetateur a pris connaissance de la carte ainsi retirée du jeu, coupez ce dernier a la séparation, demandez au spectateur de remetire sa carte a cet endroit, et remettez vous-méme los cartes coupées sur elle. Cela place automatiquement la carte du spectateur en huitiéme position & partir du dessus du jeu. ‘Remettez le jeu au spectateur et demandez-Iui de penser a un nom- bre entre 5 et 10. Ajoutez que bien que son choix soit assez limits, il ne doit cependant pas étre fait a la légbre, et se rappeler que le jeu cat entre ses mains. Ce que vous allez faire maintenant dépend du nombre choisi par le spectatenr. Lorsque celui-ci vous a indiqué le nombre quil a choisi, procédez de la maniére suivante, A. Sile spectatour a choisi «sept, co qui correspond au choix de la majorité des spectateurs, prenez la carte supérieure du jeu qui se trouve entre les mains du spectateur, et retournez-la pour montrer A tout le monde quill sagit dun « sept». Gardez le carte en main et demandoz au spectateur de regarder la carto en septitme position dans le jeu: cest la sienne, BB. Si le spectateur annonce «huit», demandez-lui de prendre con- naissance de la carte qui se trouve sous Ie jeu, puis de regarder, & partir du dessus du jeu, la carte dont la position correspond ala valeur de la carte regardée. C. Si le spectateur a choisi «neuf», reprenez le jeu de ses mains, glissez la carte du dessous et retirez celle en seconde position sous le jeu, que vous montrez: cest un »neuf>. Posez-le sur le dessus du Jeu, et rendez celui-ci au spectateur afin qu'il compte jusqu’a la neu- vieme carte a partir du dessus du jou, Dai Vernon dispose d'une autre méthode qui lui permet de laisser Je jeu entre les mains du spectateur. Il boucle la carte inférieure & Taide de son index (le jeu ne quittant pas la main du spectateur), ce gui permet au majeur dentrer en contact avec la carte en deuxiéme position sous le jeu, qui est alors retirée. D, Sile spectateur annonce «six», prenez Ie jou en mains et exécu- tez une levée double des deux cartes du dessus, ce qui vous permet 44 THE VERY BEST OF DAI VERNON de montrer le «six»; puis enterrez la carte double quelque part au centre du jeu, que vous render, au spectateur afin quil compte jusqu’a la carte en sixiéme position; il tombera bien sar sur la sienne. Bien que reposant sur une méthode simple, le tour fait grand effet, [parce que vous prouvez effectivement que vous aviez préva le choix du spectateur en connaissant son nombre a Yavance. Le fait de ‘montrer une carte dont la valeur est identique au nombre choisi, puis de découvrir la carte au rang correspondant & ce nombre, est tout & fait inexplicable dans Tesprit du public. Ces points forts du tour doivent étre mis en relief, tout comme doit étre souligné le fait que vous n’avez aucun moyen de changer la position d'aucune carte, Je jeu étant entre les mains du spectateur. Pou de tours de cartes ont un impact similaire a celui que vous ve- nez de lire, et la méthode ulilisée est d’une simplicité telle que tous vos efforts peuvent porter sur la présentation, Limpact du tour re- pose sur votre talent de présentateur; tirez-en le maximum ! Ww ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON Transposition de Pensée Dans le livre intitulé The Dai Vernon Book of Magic, sous le titre «Pénétration de Pensée», Dai Vernon décrit un excellent tour avec quatre As & dos bleus et quatre As & dos rouges. Le magicien invite tun spectateur & choisir mentalement mimporte quel As; puis il compte los quatre As & dos bleus, les pose sur la table, faces en bas, et demande au spectateur de les recouvrir avec Pune de ses mains, ‘Le mogicien compte maintenant les quatre As & dos rouges, et de- mande pour la premiére fois au spectateur de nommer TAs mentalement choisi. Le magicien recompte ses cartes: iI n’en a plus que trois; le paquet du spectateur est recompté et fon constate qu'une carte a dos rouge s'est jointe aux quatre cartes A dos bleus, Cette carte & dos rouge est As mentalement choisi par le spectateur. Depuis qu'il a été publié, ce tour est devenu Tun des préférés de tous les amateurs de cartomagie, étant donné que Peffet en est sur- prenant et la méthode convaincante par sa netteté. Il semblait bien que Yon ne piit ni augmenter Peffet de ce tour, ni améliorer son exé- ution; mais Dai Vernon a récemment inventé un tour similai dans lequel As mentalement choisi change de place avec son ji meau, I's a dos rouge se retrouvant dans le paquet & dos bleus, et, TAs bleu dans le paquet & dos rouges. En outre, la méthode employée est peut-Gtre meme encore plus directe que la premiere. Test nécessaire d'arranger les quatre As & dos rouges ainsi que les quatre As a dos bleus dans un ondre facile a retenir; aussi, le moyen le plus simple consiste-til a les ordonner selon la formule Piqueur- ‘Tricar (*). Tenez les huit cartes éventaillées faces en haut, les As & dos bleus & droite; Pordre de ces derniers est donc, de droite & gau- che: pique, cceur, tréfle et carreau; les As A dos rouges suivent dans Je méme ordre, Prenez maintenant As de carreau a dos rouge, qui est a lextréme gauche de Téventail, et remettez-le trois cartes plus loin a droite, clest-a-dire a cdté de VAs de carreau & dos bleu. 10 text orginal nae as mention dla forme fangs, mais nous avons penstanfonaleptant eto note dre row en Lclanoosfaprenicage four er nin ar il ee cream ann pe a frmufo mnérosehngu angie lisse, ceat-ave Trae, Cur, Pig et Carreau, (N.D. T.) i 46 ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON Présentation Lorsque vous étes prét a présenter Veffet, éventaillez les eartes pour en montrer les faces; puis, retournez-les pour montrer quatre dos rouges et quatre dos bleus, Retournez-les & nouveau faces en haut ‘et éventaillez-les entre les deux mains en mettant le pouce gauche sur la face de ’As de carreau a dos bleu (Fig. 12) et le majeur droit sur le dos de TAs de carreau & dos rouge. En ramenant d'abord les deux mains légerement ensemble, puis en les séparant, Véventail se seinde en deux paquets de quatre cartes chacun, mais TAs de carreau a dos bleu s'est automatiquement joint aux cartes a dos rouges, ot PAs de carreau a dos rouge au paquet de cartes a dos bleus. Posez les deux éventails sur la table, faces en haut, & une dizaine de centimétres Pun de Fautre, le paquet bleu & droite et le paquet rouge & gauche; la transposition des deux As a licu au mo- ment oft les cartes sont posées sur la table. Demandez maintenant, un spectateur de penser simplement & un As. ‘Tout en faisant la remarque suivante: «Lorsqu’on leur demande de penser un As, la plupart des gens pensent aVAs de tréfle», prenez les ‘deux cartes supérieures de la pile de droite et servez-vous-en corame ‘dune pelle pour ramasser les deux cartes restantes, ce qui transfere TAs de tréfle sur la face du paquot. Indiquez-le du doigt, égalisez les ‘cartes, retournez le paquet faces on bas et placez-le surla table. Ra~ massez lautre éventail, égalisez les cartes, retournez-les faces en bas, poussez-en la carte du dessus légdrement a droite et gardez-la dans cette position en Ia tenant par les petites tranches pendant {que Ie paquet est posé sur la table. Placez Vextrémité de Tindex gauche sur le coin supérieur gauche de la carte en seconde position, prenez la carte du dessus en main droite, et glissez-la sous le pa- quet (en opérant ainsi, vous ne risquez pas Pexposer le dos de la carte du dessous), Prenez Je paquet en main gauche en position pour Te «comptage de quatre pour quatres d'lex Elmsley (voir «Twisting the Aces» plus haut dans cet ouvrage), Effectuez le comptage, mais ‘en mettant la troisiéme carte comptée en saillie interne (Fig. 13); le ‘comptage terminé, coupez le paquet sur la carte en saillie, complé- tez la coupe, et replacez le paquet sur la table. La carte a'dos bleu se trouve maintenant en deuxiéme position & partir du dessus. Pre- nez Pautre paquet et elléctuez. le comptage exactement comme vous venez de le faire pour le premier paquet: mettez la troisiéme carte en saillie interne, coupez sur elle, complétez la coupe, et replacez le paquet sur la table. Grace & ce comptage, vous montrez que chaque paquet est composé de cartes dont les dos sont de la méme couleur. ar Posez les mains paumes en bas sur les deux paquets et prononcez, ‘a formule magique (ou servez-vous de Ta mise en scéne qui vous convient le mieux), étalez les paquets pour faire constater quiune transposition de deux cartes sest produite. Pronez la pile gauche en mains et demandez au spectateur dé nommer I'As qu'il a mentalement choi. Selon sa réponse, procéder de la maniére sui vante: is de carreau: vous étes dans un jour faste, puisqu'il ne reste plus dion a faire; profitez de la situation au maximum et montrez de la ‘agon la plus dramatique possible que As de carreau a dos rouge se rouve dans le paquet bleu, et VAs de carreau a dos bleu dans le vaquet rouge. 1s de ceur: étalez les cartes pour en montrer les dos, puis égalisez- es, Décalez la carte du dessus vers la droite et en arriére sur envi- ‘on trois centimetres, bouclez la carto du dessous et décalez toutes es cartes qui se trouvent au-dessus delle vers Pavant jusqu’a ce que a carte que vous avez décalée en arrigre soit de niveau avec la carte {u dessous. La figure 14 illustre cette manceuvre; deux cartes (su- 2erposées comme s'il slagissait d'une seule carte) dépassent ainsi de 2 petite tranche supérieure du paquet. Saisissez le coin supérieur lroit de cette carte double entre le pouce et Vindex droits, retirez-ta 40 paquet et montrez la face de I'As de eceur, puis posez-la face en BE SEES EH EE EEE EEE EEE EEE THE VERY BEST OF DAI VERNON bas surles cartes en main gauche. Dites: «Cette carte est venue de la», et prenez la carte & dos bleu pour la poser sur l'autre paquet. Placoz les cartes que vous avez en mains sur la table; prenez autre pa- quet en mains, décalez les deux cartes supérieures a dos bleus vers Ja droite et en arritre, bonclez la carte du dessous et décalez toutes, Jes cartes au-lessus delle vers avant de sorte que deus cartes (su- perposées comme sill s‘agissait d'une carte unique) dépassent de Yéventail. Dégagez la carte & dos rouge ('As de eceur & dos bleu se trouve dessous ot les deux sont: prises comme une seule), montroz Ia face de cette carte double, et posez-Ia face en bas sur les cartes en main gauche. Prenez la carte supérieure dos rouge et placez-la sur le paquet rouge; puis, mettez toutes les cartes en main gauche sur le paguet rouge. Retournez la nouvelle carte supérieure, et montrez-en la face (As de coeur) en disant: « Ce qu'il y a de surpre- nant, c'est que vous ayez précisément pensé & VAs qui a changé de paguet /» Le fait de montrer V’As de eqeur & dos blew & la fin est une touche extrémement convaincante; car, étant donné quiil s'agit de la carte du dessus, les spectateurs pensent que cest celle que vous avez prise dans le paquet rouge. Ce stratagéme est utilisé dans tous les cas, quel que soit IAs choisi. As de pique: prenez la carte du dessus en main droite. A Yaide du ‘pouce gauche, glissez la carte & dos bleu sur la carte en main droite, ‘ainsi que la suivante, montrant ainsi la carte & dos bleu au milieu des trois cartes en main droite. Remetter les trois cartes en main droite sur la carte en main gauche. Exécutez maintenant exactement les mémes manceuvres que pour YAs de ccour. ‘Dans Tautre paquet, bien sir, les deux eartes du dessus sont pelées Tune apres Pautro, ce qui en inverse ordre, puis la carte a dos rouge ‘st glissée sur elles, puis une autre carte & dos bleu est mise sur ces cartes, et finalement, la dernidre earte & dos bleu est posée sur le tout. Ges opérations aménent I'As de pique en douxidme position & partir du dessous, et immédiatement au-dessus de lui la carte & dos rouge. As de tréfle: décalez la carte supérieure et prenez-la en main droite; puis, décaler. la suivante (& dos bleu) et prenez-la sous la carte en main droite. La troisiéme carte est, prise du dessous du paquet en main gaucho a Yaide des doigts droits, et mise sous les deux cartes ‘en main droite, Placez la derniére carte sous le paquet en main droite. 49 “THE VERY BEST OF OAI VERNON Répétex. exactement les mémes manaouvres que pour As de ccour, excepté que le second paquet doit étre compté de fagon & transférer As de tréfle en deuxiéme position sous le jou, la carte & dos rouge se trouvant immédiatement au-deseus de lui. we ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON Pensez a un As Parce que la réalisation de ce tour ne demande que peu de travail pour le magicien, le lecteur sera pout-étre tenté de passer outre. ‘Toutefois, bien que la méthode soit simple, Veffet est excellent, comme un essai vous le montrera. Le tour consiste & demander & un spectateur de penser & un As, de se concentrer sur As choisi, puis de le nommer. Le magicien coupe aussitdt le jen sur VAs choisi effet repose sur un arrangement d'une extréme simplicité, qui peut tre réalisé pendant que lon mélange le jeu; mais, dans un souci de simplicité, nous supposerons que le lecteur décide arranger les cartes avant de présenter effet. Placez IAs de carreau sous le jou. Les trois As restants doivent se trouver au milieu du jeu, As de tréfle étant sous les deux autres, TAs de ccour au milieu, mais en saillie interne, ct I’As de pique au- dessus. Si le spectateur choisit 'As de carreau, retournez lentement le jew faces en haut pour faire constater quil se trouve sur la face du pa~ ‘quet; puis remetter le jeu faces en bas ot retournez la carte du dessus pour montrer quil ne s/agit pas d’un As. Ce dernier détail intrignera le spectateur, et il en conclura que vous avez eu de la chance; aussi, proposez-lui de recommencer. Pour As de pique, mettez la main droite au-dessus du jeu et cou pez ce dernier au-dessus de la carte en saillie; puis retourne le pa- ‘quet en main droite faces en haut afin de montrer la carte qui se trouve sur sa face. Au moment o3 vous effectuez la coupe, la carte ‘en saillie est mise a égalité avec les autres cartes grace au pouce droit qui se replie vers Vintérieur. Pour montrer PAs de copur, coupez sur la carte en saillie, Pour As de tréfle, coupez sur Ia carte en saillie, et, retournez la carte supé- rieure du paquet inférieur, Effectué une fois seulement, amené et présenté comme il faut, c& petit tour ne manquera pas de faire son effet. 51 THE VERY BEST OF DAI VERNON Mystére en Rouge et Noir Bien que Dai Vernon ait mis au point cette routine en 1930, le temps ne lui a rien été de sa valeur, et elle mérite toujours de figurer dans le répertoire du cartomane contemporain. Il s'agit en fait d'une rou. tine apparentée au théme de «L’Huile et I'Rau», idéale pour servir dinterméde dans n'importe quelle séance de cartomagie. Effet Lemagicien montre huit cartes, quatre noires et quatre rouges. Ces cartes sont arrangées de sorte que les couleurs alternent: rouge, noire, rouge, noire, etc. Il suffit de déplacer une seule carte, cest-a. dire mettre celle du dessus, dessous, ou vice-versa, pour quaussitdt Yorconnanee de toutes les autres cartes en soit changée. Présentation Montrez, quatre cartes rouges et-quatre cartes noires et alternez-les de maniére & ce que lordre des cartes soit: rouge, noire, ete., a par- tir du dessus du paquet, Cet arrangement est effectué ouvertement devant les spectateurs, Le paquet étant tenu faces en bas en main gauche, distribuez les tes une A une en une rangée faces en haut sur la table de ma- aidre & ce quielles se chevauchent, Attirez Vattention des apeetateurs sur le fait que les couleurs sont alternées. Dites-leur que le simple ‘ait de transférer Ja carte inférieure sur le paquet eniraine un changement dans lordre de toutes les autres cartes, Rassemblez les cartes d'un grand geste de la main gauche et tenez © paquet bien égalisé faces en bas en main gauche. Retirez mainte- jant Ia carte inféricure, ou du moins feignez de le faire, ear c'est en 4uit la carte en deuxiéme position sous le paquet qui est prise grace 1 majeur gauche qui boucle la carte du dessous, ee qui permet au najeur droit de s‘insérer dans Youverture ainsi formée et de retirer a carte suivante, ‘a figure 15 montre cette manceuvre on train de se faire, vue du ‘oté du magicien. Cette carte est posée sur le paquet. -#s cartes sont maintenant distribuées faces en haut comme aupa- ‘vant, mais une donne en second est effectuée sur la quatriéme arte. 82 ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON wraitre les cartes par groupes de deux rouges, deux Cal os appari es tena rupee das uy, et appelée «The New Theory Second Deal», est idéale pour cette routine (*). La figure 16 montre cette donne en second saisie sur le vif. Le magicien dit maintenant aux spectataurs qu'il est possible de re- ‘mettre les cartes dans leur ordre originel en utilisant exactement la méme procédure. Rassembler-les et tenez-les en un paquet égalisé en main gauche, faces on bas. Cette fois-ci, retirez bel et bien la carte inférieure du paquet ot transférer-la dessus. Une fois de plus, distribuez les car- tes on une rangée faces en haut, en exécutant une donne en second sur les troisiéme et septiéme cartes; les cartes seront & nouveau al- ternées par couleurs. Il est extrémement facile de donner en second sur la septiéme carte, puisqu’a co moment-1a il ne vous reste plus que deux cartes en main gauche, ct qu'il sufft de prendre celle du dessous au lieu de celle du dessus. Dites: «Pour mettre les cartes dans un ordre totalement différent, il suffit de faire exactement la méme chose». Rassemblez les cartes ot ‘tenez-les en un paquet faces en bas. apparemment la carte du dessous pour la transférer des- fn, mii Bronor on ful favantederniore grace & la méthode de la boucle déja utilisée précédemment, Distribuez & nouveau les cartes faces en haut, en exécutant cette fois-ci une donne en second sur les troisiéme et sixieme cartes. Tout (©) Cette technique ne figure pas dane le présent ouvrago, (N. D..) 53 THE VERY BEST OF DAI VERNON endonnant les cartes, dites: «Trois noires et trois rouges». Aprés avoir donné la sixiéme carte, prenez la septi¢me en main droite et com. ‘mencez a la retourner face en haut, mais sans la poser sue la table, Retournez-la face en bas et mettez-la sous la carte en main gauche. Laissez ces deux cartes en main gauche, ramasse2 les trois noires ct les trois rouges qui sont sur la table et posez-les sur los cartes en main gauche, Retires, cuvertement la carte inférieure du paquet et transférez-la sur celui, Distribuez maintenant ies cartes lentement faces en haut sur la tax ble: Jes quatre noires seront ensemble ainsi que les quatre rouges La donne est on ne peut plus honnéte et lo résultat tout a fait sur. prenant. On peut mettre fin & cet intermede ici; mais on peut aller plus loin on faisant-& nouveau s'alterner les cartes de la maniére suivante: Rassemblez les cartes et tenez-1es en un paquet bien égalisé en main zauche, faces en bas, Exécuter, une levée double des deux cartes supérieures, ot placez. es, comme s'il ne s'agissait que de la carte du dessus, en deuxiéme vosition sous le paquet, La méme méthode que précédemment est omployée, a savoir que le majeur gaucho boucle Ia carte inférieure, +2 qui vous permet dinsérer les deux cartes comme une seule dans ‘ouverture ainsi formée. dn montre maintenant que les cartes sont & nouveau alternées en -flectuant une donne en second sur les deuxidme et cinquitme ear- 2elte routine plaira immédiatement & tous coux qui ont Yhabitude \exécuter des donnes en second, mais les autres ne devraient pas tre rebutés, car il nest pas essentiel que la technique de la donne. 1 second soit absolument parfaite, Llattention des spectateurs est uurtout attirée par les cartes au fur et & mesure qu’elles sont posses ur la table; ce qui se passe en main gauche les intéresse beaucoup roins. ‘ette routine est un interméde idéal pour enchainer avec une rou- ne d’«Huile et Eau»; on peut également la présenter comme une xplication de cet eflet. Peut-étre vaut-il mieux la présenter sous co emier aspect, car dans ce cas, si vos donnes en second ne sont pas arfaites, et si elles sont détectées par les spectateurs, ceux-ci n'y omprendront plus rien par la suite, car ils croiront que la donne en 2eond fait partie de Vexplication ! SESE EEE SEE EEE HEE Eee EEE 54 THE VERY BEST OF DAI VERNON Mathématiques Elémentaires Comme le titre Vindique, ce tour semble reposer sur un calcul ma- thématique, mais explication précise reste néanmoins un mystare. Bien quil ne s'agisse que de la découverte d'une carte librement choisie, les conditions dans lesquelles eelle-ci est réalisée sortent de Yordinaire. Préparation cee Un arrangement de dix cartes est nécessaire sur le dessus du jeu. partir du dessus, nous avons les cartes suivantes: 10, 9, 8, 7, 6,5, 4, 8, 2, As; les familles do cos cartes n’entrent pas en considération; seule la progression numérique des valeurs est importante. Présentation Exéeutez un faux mélange et/ou une fausse coupe qui gardent in- tact Parrangement supérieur du jou. Tenez ensuite ce dernier en ‘main gauche et prenez-le avec la main droite par au-dessus, le pouce se mettant sur la tranche arriére des cartes, afin de les effeuiller vers le haut de sorte que vous puissioz voir les faces des cartes. Ef feuillez los cartes de bas en haut jusqu’a ce que vous aperoevier As qui fait partie du montage, ct gardez une brisure sous lui, Effeuillez maintenant la petite tranche supérieure du jeu afin que le spectateur puisse librement choisir une carte; assurez-vous sim- plemnent quil choisisse une caste dans les deux tiers inférieurs da Jeu. Fifeuillez les cartes jusqu’a la brisure, coupez toutes les cartes ‘aucdessus de cette dernitre, demandez au spectateur de poser sa carte sur le jeu, et remetter. sur elle les cartes que vous avez coupées. Demandez maintenant un spectateur de vous donner n'importe quol chiffre entre 1 et 5, extrémes compris, et a un autre un chiffre entre 6 et 10, extrémes compris. Quels que soient les choix des spectatours, additionnez mentalement les deux chiffres ct poursuiver de Pune des maniéres suivantes. 58 THE VERY BEST OF DAI VERNON ——__THEVERVBESTOFDAIVERNON A. Si le total des doux chiffres est supérieur a onze, dtez onze du {otal obtenu, et, & l'aide d'un mélange ou d'une coupe, transférez le sombre de cartes correspondant & la différence, du dessous de jeu, lessus, 8. Sile total obtenu est inférieur a onze, dtez-le de onze, et trans rez le nombre de cartes égal au résultat obtenu, du dessus du jet Jessous, Le jeu est maintenant prét pour Peffet proprement dit. Rappelez aux spectateurs le chiffro choisi par le premier spectateur Cest-Acdire le plus petit des deux) et distribuex ce nombre de carton, me & une a partir du dessus du jeu, en une pile faces en bas sur la able. Retournez face en haut la derniére carte distribuée: sa va eur est égale au chiffre choisi par le deuxiéme spectateur, Remet- ex cette pile de cartes sur le jeu et distribuez cette fois-ci le nombre {e cartes correspondant au chiffre choisi par le deuxiéme specta eur; la valeur de la demniare carte distribuée correspondra au chit te choisi par le premier spectatour. Remettez toutes les cartes sur © jeu, et distribuez une pile de cartes correspondant au total des (eux chiffres: la demniére carte donnée sera celle du spectateur! 4m ajoutant une carte queleonque sur le dessus du jeu dés le dé- sart, il est tres probable que vous n’ayez a effectuer aucun nent ultérieur, _ ae 56 ‘THE VERY BEST OF DAl VERNON L’Huile et PEau Dans son tour intitulé «Suivez.le Chef» Dai Vernon utilise deux pa- quets de cartes, Pun composé de cartos rouges, Yautre do cartes noi- res. Une carte témoin est: prise de chaque paquet ot posée sur la table en face du paquet correspondant; puis le magicien transpose Jes deux paquets, le paquet rouge étant placé en face de la carte témoin noire, et vice-versa, Lorsqu’on retourne la carte supérieure de chaque paquet face en haut, on constate qu'elle est de la méme couleur que la carte témoin lui faisant face. Les paquets ont beau étre changés de place autant de fois que Von veut, les cartes «suivent leur chef» jusqu’a ce que toutes les cartes rouges se retrouvent dans une pile, et toutes les noires dans l'autre. En travaillant sur une idée différente, Ed Marlo imagina le théme de «I'Huile et 'Eau»: quels que soient les efforts faits pour mélan- ger les cartes noires et rouges, celles-ci se séparent toujours. En sinspirant de effet d'Ed Marlo, Dai Vernon a imaginé cette routine qu'il présente dans ses propres séances, Elle commence avec Teffet d'Ed Marlo, pour se terminer avec la variante de Dai Vernon. Cartes nécessaires Pour des besoins de clarté, les illustrations ont été réalisées avec des figures rouges et des cartes hautes points noirs; ces cartes conviennent également trés bien lorsqu’on présente le tour en pu- Dlie. ‘Llarrangement des cartes est le suivant: quatre cartes noires sur la face du paquet, suivies de trois cartos rouges, elles-mémes suivies de deux cartes noires, et une rouge. En fait, les spectateurs ne ver- ont jamais que quatre cartes rouges et quatre cartes noires. Présentation. Brodez sur le théme de Phuile et Peau qui ne se mélangent, pas lors- ‘quion les met ensemble. Les cartes rouges représentant Vhuile, les cartes noires Veau. Les cartes sont tenues en main gauche dans la position de la donne. Pelez les quatre cartes noires en main droite et posez-les sur la ta- O ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON ble, en un paquet faces en haut bien égalisé, Bien que les specta- teurs voient quatre cartes noires lorsque vous les pelez en main droite, ils ne se rappelleront pas les identités précises de ces cartes. Compter. les six cartes restantes comme quatre cartes rouges en douclant la carte inféricure sur le compte de trois, le bloc de trois cartes étant compté comme une, et en posant la demniére carte sur le paquet. Retournez-ce dernier faces en bas, et tout en disant: «Nous laisserons ces cartes faces en bas», pose-les une une sur la table (ce qui en inverse ordre) en bouclant la carte inférieure apres que Jes deux premidres ont été posées, comme précédemment. Reprenez le méme paquet en main gauche, faces en bas, Décalez la carte supérieure vers la droite, saisissez Ie bloc da cartes entre le pouce et l'index droits par son coin supérieur droit et tenez-le en place pendant que vous effectuez une boucle double avec les deux cartes inférieures du paquet, que vous éventaillez. séparément vers Ja gauche; vous donnez ainsi limpression de tenir un éventail de quatre cartes faces en bas en main gauche, En arrangeant les cartes, en éventail, faites glissor la carte du dessus tres légerement vers la gauche, afin de vous assurer que le bloc de cartes donne lapparence dune carte unique. Prenez la premiere carte noire du paquet faces en haut sur la table, retournez-la face en bas et insérez-la entre les deux dernidres cartes A gauche de léventail, en la laissant dépasser de ce dernier. Alternez 88 > ‘THE VERY BEST OF /ERNON aingi le restant des cartes noires avec les quatre (2) cartes tenues on main gauche, la derniére étant posée sur Péventail, et maintenue en place par le pouce gauche. La figure 17 vous montre la position des cartes a co moment-la Egalisez les cartes et dites: «Nous avons done essayé de mélanger Vhuile et Veau», Montrez la carte supérieure, qui est noire, posce la face en bas sur la table; montrez la seconde carte (une rouge) et po- sez-la sur celle que vous venex de poser sur la table. ATaide du pouce gauche, décalez les deux cartes suivantes, prenez-les légérement ventaillées en main droite, montrez-en rapidement les faces, et re- mettez-les sur le paquet en main gauche, sans les avoir inversées. Ramascez ensemble les deux cartes qui se trouvent sur la table et remettez-les sur le paquet. ‘Tenez le paquet par le coin inférieur droit entre le pouce et index droits et secouez-le doucement en disant: «ll suffit de secouer dou- ‘cement le paquet comme cela pour qu'une transformation magique ‘se produise instantanément». Retournez le paquet faces en haut et prenez-le en main gauche. Eventaillez les quatre cartes du dessus et prener-les en main droite; puis, apros avair montré que toutes ces cartes étaient noires, égalise7-les et posez-les faces en haut sur la table. Comptez les six cartes en main gauche comme quatre en bou- lant la carte inférieure aprés que les deux premibres cartes ont été comptées et en prenant le bloc de cartes comme sil ne s'agissait que dune seule carte, Posez la demniére carte sur le dessus du paquet — los spectateurs n’ont vu que quatre cartes rouges, Reprenez les cartes en main gauche et dites: «Peut-étre aimeriea-vous que, je recommence ? Cette fois-ci, afin que les choses soient encore plus neties, je vais laisser toutes les cartes faces en haut; vous pourrez ainsi voir exactement comment les choses se passent», Eventaillez les trois cartes supérieures, les trois demniéres restant ensemble en bloc, Ja seule carte visible étant celle se trouvant sur la face du bloc, cest- Acdire une carte rouge qui complete la série des trois premitres Prenez. une carte noire et, en commencant par la droite, insérez-la sous la premiére carte rouge; continuez.d alterner les noires avec les rouges, la demniére étant mise sous Péventail. La figure 18 montre ce que les spectateurs voient lorsque la demitre carte a été mise en place. Egalisez les cartes. Dites: «Cette fois-ci, je veux vraiment que vous puissiez vous rendre compte que les cartes sont véritablement alternées». Comptez les cartes faces en haut en les passant de la main gauche en main droite, sans en inverser Yordre, tout en disant a haute et intelligible voix! 59 ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON ‘Rouge, noire, rouge, noire..». Lorsque vous dites «noire» pour Ia stoisitme fois, abaissez Iégérement les trois premiers doigts de la nain droite, tout en laissant le petit doigt en contact avec le dos des cartes, Au moment ot la troisiéme carte noire est passée en main ‘rvite, celle-ci est placse au-dessus des trois doigts mais sous le pe- it doigt (voir la figure 19 qui montre la manceuvre vue de dessous); a derniére carte rouge est placée dans cotte ouverture en forme de ¥; puis, le paquet tout entior en main droite est posé sur le bloc >arfaitement égalisé en main gauche. Les cartes qui constituent. ce aloe étant parfaitement superposées, il apparait comme étant la quatrieme carte noire, Retournez le paquet faces en bas. 4 Vaide du petit doigt gauche, obtenez une brisure au-dessus des Jeux cartes inférieures. Prenez les quatre cartes supérieures en main invite, éventaillez-les, et retournez-les faces en haut pour montrer juatre noires que vous posez sur la table, Sans hésiter, éventaillez es deux cartes supérieures du paquet en main gauche vers la droite; ouis, Vindex droit pénétrant dans la brisure par le coin inférieur droit les cartes, et le pouce se posant sur les cartes éventaillées, soulevez es deux cartes éventaillées ainsi que les deux cartes égalisées comme ane seule, et glissez le tout vers la droite, Cette manceavre laisse es deux cartes inférieures superposées comme sil s'agissait d’une carte unique, et la main gauche donne Papparence de tenir un Sventail de quatre cartes seulement, la main droite s'étant enlevée. Sn levant la main gauche, montre2 les faces des cartes: elles sont utes rouges. Abaissez la main gauche de fagon & amener les eartos faces en bas, ot égalisez-les, La main droite prend les cartes qui se trouvent sur table, les retourne faces en bas, et les dépose sur le paquet en nain gauche, Eventaillez les quatre premiéres cartes, prenez-les en nain droite, retournez-les pour en faire voir les faces, et, en méme emps, décalez la carte supérieure du paquet en main gauche lége- ‘ement vers la droite. Tout en faisant la remarque suivante: «de vais ffectuer un mélange magique», abaissez. la main droite (les cartes cont maintenant faces en bas) et alignez la carte qui se trouve & yauche du paquet en main droite avec la carte supérieure (Iégere- nent décalée) du paquet en main gauche, Saisissez cos deux cartes mn étendant le majeur droit sous les cartes ot en plagant le pouce zauche sur la carte qui se trouvait originellement sous le paquet en nnain droite. Dun léger déplacement vers le droite, suivi d'un brus- ue mouvement vers le haut de la main droite (tout en retenant la arte qui se trouvait originellement sous le paquet en main droite & “aide du pouce gauche de sorte qu'une transposition de deux cartes 60. THE VERY BEST OF DAI VERNON ait liew), tapez Ie paquet en main droite sur celui en main gauche, Posez le paqnet droit sur le paquet en main gauche, Retournez Yen- semble des cartes faces en haut, et distribuez. les cartes sur la table de maniére a ce quielles se chevauchent. sur leur longueur: les car- tes altorneront rouge, noire, rouge, noire, etc. En donnant les cartes ‘en une rangée verticale, et en commenant du cdté de la table le plus loigné, comme lo montre la figure 20, les trois dernieres cartes étant, posées en bloc comme s'il s'agissait d'une seule carte, la colonne de cartes peut étre rassemblée d'un seul mouvement de balayage de la main droite. En procédant ainsi, on ne laisse pas aux spectateurs le temps examiner les cartes trop longuement (ils pourraient s'aper- cevoir de la présence d'un bloc de cartes @ la fin de la rangée); bien ‘que, de toute évidence, les noires et les rouges soient alternées. Le finale de Dai Vernon Lorsqne les cartes ont été égalisées, les spectateurs penseront que le tour est fini, d'autant plus que vous déposez les cartes dont vous vous étes sorvi faces en bas sur le gros du jeu. Vous vous débarras- sez ainsi, de la maniére la plus naturelle qui soit, des deux cartes supplémentaires, et lorsque vous semblez changer davis et que vous reprenez les cartes du dessus du jeu, vous navez effectivement que ‘quatre rouges et quatre noires. 6 "THE VERY BEST OF DAl VERNON ——_THEVERVBESTOF DAIVERNON Avec les quatre cartes rouges sur le dessus du paquet, dites: «Fai quatre cartes rouges.... Commencez & compter les cartes en les pas- sant de la main gauche en main droite (et en vous tournant légere- ment & gauche pour ce faire). Comptez les deux premidres cartes normalement, puis abaissez les trois premiers doigts de la main droite, en tenant les cartes dgja comptées a Laide du petit doigt droit ar-dessous, et dit pouce par-dessus, et un peu plus bas que dhabi- tude. La troisidme carte comptéo est placée au-dessus des trois doigts, mais sous le petit doigt gauche, alors que la quatriéme carte est Dlacée sous le paquet. Pendant que vous dites: «..et quatre cartes noires», continuez & compter les cartes, les deux premitres cartos noires étant placées dans Youverture en V et les deux dernitres sous le paquet, Egalisez les cartes et retournez le paquet faces en bas en main gauche. Eventaillez les quatre cartes du dessus, prenez-les en main droite et égalisez-les, Peloz la carte supérieure de Pun des paquets, le droit ou Te gauche, face en bas sur la table; faites-en de méme avec la carte supérieure do Tautre paquet, que vous pasez sur la premiera, Continues a alterner ainsi les cartes des deux paquets jusqu'a ce que vous n'ayez plus de cartes en mains. Reprenez lo paquet en mains, retournez-le faces en haut, et.comptaz les cartes en les faisant passer d'une main dans Tautre pour montrer que les quatre eartes Touges sont ensemble, ainsi que les quatre cartes noires. En com. mengant le comptage, tournez le e6té gauche de votre corps vers les spectateurs et exécutez les mémes manceuvres secrétes que précé- demment; vous serez & nouveau prét pour alterner les cartes et re. commencer Fefiet. Lorsque vous montrez les cartes pour la seconde fois, comptez-les comme précédemment, mais cette fois-ci, faites passer trois cartes avant d’abaisser les trois premiers doigts; mettez la quatriéme sous |e paquet, les trois suivantes dans la brisure, ot enfin la toute der- niére sous le paquet. Retournez le paquet faces en bas en main wat che, éventaillez les quatre cartes du desous, prenez-les en main droite et déposer-les faces en bas sur la table. Dites: «Je vais vous dire ce que je vais faire; je vais changer la pro- ‘eédure et vous montrer camment on peut les mélanger au lieu de les séparer», Distribuez les trois premieres cartes du paquet de gauche sur la table, en une pile & part, en en inversant Vordre durant le comptage; puis, servez-vous de la demniére carte comme d'une pelle pour ramasser les trois cartes ainsi distribuées; la derniére carte va done sous le paquet. Posez ce paquet a gauche de l'autre 62 ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON, Prenez le paquet de droite en main gauche, faces en bas, et dites: «Je veux que vous soyez absolument convaincus que les rouges sont sé- arées des noires», Retournez la carte supérieure face en haut & la ‘maniére d'une page de livre, retournez-la & nouveau face en bas de Ja méme fagon, et pelez-la sur la tablo, Bouclez la carte du dessous, et retournez les deux cartes du dessus comme une seule (toujours cornme si vous tourniez la page d'un livre), retournez-les & nouveau. faces en bas, et pelez la carte supérieure sur celle qui se trouve déj sur la table. Eventaillez les deux cartes qui restent en main gauche, et prenez-les en main droite par leurs coins-index de fagan a eacher ces derniers avec les extrémités des doigts, ot retourner. les deux cartes pour en montrer les faces (Fig. 21); puis, remetter-les faces on, bas et poser-les sur les deux cartes qui sont déja sur la table. Reprenez le méme paquet et distribuez-on les cartes sur Pautre pa- quet (en en inversant Vordre), faces en bas; prenez maintenant lo Paquet de huit cartes en main gauche, et éventaillez-en les cing ‘artes du dessus entre les mains tout en disant: «Nous avons donc du noir sur du rouge, et grace @ un simple mouvement comme celui- ci..», Tout en disant ces derniers mots, glissez. la quatritme carte de Péventail sur le paquet en main gauche a Vaide du pouce gauche, et la cinguiéme carte sous le paquet en main droite aVaide du majeur droit (qui se trouve sous les cartes). Cette manceuvre est effectude ‘en méme temps que Ia main droite se déplace légérement vers la droite et Je haut de fagon 2 pouvoir tapoter le paquet en main gau- che, Reposez. immédiatement les cartes en main droite sur celles en ‘main gauche, et distribuez les cartes faces en haut sur la table en méme temps que vous terminez votre phrase «..le rouge alterne & nouveau avec le noir. Les Cartes Indicatrices Effet Avant que le tour ne commence, un «quatre» - Wimporte lequel — uvertement placé face on haut quelque part au milion du jou fases en bas. Puis le magicien étale les cartes et demande au spectateur den choisir une, Aprés en avoir pris connaissance, le spectateur la remet dans le jeu, ot bon Iui semble. Puis, sans ie moindre geste suspect, les cartes sont soigneusement étalées jusqu’a co que Ton arrive au «quatre» face en haut. Le jeu est alors coupé a eet end de maniére a ce que le «quatre» face en haut se retrouve sur le des- sus du jeu, ‘Une fois de plus, les cartes sont: étalées, et le spectateur est invite & retirer n'importe quelle carte de I’étalement. Avant méme que la carte ainsi choisie ne soit identifiée, le magicien annonce que, quelle que soit sa valour, elle servira —de conserve avec le «quatro» face on haut — a localiser infailliblement la premiere carte choisie par le spectateur. La deuxiéme carte choisie est alors retournée face en ie ota vale ‘tinge our compter les cartes & partir du dessus tu jeu. La carte choisie par le sar apparait girjou, Le carte choisi parle spectateur appari offetivement at Méthode Le jeu peut étre remis au spectateur pour qu'il le mélange. ya (eat id epee srs rae mlange Loree tournez le premier «quatre» que vous rencontrez face en bas dans le jeu faces en haut, quelque part au milieu de celui-ci. Faites cela sans faire de commentaires. Si vous préférez, vous pouvez retirer un «quatre» du jeu avant de remettre celui-ci au spectateur pour quil le mélange, ce qui vous évitera davoir a le chercher, et enle- vera dans esprit du spectateur le Soupfon que vous avez arrangé ou mémorisé des cartes aprés qu'il a mélangé le jeu. Prenez maintenant le jou en main gauche, faces en bas, et commen- coz a étaler les cartes en main droite tout en disant : «J'aimerais que 2ous choisissiez une carte, nimporte laquelle, a 'exception de celle qui cst face en haut, et dont vous n’avez pas a tenir compte pour Lins: ‘ant.» Le spectateur choisit done librement-une carve. Pendant que ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON ‘vous éialez les cartes, profitez-en pour metire la cinquiéme apres le equatre» face en haut en saillie interne. Méme si le spectateur choi- situne carte avant que vous 1arriviez au «quatre» face en haut, vous pouvez continuer a étaler les cartes, dans le but apparent de mon- tror au spectateur le «quatre» dont vous venez de parler, face en haut dans le jeu. En égalisant les cartes, le pouce de la main droite appuie sur la pe- tite tranche de la carte en saillie interne, ce qui permet au petit doigt de la main gauche dassurer une brisure au-dessus de cette carte, est-avdire cous la carte en quatriéme position apres le «quatre» face en haut. Demandez au spoctatour de se rappeler la carte quill a choisie. Maintenant, entamez une série de coupes sur la table, en prenant, suecessivement des petits paquets de cartes du dessus du jeu pour les poser l'un sur Fautre sur la table, au fur et @ mesure. Pendant ‘quo vous faites cela, dites au spectateur quill est libre de poser sa carte sur celles qui so trouvent sur la table quand bon lui semble. Continues. & couper de petits paquets de cette manitre, en veillant Aine pas épuiser les cartes qui se trouvent au-dessus de la brisure avant que le spectateur n’ait replacé sa carte sur celles que vous aver. déja posées sur la table, Des que le spectateur a placé sa carte sur eelles-ci, prenez ensemble des cartes qui restent au-dessus de la brisure et posez-les sur la carte du spectateur. Continue & cou- per des petits paquets du dessus du jen jusqu’a ce que vous n’ayez plus de cartes en main. Essayez de maintenir un rythme de coupes régulier, et faites en sorte que les paquets coupés soient de taille a peu prés équivalente, de maniére & donner & Yensemble de ces opé- rations un air de nonchalance. «Vous avez perdu votre carte dans le jeu ot bon vous semblait Deailleurs, Vendroit oiz vous Vavez mise n’a aucune importance... Rappeles-vous: jai retourné quelque part une carte dans le jeu -en Poccurrence, le quatre de cceur {par exemple} que voici, alors que vous en.avee choisi une autre de la maniére la plus libre qui soit.» Pendant que vous dites cela, vous avez repris le jeu faces en bas en main, et vous avez étalé les cartes jusqu’au «quatre» face on haut, Coupez soigneusement le jeu a cet endroit et complétez la coupe le tout de maniére trés ouverte afin que le «quatre» face en haut se retrouve sur le dessus du jeu coupé. «Bien que je n'aie pas la moindre idée de Videntité de ta carte que vous avez choisie, je pense pouvoir la retrou- ver si vous faites encore une toute petite chose pour mot: pourriez-vous retirer nimporte quelle carte du jeu?» Tout en disant cela, étalez les cartes en un long ruban sur la table de maniére a permetire au co ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON spectatour d'en retirer une. Invest pout-étro pas inutile de laisser les six cartes supérieures du jeu groupées de maniére & ce que le spectateur ne scit pas tenté de choisir sa carte parmi celles-la Bien que ignore totalement la valeur de la carte que vous venez de retirer du jeu, elle nous servira pour retrouver infailliblement votre carte.» Retournez la carte du spectatour face en haut, puis rassem- bles les cartes et tenez-les on main gauche dans la position de la one. La situation est alors la suivante : la premiére carte choisie par le spectatour se trouve en cinquiéme position aprés le «quatre» ui coffe le jeu face en haut ; sur la table, face en haut également, 5e trouve le deuxidme carte choisie par le spectateur. Maintenant, grdce au «quatre» et & la valeur de la carte qui se trouve face en haut sur la table, vous allez localiser la premiére carte choisie par le spectateur. La manidre de procéder est différente pour chaque valeur, mais toutes les solutions qui permettent de localiser la carte Ju spectateur sont logiques. Voici les treize possibilités et la maniére dopérer pour chacune delles Sila carte face en haut sur la table est un 4s—Posez. votre «quatre» sur As en disant: «Quatre plus un égale ing. Nous allons done compter cing cartes.» Distribuez cing cartes 2m une petite pile faces en bas sur la table et retournez la derniére carte comptée face en haut: c'est celle du spectateur. Deux ~ Deux plus quatre égale six. Nous allons done compter six ‘arles.» Retournez le «quatre» face en bas sur le jeu et comptez six artes en une petite pile faces en bas sur la table, Retournee face en raut la derniére carte comptée — cest celle du spectateur. Trois ~ Prenez le «trois» qui se trouve sur la table et posez-le face m haut sur le jeu, avec le «quatre». «Quatre et trois font sept.» Re- ournez les deux cartes supéricures faces en bas sur le dessus du eu et distribuez sept cartes en une petite pile faces en bas sur la able. Retournez la demniére carte comptée face en haut: cest celle du ipectateur. Quatre — Posez le «quatre» qui se trouve face en haut sur le jeu sur a table, avec Yautre «quatre». «Nous avons (ous les deux choisi un quatre”. Crest clair: cela signifie que nous devons compter quatre artes.» Comptez quatre cartes & partir du dessus du jen en une retite ple faces en bas sur la table et retournez la suivante: cest celle ta spectateur, ding ~ Posez le «quatre» face en haut a cété du ecing» sur la table. Voici Vendroit ot jai placé ma carte dans le jeu, et vous avez choisi 66 THE VERY BEST OF OAI VERNON tun “cing”. Nous allons done compter cing cartes & partir @ici.» Faites- Jeet retournez la cinquiéme. Six -«Voici Vendroit ot jai placé ma carte dans le jeu.» Retournei le quatre» face en bas sur le jeu. « Vous avez choisi un “six”. Nous al- Ions done compter six cartes,» Faites-le et retournez la sixiéme. ‘Sept — Prenez le «sept» en main et basculer-le face en bas sur le jeu ‘en méme temps que le «quatre». «Votre carte est un “sept”, et voici Tendroit oi. fai placé ma carte dans le jeu. Nous allons done comp- ter jusqu’a la septiéme carte a partir dic.» Faites-le ot retournez la soptiame carte. Huit ~ «Votre carte est un “huit”. Poses le «quatre» face en haut sur la table avec le ehuit». «La mienne est un “quatre”. Quatre 6t6 de huit égale quatre. Nous allons done compter quatre cartes.» Faites-le et retournez la carte suivante Neuf- «Votre carte est un “neuf”. La mienne est un “quatre”. Quatre 616 de neuf égale cing, Nous allons done compter jusqu’d la carte en ‘cinguiéme position». Poser. le «quatre» avec le «nent qui se trouve sur la table, et comptez jusqu’a la cinquiéme carte, que vous re- tournez face en haut. Dix — «Votre carte est un “dix”. La mienne est un “quatre”. Quatre o1é de dix égale six.» Retourne2 le «quatre» face en bas sur le jeu au moment oi vous le mentionnee, ot distribuoz six cartes en uno pe- tite pile faces en bas sur la table, Retournez la sixiéme: cst cello du spectateur, Valet, Dame ou Roi - Toutes les figures ont une valour de dix. Par conséquent, pour ces cartes, utilisez. la méme procédure que pour tun «dix». ‘Aussi bien le controle de la carte choisie que le systéme qui permet, de la localiser quelle que soit la valeur de la carte retirée de létale- ‘ment sont faciles a apprendre et & retenir. Tl est important, pour que Feffet produise tout son impact, d'avoir toutes les solutions pré- sentes & Vesprit pour ne pas avoir & réfléchir, afin de donner limn- pression que la procédure que vous utilisez edt été strictement la méme si la valeur de la carte librement choisie par le spectateur eit été tout autre. w 67 THE VERY BEST OF DAI VERNON Les As Obéissants Jack Avis est l'un des meilleurs cartomanes d’outre-Manche, ot beaucoup de ses effets ont été publiés dans des revues et dans des livres. ly a quelques années, un de ses effets, intitulé «Spin Cut Aces» a paru dans le magazine «Pentagram; depuis, Jack Avis a apporté plusieurs améliorations & cette routine, el y @ ajouté un fi- aalo tout a fait original. C’est en fait une toute nouvelle routine qui sst sortie de ces transformations; nous Vavons intitulée «Les As Dbéissants.. “effot consiste a retrouver Jes As dans un ordre donné et d'une ma- aibre tres spectaculaire; puis, ils sont @ nouveau perdus dans le jeu. £ magicien localise alors instantanémont les quatre rois, Finale nent, les As sont retrouvés l'un aprés Fautre, chacun d'une maniére liférente. irrangement Au départ, les quatre As sont sur le jeu dans Vordre pique, coeur, refle et carreau. Sous eux se trouvent les quatre rois, dans n'importe uel ordre. >résentation hase 1, Bffectuez un faux mélange suivi d’une fausse coupe gar- lant intact Tarrangement des huit cartes supérioures du jeu. Au noyen d'une double-coupe, transférez I’As supérieur (pique) sous le 2u, et-annoneez que vous allez essayer de couper sur IAs de pique. Sxécutez maintenant une coupe-pivot de la maniére suivante: Ie jeu st tonu en main droite par au-dessus, entre la boule du pouce sar 2 petite tranche arriére et Yextrémité de 'annulaire pros du coin upérieur droit; le petit doigt se trouve sur la grande tranche du ou, prés du méme coin. La figure 22 montre la tenue di jeu, vue dit essous, ‘laces. Yextrémité de Vindex gauche en contact avec le coin inférieur auche dun petit paquet de cartes appartenant a la portion cen- ‘ale du jeu. Grace & action de Vindex gauche, faites pivoter cotte ortion hors du jeu, vers la gauche. La tranche supérieure de ce pe- + paquet pivote autour de lannulaire droit (Fig, 23), ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON Continuez a faire pivoter le paquet jusqu’a ce quil ait fait un demi- tour complet, puis laissez-le tomber dans la paume de la main gau- che, Si ces manceuvres sont effectuées sans heurts, le mouvement est en ‘méme temps agréable a regarder et impressionnant; il semble que est la portion inférieure du jeu qui pivote ainsi & gauche; autre- ment dit, les spectateurs ont limpression qu'il s'egit @une fagon nouvelle et originale de couper le jeu, Pour produire le premior As, le pouce de la main gauche se met en travers du dos du paquet so trouvant dans cette main, et la main droite sapproche assez. avec le sien pour permettre a la face de la carte inférieure de ce paquet d'entrer en contact avec le dos du pouce gauche. Ensuite, en déplagant la main droite vers la droite, vous obliges la carte inférieure (As de pique), en contact avec le pouce gauche, a glisser vers la gauche (Fig. 24), oi le pouce gauche la bas- ‘cule immédiatement face en haut en se servant de la grande tran- ‘che gauche du paquet en main droite comme point d’appui, paquet sur lequel elle atterrit, face en haut, ‘Vous donnez ainsi Illusion que la carte provient de Nendroit od le Jeu a été coupé. [THE VERY BEST OF DA VERNON, Pour reconstituer Ie jeu, mettez le coin inférieur gauche du paquet an main droite en contact avec les index et majeur gauches dépliés. Le pouce droit est ainsi en mesure de soulever la moitié environ de se paquet et d’y eréer une grande ouverture, Grace aux doigts de la main droite, glisser le paquet vers Yarriére de sorte que la main gauche puisse guider Je sien dans ouverture formée. Egalisez le jew et gardez-le en main gauche. Basculez I’As qui est face en haut sur le jeu, face en bas, et, tout on Sgelisant les cartes, assure une brisure sous les deux cartes duu dessus, que vous transférez alors sous le jeu au moyen d'une double- coupe. Dites que vous allez maintenant essayer de couper sur TAs de cceur. Bffectuez la méme coupe que précédemment, basculant la carte in- Srieure du paquet en main droite face en haut sur celui-ci, puis re- ‘onstituez le jeu de la méme facon qu'avant. Au moment de remet- re ’As de ccsur face en bas, assurez & nouveau une brisure sous les Jeux cartes du dessus du jeu et, d'une double-coupe, transférez-les sous le jeu. Répeétez. les mémes manipulations pour produire As de refle eb VAs de carreau, Au moment oii vous remettez ‘As de carreau face en bas sur le jou, assurez. une brisure sous les trois cartes du dessus et transférer-les ‘ous le jeu au moyen d'une double-coupe, ites au spectateur quil y a un moyen beaucoup plus rapide pour rouver quatre bonnes cartes, et que vous allez le montrer. Jetez :ussitét le jeu, tenu en main droite entre Je pouce dessus et Tindex lessous, en main gauche. Vous retenez ainsi la carte inférieure et a carte supérieure (deux rois) faces en bas en main droite. Jetez naintenant le jeu sur la table, tout on retenant la carto du dessus ‘celle du dessous comme précédemment, Marquez un léger temps Varrét, puis retournez les quatre cartes faces en haut pour révéler 8 quatre rois. Laissez ees derniers sur la table, prenez le jeu en nains, ot retournez les quatre As qui sont sous le jeu faces en haut, insu des spectateurs. Coupez Ie jeu avant de Vétaler en un ruban. sees en bas sur la table: Jes quatre As apparaitront faces en haut umilien du ruban, hase 2. Retirez les quatre As de Vétaloment et posez-les en une angée sur la table, dans Yordre pique, cour, tréfle, carreau & partir la gauche et faces en haut. ‘enez le jeu en main gauche. Pendant que la main droite saisit As © pique, le pouce gauche effeuille huit cartes au coin supérieur 70 ‘THE VERY BEST OF DAl VERNON gauche du paquet, et garde une séparation sous la huititme carte. La main droite insére I'As qu'elle tient dans Vouverture ainsi créée, Je laissant dépasser de la tranche supérieure du jeu de trois anti: metres environ. Pondant que la main droite saisit P’As do ccour, Ie pouce gauche ef- fouille sept ou huit cartes de plus, et garde une ouverture dans la- quelle la main droite insére le deuxidme As. Procédez de la méme fagon pour VAs de tréfle et As de carreau. Exécutez maintenant le «Simple shift» d’Ed Marlo de la manire suivante: Lindex gauche appuie sur les tranches supérieures des As qui dé- passent du jeu, en méme temps que le pouce gauche appuie fermement sur le dos du jeu, Ces deux manceuvres simultanées ont pour effet de pousser un petit bloe do eartes hors du jou par sa pe- tite tranche infétieure. Saisisse’ ce bloc do cartes entre le pouce et le majeur droits et pivotez la main droite d'un centimétre ou deux vers la droite, ce qui oréera une ouverture dans la grande tranche gauche du jeu. Mettez le pouce gauche dans cette ouverture et sai- sissez la portion de cartes qui se trouve au-dessus de la brisure, La main droite dégage entigrement du jeu le paquet qui dépasse vers Varritre. Les cartes restantes (huit cartes quelconques suivies des quatre As) retenues par le pouce gauche, sont léchées sur les cartes ‘en contact avec la paume de la main gauche. Pose les cartes on main droite sur le paquet en main gauche, mais en gardant uno brisure entre les deux portions avec Vextrémité du petit doigt gau- che. Egalisez les eartes tout en maintenant la brisure; puis, au moyen. d'une double-coupe ou d'une coupe simple, faites passer fensemble des cartes au-dessus de la brisure sous le jeu. Les As se trouvent. maintenant en neuvitme, dixiéme, onzitme et douzitme positions & partir du dessus du jeu, dans Tordre pique, ecsur, tréfie et carreau. 12s As sont maintenant produits de la fagon suivante. Demandez a un spectateur de vous nommer lun des As, au choix. ‘Sil choisit VAs de pique, épelez, A-S-D-E-P-I-Q-U-E et retournes la carte tombant sur le E de «pique». Pour les autres As, cest-a-dire ‘cceur, tréfle et carreau, épelez PAs nommé et retournes la carte qui suit la dernigre lettre du mot épelé. Dans tous les cas, les cartes servant a lépellation sont prises une & une du dessus du jeu et. don- nées en une pile faces en bas sur la table. L’AS épelé est posé a Técart, ct le spectateur est invité a Te retourner Iui-méme face en hant. Pendant que le spectateur prend connaissance de la carte que vous aver ainsi épelée, reconstituez le jeu de maniére A ce que les trois n THE VERY BEST OF VERNON sutres As se retrouvent sur le dessus de celui-ci, La manidre de re- ‘onstituer le jeu varie selon VAs que vous avez da épelor. 3i vous avez épelé I’As de pique: posez le jeu sur la pile de cartes que vous avez distribuées sur la table pour Iépellation. 3ivous avez épelé ‘As de eceur: pelez les deux cartes supérieures du aquet sur les cartes que vous avez distribuées et remettez ces der- sibres sur le dessus du jeu. 3ivous avez épelé I’As de tréfle: pelez la carte supérieure du paquet uur les cartes que vous avez distribuées; remettez la pile sur le jeu. sivous aver épelé VAs de carreau; posez simplement la pile que vous \vez constituée sur la table, sur le jeu. | est facile de ne pas perdre la trace des As et de reconstituer le jeu le fagon & ce quiils se retrouvent dessus. Sgaliser le jen; demandez a un spectateur de prondre PAs que vous enez d'épeler, de le tenir face en haut, et de Penfoncer dans le jeu vendant que vous en effeuillez Pune des grandes tranches, quand ‘on lui semble, ‘out en enfoncant I’As que le spectateur vient d’insérer dans le jeu sour quil soit & égalité avec les autres cartes, assurez une brisure ous lui, Youpez environ la moitié supérieure des cartes au-dessus de la risure et posez-les sur la table; coupez toutes les cartes jusqu’a la risure et posez-les sur celles qui se trouvent déja sur la table, Po- ez le restant du jeu sur les deux paquets réunis. Reprenez le jeu 2constitué en main et égalisez les cartes. Etaler le jeu en un ruban aces en bas sur la table, de fagon ce que les spectateurs puissent oir TAs qui est face en haut. ‘assemblez toutes les cartes qui se trouvent a droite de I’As face en aut. Prenez cet As ainsi que la carte directement sous lui, et posez- 'stols quels surla table. Rassemblez les autres cartes et placez-les ur celles déja rassemblées. yemandez. au spectateur de retourner face en haut la carte qui ac- mpage I'As; il agit d'un autre As! eprenez |e jeu en main; demandez au spectateur de poser l'un des eux As face en haut sur le jeu. D'une double-coupe, transférez les eux cartes du dessus sous le jeu, Demandez au spectateur de 7” “THE VERY GEST OF DAI VERNON prendre Yautre As et de le poser face en haut sur le jeu, Effectuez lune coupe complete et étalez le jeu faces on bas sur la fable: les deux As sont ensemble au milieu du ruban, séparés par une carte face en bas. A nouveau, rassemblez les cartes de part ct dautre des As, Isissant ces derniers ainsi que la carte face en bas entre eux seuls, sur la table, Reconstituez le jeu en mettant le paquet de gauche sur celui de droite. Le spectateur retourne la carte entre les As: Cest un troisiéme As! Le jou est tenu en main gauche; de la main droite, prenez les trois As et insérez-les un a un faces en haut en différents endroits du jeu. Ce faisant, demandez & un spectateur de choisir lun deux. Quel que soit As qu'l choisit, assurez une brisure au-dessous de lui pen- dant que vous finissez de les enfoncer complatement dans le jeu. Couper le jeu comme vous Favez fait pour retrouver le deuxitme As, Hgalisez le jeu, étalez-le faces en bas, et sortez les As ainsi que les cartes qui se trouvent directement sous chacun deux. Montrez que la carte sous VAs choisi par le spectateur est le quatriéme et dernier As. we 73 ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON «Faites comme moi» bissé Le théme de «Faites comme moi» a connu de nombreuses varia- tions. Bien que Veffet produit par la méthode de Dai Vernon soit essentiellement le méme que celui de la plupart des autres versions, sa routine a deux avantages bien distincts: ~ le magicien n'échange Pas son jeu avee celui du speciateur, ~ et leffet peut étre recom. mencé immédiatement, encore une fois, sans que le magicien ait besoin de toucher au jeu du spectateur, ou d'y avoir une carte clé Supposons que l'on utilise un jeu & dos bleus et un jeu a dos rouges. est nécessaire d'avoir une carte d'un jeu dans 'antre. Si le magi- cien se sort de ses propres cartes, cet arrangement préliminaire pout seffectuer avant la présentation de la routine, bien sor; sinon, il test pas bien difficile de glisser la carte inférieure de Pun des paquets sous T'autre lorsque les deux jeux sont céte a cdte, faces en haut. Le ‘magicien prend le jeu contenant la carte supplémentaire; supposons que ce jeu soit celui a dos rouges, et que la carte supplémentaire qui Sy trouve soit le six de cceur a dos bleu. La seule autre préparation nécossaire réside dans V'arrangement des trois cartes supérieures du jeu, de sorte que la carte qui se trouve sur le dessus (lorsque le jewest retourné faces en bas) soit le six de coeur & dos rouge, la sui- vante une carte quelconque, et la troisiéme le six de ompur a dos bleu, Autrement dit, si Yon a dii faire passer une carte d'un paquet dans Yautre comme il a été décrit plus haut, il suffit d’étaler les cartes, entre les mains, de prendre connaissance de la carte inférieure (en provenance de l'autre paquet) qui se trouve sous le jeu, de glisser lune carte queleonque sous elle, et de repéror la carte identique a la carte étrangére pour la transférer sous le jeu. Pour présenter la routine, remettez le jeu & dos bleus a un specta- teur en Ini demandant de le mélanger et de le couper. Vous, de vo- tae cdté, mélangez votre jeu de manitre a garder intact Yarrange- ‘ment des trois cartes supérieures; puis vous coupez le jeu mais en gardant une séparalion au-dessus de la portion qui se trouvait & Vorigine sur le dessus. Demandez maintenant 4 un spectatour 74 ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON d’étaler ses cartes entre les mains, de retirer une carte de son choix de Fétalement, et de la poser face en bas sur la table. Quant & vous, étalez les cartes jusqu’a la séparation, posez la carte suivante (lo six de coour & dos rouge) face en bas sur la table, et remettez la portion inférieure du paquet (en main gauche) sur celle en main droite; le six de coeur a dos bleu se trouve maintenant en seconde position sur le jeu. Prenex la carte & dos rouge qui se trouve sur la table, et posezla sur le jeu a dos bleus du spectateur, tout en lui disant de prendre sa carte & lui et de la poser sur votre jeu, Demandez ensuite au spec- tateur de couper son paquet, ot d’étaler ses cartes faces en bas sur Ja table. Exécutez apparemment los mémes opérations, mais au moment de compléter la coupe, maintenoz une brisure au-dessus do la carte supérieure a Yaide du petit doigt gauche; le pouce droit reprend la brisure et, a Vaide de lextrémité des doigts gauches repliés entre les deux portions du jeu, décalez la carte qui se trouvait & Yorigine sur le jeu vers la droite, Lorsque vous étalerez les cartes de gauche a droite sur la table, Vintruse & dos bleu, eest-a-dire la carte que le spectateur a posée sur votre paquet, sera cachée sous 'étalo- ment, tandis qu'apparaltra le dos de Ia earte bleue que vous avez introduite au préalable dans votre jeu. ‘La situation est maintenant la suivante: dans le ruban de cartes du spectateur ainsi que dans le votre, prés du milieu, apparaissent deux cartes de couleurs opposées. Prenez la précaution de bien serrer les cartes situées & droite de la carte a dos bleu visible dans votre éta- Joment. Les spectateurs s'expliqueront le soin que vous apportez & assembler ainsi les cartes par votre souci de les séparer de la carte & dos bleu afin que celle-ci soit bien en évidence; en réalité, cette manceuvre vous permet de vous assurer que l'autre carte & dos blew reste bien cachée. Invitez le spectateur & retourner face en haut la ‘carte & dos rouge dans son étalement, tandis que vous retournez la carte & dos bleu dans le votre. Les deux cartes sont identiques, Puisque vous avez une deuxidme carte & dos bleu dans votre pa- quet, dont Je spectateur ignore existence, il vous suffit de prendre connaissance de cette carte, et darranger les trois cartes supérieures ‘comme précédemment pour étre prét & recommencer Veffet. we THE VERY BEST OF DAI VERNON LAs Protée Voici ce que dit Larry Jennings dans l'un des enregistrements quill n'a fait parvenir: «Les idées a la base de la trés borne magi, et plus spécialement de la magie des cartes, sont des idées éblouissantes. Loreque vous étudiez les tours d'une certaine personne, C'est un peu somume si vous vous promeniez dans son cerveau, et que vous le re- gordiez en train de vaincre les difficultés qui se présentent é lui. C'est somime si vous entriez dans la personnalité de cet individu. C'est pour vela que Jaime la magie de Dai Vernon ; elle présente un caractére ‘unique qui échappe @ Vanalyse. Simplement, chaque tour auquel le Professeur met sa touche se transforme aussitot en quelque chose de supérieur & tout ce que Von peut voir ailleurs. La plupart des effets ue je présente slingpirent du travail du Professeur, et cela nest que naturel puisque je me considére comme son éléve. Il est par consé- juent tres difficile de tracer une frontitre précise enire ce qui lui re- dient ef ce qui west dit qu’s moi, étant donné que je m'appuie cons- Jamment sur ses conseils et ses suggestions» Le tour que nous allons décrire est fondé sur un effet de Hofzinser, mais sa téalisation fait appel A des techniques inventées par Dai Vernon, Roy Walton et Larry Jennings lui-méme. fet Le magicien retire les quatre As du jeu et les pose en une pile faces an bas sur la table. Un spectateur choisit une carte dans le restant 4u jeu, en prend connaissance, et la remet dans le jeu qui est mé- langé. Le magicien retire le Joker du jeu et le remet au spectateur an lui demandant de sen servir comme d'une baguette magique pour “aire quelques passes au-dessus de la pile d’As tout en se eoncentrant sur la famille de sa carte. Les As sont alors montrés, et l'on peut constater que l'un deux s'est retourné face en bas; il s'avere que cet As est de la méme famille que la carte du spectateur. Aprés que la sile dAs a 646 remise faces en bas, le Joker est remis face en haut Jans le jeu dont on se sert alors pour faire des passes aurdessus de a pile d'As; aussitét le Joker se transforme en TAS qui sétait re- joarné face en bas dans la pile d’As, alors que la carte qui se trouve ‘ace en bas dans cette derniére se révéle étre la carte méme duu spectateur, 76 ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON Leffet peut sembler compliqué par éerit, mais sur Ie plan visuel, il est on ne peut plus net et direct. Dai Vernon Ini-méme considére que cest un tour de premier ordre; ila dailleurs pu en juger d'aprés les réactions enthousiastes du public du Magic Castle, auquel cet effet a été présenté Présentation 1. Demandez au spectateur de mélanger le jeu, puis reprenez-le et Tetourne7-le faces en haut. Les faces des cartes étant tournées vers vous, faites-les défiler jusqu’a ce que vous atteigniez le Joker. Cou- pez le jeu a cet endroit de maniére a transférer le Joker en deuxiome position a partir de la face. Continuer a faire défiler les cartes et, au fur et & mesure que vous rencontrez les As, feites-les dépasser de la petite tranche supérieure du jeu sur la moitié environ de leur lon- gueur, Lorsque les quatre As ont ainsi été décalés par rapport aux autres cartes, dégager-les ensemble de ces derniéres et posez-les en tune pile faces en haut sur la table, dans Fordre tréfle, carreau, pique ot crbur, VAs de tréfle se trouvant sur la face du paquet. Tl s'agit la de Yordre préféré de Larry Jennings, mais nimporte quel ordre fa- milier au magicien fera Vaffaire, et il peut trés bien mettre les As dans Yordre Piqueur-Tricar. 2, Retournez le jeu faces en bas et demandez a un spectateur de choisir une earte pendant quo vous étalez le paquet entre vos mains, de la fagon habituelle. Dites au spectateur de bien se rappeler sa carte, et de la remettre quelque part dans le paquet pendant que vous mélangez les cartes. Commencez & effectuer un mélange & la francaise et, lorsque le spectateur a replacé sa carte sur celles en main gauche, jetez toutes les cartes qui vous restent en main droite sur elle, Le Joker se retrouve ainsi au-dessus de la carte du specta- teur, séparé delle par une carte queleonque. Effectuez un second mélange, mais en employant cette fois-ci celui destiné a garder les rouges et les noires séparées, cest-a-dire que vous pelez de petits paguets du dessus du jeu en main droite jusqu’a ce que vous attei- gniez la soction centrale du jeu, od vous pelez les cartes une & une, ee qui en inverse lordre, jusqu’a ce que vous soyez certain davoir ‘dépassé le Joker et la carte choisie, oi vous recommencez a peler de petits paquets jusqu’a ce que toutes les cartes se retrouvent-en main gauche, Retournez, les cartes faces vers vous en disant aux spectateurs que our ce tour vous avez besoin du Joker. Fin veillant a ce que les spectateurs ne voient pas les faces dos cartes, faites-les defiler jus- quid ce que vous atteigniez le Joker; faites passer deux cartes de plus, ‘THE VERY BEST OF OA VERNON est-A-dire une carte quelconque et celle du spectatour, et mainte- rez une brisure sous cette demnitre avec le petit doigt gauche apros en avoir pris connaissance; rappelez-vous surtout sa famille. Egali- sez les cartes en main gauche, le Joker se trouvant sur la face de co paquet, mais maintenez la brisure sous les trois cartes de face du paguet. Montrez le Joker aux spectateurs et poussez-le vers le haut grace au pouce gauche, puis poser. le paquet en main droite sur la face du paquet en main gauche, tout en laissant le Joker dépasser do la petite tranche supérieure du jeu sur la moitié environ de sa longueur. Au moment ot Ie paquet en main droite est posé sur celui en main gauche, la brisure est reprise par le majeur ou Yannulaire de la main droite, qui sinsere dans la séparation. Il est maintenant facile de couper & Ta brisure et de transférer Vensemble des cartes an dessous de la brisure sur la face du paquet. Vous donnez ainsi Villusion de transférer le Joker sous le jeu, c'est-a-dire en fait, sur 2elui-ci. Egalisez les cartes en poussant lé Joker dans lejeu au moyen de Vindex gauche, puis retournez le paquet faces en bas. 3. Obtenez une brisure & Vaide du petit doigt gauche sous le carte supérieure du jeu. Vous connaissez cette carte (supposons qu'il Sagisse du dix de pique) pour Yavoir regardée préoécomment. {lest maintenant nécessaire do transférer ’As de méme famille que \a carte du spectatour, clest-A-dire dans ce cas, PAS de pique, en isitme position & partir de la face du paquet d’As qui se trouve sur Ja table, ou, ce qui revient au méme, en deuxiéme position & partir du dessus. Dans notre exemple, TAs de pique se trouve deja Jans la bonne position, & cause de Yordre dans lequel les cartes ont 4Ué placées, mais si la Taille de la carte du spectateur était diffé- ente, vous mettriez 'As en position voulue en ramassant les As. Par exemple, sila carte choisie par le spectateur était un ccour, vous sous serviriez de TAs qui se trouve sur la face du paquet comme Yune pelle pour ramasser les trois autres, en la glissant sous eux, equi mettrait IAs de cazur en troisi8me position & partir de la face ju paquet. Si la carte du spectateur était, un carreau, vous vous serviriez des trois cartes supérieures du paquet pour ramasser la quatriéme, Le but est de transférer TAs voulu en troisiéme position ‘partir de la face du paquet. “e paquet d’As est ensuite posé faces en haut sur le jew qui est faces mn bas et les cartes sont égalisées, La main droite “approche du jou 2ar au-dessus, le pouce sur la petite tranche arritre, qui reprend “ensemble des cartes au-dessus de la brisure; la main droite sou- ve ainsi les quatre As plus la carte du spectateur, face en bas sous 78 THE VERY BEST OF OA) VERNON ces derniers. (La figure 26 dévoile cette manceuvre). La main droite vance oes cing cartes vers le haut et vers la droite, sur trois centi- metres environ. Tout en faisant cela, vous obtenez, une brisure sous Ta carte du dessus du jou & Vaide de Textrémité du majeur gauche La figure 26 montre la tenue des cartes, vue par en-dessous; notez la position des cartes sur le jeu. 4, Prenez As qui se trouve sur la face du paquet (As de tréfle dans notre exemple) et transfére7-le sous le paquet d’As; il n'est pas né- cessaire que les cartes soiont parfaitement égalisées. Prenez I'As suivant en main droite (As de carreau) et faites-Iui prendre le méme chemin, Prenez I’As suivant (As de pique) et placez-le sous le pa- ‘quet, mais dans la brisure; cest-a-dire que le coin inférieur gauche de YAs se met sous la carte supérieure du jeu, Cette manaeuvre est montrée par la figure 27, qui est une vue du dessous. Saisissez maintenant le paquet d’As avec la main droite entre le pouce sur le coin supérieur droit et le majeur dessous, et glissez-le & ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON ‘gauche, en travers du dessus du jeu; As de pique, qui se trouve sous la carte supérieure du jeu, se déplace en méme temps que les cartes, {qui sont au-dessus de lui; mais veillez & ce que la carte du dessus du jeu, sous laquelle se trouve As de pique, ne bouge pas. Vous aboutissez ainsi & la position de la figure 28. Notez l'index gauche, replié autour de la tranche supérieure du paquet d’As, et le pouce allongé le long du grand c6té gauche de ce méme paquel, La main droite s'approche maintenant au-dessus du paquet, pour que le majeur de cette main puisse appuyer légerement sur la por- tion du paquet q’As qui dépasse de la tranche supérieure du jew Cela a pour effet de soulever le paquet d’As sur sa potite tranche inférieure, contre laquelle vient se mettre le pouce droit, La posi- tion ainsi obtenue est montrée par Ia figure 29. Fig. 28 80 ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON Avec le pouce et le majeur droits, avancez les As mais en gardant As de pique sous la carte supérieure du jeu. Lorsque les As ont été avaness suffisamment, Tindex gauche entre en contact avec la pe- tite tranche supérioure de VAs de pique, et le pousse dans le jeu pour qu'il soit & égalité avec les autres cartos; cela ost-accompli sous le couvert des As du dessus, La figure 30 vous montre cette manasuvre vue par en-dessous. Simultanément, la main droite amene les As (en fait, trois As, plus la carte du spectateur) dans la position montrée parla figure 31. 5. Posez le paquet d’As faces en haut sur la table et, ce faisant, as- surez une brisure sous les trois cartes supéricures du jeu. Le petit doigt gauche rend cette manceuvre possible en effeuillant les cartes une a une. Voici la situation du jeu, a partir du dessus: une carte queleonque, face en bas, suivie de I'As de pique face en haut, Iui-méme suivi du Joker face en bas, puis la brisure Exécutez maintenant un retournement triple des trois cartes supé- rieures de la fagon suivante: Le majeur gauche, passant sous le jeu, entre en contact avec le carte inférieure des trois qui se trouvent au-dessus de la brisure; cest la s6paration maintenue entre ces trois cartes et le restant du jeu qui permet & Textrémité du majeur gauche dentrer en contact avec la tranche droite de la carte inférieure des trois. Le pouce gauche en contact avec la carte supérieure, et le majeur comme déerit, prennent les trois cartes en étau, pour ainsi dire, avant de se déplier, ee qui a pour effet de faire dépasser les trois cartes, comme sill ne sSagissait, que d'une seule, de la grande tranche droite du jeu. La main droite Sapproche des trois cartes et les bascule faces en haut sur le dessus du jeu avec lequel elles se confondent. Au moment oi cola se produit, le petit doigt gauche maintient une séparation entre elles et le restant dujeu. 6. De la main droite, prenez le Joker (qui est face en haut) et ten- dez-le au spectateur, en lui demandant. de faire quelques passes ‘magiques au-dessus du paquet ¢’As se trouvant sur la table, pendant qu'il se concentre sur la famille de sa carte. Lorsquiil a fait cela, pronez le paquet d’As et posez-le sur le jeu comme le montre la figure 31. Tenez le paquet d’As au coin inférieur droit entre le pouce et le majeur droits. Amenez les As au-dessus du jeu, de sorte que le pouce gauche puisse se mettre sur la face de As de ‘cour ot le maintenir en place pendant que le restant du paquet est at “THE VERY BEST OF DAI VERNON Aéplacé vers la droite, jusqu’a ce que les autres cartes soient déga- gées de sous lui, La carte suivante (qui est face en bas) est pelée de Ja méme fagon sur ’As de eceur, mais légerement décalée vers la droite par rapport celui-ci, puis 'As de trefle et finalement I’As de carreau, Vous avez ainsi pelé un a un les As sur le dessus du jeu, en les laissant légérement éventaillés; cela vous a permis den inverser Yordre, et de montrer au spectateur que Pun des As s'est retourné face en bas dans le paquet d’As (il s'agit on fait de la earte du spec- tateur), Avant de retourner l'éventail ’As faces en bas, approchez la main droite du jeu et insérez le majeur droit dans la brisure qui est ton- jours maintenue sous les six cartes. Décalez les cartes de quelques millimétres vers le bas en les retournant, afin que le petit doigt, gauche puisse assurer une brisure sous elles au moment oi elles se retournent. Grice au pouce gauche, décalez la carte supérieure pour révéler TAS de pique face en haut; décalez ensuite VAs lui-méme pour révéler une carte face en bas. Vous ne pouvez aller plus loin sous peine d’expo- ser Ja face de la carte du spectateur; vous ne décalez. done que les deux premitres cartes. Cela prouve au spectateur que la carte face en bas qui se trouve dans le paquet d’As est I'As de pique; deman- dez-lui donc: «Avez-vous effectivement pensé é un pique, ce & quoi il répondra: «Oui». Les deux cartes toujours éventaillées sur le dessus du jeu, basculez A nouveau Vensemble des six caries faces en haut, Péventail élant ‘maintenu jusqu’a ce que les cartes commencent.& tomber, puis elles sont égalisées sur le jeu mais la brisure sous les six cartes est Lou- jours maintenue, Bventaillez les As; As de carreau, I'As de trefle, la carte face en bas et TAs de cceur, et posez-les sur la table. 1. Prenez le Joker et posez-le sur le jeu & égalité avec les autres cartes. Rappelez-vous que vous maintenez déja une séparation sous, Jes deux cartes du dessus du jeu; en ajoutant le Joker, la séparation se trouve maintenant sous les trois cartes supérieures du jeu. La main droite siapproche du jeu par au-dessus et le saisit entre le pouce sur la tranche inférieure et le majeur sur la tranche supérioure, le pouce droit reprenant la brisure. Le jou entier est ainsi soulevé par la main droite, qui le pose sur la table; mais aussitat, Ia main droite reprend la moitié supérieure du jeu ét la pose en main gauche, la brisure étant reprise par le petit doigt gauche. Liautre moitié est 82 THE VERY BEST OF DAI VERNON alors posée sur celle en main gauche. Autrement dit, le Joker est perdu face en haut quelque part au milieu du jeu. Nous arrivons maintenant au retournement Jennings, qui se pré- pare et #effectue de la maniére suivante. Etalez les cartes entre les mains jusqu’a ce que vous arriviez au Joker face en haut, et dites: « Rappelez-vous que le Joker se trouve face en haut dans le jeu.» Au motnent od vous commencez & rassembler & nouveau: les éartes, la main droite raméne les cartes en main droite ssur celles en main gauche, mais en les laissant éventaillées. Le pe- tit doigt gauche se met sous le bloc de trois cartes et Tannulaire gauche se met au-dessus de ce bloc, La main droite pousse les ear- tes sur celles en main gauche, mais sans les égaliser, puis change de position. Elle se saisit du jeu avec les quatre doigts sur la tran- che supérieure et le pouce sur la tranche inférieure, comme si vous vous appréties & exécuter un saut-de-coupe, et cost effectivement ‘ce que vous allez faire, dans un certain sons. Le bloe de trois cartes, pris en étau entre le petit doigt et Pannulaire gauches, est soumis & un mouvement comparable a celui effectué pour exécuter un saut- de-coupe. Ces trois cartes seules sortent du jeu en pivotant et for- ment une espéce de V sous le paquet, pendant qu'elles se retour- nent; mais elles sont toujours tenues entre le petit doigt et 'annu- laire. Pendant que cela se produit, la moitié supérieure et la moitié inférieure du jeu sont toujours tenues par la main droite, Le majeur gauche se plie maintenant sous le jen, et oblige le bloc de trois car- tes & se plaquer contre la face du jeu. Ce dernier ne change jamais de position pendant ces manceuvres. Le majour gauche se plie sous Je jou afin de forcer les trois cartes & se mettro on contact avec la face du jou, sans que vous ayez & abaisser ce dernier. Le jeu est finalement égalisé par un mouvement de va et vient de la main gauche le long des cdtés, le paquet étant tenu en main droite avecle majeur gauche toujours replié sous lui. La faute la plus couramment commise pendant Fexécution d'un demi- saut-de-coupe est de faire «sauter> le jen pendant son accomplisse- ment. Cette faiblesse est éliminéo dans la méthode proposée par Larry Jennings, car le jeu est tenu par la main droite dans la four- ‘che du pouce gauche. Lorsque les cartes ont été dégagées du paquet ‘t qu’elles commencent a pivoter faces en bas, le majeur gauche se plic sous le jeu et oblige les cartes a se plaquer contre celui-ci. En Procédant ainsi, vous vous assurez que le jeu ne «sautera» ni ne tombera brusquement, deux détails qui trahissent @’habitude que quelque chose est en train de se passer. 83 ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON 8, Posez le jeu sur la table et demandes a un spectateur de le couper en complétant la coupe. Reprenez le jeu en main droite et servez- vous-en pour effectuer quelques passes au-dessus du paquet d’As. Etalez le jou en un ruban faces en bas sur la table et attirez Patten- tion des spectateurs sur IAs de pique qui se trouve face en haut au lieu du ruban. Apparemment, le Joker s‘est transforms en As de pique. Retournez les quatre cartes qui se trouvent sur la table afin de faire apparaitre la carte du spectateur, cest-a-dire le dix de pi- que. La figure 32 vous montre la situation finale. Fig. 32 Le boniment est laissé & lappréciation de chacun, étant donné que celui utilisé par Larry Jennings ne conviendrait peul-Gtre pas tout Jo monde. Comme il a été dit au début de cette description, Larry Jennings a utilisé quelques passes inventées par d'autre magiciens. Le procédé estiné a subtiliser une carte dans un petit paquet est dai a Dai ‘Vernon, qui utilise depuis une quarantaine d’années. Cest, par son naturel et son effieacité, rune des meilleures méthodes jamais in- ventées pour subtiliser une carte. Le procédé utilisé pour montrer quan As se trouve dans le paquet alors qu’en fait il ne sly trouve pas ost di a Vingéniosité de Roy Walton, Finalement, la technique pour retourner des cartes (demi-saut-de- coupe) est due & Larry Jennings lui-méme, Dai Vernon avait. pro- posé comme « devoir » 4 son éleve de trouver un moyen de retourner des cartes sans qu'aucun mouvement du paquet ne trahisse la manqeuvre. Dai Vernon considare ce tour comme un joyau de la magie des cartes. 84 THE VERY BEST OF DAI VERNON Le Tricheur Ingénu Dans cette excellente démonstration de tricherie au poker, Fred Lowe, un admirateur de Dai Vernon de longue date, a su allier deux facteurs importants dans toute routine de ce genre: la participation des spectateurs, et une présentation susceptible Jorité des publics, Effet Le magicien annonce qu'il va faire une démonstration de la maniére opérer des tricheurs. Il place ouvertement les quatre As sur le jeu, et effectue un mélange & la frangaise tout en comptant les cartes & voix haute au far et a mesure qu’elles passent d'une main dans Yautre, et annonce que ce mélange a placé les quatre As aux positions voulues, Puis il distribue cinq mains de poker, et montre que la sienne contient effectivement les quatre As. Il poursuit en disant que les tricheurs travaillent toujours par deux, et qu‘il aimerait que Yun des spectateurs joue le réle de son partenaire. Les mains se trouvent toujours sur la table, et le spectateur est invité & choisir sa place dans la partie en en indiquant lune elles. Puis il choisit Pune des cartes dans la main choisie, et, sans la regarder, la cache dans sa manche. Le présentateur dit qu‘un véritable tricheur serait en mesure de faire cela & I'insu des spectateurs. ‘Les mains sont rassemblées, e jeu est reconstitué, mélangé, coupé, et le magicien donne cing nouvelles mains. Le spectateur prend la main qui se trouve a la place quiil a choisie, et échange l'une des, cartes de cette main contre calle qu'il a dissimulée dans sa manche, sans regarder les cartes qu'il échange ainsi. Lorsqu'il montre ses cartes, on constate quiil a un flush royal. Présentation Le jeu peut étre emprunté, lo cas échéant. Cornez le coin infériour gauche de la carte inférieure du jou. Fred Lowe a décrit une excel- lente méthode pour ce faire dans 2a série intitulée «Polished Gems », publiée dans le magazine «The Gen» au cours de V'année 1966. Afin que cette explication soit compléte, nous décrirons cette technique & la fin de la routine. “THE VERY BEST OF DAl VERNON Retournez le jeu faces en haut et, tout en cherchant ouvertement Jes quatre As, transférez secrstement les roi, reine, valet et «dix» de niimporte quelle famille sur la carte comnée, cest- sous le jeu, tant donné que ces cartes sont mises sous le jeu sans ordre parti- culier, cet arrangement ne pose aucun probleme, Posez les As au fur et & mesure faces en haut sur la table, Nous supposerons que les cartes secrétement transférées sous le jeu sont des caeurs, Les quatre As sont ouvertement posés faces en bas sur le jeu. L’As du dessus doit étre dela méme famille que les cartes qui se trouvent sous la carte comée ~ dans notre exemple, cest done AS de cosur qui se trouvera sur le jeu, Puis le présentateur dit que les tricheurs mélangent les cartes d'une certaine fagon, et quiil va essayer de faire comme eux, mais beaucoup plus lentement pour que les spectateurs uissent suivre En fait, vous effectuez le mélange que nous allons décrire le plus rapidement possible, et sans faire d’erreurs. Au cours d'un mélange {la frangaise, pelez les cartes de la maniére suivante: pelez Pabord une carte du dessus du jeu, dessons; pelez les onze cartes suivantes tune a une en main gauche et remettez-les sur lo jew; pelez ensuite quatre cartes tne a tine sous le jeu; pelez les cing suivantes une & lune sous le jeu; la carte suivante est transférée sous le jou; pelez les cing suivantes une & une sous le jeu. Pour torminer, coupez a la carte cornée, Distribuez cing mains de poker, et retourner les cartes du donneur faces en haut pour montrer que sa main contient les quatre As, Laissez cette main faces en haut, Demandez a Tun des spectateurs de vous servir de compare, et invitez-le a choisir sa place & la tablo de jeu en indiquant lune des mains distribuées. La carte inférieure Ge chacune de ces mains est un cur: roi, dame, valet. ou «dix, Lorsque le spectateur a choisi 'une des mains, poussez-la dans sa direction, et, ce faisant, décalez la carte du dessous en avant par rapport aux autres tout en disant: « Mettez celte carte dans l'une de ‘v9s manches sans la regarder», Sicette manceuvre est exécutée sans y attacher @importance, personne ne pensera a un forcage, @autant plus que la main a été choisie en toute liberts. Vos doigts restent en contact avec les autres cartes, ce qui vous permet de les remetire dans Valignement des autres mains dés que le spectateur tend la main pour prendre la carte. Les quatre cartes restant dans la main sont posées sur le jeu; elles sont suivies des autres mains qui sont mises l'une aprés Vautre sur 86 THE VERY BEST OF DAI VERNON Je jeu, celle du donneur avec les quatre As coiffant le tout. Cela pré- pare automatiquement le jeu pour une deuxiéme donne de cing mains. Si Yon distribuait immeédiatement les cartes sans changer eur arrangement en quoi que ce scit, le donneur recevrait quatre cartes du flush royal, plus une carte queleonguo, la carte qui com- plete le flush royal se troavant dans la manche du spectateur. Ce- pendant, notre intention n'est pas de distribuer le flush royal au donneur, mais & notre tricheur improvis6. Pour ce faire, il suffi de transférer une, deux, trois ou quatre cartes, selon le cas, du dessus du jeu, dessous, Numérotez mentalement les mains qui se trouvent sur la table de Ja facon suivante: celle qui se trouve immédiatement a votre droite Porte Ie numéro un; puis, en tournant dans le sens contraire des aiguilles d'une montre, la suivante porte le numéro deux, la suivante le numeéro trois, et la derniare le numéro quatre, Ne tenez pas compte de votre main, Si, par exemple, le spectateur a choisi la main numéro quatre (cest- a-dire celle qui se trouve immédiatement A gauche de la vétre), vous devez transférer quatre cartes du dessus du jeu, dessous, avant de distribuer les cartes. On pourrait tout simplement couper les cartes nécessaires sous le jeu au moyen d'une coupe simple, ou, mieux, d'une double-coupe. Fred mélange le jeu de fagon & ne pas déranger Tor- dre de la moitié supérieure de celui-ci, puis transfere le nombre de cartes requis sous le jeu au moyen d'une double-coupe. Aprés que le nombre de cartes requis a ainsi été transféré du des- sus du jeu sous celui-ci, distribuez & nouveau cing mains de poker et demandez au spectateur de prendre celle qui se trouve dans la position quil a choisie précédemment. Sans regarder les cartes, il sort la carte de sa manche et 'ajoute sous les cartes de sa main; pui il prend la carte qui se trouve sur le dessus de sa main et la glisse dans sa manche, Cela fait, retourmer les cartes qui se trouvent sur la table; si les mains distribuées ont quelque valeur, tant mieux. Puis, le spectateur montre ses cartes; un flush royal & ccsur dans notre exemple, Cha- que fois que les conditions le permettent, Fred sort alors un petit, pistolet dalarme de sa poche ot dit au spectateur: «Bien sir, si vous ne trichiez pas mieux que cela, vous ne feriez pas de vieux os!» Technique pour corner une carte avec la paume de la main Voici une excellente méthode pour comer le coin infériour gauche de la carte inférieure du jeu. Fred Lowe Vutilise depuis de longues 87 "THE VERY BEST OF OAI VERNON EVERY BESTOFOAIVERWON années, mais il a découvert récemment que Pat Page s'en servait également depuis longtemps, Bien quelle nai, & notre connaissance, as été publiée auparavant, il est plus que probable que d'autece cartomanes aient eux également découvert par hasard ce moyen ple et naturel pour corner une carte. 1 paguet est tenu en main droite, faces en bas, entre le pouce sur Ja petite tranche inférieure, et les doigts sur la petite tranche supé. Tieure, Les tranches des cartes sont biseautées vers avant grace ‘au pouce qui appuie sur la tranche inférieure et au majeur et Tan, nulaire qui se replient sous le jeu par-dessus la tranche supérieure Au moment oii le jeu est plaoé en main gauche, Ie coin inférieue gauche de la carte inférieure est mis en contact avec la paume de La ‘main gauche, prés de son centre. La main droite exerce une pression sur Te jeu vers le bas et vers Varriére, alors que la main gauche se saisit du jeu. La carte inférieure de ce dernier est comnée pendant cette manoeuvre, Assurez-vous que les tranches des cartes, surtout de celles qui se trouvent sous le jeu, soient bien biscautées, w 88 ag ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON Loin des Yeux, Loin du Coeur La nouveauté et Vimpact de cet effet reposent sur Ie fait que le ma- gicien prend un jeu mélangé, et sans regarder les faces des cartos pendant qu'un spectateur en choisit une mentalement, réussit néanmoins & la retrouver. Méthode Faites mélanger le jeu par un spectatour, et, lorsque celui-ci vous le rend, tenez-le en main gauche, faces en bas. Avant de poursuivre, dites-lui: «Jaimerais que vous pensiex é une des cartes que vous Uerrez», Commencez & prendre les cartes une & une & partir du des- sus du jeu en main droite et amenez-les faces au spectateur, Chaque carte est prise lentement et montrée sans hate, afin d'amener le spectatour & choisir une carte qui se trouve prés du dessus du jeu. Lexpérience montre qu'il pensera & une carte parmi les sept pre- miéres que vous lui aurez montrées; mais de toute fagon, montrez~ lui neuf cartes en tout. Afin de vous assurer qu'il a choisi une carte parmi ces neuf, continuez & parler et dites: «Vous pouvez penser & celle-ci, ou celle-ta, ou encore cette autre; peut-stre celle-la — mais dites-moi quand vous aurez effectué votre choix» Lorsque le spectateur vous dit quill pense une carte, et que vous avez neuf cartes en main droite, effeuillez le coin supérieur gauche du jeu a aide du pouce gauche, maintenez une ouverture dans le tiers supérieur du paquet, et insérez-y le paquet de neuf cartes. En- foncez-le en diagonale de fagon & ce qu'il dépasse du jeu par le coin inférieur droit. Coupez le jeu a Yendroit oi le paquet dépasse, soule- vvez la portion supérieure du jeu avec la main droite, effeuillez aus- sitét & nouveau le coin des cartes avec Ie pouce gauche, et insérez Jes cartes au milieu du jeu. Les neuf cartes importantes sont main- tenant sur le jeu. La prochaine opération consiste & mélanger le jeu au moyen dan mélange a la francaise, mais comme certaines manceuvres doivent tre effectuses aut cours de ce mélange, colui-ci doit tre exécuté négligemment et sans regarder les cartés. II s'effoctue ainsi: sous- coupez environ un tiers du jeu et mélangez ces cartes sur le paquet en main gauche, mais en mettant la premiére carte pelée en saillie 89 “THE VERY BEST OF DAI VERNON interne. Coupez a la carte en saillic, pelez trois cartes, mettoz la suivante en saillio interne, pelez trois cartes, et jelez les cartes res- tant en main droite dessus. Retournez le jeu faces en haut en main gauche en veillant & maintenir la carte én saillie en place; avec le Pouce droit, appuyez sur celle-ci et complétez la coupe tout on gar- dant une séparation entre Jes deux portions. Ces manceuvres ont transféré trois des neuf cartes importantes sur la face du jou; trois, autres se trouvent juste au-dessus de la brisure et los trois dernid- res se trouvent sous le jeu faces en haut, Demandez au spectateur de vous tenir le bras droit et dites-Iui de regarder attentivement les cartes pendant que vous les étalerez, mais tournez vous-méme la téte de cbté afin que vous ne puissiez les voir. Commences & étaler lentement les eartos, en comptant mentalement trois cartes, puis recommencez & comptor & partir de un. Lorsque vous avez atteint le compte de douze, dites: «Avez-vous vw votre carte?». Sila réponse du spectateur est négative, ne tenez pas compte des cartes comptées, et continuer a étaler les cartes en veillant a ce que le spectateur puisse voir nettement les trois au-dessus de la brisure. Recommencez & compter les cartes & partir de celle situéo sous la brisure, et apres en avoir passé douze, demandez au specta. teur sil a va la sienne. Si sa réponse est @ nouveau négative, ne tenez pas compte des cartes comptes, et continucz a étaler les car- tes jusqu’a ce quil n’en reste plus que trois ou quatre au-dessus des trois dernigres cartes du jeu. Dans ce cas, vous saver que l'une des trois cartes qui restent est eelle du spectateur. Ne les montrez pas encore, mais coupez le jeu aprés avoir pris connaissance de la carte qui se trouve sur sa face avant la coupe. Eventaillez, les cartes jus- qu’a ce que vous arriviez & celle que vous avez notée, et qui se trou- vait sur la face du jeu avant la coupe, puis étalez négligemment les cartes pour que le spectateur puisse les voir, pendant que vous dites: «Votre carte doit se trowver quelque part par la». Comptez men- talement quatre cartes a gauche de celle que vous avez notée, ass rez une brisure, rassemblez les artes, coupez le jeu a la brisure et complétez la coupe. Posez le jeu faces'en bas sur la table, la petite tranche inférieure dirigée vers vous, Ty a maintenant cing cartes au-dessus des trois cartes importan- te8; par conséquent, commences a glisser les cartes une par une du dessus du jeu vers Partitre pour les poser en main gauche a V'aide do la main droite. Lorsque vous avez ainsi tranféré cing cartes, prenez-en deux de plus, mais prenez connaissance de chacune de ces cartes. Cela ne pose pas de probléme, étant denné que la fa- 90 THE VERY BEST OF DAl VERNON gon dont vous prenez les cartes du dessus du jeu vous oblige & les soulever légerement par la petite tranche inférieure afin de pouvoir les transférer en main gauche. Au moment oi vous posez la sixiéme carte en main gauche, mainte- nez une brisure sous elle. Lorsque la septiéme carte se trouve en main gauche, arrétez-vous et dites: « Quelque chose me dit de m'ar- réter ici». La situation est maintenant la suivante: deux des cartes importan- tes se trouvent au-dessus de la brisure en main gauche (vous con- naissez chacune elles) et 'autro so trouve sur le jeu, Demandez au spectateur de nommer la carte quiil a mentalement choisie. Sil s'agit de la sixitme qui se trouve en main gauche, exécutez un retournement double des deux cartes comme une seule. Si cest la septitme, retournez la carte supérieure du paquet en main gauche. Si la carte nommée n’est ni une ni autre, retournez la carte du dessus du jen qui se trouve sur la table, ‘Dans notre exemple, nous avons supposé que la carte du spectatour se retrouvait en fin de compte parmi les trois cartes inférieures du jeu faces en haut. Si elle s'était trouvée parmi les trois premitres, ou parmi les trois situées au-dessus de la brisure, le lecteur se sou- viendra que nous avons compté douze cartes en commencant sur la carte immédiatement aprés la dernidre du groupe des trois. En cou- pant le jeu aprés avoir passé ainsi douze cartes, et aprés que le spectatenr a dit qu'il a vu la sienne, ily aura done douze cartes au- dessus des cartes importantes, une fois le jeu posé faces en bas sur la table. La suite des opérations est alors la méme que celle qui a té décrite plus haut, sauf que douze cartes, au lieu de cing, sont prises du des- sus du paquet et placées en main gauche; les deux suivantes sont ensuite regardées diserétement. ad a “THE VERY BEST OF DA! VERNON, Epellation Carrée Roger Klause, un excellent cartomane, présente depuis assez long- temps cet effet dépellation mis au point par Dai Vernon. Voici ce quil éerit dans une lettre adressée a Faucett Ross: «A mon avis, il sagit de Yun des effets les plus “commerciaux” de Vernon.» Par ailleurs, ily divulgue un finale de sa création, finale qui, selon lui, augmente limpact du tour. Nous dgcrirons ce final en dernier lieu, Effet Une carte librement choisie par un spectateur, qui en prend naissance, est remise dans le jeu qui est aussitét mélangé. Le magi cien tente de retrouver cette carte mais, apparemment, il se heurte & quelques difficultés. Toutefois, il annonce quill va essayer de la retrouver en lépelant, ce quil fait. A supposer, par exemple, que la carte choisie par le spectateur soit As de cootr, il épelle L-APOS- ‘TROPHE, en prenant une earte pour le L et une autre pour 'apos- trophe, quil distribue en une petite pile (de deux cartes done) faces en bas sur la table. Puis l épelle la valeur de la carte (A-S) en com- mengant une seconde pile. La troisitme pile est constituée par les cartes servant a épeler lo mot D-E, et la quatriéme et demiére pile ‘par celles nécessaires & 'épellation du mot C-O-E-U-R. Puis les piles sont retournées faces en haut, Pune apres autre, en commengant par celle qui a été constituée en premier: sur la face de chacune celles, se trouve une carte de la méme valeur (dans notre exernple, un As) que celle de la carte choisie Lorsque la derniére pile est retournée, on constate que la carte qui se trouve sous elle est 'As de coeur lui-meme! Présentation Le choix de la carte est tout & fait libre, mais lorsquelle est remise dans le jeu, le magicien la contrdle sous celui-ci pendant le mélange. I annonce alors quil va retrouver la carte du spectateur, ot fait dé- filer les cartes faces vers lui, En d'autres termes, il veille & ce que les spectateurs ne voient pas la carte qui se trouve sur Ia face du paquet (Cest-a-dire la carte du spectateur). Co faisant, il en prend connaissance et se la rappelle. 92 THE VERY BEST OF DAI VERNON Voyons maintenant comment arranger les cartes pour que Yépellation donne le résultat souhaité, Nous avons supposé tout & Thenre que 'As de eur avait été choisi, et qu'il se trouve mainte- nant sur la face du jeu. Prenez un jeu en mains et transférez As de cewur sur la face; cela pourrait étre nimporte quelle autre carte, bien entendu, puisque le choix du spectateur est libre, mais les explica- tions seront plus claires si vons les suivez cartes en mains en vous appuyant sur un exemple précis. Alors que vous commencez a étaler les cartes de la main gauche en main droite, prenez la carte inférieure (FAs de eceur, que vous mémorisez) ainsi qu'une carte supplémentaire que vous metiez derritre elle, en main droite. Ensuite, faites passer les cartes en main gauche une a une sur la carte choisie jusqu’ ce qu'un deuxiéme As apparaisse sur la face du paquet en miain gauche. Si vous examine, la figure 83, vous verrec lindex de PAs de ceur, suivi par une carte queleonque, en main droite. Les eartes sont passées une A une de la main gauche en main droite, sur la carte choisie, jusqu’a ce que le deuxitme As apparaisse. Au moment oft le deuxitme As apparait, les deux mains se sépa- rent, Jaissant le deuxitme As sur la face du paguet en main gauche. Puis, la main droite pose les cartes quelle tient sur la face du pa- quet en main gauche, mais une séparation est maintenue entre ces deux paquets, et les cartes restent éventaillées, Afin de justifier ces différentes manipulations, dites que vous avez. des problemes pour retrouver la carte choisie, Puis, recommencez a étaler les cartes & partir de la séparation, et faites passer de la face du paquet en main gauche sur le dos duu paquet en main droite le nombre de cartes né- cessaires pour épeler la valeur de la carte choisie (A-S); reportez-vous alle figure 34, 93 THE VERY BEST OF DAl VERNON —$————TEVERVBEST OF DAIVERNON Continues en faisant passer les cartes du paquet en main gauche sur la face du paquet en main droite jusqu’a ce que le troisi¢me As apparaisse sur la face du paquet en iain gauche, Posez Te paquet en main droite sur la face du paquet en main gauche, en mainto. nant une séparation entre eux (tout en laissant les cartes étalées), Pendant que vous faitos une autre remarque sur les difficultés que Yous avez pour mettre la main sur la carte choisie (eela, afm de jus. tifier les manoeuvres auxquelles vous vous livrez). Faites passer ce troisiéme As, plus une carte quoleonque, de la face du paquet en main gauche sur le dos de eelii en main droite, Puis, continuez a faire passer des cartes de la face du paquet en main gauche sur la face de celui en main droite, jusqu’a ce que le qua> {rieme As apparaisse sur la face du paquet en main gauche. Le pe. Lit doigt gauche obtient une brisure sous ce quatriéme As avant que la main droite ne pose gon paquet sur celui en main gauche, od elle Ie laisse, Coupez maintenant toutes les cartes situées sous la brisure sur le dessus du jeu (cest-a-dire sur sa face) L/arrangement se retrouve ainsi sur le dessus du jeu; les opéra- tions nécessaires pour ordonner les cartes, si elles sont bien faites, ne demandent que trés peu de temps et n’éveillent aucune suspi- cion chez les spectateurs. Dans notre exemple, la carte choisie était TAs de coeur, ce qui donne Yarrangement suivant, & partir dudes sus du jeu faces en bas: AX, AX, AX, AC, Nous verrons dans un. instant comment cet arrangement est mis & profit, Les opérations décrites ci-dessus semblent peut-étre compliquées, mais lorsque vous en comprendrez le but, tout sera beaucoup pls clair. Un essai, cartes en mains, suffira pour vous convaincre & quel point cela est simple et facile & se rappeler. Foursuiver de la maniére suivante. Dites aux spectatours que vous tes apparemment «dans Vimpossibilité de retrouver la carte cho! sie», et que vous allez essayer aune autre méthode». Demandez au spectateur qui a choisi la carte de vous révéler Fidentité de celle-c, ot lorsqu'il sexécute, commencez a épeler le nom de la carte en dom ant une carte par lettre en ne pile faces en bas sur la table, le jeu tant tenu faces en bas en main gauche, dans la position de la denne. Sommencez par épeler L’, donnant dabord la carte du dessus du 2aguet, puis la suivante, en une pile (de deux cartes) faces en bas sur la table. Puis épelez -S (toujours dans notre exemple) et don ez les deux cartes suivantes en une deuxiéme pile faces en bas & ‘été de la premitre. La troisieme pile sera toujours constituée des loux cartes qui servent a épeler le mot D-li; la derniare pile est EEE ESE EEE EEE EEE 93 ‘THE VERY BEST OF DAI VERNON. constituée en épelant le mot C-O-B-U-R. Il ne reste plus qu’a re- tourner les piles une une, en commencant par celle qui a été cons- tituée en premier, la derniére révélant la carte choisie sur sa face. Roger Klause, dont la présentation personnelle de leffet que nous venons de décrire a eu beaucoup de suevbs auprés du public, trouve ue Yon augmente limpact du tour en retournant la pile qui contient la carte choisie en premier. Puis, apres aves marque un temps @arrét pour permetire aux spectateurs Penregistrer pleinement Vefft, il eadzesee & eux en cos termen: ve savais qui ne pouvait Sagir d'un autre As, puisquils sont tous ici!», etil retourne les trois, ‘autres piles rapidement faces en haut pour montrer que les cartes qui se trouvent sur leur face ont toutes la méme valeur que la carte choisie par le spectateur. Tarrive a Dai Vernon d'aller encore un peu plus loin, Pendant qu'il met les cartes en place pour Yépellation, il les arrange de manire & ce que, lors de Pépellation, bien que les trois premiéres piles consti fuées révelent des cartes de méme valour, i! semble quil nit pas réussi avec la derniére, puisquiuno carte quelconque apparait. sur sa face. Lreffet est toutefois mené & bonne fin lorsquil se sert de la valeur de cette derniére carte pour retrouver celle du spectaleur. Dai présente le variante que nous venons de décrire lorsquil sait qu'une partie du public a déja vu la premiére version. Lieffet sen trouve renforoé pour eux puisqu'ils sont persuadés que le tour a raté! Remarque Nous avons maintes fois effectué l'arrangement préliminaire & Vepellation de la carte choisie, et ce n'est que trés rarement que nous avons rencontré deux cartes de méme valeur que la carte choisie ensemble sur la face du paquet en main gauche. Dans ce cas, il suf- fit de faire passer la premibre earte sur la face duu paquet en main droite, oi elle reste «en attente» pour ainsi dire, pendant que l'on fait, passer le nombre approprié de cartes derriére autre; ensuite, la carte en attente est transférée sur la face du paquet en main gau- che avec le pouce de la main gauche. “THE VERY BEST OF DAI VERNON —_THEVERYBESTOFoAIVenNON Epellation Triangulaire A la fin de la deseription du tour préeédent, Lewis Ganson précise guil arrive a Dai Vernon de le présenter d'une maniéro différente, en faisant croire aux spectateurs quill stest trompé, pour finalement redresser brillamment la situation en retrouvant la carte da spec tateur grace & la mauvaise carta, utilisée comme indicatrice, Ce- pendant, Ganson ne donne aucun détail sur la maniére de réaliser cette variante, La voici, telle que la présentait Dai Vernon, Effet Un spectateur prend connaissance d'une carte dans le jou, qui aussitdt mélange. Le magicien passe les cartes en revie pour cor sayer de localiser la carte du spoctateur, mais apparemment sans succes. [] remet alors le jeu a celui-ci, en Tinvitant a épeler le nom de sa carte, & raison d'une carto par lettre distribuée en une pile faces en bas sur la table pour chaque élément de Fidentité de la earte, Cest-a-dire une pile pour L-E (ou Le, ou L-APOSTROPHE, cette demiére stant roprésentée par une seule carte), une deuxieme pile pour la valeur de la carte (D-A-M-E, H-U-I-T, A-S, etc), une troisitme pile pour le mat de liaison D ot enfin une quatriame et dernitne Pile pour la famille de la carte (P-I-Q-U-E, C-O-E-U-R, T-R-E-L.] ou CARREAU), : SHH Les trois premigre piles sont retournées faces en haut l'une aprés autre: sur la face de chacune delles apparait une carte de la meme valeur que celle du spectateur. II va de soi que le spectateur sattend a trouver sa carte elle-méme sur la face de la quatrieme pile: mais, lorsque celle-ci est retournée, Yon y découvre une carte queleonque. Ne se declarant pas battu pour autant, le magicien se sert alors de la valeur de cette carte pour compter tin nombre correspondent de cartes dans le jeu, et la derniére carte comptée est bien sar eelle dur spectateur. Méthode La méthode est pour ainsi dire impromptue, puisquil suffit qu'une seule carte soit préalablement mise dans une position précise. Le Se EEE eee eee ee 96 THE VERY BEST OF DAI VERNON {jeu peut done étre préalablement donné & mélanger; lorsqulon vous Je rend, faites rapidement défiler les cartes faces vers vous, repérez un «trois», n'importe lequel, et coupez le jeu de maniére a ce que ce «trois» se retronve en quatriéme position & partir de la face du jeu une fois la coupe completes, Maintenant, faites prendre connaissance d'une carte par un specta- teur par la méthode de la «carte & Peni», et gardoz une brisure sous la carte du spectateur avec lextrémité de votre petit doigt gauche. Cotte carte doit maintenant étre transférée sur la face du jeu sans . De méme, il est préférable de renoncer & la variante avec la carte indicatrice lorsque, en retournant le jeu faces vers vous, vous vous apereevez que l'une des cartes de méme valeur que celle du spectateur figure parmi les trois cartes de votre arrangement tial (bien que, dans ce cas, i] soit néanmoins possible de réarranger les cartes de mnanitre & présenter la variante avee le « trois») 100 THE VERY BEST OF DAI VERNON Les Cartes Calculatrices Effet Un jeu préalablement mélangé par un spoetateur est partiellement, distribué en petites piles faces en bas sur la table. Un spectateur en choisit trois; les autres sont ramassées et rajoutées au restant du jou. Des trois piles retenues par le spectateur, il en choisit deux, ‘dont il retourne la carte supérieure face en haut. Les valeurs de ces deux cartes sont additionnées, et Yon ajoute dix au total obtenu. On compte alors, dans le restant du jeu, un nombre de cartes égal & ce total, et on les écarte. Le nombre dé cartes restant dans le jeu est utilisé pour identifier la carte supérieure de la troisiéme pile, qui est restée face en bas, Méthode Le tour est totalement automatique; la seule condition étant que le jeu dont on se sert pour le présenter soit complet, cest-&-dire com- posé de 52 cartes. Le principe mathématique sur lequel il repose ne date pas d’hier, mais son eréateur est inconnu, ‘Commencez par remettre le jeu au spectateur en lui demandant de le mélanger; puis, reprenez-le et tenez-le avec les faces des cartes vers vous en main gauche. Avec le pouce de la main droite, pelez. les cartes rapidement une a une de la face du jen en main droite, pour former une petite pile qui sera posée sur la table. La clef du tour réside dans la maniére de composer cette pile, ainsi que toutes les autres qui a suivront. La méthode est d'une simplicité enfantine, Prenez connaissance de la valeur de la carte qui se trouve sur la face du jeu (valet = 11, dame = 12 et roi = 18) et pelez-la en main droite; maintenant, pelez sur elle autant de cartes qu'il faut pour gue celles-ci, ajoutées a Za valeur de la premiére carte pelée, donnent, un total de 13, Par exemple, supposons que la carte qui se trouve sur la face du jeu en main gauche soit-un «dix»; dans ce cas, apres Yavoir pelé en'main droite, petez encore trois cartes sur lui, puisque dix plus trois égale treize, Posez ces quatre cartes (le «dix» et los trois, cartes que vous avez pelées sur lui) sur la table, faces en bas. Conti- nuez a former des petites piles de cartes selon ce procédé jusqu’a ce tot Oo THE VERY BEST OF OAI VERNON que vous n’ayez plus assez de cartes pour constituer une nouvelle pile; 4.ce momenta, retournez les cartes qui vous restent faces en bas en main gauche Pendant que vous formez les piles, les spectateurs ne doivent pas se rendre compte que vous compter, les cartes qui les composont; au contraire: il faut que vous donniez limpression que les piles sont formées au petit bonheur, et composées d'un nombre de cartes tota- lement arbitraire, Cela fait, demandez a un spectateur de choisir trois piles parmi cel- les que vous avez posées sur la table. Son choix est totalement libre, et vous pouver lui demander, chaque fois qu'il désigne une pile, #i veut V'éliminer ou la garder, ee qui exclut toute équivoque. Lorsque le spectateur a choisi les trois piles quiil veut garder, ras- semblez les autres et rajoutez-les aux cartes qui vous restent en main. Maintenant, invitez le spectateur a choisir deux des piles parmi les trois qui sont restées sur la table. Rotournez face en haut la carte: supérieure de chacune des piles choisies. Ces deux eartes vont nous permetire d'identifier la carte qui se trouve sur le dessus de la troisiéme pile. Voici comment: tout d'abord, on idditionne leurs valeurs... la dame vaut douze; douze plus “dic” ‘gale vingt deux. Ensuite, on ajoute toujours dix au résultat obtenu, ve quti nous donne trente-deux. Ce résultat m'indique que je dois dis- ribuer trente-dews cartes... il men reste neuf. Par conséquent, votre ‘arte est le neuf de carreau.» Les actions qui accompagnent ces paroles sont presque conformes & elles-ci, 4 un détail pres. Vous additionnez effectivement les valeurs les deux cartes retournées et vous leur ajouter dix; puis vous dis. ribuez un nombre de cartes égal au total obtenu en un paquet faces 'n bas sur la table, et vous comptes les cartes qui vous restent. en ain, Aussi curieux que cela paraisse, ce nombre sera toujours 6gal \ la valeur de la carte supérieure de la troisiéme pile, celle qui n'a as été retournée face en haut, Cependant, (cest le detail mentionné »tus haut) sf vous déterminez ainsi la valeur de la carte, il est im- rossible d’en déterminer la famille, Pour pallier cela, il vous suffit, {u moment oli vous retourner la carte face en haut en disant «... otre carte est le neuf...» de prendre connaissance de la famille de la arte & cet instant méme, et de terminer la phrase comme si vous onnaissiez.celle-ci avant de retourner la carte! Pour que ce strata- me soit convaineant, il faudra bien sir que vos paroles et vas gesies BS SS eee 102 THE VERY BEST OF DAI VERNON soient parfaitement synchronisés, et que vous ne marquiez pas la moindre hésitation entre le début de l'identification de la carte (sa valeur) et la fin de celle-ci (sa famille. Pour semer encore davantage la confusion dans esprit des specta- teurs, on peut improviser sur-le-champ un «syst#me» qui permet apparemment de déterminer la famille de la carte & partir des fa- miilles des cartes qui ont servi & en déterminer la valeur. Voiei un exemple ou deux: «Cette carte est un coeur et Vautre un pique. La fa: mille de la troisiéme carte est toujours déterminée par celle de la carte la plus haute. Par conséquent, il ne pouvait s'agir que d’un eceur.» Ow bien: «tant donné que ces cartes sont toutes les deux des tréfles, la troisiéme était foreément un pique.» Bref, n'importe quelle combi- naison des éléments didentité des deux cartes visibles peut étre utilisée pour «déterminer* la famille de la troisiéme carte. ‘Ne sous-estimez pas la portée de ce tour a cause de sa simplicité. Bien présenté, il laissera perplexes les magiciens comme les profa- nes! (*) (©) Sie principe a la hase de ce tour vous intéresse, vous.en trouverez deux autres applications dans lo Tome 2 de la Petite Anthologie dee Tours de Cartes Au-to-mas tieques de Richard Vollmer (Bditions du Spectacle, 1987), sous les titres suivants ‘Les Paquets Caleulateurs» (p. 83), et oLa X+ Préditions (p. 134). (N. DE) 103, THE VERY BEST OF DAI VERNON Family Plot Effet Voici une découverte de cartes qui se déroule dans des conditions apparemment impossibles, ot que Dai Vernon a mise au point pour mystifier autant sos amis magiciens que les spectateurs profanes. ‘Trois spectateurs choisissent chacun librement une carte. Apres en avoir pris connaissance, ils les réunissent. en une petite pile faces en bas. Un spectateur coupe alors le jeu en quatre ou cing piles, un deuxiéme pose les trois cartes choisies sur Tune delles, et un troi- siéme reconstitue le jeu en posant les piles les unes sur les autres dans n'importe quel ordre. Puis le jou est coupé autant de fois que Ton veut pour perdre toute trace des cartes choisies, Si vous présen- {ez le tour a des collegues magiciens, vous pouver méme mélanger Te jeu une fois les coupes effectuées. Jusqu‘ici, vous nlavez pas vu la face d'une seule carte ni posé de question. Prenant alors le jeu en mains pour la premiere fois, vous Je faites défiler faces vers vous et vous en retirez trois cartes que vous posez faces en bas sur la table, une devant chacun des specta- teurs. Ceux-ci les retournent faces en hant aprés avoir nommé les cartes quils avaient choisies: ce sont elles Méthode Dai Vernon a imaginé deux méthodes pour réaliser cette triple dé- couverte, La premitre, la plus subtile, nécessite un arrangement du jeu. La seconde est totalement impromptue, mais au prix d'une petite porte ailleurs. Voici @abord explication de la premigre méthode, Larrangement du jeu est simple et facile & se rappeler: i] suffit de grouper les cartes par familles, et: de connaitre Vordre dans lequel les familles se suivent. Les valeurs des cartes n’entrent pas en ligne de compte. Approchez-vous d'un spectateur a votre gauche et étalez devant Int le quart supérieur du jeu afin qu'il choisisse sa carte dans cette por- ton Pendant que vous vous tournez vers le deuxiéme spectateur, sites passer toutes les cartes du quart supérieur en main droite, ee 104 THE VERY BEST OF DAI VERNON afin que le second spectateur prenne sa carte dans le quart suivant, Puis, tournez-vous vers le troisitme spectateur pour lui faire pren- dre une carte dans le troisi¢me quart du jeu. Avec un peu dentrai- nement, vous pourrez étaler le jeu réguligrement en allant dun spectateur a autre, et chacun deux jurera que son choix était par- faitement libre. Pourtant, bien que vous ignoriez les valeurs des cartes choisies, vous en connaissez les familles, et ce simple rensei- ‘gnement vous suffira pour les retrouver. Aprés que les spectateurs ont pris connaissance de leurs cartes, de- mandez au troisiéme de poser la sienne sur celle du second, et & celui-ci de poser les deux cartes devant Ini sur celle du premier. Rappelez-vous lordre des familles dans ve petit paquet de cartes, Admettons quielles se suivent dans Vordre pique, cawur et tréflo A partir de la face. Pendant que les spectateurs prennent connaissance de leurs cartes, mélangez le restant du jeu, ce qui détruit Yarrangement et fait ainsi disparaitre toute trace du subterfuge utilisé. Posez le jeu dovant le second spectateur et invitez-le a le couper en quatre ou cing piles, Demandez au premier spectateur de poser les trois cartes choisies en bloc sur Pune des piles de son choix. Enfin, dites au troisiome ‘spectateur de rassembler les piles en les posant l'une sur l'autre dans iimporte quel ordre, puis de couper le jeu ainsi reconstitué une ou deur fois pour sassurer que les cartes cheisies sont imrémédiablement perdues, Cela fait, prenez le jeu en mains et faites-le défiler faces vers vous Jusqu’a ce que vous repérier une séquence de trois cartes qui corves- pond a celle des cartes choisies. La probabilité qu'une autre séquence identique due au seul hasard apparaisse dans le jeu est trés faible, malgré ce que vous pourriez penser. Pour vous en convaincre, reti- rez du jeu trois cartes et arrangez-les dans un ordre de familles quelconque, puis vérifiez le restant du jeu pour voir s'il sy trouve une séquence identique. Une telle occurrence est trés rare. Cepen- dant, si vous étes confronté a plus d'un groupe de trois cartes rangées dans le méme ordre de families, une question pertinente sur l'une ou autre des cartes suffira & lever fambiguité. Tes caoaniee = se , Tacord de mer sa carte, puis de retourner celle qui se trouve devant lui. 105